Skip to navigation – Site map

HomeNuméros148LIVRES LUSNicolas Offenstadt, Le Pays dispa...

LIVRES LUS

Nicolas Offenstadt, Le Pays disparu. Sur les traces de la RDA (2018) et Urbex RDA. L’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés (2019)

Claudette Toulmonde
Bibliographical reference

Nicolas Offenstadt, Le Pays disparu. Sur les traces de la RDA, Paris, Stock, 2018, 420 p., 22,50 €.

Nicolas Offenstadt, Urbex RDA. L’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, Paris, Albin Michel, 2019, 258 p., 34,90 €.

Full text

  • 1 Pierre-Jérôme Adjedj, Rita Aldenhoff-Hübinger et Nicolas Offenstadt, « Éclats DDR-RDA Splitter, ou (...)

1Les deux ouvrages sont proposés par Nicolas Offenstadt, maître de conférences habilité à l’université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, qui a été pendant deux ans professeur invité à l’université européenne Viadrina de Francfort-sur-Oder en raison de sa spécialité en histoire mémorielle. Ils sont accompagnés de bibliographies très conséquentes. L’auteur inventorie le passé de la RDA, pays aujourd’hui disparu, à travers les traces laissées par les usines en déshérence, les hangars abandonnés, les écoles, les musées, les véhicules ou sur les tables des brocantes et dans les vide-greniers. Ce qui lui fait dire que « ce pays est à l’horizontale ». Il ajoute aussi les affiches déchirées, les photographies jaunies et les archives en l’état, parfois complètes. Ces traces rendent compte de la vie pendant les quarante et une années d’existence de la RDA. Il a aussi recueilli les témoignages oraux et écrits d’Allemands de l’Est. La publication de ces livres à quelques mois d’intervalle fait suite à une exposition organisée par l’auteur en 2017, à l’Institut français de Berlin, avec l’historienne Rita Aldenhoff-Hübinger et le photographe Pierre-Jérôme Adjedj. Cet ensemble marque la complémentarité de la démarche, déjà exposée dans un article du n° 137 des Cahiers d’histoire1.

2Urbex RDA est un bel objet aux couleurs du drapeau de la RDA (sans les armoiries), qui nous livre un nombre considérable de photographies, très diverses et réalisées pour l’essentiel par l’auteur. Le Pays disparu, même s’il comporte quelques images, a un objectif différent, qui est d’expliciter en détail la démarche, car la recherche s’y appuie davantage sur les témoignages personnalisés, les traces visibles ou encore ce qui a disparu, mais dont la connaissance est dans les mémoires ou les documents anciens. Les lieux abandonnés interrogent par leur persistance en l’état, qui les fait s’installer dans le paysage. Certaines villes sont perforées de ces ruines, de ces friches et de ces espaces vides, sans qu’aucune information explicative aide à la compréhension de ce passé, alors que les politiques de mémoire de l’Allemagne réunifiée ne négligent aucun site du passé nazi.

3Nicolas Offenstadt prend cet abandon au sérieux et veut « faire parler les ruines », reprenant de façon renouvelée ce rôle que Lucien Febvre assigne à l’historien : « faire parler les choses muettes ». Pour lui, la démarche relève d’une « histoire de plein air ». C’est « une histoire qui marche… en regardant le passé dans le présent », mais c’est aussi la confrontation des lieux retenus aux interrogations de l’historien, qui questionne les témoins d’hier et les contemporains afin de reconstituer des passés… La trace permet de s’interroger sur les structures sociales et les rapports de force d’aujourd’hui, car elle est le fruit d’un processus. Elle existe par le collectif qui unit l’humain et le non-humain, et par celui qui lui donne un statut et l’analyse.

