Skip to navigation – Site map

HomeNuméros149LIVRES LUSRoger Martelli, Jean Vigreux, Ser...

LIVRES LUS

Roger Martelli, Jean Vigreux, Serge Wolikow, Le Parti rouge, une histoire du PCF, 1920-2020

Armand Colin, 2020, 384 p., 24,90 €.
Frédérick Genevée
Bibliographical reference

Roger Martelli, Jean Vigreux, Serge Wolikow, Le Parti rouge, une histoire du PCF, 1920-2020, Armand Colin, 2020, 384 p., 24,90 €.

Full text

  • 1 Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, PUF, 1995, rééd. 2000.
  • 2 Frédérick Genevée, Roger Martelli, Jean Vigreux, Serge Wolikow (dir.), Le Communisme en France, une (...)

1En ces temps d’anniversaire des cent ans du congrès de Tours, on ne peut que constater que l’histoire du PCF demeure un objet d’intérêt majeur. La profusion éditoriale est en effet remarquable. Il est vrai qu’elle n’a en vérité jamais cessé, marquant ainsi la place et l’enjeu historiographique et aussi politique de l’étude des faits et gestes du PCF. Mais 2020 a cela de particulier qu’est revenu le temps des synthèses. Les dernières approches globales commençaient à dater. En 2000 – autre anniversaire – le lecteur pouvait disposer de l’édition mise à jour de l’histoire du PCF par Stéphane Courtois et Marc Lazar1. La même année avait aussi été produit un cédérom2, Le communisme en France, une traversée du siècle, dont nos auteurs furent des chevilles ouvrières. Mais depuis, pratiquement rien, alors que les recherches spécialisées se multipliaient, surtout depuis l’ouverture des archives de l’Internationale communiste et du PCF.

2Le Parti rouge se présente donc comme une synthèse, mais aussi un manuel d’histoire du PCF. Cela est rendu possible par la connaissance de leur objet accumulée par les trois auteurs.

3Ils prennent le soin d’indiquer qu’ils ne sont « d’aucune école ». Affirmation à la fois vraie et fausse… Roger Martelli et Serge Wolikow ont fait leurs premières armes au sein de l’Institut Maurice Thorez, qu’ils ont contribué à moderniser, surtout au sein des Cahiers d’histoire. Dans ce cadre, ils ont cherché à comprendre l’insertion du PCF dans la société française, mais ils ont développé une histoire appuyée sur des archives internes de l’Internationale communiste, bien avant qu’elles ne fussent rendues accessibles à Moscou. Dans le périmètre des Cahiers d’histoire, ils ont ainsi participé à la «laïcisation » de cette histoire et permis un triple mouvement : une approche distanciée de cet objet chaud, un travail sur archives et une réflexion sur l’articulation entre dimensions nationale et internationale du communisme. Jean Vigreux, plus jeune d’une génération, a pu profiter à plein pour ses travaux de l’ouverture des archives de l’Internationale communiste et du PCF. Ce décalage générationnel l’a aussi beaucoup plus dégagé des enjeux partisans de cette histoire. Mais au final, leur travail converge comme il converge avec l’ensemble de la production historiographique sérieuse et abstraite des polémiques médiatiques et politiciennes sur « l’essence totalitaire du communisme ».

4Pour aboutir à leur objectif, ils ont décidé que leur livre ne serait pas « une théorie de l’objet “Parti communiste français”. Il n’est pas une histoire des communistes, mais celle de cette structure dans laquelle ils ont choisi d’insérer leur engagement politique, (…) regard global sur un objet particulier, à la charnière du politique par excellence et fait social global, avec ses cohérences et ses failles, ses structures et sa culture, sa rigidité et sa fluidité ». En somme, une histoire totale.

5Le livre est donc construit autour de douze chapitres organisés chronologiquement et dans lesquels les auteurs font le point sur les derniers éléments de connaissance dont nous disposons. Ils cherchent à chaque fois les articulations entre les différentes dimensions du PCF, un parti qui se veut à part entière membre du mouvement communiste international – comme tous les partis communistes du monde –, mais qui a réussi pleinement à être un acteur national incontournable. Cependant leur approche n’est pas prisonnière de structures déterminantes, internationale ou nationale. Elle donne à voir que rien n’était inéluctable et que l’étude du politique, c’est aussi l’étude des acteurs et des choix qu’ils opèrent ou pas. Il en est ainsi de Maurice Thorez, capable dans les années 1930 de comprendre et d’occuper les marges de manœuvre laissées par l’Internationale pour développer de manière créative l’orientation nouvelle de Front populaire, mais paralysé devant la révélation des crimes du stalinisme. Les derniers chapitres abordent de front mais sereinement les raisons de l’affaiblissement du PCF et les tentatives avortées pour sortir de la crise induite aussi bien par l’effondrement du bloc soviétique que les mutations sociales et économiques de la France contemporaine. Enfin, l’ouvrage est assorti de nombreuses annexes dont on retiendra surtout les tableaux sur les effectifs, leur sociologie et les résultats électoraux. Un livre aussi bien utile à des étudiants qui veulent découvrir cette histoire – même si parfois les références sont trop allusives – qu’à toutes celles et ceux qui veulent se tenir informés des dernières évolutions historiographiques. Un livre aussi pour celles et ceux qui pensent que pour changer le monde, l’expérience communiste peut apprendre beaucoup.

Top of page

Notes

1 Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, PUF, 1995, rééd. 2000.

2 Frédérick Genevée, Roger Martelli, Jean Vigreux, Serge Wolikow (dir.), Le Communisme en France, une traversée du siècle, État de veille, 2000.

Top of page

References

Electronic reference

Frédérick Genevée, “Roger Martelli, Jean Vigreux, Serge Wolikow, Le Parti rouge, une histoire du PCF, 1920-2020Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 149 | 2021, Online since 14 July 2021, connection on 25 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/chrhc/16334; DOI: https://doi.org/10.4000/chrhc.16334

Top of page

About the author

Frédérick Genevée

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search