Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149DOSSIERLa chancellerie municipale lyonna...

DOSSIER

La chancellerie municipale lyonnaise et la construction d’une information politique urbaine à la fin du 16e siècle

Gautier Mingous
p. 85-103

Résumés

L’information constitue, pour les élites urbaines du 16e siècle, un outil de gouvernement à part entière dont la mise par écrit repose sur des règles précises destinées à la rendre officielle et digne d’être acceptée par la société. Les pouvoirs municipaux se sont dès lors appuyés sur une véritable chancellerie peuplée de professionnels de l’écrit, chargée de mettre en mots les nouvelles politiques. L’étude du consulat lyonnais doit permettre de comprendre le fonctionnement et les travaux de ces petites chancelleries urbaines et leur apport fondamental dans la construction de l’information politique locale. À travers les chaînes d’écriture de la nouvelle, ses matérialités et les nouveaux médias utilisés pour la transmettre, cette réflexion vise à interroger l’émergence d’une culture commune de l’information politique partagée par les cercles du pouvoir municipal en vue de gouverner la cité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Johann Petitjean, « Gênes et le bon gouvernement de l’information (1665-1670) », dans Silvia Marzag (...)
  • 2 Delphine Estier, « 1589-1594 : la maîtrise de l’opinion à Lyon pendant la Ligue, ou le secret néces (...)
  • 3 Johann Petitjean, L’Intelligence des choses. Une histoire de l’information entre Italie et Méditerr (...)

1L’art du gouvernement tel qu’il est théorisé et pratiqué durant la première modernité place l’information et sa maîtrise au centre de la réflexion et de l’action des dirigeants pour gouverner un État ou une communauté dont ils ont la charge1. Qu’il s’agisse d’assimiler les connaissances requises sur les événements, de conserver le secret des nouvelles pour assurer le maintien de l’autorité ou bien de publier des renseignements dans une pratique rationnelle du pouvoir, l’information et son traitement constituent un pan fondamental de la conduite des affaires urbaines et du bon gouvernement de la société2. En cherchant à développer une vision pragmatique des faits, à maîtriser la fortune et à gérer habilement les opinions individuelles, les gouvernants d’une ville, comme ceux des États, ont fait des nouvelles en tout genre un pilier de leur action quotidienne. Signe d’autorité, l’information permet une compréhension du monde qui légitime la supériorité sociale de l’élite dirigeante3. Maîtriser les formes et les techniques informationnelles est un marqueur de pouvoir, une chasse gardée des pouvoirs urbains.

  • 4 Anne Béroujon, Les écrits à Lyon au XVIIe siècle. Espaces, échanges, identités, Grenoble, Presses u (...)

2L’écrit constitue un support fondamental pour comprendre comment les dirigeants d’une ville ont été amenés à construire les nouvelles et à les utiliser pour gouverner. Avec la maîtrise et la diffusion de normes et de codifications parfois anciennes, l’écrit s’est emparé très rapidement de l’information pour proposer des nouvelles inscrites sur un support de papier venu alimenter, compléter ou parfois concurrencer les flux d’informations circulant déjà de façon orale4.

  • 5 Guillaume Gaudin, Penser et gouverner le Nouveau Monde au XVIIe siècle. L’empire de papier de Juan (...)
  • 6 L’expression est empruntée à Antoine Rivault, Étampes et la Bretagne : le métier de gouverneur de p (...)

3Pour répondre aux différentes normes des productions documentaires du pouvoir, l’écriture de l’information a nécessité d’être prise en charge par des professionnels dont la mission a consisté à mettre en forme des renseignements sur le papier. Transmettre des nouvelles officielles acceptées par tous implique en effet d’accorder une place importante aux aspects matériels de la mise par écrit : le respect de formats documentaires spécifiques, la clarté du discours rédigé, la lisibilité de la graphie, la présence d’une signature ou d’un paraphe sont autant de cadres contraignants qui poursuivent l’objectif d’assurer la qualité de l’information diffusée. Bien que les lettres et les registres soient rédigés en leur nom, il ne revient pas aux élites de s’atteler à la tâche ardue de la rédaction des documents officiels. Les volumes croissants de lettres à envoyer, auxquels s’ajoute la nécessaire conservation des écrits produits par les autorités, questionnent la gestion administrative et matérielle du « gouvernement de papier5 » à l’échelle d’une ville. Cette matérialité de l’écriture de l’information invite à s’intéresser à l’organisation des « chancelleries en miniature6 » propres aux municipalités et à l’émergence de véritables bureaucraties urbaines.

  • 7 Jérémie Ferrer-Bartomeu, « L’État à la lettre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°  (...)
  • 8 Paul Bertrand, Pierre Chastang, « Prologue. Les temps des écritures grises. Formation et temporalit (...)

4Le monde des chancelleries et des secrétaires a surtout intéressé les milieux curiaux. Plusieurs études, anciennes comme très récentes, ont permis de mieux connaître le personnel chargé, pour le roi et les grands, de mettre en mots et en forme les informations mobilisées pour gouverner le royaume7. Celui des chancelleries urbaines est en revanche moins connu. Leur analyse se révèle pourtant d’une grande richesse. Les archives de la municipalité lyonnaise dévoilent ainsi des chaînes d’écriture institutionnelles, entièrement tournées vers la production et la diffusion d’informations primordiales pour diriger la cité8. Ces normes assimilées et partagées par un grand nombre d’acteurs en viennent à interroger la manière avec laquelle l’information sort des cercles restreints du pouvoir pour donner naissance à une communauté municipale de l’écrit fortement hiérarchisée, instaurant un rapport également très hiérarchique à la nouvelle. L’entrée par le personnel, le fonctionnement et les travaux de ces chancelleries urbaines invitent à questionner les matérialités de l’écriture de l’information politique. De plus, la production et la diffusion croissante de nouvelles par le biais de l’imprimé ont poussé les élites à interroger leurs propres pratiques informationnelles, voire à les faire évoluer, pour conserver leurs prérogatives dans la construction d’une information officielle destinée à la communauté. Ainsi, c’est une véritable culture commune de l’information partagée par les cercles des pouvoirs municipaux qui semble émerger et qu’il s’agit de questionner.

  • 9 Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fond (...)

5L’étude de la chancellerie municipale de Lyon, deuxième ville du royaume de France et capitale de l’imprimerie9, doit permettre de mieux envisager cette culture partagée de l’information. Pour y parvenir, un détour par les professionnels de la mise par écrit permettra non seulement d’appréhender la diversité des acteurs nécessaires pour produire la nouvelle, mais aussi de comprendre les hiérarchies à l’œuvre dans ces réseaux d’écriture. Cette structure forte permet, en retour, de garantir des règles communes de mise en forme des renseignements qui ont pour conséquence une normalisation matérielle essentielle pour assurer l’efficacité des informations et leur utilisation à des fins politiques. Enfin, le choix d’inscrire cette étude durant une période troublée invite à questionner les mutations amorcées par la chancellerie afin de répondre à l’urgence d’informer et d’être informé, donnant lieu à un partage entre différents supports de l’information, notamment entre sources écrites et sources imprimées.

