Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149LIVRES LUSAndré Hébert, Jusqu’à Raqqa. Avec...

LIVRES LUS

André Hébert, Jusqu’à Raqqa. Avec les Kurdes contre Daech

Paris, Les Belles Lettres, coll. « Mémoires de guerre », 2019, 250 p., 21 €.
Édouard Sill
Référence(s) :

André Hébert, Jusqu’à Raqqa, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Mémoires de guerre », 2019, 250 p., 21 €.

Texte intégral

1Le 17 octobre 2017, la capitale de l’État islamique tombait aux mains des Forces démocratiques syriennes (FDS), puissamment soutenues, à terre comme dans les airs, par la coalition internationale. Dans les rangs des unités kurdes dominant les FDS, quelques dizaines de combattants étrangers ont participé aux difficiles combats urbains. Ces volontaires internationaux, presque tous nord-américains ou européens, pour la plupart sans connaissance de la pratique des armes, mais portés par un puissant idéal et inspirés par une lignée d’illustres aïeux, ont fait l’objet d’un intérêt remarqué en Occident.

2Parmi plusieurs productions inégales publiées sur le sujet, un témoignage autobiographique se distingue absolument, par le souffle et par le style. Sous le « nom de guerre » d’André Hébert, naturellement emprunté au vieux Père Duchesne, un jeune Parisien devenu un combattant expérimenté en Syrie publie ses « mémoires de guerre » dans la collection éponyme des Belles Lettres. L’ouvrage est de belle facture, comme toujours chez cet éditeur bibliophile. Mais, compte tenu du faible recul par rapport à l’événement, s’agit-il vraiment de mémoires de guerre ? Et, partant, s’agit-il d’un document intéressant les historiens ? Assurément.

3Il s’agit avant tout d’une épopée contemporaine, d’une véritable saga décrivant les tribulations d’un jeune homme grimé en guerrier dans un univers dantesque où les combats sont eschatologiques et les royaumes manichéens. Plusieurs intentions et dimensions s’entremêlent dans ce récit plus complexe qu’il n’y paraît. C’est avant tout une restitution d’expériences, c’est-à-dire tout à la fois un carnet de voyage dans la Syrie en guerre, un plaidoyer pour l’expérience sociale impulsée par le Parti de l’union démocratique (PYD, la branche syrienne du PKK) et une fresque haletante des combats menés au ras du sol contre les djihadistes de l’État islamique. Il s’agit enfin d’un essai, puisque son auteur déclare immédiatement n’avoir « aucun désir d’être objectif », bien que mille et une précautions parsèment son récit, destinées à assurer le lecteur de son impartialité. Ainsi, le texte est criblé de justifications sur ses décisions, ses choix et ceux des Kurdes syriens. Au-delà du style alerte, des éclairages sensibles sur le conflit en Syrie du Nord-Est et sur le soin apporté à la description, la force et la valeur de ce récit « embedded » (embarqué, accompagnant les soldats kurdes) résident aussi et surtout dans ses paradoxes et apories, qui en font un matériau de premier ordre pour les historiens du temps présent.

4De ce fait, on peut regretter une préface promotionnelle qui induit par trop le lecteur vers des plans assez extérieurs aux intentions de l’auteur. L’insistance du comparatif avec le philhellénisme est ainsi réducteur, voire trompeur. Cette récurrence est avant tout un « effet de bibliographie », dû à la remarquable thèse d’Hervé Mazurel publiée chez le même éditeur (Vertiges de la guerre : Byron, les philhellènes et le mirage grec, Les Belles Lettres, 2013). Tout au contraire, André Hébert insiste longuement sur le caractère « rationnel » et non pas « émotionnel » ou « romantique » de son engagement, qu’il détermine comme « internationaliste » (p. 26). Il n’en reste pas moins que, sans avoir besoin d’un « mirage kurde » simplificateur, la dimension idéelle de son engagement constitue effectivement l’horizon le plus constant de son parcours. Mais bien loin de Byron et de Missolonghi, c’est la guerre civile espagnole qui, à l’instar de la quasi-intégralité des volontaires internationaux occidentaux aux côtés des Kurdes syriens, est invoquée et convoquée. Ce « passé glorieux », Hébert le juxtapose avec son présent, une époque qu’il juge « irrémédiablement figée, endormie (p. 37) ».

