Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149LIVRES LUSFrédéric Barbier, Histoire du liv...

LIVRES LUS

Frédéric Barbier, Histoire du livre en Occident

Paris, Armand Colin, coll. « Mnémosya », 2020, 415 p., 24,90 €.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Frédéric Barbier, Histoire du livre en Occident, Paris, Armand Colin, coll. « Mnémosya », 2020, 415 p., 24,90 €.

Texte intégral

1La réédition de cet ouvrage classique de Frédéric Barbier permet d’apprécier une histoire longue du livre, intégrant ses dimensions sociales, techniques, politiques et économiques. Tout l’enjeu d’une telle synthèse est de parvenir à conserver un grain descriptif suffisamment fin pour saisir l’intrication des différentes évolutions en cours et de maintenir des visées plus générales sur l’histoire des pratiques de lecture et d’écriture. Frédéric Barbier donne volontairement une définition large du livre : « tout objet imprimé, indépendamment de sa nature, de son importance et de sa périodicité, ainsi que tout objet portant un texte manuscrit et destiné, au moins implicitement, à une certaine publicité » (p. 9). Tenant compte des réorganisations actuelles des problématiques autour du livre (la lecture, la matérialité, le comparatisme, l’approche quantitative) (p. 11), Frédéric Barbier structure son ouvrage en quatre grandes périodes : la première correspond à l’ère des manuscrits dans l’Antiquité et au Moyen Âge, la deuxième se concentre sur l’essor de l’imprimerie, la troisième embrasse les transformations de l’époque moderne et la quatrième – centrée sur un long 19e siècle – évoque la massification du livre.

2L’étude de la période antique permet de pointer les spécificités du « livre en rouleau », ce « volumen (…) fabriqué à partir de bandes de papyrus » (p. 23) qui suppose « une pratique de lecture complexe » puisqu’il faut dérouler (explicarer) en même temps (p. 25). Si la matérialité des supports et des signes induit des manières de faire, elle informe également sur les changements à l’œuvre. C’est le cas lorsque la pratique de l’écriture se déploie à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge : le recours à la cursive correspond au besoin de la rapidité de la copie (p. 38). La période est riche en innovation, puisqu’elle permet l’émergence du « codex, ou livre plié et relié, dont le support est désormais le parchemin » (p. 39). Frédéric Barbier insiste sur le rôle de l’Église des débuts de la chrétienté – « seule structure cohérente dans l’effondrement du monde romain » – pour la transmission de la littérature antique qui nous est parvenue (p. 43). Les enjeux politiques des réformes carolingiennes s’articulent aux transformations des manières d’écrire, notamment la généralisation de la « minuscule caroline » (p. 51). La période médiévale correspond à l’émergence des universités, qui disposent des « premières grandes bibliothèques organisées hors des monastères et des églises » (p. 69). Le développement de la scolastique se double de l’affirmation d’un « genre », celui de « la somme (summa), forme encyclopédique inaugurée par Alexandre de Halès (…) et culminant avec la Somme théologique de Thomas d’Aquin » (p. 71). Plus généralement, c’est la clarification de l’écriture qui s’impose : séparation des mots, système de ponctuation (p. 73). À partir du 13siècle, « des couches élargies de la société basculent du côté de la familiarité plus ou moins grande avec l’écrit » (p. 78). Objet commercial, le livre manuscrit suppose donc des ateliers de copie, des libraires (à proximité des universités)…

3L’invention de l’imprimerie est fondée sur des innovations techniques comme « la machine à fondre » et « la technique métallurgique de multiplication des caractères typographiques (les types) » (p. 103). Fréderic Barbier souligne très justement que la « presse à imprimer (…) dérive de machines beaucoup plus anciennes : la presse transforme la force en une pression verticale, et son principe est connu depuis l’Antiquité » (p. 104). L’imprimerie, comme nouvelle activité économique, implique des formes d’organisation du travail spécifiques. Il s’agit en particulier de « coordonner le travail de composition et d’impression » et de faire suivre « la correction des épreuves » (p. 109). La géographie de l’imprimerie s’étend au 15e siècle et concerne en priorité les plus grandes villes, en particulier « celles qui ont des fonctions de direction, notamment dans le domaine religieux » (p. 112). La forme des livres évolue avec l’imprimerie, tout en conservant certains traits : au tout début, les livres ne disposent d’« aucun système de repérage (titres courants, pagination ou foliation, tables, index, etc.) » (p. 122). Par la suite, le livre est structuré par de multiples balises graphiques (page du titre qui s’étoffe, images). La « diversification des langues écrites » (p. 128) ou l’intensification de la « lecture silencieuse » (p. 136) instaurent des usages modernes du livre. Frédéric Barbier rapporte ces grandes évolutions introduites par l’imprimé aux mutations culturelles et politiques de la Renaissance. Il insiste en particulier sur la dynamique humaniste qui se ressource avec la publication des textes antiques. Mais cette extension du domaine de l’écrit va de pair avec des formes plus étroites de surveillance politique et religieuse des productions imprimées, marque de l’action « de l’État rationnel moderne » (p. 157).

