Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149DOSSIERRéflexions sur les continuités te...

DOSSIER

Réflexions sur les continuités technologiques : le cas des manuscrits copiés à partir de livres imprimés1

Ann Blair
Traduction de Johann Petitjean
p. 47-84

Résumés

En vue de contribuer aux travaux récents sur l’usage ininterrompu du manuscrit au temps de la presse manuelle, je me concentrerai sur quelques exemplaires de manuscrits, copiés à partir de livres imprimés, conservés à la Rylands Library, et traiterai des raisons qui ont motivé leur réalisation. Certains de ces manuscrits étaient des objets de luxe témoignant de la richesse et du prestige de leur possesseur, quand d’autres étaient fabriqués pour des raisons pratiques : posséder la copie d’un livre difficile à acheter, ou une copie qui pouvait être personnalisée au cours du processus. L’acte de copier lui-même était également considéré comme ayant une valeur dévotionnelle et/ou pédagogique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est la traduction, revue, corrigée et mise à jour par l’autrice, d’un texte paru en 201 (...)
  • 2 Robert Darnton, « Qu’est-ce que l’histoire du livre ? », Gens de lettres, gens du livre, trad. Mari (...)
  • 3 La parution annuelle en question a vu le jour en 1998 sous le titre de Book History. Et la « Societ (...)
  • 4 Parmi les titres nombreux, voir par exemple : Pascal Fouché, Daniel Péchoin et Philippe Schuwer (éd (...)

1La parution en 1980 de l’article de Robert Darnton intitulé What is the History of Books ? (Qu’est-ce que l’histoire du livre ?) est un bon indice de l’émergence de l’histoire du livre en tant que champ d’étude. L’auteur y identifie les origines de ce champ à partir de travaux réalisés dans trois domaines différents : les travaux de l’école des Annales sur les origines de la culture populaire moderne, étudiées à partir de la survivance de l’imprimé bon marché ; les études en cours des bibliographes et autres spécialistes des bibliothèques passés maîtres dans l’étude, ô combien diverse, des livres eux-mêmes ; et les nouvelles tendances de la littérature, centrées sur les réactions des lecteurs (notamment à la suite de Hans-Robert Jauss2). À l’époque, Robert Darnton décrivait déjà ce champ d’études comme une véritable jungle pluridisciplinaire couvrant de vastes étendues traversées de sentiers multiples. Cette comparaison est encore plus pertinente de nos jours, après quarante ans de formidable développement des études historiques, littéraires, bibliographiques et bibliophiliques, lequel a généré d’innombrables articles, livres et conférences, une nouvelle revue spécialisée et une société savante internationale3. La récente explosion du nombre d’ouvrages de référence sur la question est particulièrement frappante4. Les nouvelles tendances en littérature et en histoire (notamment l’essor de l’histoire culturelle, le tournant matériel et l’accent mis sur les pratiques) y ont sans doute directement contribué. Mais il ne fait aucun doute que le remarquable essor de l’histoire du livre des deux dernières décennies n’a pas tant été impulsé par les études universitaires que par le sentiment communément partagé – malgré des différences relatives à l’activité ou à la génération de chacun – de vivre une transformation progressive de notre propre environnement médiatique.

2Le web et les médias numériques influencent constamment notre façon de posséder, de partager et de stocker des textes, de lire et de prendre des notes, d’écrire et de publier. Nombre de nos étudiants ont déjà perdu l’habitude de lire un journal ou une revue scientifique autrement que sous forme électronique, ou d’utiliser une photocopieuse plutôt qu’un scanner. Arrivera un jour où le recours aux livres numériques deviendra également la norme, au détriment du papier. Et pourtant, appréhender ces nouveaux outils numériques rend souvent nécessaire d’étudier ceux qui les ont précédés. Une célèbre collection de textes numérisés, la base Early English Books Online (EEBO), a fait évoluer la recherche sur les documents anglais de la première modernité, mais cette opération de numérisation n’aurait pu se faire sans les microfilms réalisés dès les années 1950, à partir des éditions des 16e et 17e siècles répertoriées dans le révolutionnaire Short-Title Catalogue de Pollard et Redgrave. Par conséquent, pour pouvoir comprendre une page numérique de l’EEBO, il faut être familier des premiers livres imprimés, ainsi que des effets intermédiaires du microfilmage : traces de plume et coulures d’encre brunes que l’on trouve sur les pages des copistes de l’époque moderne sont devenues des marques noires dans le microfilm avant d’être reportées dans la version électronique. Même dans les cas de numérisation directe de livres anciens, ce qui est toujours préférable, il est indispensable d’être familier des livres papier pour comprendre pleinement l’image numérique. Il est donc essentiel de transmettre aux étudiants et à tous ceux qui s’intéressent à la lecture des textes de l’époque moderne une certaine familiarité avec les livres anciens eux-mêmes. En dehors de l’étude des premiers livres imprimés, l’impact de la forme du codex reste visible de nombreuses manières dans les supports numériques. Les liseuses, par exemple, imitent généralement l’action consistant à tourner la page ; ce skeuomorphe, imitation d’une technologie antérieure qui n’a pas d’utilité propre, pourrait bien survivre à cette phase de transition vécue comme le passage de la lecture sur papier à celle sur appareils électroniques. En effet, les traitements de texte conservent des fonctions de « couper-coller », alors que seul un petit nombre d’entre nous a déjà utilisé des ciseaux et de la colle pour fusionner des documents ou transformer des notes en texte en coupant et collant des morceaux de papier.

  • 5 David McKitterick, Old books, new technologies. The representation, conservation and transformation (...)
  • 6 Paul White, « Reading Horace in 1490s Padua : Willibald Pirckheimer, Joannes Calphurnius and Raphae (...)

3Les supports numériques présentent bien des avantages, mais ont également des inconvénients majeurs. Au fur et à mesure que nous augmentons notre dépendance à leur égard, la connaissance de l’histoire du livre devient cruciale pour pallier la disparition du lien direct avec les livres originaux. Nous nous devons de savoir et d’enseigner la manière dont le codex a vu le jour et dont il façonne encore les outils que nous utilisons, celle dont les médias ont évolué dans le temps, dont les nouveaux médias coexistent souvent avec les anciens, sans nécessairement les faire disparaître, enfin la manière dont cette coexistence a pu, dans certains cas, avoir un impact sur les différents supports. Nous devons également nous donner, ainsi qu’à nos étudiants, autant d’occasions que possible de travailler à partir des livres originaux, car toute forme de reproduction introduit une distance et une distorsion, comme l’a montré David McKitterick5, et certaines questions ne peuvent trouver de réponse qu’avec l’accès au livre lui-même. En outre, chaque exemplaire d’un ancien livre imprimé est unique, en raison des variations possibles dans le processus d’impression avant la mécanisation et de la présence fréquente d’annotations faites par les premiers propriétaires et lecteurs de ces livres, qui donnent de précieux indices sur la façon dont un texte a été réellement utilisé et lu. Paul White, par exemple, a fondé son étude du commentaire à la Renaissance sur les annotations marginales des éditions d’auteurs classiques, tel Horace, qui se trouvent dans les collections de la bibliothèque John Rylands6. Cette bibliothèque et son institut sont un centre de recherche de premier plan pour l’étude et l’enseignement de l’histoire du livre, grâce aux remarquables collections de manuscrits et d’imprimés rares, provenant d’Angleterre, d’Europe et d’autres parties du monde, qui y sont conservées.

  • 7 David McKitterick, Print, manuscript, and the search for order, 1450-1830, Cambridge, Cambridge Uni (...)

4Je voudrais expliquer les relations complexes entre ces différents médias en considérant un type surprenant d’interaction entre le manuscrit et l’imprimé à l’époque de la presse manuelle, à partir d’exemples provenant de la Rylands Library. Nous savons comment les premiers livres imprimés à partir des années 1450 reproduisaient les textes en imitant la mise en page et l’écriture des manuscrits de l’époque. Ces caractéristiques skeuomorphes sont nées de la volonté des premiers imprimeurs de minimiser la dissemblance entre l’univers de l’imprimé et celui des manuscrits, grâce à l’imitation des conventions à l’œuvre dans ces derniers. Au fil des siècles, imiter le manuscrit dans l’imprimé a également contribué à créer des continuités en matière de formats, lesquels se retrouvent d’ailleurs dans certains supports numériques. Tel est le cas des bibles en double colonne, ou encore du recours aux titres en haut de page, devenu la norme dans les manuscrits scolastiques au cours du 13e siècle. Dès le départ donc, les livres imprimés se sont avérés tributaires des manuscrits pour leur contenu, comme pour de nombreux aspects formels, bien qu’ils aient également développé des caractéristiques propres. En Europe occidentale, on considère que la question des normes du « livre moderne » est réglée en 15307.

  • 8 Harold Love, Scribal publication in seventeenth-century England, Oxford, Clarendon Press, 1993, et (...)
  • 9 Pour pallier l’absence de travaux académiques sur le Real book, voir : <http://en.wikipedia.org/wik (...)
  • 10 La Dawks’s Newsletter, imprimée de 1696 à 1716, utilisait une police spécifique pour imiter l’écrit (...)
  • 11 Pour quelques exemples à la Houghton Library de Harvard, voir : John Taylor, Verbum sempiternum, v. (...)

5Grâce à tout un ensemble d’études récentes, nous savons que, parallèlement à l’imprimé, le manuscrit a également servi de moyen de production et de publication dans l’Europe des temps modernes8. Certains types de textes ont même été spécifiquement conçus pour être utilisés, diffusés et vendus en tant que copies faites à la main plutôt que sous forme imprimée. La copie à la main de partitions musicales, dont l’impression était coûteuse et dont quelques exemplaires souvent suffisaient, s’est avérée particulièrement pérenne, et ce jusqu’à un passé récent. Les apprentis jazzmen des années 1970 copiaient des partitions à la main pour les faire figurer dans le Real Book et contourner ainsi les dispositions en matière de copyright9. Les textes menacés par la censure en raison de leur contenu religieux ou politique étaient également souvent diffusés sous forme manuscrite. Les abonnés des bulletins d’information les recevaient sous cette forme, en partie pour contourner la censure, en partie parce qu’ils payaient pour recevoir des nouvelles adaptées à leurs centres d’intérêt10. Les étudiants produisaient des manuscrits à partir des cours qu’ils suivaient, souvent joliment mis en page de façon à ressembler à un livre imprimé. Dans de nombreux cas, les manuscrits de l’époque moderne ont repris les normes établies pour les besoins du livre imprimé. Les manuscrits du 17e siècle, par exemple, comportaient généralement des pages de titre et des numéros de page, absents des manuscrits médiévaux mais courants dans les livres imprimés. Dans certains manuscrits des 17e et 18e siècles, l’écriture peut être qualifiée de quasi typographique, car elle imite les polices de caractères imprimées, comme le romain ou l’italique11. Ces polices ont d’abord été développées au cours des premières décennies suivant l’invention de l’imprimerie pour imiter l’écriture manuscrite des humanistes. Elles ont ensuite acquis leurs propres caractéristiques, modelées par les contraintes typographiques comme l’usage de caractères mobiles. Ainsi, les effets d’imitation entre le manuscrit et l’imprimé existent dans les deux sens et s’avèrent particulièrement complexes.