5André Hébert est un de ces très jeunes gens partis en quelques clics via Facebook pour rejoindre l’enfer de Syrie, imprégnés par les images de Kobané et avec un air de Madrid ou de Barcelone en tête. Ils ont rejoint les Unités de protection du peuple (YPG), l’aile militaire du PYD. À l’exception des Kurdes de l’immigration ou des militants marxistes-léninistes allemands, bien peu de ces volontaires internationaux étaient familiarisés avec la cause kurde avant que les ombres noires de Daesh ne se précipitent sur les Yézidis puis sur les Kurdes, ou que les bombes et les chars turcs n’entreprennent la démolition de l’expérience municipaliste-libertaire dans les cantons kurdes de Syrie, au Rojava. Mais tous inscrivent le cadre de leur engagement dans celui du seul concept qui autorise toutes les convergences, toutes les associations : l’antifascisme. Comme pour ses camarades, cet angle de lecture a transmué la guerre des Kurdes en une nouvelle guerre d’Espagne : « Quand on voit que les ennemis des Kurdes sont les néofascistes de Daesh et l’État autocratique, nationaliste et militariste turc, comment ne pas se sentir concerné par leur lutte, ne serait-ce que par antifascisme ? (p. 39) » souligne André Hébert, dans un énoncé auto-réalisateur. On touche ici un des nombreux non-dits de l’ouvrage.

6Dès sa première phrase, André Hébert referme abruptement le cadre de son engagement : il s’est engagé « au sein du YPG (p. 25) ». Les unités YPG deviennent par antonomase la faction rejointe, évitant d’avoir à définir la nature de son engagement par antinomie, pour le PYD ou contre Daesh, pour Öcalan ou contre la Turquie. C’est d’ailleurs le même flou que l’on retrouve en quatrième de couverture et dans la cartographie de l’ouvrage, où les zones contrôlées par le PYD sont pudiquement renommées « coalition-multiethnique réunie autour du YPG ». Ainsi, le régime syrien et Bachar el-Assad sont pratiquement absents du propos, renvoyés dans un rôle contingent. Ce n’est pas la seule zone d’ombre du récit ; les charges trop insistantes contre Amnesty International (p. 51, 85-86 et 223-224) sont, à ce titre, éloquentes. En octobre 2015, cette ONG accusait en effet les YPG de se livrer à des déplacements forcés de populations, des actes susceptibles d’être qualifiés de crimes de guerre, une « analyse de surface, coupable de nombreux contre-sens » selon l’auteur.

7Paradoxe encore : le traitement et la qualification de la coalition internationale appuyant les Kurdes contre Daesh. Depuis la Syrie, les volontaires internationaux anti-impérialistes et anticapitalistes soutiennent, évidemment, le déploiement de forces occidentales dans les airs et sur terre (p. 138-139, 150 et 177). De cet abîme paradoxal surgit une des caractéristiques majeures du phénomène, plaçant les volontaires étrangers dans l’obligation de justifier la dépendance extrême des Kurdes syriens envers la coalition internationale et de soutenir un positionnement inverse du mouvement social en Occident, marqué par un « non-interventionnisme » dogmatique.

8André Hébert insiste (p. 66-67) sur la nature révolutionnaire de sa prise d’armes et de celle de ses camarades au Rojava, dans le cadre d’un projet de transformation sociale, regrettant parfois que certains soient venus pour d’autres considérations. Il distingue ainsi, nouveau paradoxe, les authentiques anticapitalistes des « héros », c’est-à-dire « des gens uniquement intéressés par la lutte contre Daesh, adversaire suprême de l’Occident, venus en Syrie pour devenir les héros de ce même système (p. 121 à 126) », soit une assomption axiomatique passionnante pour l’historien du volontariat. On retrouve également l’opposition entre « politiques » et « militaires », le mélange détonnant des cultures militaires, la frustration du combat escamoté au profit de la préparation militaire, l’acculturation compliquée dans les traditions kurdes ou tout simplement orientales ; autant de topiques du volontariat international combattant dans toutes ses manifestations.

