Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150Le mot de la rédaction

Texte intégral

  • 1 Sylvie Chaperon (dir.), « Sexualité et dominations », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique(...)
  • 2 Une recherche rapide dans la version des Cahiers en ligne montre que Foucault apparaît explicitemen (...)
  • 3 Notamment, Maurice Carrez (dir.), « 1917, l’Europe gronde », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire c (...)
  • 4 Parmi d’autres, dossier de la revue Clio, Sandrine Kott et Françoise Thébaud (dir.), « Le Socialism (...)

1La libido, faut-il en parler ? Qu’est-ce que cette invention des sciences de la fin du 19e siècle, de médecins, devenus ou pas psychologues, psychanalystes, sexologues, a à voir avec le communisme ? On sait que le rapprochement a d’emblée été fort et conflictuel. Concomitance de la naissance dans le vaste mouvement de renouvellement des savoirs et projets sociaux qui se déploient en même temps que les changements de sociétés qui, pour aller vite, s’urbanisent et s’industrialisent dans la fin du 19e siècle. Part d’humanité tantôt refoulée, tantôt mise au cœur de l’organisation sociale. Nous avons abordé cette histoire dans les Cahiers d’histoire à plusieurs reprises, dans un horizon plus large chronologiquement, en 2001 dans un dossier novateur coordonné par la spécialiste Sylvie Chaperon, puis très récemment dans un dossier consacré aux liens de l’Église catholique avec la sexualité, coordonné par notre collègue médiéviste Arnaud Fossier1. Nous avons publié de nombreux comptes rendus de lecture, notamment d’ouvrages sur l’histoire des homosexualités, sous l’impulsion de notre collègue Thierry Pastorello. Dans la perspective des Cahiers d’histoire de scruter les rapports de force sociaux, nombre d’articles ont inclus, dans des optiques diverses, des références aux dimensions sexuées et sexuelles des dominations sociales, notamment en incluant les apports épistémologiques de Michel Foucault et Pierre Bourdieu2. Le sujet n’est donc pas une nouveauté dans notre revue. La spécificité du présent dossier, coordonné par un collectif de sa rédaction, Olivier Mahéo, Bertrand Michel, Héloïse Morel et Thierry Pastorello, est d’inscrire l’histoire des sexualités dans l’histoire du communisme. On sait qu’il s’agit d’une histoire en intense renouvellement. Les productions scientifiques sur ce fait massif que furent les luttes, les productions idéologiques et les mises en œuvre politiques des pensées déduites de Marx et d’Engels ont été nombreuses, diverses, particulièrement depuis une vingtaine d’années qui a vu la sortie d’un discrédit politique de la fin du 20e siècle, qui avait aplati les productions historiennes. Le présent dossier témoigne du formidable élargissement des problématiques de cette histoire politique. Il bénéficie du flux des études qui ont été multipliées à l’échelle du globe sur les diverses implications du développement du communisme au 20e siècle, comme philosophie et politique à visée émancipatrice, avec un intérêt renouvelé pour ses implications dans les divers champs de la vie dite privée, analysée en termes de créations sociales et de rapports de force sociaux. Les questions des relations de couple, des fonctionnements familiaux, des normes sociales en matière de sexualité sont redevenues des questions vives des études historiques sur le communisme et les communistes. Des ouvrages, plusieurs dossiers de revues, notamment en France, ont été publiés, à la faveur, pour partie, du contexte de l’anniversaire de la révolution russe d’Octobre 1917 et des mouvements de contestation sociale qui ont secoué l’Europe confrontée aux massacres de la Première Guerre mondiale3. L’introduction du présent dossier en rappelle l’existence4.

2Ce dossier des Cahiers d’histoire s’inscrit donc dans un chantier en cours, un chantier international comme on le voit à la diversité des historiennes et historiens qui ont répondu à notre appel, mais aussi à l’importance des références bibliographiques.

  • 5 Yvon Quiniou, « La question morale dans le marxisme », Autre Temps, année 2000, n° 68, p. 10-18.