4L’époque moderne est marquée par une expansion du livre : « l’écrit tend peu à peu à se banaliser » (p. 165). Instrument pour les pouvoirs, l’imprimé « déplace les règles du jeu en introduisant d’autres rapports entre la forme du livre, son contenu et sa réception, de même qu’entre l’Église, la vie religieuse du plus grand nombre et les autorités séculières » (p. 165). La Réforme, qui implique un rapport plus étroit entre les croyants et la Bible, donne au livre une place plus grande. Frédéric Barbier parle d’une « médiatisation de masse » (p. 182), mais note « les réticences des Réformateurs face à l’élargissement du public et de ses lectures » (p. 183). La Contre-Réforme emprunte (via l’ordre des jésuites notamment) la voie du livre pour opposer un discours catholique aux assauts du protestantisme.

5Sur le plan politique, la généralisation de l’imprimé étend les réseaux commerciaux de fabrication et de vente (notamment les librairies et les foires). La publicisation de l’information par la presse périodique délimite un nouveau rapport aux événements et aux pouvoirs (p. 207). Frédéric Barbier évoque ainsi « la montée du public » au 18e siècle (p. 215), parallèlement à « l’effort de rationalisation » (p. 217). Cependant, une tension émerge : « d’un côté, le programme des Lumières, la montée de la demande et l’essor de la production imprimée, voire un modèle politico-culturel tourné vers l’ouverture, de l’autre côté, la difficulté à se dégager des catégories traditionnelles de la fermeture socioprofessionnelle, du contrôle et des privilèges » (p. 221). Dans les métiers de la librairie, les hiérarchies (Paris/province notamment) structurent les horizons d’attente. Le « champ littéraire » est travaillé par son autonomisation, dont la Société des auteurs dramatiques est un marqueur important (p. 236).

6Frédéric Barbier récapitule l’ensemble des « formes de l’imprimé » qui caractérisent l’époque moderne (p. 240). La typographie (avec Garamont en France), les « petits formats » (p. 243) et les nouvelles « techniques de l’image » (p. 249) témoignent du dynamisme de l’impression et de sa diversification.

7Le 19e siècle correspond à l’ère de la « librairie de masse » (p. 259). L’ère des révolutions correspond à de nouvelles perceptions de l’imprimé : « la politisation du média » accompagne le rôle nouveau de l’information dans la mise en cause des pouvoirs en place (p. 296). Frédéric Barbier note l’articulation entre la fixation d’un « paradigme de la nationalité » (p. 304) et l’usage de l’imprimé pour affirmer des cohérences culturelles et scolaires. La multiplication des innovations techniques dans le secteur de l’impression permet de caractériser l’industrie du livre au 19e siècle : stéréotypie, rotative, linotype, images transforment les caractéristiques de l’imprimé. Parallèlement, les structures de production sont profondément modifiées (p. 328) : désormais « l’éditeur est devenu le maître du jeu » (p. 330), le livre religieux perd des parts, la « presse périodique industrielle » devient un secteur commercial particulièrement dynamique avec de très grands tirages (p. 335). La baisse des prix du livre et l’imprégnation de l’art dans l’édition marquent la nouvelle configuration de l’imprimé.

8Cette histoire longue du livre constitue une synthèse claire qui détaille les intrications techniques, politiques, sociales et culturelles de l’économie de l’imprimé. Même si la notion d’information est peu thématisée, les grandes lignes de l’évolution générale de la place des écrits dans le monde occidental sont restituées avec beaucoup de précision. Les comparaisons, nombreuses, sont de ce point de vue très éclairantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Frédéric Barbier, Histoire du livre en Occident »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 149 | 2021, mis en ligne le 14 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16314 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16314

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search