Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149DÉBATSLe « rapport Stora » : un premier...

DÉBATS

Le « rapport Stora » : un premier débat sur les enjeux mémoriels

Didier Monciaud
p. 137-161

Résumés

À la demande d’Emmanuel Macron, Benjamin Stora a élaboré un rapport consacré aux questions mémorielles de la colonisation et de la guerre d’Algérie. Ce sujet est sensible et complexe, non seulement pour les relations entre ces deux pays, mais surtout pour la société française, le contexte récent étant marqué par une vague de « nostalgie » sur la colonisation. Ce document de 146 pages, remis le 20 janvier 2021, vise à ouvrir le dialogue entre les mémoires avec des propositions pour construire la réconciliation. Il a suscité un important débat, en Algérie comme en France. Nous avons sélectionné ici un éventail d’opinions publiées peu après sa parution début 2021, allant du soutien au rejet en passant par des postures critiques.

Haut de page

Texte intégral

1Le rapport remis par Benjamin Stora1 le 20 janvier 2021 au président de la République française est un événement important. Demandé par Emmanuel Macron, il concerne « les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie ». Tâche bien ardue quand on connaît le lourd passif qui existe non seulement entre ces deux pays, mais aussi au sein même de la société française, tant sur la guerre d’indépendance que sur la colonisation de l’Algérie.

  • 2 Voir <https://histoirecoloniale.net/-Les-nostalgiques-de-la-colonisation-.html>.
  • 3 Voir par exemple Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Ahmed Boubeker, Le Grand repli, Paris, La Découv (...)
  • 4 Elle suscita de vives réactions et des mobilisations, notamment avec la création du CVUH en 2005, d (...)
  • 5 Cette évolution est sans doute liée aussi à l’échec des expériences des régimes issus des indépenda (...)
  • 6 Citons quelques figures disparues : Yves Benot, Claude Liauzu, Jean-Luc Einaudi, Gilbert Meynier, A (...)
  • 7 Mentionnons Jacques Couland, Catherine Coquery-Vidrovitch, Elika M’Bokolo, Pap Ndiaye, Jacques Pouc (...)
  • 8 On citera le riche site « Histoire coloniale et postcoloniale », héritier du site de la LDH Toulon, (...)
  • 9 Différentes polémiques sur l’islamo-gauchisme, l’intersectionnalité, l’islamophobie, le « racisme s (...)
  • 10 Ces différentes questions méritent des échanges critiques et croisés.

2De plus, le contexte récent est marqué par une véritable vague de « nostalgie2 », sans oublier les phénomènes de « zemmourisation » ou de « lepénisation » des esprits, tout particulièrement sur la colonisation et les migrations3… De ce point de vue, le triste épisode de la loi de 2005 instituant l’enseignement des « effets positifs » de la colonisation est significatif4. Cette ambiance générale se répercute jusque dans les sensibilités progressistes, avec l’essor de thématiques « laïcardes » ou encore « julesferrystes » du 21e siècle, souvent marquées par un européocentrisme5. L’ancienne et enracinée tradition historiographique anticolonialiste6 existe et se poursuit7, sans oublier des mobilisations et des campagnes dynamiques8. Toutefois, l’influence des approches critiques est en recul dans la société, comme les dérives de certaines sensibilités dites « postcoloniales9 ». La situation générale est fort compliquée10

  • 11 Benjamin Stora, « Il y a une histoire sur laquelle on peut s’appuyer pour trouver du commun », Nadj (...)

3Avec ce long document, dont l’objectif est de « décloisonner » et de réconcilier les mémoires, Benjamin Stora, spécialiste reconnu de l’histoire contemporaine de l’Algérie, a choisi « une démarche pratique, pragmatique, plutôt que de rester dans la dénonciation idéologique du colonialisme11 ». Refusant la « repentance » et n’étant pas favorable à des excuses à propos de la colonisation, Benjamin Stora ne recommande pas de loi mémorielle et insiste sur des actes concrets pour construire une réconciliation.

4Les questions des disparus, des essais nucléaires français et des déchets nucléaires sont également évoquées. Les différentes recommandations12 du rapport concernent l’histoire, la mémoire et les relations bilatérales. Il propose ainsi la constitution d’une commission « Mémoires et vérité », inspirée de l’Afrique du Sud postapartheid. Il suggère plusieurs mesures symboliques comme la construction d’une stèle pour l’émir Abdelkader à Amboise, le retour de ses cendres en Algérie, la restitution de différents objets, dont son épée. Il défend la reconnaissance par la France de l’assassinat du dirigeant nationaliste Ali Boumendjel13 et l’entrée au Panthéon de l’avocate anticolonialiste Gisèle Halimi, récemment disparue. Insistant sur les commémorations (19 mars, 25 septembre, 17 octobre), il préconise aussi de baptiser des rues de noms de Français anticolonialistes et de personnes originaires des anciennes colonies, ou de créer une commission sur le fameux canon « Baba Merzoug » (en arabe « Père chanceux »), imposant canon protégeant Alger, rapporté en France comme trophée en 1830.

5Un important volet concerne les archives. L’accès aux documents et leur « circulation » sont prônés. La recherche historique doit être favorisée, notamment sur les disparus ou les camps d’internement en France. Sont également proposés le développement de la coopération universitaire, un travail commun de réédition de livres, films ou documentaires, la tenue de colloques ou encore l’essor de la traduction. Les programmes et le contenu des manuels scolaires sont aussi évoqués.

Quelques remarques critiques

6Ce rapport avance un nombre important de propositions qui sont de réelles avancées, notamment en matière d’archives, de recherche, de diffusion des connaissances historiques ou d’enseignement. Toutefois, il tente de dépasser tensions et impasses, en évitant des sujets particulièrement sensibles. Ainsi, la reconnaissance des crimes de l’État français, non seulement pendant la guerre d’indépendance, mais depuis le début de la domination coloniale, n’est pas proposée. Pourtant, Emmanuel Macron, pendant sa campagne électorale de 2017, avait qualifié le système colonial de « crime contre l’humanité ». Mais depuis, une autre logique s’est mise en place au sommet de l’État français où toutes les victimes sont mises sur le même pied d’égalité. Même si le rapport affirme ne pas renvoyer dos à dos les violences de part et d’autre, c’est de facto ce que propose le document. En matière d’archives, les derniers développements, au-delà des affirmations publiques, ne semblent pas aller vers une plus grande ouverture. Notons enfin une évolution de l’auteur14 dans ses déclarations publiques sur la question des excuses.

7Un contournement de questions historiques au contenu politique fort apparaît, en particulier sur l’ancienneté de la violence : crimes de l’armée, rôle de l’OAS, 17 octobre 1961. Il n’y a aucune recommandation sur la responsabilité des différentes autorités françaises. Sur les essais nucléaires, le rapport ne dépasse pas les généralités et n’évoque pas clairement la localisation des enfouissements des déchets radioactifs ou l’indemnisation des victimes. La question reste pourtant bien d’actualité : en février 2021, le sirocco a emmené des sables radioactifs du Sahara algérien jusqu’en France…

8Le rapport sur la colonisation et son legs intègre des considérations géopolitiques, sécuritaires et économiques sur l’Algérie. Ainsi, il est question de « la plus longue frontière entre l’Afrique et l’Europe » ; « son rôle dans les développements migratoires (…) essentiel dans cette partie du monde » ; « un poids considérable dans le règlement des problèmes actuels, sur l’immigration, le terrorisme, ou l’instabilité qui règne dans certains pays de cette zone » (p. 86). De même, le potentiel économique de l’Algérie est mentionné : ce « premier marché africain pour les exportations françaises » concerne plusieurs milliers d’entreprises françaises actives dans différents secteurs, comme ceux des hydrocarbures, des transports, de l’agro-alimentaire, de la finance, de l’automobile, etc. Ici, les questions de mémoire s’entrecroisent avec des enjeux d’intérêts économiques et de politique régionale…

  • 15 Par exemple, son éviction comme commissaire de l’exposition Camus en 2013 à Aix-en-Provence par la (...)