Une chaîne d’écriture de l’information très hiérarchisée

6En tant qu’objet de pouvoir indispensable au bon gouvernement de la cité, l’information est prise en charge par les autorités dirigeantes pour être entourée d’un caractère officiel et différenciée de toutes les autres nouvelles qui inondent l’espace urbain. Manier l’information et en diffuser le contenu permet à l’institution municipale d’en retirer un immense prestige social et contribue à asseoir son autorité sur le reste de la communauté.

  • 10 Claude De Rubys, Histoire véritable de la ville de Lyon, Lyon, Bonaventure Nugo, 1604, p. 468.
  • 11 Ibid., p. 473-476. Sur ces aspects, voir aussi Philippe Hamon, Catherine Laurent (dir.), Le Pouvoir (...)
  • 12 François Otchakovsky-Laurens, « Le statut documentaire des registres de délibérations marseillais » (...)

7Sans surprise, les conseillers municipaux – appelés échevins – accaparent l’information officielle et constituent les piliers sur lesquels repose l’ensemble de la structure informationnelle de la cité. Constitué de douze membres élus par moitié tous les ans lors d’un cérémonial dûment encadré par la coutume10, le consulat administre les affaires quotidiennes de la ville, à savoir veiller sur ses privilèges, organiser l’approvisionnement, répartir l’impôt, mais aussi pourvoir à la bonne santé de la communauté et à sa sécurité11. Pour y parvenir, les échevins organisent plusieurs réunions hebdomadaires qui s’imposent comme des lieux d’échange et de mise en commun des informations nécessaires à la prise de décision collégiale. C’est notamment à cette occasion que sont lues les nombreuses lettres reçues par les échevins et qu’en sont rédigées les réponses. Les registres consulaires qui compilent les sujets traités lors de ces réunions constituent un recueil de toutes les informations politiques et de leur traitement12. Les élites s’en servent à la fois d’attribut de pouvoir, pour prouver qu’elles maîtrisent le monde de l’information, et d’outil politique censé répondre au plus vite aux problématiques posées par l’administration de la cité.

  • 13 Gary Schneider, The Culture of Epistolarity. Vernacular Letters and Letter Writing in Early Modern (...)
  • 14 Jean Boutier, Alain Dewerpe, Daniel Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564 (...)

8Cette exigence explique qu’une grande diversité d’acteurs soit envoyée en mission pour défendre les intérêts lyonnais. Ces voyages sont organisés à la cour, auprès du roi et de son conseil, mais également au Parlement de Paris ou dans les villes environnantes avec lesquelles Lyon entretient des relations politiques régulières. Garants du secret des affaires, les échevins sont généralement désignés pour effectuer ces députations. Ils sont toutefois secondés par de nombreuses autres personnes qui représentent la commune le temps d’une mission, qu’il s’agisse d’hommes dépendant de la ville, comme le procureur, d’officiers ou de marchands. Chacun de ces déplacements donne lieu à d’intenses correspondances, qui permettent de transmettre les informations dont l’institution a, en principe, besoin pour gouverner. Ces lettres s’apparentent au vecteur d’informations le plus efficace pour pallier les difficultés de la communication à distance13. Leur rédaction constitue une étape majeure dans la transmission et la connaissance des informations. Elle a pour vertu de mettre en forme de manière définitive et inaltérable des renseignements que l’oralité rendait inachevés, malléables et transitoires14.

9L’art de bien informer a dès lors reposé, en partie, sur une chancellerie aux ordres des échevins. Loin de prendre part au traitement de l’information en tant que tel, elle apparaît plutôt comme un maillon essentiel dans la chaîne de transmission et d’officialisation des nouvelles grâce à la mise par écrit des renseignements. Composée de professionnels de l’écrit entrés au service de la ville, elle repose sur une administration stricte et fortement hiérarchisée.

  • 15 Caroline Fargeix, Les Élites lyonnaises du XVe siècle au miroir de leur langage. Pratiques et repré (...)
  • 16 Claude De Rubys, Histoire véritable, op. cit., p. 478.
  • 17 Paul M. Dover, « Introduction : The Age of Secretaries », art. cit., p. 3.

10Le sommet de la pyramide est occupé par les secrétaires. Depuis le milieu du 15e siècle, ils représentent l’une des figures les plus importantes et les plus emblématiques de la ville15. Chargés de « recevoir & rediger par escript les ordonnances & deliberations Consulaires & en tenir bon & fidelle registre16 », ils sont responsables de la mise par écrit des affaires et des réponses apportées, de même que des informations que la municipalité veut conserver et rendre publiques. Présent aux réunions du conseil municipal, le secrétaire est un homme « dans les secrets » de l’institution qu’il sert, et doit en préserver la teneur, vertu éponyme de sa fonction17.

  • 18 Archives municipales de Lyon (AML), BB 82, fol. 108v°, délibération du 13 décembre 1561 ; BB 94, fo (...)
  • 19 Sur de tels aspects, voir Sylvie Charton, Chancellerie et culture au XVIe siècle. Les notaires et s (...)
  • 20 AML, BB 81, fol. 303v°, délibération du 3 août 1561. Jean Tricou, Benoît Du Troncy (1525/30–1599), (...)

11Seuls trois personnages occupent l’office de secrétaire du consulat de Lyon entre les années 1550 et la fin des années 1580 : Jean Gravier de la fin des années 1540 jusqu’en 1565 ou 1566, Jean Ravot jusqu’en octobre 1576, puis Benoît Du Troncy jusqu’à la fin de la période. Ces hommes sont tous trois issus du monde du notariat lyonnais, comme l’indique le titre de « notaire royal18 » accolé à leur fonction. Cependant, les sources n’apportent que peu d’éléments sur leurs études ou leurs formations19. Seules transparaissent les missions effectuées au service de la communauté avant leur entrée en charge. Jean Ravot est nommé procureur des intérêts lyonnais lors de plusieurs missions effectuées dans différentes provinces, alors que Du Troncy représente le consulat à la cour en 1571 et 157220. Appartenant au monde des gens de plume, rompus aux affaires notariales et à l’art de l’écriture, ces personnes ont déjà prouvé leur engagement pour la ville et manié les informations politiques avant leur nomination.

  • 21 AML, BB 81, fol. 115v°, délibération du 15 décembre 1558 ; BB 82, fol. 108v°, délibération du 13 dé (...)

