Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149UN CERTAIN REGARDLa Bataille de l’eau lourde, film...

UN CERTAIN REGARD

La Bataille de l’eau lourde, film franco-norvégien de Jean Dréville, 1948, 96 min.

Une reconstitution d’une bataille stratégique de la Seconde Guerre mondiale pour l’acquisition de la bombe atomique
Chloé Maurel
p. 202-205

Texte intégral

1Récemment est sorti en DVD ce film de 1948 qui retrace, avec les vrais acteurs de l’événement jouant leur propre rôle, une bataille essentielle de la Seconde Guerre mondiale : la lutte des Alliés contre l’Allemagne nazie pour la possession de l’eau lourde, produit chimique capital pour la fabrication de la bombe atomique. L’eau lourde, ou oxyde de deutérium, est constituée des mêmes éléments chimiques que l’eau ordinaire H2O, mais ses atomes d’hydrogène sont des isotopes lourds, du deutérium. C’est le chimiste américain Gilbert Lewis qui isola le premier échantillon d’eau lourde pure, en 1933. L’eau lourde peut permettre la fabrication d’uranium enrichi, donc la mise au point d’une bombe atomique.

2On voit dans ce film, jouant leur propre rôle, Raoul Dautry, ministre de l’Armement en 1939, plus tard délégué du gouvernement au Commissariat à l’énergie atomique, et Frédéric Joliot-Curie, scientifique communiste de renom, haut-commissaire à l’énergie atomique, ainsi que Lew Kowarski, physicien et chimiste d’origine russe naturalisé français.

3Dans une usine de Norvège, créée en 1934 et constituant la première installation de production d’eau lourde commerciale, d’une capacité de douze tonnes par an, l’Allemagne nazie travaille à des armes secrètes, atomiques. Cette usine va devenir l’enjeu crucial d’une bataille déterminante pour la fabrication de la bombe atomique.

4En mars 1939, au Collège de France, Frédéric Joliot-Curie prononce un discours confiant au sujet des possibilités de l’énergie atomique. Il discute ensuite avec ses collègues et observe que la seule usine produisant de l’eau lourde, ingrédient essentiel pour produire de l’énergie atomique, est celle qui se trouve en Norvège, dans la région montagneuse de Telemark. Le film nous montre cette usine, située à Vemork en Norvège : sept étages de béton massif en pleine montagne. C’est aussi à l’époque la plus puissante centrale hydro-électrique du monde. Joliot-Curie discute avec Dautry : il faut commander 160 litres d’eau lourde à Vemork. Mais les Allemands en veulent aussi.

5En mars 1940, le seul stock d’eau lourde au monde quitte l’usine de Vemork. L’agent français chargé de la mission monte dans un avion, le stock d’eau lourde avec lui. Puis il change d’avion pour semer les espions ennemis. L’eau lourde en bidons arrive au Collège de France.

6Puis, au printemps 1940, les forces allemandes envahissent la Norvège. L’usine est occupée. Un peu plus tard, la France est envahie par les Allemands, c’est l’exode, que le film montre avec des images authentiques. Paris est menacée. Le stock d’eau lourde quitte le Collège de France. Dans une villa de Clermont-Ferrand, Joliot-Curie et ses collaborateurs ont installé un laboratoire de fortune. Joliot-Curie a obtenu un ordre de mission du gouvernement français pour ses collaborateurs, afin qu’ils continuent à travailler avec l’eau lourde hors de France. Ce sera à Alger.

7Les Allemands ont saisi l’usine norvégienne, mais pas le stock d’eau lourde. La résistance intérieure s’organise dans l’usine avec des cadres et des ouvriers norvégiens. Londres est devenue la capitale de la résistance européenne. Les Britanniques envisagent de parachuter des hommes à Vemork. Un résistant suédois est parachuté, il prend secrètement des photos, le microfilm est ensuite caché dans un tube de dentifrice.