9Évoquons enfin un élément d’importance : certaines critiques avancées contre Benjamin Stora et son rapport reposent sur des bases racistes nauséabondes, s’inscrivant dans un ensemble d’attaques plus anciennes, qu’il faut absolument refuser et dénoncer15.

Un corpus sur les réactions

  • 16 Par exemple, Mohamed Kouini, « Histoire coloniale : un rapport décevant de Benjamin Stora », Jeune (...)
  • 17 Gilles Manceron, « S’appuyer sur le rapport de Benjamin Stora, 1er février 2021, <https://blogs.med (...)

10Le rapport Stora a suscité un important débat, car il renvoie à une question historique toujours sensible. Afin d’appréhender les réactions et les discussions autour de ce rapport, nous proposons donc une sélection d’analyses de différents historiens français et algériens (Pascal Blanchard, Fouad Soufi, Mohamed El Korso, Hassan Remaoun, Gilles Manceron, Alain Ruscio, Sylvie Thénault, Bernard Deschamps, Saïd Bouamama). L’éventail des opinions sur ce rapport est très large : du soutien au rejet en passant par des postures critiques ou la conviction qu’il s’agit d’une avancée. Exprimons deux regrets : devoir laisser de côté plusieurs contributions intéressantes16 et ne pouvoir intégrer des analyses plus longues17.

1. Pascal Blanchard, « Dense et riche, le rapport Stora peut permettre d’aller au-delà du conflit franco-algérien », Libération, 20 janvier 2021.

11Benjamin Stora vient de remettre, ce mercredi à 17 heures, son « Rapport sur les questions mémorielles portant sur la colonisation, et la guerre d’Algérie » au président de la République Emmanuel Macron. Le rapport était attendu, comme ses conclusions et préconisations. Il est dense, riche et d’une qualité historiographique impressionnante. Le grand spécialiste de l’Algérie y retrace soixante ans de débats franco-algériens, mais surtout franco-français, sur les méandres et les fractures de ce récit dans nos mémoires. Nous savons déjà qu’au regard de ce travail de synthèse remarquable, les éditions Albin Michel vont le publier sous la forme d’un livre le mois prochain.

12Il rappelle en préambule que ces « conflits » sont liés depuis des décennies au fait que chacun a voulu choisir une mémoire ou un « camp », alors que, précise-t-il, « Tout groupe appartenant à cette histoire est spécifique, mais aucun n’est exceptionnel et nul ne doit être placé au-dessus des autres ». Il a fondamentalement raison, c’est cette capacité à penser toutes les mémoires, de manière inclusive, qui permettra de structurer un récit commun sur cette histoire commune. Car les mémoires, elles, resteront parcellaires.

13En outre, appréhender l’histoire de la guerre, c’est aussi regarder « sur la temporalité très longue d’une présence coloniale française », c’est donc replacer, précise Benjamin Stora, ce conflit si spécifique dans l’histoire coloniale et dans sa globalité. Il faut aussi tenir compte de la relation particulière avec l’Algérie, en lien avec la présence migratoire en France (7 millions de personnes sont liées, par leurs histoires, à l’Algérie), mais aussi avec l’importance diplomatique et économique du pays (premier marché́ africain pour les exportations françaises).

14Un sujet intimement politique

15Enfin, avant de plonger dans ces recommandations, il rappelle que la « posture » des présidents français a toujours été centrale dans ce long cheminement de la mémoire. Sous le général De Gaulle ou Valéry Giscard d’Estaing, bien entendu, où le silence a dominé, mais aussi avec François Mitterrand après son voyage officiel en décembre 1981 en Algérie. Celui-ci conduisit à l’initiative de Pierre Mauroy du 29 septembre 1982, qui a fait polémique, présentant un projet de loi symbolique de la volonté de François Mitterrand, de pardonner… aux ultras de l’Algérie française, avec la réintégration de huit généraux putschistes d’avril 1961. L’opposition fut telle que l’article 49-3 fut nécessaire pour faire passer le texte de loi dans son intégralité.

16Il faudra attendre Lionel Jospin pour que, le 10 juin 1999, l’Assemblée nationale reconnaisse enfin le terme de « guerre d’Algérie » pour définir explicitement cette période de l’histoire. Dans la foulée, Jacques Chirac s’empare lui aussi de la question et inaugure à Paris (quai Branly, face à « son » musée), le 5 décembre 2002, un « mémorial national » à la mémoire des soldats français morts en Algérie, au Maroc et en Tunisie de 1952 à 1962.

17Il retrace ensuite les enjeux de mémoire et conflit, notamment autour de la date « commune » de commémoration du conflit, du projet de musée nostalgique sur la colonisation de Marseille abandonné par Nicolas Sarkozy, du projet sur l’Algérie de la municipalité de Montpellier (également arrêté) et surtout de la loi sur la « colonisation positive » de février 2005 et son article 4, qui a fait scandale et a été déclassé par le Conseil constitutionnel en janvier 2006.

18Tout au long de son rapport, il montre que la guerre des histoires et des mémoires, en France comme avec l’Algérie, a été « un long fleuve non tranquille ». Il rappelle le consensus impossible autour de la commémoration de la fin de cette guerre, de la manière d’écrire une histoire commune et encore moins de trouver les fondements d’une « réconciliation ». Il rappelle notamment qu’à la veille du voyage présidentiel de Nicolas Sarkozy en Algérie (après avoir donné aux Algériens le plan des mines posées pendant la guerre d’Algérie aux frontières algérienne et marocaine), a été inauguré en décembre 2007 un « mur des victimes du FLN », à Perpignan. Et même si des gestes importants ont existé, comme la condamnation en 2005 des massacres de mai 1945 par deux ambassadeurs français, la difficulté de faire émerger une politique cohérente est évidente.

19Quelles recommandations ?

20Dans ses propositions, Benjamin Stora ne recommande pas une loi mémorielle qui « entraverait tout exercice critique de l’histoire », précise-t-il. De même, il ne recommande pas un « grand discours » présidentiel, mais il pense qu’il est « nécessaire d’emprunter d’autres chemins » pour bâtir « une juste mémoire ». Il demande que nous regardions les enjeux dans d’autres pays à cet égard, comme au Japon ou en Afrique du Sud. Aucune réponse simple à un sujet intimement complexe. Et il a raison.

21Pour guider ce travail majeur et massif, il propose de créer – comme axe central de ses propositions – une commission « Mémoires et vérité » (s’inspirant directement de l’Afrique du Sud), avec pour priorité de soutenir les commémorations (19 mars, 25 septembre, 17 octobre) et le recueil des mémoires. Dans ce cadre, il propose une stèle de l’émir Abdelkader pour commémorer le 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie en 2022, d’établir un guide des disparus (des deux camps et notamment ceux d’Oran en juillet 1962), de dresser un inventaire des lieux des essais nucléaires en Algérie et de leurs conséquences, de partager les archives (avec un travail en profondeur et de numérisation dans la continuité de l’accord de coopération datant du 6 mars 2009 entre nos deux pays), de faciliter le déplacement des harkis et de leurs familles entre la France et l’Algérie, de faire l’histoire des camps d’internement des Algériens en France (il y en a quatre), de soutenir l’idée que des noms de rues mettent en exergue des Français d’Algérie, de restituer les corps et les restes de nos musées, de développer la coopération universitaire, de restituer plusieurs objets symboliques, de faire un travail foncier dans les manuels scolaires, mais aussi la colonisation (le message est clairement à l’intention du ministre actuel de l’Éducation nationale !) et, même, de relancer le projet de musée à Montpellier. Un véritable programme…

22Il propose également de faire un travail commun de médiation (réédition de livres, films de cinéma ou documentaires), car pour l’historien « l’outil audiovisuel est un instrument décisif pour la préservation des mémoires », comme l’a démontré cette année le succès sur France 2 du documentaire Décolonisations : du sang et des larmes. Et de manière très spécifique, il insiste sur des gestes politiques forts, touchant en particulier les personnalités politiques du nationalisme algérien assassinées (comme l’avocat Ali Boumendjel) – mais il ne parle pas de l’action secrète de la « Main rouge ».