12Loin d’être un simple scribe s’adonnant aux tâches ingrates de l’écriture, le secrétaire supervise en réalité l’ensemble des productions écrites du corps de ville. Lui revient la responsabilité de transcrire la parole consulaire en l’adaptant à la nécessaire production d’un discours suffisamment clair et convaincant pour être gardé en mémoire. C’est également lui qui est chargé de mettre en mots les nouvelles pour les rendre compréhensibles et leur donner un sens. Ce rôle central au cœur de la chancellerie municipale transparaît dans les gages qu’il reçoit tous les ans. Si Jean Gravier obtient 100 livres tournois annuelles entre 1558 et 1561, les gages de Jean Ravot s’élèvent à 500 livres tournois au début des années 1570, et jusqu’à 600 livres tournois en 157521 ! Les sommes offertes aux secrétaires sont très importantes. Elles englobent d’une part les frais des commis engagés par le secrétaire pour le suppléer dans son travail, bien que les registres demeurent silencieux sur la part qui leur est réellement réservée. Elles reflètent d’autre part la place prise par cette personnalité au cœur de la hiérarchie urbaine, puisqu’avec le procureur de ville et le receveur des deniers communs, le secrétaire est le personnage le mieux payé du consulat. Il apparaît à la fois comme l’homme de confiance des échevins et comme un officier de premier plan tout entier dévoué à la grandeur de l’institution et à la gestion de ses informations.

  • 22 AML, BB 91, fol. 200, délibération du 19 décembre 1573.

13Bien qu’il en occupe la tête, le secrétaire n’est que l’un des rouages de la chancellerie lyonnaise. Face à l’inflation du volume des lettres à écrire ou à compiler, des mémoires et des autres documents à produire, tout un ensemble de personnes désignées par le terme très général de « clercs du secretaire22 » interviennent également dans l’écriture de l’information. Les fonctions et les identités de ces professionnels de la plume restent floues, mais les sources laissent entrevoir une organisation hiérarchisée, conditionnée par les tâches qu’ils effectuent et par les gages qu’ils reçoivent.

  • 23 AML, BB 92, fol. 202, délibération du 18 décembre 1574.
  • 24 AML, BB 88, fol. 56v°, délibération du 3 mars 1569.
  • 25 Ibid. ; AML, BB 92, fol. 202, délibération du 18 décembre 1574.

14Trois catégories de clercs apparaissent. La première concerne les clercs du secrétaire. Souvent issus du notariat local, ils appartiennent à une certaine élite parmi les hommes de plume. L’importance grandissante de leur situation s’observe à travers les missions qui leur sont confiées : chargés de rédiger les mémoires du consulat, c’est-à-dire les documents servant à la gestion concrète des affaires, ils participent de plus en plus à la rédaction d’une partie de la correspondance de la municipalité. Il en est ainsi de Pierre Grata, « clerc et commis du secretaire23 », actif entre 1569 et 1576. Homme de confiance de Jean Ravot, il a toute la considération des échevins. Il est en effet nommé secrétaire par intérim au moment où le détenteur de la charge est en mission à l’extérieur pour la municipalité, lui assurant le titre officieux de second secrétaire de la ville24. À ce titre, c’est lui qui prend la responsabilité de transcrire et de signer les lettres du consulat, maniant de ce fait les informations sensibles. Ce rôle stratégique dans l’élaboration des nouvelles fait évoluer son statut de simple officier mineur à officier de rang intermédiaire de l’institution. Cette considération se répercute sur son salaire, puisque Grata reçoit 50 livres de rente en 1569 et jusqu’à 80 livres tournois en 157425.

  • 26 Archives municipales de Vienne, EE 3, non folioté, le consulat de Lyon au consulat de Vienne, Lyon, (...)
  • 27 Guillaume Gaudin, Penser et gouverner le Nouveau Monde, op. cit., p. 120.

15La deuxième catégorie de clercs est celle des officiers mineurs, uniquement récompensés à la tâche et non de façon ordinaire. Leur nom apparaît parfois dans la signature de certaines lettres envoyées par le corps de ville, comme celui du clerc Michel Brun, qui se voit confier en 1568 la mission d’écrire et de signer plusieurs missives transmises aux échevins de Vienne26. Cette sortie furtive de l’anonymat les rend hiérarchiquement supérieurs à la troisième catégorie de personnes employées, à savoir celle de la majorité silencieuse des commis, que les sources ne prennent pas la peine de citer. Ces scribes sont certainement des non-diplômés qui ont reçu une formation pratique plus que professionnelle, tenant davantage du savoir-faire que du savoir27. Leur tâche consiste en la rédaction des travaux les plus ingrats, auxquels ne peuvent s’abaisser leurs supérieurs. Ils permettent aussi d’écrire sans discontinuer, de jour comme de nuit, lorsque les nécessités l’imposent. L’absence de rétribution propre et le silence dans lequel sont plongés ces individus actent leur présence au plus bas de l’échelle du personnel municipal.

L’organisation hiérarchique de la chancellerie lyonnaise

16La chancellerie lyonnaise s’organise donc en au moins quatre niveaux de professionnels qui participent tous, d’une manière ou d’une autre, à la mise en forme de l’écriture consulaire et à la diffusion écrite de l’information. Si les deux premiers niveaux font intervenir un nombre limité de personnes ayant une connaissance aiguë des affaires urbaines, la majorité des clercs semble être constituée d’hommes à tout faire, déterminants dans la gestion des flux de courriers et dans la rédaction des registres.

17Sans atteindre les effectifs ni les moyens des chancelleries princières, la chancellerie lyonnaise présente tout de même un fonctionnement particulièrement bien réglé. Elle est surtout composée par un personnel diversifié, entièrement dévoué au service de l’institution municipale grâce aux offices créés, aux gages versés et aux relations pyramidales instaurées, qui favorisent un respect scrupuleux des règles édictées par les échevins. Par sa participation active dans la gestion et l’élaboration des informations du consulat, la chancellerie fait entrer un grand nombre de personnes dans le cercle restreint des dépositaires du secret des affaires et des informations politiques, cercle duquel elles étaient auparavant exclues. Cette mise en commun des nouvelles par le biais des chaînes d’écriture participe à réévaluer l’importance numérique des acteurs urbains de la transmission des informations. Ces derniers constituent des rouages essentiels d’une communauté informationnelle régie par des règles et des normes partagées.

Une chancellerie garante de la mise en normes de l’information politique

  • 28 Jean-Christophe Tölg, « Prendre avis, délibérer, conclure. Les délibérations municipales à Compiègn (...)
  • 29 Fabrice Micallef, « Guerre civile et épreuve délibérative. Les assemblées provençales au début des (...)