  • 12 James O’Donnell, Avatars of the word, Cambridge, Harvard University Press, 1998, p. 76-79 ; Albert (...)
  • 13 Un domaine dans lequel le passage du numérique au papier a été effectué au-delà d’une simple dimens (...)
  • 14 Pour des exemples de manuscrits copiés à partir d’une source intermédiaire : J. K. Moore, Primary m (...)
  • 15 Lotte Hellinga, « Manuscripts in the hands of printers », Manuscripts in the fifty years…, op. cit.(...)
  • 16 À titre d’exemple, voir l’analyse d’une section manuscrite de onze pages dans une copie de l’éditio (...)

6Parmi les différentes contaminations entre manuscrit et imprimé, un phénomène particulier retient l’attention et mérite d’être approfondi : la copie à la main de livres imprimés12. À l’époque de la presse manuelle, les copies manuscrites de livres imprimés étaient plus répandues qu’on pourrait le penser et elles l’étaient probablement davantage que leur équivalent actuel, qui serait l’archivage sur papier de contenus Internet13. Ces copies manuscrites ne sont pas pour autant faciles à étudier de manière systématique, et ce pour plusieurs raisons. La première difficulté vient de ce qu’il est souvent difficile de déterminer si tel manuscrit a bel et bien été copié à partir d’un livre imprimé. Un manuscrit identique à un livre imprimé peut avoir été copié à partir d’un autre manuscrit antérieur, postérieur ou parallèle au livre auquel il ressemble14. Lorsqu’un manuscrit et un exemplaire imprimé correspondent, il se peut aussi que ce soit le manuscrit qui ait servi de modèle au livre imprimé. En effet, toute première impression ne se faisait-elle pas à partir d’un manuscrit, qu’il s’agisse d’un autographe de l’auteur ou d’une copie réalisée par un scribe, qui servait alors de modèle à l’imprimeur ? Ces « manuscrits d’imprimeur » ont rarement survécu, car ils étaient généralement annotés au cours du processus, puis jetés15. Dans certains cas, des chercheurs ont qualifié de manuscrit d’imprimeur un manuscrit copié, selon toute vraisemblance, à partir du livre imprimé16. Ce genre d’interprétation erronée résulte en partie de la méconnaissance de la pratique qui consiste à copier des livres imprimés, et en partie sans doute à la rareté des manuscrits d’imprimeur et au fait qu’en identifier un soit davantage valorisé.

  • 17 Par exemple : Reeve, Manuscripts and Methods, p. 179-180.
  • 18 Pour des cas de copies manuscrites d’ouvrages imprimés qui n’ont pas survécu, voir Moore, Primary m (...)
  • 19 J’ai rencontré une certaine réussite en cherchant le terme latin apographum (« copié ») dans les ca (...)

7Les idiosyncrasies potentiellement nombreuses des livres anciens rendent plus difficile encore l’étude des relations entre imprimés et manuscrits. La meilleure preuve que l’on soit face à un manuscrit copié à partir d’un livre imprimé reste la présence dans l’un d’éléments textuels propres à l’autre : licence ou autorisation de publication, informations de publication dans la page de titre ou le colophon, ou erreurs typiquement typographiques, la confusion entre les lettres b, p, d ou q par exemple17. Il est également probable que les copies manuscrites de livres imprimés soient beaucoup plus nombreuses que ce que nous imaginons, dans la mesure où les manuscrits ou, dans certains cas, les livres imprimés dont il est question, ne sont pas parvenus jusqu’à nous, et parce qu’il est difficile de reconnaître de telles copies manuscrites18. Il est possible qu’à l’avenir le catalogage numérique facilite l’identification de ces manuscrits, en permettant de rechercher systématiquement les correspondances entre les titres d’une même collection, idéalement au sein de plusieurs bibliothèques. Pour l’instant, ces manuscrits peuvent être repérés lorsque le catalogue est suffisamment détaillé pour suggérer un tel lien, l’amélioration continue des instruments de recherche des bibliothèques numériques facilitant grandement la tâche19. Comme toujours, et comme je l’ai constaté lors de mes recherches à la Rylands Library, l’expertise des bibliothécaires demeure irremplaçable pour trouver de tels exemplaires.

8Même lorsqu’il existe des preuves évidentes que l’on se trouve face à la copie d’une source imprimée, il est rare que cette copie puisse être associée à une personne, ou à un contexte particulier permettant d’évaluer la motivation de son producteur. Les hypothèses concernant ce qui a pu pousser quelqu’un à réaliser une telle copie sont donc nécessairement conjecturales. Elles reposent sur d’autres types d’indices, comme le statut de l’écriture manuscrite à l’époque considérée ou des traces provenant du texte lui-même, du manuscrit et de leurs contextes. Afin de rendre compte de l’éventail des formes et des motifs que cette pratique a produits, je m’appuierai dans les pages suivantes sur plusieurs manuscrits de la Rylands Library qui reprennent des documents imprimés. Le choix de la copie manuscrite relevait souvent de raisons pratiques : il s’agissait du moyen le moins coûteux et le plus rapide de copier un livre qui, pour diverses raisons, ne pouvait être acheté. La copie manuscrite permettait également de produire un objet unique, qui pouvait être personnalisé selon les préférences du commanditaire. Certains manuscrits de la première modernité ont été conçus comme des objets de luxe ou dotés d’une signification personnelle, leur valeur esthétique, symbolique et pécuniaire dépassant alors de beaucoup celle de leurs équivalents imprimés. En outre, dans certains cas, la copie pouvait aussi avoir une valeur en soi, soit en tant qu’exercice pédagogique participant de la mémorisation du texte, soit en tant qu’exercice de dévotion permettant de mettre la main et l’esprit au service d’une activité moralement édifiante.

Les manuscrits copiés à partir d’incunables

  • 20 Pour la fameuse attaque d’Érasme contre les imprimeurs en général, qui ne manque pas de faire malgr (...)

9Au cours de la période des incunables, des origines de l’imprimerie jusqu’à 1500, les interactions entre le manuscrit et l’imprimé se sont avérées particulièrement bidirectionnelles. Lorsque les humanistes mettaient la main sur des manuscrits anciens, oubliés depuis longtemps dans les bibliothèques monastiques, ils en faisaient généralement eux-mêmes la première copie, afin d’en garantir l’exactitude et rendre compte de l’émotion qui accompagne ces grandes découvertes. Leur objectif était ensuite de faire imprimer une editio princeps, ou première édition de l’œuvre, idéalement par un imprimeur humaniste reconnu. Quand ils n’avaient pas à déplorer les erreurs commises au cours du processus d’impression, lorsque la perspective de profits rapides avait raison de l’application de l’imprimeur, les humanistes savaient reconnaître que l’imprimerie représentait une bonne garantie contre le risque de perdre les textes anciens, comme ce fut le cas au cours du Moyen Âge. En produisant des centaines d’exemplaires d’un même texte, l’imprimerie améliorait considérablement les chances de survie de celui-ci, à condition toutefois que les appels humanistes, comme celui de Gessner pour la constitution de bibliothèques, fussent entendus20.

  • 21 Sur les réactions suscitées par l’imprimerie, voir Elizabeth Eisenstein, Divine art, infernal machi (...)
  • 22 Johannes Trithemius, In praise of scribes. De laude scriptorum, trad. Roland Behrendt, Lawrence, Co (...)
  • 23 Vespasiano da Bisticci, Renaissance princes, popes, and prelates. The Vespasiano memoirs, trad. Wil (...)
  • 24 Sigfrid Henry Steinberg, Five hundred years of printing, Harmondsworth Penguin Books, 1974 (3e édit (...)

10Malgré l’enthousiasme généralisé suscité par l’imprimerie et la multiplication des incunables, quelques grands bibliophiles ont continué à commander des manuscrits sur parchemin, y compris des manuscrits copiés à partir de livres imprimés21. Les sources arrivées jusqu’à nous n’explicitent pas les raisons qui ont motivé de telles copies, mais deux de leurs contemporains ont fait part de leurs réflexions sur ce sujet. Johannes Trithemius (1462-1516), abbé et érudit plutôt critique à l’égard de l’imprimerie, a déploré que le papier soit moins durable que le parchemin (bien que cette plus grande longévité supposée du parchemin par rapport au papier produit au 15e siècle ne soit pas encore évidente 500 ans plus tard22). S’attelant à la constitution de prestigieuses bibliothèques pour les grands souverains de la Renaissance qu’étaient Cosimo de Medici et Federigo, duc d’Urbino, Vespasiano da Bisticci (1421-1498) a quant à lui déclaré que les manuscrits avaient de quoi rendre les livres imprimés jaloux « parce qu’ils étaient magnifiquement enluminés et écrits sur du parchemin23 ». Dans l’Italie de la Renaissance, les mécènes se sont livrés à une véritable course au prestige et, faisant ainsi étalage de leurs richesses, ils ont privilégié les manuscrits les plus onéreux. Parmi ceux-ci, on trouve des manuscrits copiés à partir de livres imprimés, telle que la copie des Guerres civiles d’Appia, imprimée à Spire en 1472 et commandée en 1479 par Giuliano da Rovere (futur pape Jules II). Seul le colophon y a été modifié, passant de « impressit Vendelinus » (« imprimé par Wendelin ») à « scripsit Franciscus Tianus » (« écrit par Franciscus Tianus »). Au temps des incunables, la plupart des manuscrits précieux copiés à partir de livres imprimés sont donc dus à quelques bibliophiles fortunés24.

  • 25 Derolez, « The Copying of Printed Books for Humanistic Bibliophiles in the Fifteenth Century », p.  (...)

11Mais même des manuscrits aussi précieux pouvaient répondre à des besoins concrets. Raphaël de Marcatellis (1437-1508), enfant naturel de Philippe le Bon, duc de Bourgogne et grand collectionneur de livres de son temps, a réuni une bibliothèque comptant près de quatre-vingts manuscrits, dont cinquante-huit sont parvenus jusqu’à nous. Tous ces manuscrits, sauf dix, ont été copiés à partir de livres imprimés. Plus de la moitié des livres imprimés ayant servi de source (parfois seulement de manière partielle) à ces quarante-huit manuscrits demeurent introuvables dans les bibliothèques de Belgique, où Marcatellis a vécu et où ses manuscrits sont conservés aujourd’hui. En d’autres termes, il commandait souvent des copies manuscrites de livres qui n’étaient pas disponibles à la vente en Bourgogne ou dans les environs, principalement des imprimés italiens qu’il empruntait à des amis en Italie dans le but d’en faire faire une copie25. La copie manuscrite pouvait servir non seulement à nourrir les plus belles et prestigieuses bibliothèques de l’époque, mais aussi à diffuser un texte au-delà de l’aire au sein de laquelle circulait son édition imprimée.