8Puis, pour accomplir leur importante mission, confiée par le SOE britannique et le physicien et résistant norvégien Leif Tronstad, plusieurs résistants norvégiens sont parachutés sur les sommets du Telemark, pour préparer l’arrivée d’un porte-avion britannique. Ils ont été parachutés à 150 km de l’usine et doivent faire le trajet à skis, c’est une marche épuisante. Les scènes tournées dans les majestueux paysages enneigés de Norvège sont de toute beauté. Ils essaient d’appeler Londres par radio. Un des hommes est poursuivi par les troupes allemandes de haute montagne. Le Norvégien abat un Allemand. Dans leur hutte, les Norvégiens entrent en contact radio avec Londres. Pour survivre, ils sont contraints de manger du lichen, avant de réussir à se nourrir de renne. Malgré la gravité de leur situation, les dialogues sont empreints d’humour. Puis ils reprennent la route sous la neige, vers les sommets. La tempête souffle. Le film présente de belles prises de vue dans les grandes étendues nordiques. Les Norvégiens sont pris dans la tempête. De plus, en s’approchant de l’usine, ils doivent éviter les mines posées par les Allemands.

9Leur mission est périlleuse : descendre au fond de la faille rocheuse qui s’ouvre au pied de l’usine, puis s’engager à découvert le long de la voie ferrée qui pénètre dans l’usine. La bataille est imminente, les hommes mettent alors leurs uniformes.

10Le récit en voix off, qui se superpose aux prises de vue, nous donne à voir une authentique aventure avec un terrible suspense et un danger omniprésent. Les hommes arrivent à l’usine, heureusement elle n’est pas protégée par des fils électrifiés. Ils pénètrent donc dans l’enceinte de l’usine et se séparent en deux groupes : un groupe d’action, un groupe de protection. Ils se faufilent dans les conduits de l’usine. L’alarme sonne. L’usine est incendiée. Ils ont réussi leur action de sabotage contre les nazis.

11Sur les hauteurs du Telemark, les Allemands sont aux aguets et tentent de capter des messages radio. Ils veulent capturer les « saboteurs ». Les résistants norvégiens sont toujours en pleine montagne, s’efforçant de leur échapper. Les mois passent et ils sont recherchés par des escadrilles de montagne allemandes. Les Norvégiens bivouaquent dans un trou dans la neige. Leur effort a porté ses fruits, ils ont réussi leur mission.

12Le 16 novembre 1943, les aviateurs alliés foncent sur l’usine de Vemork, ils la bombardent. L’usine est en partie détruite, c’est l’opération Swallow. Les Allemands décident alors de transporter en Allemagne le stock de 10 000 litres d’eau lourde. Les Alliés entreprennent alors de détruire ce long train chargé d’eau lourde, un convoi ferroviaire soigneusement gardé par les Allemands, qui se dirige vers le littoral, où l’attend un ferry-boat à quai. Les résistants alliés montent sur le ferry-boat et posent une bombe.

13Sur le littoral, la flotte allemande attend, prête à embarquer la précieuse cargaison. Mais des sous-marins britanniques sont prêts à intervenir : le 20 février 1944, le ferry-boat explose. Par 300 mètres de fond, dans l’eau glacée du lac norvégien de Tinn, les nazis perdent toute chance de posséder l’eau lourde nécessaire pour construire la première bombe atomique.

14Ce film rare et méconnu relate ainsi une page importante, quoique souvent omise par les récits habituels, de la Seconde Guerre mondiale et de la bataille pour la fabrication de la bombe atomique.

15Finalement, c’est le projet Manhattan, mené par les États-Unis avec la participation du Royaume-Uni et du Canada, qui réussit à fabriquer la première bombe atomique. Commencé en 1939, il finit par employer plus de 130 000 personnes et coûte près de 2 milliards de dollars américains. En 1945, la première bombe atomique, américaine, est testée lors de l’essai Trinity le 16 juillet 1945, à Alamogordo au Nouveau-Mexique, avant que deux bombes atomiques soient lancés par les États-Unis sur le Japon, le 6 août 1945 à Hiroshima et le 9 août 1945 à Nagasaki, scellant la capitulation du Japon en septembre et donc la fin de la Seconde Guerre mondiale.

16À noter qu’en 1965 le réalisateur américain Anthony Mann réalisa un remake de ce film, plus spectaculaire encore, intitulé Les Héros de Telemark et interprété par Kirk Douglas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, « La Bataille de l’eau lourde, film franco-norvégien de Jean Dréville, 1948, 96 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 149 | 2021, 202-205.

Référence électronique

Chloé Maurel, « La Bataille de l’eau lourde, film franco-norvégien de Jean Dréville, 1948, 96 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 149 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16298 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16298

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search