Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149DOSSIERVariété et abondance. La copia et...

DOSSIER

Variété et abondance. La copia et l’histoire de l’Europe des débuts de l’époque moderne

Paul Dover
Traduction de Jérôme Lamy
p. 23-45

Résumés

Pour de nombreux Européens du début de l’époque moderne figurait parmi les nouveautés de leur époque une copia d’informations, qui était perçue à la fois comme une abondance et une variété. La profusion de livres qui a accompagné l’avènement de la presse à imprimer est largement connue, mais cette période a également vu émerger un nombre sans précédent d’autres flux d’informations. Avec l’adoption généralisée d’instruments de papier qui enregistrent le fonctionnement quotidien du gouvernement et de l’État, et organisent les traces de l’érudition et de la science, du commerce et des finances, les documents accumulés en grand nombre, les individus et les institutions ont été contraints d’adopter des techniques pour gérer ces flux. Les Européens des débuts de l’époque moderne ont été contraints de devenir des gestionnaires de l’information. L’écriture grise est ainsi devenue un élément de base de la vie moderne, et elle n’a jamais cessé de nous accompagner depuis.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Desiderius Erasmus, On Copia of Words and Ideas, trad. Donald King et H. David Rix, Milwaukee (WI (...)

1Le De Copia verborum de Desiderius Erasmus (1466-1536) a connu 150 éditions durant les six décennies qui ont suivi sa première publication en 1512. Guide de la rhétorique et de la composition efficaces, le traité suit Quintilien en offrant une double image de la copia rhétorique, la reliant à la fois à la variété des mots et des tournures de phrases souhaitables pour une expression efficace, et à leur abondance, qui résulte de l’accumulation d’arguments, d’exemples et de parallèles. La variété et l’abondance sont nécessaires pour œuvrer de conserve à l’élaboration de l’éloquence. Dans la construction de la copia rhétorique, cependant, ni l’abondance ni la variété ne doivent être poursuivies pour elles-mêmes, mais sont plutôt au service d’une expression élégante et efficace. Érasme met ainsi en garde contre l’accumulation de mots, pour se prémunir d’une « loquacité futile et amorphe » qui révélerait une pauvreté de l’esprit. Dans cette itération, le plus est l’ennemi du mieux. Et la variété, elle aussi, quand elle est recherchée sans réfléchir, se montre inefficace : « Je veux que l’ameublement d’une maison riche montre la plus grande variété ; mais je veux qu’elle soit tout à fait de bon goût, sans saule, ni figues ou céramiques sigillés (Samian Ware) dans tous les coins1 ». Quand elle n’est pas guidée par la fonction rhétorique, la diversité linguistique sème la confusion.

2Érasme, reconnaissant la possibilité de tels écueils, a insisté sur le fait que les étudiants en rhétorique, afin d’employer la copia dans leurs discours et leurs écrits de manière profitable, devaient créer des catégories dans lesquelles ils pouvaient organiser leur apprentissage et mieux mémoriser les détails. Il était nécessaire de taxonomiser les mots, les tournures de phrases et les exempla à leur disposition. Contrairement à leurs prédécesseurs médiévaux, dont les études se concentraient sur un petit nombre de textes manuscrits dont ils tiraient des modèles, des tropes et des illustrations familières, les étudiants du 16e siècle avaient accès à l’abondance et à la variété des textes imprimés, créant de nouveaux défis de distillation, de classification et de sélection. Érasme a approfondi cette tension dans le De ratione studii (publié la même année que son De copia verborum et souvent imprimé avec celui-ci) ; il s’agit une brève exposition des matériaux et de la méthodologie de son programme pour les studias humanititas. Érasme propose ici des lignes directrices pour les loci communes afin d’organiser les connaissances acquises dans l’étude des humanités. Il s’agissait d’un premier exemple de « mise en commun », qui consistait à organiser l’information par thèmes, catégories ou mots-clés, afin de renforcer la mémoire du compilateur et de repousser la confusion potentiellement produite par la copia. La mise en commun n’est apparue que comme l’un des nombreux outils conçus par les Européens de la première modernité, déployés pour naviguer dans des quantités inédites d’informations générées alors, un outil qui, tout en visant une certaine simplification, parvenait paradoxalement à une plus grande complexité.

  • 2 . Paul Dover, The Information Revolution of Early Modern Europe : Worlds of Paper, Cambridge, Cambr (...)

3La variété et l’abondance, ces facettes de la copia pointées par Érasme, étaient en fait des caractéristiques récurrentes de la société moderne naissante et une source régulière d’anxiété organisationnelle, épistémologique et taxonomique. Dans cet article, et dans un livre à paraître, j’avance deux arguments2. Tout d’abord, l’abondance d’informations est un thème récurrent de l’histoire moderne de l’Europe, qui se manifeste dans une multiplicité de circonstances, d’arènes et d’institutions. Ensuite, je soutiens que la gestion de l’information devient alors une préoccupation primordiale. Il s’est avéré que « faire avec la copia » est une préoccupation pour un grand nombre de personnes, des érudits aux marchands en passant par les philosophes naturalistes et les secrétaires de chancellerie. Si la copia peut être considérée comme une bénédiction, ouvrant de nouvelles opportunités pour la connaissance, l’étonnement et le contrôle politique, elle doit aussi être gérée, nécessitant des outils de navigation d’ordre matériel et cognitif. Le besoin de trier l’information et de cloisonner les renseignements était largement répandu, et les Européens ont consacré beaucoup de temps, de ressources et de personnel à ces activités.

4Les sources des premières copiae modernes étaient multiples : l’émergence des écritures grises pour les institutions et les individus, l’adoption généralisée des techniques comptables, le rendement des presses à imprimer, l’élan impulsé pour préserver et archiver les documents, l’essor des États et des bureaucraties modernes, l’afflux des données relatives au Nouveau Monde, l’observation et la description éthique de la philosophie naturaliste, l’expansion considérable des échanges de correspondance, l’invention et la diffusion des « nouvelles ». Le papier à écrire fut l’expression matérielle de ce développement considérable de l’information, produit par une société prémoderne faisant la part belle aux secrétaires, aux scribes, aux copistes, aux épistoliers. En s’imposant dans le quotidien de l’Europe de la première modernité, la culture multiforme du papier a, dans une certaine mesure, produit une rupture avec l’époque précédente. Servant à conserver l’information écrite, le papier a fait office de dispositif d’enregistrement essentiel et, ainsi, de codeur de la réalité. En peu de temps, les Européens ont constaté qu’ils ne pouvaient plus s’en passer.

5À une époque où le fait d’écrire était largement répandu et où le déploiement du papier était quotidien et obligatoire, la gestion de l’information devint essentielle. Le développement de ce que Christophe Hoffman a appelé des « procédés sur papier » (processes on paper), a généré un flot et une accumulation d’informations, l’ensemble résultant à la fois d’une transformation sans dessein préalable et d’une suite de choix délibérés. Un proverbe circulant depuis l’Antiquité soutenait que verba volant, scripta manent [« les paroles s’envolent, les écrits restent », NDLR]. Et c’est toujours le cas, avec l’accumulation des lettres, des livres, des documents de l’État et de l’Église, des livres de comptes des entreprises comme des particuliers, des documents imprimés à la diversité déconcertante, des notes reliées et des feuilles volantes, des comptes rendus d’observations et d’expériences, des études de cas juridiques et médicaux, et de tous autres types de documents imaginables.

6La production de documents s’est accompagnée d’une volonté croissante de les conserver. Leur recueil ainsi que leur conservation étaient caractéristiques d’une « culture de la collection » largement répandue dans l’Europe du début de l’époque moderne. Le développement des archives politiques, institutionnelles et scientifiques, l’essor des bibliothèques alimentées par l’abondance des livres imprimés, l’accumulation de « papiers » personnels nombreux et variés, le stockage de données empiriques et d’observationes, et même les premières encyclopédies modernes qui cherchaient à faire pleinement état des nouvelles connaissances, tout cela reflète une volonté de rassembler les renseignements en un seul lieu, comme un réservoir d’informations sur des événements, des transactions, des expériences et des vies passées.

  • 3 . Johann Petitjean, Arnaud Fossier, Clémence Revest (dir.), Écritures grises. Les instruments de tr (...)

7Cet instinct de conservation était une condition préalable essentielle au développement des bureaucraties, qui apparaissent lorsque les institutions prennent le double engagement de produire et de conserver des documents à profusion, puis d’adopter une attitude institutionnelle selon laquelle la médiation et la gestion de ces documents deviennent essentielles au fonctionnement quotidien de l’organisation. Les efforts généralisés et variés de collecte et de conservation d’instruments de papier3 ont créé ce que nous pourrions décrire aujourd’hui comme des bases de données, des enregistrements d’activités passées et présentes disponibles pour consultation et utilisation à l’avenir.