4Les photographies ont une fonction de témoignage et sont confrontées à des écrits de la période. Les documents divers de l’époque constituent une base importante pour aider à la découverte de certains lieux, mais aussi pour constater leur effacement. Il y a d’abord « mon petit livre orange », un livre-objet qui s’ajoute aux « mémoriaux » ouvriers rédigés en nombre, en particulier par l’historien Hans Maur, qui poursuit son travail de sauvegarde après 1990. Autres sources originales, les annuaires téléphoniques et les plans de ville datant de la RDA s’ajoutent aux dossiers d’archives, aux brochures touristiques, mais aussi aux romans, aux films ou aux informations orales et écrites, recueillies afin de présenter un récit aussi cohérent et complet que possible. La région a la particularité de recéler un ensemble très important de structures associées au passé socialiste alors qu’il est en voie de transformation, de modification ou de disparition. Ces lieux sont donc à introduire dans les débats sur le processus de réunification de l’Allemagne et dans la liquidation des entreprises par la Treuhand, agence chargée de l’opération de 1990 à 1994. Pour les Allemands de l’Est, ces ruines dépassent la simple question de l’urbex et des vestiges. Elles touchent aux enjeux politiques de fond. Aussi Nicolas Offenstadt questionne-t-il ces lieux et objets sur leur interaction entre les époques, entre leur passé si actif et leur présent si vide en apparence.

5Qu’est-ce que l’urbex ? C’est une pratique récente de l’exploration urbaine de sites interdits ou marginalisés, que certains photographient pour des raisons essentiellement esthétiques alors que d’autres veulent en faire un moyen de lutter contre le contrôle urbain. C’est un nouvel exercice en sciences sociales, qui se retrouve aussi bien en France, en Chine qu’aux États-Unis. Il y a des règles à cette pratique : les explorateurs urbains cherchent à faire connaître leurs visites par la diffusion, ils en restreignent les indications afin d’éviter une identification des lieux, ils s’interdisent de forcer l’entrée des sites et veillent à n’y rien casser. Cette pratique est essentiellement masculine. Elle n’est pas sans risque, mais il s’agit pour les pratiquants de « faire mémoire » contre les destructions. Cette pratique montre souvent qu’un lieu abandonné peut superposer différentes strates d’objets ou d’archives échelonnées sur des dizaines d’années.

6De nombreux amateurs de ces sites ne recherchent que les émotions ressenties devant ces espaces abandonnés. Mais Nicolas Offenstadt ne veut pas se limiter à cela, cette recherche est le point de départ d’une analyse approfondie permettant de retrouver l’histoire des forces productives et de s’appuyer sur les témoignages des anciens occupants de ces lieux. Le premier usage est donc géographique et ethnographique. Les traces concernent un État bien circonscrit dans l’espace et dans le temps. La RDA est née de l’ancienne zone d’occupation soviétique le 7 octobre 1949, après la création de la RFA par l’union des trois zones occidentales quelques semaines plus tôt. Le 3 octobre 1990 est réalisée l’union juridique des deux Allemagnes sur la base de la loi fondamentale de la RFA. À partir de cette date, la RDA n’existe plus et la désindustrialisation est à l’œuvre, tout comme la fermeture de nombreuses institutions. Le pays connaît la montée du chômage et les transferts de population vers les autres régions allemandes. C’est donc ce monde révolu que l’auteur nous entraîne à parcourir à sa suite. Ce sont 250 sites sur l’ensemble du territoire de la RDA qu’il a étudiés durant sept années et qu’il a regroupés en 75 thèmes. La ville de Francfort-sur-Oder est surreprésentée dans ces recherches, en raison de sa résidence à l’université de la ville.

7La particularité de ce « pays disparu » est la dévalorisation des structures associées à son passé socialiste, combattu tout au long des années de la guerre froide, associée à une volonté de le faire disparaître de l’espace public en débaptisant les rues ou les musées, en enlevant des statues. Mais l’iconoclasme ne peut être total dans un pays aussi complexe que l’Allemagne. Aussi les œuvres retrouvées sont-elles multiples : des mosaïques, des peintures, des inscriptions, des objets du quotidien, etc. L’originalité de la démarche permet de construire un récit de la culture matérielle en complément des autres sources documentaires. Parfois, les archives découvertes sur place sont complètes, mais en vrac. Ce ne sont pas celles que tout historien à l’habitude de consulter. Grâce à ces documents, des femmes et des hommes reprennent vie. L’auteur, afin de mener à bien son étude, sollicite tout à la fois les méthodes du géographe, de l’historien, de l’anthropologue et du sociologue.