18L’information demeure un objet mouvant, circulant généralement de façon orale dans un premier temps, qu’il s’agit d’arrêter et de mettre en mots sur le papier pour pouvoir être utilisé officiellement comme outil de gouvernement. Le processus de prise de décision des échevins lyonnais est plutôt bien renseigné. Une fois les nouvelles reçues oralement ou par le biais de lettres, les échevins en discutent le contenu, débattent et délibèrent sur les réponses à apporter, tant dans les écrits que sur le terrain28. Ces moments de discussion n’ont laissé aucune trace, recouverts par le vernis d’une mise en scène unanimiste faisant de la nouvelle un fait arrêté d’emblée, ne souffrant d’aucune contestation possible29. Il s’agit pourtant de la matrice de l’élaboration de l’information officielle. Le détour par les aspects matériels des registres et des lettres rédigés par la chancellerie municipale permet de mieux comprendre comment l’écriture de l’information se construit, répond à des codes et à des pratiques spécifiques et partagés qui contribuent à transformer un amas de nouvelles en informations utilisables.

  • 30 AML, BB 95, fol. 11, délibération du 18 octobre 1576. Voir sur ces questions Arnaud Fossier, Johann (...)
  • 31 AML, BB 81, fol. 220v°, délibération du 12 décembre 1559 ; CC 1082, fol. 27, comptes de 1570-1571.

19Ce processus de mise en forme de l’information procède d’un long travail divisé en plusieurs étapes. Lors de la transmission orale de l’information aux échevins, les renseignements sont d’abord pris en notes sur des carnets ou sur des feuilles de brouillon avant d’être mis au propre ultérieurement. Peu aérés, écrits sans effort de clarté, ces registres de brouillons consistent en des paragraphes raturés, barrés de plusieurs traits, ou en de nombreuses notes ou listes inscrites dans la marge, se mélangeant par moment avec le corps du texte30. Des lignes tracées entre les paragraphes et des cadres guident également l’écriture pour corriger et actualiser les renseignements rédigés. Ces ébauches d’informations sont ensuite reprises et mises au propre dans la « chambre des papiers » du consulat où les clercs et les commis travaillent, de jour comme de nuit, aux « escritoires » et aux « tables des secretaires31 ».

Brouillon du registre consulaire de l’année 1576, archives municipales de Lyon, BB 95, fol. 11, délibération du 18 octobre 1576.

20Les registres de délibérations rédigés au net ne font plus apparaître de signes d’hésitation, les paragraphes y sont structurés, leur nombre réduit et les marges laissées vides. Épurée de toutes ses aspérités, l’information change de statut en même temps qu’elle change de forme pour devenir véritablement officielle et adaptée au processus de sa mise en mémoire.

Version finale du registre de l’année 1576, archives municipales de Lyon, BB 94, fol. 152, délibération du 18 octobre 1576.

  • 32 Caroline Fargeix, Les Élites lyonnaises, op. cit., p. 70-118.

21Ce travail de mise au net s’accompagne d’une sélection des renseignements à conserver ou à laisser dans l’ombre, en fonction des liens plus ou moins ténus qu’ils entretiennent avec les affaires de la ville. Les registres constituent la mémoire vivante de l’institution et la seule lecture possible du monde et de l’activité des échevins. En réalisant ce long et fastidieux travail de mise en normes de la nouvelle, clercs et commis deviennent les relais essentiels qui produisent matériellement l’information politique et qui rendent possible l’action gouvernementale. Les mots choisis et les normes stylistiques utilisées servent la mise en œuvre mémorielle d’une institution désireuse de proposer une image maîtrisée d’elle-même, et donc de la société32.

  • 33 Kristen B. Neuschel, Word of Honor. Interpreting Noble Culture in Sixteenth-Century France, Ithaca (...)

22Vectrices essentielles de la circulation des nouvelles, les lettres font également l’objet de pratiques rédactionnelles minutieuses, mais différentes de celles observées pour les registres de délibérations. Ces missives sont rédigées, dans leur écrasante majorité, par les clercs et les scribes de la chancellerie, comme le prouve l’usage massif de l’écriture cursive maîtrisée par ces derniers. L’autorité émettrice se contente de dicter oralement les ordres ou la teneur globale du message, avant que les professionnels de l’écrit les mettent en forme33. Cette pratique permet aux dirigeants de faire écrire plusieurs lettres dans une même journée, mais aussi de délivrer un discours peu structuré, qui sera reformulé en respectant les codes épistolaires maîtrisés par les scribes. Outre le gain de temps qu’elle offre, cette division du travail épistolaire a aussi pour effet de limiter ratures et approximations et de délivrer un message clair, relu et vérifié par l’émetteur.

  • 34 Roger Chartier, « Des secrétaires pour le peuple ? Les modèles épistolaires de l’Ancien Régime entr (...)

23La maîtrise des normes de rédaction épistolaire par les membres de la chancellerie participe à organiser et surtout légitimer les informations présentes dans les lettres. Le 16e siècle constitue un véritable laboratoire d’idées où se forgent de nouveaux codes épistolaires diffusés par les nombreux traités qui fleurissent à cette époque. Le Stile et Manière de composer, dicter et escrire toute sorte d’Epistre est ainsi publié à Lyon en 1553 par Jean Tempora, avant d’être régulièrement augmenté entre 1556 et 1565. De même, le Del secrettario de Francesco Sansovino, publié à Venise en 1569, influence durablement la production théorique sur les épîtres, et notamment Le secrettaire comprenant le stile et methode d’escrire en tous genres de lettres missives de Gabriel Chappuys, paru en 1588. D’autres ouvrages proposent également des recueils de lettres en français, tant politiques que familières, à l’image des Lettres missives et familières d’Estienne Du Tronchet, paru en 1569, ou des Lettres historiques d’Estienne Pasquier34. S’il est difficile de mesurer l’influence de cette première génération de traités sur les pratiques concrètes de la chancellerie lyonnaise, l’unité normative des lettres étudiées laisse entrevoir une connaissance et une solide maîtrise de l’art épistolaire.

  • 35 Gary Schneider, The Culture of Epistolarity, op. cit., p. 55.
  • 36 Pour illustrer cette structure, voir par exemple AML, AA 39, fol. 195, Pierre Paulmier au consulat (...)
  • 37 Gautier Mingous, « Servir la ville par la lettre. L’activité épistolaire de Pierre Paulmier, agent (...)