  • 26 Christianus Prolianus, Astrologia, Naples, Henricus Alding, 25 August 1477, Rylands Library Inc., 1 (...)
  • 27 Jamie W. Robinson, « Christianus Prolianus "Astronomia" 1478 », <https://chiccmanchester.wordpress. (...)
  • 28 Un exemplaire du livre imprimé se trouvant à la Huntington Library (cote : 101703) contient des tab (...)
  • 29 Reeve, Manuscripts and methods, p. 177
  • 30 Finis huius opusculi Parthenope Anno salutis 1478 foeliciter Amen.

12Les cas qui précèdent permettent de contextualiser deux documents originaux conservés à la Rylands Library : une Astrologia imprimée en 1477 par Christianus Prolianus, ainsi qu’une belle version manuscrite sur parchemin du même texte, datée de 1478 et qualifiée d’« Astronomia », les deux termes étant interchangeables à l’époque26. Nous ne disposons malheureusement d’aucun détail quant à leur provenance originelle, en dehors du fait que le texte manuscrit a appartenu au dessinateur anglais William Morris (1834-1896), qui s’est peut-être inspiré de tout ou partie de son ornementation27. Aucune autre version manuscrite de ce texte n’est connue, et le livre est rare : l’USTC en répertorie dix-sept exemplaires, dont deux avec un colophon différent et quatre exemplaires incomplets. L’exemplaire de la Rylands Library est également incomplet : il manque des pages dans le corps du texte, ce qui n’est pas le cas du manuscrit. Ce dernier offre même au dos une version plus longue des tables des oppositions astrologiques, couvrant les années 1478-1515. Cette divergence est liée aux pages manquantes dans la version imprimée qui se trouve à la Rylands Library, à en juger par un autre exemplaire, conservé cette fois à la Huntington Library28. Il y a fort à parier que ce manuscrit, réalisé dans l’année qui a suivi l’impression du livre, soit une copie de celui-ci. Comme le souligne Michael Reeve, « les chances pour qu’un manuscrit de la période en question ait été copié à partir d’une édition imprimée sont inversement proportionnelles au nombre de manuscrits en circulation dans la région ou les milieux concernés avant que le texte ne soit imprimé29 ». Dans ce cas, comme aucune autre version manuscrite de l’œuvre n’est connue, l’origine imprimée s’avère presque certaine ; le colophon est presque identique à la version imprimée, même si la référence à l’impression est manquante et la date corrigée30.

  • 31 Maravillas Aquiar Aquilar et José Antonio González Marrero, « Un tratado latino sobre los usos del (...)
  • 32 Giuseppe Giovanni Monaco, « Christianus Prolianus balbanensis e l’Astrologiae Compendium », Bollett (...)

13On sait peu de choses sur Prolianus. Originaire de Balvano, dans le sud de l’Italie, il est connu pour un autre texte, qui ne nous est parvenu que sous la forme de miscellanées, dont le manuscrit latin, conservé à Paris, est célèbre pour sa description du quadrant-sinus, un instrument astronomique arabe que Prolianus a nommé « sexagenarium »31. L’Astrologia de Prolianus est un traité qui explique de manière claire et pédagogique les bases de l’astronomie et les mathématiques requises par cette discipline32. Le texte a été conçu pour être accompagné de diagrammes, mais ceux-ci ont dû être ajoutés à la plume dans les marges et les espaces laissés en blanc à cet effet dans l’édition imprimée, comme c’est le cas pour l’exemplaire de la Rylands Library. Ce type de retouche était souvent effectué par l’imprimeur moyennant un supplément, avec la promesse de suivre le modèle de l’auteur. Dans le cas contraire, il était toujours possible d’acheter un exemplaire du livre imprimé sans suppléments de ce type et de les ajouter plus tard selon ses propres vues. Les exemplaires imprimés de la Rylands et de la Huntington ainsi que le manuscrit de la Rylands Library présentent tous, et aux mêmes endroits du texte, des diagrammes identiques, avec seulement quelques variations relevant de l’étiquetage des points et des couleurs utilisées.

14Ces deux exemplaires imprimés, ainsi que celui qui a servi de modèle au manuscrit de la Rylands Library, ont tous suivi le même canevas, les copistes apportant toutefois des nuances personnelles dans chaque exemplaire. Dans le manuscrit, les grandes images, qui montraient par exemple la disposition des planètes, ont été l’occasion de produire des enluminures de haute tenue, et les sauts de section ont été rehaussés de bordures décoratives. Ces améliorations ont rendu le texte plus facile à lire et à comprendre, et plus beau. Bien que nous ne disposions pas de suffisamment de détails pour en contextualiser la production, ce manuscrit reflète sans aucun doute la richesse et le prestige de son propriétaire avec, entre autres caractéristiques luxueuses, sa mise en page aérée, ses feuilles d’or, ses décorations abondantes et son parchemin de grande qualité. Plus directement utile que prestigieux en soi, le texte a probablement été choisi pour les informations contenues dans ses différents chapitres, diagrammes et tableaux.

Fig. 1 : Rylands Latin MS 53 (1478), f. 27v–28r. © The University of Manchester

Fig. 2 : Christianus Prolianus, Astrologia (Naples, 1477), 18518, f. 16v et f. 18r. © The University of Manchester. La comparaison avec l’exemplaire de la Huntington Library, grâce à l’aide du Dr Melissa Lo, montre que dans celui de la Rylands Library le folio 17 est manquant.

Dans cette représentation du système planétaire issue du traité d’astrologie de Christianus Prolianus, l’utilisation de l’encre rouge et de la feuille d’or rend le diagramme à la fois plus lisible et plus beau que le diagramme à l’encre ordinaire ajouté à la main dans l’exemplaire imprimé. Les planètes sont disposées de façon géocentrique, comme cela reste la norme jusqu’à une époque bien plus tardive. Malheureusement, l’exemplaire imprimé est imparfait, la page faisant face au diagramme ne correspond plus à la bonne partie du texte, ce qui explique à la fois la différence entre les deux documents présentés ci-dessus et l’absence de cohérence interne entre les deux pages de cet exemplaire imprimé.

Les vertus cognitives de la copie de manuscrits

  • 33 L’édition de 1575 ne comporte aucune précision relative à la parution, le catalogue moderne indiqua (...)
  • 34 Le catalogue suggère que le manuscrit a été copié à partir de l’édition de 1649, mais le fait que l (...)

15Mon prochain exemple nous amène à la fin du 16e siècle. Bien qu’associant toujours un texte imprimé et sa version manuscrite, il diffère grandement de ce qui précède. Le English MS 171 de la Rylands Library dont il s’agit ici n’a pas été produit par un copiste professionnel mais avec les moyens du bord, pas en latin, mais en anglais, non sur un luxueux parchemin, mais sur un papier bon marché de petit format. La Terra pacis du mystique néerlandais Hendrik Niclaes (1502-1580) fut un des textes majeurs de la secte protestante des familistes, connue aussi sous le nom de « Famille de l’amour ». Comme d’autres, cette œuvre signée des initiales « H.N. » a été rédigée en base almayne, en bas allemand. L’ouvrage, dont un exemplaire se trouve à la Rylands Library, est imprimé pour la première fois en anglais en 1575. Il n’est édité que plus tard dans sa langue d’origine. En 1649 paraît une deuxième édition anglaise, alors qu’une version en français a été publiée en 158033. Le manuscrit anglais de la Rylands Library, Terra pacis : a true testification of the spirituall lande of peace, which is the spirituall lande of promyse, est une copie intégrale de l’édition de 1575, page de titre, marginalia et illustration de fin incluses. Une fois encore, nous n’avons aucun détail quant à l’origine ou le contexte de production du manuscrit34. La copie a certes pu être motivée par le simple désir de posséder un exemplaire du texte, mais la nature de l’œuvre suggère deux autres raisons : le besoin de secret d’une part et la reconnaissance de la valeur dévotionnelle attachée au fait de copier un texte édifiant sur le plan spirituel.

  • 35 Christopher Marsh, The Family of Love in English society, 1550-1630, Cambridge, Cambridge Universit (...)
  • 36 Alastair Hamilton, The Family of Love, Cambridge, J. Clarke, 1981, p. 137 et 166-167. Il relève sei (...)

16Les familistes rejetaient la Trinité, le baptême des enfants et, plus généralement, la hiérarchie et l’autorité de l’Église. Sur le plan théologique, ils s’apparentaient aux anabaptistes et, comme eux, ils étaient abhorrés et craints dans toute l’Europe (en particulier dans les régions protestantes d’où ils étaient originaires et où ils s’étaient diffusés), car les autorités considéraient qu’ils sapaient l’ordre religieux et politique établi. Ils étaient également réputés pour leur tendance au secret et leur capacité à cacher leurs véritables croyances lors des interrogatoires. La crainte qu’ils suscitaient était inversement proportionnelle à leur visibilité, et les chercheurs sont bien en peine de dire où et à quel point le familisme a pu se répandre35. Le secret a entouré la publication des travaux de Niclaes ; seule la Terra pacis de 1649, publiée à une époque de moindre conformisme religieux (pendant la guerre civile anglaise), contenait des informations explicites quant à sa publication. L’USTC ne répertorie que dix exemplaires de l’édition de 1575. Il ne s’agit certes pas d’un livre très diffusé, même s’il a probablement circulé sous le manteau, ce qui a contribué à rendre difficile l’acquisition d’un exemplaire imprimé. Plus largement, c’est grâce à des manuscrits anglais que les œuvres de H.N. ont pu nous parvenir36.

  • 37 Henry R. Woudhuysen, Sir Philip Sidney and the circulation of manuscripts, 1558-1640, Oxford, Clare (...)
  • 38 Moore, Primary materials relating to copy, p. 1-9.

17Le manuscrit s’est avéré être le meilleur support pour reproduire des livres suspects ou interdits qui ne pouvaient être achetés au grand jour. Grâce à un procès pour rupture de contrat, nous savons par exemple qu’un papetier a engagé un scribe pour réaliser douze copies de l’ouvrage de Thomas Scott, Vox populi. Or Newes from Spain (1620), une œuvre dangereuse pour des raisons politiques plutôt que religieuses, mais néanmoins très demandée37. Dans la liste la plus détaillée que nous ayons des manuscrits copiés à partir de livres imprimés en Angleterre avant 1640, chacun des cinquante-trois documents, à l’exception de six, traite de politique et/ou de religion et pose potentiellement problème, à l’instar des trois versions de la Vox populi de Scott et des tout aussi dangereuses Allegations against the surmised title of [Mary] quine of Scotts38. C’est donc probablement parce que le secret était nécessaire que cette version de la Terra pacis est restée manuscrite.

18Par ailleurs, la copie scrupuleuse d’un texte jugé édifiant, telle la Terra pacis de Niclaes, pouvait être envisagée par le copiste lui-même comme un véritable acte de foi, comme ce fut le cas pour les moines copistes du Moyen Âge, dont la minutie exprimait toute la dévotion. Johannes Trithemius en appelait d’ailleurs à ce que de semblables habitudes ne se perdent pas malgré l’apparition de l’imprimerie :

  • 39 Trithemius, In praise of scribes, p. 61 et 65.