23Actes forts et symboliques, il propose d’organiser dès cette année au Musée national de l’histoire de l’immigration (qui va commémorer le 90e anniversaire de l’Exposition coloniale) une grande exposition sur le passé colonial avec un colloque sur les décolonisations et, enfin, de faire entrer au Panthéon une personnalité symbole de la réconciliation des mémoires, Gisèle Halimi.

24Beaucoup de choses donc dans ce rapport. Plus qu’un discours, Benjamin Stora recommande des actes concrets qui, au final, « fabriquent » une politique pour aller au-delà des guerres de mémoires, au-delà du conflit entre la France et l’Algérie (parce que, écrit-il joliment, « l’histoire n’a pas de nationalité »), pour qu’enfin la « réconciliation attendue » ouvre sur la possibilité du passage d’une mémoire communautarisée à une mémoire commune.

25Que retiendra le président de la République ?

26De tout cela, que retiendra le président de la République, Emmanuel Macron, qui qualifiait, lors de la campagne pour la présidentielle de 2017, la colonisation de « crime contre l’humanité » ? Dans ces propositions, à la fois riches, prudentes et ambitieuses, les choses les plus concrètes sans doute (des « actes symboliques », annonçait l’Élysée) : une grande exposition au Musée national de l’histoire de l’immigration (une proposition qui a néanmoins déjà disparu de la synthèse que fait l’AFP ce soir à 16 heures…), la stèle de l’émir Abdelkader, les restitutions à l’Algérie de son épée et du canon de Baba Merzoug, l’enquête sur les disparus et la transparence sur la disparition de l’avocat Ali Boumendjel, mais aussi la libre circulation des harkis et leurs familles…

27Les questions des archives, des programmes scolaires ou de la mise en place d’une commission « Mémoires et vérité » seront sans aucun doute plus complexes à mettre en œuvre… De fait, l’entourage du président souhaite « une démarche de reconnaissance », mais pas de « repentance » ni « d’excuses ». Pour le président de la République, ce « programme » permettrait, de fait, d’initier des fondations pérennes pour une véritable politique publique pour qu’enfin ce passé puisse passer.

2. « L’historien Fouad Soufi sur le rapport Stora : Comment sortir de “l’argumentaire politique” ? », El-Houari Dilmi, Le Quotidien d’Oran, 23 janvier 2021.

28« L’émergence de nouvelles générations qui n’ont pas connu la période coloniale favorisera ce travail d’apaisement », a encore affirmé le chercheur en histoire, regrettant au passage « la cristallisation, notamment dans les médias, autour des deux dossiers ultrasensibles de la demande de repentance française et des harkis ». S’il estime que des excuses ne sont « pas essentielles » à la réconciliation des mémoires, il relativise la place donnée dans le rapport Stora à la question des harkis, « désormais peu nombreux » selon lui. Alors que l’historien français préconise de faciliter leurs déplacements et ceux de leurs enfants, M. Soufi assure que « les enfants de harkis n’ont jamais été interdits de territoire algérien ». Les mesures symboliques voulues par Emmanuel Macron, comme la restitution en juillet de 24 crânes de résistants anticoloniaux du XIXe siècle, sont « des gestes simples et donc faisables ». Elles visent notamment à « inscrire l’histoire d’Algérie en France », avec par exemple la proposition de Benjamin Stora d’installer une stèle en hommage à l’émir Abdelkader à Amboise (centre de la France), où le héros national algérien a été détenu avec plusieurs membres de sa famille en 1848. Le contentieux principal, estime M. Soufi, reste celui des archives, pomme de discorde entre Alger et Paris, notamment en ce qui concerne la domiciliation des documents originaux.

29Les archives : pomme de discorde entre Alger et Paris

30« Dans les relations d’État à État, les archives sont un point nodal. Un État sans ses archives n’est pas un État », juge cet ancien archiviste. Alors qu’Alger demande la restitution de « la totalité » des archives se rapportant à l’histoire nationale, Paris s’en tient à un « accès facilité » pour les chercheurs des deux pays. Et si le rapport Stora propose que « certaines archives (originaux) soient récupérées par l’Algérie », il ne mentionne pas lesquelles, ne faisant référence ni à celles de la régence d’Alger, sous l’Empire ottoman, ni à celles de l’Armée de libération nationale (ALN) pendant le conflit. « Les archives nous rattachent au plus profond de nos racines et tout ça, ce sont les Français qui nous l’ont appris », plaide Fouad Soufi. Parmi ses propositions pour une « réconciliation des mémoires » entre Paris et Alger, l’historien français Benjamin Stora recommande la reconnaissance par la France de l’assassinat, maquillé en suicide, du chahid avocat Ali Boumendjel pendant la « bataille d’Alger » en 1957.

31Plus de 60 ans après, sa nièce Fadela Boumendjel-Chitour, professeur de médecine et militante des droits humains, se souvient avec émotion de son oncle, dont la mort « a façonné » son adolescence, a-t-elle déclaré à l’AFP. La voix nouée, son récit entrecoupé de larmes, la septuagénaire dénonce un « mensonge de l’État [français] qui fut dévastateur ». La veuve d’Ali Boumendjel, ses parents, sa fratrie et un de ses fils sont morts sans que la vérité soit révélée officiellement. « Lorsque nous avons appris le 9 février 1957 son arrestation, mon père était alors avocat à Paris. Je me souviens à quel point la simple annonce de son arrestation a constitué un électrochoc pour mon père », raconte Mme Boumendjel-Chitour. Ce qui a bouleversé sa famille, c’est que, jusqu’aux aveux du général parachutiste Paul Aussaresses en 2000, la mort d’Ali Boumendjel a été maquillée en suicide. « Je crois que les responsables politiques français ne mesurent pas à quel point des familles entières ont été dévastées par les mensonges d’État », souligne la nièce du militant assassiné. Elle aimerait que l’on reconnaisse que « le colonialisme est une atteinte à la dignité humaine au même titre que la Shoah et l’esclavage ». « La réhabilitation [d’Ali Boumendjel] est une approche de la vérité. C’est bien, à condition que l’on reconnaisse qu’il a été sauvagement torturé durant des semaines et que son assassinat a été masqué en suicide », dit-elle du rapport Stora.

3. Mohamed El Korso et Hassan Remaoun, « Le rapport Stora doit interpeller la classe politique française », dépêche d’Algérie Presse Service, 23 janvier 2021.

32Le dernier rapport de l’historien Benjamin Stora sur la colonisation et la guerre de libération nationale interpelle en premier l’ensemble de la classe politique française pour qu’elle se « réconcilie avec sa propre mémoire ». Il ne s’agit pas d’une « nouvelle version de l’histoire » de la colonisation française en Algérie, mais plutôt d’un « état des lieux mémoriel », selon des historiens algériens.

33Dans un entretien à l’APS, l’historien Mohammed Ould Si Kaddour El-Korso estime que le rapport de Benjamin Stora, remis mercredi au président français Emmanuel Macron, « avant d’être une feuille de route pour des négociations sur des sujets sensibles entre l’Algérie et la France dans la perspective d’une future réconciliation, pas seulement mémorielle mais aussi politique, stratégique, scientifique, économique, culturelle, etc., incite d’abord l’ensemble de la classe politique française à se réconcilier avec sa propre mémoire ».