24La multitude des informations à transmettre par les lettres nécessite une mise en normes des renseignements communément admise par les échevins, leurs agents et les scribes qui les accompagnent. Le corps de la missive devient ainsi le lieu de stratégies rhétoriques destinées à communiquer des idées, des renseignements particuliers, selon un agencement dûment respecté35. Pour leur intérêt stratégique et pour les effets qu’elles peuvent avoir sur le gouvernement de la cité, les informations relatives aux affaires urbaines sont traitées en premier. Leur position au début de la lettre, juste après la salutation, insiste sur l’attention qui doit leur être portée et incite implicitement le destinataire à les traiter en priorité. Les informations de politique générale ou liées au contexte international n’interviennent que dans un second temps, puisqu’elles ne touchent pas directement les intérêts municipaux36. Sans faire l’objet d’un découpage visuel défini, la lettre présente donc une structure qui catégorise et hiérarchise les informations pour permettre au destinataire une meilleure lecture, selon un schéma convenu et communément respecté par tous les acteurs de la municipalité. C’est par exemple le cas de l’agent lyonnais à la cour Pierre Paulmier, actif durant les années 1570 et 158037. Homme de réseaux, il doit traiter un flot ininterrompu de nouvelles apprises de ses interlocuteurs ou de ses correspondants avant de les transmettre aux échevins lyonnais. Le strict respect de l’ordre de rédaction des nouvelles permet aux dirigeants de savoir où trouver le type d’informations qu’ils recherchent parmi les nombreux renseignements transmis.

  • 38 AML, BB 74, fol. 188, délibération du 9 février 1553.
  • 39 AML, BB 82, fol. 41v°, délibération du 29 mai 1561.

25La volonté de transmettre des nouvelles correctement rédigées et agencées explique que nombre d’agents en mission à l’extérieur recourent à des clercs ou à des secrétaires pour les accompagner durant leur voyage. En 1553, le clerc Jean Tavernier est récompensé à hauteur de 5 livres tournois pour avoir accompagné l’avocat Ambroise Thomas à la cour pour les affaires de la ville38. En 1561, le procureur Pierre Grolier dépense 100 sols tournois pour payer le vin de son clerc qui l’a suivi à Moulins39. Dans un cas comme dans l’autre, il est spécifié que ces deux hommes sont employés à faire des écritures pour leur maître, et donc à rédiger leurs lettres. L’emploi de ces clercs, généralement connus de leur employeur, évite le risque de voir les secrets des affaires divulgués à des personnages extérieurs à l’institution qui y auraient momentanément accès. De même, la confiance établie entre les deux hommes favorise l’efficacité de la mission et une mise en forme des renseignements conforme aux normes attendues.

  • 40 Liesbeth Corens, Kate Peters, Alexandra Walsham (dir.), Archives and Information in the Early Moder (...)
  • 41 AML, AA 106, fol. 1, prologue de Benoît Du Troncy.

26Objet de pouvoir et signe de la supériorité des élites urbaines sur le reste de la communauté, l’information écrite mérite toute l’attention des dirigeants et participe à la construction d’une mémoire institutionnelle. À ce titre, les échevins de Lyon confient à leur petite chancellerie le soin de conserver les informations produites pour pouvoir les utiliser comme des outils de premier ordre dans la politique locale40. Si les registres et les lettres reçues sont conservés par l’institution, le secrétaire Benoît Du Troncy prend le parti, en octobre 1576, de retranscrire l’intégralité des lettres envoyées par la commune à l’ensemble de ses correspondants. Le secrétaire justifie son action en évoquant la « mémoire » et la « posterité41 » de l’activité épistolaire municipale, tout comme la justification des décisions prises pour les affaires de la ville. Bien que « couchées dans un fort bas style » sur le papier, avec un effort de présentation moins soigné que dans les lettres ou dans les délibérations, ces copies marquent un changement dans la façon dont sont perçues les lettres issues du consulat et les informations qu’elles contiennent. Ce registre devient une somme de preuves de toutes les affaires traitées, un recueil de toutes les nouvelles divulguées, alors que le statut des correspondants vient révéler l’importance des réseaux informationnels urbains, et donc la grandeur de la cité. Signe d’une bonne gestion des affaires et donc de bon gouvernement en général, ces lettres sanctuarisent le contenu et les normes d’informations produites par le consulat, servent de modèles aux missives futures et perpétuent les codes de l’écriture des nouvelles.

27Le détour par la matérialité des informations produites permet de mettre en lumière la part considérable prise par les petites mains souvent invisibles de la chancellerie dans la production et l’officialisation des nouvelles. La maîtrise de normes communes de rédaction de l’information, que l’on retrouve à tous les échelons administratifs du royaume et dans la société, prouve que les élites urbaines se sont parfaitement intégrées à la culture informationnelle de la société politique du second 16e siècle. D’autres méthodes informatives reposant sur d’autres médias sont tout de même venues interroger leurs possibles conséquences sur l’organisation de cette chancellerie.

Le recours croissant au monde de l’imprimé : une chancellerie en mutation ?

  • 42 Jamie Cumby, « Bread and Fairs : Broadsheet Printing for the Municipality of Lyon, 1497-1570 », dan (...)

28Bien que l’écrit constitue le support principal de diffusion des nouvelles officielles du consulat, les élites municipales se sont aussi tournées vers d’autres outils pour compléter leur arsenal informationnel. Sans surprise, l’imprimé s’est révélé essentiel pour transmettre des nouvelles à l’ensemble de la communauté. En tant que centre majeur de l’imprimerie en Europe, Lyon est devenue une plaque tournante de la production et de la diffusion des imprimés et, partant, un nœud de circulation des nouvelles françaises comme européennes. Dès la fin du 15e siècle, les échevins ont utilisé l’imprimé pour transmettre des informations relatives au gouvernement urbain, notamment durant les périodes de foires ou d’épidémies42. La fin du 16e siècle voit le phénomène prendre de l’ampleur et bouleverser quelque peu les pratiques de la chancellerie municipale dans sa construction et sa légitimation des nouvelles.

  • 43 AML, CC 1030, fol. 12, comptes de 1555-1556 ; CC 1038, folios 17 à 19, comptes de 1556-1557.
  • 44 AML, CC 1182, fol. 27, comptes de 1570-1571 ; CC 1239, fol. 3, comptes de 1574-1575.

29Le recours au monde de l’imprimé s’observe tout d’abord dans la fourniture du matériel nécessaire au traitement des informations. Imprimeurs et libraires sont en effet largement mis à contribution par les échevins pour s’approvisionner en papier, encre, plumes et autres outils logistiques indispensables à l’écriture. Les sources comptables mettent en évidence une forme de fidélisation des professionnels du livre au service du corps de ville. Ainsi, le libraire Pierre de Tours obtient une forme de monopole sur la fourniture en papier du consulat entre 1553 et 1556, un partenariat poursuivi après sa mort par sa veuve, Madeleine Thoisset, pendant quelques mois43. Durant la décennie suivante, c’est le libraire Geoffroy Galliand qui approvisionne les échevins en livres et papiers de 1565 à 1576. Ils lui achètent aussi des carnets, des bouteilles d’encre ou encore de la « poudre pour l’écritoire44 », éclairant ici le travail très concret des professionnels de l’écrit. Bien qu’éloignés des sphères du pouvoir, ces hommes et ces femmes participent au bon fonctionnement de la chancellerie municipale en intervenant dans la fourniture des outils logistiques et matériels qui permettent l’écriture de l’information.