  • 4 . Katherine Park, Lorraine Daston, « Introduction : the Age of the New », dans Katherine Park, Lorr (...)
  • 5 . Michel De Certeau, The Practices of Everyday Life, Berkeley, University of California Press, 1984 (...)

8Le double engagement en faveur de l’acquisition et de la préservation a donc élargi le spectre de l’information mis à disposition pour prévoir et résoudre les problèmes, mais il a aussi amplifié dans le même temps les exigences en matière de gestion de l’information. Il a imposé de nouvelles formes d’accommodement, avec l’avènement de nouveaux médias, de nouvelles pratiques, de nouvelles institutions et de nouvelles angoisses. L’accent mis sur le « nouveau » est opportun. Il a été récemment suggéré que si les Européens de la première modernité avaient été invités à étiqueter leur époque, ils l’auraient appelé aetas nova [« ère nouvelle », NDLR]. Tant de choses leur semblaient neuves, au point que Lorraine Daston et Katherine Park ont pu parler de « bouillonnement de nouveautés4 ». Pour beaucoup d’Européens, cette aetas nova impliquait une quantité d’informations impossible à maîtriser. De nouveaux moyens de stockage, de recherche, de catégorisation et de tri s’imposaient. Ensemble, ces diverses tâches forment ce que nous appelons les « écritures grises ». Nos rapports avec la paperasserie sont rarement joyeux : c’est ennuyeux, déroutant et intellectuellement insatisfaisant. Mais la paperasserie a été adoptée à cette époque parce qu’elle a été jugée utile : en somme, cela a fonctionné. À une époque où le volume d’information à traiter s’avère sans précédent, le recours à la paperasserie confère à cette information mobilité, immuabilité et évolutivité. Elle permet la recombinaison et la réorganisation des éléments d’information. Le papier incarne la réalité dans un ensemble bidimensionnel et est relativement facile à stocker, à reproduire et à diffuser. La paperasserie était donc l’un des outils les plus importants qui ont émergé au début de l’époque moderne pour faire face à la copia. Une société engagée dans l’écriture quotidienne ou quasi quotidienne sur papier a adopté la paperasserie comme une nécessité utilitaire, participant de l’émergence d’une nouvelle « économie scripturaire » (pour reprendre les mots de Michel De Certeau5).

9Ce nouvel accent mis sur le pouvoir médiateur des documents a amorcé l’aube de la modernité documentaire, et les changements qui en ont découlé sur le plan culturel et au niveau des pratiques sociales ne constituent rien de moins qu’une véritable révolution de l’information.

Repenser l’information au début de l’époque moderne

  • 6 Robert Burton, Anatomy of Melancholy, édité par Floyd Dell et Paul Jordan-Smith, New York, Tudor Pu (...)

10Le début de l’époque moderne de l’histoire européenne a longtemps été associé à l’imprimerie, surtout depuis le travail de Marshal McLuhan, puis celui d’Elizabeth Eisenstein. Si les effets au long cours de l’imprimé doivent être pris en compte pour toute réflexion sur les transformations informationnelles de la période, celles-ci sont loin d’en être la somme. En réalité, le début de l’époque moderne a connu une augmentation considérable de la production de manuscrits, à tel point que l’idée d’une ère typographique produite par l’invention de Gutenberg ne suffit pas à dépeindre toutes les transformations informationnelles de la période. Nulle « ère de l’imprimé » donc, tant l’étiquette s’avère trompeuse, surtout si on l’associe à une prétendue « ère du manuscrit » médiéval. La disponibilité du papier et le large éventail de pratiques consistant à y remplir les espaces blancs ont permis de produire plus de manuscrits que jamais, dans cette grande « ère du gribouillage » (comme l’a qualifiée Robert Burton en 16216). Les Européens ont conservé et étendu les pratiques d’écriture répandues déjà au Moyen Âge et ont développé une foule de nouvelles techniques et technologies documentaires.

  • 7 . Madeleine Foisil, « L’écriture du for privé », dans Philippe Ariès, Georges Duby (dir.), Histoire (...)
  • 8 . James Amelang, The Flight of Icarus. Artisan Autobiography on Early Modern Europe, Stanford, Stan (...)

11Le gribouillage s’est diffusé dans la société jusqu’aux bourgeois les plus humbles, lesquels ont adopté l’écriture comme pratique régulière, cherchant à se représenter eux-mêmes, leur famille ou leur foyer. Au début de l’Europe moderne, on assiste à une véritable explosion de la production de ce que l’historien néerlandais Jacob Presser a, le premier, appelé des « ego-documents », c’est-à-dire des produits manuscrits autoréférentiels et personnalisés, qui comprennent souvent des considérations sur la vie personnelle, la fortune, les sentiments. « Ego-document » est un fourre-tout qui recouvre un très large éventail de technologies du papier, comme les lettres personnelles (qui ont proliféré en abondance), les mémoires, les journaux intimes, les testaments, les récits de voyage, les écrits spirituels, les carnets remplis de notes, les livres de famille, et même les longues réflexions personnelles que l’on trouve dans les marges des almanachs, calendriers, bibles et autres livres des bibliothèques particulières. Madeleine Foisil a désigné ces documents comme des « écrits de la sphère privée7 ». Leurs auteurs étaient tout aussi variés : hommes et femmes, nobles et roturiers, ruraux et urbains8. La domestication du papier a fourni une surface prête à l’emploi pour répondre au besoin d’enregistrer les pensées comme le quotidien. Bon nombre des livres de famille ont d’abord été des livres de comptes, destinés à répertorier les avoirs familiaux. Ils ont ensuite été enrichis de réflexions personnelles et d’informations de nature non financière sur la famille. Ils s’étendent souvent sur plusieurs générations, témoignant d’un désir de consigner par l’écrit, afin de fournir une trace du passé, de décrire le présent et de planifier l’avenir.

  • 9 . Sur la prise de note et les extraits de lieux communs, voir : Ann Moss, Printed Commonplace Books (...)

12L’écriture manuscrite possédait une immédiateté, une flexibilité et une réactivité que l’impression, lente, compliquée et chère, n’avait pas. C’est donc l’écriture manuscrite qui fut ainsi la source première des premières copiae modernes. Même si la presse à imprimer n’avait jamais été inventée, une révolution de l’information aboutissant à la création de la modernité documentaire aurait eu lieu dans l’Europe du début de l’ère moderne. L’écriture manuscrite et l’imprimerie, en vérité, se sont renforcées mutuellement : le choix de l’impression n’était souvent fait qu’une fois qu’il y avait quelque chose d’écrit jugé digne d’être publié de manière imprimée, et la parution des livres et des autres documents imprimés a reposé sur de multiples couches d’écritures manuscrites : notes, cahiers, lettres, brouillons, publications manuscrites, catalogues et bien d’autres formes, tant systématiques que non systématiques. En fait, il s’agissait plutôt d’écrire encore davantage9.

13L’abondance et la variété vertigineuse des détails, ainsi que leur description et leur conservation sur papier, ont toutefois créé des angoisses cognitives et épistémologiques. Les humains apprennent en catégorisant les connaissances et en les reliant à des choses connues. Nous sommes instinctivement des trieurs et des catégorisateurs, ce qu’Aristote a compris il y a deux millénaires et demi, en enracinant son épistémologie dans les prémisses. Nous cherchons à organiser l’information en éléments discrets dans un processus de spéciation. Ces ensembles sont ensuite classés par catégories, pour la plus élémentaire des raisons : c’est plus facile pour notre cerveau.

  • 10 . Jean-Henri Martin, « Classements et conjonctures », dans Roger Chartier, Jean-Henri Martin (dir.) (...)

14L’Europe du début de l’époque moderne a donc été une « ère taxonomique », dans laquelle les individus et les institutions ont généré de nouvelles catégories et typologies dans lesquelles ils pouvaient classer l’abondance et la variété auxquelles ils étaient confrontés. Lorsque les détails s’accumulaient ou étaient rassemblés en grandes quantités, comme le permettaient les pratiques émergentes de l’époque, ils devenaient ce que nous appellerions de l’« information » ou des « données ». On a fait valoir à juste titre que cette période avait inventé le « fait » en tant qu’élément d’information autonome, descriptif et ordinaire. Les cadres de référence et les schémas épistémologiques préexistants se sont rapidement révélés insuffisants, car le volume d’informations dépassait les méthodes classiques d’organisation du savoir. Cela a précipité ce qu’on a différemment qualifié de « crise » ou « rupture » de la classification, obligeant de nouvelles taxonomies à être inventées10.

