Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150DOSSIERLa morale des libres penseurs pro...

DOSSIER

La morale des libres penseurs prolétariens : entre dénonciation de la pédophilie du clergé et promotion d’une approche alternative de la sexualité (France, années 1920-1930)

Laura Pettinaroli

Résumés

Associés au mouvement communiste dès le début des années 1920, les libres penseurs prolétariens français – Libre pensée d’action sociale (1921-1924), Libre pensée révolutionnaire (1926-1932), Association des travailleurs sans dieu (1933-1936) – ancrent leur critique antireligieuse dans la lutte des classes. Ils accordent également une attention constante aux questions sexuelles sous des angles différents, allant de la dénonciation énergique de la pédophilie du clergé à la défense du néomalthusianisme, du féminisme et du bilan soviétique sur la législation du divorce et de l’avortement. Cet article, centré sur les sources imprimées de la libre pensée prolétarienne, illustre un aspect méconnu de ce qui fut un temps une organisation culturelle liée au mouvement communiste, ouvrant ainsi des perspectives sur la morale sexuelle communiste et son rapport au modèle alors dominant, bourgeois et chrétien.

Haut de page

Texte intégral

139-58

2Comment étudier la morale sexuelle communiste sans aborder son rapport au modèle alors dominant, certes bourgeois, mais également chrétien et, en France, catholique ? Cet article interroge les représentations communistes de ce dernier en mettant l’accent sur les organisations spécialisées dans les questions religieuses durant l’entre-deux-guerres : les associations de libre pensée prolétarienne. Elles s’affirment, en France comme ailleurs en Europe, au lendemain de la Première Guerre mondiale pour renouveler la tradition libre penseuse en l’ancrant dans la lutte des classes et dans un engagement politique qui s’articule progressivement avec le mouvement communiste1. Ces libres penseurs prolétariens, souvent venus de l’anarchisme, se réunissent en France dans la Fédération nationale de libre pensée d’action sociale (FNLPAS, 1921-1924), l’Union fédérale des libres penseurs révolutionnaires de France (UFLPR, 1926-1932), puis l’Association des travailleurs sans dieu (ATSD, 1933-1936), et se distinguent des libres penseurs « classiques », alors essentiellement associés dans l’Union fédérative de la libre pensée de France et des colonies et, à partir de 1925, dans la Fédération nationale de libre pensée de France et des colonies (FNLPFC). Si ce courant prolétarien reste marginal (à son apogée au milieu des années 1930, le mouvement compte environ 5 000 militants et son organe tire à 15 000 exemplaires), ses liens – jamais officiels – avec la SFIC sont attestés dès le milieu des années 1920. Les dirigeants fédéraux Jean Rouge (Jean-Baptiste Knockaërt, 1877-1957) et Georges Galpérine (1888-1946) sont membres du Parti communiste2, les contacts avec l’URSS sont fréquents dès 1927, les collaborations avec d’autres organisations du mouvement communiste (Fédération du Théâtre ouvrier de France, CGTU) deviennent régulières au début des années 1930 et le Parti communiste lui-même, encouragé par le Komintern, appuie ces organisations. L’hypothèse de cet article est que l’étude de ce petit milieu, dont le militantisme est centré sur l’antireligion, peut éclairer la morale sexuelle communiste, tant par ce qu’il rejette que par ce qu’il promeut.

  • 3 René Rémond, L’Anticléricalisme en France : de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1999 [1976], p. 73- (...)
  • 4 Le parricide accompli par la jeune Violette Nozière est l’occasion d’une prise de conscience dans l (...)
  • 5 Agnès Desmazières, « Le crime de sollicitation réinventé. Le Saint-Office face aux crimes sexuels d (...)

3Cette hypothèse s’appuie sur l’abondance des références aux questions sexuelles dans la production militante, en particulier les périodiques L’Antireligieux (1921-1924) et La Lutte anti-religieuse et sociale (1925-1928), devenue La Lutte anti-religieuse et prolétarienne (1929-1936). Cet intérêt des libres penseurs pour les questions sexuelles n’est pas nouveau : dès le 19e siècle, elles sont massivement intégrées à l’argumentaire anticlérical3. L’entre-deux-guerres mérite cependant une attention particulière, non seulement parce qu’émerge alors une libre pensée proche du communisme, mais aussi parce que, sur le plan de l’histoire des sexualités, de nombreuses évolutions s’opèrent : affirmation de la psychanalyse, politisation de la question de l’avortement et de la régulation des naissances, prise de conscience graduelle de la spécificité des crimes sexuels sur des mineurs, comme le montre la réception de l’affaire Nozière en 19334. Du côté de l’Église catholique, cette période est marquée par un engagement croissant dans ce champ (valorisation du mariage, développement du rôle des laïcs dans les mouvements d’Action catholique), ainsi que par l’édiction de normes qui précisent la gravité des atteintes aux moins de 16 ans (code de droit canonique de 19175).

