Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149LIVRES LUSArmando Petrucci, Promenades au p...

LIVRES LUS

Armando Petrucci, Promenades au pays de l’écriture

Bruxelles, Zones Sensibles, 2019, 135 p., 16 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Armando Petrucci, Promenades au pays de l’écriture, Bruxelles, Zones Sensibles, 2019, 135 p., 16 €.

Texte intégral

  • 1 Armando Petrucci, Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, 11e-20e siècles, Pa (...)

1Décédé en 2018, Armando Petrucci était un historien médiéviste italien spécialiste de l’écriture et de sa matérialité. En 1993, les éditions de l’EHESS avaient fait paraître en français son ouvrage Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, 11e-20e siècles, qui engageait une réflexion sur le foisonnement des inscriptions1. Petrucci a porté son attention sur les logiques sociales, culturelles, techniques et politiques qui président à ces myriades de formats d’écriture Le petit volume paru à la fin de l’année 2019 aux éditions Zones Sensibles constitue une synthèse enlevée, documentée et illustrée des principales questions théoriques et empiriques qui ont nourri sa recherche.

2L’historien et paléographe cadre son objet en précisant qu’il s’agit de saisir les « témoignages écrits, entendus au sens le plus large : des livres (manuscrits ou imprimés) aux documents (que l’on appelle aussi les actes de la pratique), des inscriptions aux lettres, des graffitis aux comptes, des écrits publicitaires aux feuilles volantes, des journaux aux écritures informatiques (…) » (p. 19). L’omniprésence des écrits dans une ville comme Rome (que Petrucci prend comme exemple de déambulation dans un paysage lettré) est manifeste : panneaux d’indication à la gare, publicités dans les rues, bibliothèques publiques, vestiges antiques ornés d’inscriptions, l’écriture compose des strates épaisses de sens offertes au public. Le lien (de proximité géographique) entre « lieu de production et lieu de conservation des textes » (p. 22) n’a jamais été constant dans l’histoire : à l’époque médiévale, les espaces religieux superposent pratiques d’écriture et archivage ; plus tard, les institutions de pouvoir en Italie ont plutôt « repoussé les institutions archivistiques » (p. 23). L’imprimerie a répandu les écrits dans les espaces publics. Dans le même temps, la structure du texte a évolué : « entre le XIIIe et le XVe siècle, le modèle à double colonne (…) se répandit au travers de l’Europe (…) » (p. 29) ; puis l’inclusion des images et la hiérarchie des « sections » ont multiplié les « modules graphiques » sur la page (p. 30). Cette attention aux matérialités de l’écrit est doublée d’un suivi précis des « catégories culturelles distinctes selon les aptitudes de chacun à écrire et, quand faire se peut, à lire ». Petrucci en distingue six (p. 34). Il y a donc les « lettrés », les « alphabétisés », (p. 34), les « alphabétisés d’usage » (qui disposent de « compétences techniques (…) prioritairement à des fins professionnelles »), les « semi-alphabétisés fonctionnels » aux « capacités graphiques limitées », les « semi-alphabétisés graphiques » et les « analphabètes » (p. 35). Ces différents critères permettent de discerner les pratiques d’écriture d’une société. Par exemple, le carnet de Maddalena Grattaroli, qui tenait une épicerie au 16e siècle à Rome et était elle-même analphabète, contient les noms des clients, des fournisseurs, des transporteurs, des habitués du magasin, c’est-à-dire « tout un microcosme représentatif du Trastevere ». Le document révèle deux graphies, la « cursive mercantesca (…) propre au monde commercial » et la « cursive italique, de matrice humaniste et cultivée ». Les différentes sortes d’écriture permettent de repérer les « patrons et (…) employés qualifiés d’entreprises commerciales ou d’épiceries » (p. 37), mais aussi « des lettrés » (p. 38). La variété des compétences dans le domaine de l’écrit permet de s’intéresser à la « délégation d’écriture (…) caractéristique de sociétés partiellement alphabétisées » (p. 39). La matière graphique se transforme également, puisque « lors de la Renaissance italienne et européenne » apparaissent « de nouveaux jeux de signes graphiques », notamment « la réforme graphique humaniste » et « la résurgence des majuscules gravées à l’Antique » (p. 41). Le rôle des imprimeurs puis des graphistes dans cette mutation des formes d’écriture est crucial.

3Armando Petrucci consacre de très belles pages aux questions de pouvoir liées à la pratique de l’écriture. Il note une « opposition entre deux types de situation : des sociétés caractérisées par une “oligarchie graphique” ; d’autres caractérisées par une “démocratie graphique” » (p. 48). Si Athènes et Rome ont couplé des pratiques privées et publiques d’écriture et de lecture, la période médiévale « a réservé l’usage de l’écriture à des ecclésiastiques, experts de la langue sacrée » (p. 50). Les réticences religieuses à l’égard de l’imprimé ont freiné le développement des écrits au 16e siècle. Par la suite, ce sont les États européens qui ont mis en place « leurs propres institutions pour contrôler et réprimer la production des livres et la circulation des textes » (p. 54). Les pratiques d’écriture nouent de façon multiple leur rapport au pouvoir.