  • 11 . Ann Blair, Too Much to Know : Managing Scholarly Information Before the Modern Age, New Haven, Ya (...)

15Les efforts pour taxonomiser les copiae ont été évidents à travers une gamme vraiment surprenante d’entreprises humaines. Tous ces efforts ont trahi une tension centrale, entre le souci d’obtenir plus d’information (ce qu’Ann Blair a appelé « l’info-désir11 ») et le souhait concomitant de l’utiliser à des fins utiles. Cette tension a été mise en évidence par le philosophe et naturaliste anglais Francis Bacon (1561-1626) dans son Novum Organum (1620) :

« L’histoire naturelle et expérimentale est si vaste et si variée qu’elle confondrait et disperserait l’intelligence si on ne la fixait et la distribuait dans un ordre convenable. Il faut donc former des tables des enchaînements de faits, distribués d’une telle façon et dans un tel ordre que l’intelligence puisse opérer sur eux. »

  • 12 . Francis Bacon, Novum Organum, Livre 2, Aphorisme 10 (Francis Bacon, Novum Organum, Paris, Librair (...)

16Bacon explicite ici l’objectif à suivre quand il s’agit de concilier les deux désirs d’accumulation et de taxonomie : « que l’intelligence puisse s’exercer sur eux12 ».

17Les nouvelles catégories et pratiques taxonomiques que les Européens ont conçues pour faire face à la copia se sont manifestées dans un large éventail d’activités humaines de la société européenne. Les marchands ont accumulé de très nombreuses traces écrites dans le cadre de leur travail et ont élaboré des pratiques pour les gérer dans de multiples carnets. Ceux-ci étaient organisés non seulement en fonction des revenus entrants et sortants, mais aussi selon des composantes de leurs opérations et des types de transactions. Le penchant des naturalistes pour l’observation exigeait de nouvelles catégories dans lesquelles ranger les plantes, les animaux et les phénomènes nouvellement décrits ou découverts. Dans les cercles bureaucratiques, les nouvelles institutions et les professionnels de l’écrit qui les employaient ont introduit de nouveaux systèmes d’organisation et de regroupement documentaires pour faciliter le stockage, la recherche et l’accès. Les humanistes et autres érudits, submergés à la fois par les ressources rendues disponibles grâce à l’imprimé et par le recours régulier au gribouillage et à la prise de notes, avaient besoin de nouveaux outils de navigation qui leur fussent propres.

Papiers et bénéfices

  • 13 . Fernand Braudel, Civilization and Capitalism, 15th-18th Century, vol. II : The Wheels of Commerce(...)
  • 14 . Henri Lapeyre, Une famille de marchands : Les Ruiz, Paris, Armand Colin, 1955 ; Felipe Ruiz Marti (...)

18Dans cette histoire, la place d’honneur, tant en termes de préséance que d’influence, devrait être donnée aux marchands européens. Les marchands ont été les premiers à avoir recours de manière routinière à l’écriture et à son support, le papier. Cela a créé, selon une expression inventée par un agent des Fugger pour décrire les marchands de Gênes, un « règne du papier », dans lequel l’abondance de correspondances, lettres de change et billets à ordre avait réduit l’importance de la négociation en face à face13. Les marchands médiévaux avaient été des pionniers dans l’utilisation d’instruments en papier pour enregistrer leurs affaires, non seulement pour tenir des carnets et des livres de comptes, mais aussi pour correspondre avec divers partenaires : la communication épistolaire était essentielle à leur succès. Les archives de Francesco Datini, marchand de Prato du 15e siècle, comprennent plus de 126 000 correspondances de nature commerciale, pour près de 300 lieux distincts. Le marchand et financier castillan Simon Ruiz de Medina del Campo (1525-1597) reçut plus de 50 000 lettres dans les trois décennies qui suivirent 1558, soit près de cinq lettres par jour, et il semble les avoir presque toutes conservées14. S’appuyant sur une variété de réseaux à travers lesquels les personnes, les produits et les informations se déplacent, le papier permet de créer de multiples réalités mouvantes et simultanées : la projection des pensées et des désirs de l’expéditeur en direction d’un autre, éloigné ; le maintien de communautés d’affaires et d’amitié sur de grandes distances ; le partage, sous forme écrite, des échanges de biens et d’espèces.

19Portable, léger et flexible, le papier peut l’être, mais il a aussi tendance à s’accumuler dans des piles ingérables et difficiles à transporter. L’écriture régulière, souvent quotidienne, des marchands créait des unités d’informations stockables mais relativement rigides qui, rassemblées de manière incohérente, ne répondaient pas toujours aux exigences du commerce en temps réel. Ainsi, en plus de leur penchant pour la création de documents écrits, les marchands ont mis au point des méthodes de conservation des dossiers facilitant leur réutilisation. Peut-être plus que toute autre catégorie sociale, les marchands ont fait preuve d’une « alphabétisation pragmatique » qui est devenue une caractéristique de nombreux domaines de la vie à l’époque moderne. Profitant du pouvoir d’abstraction de l’encre et du papier, le commerce, surtout dans le domaine des échanges internationaux, est devenu une affaire d’information et de marchands gestionnaires de l’information. De plus, les pratiques d’écriture mercantile ont particulièrement influencé les conventions d’écriture des administrations politiques et ecclésiastiques, et les techniques comptables ont offert des exemples importants de tri de l’information pour les diplomates, les bureaucrates et les universitaires. De cette façon, un grand nombre de personnes dans l’Europe du début de l’époque moderne ont pu faire état, par elles-mêmes, de leurs actions et de leurs institutions.

20Les diverses techniques comptables utilisées par les commerçants, y compris la comptabilité en partie double, étaient en partie conçues pour donner une vue exacte des profits et des pertes, ce qui n’était pas perceptible à partir des résidus d’écrit indifférenciés de l’activité quotidienne. Ils remplissaient également des fonctions juridiques et morales, protégeant le marchand en cas de poursuites judiciaires, mais servant aussi d’outil pour établir sa probité morale, en fournissant un compte rendu de son activité à une époque où la profession était tenue pour suspecte. Et, plus important encore pour notre propos, il s’agissait d’une méthode pour faire face à la copia de papiers commerciaux et mercantiles, en fournissant un dépôt où externaliser une mémoire rendue ainsi accessible à toute future consultation. Il s’agit d’un nouveau type de traitement des informations, qui s’avère presque toujours nécessaire pour les rendre claires, lisibles et exploitables.

  • 15 Cité dans Marco Spallanzani, Mercanti fiorentini nell’Asia portoghese (1500-1525), Florence, Edizio (...)
  • 16 . Domenico Peri, Il negotiante di Giovanni Domenico Peri genovese, Genoa, Pier Giovanni Calenzano, (...)

21Les registres papier tenus par les marchands étaient divers, tant dans leur esprit que dans leur format. Les plus élémentaires consistaient en une liste grossièrement chronologique des transactions (connue en Italie sous le nom de ricordanze) et un grand livre, divisé entre les entrées et les sorties (le memoriale). Dans la pratique, les marchands complétaient souvent ces deux livres de base par des dispositifs d’enregistrement supplémentaires, tels que des livres de caisse, des inventaires, des livres secrets (libri segreti) dans lesquels le détail des contrats et des affaires des associés était consigné, ainsi que d’autres mains courantes. Tous ces griffonnages représentaient un énorme volume de paperasse, ce qui était fatigant et fastidieux. En 1509, Giovanni di Francesco Morelli, un marchand florentin récemment arrivé à Lisbonne, écrivait chez lui : « On passe toute la journée et la moitié de la nuit à écrire dans la salle d’écriture, il faut tant de travail... Je suis enseveli sous le travail, mais je vais continuer à faire du mieux que je peux15 ». Dans Il negotiante (1638), Domenico Peri recommande de ne pas trop s’inquiéter de la dépense de papier : « On ne veut pas être trop bref dans ses entrées, il vaut mieux ajouter quelques mots de plus que d’omettre tout ce qui est nécessaire, et il me semble qu’on peut adapter au scribe ce qu’on dit des notaires : Notarius verbosus non est reprehendendus [“Le discours du notaire ne doit pas être blâmé”, NDLR]16 ».

Des notaires aux secrétaires

  • 17 . Peter Burke, « Communication », dans Ulinka Rublack (dir.), A Concise Companion to History, Oxfor (...)