« Les livres imprimés ne seront jamais l’équivalent de codex manuscrits, et ce d’autant plus qu’ils ont une orthographe et un aspect imparfaits. La raison en est simple : copier à la main exige plus de zèle et d’industrie... Le moine, par son dévouement à la copie, en tirera quatre avantages remarquables : son temps, qui est une denrée des plus précieuses, est utilisé de manière productive ; son esprit, lorsqu’il écrit, est illuminé ; ses sentiments sont enflammés jusqu’à l’abandon total ; et après cette vie, il sera auréolé d’une gloire toute particulière. »39

Fig. 3 : Hendrick Niclaes, Terra pacis (Amsterdam?, 1575), R44267, page de titre. © The University of Manchester

Fig. 4 : Rylands English MS 171, f. 1r, page de titre. © The University of Manchester.

Fig. 5 : Image de dévotion finale, dans Niclaes, Terra pacis (1575), R44267, dernière page. © The University of Manchester

Fig. 6 : Rylands English MS 171, f. 76v, image de fin. © The University of Manchester

Associé à la secte familiste, ce texte dévotionnel a circulé de manière illicite, sans information quant à la publication dans la version imprimée. La copie manuscrite s’est révélée le moyen pratique de disposer d’une œuvre difficile à obtenir en version imprimée, mais pouvait aussi servir d’acte de piété en soi, à en juger, par exemple, par le grand soin apporté à la reproduction de l’image finale.

  • 40 Jacqueline Hamesse, « Les autographes à l’époque scolastique », Gli autografi medievali. Problemi p (...)
  • 41 David L. D’Avray, Medieval marriage sermons. Mass communication in a culture without print, Oxford, (...)

19La scolastique médiévale a toutefois amené à considérer la transcription comme un simple travail manuel, qu’il fallait déléguer autant que possible. L’acte d’écriture sortait dès lors des sphères savantes. La représentation d’Albert le Grand en copiste a ainsi pour vocation de représenter son exceptionnelle humilité40. L’écriture de Thomas d’Aquin était notoirement illisible, il composait surtout par dictée. Dans le Paris médiéval, on dissuadait les étudiants de passer trop de temps à copier. Ils assistaient à des sermons au moins une fois par jour, mais on les mettait en garde contre le fait de « perdre du temps à écrire d’autres sermons que les leurs, un seul jour par semaine devant être consacré à l’acte de les copier41 ».

  • 42 István Hajnal, L’Enseignement de l’écriture aux universités médiévales, László Mezey éd., Budapest, (...)

20Les mesures prises contre la dictée à l’université de Paris, régulièrement répétées, semblent avoir été peu suivies. Elles sont finalement levées au 16e siècle. Elles provenaient probablement d’un sentiment partagé qui faisait de la prise de notes une pure perte de temps pour les étudiants, quoique cette pratique demeure acceptable pour les plus jeunes d’entre eux. Il est ainsi arrivé qu’un maître pris à dicter se justifiât en invoquant la pauvreté des étudiants qui ne pouvaient tous s’offrir les services d’un scribe et devaient donc copier eux-mêmes les textes. Engager un scribe était donc de toute évidence considéré comme la norme42. Ainsi, la perception de la pratique de l’écriture manuscrite au Moyen Âge pouvait varier en fonction du contexte et du type d’écriture : la réalisation fastidieuse de beaux manuscrits sacrés dans un scriptorium monastique pouvait être considérée comme un acte de piété, quand la production rapide de manuscrits fonctionnels à usage académique ne s’avérait pas digne de l’attention ni du temps de ceux qui pouvaient se permettre de la déléguer.

  • 43 Colette Sirat, Writing as handwork. A history of handwriting in mediterranean and western culture, (...)
  • 44 Pour des extraits et des entrées tirés de ces manuels, voir Arthur S. Osley, Scribes and sources. H (...)
  • 45 Giovan Francesco Cresci, Il Perfetto Scrittore (1570), dans Osley, Scribes and Sources, p. 118.
  • 46 Pedro de Madariaga, Libro subtilissimo (1565), Ibidem, p. 155.

21Colette Sirat a fait valoir que l’imprimerie a eu pour effet inattendu de revaloriser le statut de l’écriture manuscrite en général. L’arrivée sur le marché de cette nouvelle technologie a conduit les professionnels de l’écrit à promouvoir l’écriture manuscrite comme une compétence digne des princes et des savants. Pour ce faire, ils ont paradoxalement eu recours à des manuels imprimés, afin de rendre leur enseignement de l’art de bien écrire à la fois plus prestigieux et plus visible43. Des dizaines de manuels d’écriture ont ainsi été imprimées aux 16e et 17e siècles, la plupart faisant l’objet de plusieurs éditions. Ils offraient non seulement des modèles d’écriture à imiter, mais constituaient aussi de véritables traités sur l’écriture manuscrite – notamment sur la préparation et la tenue de la plume, la forme des lettres dans les différents types d’écriture, les jambages, l’inclinaison, etc. – dont le propos initial visait souvent à justifier la nécessité de telles compétences44. Nombre de ces manuels soulignaient ainsi qu’une mauvaise écriture ne manquerait pas de rendre le lecteur mal disposé aux arguments présentés, tandis qu’une main habile aurait pour effet de le prédisposer favorablement45. Parmi les déclarations les plus audacieuses, on trouve sans conteste celles du Basque Madariaga, dont le Libro subtilissimo est dédié à Philippe II en 1565. Il y qualifie l’écriture d’art libéral, parce qu’elle ouvre la voie à d’autres disciplines plus nobles tout en constituant une activité tout à fait convenable pour un gentilhomme, au même titre que l’escrime, la natation et la danse. Il soutient encore que la calligraphie devrait même « être placée parmi les hautes réalisations et les sciences les plus proches de la sainte théologie », dans la mesure où il s’agit d’un don de Dieu qui, lui-même scribe, a écrit de sa propre main les Tables de la Loi données à Moïse46.

22Des humanistes tels qu’Érasme et Juan Luis Vives, qui présentaient l’écriture comme une compétence personnelle indispensable et un exercice intellectuel précieux, ont repris ces arguments. Ils ont fait l’éloge d’une discipline à la fois mentale et manuelle, à même de donner plus de substance aux contenus. Érasme a imputé à l’imprimerie le déclin de l’écriture manuscrite chez les savants et a souligné les vertus de l’écriture manuscrite – confidentialité, contrôle, preuve d’authenticité et implication personnelle –, comme dans ce passage extrait d’un dialogue pédagogique :

« Leo : De nos jours, l’art de l’imprimerie a conduit à une situation où certains savants n’écrivent plus du tout ! Car s’ils se décident à coucher sur le papier une de leurs élucubrations, ils écrivent si bien [ironique] qu’ils ne peuvent pas lire eux-mêmes ce qu’ils ont écrit et exigent qu’un secrétaire le lise et déchiffre ce qu’ils ne peuvent pas déchiffrer eux-mêmes…

  • 47 Erasmus, De recta Graeci et Latini sermonis pronunciatione (1528), traduit dans Osley, Scribes and (...)

En bref, une lettre qui n’est pas de la main de son auteur n’a guère plus de lettre que le nom. Car les secrétaires y ajoutent beaucoup de choses. Dicter mot pour mot, c’est dire adieu à votre intimité ; vous maquillez donc inévitablement certaines choses et en supprimez d’autres pour contourner un indésirable confident. Ainsi, en dehors du problème de l’authenticité du texte, nulle conversation franche avec un ami n’est ici possible. Il est très simple de falsifier une signature, mais très compliqué de falsifier une lettre entière. L’écriture d’un homme, tout comme sa voix, a une qualité propre et singulière. »47

  • 48 Osley, Scribes and Sources, p. 41-42.
  • 49 Francesco Sacchini, De ratione libros cum profectu legendi libellus, Ingolstadt, ex typographeo Ede (...)
  • 50 « Itaque Demosthenes sua manu si Dionysio Halicarnasseo credimus, octies totum exscripsit Thucidide (...)
  • 51 Ann Moss, Printed commonplace-books and the structuring of Renaissance thought, Oxford, Clarendon P (...)
  • 52 Richard Steele, « What are the hindrances and helps to a good memory in spiritual things ? », A con (...)

23Juan Luis Vives a pareillement encouragé l’apprentissage de l’écriture dans un dialogue en latin destiné à l’enseignement des garçons (Linguae latinae exercitatio, 1538). Dans ce texte, le maître dit à ses disciples bien nés : « Vous atteindrez la vraie noblesse à condition que vous formiez vos esprits aux compétences appropriées à votre noble lignée », parmi lesquelles l’écriture à la main48. De même, les théoriciens de la prise de notes, dont les pédagogues humanistes et jésuites, ont soutenu que la prise de notes aidait la mémoire de deux manières différentes : non seulement en créant une trace écrite à laquelle il est possible de se référer, mais aussi en forçant l’esprit à se concentrer sur le texte, ce qui permet de mieux retenir ce qui a été lu ou entendu une fois couché sur le papier. Francesco Sacchini et Jeremias Drexel, jésuites et auteurs des deux manuels sur la prise de notes les plus réédités de leur époque, n’ont eu de cesse d’insister sur ce point49. Afin de corroborer les vertus pédagogiques de l’écriture, Sacchini évoque le cas des anciens qui copiaient les textes, non pour en avoir des copies, mais pour mieux les retenir. Il rapporte (citant Denys d’Halicarnasse) que Démosthène copia Thucydide huit fois, et que saint Jérôme écrivit nombre de volumes de sa propre main, « non en raison de la pauvreté de sa bibliothèque, mais afin de tirer profit de l’exercice50 ». Ce sentiment est largement partagé par d’autres pédagogues ; Juan Luis Vives de louer ainsi la copie pour ce qu’elle permet de se défaire des pensées légères ou scabreuses51, et un prédicateur de la Nouvelle-Angleterre, Richard Steele, d’observer en 1682 : « Le simple acte d’écrire la chose sert à la fixer plus profondément dans l’esprit52 ». Le English MS 171, copie personnalisée d’un texte spirituel clandestin, est typique de ce que la prise de notes peut donner comme résultat. Bien entendu, l’objectif premier restait pratique, il consistait à disposer d’un nouvel exemplaire du texte, mais celui-ci permettait aussi d’investir son message spirituel de manière plus personnelle. Le soin avec lequel l’image finale a été reproduite à partir du livre imprimé, par exemple, indique que la production d’une copie fidèle au modèle d’origine n’était pas le seul objectif suivi. Esquisser grossièrement cette image aurait suffi à rendre le message intelligible. Au lieu de cela, le soin apporté à sa réalisation suggère un engagement dévotionnel au travers du processus de copie lui-même. Le moine catholique Trithemius n’aurait approuvé ni le contenu ni la forme du résultat, mais une partie de ce qui motivait son attachement à l’écriture manuscrite a été reformulée par ces pédagogues humanistes qui, eux, auraient su voir dans ce manuscrit un produit et une pratique de grande valeur.

Image 10000000000002BF000003B96C06824454B482AE.tif

Fig. 7 : Rylands Persian MS 141, f. 27r, page de titre. © The University of Manchester.

Image 10000000000002BF000003B975F7C524EEA9CECC.tif

Fig. 8 : Rylands Persian MS 141, f. 28r, première page de texte. © The University of Manchester.