34« Un effort de vérité est demandé aux plus hautes instances françaises appelées à reconnaître les crimes commis pendant 132 ans en leur nom, plus particulièrement entre 1945 et 1962. Le même effort est demandé aux citoyens français qui doivent d’abord se réconcilier avec leur propre mémoire », poursuit l’historien, considérant que la « guerre des mémoires » est d’abord une guerre entre « mémoires françaises ».

35De son côté, le sociologue et historien Hassan Remaoun souligne que ce rapport correspond à une commande faite par le président Macron et « qu’il ne s’agit pas de l’élaboration d’une nouvelle version de l’histoire de la colonisation française en Algérie et de la guerre de libération nationale, mais plutôt de la présentation d’un état des lieux mémoriel et des retombées que cela suscite dans les relations franco-algériennes », dont l’objectif est « d’assumer le lourd contentieux légué dans ce domaine par l’histoire et d’apaiser autant que possible les mémoires de tous les concernés », a-t-il ajouté, affirmant que Benjamin Stora « a essayé de jouer un rôle de facilitateur en proposant des voies et moyens susceptibles, notamment du côté français, d’aller dans cette voie ».

36Sur la question de la reconnaissance par la France des crimes commis durant la période coloniale en Algérie, Hassan Remaoun soutient que des « excuses ou une repentance des Français ne rendraient pas justice à tout ce que notre peuple a subi », même si, estime-t-il, « une reconnaissance des crimes commis nettement affirmée pourrait contribuer à l’apaisement des relations entre les deux peuples ». « Franchement, je pense que nous avons lavé l’offense coloniale en libérant de haute main notre pays et que notre honneur est sauf. C’est désormais l’honneur des Français qui est en jeu face aux crimes que les colonialistes ont fait peser sur leur conscience. Passer à la phase de la demande du pardon ou de l’acte de reconnaissance des crimes coloniaux commis se fera lorsqu’ils se sentiront prêts pour un pareil acte de courage ! », a déclaré l’historien à l’APS.

37Pour Mohammed El-Korso, le rapport Stora constitue une « avancée » par rapport aux positions de la classe politique française qui « ont prévalu au lendemain du recouvrement de la souveraineté nationale de l’Algérie et qui prédominent jusqu’à ce jour au niveau de certains cercles qui font preuve d’une grande crispation dès qu’il s’agit de la colonisation de l’Algérie et de guerre de libération nationale ». Il ajoute que ce rapport n’a été possible que parce que les Algériens « n’ont jamais cessé depuis l’occupation, en passant par le mouvement national, la Proclamation du Premier Novembre et l’exercice de leur souveraineté, de revendiquer le droit imprescriptible à leur histoire d’où l’ancien colonisateur les a exclus, leur causant un préjudice irrémédiable ».

38La justesse de cette revendication, « ignorée puis minorée, semble prendre le chemin qui est le sien grâce à une “prise de conscience” des présidents de la République française depuis la fin des années 1990 », souligne l’historien.

39« Même s’il ne sous-estime pas la complexité d’une pareille question, Stora lui-même considère qu’une avancée pourrait être possible, comme il a pu y en avoir quelques-unes dans le passé », a déclaré M. Remaoun, ajoutant que le rapport aux mémoires n’implique pas seulement les États, mais aussi « des segments très diversifiés dans chacune des sociétés concernées, avec des opinions parfois très clivantes dans chacun des pays concernés ».

40L’historien Hassan Remaoun estime que l’émergence de nouvelles générations qui « renouvellent les questionnements et les projets de société, comme le travail d’accumulation des connaissances opéré par les historiens à partir de postures critiques et méthodologiquement fondées », peuvent prêter à l’optimisme, même si « les effets ne se font pas sentir dans l’immédiat ». Ce qui explique, selon lui, le fait que l’apologie de la domination et de l’idéologie coloniale est partout battue en brèche. M. Remaoun pense également qu’avancer dans la résolution des problèmes légués par le passé est « profitable pour les deux pays ».

41À la question de savoir s’il y a un profit à tirer pour l’Algérie de ce rapport sur la mémoire, le professeur Hassan Remaoun a répondu par l’affirmative, mais avec la condition de « ne pas considérer que le problème sera complètement résolu sans les questions de mémoire », estimant qu’il faudra toujours « laisser du temps au temps, surtout avec un contentieux aussi lourd que celui légué par la colonisation et ses méfaits ». L’Algérie, affirme-t-il, « n’est malheureusement pas la seule concernée par la question, même si nous nous considérons et sommes considérés par d’autres comme un cas emblématique ».

42Concernant les différents points soulevés dans le rapport Stora qui reflètent « le point de vue français », Mohammed Ould Si Kaddour El-Korso considère qu’il y a « bien des questions qui sont passées à la trappe et qui seront soulevées et débattues en leur temps par la partie algérienne ».

43Hassan Remaoun pense, lui, que « d’importantes questions ont été posées dans ce texte et c’est le cas notamment pour celle portant sur les archives et la question de la reconnaissance de la tragédie subie par les Algériens ». Et de conclure que c’est une « négociation qui est en cours et le tout est de savoir en fixer les objectifs et les étapes à traverser ». « Il faudra de même mobiliser toutes les ressources nécessaires pour la mener au mieux ! », a-t-il suggéré.

4. Gilles Manceron, « Le rapport de Benjamin Stora propose un travail de vérité », interview par Nadjia Bouzeghrane, El Watan, 28 janvier 2021.

44Quelle est votre réaction au rapport de Benjamin Stora sur les questions mémorielles liées à la colonisation et à la guerre d’Algérie ?

45Le rapport de Benjamin Stora a le mérite d’aborder non seulement le décalage dans la perception de la colonisation dans les deux pays, mais aussi les traces des mémoires de la colonisation et de la guerre d’Algérie dans la France d’aujourd’hui, qui polluent longtemps après 1962 les problèmes de la société française.

46Il montre que beaucoup de temps a été perdu du fait de l’absence de réponse officielle aux mythes et aux mensonges diffusés à l’époque coloniale. Mais dans les années 2000, ceux qui sont nés après la période coloniale sont choqués par ce qu’ils en apprennent, et nombreux sont les travaux de jeunes chercheuses et chercheurs à son sujet.

47Stora récuse, comme la presque totalité des historiens, le concept de « repentance », qui est une arme brandie comme un épouvantail par ceux qui ne veulent pas d’une reconnaissance et d’un travail de vérité. Et il propose de commencer par ce qui concerne des faits précis qui ont marqué la période coloniale et qu’il faut expliquer à l’opinion française.

48Comment recevez-vous les préconisations de l’auteur du rapport ?

49Il y a un travail d’explication à faire auprès des Français, car le discours sur les prétendus « bienfaits de la colonisation » a été massivement diffusé à l’époque, comme celui sur la soi-disant « barbarie » des nationalistes algériens, et ce discours n’a pas été clairement démenti depuis par une parole officielle.

50Le rapport Stora pointe un certain nombre de faits qui ont marqué l’époque coloniale, comme le déracinement de deux millions de paysans algériens, la mise en place des « zones interdites » où tout Algérien pouvait être abattu, l’utilisation du napalm, qualifié alors de « bidons spéciaux », la pose de milliers de mines antipersonnel qui ont tué ou estropié des milliers de jeunes, la contamination des populations sahariennes par les essais nucléaires, la pratique massive de la torture et des disparitions forcées. C’est en disant la vérité sur ces faits précis que l’opinion française pourra comprendre le caractère criminel de la colonisation.

51Rendre des hommages à des personnages emblématiques, à l’émir Abdelkader là où il a été détenu, à l’avocat Ali Boumendjel assassiné par l’armée française lors de la bataille d’Alger, ou encore à l’avocate Gisèle Halimi qui a défendu les militants du FLN, cela peut marquer le début du processus nécessaire.

52Ce rapport constitue-t-il une avancée dans l’apaisement des mémoires en France et dans la réconciliation avec l’Algérie ?