22Le notarius verbosus est devenu emblématique de cette époque d’écriture compulsive, apparaissant dans toutes sortes de contextes. Dans certains cas, le notaire a occupé un poste officiel au sein d’une institution qui avait fait de l’écriture permanente une caractéristique essentielle de son fonctionnement. Selon Peter Burke, l’« État de papier » a été inventé dans l’Europe de la première modernité17. L’émergence de l’État moderne est l’un des piliers de l’historiographie du début de la période moderne, et l’une des mesures les plus évidentes de cette émergence est la quantité de papier que les premiers États modernes ont produite. Les opérations institutionnelles et les actions au quotidien des gouvernements ont été de plus en plus médiées par la circulation d’instruments de papier, surtout sous forme de correspondance par et entre les agents de l’autorité étatique. Les formes modernes du gouvernement sont étroitement associées à l’écriture, et les chancelleries de l’époque furent de grandes consommatrices de papier. Bien que le Moyen Âge ait octroyé de l’autorité à l’écrit et que l’on puisse citer des exemples de politiques médiévales dans lesquelles l’identité et l’exercice du pouvoir politique se sont avérés profondément liés à la production et à l’utilisation de documents écrits, les productions documentaires d’un « État écrit » comme l’Angleterre du haut Moyen Âge sont dérisoires par rapport à celles produites au sein d’une petite cité-État italienne à la Renaissance.

  • 18 . Voir le projet Williams : <https://www.paperprinces.org/>.
  • 19 . Isabella Lazzarini, Communication and Conflict. Italian Diplomacy in the Early Renaissance, 1350- (...)
  • 20 . Paul Dover, « Introduction : the Age of Secretaries », dans Paul Dover (dir.), Secretaries and St (...)
  • 21 . Cette bifurcation n’est évidemment pas toujours nette. Voir, par exemple, l’excellente analyse de (...)

23Les « princes de papier » de l’Europe prémoderne (comme les a appelés Meghan Williams) se sont préoccupés de la façon dont leur autorité était projetée sur le papier18. La volonté de faire de l’écriture un rouage essentiel du gouvernement au quotidien et l’emploi de « professionnels de la communication écrite », ainsi que l’obligation de conserver la documentation enregistrant les tâches quotidiennes du gouvernement, ont fait de l’État une entité bureaucratique19. J’ai qualifié ailleurs le début de la période moderne d’« ère des secrétaires20 ». Cette époque a été le témoin du passage de la culture notariale du Moyen Âge, où l’accent était mis sur l’enregistrement et la copie d’un nombre relativement restreint d’actes écrits et où les notaires jouaient un rôle politique et social essentiel, à une culture du secrétariat, où la production, le stockage et la circulation de volumes importants de documents a exigé l’intervention des secrétaires21. Les secrétaires étaient en charge de la production documentaire ainsi que de son traitement, en lien avec l’activité de copie ; à cet égard, ils sont devenus les gestionnaires par excellence de l’information moderne. Les nombreux traités prémodernes relatifs à la figure et au rôle du secrétaire l’ont défini par sa relation avec les « papiers » de l’État et par leur gestion minutieuse. L’arte du secrétaire consistait à gérer les dossiers de l’État et d’autres institutions, et les secrétaires les plus précieux et les plus efficaces s’avéraient être ceux qui jouaient en virtuoses dans ce monde du papier. Angelo Ingegneri, dans un traité de 1592 sur le secrétaire, a écrit que les responsabilités du secrétaire comprenaient non seulement la capacité de composer des lettres de toutes sortes (relativement aux besoins du prince), mais aussi de veiller à leur conservation. Ingegneri inclut alors des instructions détaillées sur la façon de tenir un registre de lettres, de stocker ces lettres et de construire des index alphabétiques pour qu’il soit ensuite possible de faire des recherches dans les enregistrements qui se sont accumulés. Tout ce traitement de second ordre des documents est devenu essentiel dans le cadre d’un régime de conservation systématique des documents.

  • 22 . Randolph Head, Making Archives in Early Modern Europe : Proof, Information and Political Record-K (...)
  • 23 . Sur cette distinction, voir : Gian Maria Varanini, « Public Written Records », dans Andrea Gamber (...)

24L’ère des secrétaires est née en partie d’un changement fondamental dans les types de documents que l’État a produits et supervisés. Les archives médiévales étaient généralement des Archivia, des trésors qui contenaient un nombre relativement restreint de documents importants (Akten). Leur objectif principal était de mémoriser : confirmer la propriété, la charge ou le statut juridique22. Il s’agit de ce que les historiens des archives appellent les archives de sédimentation. De tels documents ont été complétés dans les archives de la première modernité par une profusion d’Urkunden, des documents constitutifs de registres actifs, représentant non pas des moments dans le temps, des enregistrements de propriété ou des moments de jurisprudence, mais les tâches quotidiennes et actives de gouvernement23. Il s’agissait d’un compte rendu du quotidien, d’un instantané permanent des activités du gouvernement, presque toujours mis sur papier. Une grande partie de ces Urkunden étaient épistolaires, représentant un enregistrement continu de la communication et des flux d’autorité et de souveraineté entre la métropole et les périphéries. De tels documents, copies et brouillons inclus, ont été rassemblés en quantités énormes dans les archives en expansion des premiers États modernes.

  • 24 . Randy Head, « Knowing Like a State : the Transformation of Political Knowledge in Swiss Archives, (...)

25Cette réserve documentaire a, entre autres choses, obligé à la création d’archives actives (par opposition à l’Archivia) pour l’accueillir. Ces corps d’archives ont transfiguré les dossiers, les boîtes et les sacs de papier de l’État. Randy Head a décrit l’engagement de plus en plus répandu en faveur d’une éthique de l’archivage comme un élément essentiel du « savoir comme un État24 ». Ces archives ont servi de mémoire institutionnelle, de remparts pour la légitimité politique, de sources de planification pour l’avenir et, de plus en plus, de bases de données informatives pour les tâches quotidiennes du gouvernement. Elles ont été créées et développées en tant qu’outils de traitement de l’information, mais, à l’instar de nombreux efforts similaires pour faire face à la copia, elles ont également servi de moteurs à la création de la copia.

  • 25 . Jean Boutier, Sandro Landi, Olivier Rouchon, Politique par correspondance. Les usages politiques (...)

26La grande quantité de correspondance parmi les Akten manifeste une culture épistolaire jusqu’alors inégalée. D’aucuns estiment qu’une « révolution épistolaire » avait eu lieu dans l’Europe de la première modernité25. Le gouvernement épistolaire (en français dans le texte original, NDT), comme l’ont appelé Boutier, Dewerpe et Nordman, a été pratiqué par les petites et grandes entités politiques de la première modernité. La forme médiale la plus importante de cette culture épistolaire est la littera clausa, une lettre datée provenant d’un expéditeur identifié et adressée à un destinataire spécifique, dont la forme était modelée à partir de la lettre de la chancellerie italienne. Hommes et femmes alphabétisé·es partageaient le sentiment que de telles litterae clausae, contenant des nouvelles et des informations, couvrant le privé et le public, le personnel et le politique, le minuscule et le général, étaient des moyens particulièrement efficaces pour garder un œil sur la réalité environnante.

La copia de la description

27L’un des facteurs les plus importants dans la création des copia au début de l’époque moderne a été le goût commun des Européens lettrés pour la description, pour l’inscription de la réalité sur l’espace vide du papier. Des lettres relatant les affaires courantes du gouvernement, des dépêches diplomatiques régulières fournissant des rapports de situation sur l’étranger, des recensements effectués par les agents de l’État, des évaluations foncières et fiscales, des enquêtes effectuées pour vérifier les connaissances sur son royaume ou le Nouveau Monde, des rapports des gouverneurs provinciaux, des intendants et des agents en charge de la sécurité publique : tous ces documents de la gouvernance fournissent une information essentiellement descriptive par nature.

  • 26 . Voir en particulier les contributions dans Gianna Pomata, Nancy Siraisi (dir), Historia, Empirici (...)
  • 27 . Brian Ogilvie, The science of describing : natural history in Renaissance Europe, Chicago, Univer (...)
  • 28 . Fabian Kraemer, « Ulisse Aldrovandi’s Pandechion Epistemonicon and the Use of Paper Technology in (...)