  • 45 Sur ces questions, voir Gautier Mingous, « On Printing and Decision-Making : The Management of Info (...)

30Les années 1560 et 1570 marquent toutefois un tournant. Soumises aux troubles confessionnels, aux guerres civiles et aux retours chroniques des épidémies qui mettent en péril la sécurité et la santé de la communauté, les autorités municipales font le choix de recourir à l’imprimé pour transmettre des informations politiques à l’ensemble de la cité. En accompagnement des criées traditionnellement organisées pour avertir la population des décisions prises, l’imprimé induit un nouveau rapport à l’information officielle. Les échevins diversifient en effet le personnel autorisé à diffuser un message d’autorité, se reposant sur un ou plusieurs imprimeurs chargés de développer des outils d’authentification directement visibles sur le papier pour établir la nature supérieure de l’information délivrée45. De ce fait, la chancellerie municipale semble ne jouer qu’un rôle sommaire dans la mise en normes de l’information. Il n’en est pourtant rien.

  • 46 Les archives municipales ne conservent que six imprimés produits par la municipalité pour l’ensembl (...)

31Bien que ce nouveau média place l’imprimeur au centre du processus de transmission de la nouvelle, ce sont bien les professionnels de l’écrit de la commune qui restent chargés de la rédaction et de la légitimation du message. À l’image des informations couchées sur le papier de la lettre, celles qui noircissent les feuilles imprimées sont le fruit d’un travail normatif réalisé par le secrétaire et ses clercs. Le très faible nombre d’actes imprimés pour le 16e siècle46 et l’absence de brouillons produits à cette occasion ne permettent pas d’étudier ces pratiques. Les sources comptables elles-mêmes taisent le travail de rédaction des pièces imprimées. Pourtant, le résultat produit laisse transparaître une véritable réflexion sur le choix des mots, des formules et de la mise en œuvre formelle.

  • 47 AML, 3 GG 4, ordonnances de santé du 14 juin 1586 et du 29 juillet 1587.
  • 48 Béatrice Fraenkel, « La signature : du signe à l’acte », Sociétés et représentations, n° 25, 2008/1 (...)

32Contrairement aux lettres qui circulent entre personnes proches des dirigeants et habilitées à traiter des informations politiques, l’imprimé doit transmettre des nouvelles officielles à un public généralement exclu des sphères du pouvoir. Les documents produits par la municipalité à l’occasion des périodes d’épidémies de la fin du siècle apportent des éléments de réflexion sur les choix opérés par le secrétaire et ses clercs. Sans surprise, les normes épistolaires sont abandonnées pour laisser place à un discours de clarté, ordonné et parfois séquencé en paragraphes distincts et thématiques47. Le ton y est affirmatif, ne laissant aucun doute sur la véracité des renseignements diffusés, là où les lettres s’apparentent souvent à une information mouvante, en gestation, demandant à être vérifiée. Par la forme et par les mots employés, la chancellerie se doit de proposer un message de vérité, incontestable et incontesté, lu à haute voix par le crieur ou les badauds qui le diffusent à leur tour oralement. Pour asseoir un peu plus la légitimité de tels documents, le nom ou la signature du secrétaire de ville sont apposés directement sur le papier. En tant qu’officier de plume supérieur de l’institution, le secrétaire se porte garant des informations inscrites et valide le document en le rendant authentique. La signature de l’homme du secret rappelle que les décisions comme les informations portées par le document sont le résultat d’un travail collectif, d’une collaboration de tous les instants entre les différentes parties du corps de ville, et rappelle l’idéal de service pour le bien commun. La signature personnelle importe finalement moins que le lien du signataire avec l’institution municipale et la chaîne d’écriture qui conduit à valider l’imprimé et à le rendre unique, revêtu d’une efficacité spécifique48.

  • 49 AML, AA 73, certificat de bonne santé de Marseille, 20 mars 1580.

33L’intervention de la chancellerie dans le processus de création et de légitimation des imprimés officiels s’observe également par l’usage qui est fait de l’écrit pour annoter ou compléter certains documents sortis de presse. Cette pratique concerne notamment les « bullettes », ces petits certificats de bonne santé émis par les autorités locales et remis aux voyageurs en temps de peste. Écrites à la main jusqu’au milieu du siècle, elles sont imprimées à partir de la fin des années 1570 et se présentent sous la forme d’un texte imprimé à trous, où seules les identités et signatures des échevins sont écrites à la main. Le reste du message offre un texte normé dont le caractère imprimé porte l’empreinte du pouvoir municipal49. De tels documents sont largement employés par les autorités lyonnaises au moment d’imposer leurs restrictions sanitaires aux communautés extérieures. L’hybridité est ici essentielle pour définir le caractère officiel du document. Adressé à un public non lyonnais, l’imprimé doit convaincre le destinataire. En tant que marque d’autorité acceptée et reconnue, l’écrit doit permettre d’assurer la fiabilité du document et des informations diffusées. L’imprimé ne parvient pas à incarner seul le pouvoir et nécessite l’intervention manuscrite de la chancellerie municipale pour être pleinement dispensateur d’autorité et distillateur de confiance, notamment par le biais des signatures.

  • 50 Mario Infelise, « Le marché d’information à Venise au XVIIe siècle », dans Henri Duranton, Pierre R (...)

34L’utilisation croissante de l’imprimé comme média de communication de la municipalité ne semble pas provoquer de bouleversements majeurs dans la chaîne d’écriture de l’information officielle. Si l’imprimeur s’immisce parmi les acteurs de la diffusion des nouvelles, la chancellerie urbaine conserve ses prérogatives pour construire le message destiné à être communiqué. Le travail d’écriture du discours imprimé donne lieu à des pratiques différentes de celles observées pour les documents écrits, voire à de nouvelles formes documentaires, pour bâtir une autre information spécifiquement destinée à des personnes exclues du pouvoir, mais abreuvées de nouvelles officieuses, tant orales qu’imprimées. Les professionnels de l’écrit politique se révèlent donc essentiels pour accompagner le phénomène qui voit les pouvoirs locaux s’emparer progressivement de l’objet imprimé pour intégrer le marché de l’information urbaine et s’y imposer50.