4Dans le foisonnement des systèmes graphiques (Petrucci parle de « Babel linguistique », p. 62), les dynamiques de mutation sont nombreuses. Ainsi, entre le 2e et le 3e siècle EC, l’émergence de la minuscule dans les provinces de l’Empire a constitué une évolution majeure, « car elle a déterminé la manière d’écrire – et de lire par conséquent – de l’Occident latin pour les siècles suivants et jusqu’à nos jours » (p. 64). Ces évolutions « adviennent toujours sous l’influence de ceux qui savent et peuvent écrire (et lire) » (p. 73).

5La matérialité graphique a partie liée avec les techniques qui permettent de tracer des signes. Il y a principalement « trois modes de productions (…) : l’écriture à la main ; celle qui requiert la médiation d’instruments mécaniques (…) ; enfin l’écriture informatique » (p. 75). Même l’écriture à la main suppose une médiation instrumentale, stylets de métal ou d’os, pinceaux, calames, burins, plumes animales ou métalliques… (p. 77). Les surfaces d’inscription connaissent également des transformations, « parfois au gré de crises particulièrement aiguës : le passage du rouleau au codex dans l’Antiquité tardive ; le passage du manuscrit à l’imprimé lors de la Renaissance ; la diffusion des technologies d’écriture modernes entre la première et la seconde révolution industrielle » (p. 78).

6S’enfonçant plus loin dans les usages de l’écriture, Armando Petrucci propose de saisir les grandes fonctions du pouvoir de l’écrit. La maîtrise à distance caractérise la correspondance. L’historien dresse les caractéristiques repérables de la missive à travers le temps : « le titre de l’expéditeur, son salut au destinataire, éventuellement un bref préambule, un exposé d’informations ou de demandes, une conclusion comportant formules de politesse, salutations, vœux, enfin la souscription de l’expéditeur » (p. 92). À partir de cette structure, Petrucci repère une « forte tension entre positions de maîtrise de la correspondance épistolaire et situations d’exclusion » (p. 93).

7Les écrits sont soumis à des aléas nombreux ; leur oubli, leur redécouverte (partielle ou complète) alimentent des strates de mémoires collectives. C’est ainsi que « [l]a culture occidentale a progressivement pris conscience (…) du caractère amputé et aléatoire du patrimoine culturel qui lui est parvenu depuis le mythique âge d’or de l’Antiquité classique » (p. 103). Les conditions sociales, politiques et économiques déterminent assez largement les capacités de reproduction et de conservation des écrits : le « haut Moyen Âge » correspond au moment où « les traditions antiques s’affaiblirent et disparurent » (p. 105). Des nappes entières de textes nous échappent désormais, comme les « quatre-vingt-sept titres cités au IXe siècle par le patriarche Photios, dans sa très précieuse recension des œuvres en grec dont il avait connaissance » (p. 108). Armando Petrucci distingue cinq types de causes à la disparition des textes : les « causes matérielles directes », les « causes matérielles indirectes » (notamment lors des « changements (…) dans les processus matériels et graphiques de transmission des textes » (p. 109), les « causes culturelles directes » (notamment la censure), le « renouvellement général (…) des normes livresques, imposé par des changements culturels profonds (…) », et « toute forme de peur, voire de terreur, qui pousse des personnes ou des groupes persécutés à cacher à leurs bourreaux certains écrits qui sont les fleurons de leur culture ou témoignent de leur histoire » (p. 110).

8Pendant de cet abîme de l’oubli, la mémoire, dans le domaine scripturaire, fait l’objet d’une capitalisation « dans des institutions publiques ou privées créées à dessein » (p. 115). Elle est le point archimédien de tensions propres à toute société : « tendance à la production continue d’écriture ; tendance à la conservation de tout écrit produit ou hérité du passé ; tendance à l’élimination de l’écrit ancien ou récent, jugé superflu au cas par cas » (p. 116). Tous les documents ne sont pas conçus pour être conservés. Certains traits caractéristiques marquent ceux qui ont vocation patrimoniale. Il y a d’abord ceux « qui émanent de chancelleries ou d’autres services publics institués » (p. 117), les écrits qui sont « de nature législative, administrative, judiciaire ou fiscale », les « textes mémoriels exposés », les « textes mémoriels de nature économique », les « livres (…) de “raison” », les chroniques événementielles, les « œuvres historiographiques » (p. 118). Il faut joindre à cette typologie des effets temporels multiples : les documents prévus pour la « longue durée » (les actes d’État par exemple) n’ont pas la même épaisseur mémorielle que les « documents privés liés à la vie quotidienne », qui sont plus facilement voués à l’oubli (p. 119).

9Ce petit ouvrage synthétique livre des clés essentielles et précises pour comprendre comment s’organisent les corpus textuels qui peuplent nos existences. Entre les strates historiques d’écrits, maintenus dans un horizon d’intelligibilité par la pratique historienne, et la foule de références graphiques qui continuent d’être produites, les typologies et les critères de distinction proposés par Armando Petrucci ont l’immense avantage de constituer des outils à valence quasi anthropologique.

Haut de page

Notes

1 Armando Petrucci, Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, 11e-20e siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Armando Petrucci, Promenades au pays de l’écriture »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 149 | 2021, mis en ligne le 14 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16305 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16305

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search