28Le souci de la description et de l’inscription était manifeste dans des domaines autres que la politique et apparaissait aussi dans la pratique des philosophes naturalistes, des érudits, des marchands et d’autres encore. Pour les naturalistes, le théâtre illimité de la nature et la nouvelle abondance de textes anciens désormais disponibles sous forme imprimée ont constitué un réservoir presque sans fond de ce que nous appellerions aujourd’hui des données26. Brian Ogilvie a décrit l’histoire naturelle du 16e siècle comme une « science de la description27 ». Le naturaliste italien Ulisse Androvandi (1552-1605), par exemple, a recherché la copia dans son observation de la nature en composant une encyclopédie manuscrite classée alphabétiquement. Élaborée à partir de notes compulsives et d’opérations compliquées de tri, le Pandechion Epistemonicon s’étend sur 83 volumes et Adrovandi lui-même en a décrit le contenu comme une forêt28. L’enregistrement (puis la copie et le partage) des détails par l’observation (sur papier) était attendu dans de nombreux domaines de la recherche scientifique : astronomie, botanique et zoologie entre autres.

  • 29 . Sur les observations médicales, voir les articles de Gianna Pomata, « Sharing Cases : the Observa (...)

29Les praticiens de la jurisprudence et de la médecine ont enregistré d’énormes quantités de détails dans leurs dossiers, établissant ce que nous appellerions des « bases de données » de la pratique. Au début du 16e siècle, les médecins ont empiriquement recueilli un grand nombre d’histoires de patients à partir de leur propre pratique, des échanges avec leurs collègues et autres correspondants, ainsi que des lectures abondantes de la littérature médicale ancienne et contemporaine. Ces observationes, comme on les appelait généralement, témoignent de la façon dont un engagement empirique pouvait générer des copia. Le « père de la chirurgie allemande », Wilhelm Fabry Von Hilden (Fabricius Hildanus latinisé) (1560-1634), a publié quelque six centuriae de ses Observationes et curationes chirurgicae, qui ont rassemblé six décennies de données médicales recueillies auprès de 348 collègues différents29. Pour les avocats et les médecins, comme pour les hommes d’État et les naturalistes, la gestion de l’information est devenue une nécessité professionnelle.

  • 30 . Nils Ekedahl, « Collecting flowers. Linnaean method and the humanist art of reading », Acta Unive (...)
  • 31 . Francis Bacon, Novum Organum, Livre 2, Aphorisme 26 (Francis Bacon, Novum Organum, Paris, Librair (...)

30Les projets d’Aldrovandi et d’Hildanus ont été conçus pour fournir des raccourcis utiles au lecteur, mais, avec le temps, ils ont fini par devenir eux-mêmes extrêmement lourds. Les premiers savants, naturalistes, médecins et juristes européens du début de l’époque moderne, entre autres, se sont retrouvés prisonniers d’un paradoxe : la tension entre copia et brevitas. L’accumulation de textes, de descriptions, de données et d’échanges scientifiques au sein de la Respublica Litterae a produit ce que Nils Ekedahl a appelé la « profusion savante30 ». Dans l’érudition de la Renaissance, seule la copia pouvait réellement conduire à des avancées dans la connaissance, mais pour rendre le savoir lisible et le communiquer aux autres, la brevitas était nécessaire. Francis Bacon justifiait le recours aux intitulés pour mettre de l’ordre dans ses observations par le fait que « le temps se détermine et l’esprit s’exerce sur un terrain bien circonscrit31 ». La brièveté est l’âme de l’esprit, mais un minimum de concision était aussi essentiel pour se frayer un chemin dans le maquis des informations de la première modernité.

L’abondance des livres

31La copia que la plupart des gens connaissent pour la première modernité n’est autre que celle des documents imprimés en grande quantité grâce à l’invention de Gutenberg. L’augmentation impressionnante du nombre de livres facilement accessibles a été de loin le changement le plus important apporté par la presse à imprimer. De manière incontestablement révolutionnaire, l’imprimerie a provoqué un formidable bond en avant quant à la quantité, la diversité et la disponibilité des livres au sein de la société européenne des temps modernes. Ce n’était rien de moins qu’un changement radical.

32De limité pour le lecteur médiéval, le nombre de titres existants a explosé suite à l’avènement de l’imprimé. Le nombre et l’éventail des livres disponibles dépassaient largement la capacité d’un individu. La copia des livres imprimés a fait évoluer la lecture vers une pratique extensive plutôt qu’intensive. Les livres faisaient office d’exempla au Moyen Âge ; avec l’imprimé, ils sont devenus des composantes de la copia.

  • 32 . Traduction de Charles Isaac Elton et Mary Augusta Elton, The Great Book-Collectors, Londres, Kega (...)

33Pour un esprit médiéval comme celui de Pétrarque (1304-1374), l’abondance de livres pouvait nuire à l’apprentissage au lieu de lui fournir une porte d’entrée. « Veillez à ce qu’ils ne forment pas un obstacle. Beaucoup de généraux ont été battus par le fait d’avoir trop de troupes », écrit-il dans le De remediis utriusque fortunae32. Pétrarque craignait que l’abondance des livres ne l’empêche de les connaître en profondeur. Avec l’avènement de l’imprimerie, l’inquiétude relative à la copia librorum s’est encore plus largement fait entendre, mais le raisonnement régissant l’utilisation des livres a progressivement changé, nécessitant de nouveaux outils pour gérer la copia qui en résulte. Opérant dans les textes davantage en vagabonds qu’en spéléologues, les savants ont sélectionné des extraits plus nombreux que jamais plutôt que de s’enfoncer dans un nombre restreint de textes choisis faisant autorité.

  • 33 . Polydore Vergil, On Discovery, édité et traduit par Brian P. Copenhaver, Cambridge (Mass) Harvard (...)
  • 34 . Philip Gaskell, Patricia Bradford (dir), Hornschuch’s Orthotypographia, Cambridge, The University (...)

34La copia librorum a souvent fait l’objet de remarques de la part des contemporains. L’humaniste Polydore Virgile (v. 1470-1555) écrivait dès le début du 16e siècle que « des livres dans toutes les disciplines nous sont sortis si abondamment de cette invention qu’aucune œuvre ne peut rester hors de portée de qui que ce soit, même s’il est dans le besoin33 ». Dans son traité de typographie, publié en 1608, Hieronymus Hornschuch déclare que si, avant l’imprimerie, seuls les riches pouvaient bénéficier d’études libérales, il y a désormais « un tel flot de livres (copia librorum) sur tous les sujets... qu’il n’y aura jamais à l’avenir d’ouvrage qui soit hors de portée même des plus nécessiteux34 ». L’Incunabla Short Title Catalogue de la British Library estime à neuf millions le nombre de livres imprimés en circulation avant 1500. La production du 16e siècle éclipse ce chiffre : l’Universal Short Title Catalogue de l’université de St Andrews suggère qu’au moins 345 000 éditions différentes et plus de 180 millions de livres ont alors été imprimés. Il s’agit sans conteste d’une révolution sur le plan quantitatif.

35L’une des manifestations les plus concrètes de la révolution de l’imprimé a été le développement des bibliothèques institutionnelles et privées. La possession des livres s’est étendue au-delà des collections universitaires, monastiques et princières, jusqu’aux bureaux, aux maisons et aux études personnelles. L’imprimerie a permis, pour la toute première fois, à un grand nombre de personnes de posséder leurs propres livres et de posséder plus de livres qu’elles ne pouvaient en lire. La sociologie des propriétaires de livres a également changé : juristes et médecins ont rassemblé des collections à des fins professionnelles, tandis que les nobles en faisaient l’acquisition comme autant de marques de prestige et de preuves de savoir, les princes développant leurs bibliothèques afin d’affirmer leur pouvoir et leur autorité.

36Les efforts de Fernand Colomb (1488-1539), second fils de Christophe, qui a fait de l’acquisition d’une vaste bibliothèque personnelle sa principale préoccupation, sont globalement représentatifs. Sa bibliothèque, qui comptait 15 000 volumes, dont 90 % imprimés, est particulièrement intéressante pour notre propos, car elle était largement connue non seulement pour sa variété et son étendue, mais aussi pour son catalogage systématique. L’ampleur de son entreprise fut exposée dans une lettre qu’il envoya à l’empereur du Saint-Empire, Charles Quint, en 1536 :

  • 35 . Cité par William Sherman, « A New World of Books : Hernando Colón and the Biblioteca Colombina », (...)

« Il devrait y avoir dans le royaume un certain lieu où tous les livres de toutes les branches de la connaissance qui traitent du monde chrétien et même de l’extérieur devraient être rassemblés, afin qu’avec le temps la bibliothèque puisse posséder tous les livres qui peuvent être obtenus, et que tout ce qui est écrit soit organisé par ordre alphabétique dans d’autres livres comme indiqué ci-dessus, jusqu’à ce que chaque [visiteur] puisse être facilement instruit de ce qu’il souhaite savoir. »35

37Fernand voulait marier exhaustivité et commodité pour faire face à la copia.