53Je pense qu’il permet d’avancer vers l’apaisement des mémoires en France et dans la réconciliation avec l’Algérie. Le rapport écarte l’illusion d’écrire une histoire commune en raison des divergences profondes dans la construction des deux imaginaires nationaux. Mais il propose un travail de vérité qui permet à la jeunesse des deux pays de s’approprier ce passé. Parmi ces crimes, les disparitions forcées, qui ont été massives lors de la répression des combattants et des populations, et qui sont l’objet du site Internet <1000autres.org>, pourraient faire l’objet d’investigations par des commissions de chercheurs d’une rive à l’autre de la Méditerranée, afin de mieux les documenter pour renseigner les familles.

54À mon avis, la constitution d’une Commission « Mémoires et vérité », chargée d’impulser des initiatives communes entre la France et l’Algérie sur les questions de mémoire (commémorations, recueil de témoignages, etc.), peut être un pas important dans ce processus nécessaire.

5. Alain Ruscio, « Il faut s’engouffrer dans la brèche ouverte par Benjamin Stora », El Watan, 2 février 2021.

55Nul chercheur, nul passionné d’histoire, nul lecteur qui s’intéresse à l’histoire de l’Algérie ne peut se dispenser de connaître l’œuvre de Benjamin Stora, qui a déjà consacré nombre d’ouvrages à sa terre natale.

56Il était certainement l’un des plus qualifiés – parmi d’autres, on pense particulièrement à la génération qui a commencé à publier au début du présent siècle – pour tenter un travail de synthèse sur les relations franco-algériennes. En ce qui me concerne, j’ai le plus grand respect pour Benjamin, avec qui je dialogue depuis quelques décennies (à Paris, à Alger et même à Hanoï…). Outre ses qualités d’historien, il est un homme de convictions. Je l’ai vu affronter (verbalement !) des pieds noirs nostalgiques de l’Algérie française avec un rare courage.

57Une qualité majeure de son rapport est de ne pas s’être limité à la guerre d’indépendance de 1954-1962, même si elle en est évidemment le cœur. Le ton général de son travail est mesuré, reprenant un certain nombre de demandes mémorielles, dont la portée symbolique est forte. Un seul exemple : la demande de la restitution du canon Bab Merzoug, l’un des premiers vols de l’histoire coloniale (juillet 1830), épisode totalement oublié en France, mais d’une grande importance pour l’histoire – et pour la fierté – nationale en Algérie. Ou encore la demande de l’inauguration d’une plaque en l’honneur d’Abdelkader, en 2022, à Amboise, à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance.

58D’où vient alors cette impression d’inachevé que laisse la lecture de ce rapport ? Il me semble que cela tient à la nature même de la mission confiée par le président de la République au chercheur. En acceptant ses termes, Benjamin Stora était nécessairement, fatalement, tiraillé entre les mémoires toujours à vif, nombreuses et souvent antagonistes.

59Un exemple parmi d’autres, la demande d’associer à l’histoire douloureuse de Maurice Audin celle d’Ali Boumendjel, victime des mêmes pratiques, est sans conteste la bienvenue. Mais chacun sait, en particulier depuis la création du site <1000autres.org>, que les soi-disant disparus se chiffrent par milliers, dont une liste non exhaustive pour la seule bataille d’Alger est aujourd’hui rendue publique. Je sais bien que la mémoire a besoin de figures emblématiques, à forte connotation émotionnelle. Mais puisque le président Macron a lui-même employé le mot de « système » pour qualifier les tortures et les « disparitions », pourquoi ne pas demander que ce travail de recensement soit plus systématique encore ? Ou, si l’on doit absolument focaliser sur des figures, pourquoi ne pas évoquer l’assassinat d’Amokrane Ould-Aoudia, avocat du FLN ? Parenthèse : les assassinats de Maurice Audin ou d’Ali Boumendjel furent des épisodes des nombreux crimes de l’armée. Jeter l’opprobre sur les seuls sinistres Massu et Aussaresses est à la limite facile. Celui d’Amokrane Ould-Aoudia fut un assassinat organisé, ordonné par l’État français (le Premier ministre Michel Debré, les services français, dans le silence complice de l’Élysée), en plein cœur de Paris, dans cette ville qui persiste à se dire « des droits de l’homme ». Ceci explique sans aucun doute le pesant silence officiel sur ce crime. Raison de plus pour l’évoquer.

60Je poursuis sur ce que je qualifie de « limites », avec l’exemple de l’émir Abdelkader. Une plaque à Amboise, lieu de sa résidence forcée, très bien. Mais pourquoi ne pas reprendre une vieille idée, émise pour la première fois par l’écrivain Henry de Montherlant dans les années 1930, que j’avais évoquée il y a quelques années (El Watan, 13 septembre 2017) : une statue dédiée à l’émir au cœur de Paris ? En juillet 2006, Bertrand Delanoë, alors maire de Paris, avait inauguré une place de ce nom dans le Ve arrondissement. Au centre de cette place, un espace ouvre les bras à l’érection d’une statue. En 2022, cela aurait un certain parfum…

61En conclusion, je pense que le rapport de Benjamin Stora a ouvert la voie, et ce n’est pas un mince compliment. Mais il faut s’engouffrer dans cette brèche. Nous tous, Algériens et Français, historiens et non spécialistes, confronter, confronter encore les opinions, multiplier les études. Et, puisque 2022 marque l’anniversaire de la fin du conflit, pourquoi ne pas jeter les bases dès à présent d’un grand colloque organisé en deux étapes, sur les rives nord et sud de la Méditerranée ?

6. Sylvie Thénault, « Sur la guerre d’Algérie, parler de “réconciliation” n’a pas de sens », Le Monde, 5 février 2021.

62La commande à Benjamin Stora du rapport sur « Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie » repose sur un présupposé : la guerre d’Algérie serait l’objet d’une « guerre des mémoires » qu’une « réconciliation » franco-algérienne devrait apaiser. Il y aurait donc une fracture dans l’approche de ce passé, opposant Français et Algériens.

63Ce n’est pas ce que raconte l’histoire de la guerre. En Algérie comme en France, les sociétés ont connu des clivages profonds, parfois violents, qui ont transcendé les appartenances nationales. Cette guerre n’a pas mis en présence des Français et des Algériens unis face à face, ni incapables de converger.

64Des « Européens », dans la taxonomie coloniale, ont lutté pour l’indépendance selon une conception de la nation algérienne ouverte à leur égard ; des Français ont dénoncé la torture en invoquant la République et ses valeurs quand d’autres défendaient l’œuvre coloniale ; des anticolonialistes français et des nationalistes algériens ont partagé un idéal révolutionnaire, internationaliste ; des indépendantistes se sont entretués. Aucune homogénéité, aucun unanimisme, donc ; cette guerre a mis les nations à l’épreuve. Rien n’est plus faux que de la penser en affrontement de deux blocs nationaux.

65Le politique pour champ de bataille

66Ce n’est pas non plus ainsi que les mémoires individuelles se sont construites. En France, les recherches démontrent la multiplicité des appréhensions de ce passé par les générations postérieures, les témoins disparaissant au fil du temps. Tout est possible : de la réappropriation la plus vive à l’indifférence totale, en passant par une vaste gamme complexe. La remémoration n’est pas toujours douloureuse, ni publique. Elle exprime souvent une demande d’histoire, à des fins de compréhension et non de revanche. La pathologisation systématique des mémoires dans la société française est excessive.

67Les affrontements ont le politique pour champ de bataille. Ils se cristallisent sur les noms de lieux, les plaques, stèles et autres symboles érigés dans la discorde, parfois vandalisés. En dépit d’une représentativité à questionner, des associations s’arrogeant la parole d’un groupe entretiennent la bataille, sans hésiter à servir des clientélismes électoraux. Il ne s’agit pas d’histoire ni de mémoire, mais d’usages du passé. Celui-ci est d’autant plus polémique qu’il nourrit des argumentaires allant de l’extrême gauche à l’extrême droite sur des thèmes d’actualité (migrations, islam, terrorisme, exception, citoyenneté, nation).