3On peut pour finir aborder la question qui se pose peut-être d’emblée : pourquoi s’être chargé du terme spécifique et encombrant de « morale » pour parler de ce que le communisme fait à la sexualité ? La question de la « morale » est de grande ampleur philosophique, bien au-delà de nos travaux d’historien·nes. Les analyses autour de la morale dans la pensée de Marx et de celles et ceux qui se sont revendiqué·es de sa pensée n’ont été que rarement approfondies et souvent suspectes, comme l’a souligné Yvon Quiniou dans ses travaux sur ce difficile sujet5. Sans entrer dans l’acuité de ses constructions philosophiques, on peut néanmoins s’autoriser quelques mots sur ce qui a pu peser dans notre volonté d’introduire la question de la morale. Peut-être peut-on voir deux niveaux. D’une part, dire que l’on se sait embarqué dans un horizon culturel, mental, dans lequel la « morale », au sens des normes disant le bien, le mal, le tolérable, l’intolérable, pèse lourdement. Une façon de dire que la sexualité fait système et s’inscrit dans des matrices structurantes de l’ordre social, avec les conséquences que l’on sait de violentes contraintes en termes d’appartenance de genre, d’activité sexuelle et de répressions qui s’en suivent. Le dossier fournit de multiples exemples de poids de cette morale que les communistes véhiculent, parfois à leur corps défendant, par conformisme social, parfois de façon revendiquée, pour échapper au discrédit moral, à l’accusation de débauche qui concerne aussi bien les courants réformateurs des Églises que les projets politiques émancipateurs. Cela est bien connu à propos de la période stalinienne en URSS et du renouveau de la condamnation, notamment, de l’homosexualité et de l’avortement. L’exemple développé ici à propos de la Grèce montre qu’il s’agit d’une tension inhérente, sans doute, à toutes visées sociales novatrices, qui véhiculent toujours quelque chose du vieux monde. Ainsi, l’analyse fine des affirmations de Reich sur l’homosexualité montre combien le pourfendeur de la « morale bourgeoise » peine à s’émanciper d’un cadre de pensée qui fait de l’homosexualité une anomalie du fait même de la naturalisation de la pulsion sexuelle, « naturellement » génitale et hétérosexuelle. Mettre en exergue le terme de « morale » est cependant aussi suggérer que le communisme est, de façon inhérente à sa visée d’émancipation de la personne humaine, une force destructrice de ces morales aliénantes. Les articles du dossier rappellent les diverses formes des ruptures des programmes et des mises en œuvre politiques des mouvements communistes, notamment dans les années 1920.

  • 6 Débat développé par Yvon Quiniou : « Conformément à la tradition matérialiste, dont la diversité ne (...)

4Le rapprochement de morale et de communisme est aussi une façon d’exprimer à faible bruit le fait que le communisme est lui-même un ensemble de valeurs et induit une morale. Une morale ou une éthique ? Le terme aurait-il été plus judicieux6 ? La question a été vivement discutée, par les spécialistes de Marx notamment. Il s’agit pour nous de suggérer que le communisme n’est pas seulement la dénonciation et la rupture avec les normes héritées des systèmes religieux ou politiques qui ont converti ces normes en valeurs laïques. Qu’il emporte avec lui l’ambition de fonder une morale, un ordre des choses fondé sur l’émancipation.

5Au-delà de son objet singulier, le dossier traduit l’intensité des innovations en matière de vie sociale des années 1920-1930, années de tentatives de rupture avec l’ordre dominant naufragé de la Première Guerre mondiale, innovations trop écrasées par l’échec final des forces progressistes face aux conservatismes devenus non seulement nationalistes mais aussi racistes et sexistes avec une violence sans précédent, culminant dans le fascisme et le nazisme. Ces années fascinantes à plus d’un titre, nous les retrouverons dans le prochain dossier des Cahiers d’histoire, coordonné par Pascal Guillot et Annie Burger, qui abordera ce que le communisme a fait à la production artistique, particulièrement dans le cas de la France, au cours des années 1920. Mais dans le présent numéro, on retrouve aussi la formidable puissance de novation des années 1920 dans l’article que Pierre Outteryck consacre à Martha Desrumaux, ouvrière emblématique de l’émancipation par les luttes collectives stimulées par la révolution bolchévique, qui deviendra ensuite une figure de la Résistance.