  • 36 . Laurent Pinon, Livres de zoologie de la Renaissance : une anthologie (1450-1700), Paris, Klincksi (...)
  • 37 . Sur la Bibliotheca universalis de Gessner, voir Helmut Zedelmaier, « Suchen und Finden vor Google (...)

38Catalogues et inventaires de bibliothèques ont été accompagnés par des publications imprimées dans le but de couvrir l’abondance de livres, de fournir des raccourcis au lecteur et de séparer le bon grain de l’ivraie. Une même tension entre l’exhaustivité et le tri apparaît dans des ouvrages tels que la Bibliotheca universalis de Conrad Gessner (1545-1588), qui tente de regrouper tous les livres en un seul ouvrage36. Le premier volume décrit le format et le contenu de plus de 10 000 ouvrages, tandis que, dans le second volume, Gessner cherche à organiser les connaissances contenues dans ces livres en utilisant des mots-clés semblables aux loci communes d’Érasme et un arbre de 21 classifications. Consultant, pour ce faire, toute une gamme d’inventaires et de catalogues manuscrits et imprimés, il a fait de sa Bibliotheca une sorte de catalogue collectif du 16e siècle37. Ce « livre sur les livres » est un des nombreux exemples d’encyclopédies, de livres de références et de résumés de grandes œuvres ainsi abrégées, qui condensaient tous des informations recueillies à partir d’un grand nombre de textes.

  • 38 . Gabriel Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque (Paris, Rolet le Duc, 1644). Sur le travail de (...)
  • 39 . Roger Chartier, The Order of Books. Readers, Authors and Libraries in Europe Between the 14th and (...)
  • 40 . Elisabeth De Rijk, « Thomas Hyde, Julia Pettee and the Development of Cataloging Principles, with (...)

39Ce mélange d’universalité et de classification se retrouve dans l’œuvre de Gabriel Naudé (1600-1653) qui, tant dans la bibliothèque du cardinal Mazarin (1602-1661) que dans son traité Advis pour dresser une bibliothèque (1627), imagine une bibliothèque où tous les savoirs seraient déposés38. Réelles ou imaginaires, ses bibliothèques visaient l’universalité, mais étaient aussi dotées d’outils de navigation qui reflétaient l’ordre du savoir. Des efforts comme ceux de Gessner et Naudé témoignent des défis que posent les projets à vocation universelle dans le monde en expansion de l’imprimé. Les bibliothèques de la première modernité européenne sont une réponse à la « crise générale de classification » produite par l’explosion de l’information. Catalogues, listes de livres, bibliographies et classifications disciplinaires faisaient partie de ce que Roger Chartier a appelé « le nouvel ordre des livres39 ». Ils formaient une réponse aux limites de la mémoire humaine et un moyen de rendre accessible le savoir imprimé. Comme Thomas Hyde (1636-1703) l’a indiqué dans sa préface au catalogue de la Bodleian Library d’Oxford (1674), après avoir noté l’ampleur de son entreprise, « s’ils examinent ce catalogue, ils verront cette diversité s’exprimer et se réconcilier à la fois40 ».

  • 41 . Cité dans Hans Wellisch, « How to make an index – 16th century style : Conrad Gessner on Indexes (...)

40Des impulsions similaires ont donné forme aux éléments paratextuels figurant à l’intérieur des livres, comme les tables des matières, les indices, les commentaires marginaux et les glossaires. Au fil du temps, il est devenu de plus en plus courant que ces outils aient recours à un classement alphabétique, dont l’utilité a fini par l’emporter dans tous les ouvrages agrégeant de l’information, y compris les dictionnaires et les encyclopédies. Déjà en 1549, Gessner, dans sa Bibliotheca universalis, affirmait que seule l’imprimerie aidait davantage les savants que l’« invention divine » de l’indexation41. Le classement alphabétique, en tant que moyen de gestion de l’information, a été progressivement adopté ailleurs, par exemple par les marchands dans la tenue de leurs dossiers et par les érudits dans leurs extraits de lieux communs. Il convient de noter que ce type de classement refuse nécessairement de hiérarchiser les connaissances en instaurant un ordre moralement neutre. À cet égard, il s’agit d’une approche très moderne de la gestion de l’information.

L’abondance de nouvelles

  • 42 . Andrew Pettegree, The Invention of News : How The World Came to Know About Itself, New Haven, Yal (...)
  • 43 . Mario Infelise, « From merchants’ letters to handwritten political avvisi : notes on the origins (...)
  • 44 . Johann Petitjean, « Compilation des nouvelles et écritures de l’actualité à Venise au XVIe siècle (...)

41Andrew Pettegree a récemment suggéré que le début de la période moderne avait vu l’« invention des nouvelles42 ». Au cours de ces siècles, les nouvelles en circulation ont été un autre type d’information qui a crû en abondance et en variété, comme en témoigne l’énorme popularité des brochures d’information, d’abord sous forme manuscrite, puis en version imprimée43. À la fin du 16e siècle, le marché de la publication imprimée de tels fascicules, peu coûteux et rapidement produits, était en pleine expansion, ce qui permettait aux lecteurs d’obtenir des comptes rendus haletants des derniers événements. De tels produits ont ouvert un monde de nouvelles à ceux qui, autrement, n’y auraient pas eu accès, créant de nouveaux cercles de personnes informées. Déjà, dans les années 1520, les Flugschriften luthériens circulaient par dizaines de milliers. Au début du siècle suivant existe un véritable marché pour les dernières nouvelles imprimées, non sans lien avec leur communication orale ou manuscrite, grâce aux avvisi notamment. Ces derniers apportaient du grain à moudre au moulin de la rumeur, une véritable « culture des nouvelles » donc, le sentiment diffus d’une simultanéité, l’idée d’un monde partagé44. Comme l’a suggéré Brian Dooley :

  • 45 . Brendan Dooley, « Introduction », dans Brendan Dooley (dir.), The Dissemination of News and the E (...)

« Les nouveaux moyens de communication ont rendu possible le partage d’un présent perçu à travers les petites, moyennes et grandes distances, à différentes échelles comme celles de la famille, du voisinage, du village et du monde, encourageant une appréhension critique des événements. »45

  • 46 . Voir, pour un traitement exemplaire de ces publications, avec plusieurs études de cas : Johann Pe (...)

42Les producteurs de feuillets d’information, d’avvisi et de gazettes se sont vantés de la rapidité et de la « fraîcheur » de leurs nouvelles46.

43La création de ces instruments papier a nécessité du discernement, de la sélection et de la découpe, car ces bulletins d’information ont été rassemblés à partir d’un réservoir beaucoup plus vaste de nouvelles, de ragots et de documents écrits. L’épaississement des réseaux de communication et de correspondance du début des temps modernes signifiait pour beaucoup qu’il y avait « trop de choses à savoir », trop de nouvelles. Les auteurs des bulletins d’information devaient déterminer ce qui était digne d’intérêt, opportun et attrayant pour leur auditoire. À bien des égards, ces feuillets d’information constituaient un exercice éclairé pour déterminer ce qui valait la peine d’être noté d’après la « lecture » de l’information qui leur était présentée. L’abondance des nouvelles, comme l’abondance des livres et des observations scientifiques, a fait l’objet d’extraits, seuls les plus utiles et les plus intéressants étant retenus. C’est ainsi que nous avons des publications comme Mercurius gallobelgicus, une agglomération d’informations internationales largement diffusée, publié deux fois par an à Francfort et à Cologne par un réfugié catholique hollandais, de 1592 à 1635, qui rappelle les modèles de compilation des avvisi et Fuggerzeitungen.

44Les journaux étaient, entre autres choses, des tentatives pour maîtriser l’abondance des informations et les présenter à un public avide de nouvelles sous une forme assimilable, d’une manière périodique et prévisible. Les premiers journaux étaient essentiellement des versions imprimées de manuscrits antérieurs, pleins de comptes rendus politiques, secs et généralement sérieux. Les journaux ont pris leur essor dans le contexte des bouleversements politiques et militaires du milieu du 17e siècle, comme la guerre de Trente Ans. Encore une fois, ces journaux avaient beaucoup de choses en commun avec l’information publique et semi-publique des avvisi, qui apparaissaient à intervalles réguliers.