4On se demandera quels sont les aspects liés à la morale sexuelle soulevés par les libres penseurs prolétariens et leurs liens avec le mouvement communiste. Nous aborderons tout d’abord la dénonciation, habituelle en milieu libre penseur, des déviances sexuelles du clergé, puis les caractéristiques du modèle de sexualité qu’ils promeuvent.

Des voix dans le désert : libres penseurs et communistes, dénonciateurs isolés de la pédophilie du clergé

  • 6 Anne-Claude Ambroise-Rendu, Histoire de la pédophilie : XIXe-XXIe siècle, Paris, Fayard, 2014.
  • 7 Outre les références de la note 3, on peut signaler que ce sont des sources libres penseuses (Le Fl (...)

5Sur la question taboue et tardivement étudiée dans l’histoire des sexualités qu’est la pédophilie6, et plus précisément ses manifestations au sein du clergé et des institutions catholiques, la production libre penseuse a, de longue date, attiré l’attention des historiens, notamment comme source d’accès à un phénomène longtemps tu7. Nous nous proposons d’élargir le tableau déjà esquissé en intégrant la production des libres penseurs prolétariens et en nous interrogeant sur l’usage militant de ces dénonciations.

L’Église comme « porcherie » : une dénonciation centrale dans les années 1920

  • 8 L’Antireligieux, IV-28, février 1924, p. 4.
  • 9 La Lutte anti-religieuse et sociale, n° 12, avril 1926, p. 4.
  • 10 La Lutte anti-religieuse et sociale, III-18, mai-juin 1927, p. 2.
  • 11 La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-31, avril 1929, p. 3.
  • 12 Anne Philibert témoigne de la complexité de cette recherche, mais confirme la qualité des informati (...)
  • 13 Anne-Claude Ambroise-Rendu, op. cit., p. 66.
  • 14 Le chanoine Jean-Marie Desgranges (député du Morbihan à partir de 1928), habitué des conférences co (...)
  • 15 « Les salisseurs », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-19, juillet-août 1927, p. 2. Les infor (...)
  • 16 « Aux champs. Curé et Paysan », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-29, février 1929, p. 2

6Les références aux déviances et à la criminalité sexuelles du clergé, surtout à l’égard des enfants, sont regroupées, dans la presse libre penseuse prolétarienne, au sein de rubriques aux titres évocateurs : « leur morale8 », « porcs en soutane9 », « salisseurs d’enfants10 », « martyrs de la Sainte Église11 ». L’accumulation des cas interroge l’historien : s’agit-il d’exagérations polémiques ou du miroir d’une réalité enfouie ? À ce stade – incomplet – d’une recherche qui nécessite des recoupements avec les archives judiciaires et ecclésiastiques12, il convient de souligner l’évolution des modalités de dénonciation de ces abus. Si les dénonciations, nombreuses dans la presse anticléricale à partir des années 1880, « ressassent inlassablement les mêmes événements » et, sans « marqueur spatial ou temporel », peuvent être répétées « presque indéfiniment » (Anne-Claude Ambroise-Rendu13), un seuil semble franchi dans l’entre-deux-guerres par la précision des accusations. Les articles sont détaillés, appuyés sur la presse locale et mentionnent les lieux (paroisse, école), les agresseurs présumés ainsi que, bien souvent, les noms des victimes. Cette précision s’explique par le souci d’éviter les accusations mal fondées (l’expérience de l’affaire Flamidien en 1899, où un religieux a été accusé du meurtre d’un enfant avant de bénéficier d’un non-lieu, a pu jouer en ce sens), mais aussi la nécessité de répondre à une Église dont la ligne de défense n’est pas la dénégation, mais l’insistance sur le caractère exceptionnel de crimes commis par des « brebis galeuses14 ». La stratégie argumentative des libres penseurs consiste donc à documenter les cas et à insister sur la dimension massive, récurrente et diffuse du phénomène sur le territoire national. C’est ainsi que l’article « Les salisseurs », publié par La Lutte en 1927, évoque trois cas : un « instituteur libre » d’Erbrée condamné par la cour d’assises de Rennes pour des attentats à la pudeur sur des mineurs de moins de 13 ans ; l’abbé François-Xavier Koenig (1887-1970), curé de Baerendorf en Alsace, condamné à cinq ans de prison pour des attentats à la pudeur après un procès où sont auditionnés 68 témoins ; l’affaire de l’abbé Lescoat et du diacre Mottais dans les Côtes-du-Nord avec une cinquantaine de victimes potentielles, l’article s’achevant par la mention « et la série continue15 ». Récurrente, la dénonciation des abus sexuels du clergé apparaît comme un créneau éditorial revendiqué par le périodique des libres penseurs révolutionnaires. En 1929, dans un échange humoristique fictif, un curé propose à un paysan antireligieux de lui envoyer La Croix pour qu’il revienne « à de meilleurs sentiments », ce à quoi le paysan répond qu’il enverra La Lutte pour que le prêtre puisse lire « les exploits de [ses] congénères16 ». Mais que visent exactement ces dénonciations et quelle place occupent-elles dans le militantisme libre penseur prolétarien ?