Cette copie manuscrite d’un recueil imprimé de proverbes persans et leur traduction latine omet les brefs commentaires de chaque proverbe ; elle comprend également sept autres ouvrages non publiés - une grammaire persane et six autres recueils de proverbes, pour la plupart en turc. Le manuscrit a pu servir à l’apprentissage du persan et du turc (à condition de savoir l’arabe), le grand format laisse beaucoup de place pour les annotations, bien qu’il n’y en ait pas ici.

  • 53 Gerardus W. J. Drewes, « The Legatum Warnerianum of Leiden University Library », Levinus Warner and (...)

24Grâce aux riches fonds de la Rylands Library, la copie de livres imprimés à des fins pédagogiques est également attestée dans des langues non européennes. Levinus Warner (1618-1665), originaire de Lippe en Allemagne, a étudié l’arabe à l’université de Leyde grâce à un enseignement dispensé depuis peu et a passé la plus grande partie de sa vie d’adulte à Istanbul. Il y sert de source d’information officieuse puis officielle sur l’Empire ottoman pour le compte des États néerlandais. Au cours de son séjour à l’étranger, Warner a réuni une importante collection de livres turcs, arabes et persans53.

  • 54 Je remercie pour cet exemple Meredith Quinn, qui a étudié la culture du livre dans l’Istanbul du 17(...)

25Le Persian MS 141 de la Rylands Library contient une copie du Proverbiorum et sententiarum persicarum centuria de Warner (Leyde, Joannes Maire, 1644) qui reproduit en arabe cent proverbes persans accompagnés de leur traduction latine54. La copie manuscrite est soigneusement réalisée sur quarante-quatre grandes pages in-folio, de larges espaces sont laissés vides sur chaque page, que ce soit par souci esthétique ou pour permettre l’ajout d’annotations marginales qui n’ont jamais été insérées. L’auteur a également personnalisé la copie en faisant fi du commentaire de chaque proverbe et de sa traduction présents dans l’imprimé d’origine.

  • 55 Pour une description complète, voir Jan Schmidt, A catalogue of the Turkish manuscripts in the John (...)
  • 56 Voir Franciscus de Dombay, Grammatica linguae persicae, Vienne, Albertus Camesina, 1804, disponible (...)
  • 57 Je m’appuie sur le jugement expert de Schmidt, Catalogue, p. 306, 94, 96, 102, 103, 106 (relatif au (...)

26La différence entre le volume manuscrit et la version imprimée tient également à la présence de sept éléments supplémentaires : une grammaire persane de Franciscus de Dombay (1758-1810), orientaliste et drogman autrichien, ainsi que six recueils de proverbes plus courts et jamais publiés, probablement réunis par Warner. Le premier recueil compte cinquante proverbes. Si on lui ajoute les cinq autres, l’ensemble comprend 440 proverbes turcs, tous avec leur traduction latine55. La grammaire mentionnée est intitulée Rudimenta Linguae Persicae. Elle était alors inédite et s’avère assez similaire dans les grandes lignes à la grammaire persane que Dombay a publiée en 1804, tout en différant sur de nombreux points de détail56. Chaque partie du Persian MS 141 est composée de la même main, sans doute celle de Dombay lui-même, à qui l’on doit selon toute vraisemblance d’autres manuscrits conservés à la Rylands Library57. Le Persian MS 141 date de la fin du 18e siècle, soit environ 150 ans après la publication du livre de proverbes de Warner qu’il reprend. La copie à la main a permis de rassembler une grammaire récente avec des recueils de proverbes du siècle précédent en un seul et unique volume dédié à l’étude du persan et du turc. Le manuscrit a été mis en page de façon très aérée pour permettre des ajouts et des annotations ultérieurs, bien qu’on n’en trouve aucun. Peut-être Dombay a-t-il copié ce manuscrit pour son usage personnel, peut-être pour le partager avec d’autres spécialistes. Quoi qu’il en soit, le fait même de l’avoir écrit, en s’appuyant sur une expertise si peu commune qu’il aurait été impossible de le déléguer, montre bien sa maîtrise totale de la question.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et adaptabilité

  • 58 Virginia Reinburg, French books of hours : making an archive of prayer, c.1400-1600, Cambridge, Cam (...)
  • 59 Rylands Latin MS 152, « Hoc diurnale mihi fratri Ioanni Knevero ii die Dec. 1597 donatum est, a quo (...)

27Dans les exemples suivants, j’examinerai des manuscrits qui reproduisent des documents disponibles en version imprimée, bien qu’ils ne soient pas directement présentés comme tels. Les manuscrits sur parchemin sont devenus de plus en plus rares à partir de début du 16e siècle, date après laquelle seule une poignée de hauts dignitaires en commandent encore régulièrement. Indispensables à tous les catholiques, les livres d’heures ont été parmi les premiers documents à avoir été imprimés, tout en étant aussi commandés et consultés sur parchemin, et pas uniquement par les élites58. Au sein des nombreux beaux livres d’heures manuscrits de la Rylands Library, qui datent pour la plupart d’avant 1540, le Latin MS 152 est un exemple inhabituellement tardif. C’est en 1581 que ce livre d’heures a été composé sur vélin dans un monastère de Nuremberg. En 1597 est ajoutée une dédicace précisant qu’il s’agit d’un cadeau du frère de son détenteur, « pour qu’il ne soit pas oublié de mes prières59 ». Les perles fixées à différents segments du texte indiquent qu’il a bien été conçu comme un livre de prières destiné à un usage régulier. À la fois pratiques et beaux, et souvent de petit format, ces livres pouvaient très bien être utilisés longtemps après leur fabrication, mais comme ils n’étaient que rarement annotés, il est difficile de prouver cette utilisation tardive.

Fig. 9 : Rylands Latin MS 152, f. 3v-4r. © The University of Manchester.

Ce livre d’heures manuscrit sur parchemin, avec ses perles ajoutées comme onglets pour en faciliter la consultation, a été réalisé en 1581 et dédicacé en 1597. Il a probablement été utilisé encore longtemps après ces dates.

  • 60 Voir Elena De Laurentiis et Emilia Anna Talamo, The lost manuscripts from the Sistine Chapel, Madri (...)
  • 61 Cf. Frank Taylor (éd.), A descriptive catalogue of Latin manuscripts, comprising a reprint of M. R. (...)
  • 62 Voir le Biographical Dictionary of the Cardinals of the Holy Roman Church, un site Internet créé pa (...)

28Actif jusqu’à l’invasion napoléonienne de 1798, le scriptorium du Vatican a été l’un des principaux centres de production des grands manuscrits enluminés sur parchemin, tout au long de l’époque de l’imprimerie à caractères mobiles. L’invasion a provoqué la dispersion des manuscrits les plus précieux conservés au Vatican. Les seuls à avoir été épargnés par les pillards furent ceux des chanteurs de la chapelle Sixtine, moins somptueux que les autres60. Mais le missel Colonna, lui, est visiblement resté entre les mains de la famille Colonna jusqu’à la fin du 19e siècle. Réalisé en sept volumes entre 1517 et 1555, il est désormais conservé à la Rylands Library dans son intégralité61. Lorsque ce manuscrit a été produit, le texte du missel lui-même était déjà disponible sous forme imprimée depuis longtemps. À l’instar d’autres missels également élaborés dans le scriptorium du Vatican, le texte accompagnait l’élévation de son commanditaire au rang de cardinal. Ce manuscrit a été commandé par Pompeo Colonna (1479-1532) lorsqu’il revêtit la pourpre cardinalice en 1517. Pompeo était issu d’une famille patricienne aux racines romaines et napolitaines qui a donné dix-huit autres cardinaux à la chrétienté entre 1193 et 1766, neuf avant la nomination de Pompeo, neuf après. L’hostilité opposant de longue date les familles Médicis et Colonna est à l’origine de l’excommunication de Pompeo par le pape Médicis Clément VII en 1526. Il doit sa réhabilitation dès l’année suivante, ou peu de temps après, au fait d’avoir aidé le Vatican à se relever des dégâts occasionnés par le siège de 152762.

  • 63 Latin MS 35, f. 94r, comme présenté dans Descriptive catalogue of Latin manuscripts, p. 92, égaleme (...)
  • 64 De Laurentiis et Talamo constatent qu’une enluminure a été réutilisée par découpage et collage, p.  (...)

29Pompeo n’a pas vécu suffisamment longtemps pour voir le manuscrit achevé. Bien que le travail ait été pour sa majeure partie terminé en 1532, le seul colophon présent dans l’ouvrage est daté de 1555. Il apparaît dans le cinquième volume composé par Paulus Rochus de Venise, copiste de la chapelle du pape Paul IV. Ce colophon contient aussi de toute évidence une oblitération, que Montague R. James attribue au fait que Paul IV a succédé à Paul III cette année-là. Rochus a modifié un III (ou tertii) en IV (quarti), soit pour actualiser l’ouvrage, soit parce qu’il avait initialement écrit le mauvais chiffre par habitude63. Investissement de prestige, ce manuscrit était destiné à faire étalage sur le long terme de la richesse et de la puissance de la famille Colonna et à survivre à la mémoire de son commanditaire ou de la politique ecclésiastique et internationale de son temps. La dimension des pages, l’écriture elle-même et les enluminures sont des éléments de luxe ostentatoire, mais l’ouvrage permet aussi tout simplement de célébrer la messe dans la chapelle Sixtine. Des artistes issus du scriptorium du Vatican ont pu faire office de copistes et d’enlumineurs ; la plupart de ces derniers sont restés anonymes. Ces manuscrits d’une grande beauté et de grande valeur ont servi de pièces d’exposition. Ils ont effectivement survécu à ceux qui les ont commandés64.

Image 10000000000002E3000003B9E6B47B338A3D828A.tif

Fig. 10 : Rylands Latin MS 35, f. 94v. © The University of Manchester.

Nous avons ici un rare aperçu de l’un des copistes qui a travaillé sur les sept volumes du célèbre missel de Colonna. Le manuscrit, produit à Rome de 1517 à 1555, a été commandé par Pompeo Colonna à l’occasion de son élévation au cardinalat. On pense que la rature corrige Paul III (ou tertii) en Paul IV (ici « qrti » pour quarti), la transition ayant eu lieu en 1555, année où la mention a été réalisée.

Fig. 11 : Rylands Latin MS 32a, f. 35v. © The University of Manchester.

Le missel de Colonna, comme d’autres missels réalisés afin d’être utilisés dans la chapelle Sixtine, témoigne, par sa grande taille et ses belles enluminures, d’un certain faste. Le Vatican fut l’une des rares institutions à avoir conservé un scriptorium capable de produire des manuscrits de grande valeur à l’époque de l’imprimerie.

  • 65 Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. de Lamoignon, garde des sceaux de France, Paris, (...)
  • 66 Inventaire général et méthodique des manuscrits français de la Bibliothèque Nationale : jurispruden (...)
  • 67 Jacob Soll, The information master : Jean-Baptiste Colbert’s secret state intelligence system, Ann (...)
  • 68 « Il existe une représentation assez médiocre de la façade des Invalides et une gravure intéressant (...)