68Parler ici de « réconciliation » n’a pas de sens. Idem au plan bilatéral : les deux États, censés traîner un contentieux historique, ont toujours été partenaires – sinon, par exemple, comment la France aurait-elle pu conduire des essais nucléaires au Sahara après 1962 ? Partenaires, les deux pays le sont toujours. Le passé sert de levier actionné dans le sens du rapprochement ou de la tension, au service d’intérêts supérieurs ; il est une ressource dans laquelle puiser, selon les besoins du moment. La réaction du secrétaire général de l’Organisation des moudjahidine, rejetant le rapport, pourrait ainsi s’expliquer.

69Cesser de craindre ce passé

70Le traitement de ce passé en France, par les pouvoirs publics français, reste cependant d’actualité. L’idée d’une « guerre des mémoires » est performative. Elle produit des effets pervers d’assignation et d’identification des acteurs ; chacun n’est-il pas censé appartenir à un camp, auquel il doit se ranger ? Il faut d’urgence revenir à l’histoire – et son dépassement des référents nationaux – pour enrayer l’engrenage et cesser de craindre ce passé au motif de sa conflictualité sociale.

71Des traumatismes, des blessures intimes transmises au gré des générations, bien sûr, cette guerre en a causé ; la situation n’est pas la même en France et en Algérie, où chacun a été exposé aux violences. En France, où le cas de la Seconde Guerre mondiale a légitimé des politiques parées de vertus réparatrices, des déclarations, des monuments, des plaques, des commémorations existent, mais la demande demeure. Que manque-t-il ? Une condamnation, certainement ; forte, solennelle, officielle. L’enceinte judiciaire n’a pu en être le théâtre. L’amnistie a interdit la poursuite des crimes commis pendant la guerre.

72À la jonction entre la réparation symbolique et l’action politique, la justice transitionnelle offre une piste. Il faudrait y réfléchir au-delà de la vague suggestion d’une « commission » à peine esquissée dans le rapport.

73Et revenir à la source du mal qu’a été l’entreprise coloniale, à l’origine d’une colonie de peuplement assurant à un million de Français la suprématie sur une majorité de huit millions de « musulmans », d’après la catégorisation de l’époque. Cette société-là – par nature oppressive, en dépit d’interactions individuelles et de relations humaines sincèrement amicales, quelles qu’aient pu être la volonté et les intentions de ses membres – ne pouvait tenir. C’est d’elle qu’est sortie la guerre.

74Racisme toujours à l’œuvre

75La culture politique française doit se débarrasser de sa frilosité sur une colonisation naguère source de puissance et d’orgueil. Au XXIe siècle, comment défendre encore la légitimité d’une conquête territoriale suivie d’un peuplement exogène, d’une dépossession foncière officiellement organisée, de l’instauration d’un ordre social intrinsèquement inégal et de sa préservation par la violence ?

76Mais que vaut le symbolique, à l’heure où les discriminations rejouent au présent, au moins en apparence, un rapport colonial ancien ? Que l’origine coloniale de ces discriminations soit discutable (car jamais le présent ne découle directement du passé), que leurs dimensions raciale et/ou sociale soient vivement débattues, n’y change rien. Cette histoire tout entière parle d’un racisme toujours à l’œuvre.

77Pour cette raison, le traitement symbolique du passé n’en atténue pas l’âpreté. Que peut-il quand les discriminations, quotidiennes, nécessiteraient des mesures à la portée sociale effective et quand la stigmatisation demeure ? À l’heure où le projet de loi sur le séparatisme, source de débats nauséabonds, arrive au Parlement, il faut dire qu’il n’y aura pas de politique publique de la mémoire crédible sans politique cohérente par ailleurs. Parce qu’elle conduit au symbolique, l’approche psychologisante est un outil redoutable de dépolitisation.

7. Bernard Deschamps, ancien député PCF du Gard, « Rapport Stora sur la colonisation et la guerre d’Algérie : des impasses et des ambiguïtés ? », l’Humanité, 5 février 2021.

78Le rapport sur les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, commandé par le président de la République française à l’historien Benjamin Stora, comporte des impasses et des ambiguïtés préoccupantes.

79Dans sa lettre de mission, Emmanuel Macron disait vouloir « s’inscrire dans une volonté nouvelle de réconciliation des peuples français et algérien ». Cette volonté s’était concrétisée en 2018 par la reconnaissance, au nom de la République française, de la mort de Maurice Audin, exécuté ou torturé à mort par des militaires français. Le président de la République mettait l’accent sur la nécessité d’aboutir «  à l’apaisement et à la sérénité de ceux que [la guerre d’Algérie] a meurtris, (…) tant en France qu’en Algérie ». Il a par la suite exclu toute « repentance » et toutes « excuses », ce qui a été qualifié d’inquiétant par plusieurs historiens, dont Gilles Manceron.

80Benjamin Stora a consulté un grand nombre de personnalités, dont il donne la liste. On est étonné de n’y trouver pratiquement aucun·e responsable d’associations d’amitié franco-algérienne anticolonialistes. Ainsi, par exemple, l’association Agir contre le colonialisme aujourd’hui (Acca) et l’association Les Amis de Max Marchand et Mouloud Feraoun, assassinés par l’OAS le 15 mars 1962, n’y figurent pas. Ni non plus France-El Djazaïr. Quelques anciens combattants de la Fédération nationale des anciens combattants d’Algérie, Maroc, Tunisie (Fnaca) ont été rencontrés, mais personne de l’Association républicaine des anciens combattants (Arac), qui a pourtant été très engagée pour l’indépendance de l’Algérie.

81Récapitulant les nombreux travaux historiques réalisés en France, Benjamin Stora ne cite pas l’ouvrage La Guerre d’Algérie (1981) réalisé sous la direction d’Henri Alleg. Concernant les colloques, il ne mentionne pas le colloque international « Pour une histoire critique et citoyenne, le cas de l’histoire franco-algérienne  », organisé en 2006 à l’École nationale supérieure des lettres et sciences humaines de Lyon, sous la direction du professeur Gilbert Meynier, avec une centaine d’intervenants. Il ne fait pas non plus référence à l’Histoire intérieure du FLN, de Gilbert Meynier. Benjamin Stora évoque les « militants de gauche anticolonialistes, communistes, socialistes, militants de la gauche chrétienne se battant pour l’égalité des droits », en occultant leurs combats pour l’indépendance de l’Algérie. Parmi les impasses, « l’oubli » des huit morts français, dont sept étaient communistes, le 8 février 1962, au métro Charonne. En revanche, le pogrom du 17 octobre 1961 est bien évoqué. Parmi les acteurs algériens de la guerre d’indépendance, il ne cite à aucun moment Ahmed Ben Bella et Houari Boumediene. De la part d’un historien de ce niveau, il ne peut s’agir d’oublis. Peut-être faut-il en chercher l’origine dans sa référence répétée à Albert Camus qui, certes, se prononçait contre les conditions inhumaines de la colonisation, mais qui était hostile à l’indépendance de l’Algérie ?