45En 1700, plus de 200 journaux étaient publiés régulièrement, provenant de 80 localités différentes. Rien qu’en Allemagne, 70 millions d’exemplaires avaient été imprimés à la fin du 17e siècle. De tels chiffres indiquent un marché avide d’informations actualisées parmi le public alphabétisé.

  • 47 . Filippo De Vivo, Information and Communication in Venice. Rethinking Early Modern Politics, Oxfor (...)
  • 48 . Paul Arblaster, « “Dat de Boecken Vrij Sullen Wesen”. Private Profit, Public Utility and Secrets (...)

46L’apparition du journal indique que de nombreuses caractéristiques du traitement de l’information dans l’Europe du début de l’ère moderne s’appliquent désormais aussi à « l’actualité ». En rassemblant une grande variété d’histoires, souvent sans rapport les unes avec les autres, les nouvelles sont devenues ce que nous pourrions appeler de « l’information ». Cette information est devenue une composante du quotidien, l’objet des conversations de tous les jours et un mode de façonnement de l’opinion publique47. Les épisodes ne se sont pas simplement produits, ils se sont déroulés. Abraham Verhoeven (1575-1652), éditeur anversois du premier journal des Pays-Bas des Habsbourg, le Nieuwe Tijdinghen, qui paraît deux ou trois fois par mois à partir des années 1620, déclare qu’il l’a conçu « pour le bonheur de ceux qui ne veulent pas être ignorants des affaires publiques du monde48 ». La demande d’informations opportunes et de leur lecture sous une forme adaptée était maintenant largement partagée. C’était encore une autre forme de mise en commun de la réalité.

Conclusion : la réalité mise en commun

  • 49 . Ignatius Weitenauer, Del modo legendi et excerpendi libri II, Augsburg, Ignatius Eagner, 1775, p. (...)

47Dans un ouvrage populaire du 18e siècle portant sur la façon d’extraire des connaissances utiles et précieuses de l’abondance des livres disponibles, Del modo legendi et excerpendi (1775), Ignatius Weitenauer écrit qu’une collection d’extraits désordonnés tirés de sa propre lecture ressemble à une armée sans rang, une confusion désordonnée qui ne se prête à aucun déploiement significatif49. Il importe donc d’organiser l’information que l’on a recueillie au cours de l’étude. Sans de tels efforts de gestion de l’information, déclare Weitenauer, copia impedimento erit : l’abondance fait obstacle.

48Copia impedimento erit : cela pourrait être une ligne de conduite pour notre temps. L’une des caractéristiques majeures de notre époque est que nous nous débattons pour faire face à une surabondance d’informations. Nous sommes assaillis de « Big Data », de « surcharge d’informations » et de « cloud ». Sur le marché actuel, d’énormes ressources sont canalisées vers les individus et les institutions qui peuvent gérer ces océans d’information, et nous présentent des portions assimilables ou des résumés déjà abrégés. Un très grand pourcentage des « applications tueuses », tant appréciées des capital-risqueurs de la Silicon Valley, ont comme principal argument de vente qu’elles peuvent fournir des raccourcis vers les informations souhaitées par l’utilisateur. Ce qui est prisé en cet « âge de l’information », c’est un filtre efficace, mais même celui-ci nous laisse au mieux dans l’incertitude quant à la possibilité d’établir une vérité authentique et une connaissance pratique à partir du tourbillon de l’information.

49Les Européens de la première modernité n’ont pas eu à faire face aux quantités gargantuesques d’informations avec lesquelles nous devons composer aujourd’hui. Néanmoins, le désagrément et la dislocation vécus en cette époque de transformation informationnelle étaient réels, et les efforts et les énergies consacrés à leur résolution un thème majeur de l’histoire de cette période. En écrivant le De copia verborum, Érasme n’aurait guère pu imaginer les mondes de papier, savants ou non, qui allaient se développer dans toute l’Europe au cours des siècles à venir : des copiae au-delà de son imagination. La modeste proposition d’Érasme concernant les loci communes n’est qu’un exemple des nombreux mécanismes que les Européens allaient développer, affiner et adopter pour traiter l’information dans leurs propres domaines. Les registres de comptes, les carnets courants, les encyclopédies, les almanachs, les catalogues de bibliothèques, les recensements, les archives, les journaux et les cabinets de curiosités avaient tous la gestion de l’information au cœur de leur fonctionnalité. Les Européens de la première modernité ont consacré énormément de temps, d’énergie et d’argent à la gestion des mondes de papier qu’ils ont créés. Nous devons reconnaître qu’il s’agit là d’un thème central de l’histoire de cette période. Leurs copiae n’étaient pas les nôtres, mais leurs succès et leurs échecs face à elles constituent certainement des leçons pour nous aujourd’hui, car nous sommes souvent forcés, à notre insu, d’être des gestionnaires de l’information à part entière.

Haut de page

Notes

1 . Desiderius Erasmus, On Copia of Words and Ideas, trad. Donald King et H. David Rix, Milwaukee (WI), Marquette University Press, 1999, p. 11 et 19.

2 . Paul Dover, The Information Revolution of Early Modern Europe : Worlds of Paper, Cambridge, Cambridge University Press, à paraître en 2021.

3 . Johann Petitjean, Arnaud Fossier, Clémence Revest (dir.), Écritures grises. Les instruments de travail des administrations (XIIe-XVIIe siècle), Paris, École des Chartes, 2019.

4 . Katherine Park, Lorraine Daston, « Introduction : the Age of the New », dans Katherine Park, Lorraine Daston (dir.), The Cambridge History of Science, vol. 3 : Early Modern Science, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 6.

5 . Michel De Certeau, The Practices of Everyday Life, Berkeley, University of California Press, 1984, p. 137-156.

6 Robert Burton, Anatomy of Melancholy, édité par Floyd Dell et Paul Jordan-Smith, New York, Tudor Publishing Company, 1955, p. 17.

7 . Madeleine Foisil, « L’écriture du for privé », dans Philippe Ariès, Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 3 : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 1985, p. 319-359.

8 . James Amelang, The Flight of Icarus. Artisan Autobiography on Early Modern Europe, Stanford, Stanford University Press, 1998.

9 . Sur la prise de note et les extraits de lieux communs, voir : Ann Moss, Printed Commonplace Books and the Structuring of Renaissance Thought, Oxford, Clarendon, 1996 ; Richard Yeo, Notebooks, Virtuosi, and Early Modern Science, Chicago, University of Chicago Press, 2014 ; David Cowling, Mette Bruun (dir.), Commonplace Culture in Western Europe in the Early Modern Period, Leuven, Peeters, 2011 ; Urs Leu, « Aneignung und Speicherung enzyklopädischen Wissens. Die Loci-Methode », dans Christine Christ von Wedel, Urs Leu (dir.), Erasmus in Zürich : eine verschwiegene Autorität, Zurich, Verlag, Neue Zürcher Zeitung, 2007, p. 327-342 ; Albert Cevolini, De Arte Excerpendi. Imparare a dimenticare nella modernità, Florence, Olschki, 2006 ; Alberto Cevolini (dir.), Forgetting Machines : Knowledge Management Evolution in Early Modern Europe, Leiden, Brill, 2016 ; Ann Blair, « Note Taking as an Art of Transmission », Critical Inquiry, vol. 31, n° 3, 2004, p. 85-107 ; Howard Hotson, Commonplace Learning : Ramism and its German Ramifications, 1543-1630, Oxford, Oxford University Press, 2007.

10 . Jean-Henri Martin, « Classements et conjonctures », dans Roger Chartier, Jean-Henri Martin (dir.), Histoire de l’édition française, t. I : Le livre conquérant. Du Moyen Âge au milieu du XVIIe siècle, Paris, Fayard, 1989, p. 429-457 ; Michael Hobart, Zachary Schiffman, Information Ages : Literacy, Numeracy and the Computer Revolution, Baltimore, MD, Johns Hopkins University Press, 1998, p. 87-111.

11 . Ann Blair, Too Much to Know : Managing Scholarly Information Before the Modern Age, New Haven, Yale University Press, 2010, p. 6.

12 . Francis Bacon, Novum Organum, Livre 2, Aphorisme 10 (Francis Bacon, Novum Organum, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1857, p. 83).

13 . Fernand Braudel, Civilization and Capitalism, 15th-18th Century, vol. II : The Wheels of Commerce, trad. Sian Reynolds, Berkeley, University of California Press, 1982, p. 360.

14 . Henri Lapeyre, Une famille de marchands : Les Ruiz, Paris, Armand Colin, 1955 ; Felipe Ruiz Martin, Pequeño capitalismo, gran capitalismo : Simón Ruiz y sus negocios en Florencia, Barcelona, Critica, 1990.