30Les grands manuscrits sur parchemin n’étaient pas seuls à faire sensation. Aussi petit que fin, le Latin MS 143 de la Rylands Library renferme le De rerum natura de Lucrèce. Il est réalisé sur parchemin avec une grande élégance. Le colophon mentionne la date de production, 1672, et le nom du copiste, Dephainx. En 1791, on retrouve le manuscrit de Lucrèce dans le catalogue de la bibliothèque du défunt M. de Lamoignon, haut dignitaire de la France d’Ancien Régime65. C’est probablement au même Dephainx que l’on doit une copie manuscrite de L’Art de jeter les bombes de François Blondel, publié à Paris chez Langlois en 1683, que Louis XIV reçut en hommage66. Le Roi-Soleil considérait les livres ordinaires indignes de sa grandeur, si bien que lorsque Colbert voulait s’assurer que le roi fût disposé à utiliser les livres de comptes, il les faisait copier sur du papier vélin avec des enluminures67. Les motifs de deux gravures des années 1730 sont attribués à un certain « de Phainx fils », probablement le fils de notre copiste68. Longtemps considéré comme un ouvrage athée, le De rerum natura de Lucrèce n’a pu constituer un livre de dévotion, mais il porte la marque d’égards de même ordre. En 1672, lorsque cette copie a été réalisée, le cartésianisme faisait florès dans les salons parisiens. Dans ce milieu, le texte de Lucrèce apportait l’autorité d’un texte ancien à une vision du monde contraire aux idées chrétiennes et aristotéliciennes traditionnelles et différente aussi de celle de Descartes. Le fait de commander une copie aussi belle que facile à transporter indique un désir d’ostentation, mais aussi la volonté de créer un lien personnel et de nature esthétique avec cette œuvre de philosophie antique.

Fig. 12 : Rylands Latin MS 143 (non folioté). © The University of Manchester.

Cette copie du De rerum natura de Lucrèce, tout en restant assez petite pour tenir dans une poche, est magnifiquement réalisée sur parchemin par un copiste à l’origine de divers manuscrits jugés dignes de Louis XIV.

  • 69 Pour un premier contact avec les manuscrits des alchimistes de l’époque moderne, voir George Starke (...)

31En dehors de rares objets de luxe, de grande comme de petite taille, la majorité des manuscrits de l’époque moderne étaient réalisés sur papier. L’un des principaux atouts du manuscrit restait la possibilité de pouvoir le personnaliser indéfiniment : le copiste pouvait ne retenir que les parties jugées intéressantes, comme dans l’exemple des commentaires absents du Persian MS 141, et combiner à l’envi tous les éléments, imprimés ou manuscrits. Le Latin MS 82 constitue un bon exemple de ce type de florilège. Écrit à plusieurs mains à partir de sources multiples, il comprend quelques vers en anglais, beaucoup de prose latine, plusieurs illustrations en couleur et quelques gravures imprimées réalisées pour l’Amphitheatrum sapientiae aeternae (1602) de Heinrich Khunrath, qui ont probablement été achetées séparément ou découpées dans une version imprimée de l’ouvrage. Les miscellanées étaient particulièrement courantes en alchimie, domaine dans lequel les individus expérimentaient des idées et des pratiques en puisant autant dans leur propre imagination que dans des sources imprimées et manuscrites. Afin de contourner la défiance qu’elle ne manquait pas de susciter et/ou pour protéger le fruit de leurs découvertes, les alchimistes ont souvent préféré le manuscrit à l’imprimé69.

Fig. 13 : Rylands Latin MS 82, f. 41r avec un diagramme en regard. © The University of Manchester.

Ces miscellanées d’œuvres alchimiques comprennent des passages manuscrits copiés à partir de diverses sources, mais aussi quelques schémas imprimés, comme celui-ci, tiré de l’Amphitheatrum sapientiae aeternae (1602) de Heinrich Khunrath. La source des extraits copiés à droite est indiquée à l’encre rouge dans la marge : « Sendivogius » (alchimiste polonais, 1566-1636), avec numéros de folio. Malheureusement, je n’ai pas encore réussi à identifier l’œuvre ou l’édition dont l’extrait est tiré.

Fig. 14 : Rylands Latin MS 82, f. 69r. © The University of Manchester.

Cette image d’une dame « qui réfléchit à je ne sais quoi » est mystérieuse. La citation provient des Satires de Horace (I.9, ligne 2). Il pourrait s’agir d’une esquisse inachevée. Elle constitue une invitation à explorer plus avant les œuvres de la Rylands Library, plus intrigantes les unes que les autres.

En guise de conclusion

32De l’invention de l’imprimerie à nos jours, des manuscrits ont été copiés à partir de sources imprimées. Ils sont là pour nous rappeler que les anciens médias survivent à l’essor des nouveaux, et que ces derniers ne reprennent pas systématiquement les propriétés des autres, aussi pratiques soient-elles. Ni l’imprimé ni le codex ne risquent de disparaître dans un avenir proche, me semble-t-il, pas plus que le recours à l’écriture manuscrite, même si son usage tend à reculer face à la multiplication des claviers. Nous pouvons affronter sereinement cette transition vers les nouveaux médias en sachant que les grandes collections de livres et de manuscrits, telles que celles de la bibliothèque John Rylands, seront toujours au centre de la transmission et de l’approfondissement de nos connaissances en matière d’histoire du livre, et que ces objets à la fois muets et éloquents continueront de soulever d’innombrables questions.

33En dépit du progrès continu des technologies de numérisation, rien ne remplace l’étude des livres anciens eux-mêmes. Les historiens du livre n’ont fait qu’entamer les mystères qu’ils renferment en nombre et nous pouvons espérer que les générations futures de chercheurs s’y pencheront aussi de manière fructueuse. L’adoption de nouveaux médias ne doit pas se faire au détriment des anciens, en particulier des manuscrits et des premiers livres imprimés qui nous sont parvenus au gré des aléas de la conservation, des dons et des ventes. Je souhaite que le Rylands Library Research Institute connaisse un avenir prospère, riche de mystères à élucider, grâce à l’expertise et à l’énergie que son équipe met au service des manuscrits, des livres imprimés et des nouvelles techniques d’imagerie.

Remerciements

34J’ai pris beaucoup de plaisir au mois de mars 2014 à découvrir Manchester et ses remarquables bibliothèques. Je remercie tout particulièrement le professeur Peter E. Pormann pour son invitation, les nombreux collègues qui m’y ont réservé un accueil si chaleureux, et les bibliothécaires de Manchester qui non seulement gardent de fabuleux trésors, mais savent aussi les mettre à disposition. Je remercie Elizabeth Gow et John Hodgson, de la Rylands Library, Samantha Wesner, de Harvard, Richard Kremer et Melissa Lo pour les échanges par e-mail autour de Prolianus, ainsi que Peter Pormann, Sasha Handley et Paul Fouracre pour leur soutien généreux tout au long de ma visite.

Haut de page

Notes

1 Cet article est la traduction, revue, corrigée et mise à jour par l’autrice, d’un texte paru en 2015 : Ann Blair, « Reflections on Technological Continuities : Manuscripts Copied From Printed Books », Bulletin of the John Rylands Library, 91, 1, 2015, p. 7-33. Nous tenons à remercier les Presses universitaires de Manchester et en particulier leur éditeur, Alun Richards, pour la mise à disposition gracieuse de ce texte et de ses illustrations. Signalons la parution depuis de la traduction française de l’ouvrage Too Much to Know : Managing Scholarly Information Before the Modern Age, New Haven, Yale University Press, 2010, sous le titre Tant de choses à savoir : comment maîtriser l’information à l’époque moderne ?, trad. Bernard Krespine, Paris, Éditions du Seuil, 2020, ainsi que de L’entour du texte : la publication du livre savant à la Renaissance, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2021.

2 Robert Darnton, « Qu’est-ce que l’histoire du livre ? », Gens de lettres, gens du livre, trad. Marie-Alyx Revellat, Paris, Odile Jacob, 1992, p. 153-175 ; ou « What is the history of books ? », Daedalus, 111/3, 1982, p. 65-83, réédité dans : The kiss of Lamourette. Reflections in cultural history, New York, Norton, 1990, p. 107-135.

3 La parution annuelle en question a vu le jour en 1998 sous le titre de Book History. Et la « Society for the History of Authorship, Reading and Publishing » (SHARP) a été créée en 1993.

4 Parmi les titres nombreux, voir par exemple : Pascal Fouché, Daniel Péchoin et Philippe Schuwer (éd.), Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2002-2011 ; Michael Suarez et Henry Woodhuysen (éd.), The Oxford Companion to the book, Oxford, Oxford University Press, 2010 ; Simon Eliot et Jonathan Rose (éd.), A Companion to the history of the book, Londres, Wiley-Blackwell, 2009 ; Michelle Levy et Tom Mole (éd.), The Broadview reader in book history, Peterborough, Broadview Press, 2014 ;Leslie Howsam (éd.), The Cambridge Companion to the History of the Book, Cambridge, Cambridge University Press, 2015 ; David Finkelstein et Alistair McCleery (éd.), The Book history reader, Londres, Routledge, 2006.

5 David McKitterick, Old books, new technologies. The representation, conservation and transformation of books since 1700, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

6 Paul White, « Reading Horace in 1490s Padua : Willibald Pirckheimer, Joannes Calphurnius and Raphael Regius », International Journal of the Classical Tradition, 23, 2016, p. 85-107.

7 David McKitterick, Print, manuscript, and the search for order, 1450-1830, Cambridge, Cambridge University Press, 2003 ; Henri-Jean Martin, La Naissance du livre moderne (XIVe-XVIIe siècles) : mise en page et mise en texte du livre français, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2000.

8 Harold Love, Scribal publication in seventeenth-century England, Oxford, Clarendon Press, 1993, et du même : The culture and commerce of texts : scribal publication in seventeenth century England, Amherst, University of Massachusetts Press, 1998 ; Peter Beal, In praise of scribes : manuscripts and their makers in 17th-century England, Oxford, Clarendon Press, 1998.

9 Pour pallier l’absence de travaux académiques sur le Real book, voir : <http://en.wikipedia.org/wiki/ Real_Book#History_of_the_.27original.27_Real_Book>. Pour des exemples de musique des temps modernes copiée à partir de sources imprimées, voir la discussion autour des motets copiés à partir d’Ottaviano Petrucci, Motteti A, Venise, 1502) dans : Julie Cumming, « From Chapel Choirbook to Print Partbook and Back Again », Cappelle musicali fra corte, Stato e Chiesa nell’Italia del Rinascimento : Atti del convegno internazionale di studi, Camaiore, 21-23 ottobre 2005, Franco Piperno, Gabrielle Biagi Ravenni et Andrea Chegai (éd.), Florence, Olschki, 2007, p. 273-403, et précisément p. 384, 391-393. Merci à Kate Van Orden qui m’a fait connaître cette référence.