Conclusion

35Indispensable au bon gouvernement de la cité, l’information constitue la chasse gardée et la propriété des autorités, l’outil qui justifie leur supériorité sociale et politique sur l’ensemble de la communauté. L’appropriation de la nouvelle par les élites a donné lieu à des réflexions sur ce qui doit être dit, sur la façon dont cela doit être écrit pour être digne de confiance et répondre efficacement aux défis politiques du présent. Pour y parvenir, les échevins se sont appuyés sur des professionnels de l’écrit qui sont intervenus dans chacune des étapes de la mise en forme de l’information. Les secrétaires, leurs commis et leurs clercs prennent part à une bureaucratie urbaine hiérarchisée, au fonctionnement bien réglé. L’analyse de la petite chancellerie lyonnaise a permis de mettre en lumière une galaxie de petites mains, rendues invisibles par les sources, souvent issues de milieux différents, mais dont la maîtrise des codes de rédaction des lettres et des registres s’est avérée indispensable à la construction et au traitement de l’information. Ces chaînes d’écriture ont contribué à bâtir une information normée et encadrée par des formes et des mots spécifiques qui l’ont rendue officielle et légitime. Ces normes ont participé à développer une culture élitiste de l’information politique, qui est sortie des cercles du pouvoir pour gagner le reste de la communauté, tant par les communications orales que par la diffusion des lettres ou des imprimés. Cette culture commune de l’information n’est pourtant pas verticale, elle se nourrit des multiples influences qui traversent la société et se révèle transversale d’un point de vue social et hybride d’un point de vue matériel. En revanche, maîtriser la construction et la diffusion des nouvelles au niveau local est apparu, pour les échevins et leur chancellerie, comme un moyen de contrôler et dominer cette culture informationnelle urbaine pour mieux résoudre la crise politique et confessionnelle de la fin du 16e siècle. À défaut d’être à l’origine des évolutions observées dans le fonctionnement de l’écrit politique, le traitement des informations liées aux guerres civiles a permis aux autorités lyonnaises d’affermir leur participation à la société politique du royaume.

Haut de page

Notes

1 Johann Petitjean, « Gênes et le bon gouvernement de l’information (1665-1670) », dans Silvia Marzagalli (dir.), Les Consuls en Méditerranée, agents d’information (XVIe-XXe siècle), Paris, Garnier, 2015, p. 215-232.

2 Delphine Estier, « 1589-1594 : la maîtrise de l’opinion à Lyon pendant la Ligue, ou le secret nécessaire », Rives nord-méditerranéennes, n° 17, 2004, p. 63.

3 Johann Petitjean, L’Intelligence des choses. Une histoire de l’information entre Italie et Méditerranée, Rome, École française de Rome, 2013, p. 16.

4 Anne Béroujon, Les écrits à Lyon au XVIIe siècle. Espaces, échanges, identités, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009 ; Stephen J. Milner, « “Fanno bandire, notificare, et expressamente comandare”: Town Criers and the Information Economy of Renaissance Florence », I Tatti Studies in the Italian Renaissance, vol. 16, n° 1/2, 2013, p. 105-151 ; Rosa Salzberg, Ephemeral City. Cheap Print and Urban Culture in Renaissance Venice, Manchester, Manchester University Press, 2016 ; Filippo De Vivo, Information and communication in Venice : rethinking modern politics, New York-Oxford University Press, 2007.

5 Guillaume Gaudin, Penser et gouverner le Nouveau Monde au XVIIe siècle. L’empire de papier de Juan Diez de la Calle, commis du Conseil des Indes, Paris, L’Harmattan, 2013 ; Paul M. Dover, « Introduction : The Age of Secretaries », dans Paul M. Dover (dir.), Secretaries and Statecraft in the Early Modern world, Edimbourg, Edinburgh University Press, 2016, p. 4.

6 L’expression est empruntée à Antoine Rivault, Étampes et la Bretagne : le métier de gouverneur de province à la Renaissance (1543-1565), thèse de doctorat sous la direction de Philippe Hamon, Rennes 2, 2017, p. 462.

7 Jérémie Ferrer-Bartomeu, « L’État à la lettre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 134, 2017, p. 41-63 ; Hélène Michaud, La Grande chancellerie et les écritures royales au XVIe siècle (1515-1589), Paris, Presses universitaires de France, 1967 ; Nicolas Schapira, Maîtres et secrétaires (XVIe-XVIIIe siècles). L’exercice du pouvoir dans la France d’Ancien Régime, Paris, Albin Michel, 2020 ; Nicola Mary Sutherland, The French Secretaries of State in the Age of Catherine de Medicis, Londres, The Athlone Press, 1962.

8 Paul Bertrand, Pierre Chastang, « Prologue. Les temps des écritures grises. Formation et temporalités du gouvernement par l’écrit (v. 1080-v. 1350) », dans Arnaud Fossier, Johann Petitjean, Clémence Revest (dir.), Écritures grises. Les instruments de travail des administrations (XIIe-XVIIe siècles), Paris, École nationale des Chartes, 2019, p. 29-64 ; Béatrice Fraenkel, « Actes d’écriture : quand écrire c’est faire », Langage et société, vol. 121-122, n° 3, 2007, p. 101-122.

9 Henri Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIsiècle, Paris, F. De Nobele, 1964 ; Yves Krumenacker (dir.), Lyon 1562. Capitale protestante. Une histoire religieuse de Lyon à la Renaissance, Lyon, Olivétan, 2009.

10 Claude De Rubys, Histoire véritable de la ville de Lyon, Lyon, Bonaventure Nugo, 1604, p. 468.

11 Ibid., p. 473-476. Sur ces aspects, voir aussi Philippe Hamon, Catherine Laurent (dir.), Le Pouvoir municipal de la fin du Moyen Âge à 1789, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

12 François Otchakovsky-Laurens, « Le statut documentaire des registres de délibérations marseillais », dans Arnaud Fossier, Johann Petitjean, Clémence Revest (dir.), Écritures grises, op. cit., p. 291-307.

13 Gary Schneider, The Culture of Epistolarity. Vernacular Letters and Letter Writing in Early Modern England, 1500-1700, Newark, University of Delaware Press, 2005.

14 Jean Boutier, Alain Dewerpe, Daniel Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, Aubier, 1984, p. 213.

15 Caroline Fargeix, Les Élites lyonnaises du XVe siècle au miroir de leur langage. Pratiques et représentations culturelles des conseillers de Lyon d’après les registres de délibérations consulaires, Paris, De Boccard, 2007, p. 36-40.

16 Claude De Rubys, Histoire véritable, op. cit., p. 478.

17 Paul M. Dover, « Introduction : The Age of Secretaries », art. cit., p. 3.

18 Archives municipales de Lyon (AML), BB 82, fol. 108v°, délibération du 13 décembre 1561 ; BB 94, fol. 140, délibération du 4 octobre 1576.