82Une phrase du rapport m’a particulièrement interpellé. Il évoque « les exactions commises, notamment à la fin de la guerre d’Algérie, par certains commandos extrémistes de l’OAS ». Par « certains commandos » ? Pas par tous et pas tous extrémistes ? Cette façon de dédouaner l’organisation criminelle de ses responsabilités m’inquiète d’autant plus qu’il rend hommage au « beau livre d’André Rossfelder, ami d’Albert Camus », Le Onzième Commandement (Gallimard, 2000). « Ce que ne précise pas Benjamin Stora – écrit Jean-Philippe Aoudia, le fils d’une des victimes de l’OAS le 15 mars 1962 – c’est que l’engagement de Rossfelder s’est fait dans l’OAS. Condamné à mort par contumace pour sa participation à la tentative d’assassinat du président de la République, Charles De Gaulle, au mont Faron, à Toulon, le 15 août 1964. C’est le terroriste Rossfelder qui a transmis à un ami une liste de condamnés à mort par l’OAS, avec la mention “fait” ou bien “loupé” ou bien “en cours de préparation” en face des noms (voir annexes p. 130 de La Bataille de Marignane) ». Bien d’autres oublis et ambiguïtés peuvent être relevés, qui montrent que l’auteur n’a pas complètement abandonné l’illusion du mariage des mémoires antagonistes, contrairement aux intentions affichées : « Un rapprochement entre la France et l’Algérie passe [donc] par une connaissance plus grande de ce que fut l’entreprise coloniale ».

83Un long paragraphe est cependant consacré aux crimes commis par l’État français de 1962 à 1964 : « Le déracinement/déplacement de deux millions de paysans algériens, chassés de leurs terres dans le souci d’isoler les indépendantistes algériens de leur base sociale, rurale. Ce déplacement forcé, qui a causé un énorme bouleversement dans le paysage agricole de l’Algérie, a été dénoncé en son temps par le jeune énarque Michel Rocard, dans un rapport de 1959. Citons aussi la destruction de centaines de villages et la mise en place des zones interdites où aucun Algérien ne pouvait plus circuler sous peine d’être abattu ; les dizaines de milliers de disparus, dont les familles réclament encore de connaître l’endroit où gisent leurs corps ; l’utilisation du napalm, qui porte le nom de “bidons spéciaux”, notamment pendant la mise en œuvre du plan Challe en 1959 ; la pose de milliers de mines aux frontières marocaine et tunisienne, qui ont tué ou estropié des milliers de jeunes Algériens ; la contamination des populations sahariennes par les essais nucléaires commencés en 1960 ; la pratique massive de la torture… ».

84Des avancées peuvent-elles être espérées ? Il faudra être attentif à la suite qui sera donnée par la commission « Mémoires et vérité », qui comprendra des intellectuels, des personnalités, des responsables d’associations, aux 22 propositions formulées par Benjamin Stora (notamment les commémorations du 17 octobre 1961 et du 19 mars 1962 ; l’élévation des camps comme celui de l’Ardoise dans le Gard en lieux de mémoire ; le transfert de Gisèle Halimi au Panthéon). Le combat continue donc pour la reconnaissance sans réserve par la France de la réalité inhumaine de la domination coloniale et de la cruauté de la répression du mouvement indépendantiste. L’amitié entre le peuple algérien qui a tant souffert et le peuple français est à ce prix.

8. Saïd Bouamama, sociologue, « Bourreaux et victimes sur le même plan », El Moudjahid, 15 février 2021.

85En juillet 2020, le président Emmanuel Macron a confié à l’historien Benjamin Stora la mission d’élaborer un rapport sur les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, dans l’objectif d’affirmer une volonté nouvelle de réconciliation des peuples français et algérien ancrée sur un « travail de mémoire, de vérité et de réconciliation ».

86Pour le sociologue Saïd Bouamama, « l’exigence légitime de reconnaissance de la colonisation comme crime contre l’humanité est ainsi transformée en exigence de repentance ». Le chercheur estime que la question a basculé du champ du politique et de la caractérisation d’une des formes les plus ignobles de l’exploitation à ce qu’il qualifie « de la morale et d’une posture de contrition ». « Le peuple algérien a toujours exigé que toute la vérité sur les horreurs de la colonisation soit reconnue ».

87« On ne peut que se satisfaire de la préconisation de reconnaissance par la France de l’assassinat d’Ali Boumendjel, ou de celle d’entrée au Panthéon de Gisèle Halimi, grande figure féminine d’opposition à la guerre d’Algérie. La reconnaissance de quelques assassinats ignobles ne peut être un pas positif qu’à la condition de ne pas servir de prétexte à la négation de la dimension systémique et totale de la violence coloniale, des débuts de la conquête à l’indépendance », estime-t-il.

88Le chercheur dira, à propos du rapport de l’historien français, que « la logique consistant à reconnaître des bavures, des scandales, des dérives, pour mieux occulter le caractère consubstantiellement violent de la colonisation n’est pas nouvelle. C’est la même logique que nous retrouvons dans la dénonciation des violences de la guerre d’Algérie sur fond d’un silence assourdissant sur les violences de la conquête puis sur celles de 132 ans de colonisation. Benjamin Stora n’échappe pas à cette tendance à découpler la violence d’une séquence (la guerre d’Algérie) de celle de l’ensemble de la période coloniale ».

89Il explique que Stora « aborde les violences de la conquête et de la colonisation de manière allusive, l’essentiel de son rapport restant centré sur la période de la guerre d’Algérie ». Selon Saïd Bouamama, le rapport minimise l’ampleur des violences de la conquête que d’autres historiens évaluent sur le seul plan des décès et de la disparition d’un quart à un tiers de la population algérienne de 1830 à 1870 ».

90Enfumades et exterminations absentes du rapport

91Rappelant les enfumades, les exterminations de populations, l’horrible famine de 1866-1868, le sociologue note qu’« elles sont tout simplement absentes d’un rapport censé faire progresser la vérité et la réconciliation. Ces occultations permettent en effet de dissimuler ce que les spécialistes appellent à juste titre le passé génocidaire de la France en Algérie ».

92M. Bouamama est catégorique : « Le rapport Stora est de fait un recul en comparaison avec les déclarations du président français lors de sa visite en Algérie en février 2017, où il avait assuré qu’il était inadmissible de faire la glorification de la colonisation ». S’agissant de la problématique de la repentance, le chercheur dira que « les discours sur le refus de la repentance et sur la guerre des mémoires sont en fait une réponse à une autre revendication, bien réelle celle-ci : celle des réparations des crimes contre l’humanité que furent la traite, l’esclavage et la colonisation ».

93Le sociologue rappelle la conférence mondiale des Nations unies contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance, qui s’est tenue en 2001 à Durban, posant un triple principe. Le premier est celui de la reconnaissance du caractère de « crime contre l’humanité » de la traite et de l’esclavage, d’une part, et du caractère condamnable de la colonisation « quels que soient le lieu et l’époque où elles sont advenues », d’autre part. Le deuxième est celui de la reconnaissance des effets systémiques de long terme de l’esclavage et de la colonisation, « les effets et la persistance de ces structures et pratiques ont été parmi les facteurs qui ont contribué à des inégalités sociales et économiques persistantes dans de nombreuses régions du monde aujourd’hui ». Le troisième est le principe d’une « réparation » de la part des pays esclavagistes et colonisateurs.

94Pour conclure, le sociologue relève que le rapport Stora « met sur le même plan victimes et bourreaux, colonisateurs et colonisés, spoliateurs et spoliés, tortionnaires et suppliciés ».

Conclusion : un débat toujours ouvert…

  • 18 Mentionnons quelques exemples de productions des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique : do (...)

95Pour les Cahiers d’histoire, Revue d’histoire critique, le colonialisme, et en particulier l’exemple algérien, représente un thème d’importance. Notre revue l’a abordé sous différents aspects : colonisation, résistances au colonialisme, enjeux d’enseignement et mémoire, l’Algérie… avec des dossiers, des articles, des comptes rendus, des entretiens18.

  • 19 Par exemple, le documentaire de l’émission LSD de France Culture, épisode 4, « Guerre d’Algérie : r (...)

96Les débats autour du rapport Stora et de son devenir ne font que débuter. Les traductions concrètes, comme pour la proposition de commission « Mémoires et vérité », seront à suivre de près. L’histoire coloniale, les archives, la recherche, le nucléaire, les disparus ou les gestes symboliques sont autant de dossiers ouverts. Sans oublier les réponses de Benjamin Stora aux nombreuses réactions riches d’enseignements19. Nous serons donc très probablement appelés à revenir sur ce rapport, les discussions qu’il suscite et ses concrétisations.