6En dépit de notre vif intérêt pour ce qui est tristement devenu un « entre-deux-guerres » (on comprendra facilement que notre air du temps conduise à particulièrement interroger cette histoire), le numéro fait naviguer dans un horizon qui n’est pas clos sur ce temps court. « Chantiers » vient rappeler que la vivacité des aspirations à la transformation sociale s’ancre dans les décennies de l’avant-guerre et que le courant anarchiste joue un rôle important dans les mises en cause de l’ordre dominant. La metteuse en scène et historienne du théâtre, Camille Mayer, y montre l’importance alors accordée au théâtre, non seulement dans l’éducation, mais aussi dans la pratique révolutionnaire. Plus loin de ces histoires du volontarisme militant des 19e et 20e siècles, « Débats » propose une dense recension de l’historiographie en matière de circulation de l’information dans l’Europe de l’époque moderne. Dans la suite du dossier du précédent numéro des Cahiers d’histoire qu’il a coordonné avec Johann Petitjean, « Mondes de l’écrit et société de l’information à l’époque moderne », Jérôme Lamy rend compte des principales tendances des renouvellements de problématique, notamment l’insistance sur la matérialité des supports de l’information comme contrainte signifiante et, d’une façon que l’on retrouve dans beaucoup de champs des études historiques, la mise en cause de l’idée de rupture associée aux dites « révolutions » techniques.

  • 7 Mobilisation qui s’exprime notamment dans le réseau « Revues en lutte », dont les Cahiers d’histoir (...)
  • 8 Débat des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique à la fête de l’Humanité, samedi 11 septembr (...)

7Entre recherche savante exigeante et préoccupation d’intervention sociale, les Cahiers d’histoire poursuivent la route dessinée il y a 25 ans quand ils sont devenus « revue d’histoire critique ». Ils se réjouissent d’avoir été depuis rejoints par beaucoup d’autres, l’acuité de la crise sociale et politique amenant de plus en plus de chercheur·ses à penser explicitement leurs savoirs au présent et à se manifester dans les débats publics7. Nous serons nombreux·ses, contributeur·trices, lecteur·trices des Cahiers d’histoire à nous retrouver pour mettre en débat les analyses, les lectures des un·es et des autres, que ce soit à la fête de l’Humanité, aux Rendez-vous de l’histoire de Blois, au Salon des revues ou à Gennevilliers dans le cadre des Rencontres d’histoire critique, où, comme tous les deux ans, les Cahiers d’histoire, l’Université populaire des Hauts-de-Seine, de nombreuses associations d’histoire et les services de la Culture et de la Jeunesse à Gennevilliers associeront leurs forces pour penser ensemble « les jeunesses », au passé et au présent8.

Haut de page

Notes

1 Sylvie Chaperon (dir.), « Sexualité et dominations », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 84, 2001(numéro épuisé, consultable en ligne sur <https://journals.openedition.org/chrhc/1640>) ; Arnaud Fossier (dir.), « Le sexe dans l’Église », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 147, 2020.

2 Une recherche rapide dans la version des Cahiers en ligne montre que Foucault apparaît explicitement dans 53 articles, notamment sous la plume de notre collègue historien des sciences, Jérôme Lamy.

3 Notamment, Maurice Carrez (dir.), « 1917, l’Europe gronde », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 137, 2017.

4 Parmi d’autres, dossier de la revue Clio, Sandrine Kott et Françoise Thébaud (dir.), « Le Socialisme réel à l’épreuve du genre », Clio, Femmes, Genre, Histoire, n° 41, 2015 ; Michel Christian, Alix Heiniger, « Femmes, genre et communismes », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 126, 2015. Signalons plus récemment la journée d’étude du Criham de l’université de Poitiers en partenariat avec l’Espace Mendès-France, « Les communistes à l’épreuve du genre », organisée par Anne Jollet, Laurence Montel et Fanny Le Bonhomme, le 25 mars 2021 (publication en cours), table ronde le 26 novembre 2020, <https://emf.fr/ec3_event/les-femmes-communistes-sont-elles-des-femmes-comme-les-autres/>.

5 Yvon Quiniou, « La question morale dans le marxisme », Autre Temps, année 2000, n° 68, p. 10-18.

6 Débat développé par Yvon Quiniou : « Conformément à la tradition matérialiste, dont la diversité ne supprime pas ici l’unité patente d’inspiration et d’expression, il faudrait donc parler d’une « éthique communiste » valorisant une forme d’organisation sociale permettant la satisfaction des intérêts de tous », Yvon Quiniou, op. cit., p. 14.

7 Mobilisation qui s’exprime notamment dans le réseau « Revues en lutte », dont les Cahiers d’histoire sont partie prenante.

8 Débat des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique à la fête de l’Humanité, samedi 11 septembre à 10h30, « Sexualité et dominations », avec Olivier Mahéo, Héloïse Morel, Thierry Pastorello et Alain Ruscio.

Pour les 7e Rencontres d’histoire critique à Gennevilliers, « Jeunesses », du 19 au 29 novembre 2021, programme en ligne sur <https://www.universite-populaire92.org/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 150 | 2021, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16763 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16763

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search