15 Cité dans Marco Spallanzani, Mercanti fiorentini nell’Asia portoghese (1500-1525), Florence, Edizioni SPES, 1997, p. 42-43.

16 . Domenico Peri, Il negotiante di Giovanni Domenico Peri genovese, Genoa, Pier Giovanni Calenzano, 1638, p. 79.

17 . Peter Burke, « Communication », dans Ulinka Rublack (dir.), A Concise Companion to History, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 157-176, ici p. 165.

18 . Voir le projet Williams : <https://www.paperprinces.org/>.

19 . Isabella Lazzarini, Communication and Conflict. Italian Diplomacy in the Early Renaissance, 1350-1520, Oxford, Oxford University Press, 2015, p. 51.

20 . Paul Dover, « Introduction : the Age of Secretaries », dans Paul Dover (dir.), Secretaries and Statecraft in the Early Modern World, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2016.

21 . Cette bifurcation n’est évidemment pas toujours nette. Voir, par exemple, l’excellente analyse des nombreux rôles assumés par les notaires au début de la Rome moderne par Laurie Nussdorfer, Brokers of Public Trust : Notaries in Early Modern Rome, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2009.

22 . Randolph Head, Making Archives in Early Modern Europe : Proof, Information and Political Record-Keeping, 1400-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 2019.

23 . Sur cette distinction, voir : Gian Maria Varanini, « Public Written Records », dans Andrea Gamberini, Isabella Lazzarini (dir.), The Italian Renaissance State, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 385-400.

24 . Randy Head, « Knowing Like a State : the Transformation of Political Knowledge in Swiss Archives, 1450-1770 », The Journal of Modern History, vol. 75, n° 4, 2003, p. 745-782.

25 . Jean Boutier, Sandro Landi, Olivier Rouchon, Politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie (XIVe-XVIIIe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

26 . Voir en particulier les contributions dans Gianna Pomata, Nancy Siraisi (dir), Historia, Empiricism and Erudition in Early Modern Europe, Cambridge (Mass), MIT Press, 2005.

27 . Brian Ogilvie, The science of describing : natural history in Renaissance Europe, Chicago, University of Chicago Press, 2005 ; Antonio Barrera-Osorio, Experiencing Nature : The Spanish-American Empire and the Early Scientific Revolution, Austin, University of Texas Press, 2006, p. 1.

28 . Fabian Kraemer, « Ulisse Aldrovandi’s Pandechion Epistemonicon and the Use of Paper Technology in Renaisance Natural History », Science and Medicine, vol. 19, n° 5, 2014, p. 398-423.

29 . Sur les observations médicales, voir les articles de Gianna Pomata, « Sharing Cases : the Observationes in Early Modern Medicine », Early Science and Medicine, vol. 15, n° 3, 2010, p. 193-236, et « Observation Rising : Birth of an Epistemic Genre, 1500-1650 », dans Lorraine Daston, Elizabeth Lunbeck (dir.), Histories of Scientific Observation, Chicago, University of Chicago Press, 2011, p. 45-80.

30 . Nils Ekedahl, « Collecting flowers. Linnaean method and the humanist art of reading », Acta Universitatis Upsaliensis Symbolae Botanicae Upsalienses, vol. 33, n° 3, 2005, p. 47-59.

31 . Francis Bacon, Novum Organum, Livre 2, Aphorisme 26 (Francis Bacon, Novum Organum, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1857, p. 121, traduction revue par l’auteur).

32 . Traduction de Charles Isaac Elton et Mary Augusta Elton, The Great Book-Collectors, Londres, Kegan Paul, 1893, p. 44-47.

33 . Polydore Vergil, On Discovery, édité et traduit par Brian P. Copenhaver, Cambridge (Mass) Harvard University Press, 2002, vol. II, p. 7.

34 . Philip Gaskell, Patricia Bradford (dir), Hornschuch’s Orthotypographia, Cambridge, The University Library, 1972, p. 4-5.

35 . Cité par William Sherman, « A New World of Books : Hernando Colón and the Biblioteca Colombina », dans Ann Blair, Anja-Silvia Goeing (dir.), For the Sake of Learning. Essays in Honor of Anthony Grafton, Leiden, Brill, 2016, vol I, p. 404-414, ici p. 412. Voir également la récente biographie d’Hernando, qui se concentre particulièrement sur sa bibliothèque : Edward Wilson-Lee, The Catalogue of Shipwrecked Books : Young Columbus and the Quest for a Universal Library, London, William Collins, 2018.

36 . Laurent Pinon, Livres de zoologie de la Renaissance : une anthologie (1450-1700), Paris, Klincksieck, 1995, p. 34.

37 . Sur la Bibliotheca universalis de Gessner, voir Helmut Zedelmaier, « Suchen und Finden vor Google : Zur Metadatenproduktion im 16. Jahrhundert », dans Ann Blair, Anja-Silvia Goeing (dir.), For the Sake of Learning. Essays in Honor of Anthony Grafton, Leiden, Brill, 2016, Vol. I, p. 423-440 ; Hans Wellisch, « How to make an index – 16th century style : Conrad Gessner on Indexes and Catalogs », International Classification, vol. 8, n° 1, 1981, p. 10-15. Voir également : Ann Blair, Too Much to Know…, op. cit.

38 . Gabriel Naudé, Advis pour dresser une bibliothèque (Paris, Rolet le Duc, 1644). Sur le travail de Naudé comme bibliothécaire, voir Estelle Boeuf, La Bibliothèque parisienne de Gabriel Naudé en 1630, Genève, Droz, 2007.

39 . Roger Chartier, The Order of Books. Readers, Authors and Libraries in Europe Between the 14th and 18th Centuries, Stanford, Stanford University Press, 1994.

40 . Elisabeth De Rijk, « Thomas Hyde, Julia Pettee and the Development of Cataloging Principles, with a Translation of Hyde’s 1674 Preface to the Reader », Cataloging & Classification Quarterly, vol. 14, n° 2, 2010, p. 31-62, ici p. 52. Le premier catalogue de la bibliothèque bodléienne, publié en 1605, était organisé d’abord par sujet, puis par taille, et seulement ensuite par les noms des auteurs.

41 . Cité dans Hans Wellisch, « How to make an index – 16th century style : Conrad Gessner on Indexes and Catalogs », International Classification, vol. 8, n° 1, 1981, p. 10.

42 . Andrew Pettegree, The Invention of News : How The World Came to Know About Itself, New Haven, Yale University Press, 2014.

43 . Mario Infelise, « From merchants’ letters to handwritten political avvisi : notes on the origins of public information », dans Heinz Schilling, István György Tóth (dir.), Religion and Cultural Exchange in Europe, 1400-1700, volume I de Robert Muchembled (dir.), Cultural Exchange in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 33-52 ; Mario Infelise, Prima dei giornali : alle origini della pubblica informazione, secoli XVIe-XVIIe, Rome, Laterza, 2002.

44 . Johann Petitjean, « Compilation des nouvelles et écritures de l’actualité à Venise au XVIe siècle », Hypothèses, n° 13, 2010, p. 73-83.

45 . Brendan Dooley, « Introduction », dans Brendan Dooley (dir.), The Dissemination of News and the Emergence of Contemporaneity in Early Modern Europe, Farnham, Ashgate, 2010, p. 2-3.

46 . Voir, pour un traitement exemplaire de ces publications, avec plusieurs études de cas : Johann Petitjean, L’Intelligence des choses. Une histoire de l’information entre Italie et Méditerranée (XVIe-XVIIe siècles), Rome, École française de Rome, 2013.

47 . Filippo De Vivo, Information and Communication in Venice. Rethinking Early Modern Politics, Oxford, Oxford University Press, 2007.

48 . Paul Arblaster, « “Dat de Boecken Vrij Sullen Wesen”. Private Profit, Public Utility and Secrets of State in the Seventeenth-Century Habsburg Netherlands », dans Joop W. Koopmans (dir.), News and Politics in early modern Europe, Leuven, Peeters, 2005, p. 79-95, ici p. 86.

49 . Ignatius Weitenauer, Del modo legendi et excerpendi libri II, Augsburg, Ignatius Eagner, 1775, p. 397.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Dover, « Variété et abondance. La copia et l’histoire de l’Europe des débuts de l’époque moderne »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 149 | 2021, 23-45.

Référence électronique

Paul Dover, « Variété et abondance. La copia et l’histoire de l’Europe des débuts de l’époque moderne »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 149 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16219 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16219

Haut de page

Auteur

Paul Dover

Kennesaw State University

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search