10 La Dawks’s Newsletter, imprimée de 1696 à 1716, utilisait une police spécifique pour imiter l’écriture cursive des bulletins d’information manuscrits. Stanley Morison, Ichabod Dawks and his “news-letter”, with an account of the Dawks family of booksellers and stationers, 1635-1731, Cambridge, Cambridge University Press, 1931.

11 Pour quelques exemples à la Houghton Library de Harvard, voir : John Taylor, Verbum sempiternum, v1615, composé par la remarquable calligraphe huguenote Esther Inglis ; Jean Guérard, Les Commencemens de l’hidrographie, ou Art de naviger, v. 1630, sur parchemin, avec tables et carte en couleur ; Sieur de St Martin, Le Système des cieux, et des elemens, en vers françois, s.d. (après 1651), sur papier, avec plusieurs enluminures.

12 James O’Donnell, Avatars of the word, Cambridge, Harvard University Press, 1998, p. 76-79 ; Albert Derolez, « The Copying of Printed Books for Humanistic Bibliophiles in the Fifteenth Century », From script to book. A symposium, Odense, Odense University Press, 1986, p. 140-160 ; et Michael D. Reeve, « Manuscripts Copied from Printed Books », Manuscripts in the fifty years after the invention of printing, J. B. Trapp (éd.), Londres, Warburg Institute, 1983, p. 12-20, repris avec quelques modifications mineures dans Manuscripts and methods. Essays on editing and transmission, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2011, p. 175-183 (je fais référence ici à l’édition de 2011). Voir aussi Curt Bühler, The fifteenth-century book : the scribes, the printers, the decorators, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1960, p. 34-39 ; Cora Lutz, « Manuscripts copied from printed books », Yale University Library Gazette, 49/3, 1975, p. 261-267, repris dans ses Essays on manuscripts and rare books, Hamden, Archon Books, 1975, p. 129-138 (je me réfère ici à l’article original).

13 Un domaine dans lequel le passage du numérique au papier a été effectué au-delà d’une simple dimension idiosyncrasique est celui de la conception des jeux de société qui reproduisent des jeux vidéo à succès. Voir par exemple « Civilization : The Boardgame », dont il est question ici : <http://en.wikipedia.org/wiki/Civilization:_The_Boardgame>.

14 Pour des exemples de manuscrits copiés à partir d’une source intermédiaire : J. K. Moore, Primary materials relating to copy and print in English books of the 16th and 17th centuries, Oxford, Oxford Bibliographical Society, 1992, p. 1.

15 Lotte Hellinga, « Manuscripts in the hands of printers », Manuscripts in the fifty years…, op. cit., p. 3-11. Pour la présentation d’un beau manuscrit d’imprimeur traité avec soin et pouvant être comparé avec l’édition imprimée qui en a résulté (les deux se trouvent à la Beinecke Library et peuvent dorénavant être consultés au format numérique), voir : Lutz, University Library Gazette, p. 262-263.

16 À titre d’exemple, voir l’analyse d’une section manuscrite de onze pages dans une copie de l’édition de 1483 du Chronicon d’Eusèbe conservé à la Houghton Library de Harvard, dans Paolo Pellegrini, « Philology and ars artificialiter scribendi : a printer’s model copy ? (Harvard, Houghton Library, Typ Inc. 4390) », StEFI. Studi di Erudizione et de Filologia Italiana 9, 2020, p. 71-101. Pellegrini conclut de façon très convaincante que cette section du manuscrit a été copiée d’une édition du Chronicon de 1512 (plutôt que de lui servir de modèle, comme une analyse antérieure l’avait proposé), édition qui prolonge le récit historique jusqu’en 1512. Au lieu d’acheter la nouvelle édition en entier, le propriétaire de l’édition de 1483 a préféré ajouter le nouveau matériel à la main à partir d’une copie de l’édition ultérieure qu’il a pu consulter.

17 Par exemple : Reeve, Manuscripts and Methods, p. 179-180.

18 Pour des cas de copies manuscrites d’ouvrages imprimés qui n’ont pas survécu, voir Moore, Primary materials relating to copy, p. 4, et Bühler, The fifteenth-century book, p. 38-39.

19 J’ai rencontré une certaine réussite en cherchant le terme latin apographum (« copié ») dans les catalogues numériques de la Bayerische Staatsbibliothek, ce qui m’a permis de trouver seize manuscrits identifiés comme des copies de livres imprimés.

20 Pour la fameuse attaque d’Érasme contre les imprimeurs en général, qui ne manque pas de faire malgré tout l’éloge d’Alde Manuce, voir : « Festina lente » (« Hâtez-vous lentement »), Érasme, Les Adages, dir. Jean-Christophe Saladin, 5 vol., Paris, Les Belles Lettres, 2001, adage 1001, vol. 2, p. 10-11. Conrad Gessner a exprimé son espoir de voir la conservation des livres améliorée grâce à l’imprimerie et aux bibliothèques financées par les puissants dans sa Bibliotheca universalis, Zurich, Froschauer, 1545, sig *3r.

21 Sur les réactions suscitées par l’imprimerie, voir Elizabeth Eisenstein, Divine art, infernal machine : the reception of printing in the West from first impressions to the sense of an ending, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2011.

22 Johannes Trithemius, In praise of scribes. De laude scriptorum, trad. Roland Behrendt, Lawrence, Coronado Press, 1974, p. 35 et 63. Cf. O’Donnell, Avatars of the Word, p. 81.

23 Vespasiano da Bisticci, Renaissance princes, popes, and prelates. The Vespasiano memoirs, trad. William George et Emily Waters, New York, Harper Torchbooks, 1963, p. 104.

24 Sigfrid Henry Steinberg, Five hundred years of printing, Harmondsworth Penguin Books, 1974 (3e édition), p. 44 ; O’Donnell, Avatars of the Word, p. 78.

25 Derolez, « The Copying of Printed Books for Humanistic Bibliophiles in the Fifteenth Century », p. 144-146 et 160. Du même, voir aussi : The library of Raphael de Marcatellis, Gand, E. Story-Scientia, 1979.

26 Christianus Prolianus, Astrologia, Naples, Henricus Alding, 25 August 1477, Rylands Library Inc., 17.B.7 (partiellement numérisé) et Rylands Library Latin, MS 53, entièrement numérisé sur le site de la Rylands Library.

27 Jamie W. Robinson, « Christianus Prolianus "Astronomia" 1478 », <https://chiccmanchester.wordpress.com/2011/11/23/christianus-prolianus-astronomia-1478/>. Pour d’autres contributions en ligne autour de ce manuscrit, voir John Hodgson, « Christianus Prolianus’s Astronomia manuscript now digitised », <https://rylandscollections.wordpress.com/2012/05/>. Voir également Kenneth Hoyt, Manuscript Study : Christianus Prolianus’ Astrologia, San Jose State University, 2012 : <https://prolianusastrologia.blogspot.com/2012/03/manuscript-study-christianus-prolianus.html>.

28 Un exemplaire du livre imprimé se trouvant à la Huntington Library (cote : 101703) contient des tables qui vont jusqu’en 1515, ainsi que des diagrammes très similaires qui ont été ajoutés à la main, pour un rendu plus riche en couleurs que celui de la Rylands. Merci à Melissa Lo d’avoir consulté pour moi l’exemplaire de la Huntington Library.

29 Reeve, Manuscripts and methods, p. 177

30 Finis huius opusculi Parthenope Anno salutis 1478 foeliciter Amen.

31 Maravillas Aquiar Aquilar et José Antonio González Marrero, « Un tratado latino sobre los usos del cuadrante de senos : edición de los cánones del tratado de Christianus de Prolianus conservado en el ms. lat. n. 10263 de la Biblioteca nacional de Francia », Faventia, 27/1, 2005, p. 113-23 ; Lynn Thorndike, « Sexagenarium », Isis, 42/2, 1951, p. 130-133.

32 Giuseppe Giovanni Monaco, « Christianus Prolianus balbanensis e l’Astrologiae Compendium », Bollettino storico della Basilicata, 15-16, 1999-2000, p. 113-144. Prolianus apparaît aussi dans Richard Kremer, « Incunable almanacs and practica as practical knowledge produced in trading zones », Structures of practical knowledge, Matteo Valleriani éd., Cham, Springer, 2017, p. 333-369. Richard Kremer montre que Prolianus a selon toute vraisemblance basé ses calculs sur les tables alphonsines, tables qu’il aurait converties en heures italiennes (les jours commençant au coucher du soleil au lieu de midi). Les temps d’éclipse et de syzygie de Prolianus semblent avoir été utiles aux auteurs d’almanachs, bien que nous n’en connaissions aucun imprimé à Naples. Je suis très reconnaissante à Richard Kremer pour avoir partagé avec moi son expertise sur ces questions.

33 L’édition de 1575 ne comporte aucune précision relative à la parution, le catalogue moderne indiquant : « Cologne ?, N. Bohmberg, 1575 (ou 1574) ». L’autre édition porte la mention : « Londres, Samuel Satterthwaite, 1649 ». Les deux sont disponibles sur l’EEBO. Voir également, suivant l’USTC : Terra pacis. Ware getuegenisse van idt geistelicke landtschop des fredes, Cologne, N. Bohmberg, 1580, et Terra pacis. Vrai tesmoignange de la terre spirituelle de paix, Cologne, N. Bohmberg, 1580.

34 Le catalogue suggère que le manuscrit a été copié à partir de l’édition de 1649, mais le fait que la mise en page du titre et des dernières pages du manuscrit imite soigneusement celle de 1575 indique que celle-ci en a été la source.

35 Christopher Marsh, The Family of Love in English society, 1550-1630, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 1, 5 et 8.

36 Alastair Hamilton, The Family of Love, Cambridge, J. Clarke, 1981, p. 137 et 166-167. Il relève seize manuscrits anglais de textes attribtués à H.N., mais ne mentionne pas la Terra pacis.

37 Henry R. Woudhuysen, Sir Philip Sidney and the circulation of manuscripts, 1558-1640, Oxford, Clarendon Press, 1996, p. 52.

38 Moore, Primary materials relating to copy, p. 1-9.

39 Trithemius, In praise of scribes, p. 61 et 65.

40 Jacqueline Hamesse, « Les autographes à l’époque scolastique », Gli autografi medievali. Problemi paleografici e filologici, atti del Convegno di studio della Fondazione Ezio Franceschini (Erice, 25 settembre-2 ottobre 1990), Paolo Chiesa et Lucia Pinelli éd., Spolète, Centro Italiano di studi sull’alto medioevo, 1994, p. 179-205, précisément p. 191. Pour plus de détails sur le statut de l’acte d’écrire à la main, voir : Ann Blair, « Early Modern Attitudes toward the Delegation of Copying and Note-Taking », Forgetting Machines : Knowledge Management Evolution in Early Modern Europe, Alberto Cevolini éd., Leyde, Brill, 2016, p. 265-285.

41 David L. D’Avray, Medieval marriage sermons. Mass communication in a culture without print, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 26.

42 István Hajnal, L’Enseignement de l’écriture aux universités médiévales, László Mezey éd., Budapest, Maison d’édition de l’Académie des sciences de Hongrie, 1959 (2de édition), p. 121-125.

