Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149UN CERTAIN REGARDNuremberg : des images pour l’His...

UN CERTAIN REGARD

Nuremberg : des images pour l’Histoire, documentaire de Jean-Christophe Klotz, 2019, 59 min.

Les coulisses méconnues du procès
Anne-Marie Bidaud
p. 199-201

Texte intégral

1Un nouveau film sur Nuremberg ? On pensait pourtant le sujet épuisé, tous les documents et témoignages connus depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais le film de Jean-Christophe Klotz apporte des informations inédites sur les recherches en amont du procès, effectuées par deux jeunes Américains dans des conditions étonnamment romanesques, et sur les suites inattendues de leur mission. À l’été 1945, quelques mois avant l’ouverture du procès, les deux frères Schulberg, Stuart et Budd, passionnés de cinéma et fils d’un des plus puissants producteurs de Hollywood, sont chargés par l’OSS (Office of Strategic Services, ancêtre de la CIA) de rassembler un maximum d’images, prises par les nazis eux-mêmes, pour démontrer leur responsabilité dans les horreurs de la Seconde Guerre mondiale. Leur supérieur hiérarchique, au cours de cette opération, n’est autre que le célèbre réalisateur John Ford, chef de l’unité cinématographique de l’OSS.

2La première partie du documentaire reconstitue les coulisses de cette course contre la montre digne d’un film à suspense. Il s’agit de jouer les détectives en Allemagne sans en connaître la langue, dans un pays en ruine, alors qu’ils sont détestés par la population (comme en témoigne une lettre de Stuart à sa femme), le tout dans l’urgence parce que les nazis aux abois s’empressent de brûler des milliers de photos et de films compromettants. Pendant quatre mois d’enquête à haut risque, les deux frères sillonnent l’Europe dévastée. La chance est de leur côté, car il reste encore beaucoup d’images, Hitler et ses sbires n’ayant pas manqué une occasion de complaisamment se mettre en scène. La cinéaste préférée du Führer, Leni Riefenstahl, une fois arrêtée par les Alliés, accepta aussi de les aider à identifier bon nombre de dignitaires nazis qu’elle fréquentait, pour atténuer sa responsabilité. Le hasard les mit aussi sur la piste de documents accablants. Avec deux monteurs, les frères Schulberg travaillèrent sans relâche pour être prêts à diffuser leur film de 3 h 16, The Nazi Plan, constitué exclusivement d’images allemandes, pour l’ouverture du tribunal le 20 novembre 1945. Seront ainsi projetés, en complément de reportages glaçants sur la libération des camps, des films inconnus, notamment sur le pogrom de Lviv en Ukraine et le ghetto de Varsovie en 1942, dévastateurs pour les nazis.

3Le travail des jeunes cinéastes américains n’était pourtant pas fini, notamment pour Stuart Schulberg, qui fut ensuite chargé de filmer les séances des 218 jours d’audience pour le compte des États-Unis. Tout au long du procès, il apporta subtilement sa touche personnelle, insérant en plans de coupe les visages des accusés, ce qui permit de révéler au monde entier comment les hauts dignitaires nazis, ricanant comme Goebbels ou fanfaronnant comme Goering, se transformèrent en masques livides après le choc des projections.

4La carrière de ce documentaire exceptionnel, qui aurait dû avoir une diffusion mondiale, s’arrêta pourtant là. Car une fois les nazis condamnés, il fallait tourner la page, au nom de nouveaux impératifs géopolitiques. Priorité dorénavant fut accordée à la reconstruction de l’Europe et au redressement de l’Allemagne, dont on préféra gommer le passé. La guerre froide s’annonçait aussi… Le film des frères Schulberg resta donc dans les oubliettes de l’histoire, jusqu’à un nouveau rebondissement : Sandra, la fille de Stuart Schulberg, découvre en 2009 des fragments du film de son père, le restaure et le reconstitue minutieusement avec l’aide d’un historien. Sorti enfin aux États-Unis en 2010-2011 sous le titre Nuremberg : Its Lessons for Today, il connaîtra ensuite une diffusion internationale, en treize langues.

5C’est l’aventure de ce film perdu et retrouvé et de ses improbables vicissitudes que Jean-Christophe Klotz retrace avec brio dans son documentaire. Il en souligne aussi le poids historique inédit. Car, pour la première fois dans l’histoire de la justice, un film projeté au centre d’une salle d’audience va acquérir le statut de preuve, de pièce à conviction irréfutable, puis d’archives de l’humanité. Et donner des contours définitifs, ineffaçables, à nos représentations collectives des horreurs du nazisme, de la Shoah et de la barbarie. Il rappelle enfin que ce même tribunal, en jetant les bases du droit international, va devenir un agent décisif au service de l’Histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Bidaud, « Nuremberg : des images pour l’Histoire, documentaire de Jean-Christophe Klotz, 2019, 59 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 149 | 2021, 199-201.

Référence électronique

Anne-Marie Bidaud, « Nuremberg : des images pour l’Histoire, documentaire de Jean-Christophe Klotz, 2019, 59 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 149 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16293 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16293

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Bidaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search