19 Sur de tels aspects, voir Sylvie Charton, Chancellerie et culture au XVIe siècle. Les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1993 ; Isabella Lazzarini, « Records, Politics and Diplomacy : Secretaries and Chanceries in Renaissance Italy (1350-c.1520) », dans Paul M. Dover, Secretaries and Statecraft, op. cit., p. 27-28.

20 AML, BB 81, fol. 303v°, délibération du 3 août 1561. Jean Tricou, Benoît Du Troncy (1525/30–1599), notaire, secrétaire de la ville, ligueur et écrivain, Lyon, Albums du Crocodile, 1953.

21 AML, BB 81, fol. 115v°, délibération du 15 décembre 1558 ; BB 82, fol. 108v°, délibération du 13 décembre 1561 ; BB 89, fol. 199v°, délibération du 15 décembre 1571 ; BB 93, fol. 209, délibération du 17 décembre 1575.

22 AML, BB 91, fol. 200, délibération du 19 décembre 1573.

23 AML, BB 92, fol. 202, délibération du 18 décembre 1574.

24 AML, BB 88, fol. 56v°, délibération du 3 mars 1569.

25 Ibid. ; AML, BB 92, fol. 202, délibération du 18 décembre 1574.

26 Archives municipales de Vienne, EE 3, non folioté, le consulat de Lyon au consulat de Vienne, Lyon, 29 juin 1568.

27 Guillaume Gaudin, Penser et gouverner le Nouveau Monde, op. cit., p. 120.

28 Jean-Christophe Tölg, « Prendre avis, délibérer, conclure. Les délibérations municipales à Compiègne au début du XVe siècle », dans Martine Charageat, Corinne Leveleux-Teixeira (dir.), Consulter, délibérer, décider. Donner son avis au Moyen Âge (France-Espagne, VIIe-XVIe siècles), Toulouse, Imprimeries de l’université de Toulouse-Le Mirail, 2010, p. 299-316.

29 Fabrice Micallef, « Guerre civile et épreuve délibérative. Les assemblées provençales au début des troubles de la Ligue (1585-1588) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2015/1, n° 62-1, p. 127-146.

30 AML, BB 95, fol. 11, délibération du 18 octobre 1576. Voir sur ces questions Arnaud Fossier, Johann Petitjean, Clémence Revest (dir.), Écritures grises, op. cit.

31 AML, BB 81, fol. 220v°, délibération du 12 décembre 1559 ; CC 1082, fol. 27, comptes de 1570-1571.

32 Caroline Fargeix, Les Élites lyonnaises, op. cit., p. 70-118.

33 Kristen B. Neuschel, Word of Honor. Interpreting Noble Culture in Sixteenth-Century France, Ithaca and London, Cornell University Press, 1989, p. 112 ; Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1539-1607) : un homme d’État au temps des guerres de Religion, Paris, École des Chartes, 1998, p. 358.

34 Roger Chartier, « Des secrétaires pour le peuple ? Les modèles épistolaires de l’Ancien Régime entre littérature de cour et livre de colportage », dans Roger Chartier (dir), La Correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991, p 162-164. ; Nicolas Schapira, Maîtres et secrétaires, op. cit., p. 70-87.

35 Gary Schneider, The Culture of Epistolarity, op. cit., p. 55.

36 Pour illustrer cette structure, voir par exemple AML, AA 39, fol. 195, Pierre Paulmier au consulat de Lyon, Fontainebleau, 24 mai 1573.

37 Gautier Mingous, « Servir la ville par la lettre. L’activité épistolaire de Pierre Paulmier, agent lyonnais à la cour, dans les années 1570 », dans Florence Alazard, Correspondances urbaines, Les corps de ville et la circulation de l’information. Europe, xve-xviie siècles, Turnhout, Brepols, 2020, p. 35-51.

38 AML, BB 74, fol. 188, délibération du 9 février 1553.

39 AML, BB 82, fol. 41v°, délibération du 29 mai 1561.

40 Liesbeth Corens, Kate Peters, Alexandra Walsham (dir.), Archives and Information in the Early Modern World, Londres, British Scholarship Online, 2018 ; Randolph C. Head, Making Archives in Early Modern Europe. Proof, Information and Political Record-Keeping, 1400-1700, Cambridge, Cambridge University Press, 2019.

41 AML, AA 106, fol. 1, prologue de Benoît Du Troncy.

42 Jamie Cumby, « Bread and Fairs : Broadsheet Printing for the Municipality of Lyon, 1497-1570 », dans Andrew Pettegree (dir.), Broadsheets. Single-Sheet Publishing in the First Age of Print, Boston, Brill, 2017, p. 162-187.

43 AML, CC 1030, fol. 12, comptes de 1555-1556 ; CC 1038, folios 17 à 19, comptes de 1556-1557.

44 AML, CC 1182, fol. 27, comptes de 1570-1571 ; CC 1239, fol. 3, comptes de 1574-1575.

45 Sur ces questions, voir Gautier Mingous, « On Printing and Decision-Making : The Management of Information by the City Powers of Lyon (ca. 1550-ca. 1580) », dans Jamie Cumby, Helmer Helmers, Nina Lamal (dir.), Print and Power in Early Modern Europe (1500-1800), Leyde, Brill, à paraître en 2021.

46 Les archives municipales ne conservent que six imprimés produits par la municipalité pour l’ensemble du siècle. Une dizaine d’autres pièces, non répertoriées, sont également disséminées dans plusieurs fonds.

47 AML, 3 GG 4, ordonnances de santé du 14 juin 1586 et du 29 juillet 1587.

48 Béatrice Fraenkel, « La signature : du signe à l’acte », Sociétés et représentations, n° 25, 2008/1, p. 20-21.

49 AML, AA 73, certificat de bonne santé de Marseille, 20 mars 1580.

50 Mario Infelise, « Le marché d’information à Venise au XVIIe siècle », dans Henri Duranton, Pierre Rétat (dir.), Gazettes et information politique sous l’Ancien Régime, Actes du colloque du Centre d’études du XVIIIe siècle (Lyon, 5-7 juin 1997), Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 1999, p. 117-128.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Brouillon du registre consulaire de l’année 1576, archives municipales de Lyon, BB 95, fol. 11, délibération du 18 octobre 1576.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Version finale du registre de l’année 1576, archives municipales de Lyon, BB 94, fol. 152, délibération du 18 octobre 1576.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16583/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gautier Mingous, « La chancellerie municipale lyonnaise et la construction d’une information politique urbaine à la fin du 16e siècle »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 149 | 2021, 85-103.

Référence électronique

Gautier Mingous, « La chancellerie municipale lyonnaise et la construction d’une information politique urbaine à la fin du 16e siècle »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 149 | 2021, mis en ligne le 01 juillet 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16583 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16583

Haut de page

Auteur

Gautier Mingous

Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA), UMR 5190.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search