9Plus classiquement, ce témoignage s’attache à considérer et décrire également le projet de société kurde au Rojava, aujourd’hui réévalué en une « Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est (AASNE) », c’est-à-dire la promotion du municipalisme libertaire sous la forme du Confédéralisme démocratique adopté par le dirigeant kurde Abdullah Öcalan. La description minutieuse du Mouvement pour une société démocratique (TEV-DEM) (p. 69 et suivantes) n’est pas sans rappeler celles des « reporters-mémorialistes » de l’Aragon communiste libertaire de 1936-1937 : le couple suisse Clara et Paul Thaelmann, le Français Gaston Leval ou l’Italien Camillo Berneri.

10À ce sujet, on comprend mal la récurrence de l’association faite entre ce récit et celui du (trop) célèbre Hommage à la Catalogne de George Orwell ; il s’agit même d’un contre-sens. Le sujet de Jusqu’à Raqqa n’est pas la société kurde en guerre ou la révolution culturelle et sociale édifiée par le PYD dans le nord-est syrien, mais bien la guerre pour elle-même et la plongée progressive d’un individu dans les combats. Si l’on devait rapprocher ce texte à la première personne d’un autre écrit durant la guerre civile espagnole, ce serait plutôt le flamboyant Boadilla, d’Esmond Romilly (Boadilla. A Personal Account of a Battle in Spain, The Clapton Press, 2018 [1937]). Cet enfant terrible de la bonne société britannique, neveu de Winston Churchill et auteur iconoclaste, s’était engagé à dix-huit ans dans les Brigades internationales. Preuve incontestable des qualités littéraires du récit, les analogies les plus évidentes se trouvent dans les œuvres de fiction, situées aux frontières de l’autobiographie. On pense évidemment à l’engagement croate du personnage de Zone, de Matias Enard (Actes Sud, coll. « Domaine français », 2008), mais l’écho semble plus fort encore dans le souffle épique et les combats menés de part en part des immeubles ruinés de Beyrouth dans le roman autobiographique de Richard Millet, La confession négative (Gallimard, coll. « NrF », 2009).

11En effet, le témoignage d’André Hébert est saisissant par le glissement du thème qui s’opère, passant des préceptes politiques à la pratique de la guerre. Après quelques pages convenues sur la responsabilité première des « élites capitalistes et gouvernements impérialistes » dans l’émergence de Daesh ou des parallèles abscons entre les extrêmes droites européennes et l’État islamique (p. 27-28), la narration s’enfonce dans la guerre, s’assombrit et gagne en profondeur, ce dont attestent les fréquents changements d’unité de l’auteur, mû par son désir d’être utile (p. 136, p. 188), formidable métaphore de l’engagement volontaire.

12Enfin, comme la « génération Espagne » avant eux, ces jeunes vétérans du Rojava sauront marquer de leur empreinte les convulsions du monde comme de nos sociétés, comme l’écrit André Hébert en conclusion : « La puissance de la nostalgie me fait donc dire qu’il n’y aura pas d’adieu aux armes, que beaucoup de mes camarades retourneront lutter, à un moment ou à un autre, au Kurdistan ou ailleurs, pour continuer le combat que nous avons commencé au Rojava » (p. 233). Jusqu’à Raqqa constitue à n’en pas douter un témoignage important sur une séquence contemporaine du vieux phénomène de volontariat international combattant et un instantané des conjonctions transnationales actuellement en cours entre mouvement social global et conflit armé local.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Sill, « André Hébert, Jusqu’à Raqqa. Avec les Kurdes contre Daech »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 149 | 2021, mis en ligne le 14 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16338 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16338

Haut de page

Auteur

Édouard Sill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search