43 Colette Sirat, Writing as handwork. A history of handwriting in mediterranean and western culture, Lenn Schramm éd., Turnhout, Brepols, 2006, p. 479.

44 Pour des extraits et des entrées tirés de ces manuels, voir Arthur S. Osley, Scribes and sources. Handbook of the chancery hand in the sixteenth century : texts from the writing-masters, Boston, David Godine, 1980, et David Becker, The practice of letters. The Hofer collection of writing manuals, 1514–1800, Cambridge, the Harvard College Library, 1997.

45 Giovan Francesco Cresci, Il Perfetto Scrittore (1570), dans Osley, Scribes and Sources, p. 118.

46 Pedro de Madariaga, Libro subtilissimo (1565), Ibidem, p. 155.

47 Erasmus, De recta Graeci et Latini sermonis pronunciatione (1528), traduit dans Osley, Scribes and Sources, p. 29-30. Cf. Quintilien : « Ce n’est pas une affaire extérieure à notre propos, quoique presque tous les gens de qualité aient coutume de la négliger, que le souci d’écrire bien et vite. En effet, dans nos études, ce qui est important, … c’est précisément d’écrire soi-même ; trop lente, l’écriture freine la pensée ; informe et confuse, elle est inintelligible ; d’où un second travail qui consiste à dicter à un copiste un texte à transcrire. Donc, … on s’applaudira de n’avoir pas négligé non plus ce point-là. », Quintilien, Institution oratoire, I.1.28-29, tr. Jean Cousin, Paris, Les Belles Lettres, 1975, vol. I, p. 63.

48 Osley, Scribes and Sources, p. 41-42.

49 Francesco Sacchini, De ratione libros cum profectu legendi libellus, Ingolstadt, ex typographeo Ederiano, 1614, p. 74 : « Deinde ipsa quoque scriptio et intelligentiam iuvat », Jeremias Drexel, Aurifodina artium et scientiarum omnium ; excerpendi sollertia, omnibus litterarum amantibus monstrata, Anvers, vidua Ioannis Cnobbari, 1638, chap. 9, p. 56 : « excerpendum esse diversis rationibus docetur. Prima est : lectoris intentio scribendi et annotandi cura multum acuitur. Altera ratio est : quod exscribitur, intelligentiam profundius subit, menti altius imprimitur. (…) Cum gnaviter excerpit et annotat, crebrius subsistere cogitur et pedem figere : etiam dum lectis immoratur, dum relegit et retractat, longe melius, quae retinenda penetrat ».

50 « Itaque Demosthenes sua manu si Dionysio Halicarnasseo credimus, octies totum exscripsit Thucididem. Multa etiam manu sua exscripsit volumina S. Hieronymus : multa alij sapientissimi viri, non tam librarij inopia, quam cupiditate profectus ex opere. », Sacchini, De ratione libros, p. 74.

51 Ann Moss, Printed commonplace-books and the structuring of Renaissance thought, Oxford, Clarendon Press, 1996, p. 300, citation 125.

52 Richard Steele, « What are the hindrances and helps to a good memory in spiritual things ? », A continuation of morning-exercise questions (…) resolved in 1682, Samuel Annesley éd., Londres, J. A. Dunton, 1683, p. 428.

53 Gerardus W. J. Drewes, « The Legatum Warnerianum of Leiden University Library », Levinus Warner and his legacy : three centuries Legatum Warnerianum in the Leiden University Library. Catalogue of the commemorative exhibition held in the Bibliotheca Thysiana (27 April-15 May 1970), Leyde, Brill, 1970, p. 1-32, précisément : p. 5 et p. 79 pour l’illustration.

54 Je remercie pour cet exemple Meredith Quinn, qui a étudié la culture du livre dans l’Istanbul du 17e siècle et a trouvé les collections ottomanes de la Rylands Library d’un grand intérêt.

55 Pour une description complète, voir Jan Schmidt, A catalogue of the Turkish manuscripts in the John Rylands University Library at Manchester, Leyde, Brill, 2011, p. 303-306. Schmidt note que la bibliothèque de l’université de Leyde possède des manuscrits inachevés dans lesquels Warner a rassemblé des proverbes turcs ; il serait intéressant de les comparer avec les sententiae turques du manuscrit Persian MS 141.

56 Voir Franciscus de Dombay, Grammatica linguae persicae, Vienne, Albertus Camesina, 1804, disponible grâce à Google Books. La grammaire manuscrite de la Rylands Library et le livre imprimé diffèrent au niveau de la répartition des sujets de grammaire, ainsi que sur le plan des exemples fournis en persan. La grammaire manuscrite comprend cinquante sententiae persanes avec traductions latines, tandis que la grammaire imprimée comprend cent sententiae (qui recoupent dans certains cas les proverbes du manuscrit), mais aussi des bouts de dialogues, des historiae d’un paragraphe et des narrationes d’une page. Je suis très reconnaissante à John Hodgson pour son aide décisive dans la réalisation de cette comparaison.

57 Je m’appuie sur le jugement expert de Schmidt, Catalogue, p. 306, 94, 96, 102, 103, 106 (relatif aux manuscrits Rylands Persian MSS 42, 43, 49-51). Voir aussi Jan Schmidt, « Franz von Dombay, dragoman on the Bosnian Border, 1792-1800 », Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes, 90, 2000, p. 75-168.

58 Virginia Reinburg, French books of hours : making an archive of prayer, c.1400-1600, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 20-25 et 76-84.

59 Rylands Latin MS 152, « Hoc diurnale mihi fratri Ioanni Knevero ii die Dec. 1597 donatum est, a quodam parocho, cuius ut memor sim in meis preculis qualibuscunque fusis ad Dominum Deum. Amen ».

60 Voir Elena De Laurentiis et Emilia Anna Talamo, The lost manuscripts from the Sistine Chapel, Madrid-Dallas, Centro de Estudios Europa Hispánica and Meadows Museums SMU, 2011, p. 12a, 13b.

61 Cf. Frank Taylor (éd.), A descriptive catalogue of Latin manuscripts, comprising a reprint of M. R. James’s catalogue of 1921, vol. 1, Munich, Kraus Reprint, 1980, p. 87, qui documente la présence des six premiers volumes dans la bibliothèque Sciarra-Colonna jusqu’en 1868 (voir Notes complémentaires, p. 19*). Rylands Latin MS 32, 32a, 33-7. Les six premiers volumes faisaient partie de la collection originale de Mme Rylands et le septième volume a été acquis aux enchères par la bibliothèque en août 2011. Certaines pages ont été numérisées sur le site de la Rylands Library.

62 Voir le Biographical Dictionary of the Cardinals of the Holy Roman Church, un site Internet créé par Salvador Miranda : <https://cardinals.fiu.edu/bios1517-ii.htm>.

63 Latin MS 35, f. 94r, comme présenté dans Descriptive catalogue of Latin manuscripts, p. 92, également p. 94-95.

64 De Laurentiis et Talamo constatent qu’une enluminure a été réutilisée par découpage et collage, p. 39a.

65 Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. de Lamoignon, garde des sceaux de France, Paris, Marigot jeune, 1791, II, p. 289. Chrétien-François II de Lamoignon fut président du Parlement de Paris entre 1758 et 1772, puis nommé Garde des Sceaux en 1787 ; il mourut en 1789.

66 Inventaire général et méthodique des manuscrits français de la Bibliothèque Nationale : jurisprudence, sciences et arts, Paris, H. Champion, 1878, p. 271.

67 Jacob Soll, The information master : Jean-Baptiste Colbert’s secret state intelligence system, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2009, p. 65.

68 « Il existe une représentation assez médiocre de la façade des Invalides et une gravure intéressante de la partie centrale du château de Versailles dans un autre placard, qui a pour titre : Abrégé chronologique des roys de France, instructif et récréatif, ou l’on apprendra en jouant ce qui s’est passé de plus curieux sous chaque regne, ouvrage orné de symboles, hiéroglyphes et attributs convenables a l’histoire…, par le sieur du Tertre, orné et dessiné par De Phainx fils, gravé par Fombone, écrit par Jenvilliers, 1730 », Bulletin de la Société d’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 23-26, 1896, p. 80. Voir aussi le catalogue de la Bibliothèque nationale de France, Discours instructif qui sert d’explication aux ornemens du jeu chronologique et historique des roys de France… du Sr Du Tertr (imprimé sans date ni lieu), où l’on trouve la mention suivante : « Le jeu, intitulé “Abrégé chronologique des roys de France, instructif et récréatif”, et dessiné par De Phainx fils en 1730, est conservé au Dép. des Estampes, supplément non relié ». Merci à Samantha Wesner pour ces découvertes.

69 Pour un premier contact avec les manuscrits des alchimistes de l’époque moderne, voir George Starkey, Alchemical Laboratory Notebooks and Correspondence, William R. Newman et Lawrence Principe (éd.), Chicago, University of Chicago Press, 2004 ; et Jennifer M. Rampling, The experimental fire. Inventing English alchemy, 1300-1700, Chicago, University of Chicago Press, 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Rylands Latin MS 53 (1478), f. 27v–28r. © The University of Manchester
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 2 : Christianus Prolianus, Astrologia (Naples, 1477), 18518, f. 16v et f. 18r. © The University of Manchester. La comparaison avec l’exemplaire de la Huntington Library, grâce à l’aide du Dr Melissa Lo, montre que dans celui de la Rylands Library le folio 17 est manquant.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Fig. 3 : Hendrick Niclaes, Terra pacis (Amsterdam?, 1575), R44267, page de titre. © The University of Manchester
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Légende Fig. 4 : Rylands English MS 171, f. 1r, page de titre. © The University of Manchester.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Fig. 5 : Image de dévotion finale, dans Niclaes, Terra pacis (1575), R44267, dernière page. © The University of Manchester
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 6 : Rylands English MS 171, f. 76v, image de fin. © The University of Manchester
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 7 : Rylands Persian MS 141, f. 27r, page de titre. © The University of Manchester.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-7.tif
Fichier image/tiff, 1,9M
Légende Fig. 8 : Rylands Persian MS 141, f. 28r, première page de texte. © The University of Manchester.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-8.tif
Fichier image/tiff, 1,9M
Légende Fig. 9 : Rylands Latin MS 152, f. 3v-4r. © The University of Manchester.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 10 : Rylands Latin MS 35, f. 94v. © The University of Manchester.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-10.tif
Fichier image/tiff, 2,0M
Légende Fig. 11 : Rylands Latin MS 32a, f. 35v. © The University of Manchester.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 12 : Rylands Latin MS 143 (non folioté). © The University of Manchester.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Légende Fig. 13 : Rylands Latin MS 82, f. 41r avec un diagramme en regard. © The University of Manchester.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Fig. 14 : Rylands Latin MS 82, f. 69r. © The University of Manchester.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16540/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ann Blair, « Réflexions sur les continuités technologiques : le cas des manuscrits copiés à partir de livres imprimés »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 149 | 2021, 47-84.

Référence électronique

Ann Blair, « Réflexions sur les continuités technologiques : le cas des manuscrits copiés à partir de livres imprimés »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 149 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16540 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16540

Haut de page

Auteur

Ann Blair

Harvard University, département d’histoire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search