Haut de page

Notes

1 Voir le texte complet : <https://www.vie-publique.fr/rapport/278186-rapport-stora-memoire-sur-la-colonisation-et-la-guerre-dalgerie>.

2 Voir <https://histoirecoloniale.net/-Les-nostalgiques-de-la-colonisation-.html>.

3 Voir par exemple Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Ahmed Boubeker, Le Grand repli, Paris, La Découverte, 2015.

4 Elle suscita de vives réactions et des mobilisations, notamment avec la création du CVUH en 2005, duquel les Cahiers d’histoire sont partie prenante : <http://cvuh.blogspot.com/p/vie-de-lassociation.html>.

5 Cette évolution est sans doute liée aussi à l’échec des expériences des régimes issus des indépendances, à la montée de l’intégrisme islamique et à l’affirmation d’un « philosionisme ». Il conviendrait de discuter de ces sujets dans leurs dimensions historiographiques.

6 Citons quelques figures disparues : Yves Benot, Claude Liauzu, Jean-Luc Einaudi, Gilbert Meynier, Annie Rey-Goldzeiger, Jacques Thobie, Maxime Rodinson, Charles-André Julien, André Nouschi, Marc Ferro...

7 Mentionnons Jacques Couland, Catherine Coquery-Vidrovitch, Elika M’Bokolo, Pap Ndiaye, Jacques Pouchepadass, Romain Bertrand, René Gallissot, Alain Ruscio, Gilles Manceron, Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Sandrine Lemaire, Sébastien Jahan, Mohammad Harbi, Benjamin Stora, Raphaëlle Branche, Sylvie Thénault, Malika Rahal, Éric Savarese, Pierre-Jean Le Foll-Luciani, Nedjib Sidi Moussa, Éloïse Dreure… Liste très, trop partielle. L’historiographie algérienne est très riche. La production anglo-saxonne s’est particulièrement développée.

8 On citera le riche site « Histoire coloniale et postcoloniale », héritier du site de la LDH Toulon, très impliqué dans les questions historiographiques, ou l’association Sortir du colonialisme, qui anime la « Semaine anticoloniale et antiraciste ».

9 Différentes polémiques sur l’islamo-gauchisme, l’intersectionnalité, l’islamophobie, le « racisme systémique » ou le postcolonialisme attestent de cette situation.

10 Ces différentes questions méritent des échanges critiques et croisés.

11 Benjamin Stora, « Il y a une histoire sur laquelle on peut s’appuyer pour trouver du commun », Nadjia Bouzeghrane, El Watan, 23 janvier 2021.

12 Voir <https://histoirecoloniale.net/Le-Rapport-de-Benjamin-Stora-sur-la-colonisation-et-la-guerre-d-Algerie-et-la.html>.

13 Cet assassinat est reconnu début mars 2021 par Emmanuel Macron.

14 Voir <https://www.lorientlejour.com/article/1251079/france-algerie-benjamin-stora-se-defend-detre-contre-des-excuses.html>.

15 Par exemple, son éviction comme commissaire de l’exposition Camus en 2013 à Aix-en-Provence par la mairie UMP et son remplacement par Michel Onfray, ou les attaques antisémites du périodique d’extrême droite Valeurs actuelles en octobre 2019, dans un hors-série sur « l’Algérie française ». Voir Frédéric Bobin, « Une diatribe de Valeurs actuelles contre l’historien Benjamin Stora suscite l’émotion », Le Monde, 20 novembre 2019.

16 Par exemple, Mohamed Kouini, « Histoire coloniale : un rapport décevant de Benjamin Stora », Jeune indépendant, 20 janvier 2021 ; Jean-Philippe Ould Aoudia, « Mémoire, vérité et réconciliation », El Watan, 26 janvier 2021 ; Malika Rahal, « Le rapport Stora est un objet compliqué », entretien réalisé par Karim Benamar, Liberté, 7 mars 2021 ; Denise Brahimi, « Le “Rapport Stora”, premières impressions », dans Lettre culturelle franco-maghrébine, n° 51, Association Coup de soleil en Rhône-Alpes, 29 janvier 2021 ; Association nationale des pieds noirs progressistes et leurs amis, « À propos du rapport de Benjamin Stora », déclaration du 9 février 2021 ; Henri Pouillot, « Le rapport Stora minimise les crimes de la France », Algérie patriotique, 29 janvier 2021 ; Hosni Kitouni, « Ce qui nous importe, c’est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation », El Watan, 24 janvier 2021.

17 Gilles Manceron, « S’appuyer sur le rapport de Benjamin Stora, 1er février 2021, <https://blogs.mediapart.fr/gilles-manceron/blog/010221/s-appuyer-sur-le-rapport-de-benjamin-stora> ; Olivier Le Cour-Grandmaison, « Sur le rapport de Benjamin Stora : le conseiller contre l’historien », Médiapart, 28 janvier 2021, <https://blogs.mediapart.fr/olivier-le-cour-grandmaison/blog/280121/sur-le-rapport-de-benjamin-stora-le-conseiller-contre-l-historien> ; Jean-Philippe Ould Aoudia, « LE rapport qui va permettre la RÉCONCILIATION entre les peuples français et algérien », 24 janvier 2021, <http://www.acca.1901.org/spip.php?article101> ; Saïd Bouamama, « La signification politique et idéologique du Rapport de Benjamin Stora », 6 février 2021, <https://bouamamas.wordpress.com/2021/02/06/la-signification-politique-et-ideologique-du-rapport-de-benjamin-stora-on-ne-depasse-jamais-une-page-dhistoire-sans-la-lire-jusqua-la-derniere-ligne/> ; Guy Pervillé, « Réponse au rapport de Benjamin Stora remis au Président de la République française Emmanuel Macron le 20 janvier 2021 », 5 février 2021, <http://guy.perville.free.fr/> ; Neil Mac Master, « Quelques réflexions sur le rapport Stora et le monument à Abd-el-Kader », El Watan, 10 février 2021.

18 Mentionnons quelques exemples de productions des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique : dossier « Le pouvoir colonial », n° 85, 2001 ; dossier « Relectures d’histoires coloniales », n° 99, 2006 ; dossier « Rebelles à l’ordre colonial », n° 126, 2015 ; Sébastien Jahan, « Loi du 23 février : des manuels scolaires bien disciplinés ? », n° 96-97, 2005, p. 187-189 ; Sébastien Ledoux, « Le “devoir de mémoire” : fabrique du postcolonial ? Retour sur la genèse de la loi Taubira », n° 118, janvier-mars 2012, p. 117-130 ; Sébastien Jahan, « Benjamin Stora, la guerre des mémoires : la France face à son passé colonial (entretiens avec Thierry Leclere) », n° 103, 2008 ; débat avec Claude Juin et Anne Jollet organisé autour du livre « Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable », n° 123, 2014, p. 139-155 ; Alain Ruscio, « Deux ou trois choses que nous savons du général Bigeard », n° 118, 2012, p. 145-163 ; Catherine Coquery-Vidrovitch, « L’Afrique, la France et les Français de 1871 à 1962 », n° 134, 2017, p. 147-152.

19 Par exemple, le documentaire de l’émission LSD de France Culture, épisode 4, « Guerre d’Algérie : récits individuels et roman national » (55 min), 6 mai 2021, <https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/algerie-les-ineffables-memoires-44-guerre-dalgerie-recits-individuels-et-recit-national> (à partir de 44’45).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16509/img-1.png
Fichier image/png, 166 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Le « rapport Stora » : un premier débat sur les enjeux mémoriels »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 149 | 2021, 137-161.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Le « rapport Stora » : un premier débat sur les enjeux mémoriels »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 149 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16509

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Comité de rédaction des Cahiers d’histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search