8Nicolas Offenstadt, en parcourant ce pays « à l’horizontale », nous laisse voir trois aspects dans la construction de sa mémoire. Tout d’abord l’effacement, en laissant les espaces de la RDA devenir des friches, des traces à explorer aujourd’hui. C’est aussi l’oubli d’événements antérieurs à la période, par exemple l’effacement des souvenirs de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, assassinés en 1919, ou encore celui des résistants ouvriers au nazisme, en débaptisant les noms des rues ou des édifices. Cette volonté se marque aussi en cantonnant certains souvenirs aux marges ou dans une histoire locale, comme pour Wilhelm Pieck, président de la RDA de 1949 à 1960, un des fondateurs du Parti communiste allemand. Enfin, en laissant disparaître des pans entiers de cette histoire, par décomposition ou à l’occasion de réaménagements urbains, après 1990. Mais face à cette volonté d’effacement, une résistance apparaît qui n’est pas seulement celle de l’Ostalgie, mais la réaction à une forme de mépris ressenti par les Allemands de l’Est. Ainsi Heidrun, dont le dossier professionnel permet de suivre la carrière et que Nicolas Offenstadt rencontre en 2015. Elle permet d’éclairer ce qui s’est passé après l’unification : comptable en RDA, elle devient femme de ménage pendant dix ans. Mais cette femme de conviction ne reste pas dans le ressentiment. Des actions de toutes sortes sont menées, cherchant à se réapproprier ce passé. Des gens de toutes origines, commerçants, artistes, militants, élus, veulent défendre ces moments de leur histoire pour des raisons très diverses. Mais en se réappropriant cette histoire, ils écrivent aussi le moment présent. Ce travail sur le passé est à lire d’abord comme le symptôme des inquiétudes et des dominations d’aujourd’hui. Les mécanismes étudiés sont pérennes, même si on observe des transformations ou une volonté de rendre invisibles ces vestiges. Les traces qui perdurent résultent des rapports sociaux et politiques et des oppositions entre le local et le global.

9Nicolas Offenstadt, grâce à un style toujours vif, une plume alerte et des titres de chapitres incluant des verbes d’action, dynamise le propos. Il veut par ce travail revenir aux fondements de la discipline, même si l’historien n’a jamais un accès direct au passé et qu’il lui faut en interroger les traces afin de reconstituer les événements en comblant les manques. Il s’agit également pour lui de les confronter aux humains dans les temps présents. Nicolas Offenstadt ne veut pas donner à lire une histoire des « perdants » face à une histoire des « vainqueurs », mais prend au sérieux les uns et les autres. Il sort de l’anonymat des vies qui, au sens strict, se retrouvaient abandonnées dans les poubelles. Ces deux livres originaux montrent l’intérêt de l’urbex pour la recherche historique. Ils peuvent susciter de nouvelles explorations et donner envie à de jeunes historiens et historiennes de se lancer dans cette aventure.

Top of page

Notes

1 Pierre-Jérôme Adjedj, Rita Aldenhoff-Hübinger et Nicolas Offenstadt, « Éclats DDR-RDA Splitter, ou comment exposer les traces de la RDA : une expérience », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 137, 2017, p. 155-180, en ligne : <https://journals.openedition.org/chrhc/6446>.

Top of page

References

Electronic reference

Claudette Toulmonde, “Nicolas Offenstadt, Le Pays disparu. Sur les traces de la RDA (2018) et Urbex RDA. L’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés (2019)”Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 148 | 2021, Online since 12 March 2021, connection on 16 May 2021. URL: http://journals.openedition.org/chrhc/16088; DOI: https://doi.org/10.4000/chrhc.16088

Top of page

About the author

Claudette Toulmonde

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search