La dénonciation traditionnelle d’une morale hypocrite

  • 17 La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, VIII-58, mars 1932, p. 4.
  • 18 « Les “porcs en soutane” », La Lutte anti-religieuse et sociale, n° 12, avril 1926, p. 4.
  • 19 « Leur morale », L’Antireligieux, IV-28, février 1924, p. 4.

7C’est d’abord dans une tradition mêlant culture populaire et anticléricalisme que s’inscrivent ces dénonciations. La Lutte reprend ainsi les Révérends pères du chansonnier Béranger qui, en 1819, associait à l’argumentaire politique la dénonciation de la violence éducative et une connotation pédophile : « Et puis nous fessons / Et nous refessons / Les jolis petits, les jolis garçons17 ». Est ici notamment visée l’hypocrisie de la morale chrétienne qui prétend promouvoir l’amour et la douceur : on retrouve cette dimension dans les remarques ironiques conclusives de nombreux articles du type « elle est belle la morale…18 ». En creux est aussi stigmatisé l’argument – fréquemment mobilisé par les chrétiens – de l’immoralité des non-croyants. L’Antireligieux, en 1924, justifie d’ailleurs la rubrique « leur morale » comme réponse à « la presse religieuse [qui] ne manque jamais l’occasion de montrer la perversion des gens sans foi auxquels elle dénie même toute possibilité de bien faire19 ».

  • 20 « Leur Morale », L’Antireligieux, IV-35, septembre 1924, p. 3.
  • 21 « Seclin. La peste religieuse », La Lutte anti-religieuse et sociale, II-15, novembre-décembre1926, (...)
  • 22 « Seclin. Le droit d’aimer », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-20, septembre-octobre 1927, (...)
  • 23 Emmanuelle Burgaud, « La castration en droit pénal au XIXe siècle », Revue historique de droit fran (...)
  • 24 « L’archevêque et l’immodestie », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-18, mai-juin 1927, p. 3.

8Ces dénonciations sont aussi l’occasion de rejeter les normes sexuelles de l’Église. En 1924, L’Antireligieux définit la « comédie de la chasteté » comme « contre nature20 ». En 1926, La Lutte affirme que le sacerdoce catholique est « fondé sur une double immoralité, le célibat et la confession21 », deux thèmes récurrents de la controverse anticléricale depuis le 18e siècle. Évoquant le scandale à Seclin (Nord) d’un couple formé d’un prêtre et d’une religieuse surpris en flagrant délit, La Lutte considère celui-ci comme « plus propre » alors que beaucoup de prêtres « ont abusé des enfants » et conclut de façon radicale que le clergé devrait se marier ou se faire castrer22. Cette hypothèse de castration n’a rien d’isolé ou d’anodin : souvent évoquée par les anticléricaux au 19e siècle, cette mesure extrême et violente (sévèrement punie par le code pénal de 181023) renvoie, pour les libres penseurs, au caractère inhumain et absurde de la continence imposée au clergé. Moquant une intervention du cardinal-archevêque de Bordeaux Mgr Andrieux visant à interdire les vêtements trop courts des jeunes filles en 1927, La Lutte « propose que la femme se cache la figure, et que les gosses soient enfermés dans un blindage de la tête aux pieds, et si cela ne suffit pas, de châtrer tous les curés. C’est en châtrant tous les fabricants de vœux de chasteté que disparaîtra l’immoralité24 ».

Des crimes révélateurs de dysfonctionnements sociaux et institutionnels

  • 25 Par exemple, La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-35, septembre 1929, p. 4.
  • 26 « Les salisseurs », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-19, juillet-août 1927, p. 2.
  • 27 « Pauvre sacristain. Il aimait les enfants », La Lutte anti-religieuse et sociale, II-13, juillet 1 (...)
  • 28 « Les fruits de l’école… avec Dieu », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-36, octobre 1929 (...)
  • 29 Ivan Ludig, « À bas le concordat en Alsace-Lorraine. L’agitation cléricale contre les Sans dieu », (...)

9Au-delà de ces classiques arguments moraux, la référence aux abus sexuels du clergé est l’occasion de dénoncer des dysfonctionnements sociaux et institutionnels, comme la présence, malgré la laïcisation, de l’Église dans l’encadrement de l’enfance. En 1929, dans La Lutte, la rubrique « les fruits de l’école avec Dieu » multiplie les cas d’abus commis dans les écoles confessionnelles25 par des « salisseurs » qui « non contents de salir les cerveaux […] salissaient les corps de leurs petites victimes26 ». Sont concernés ici non seulement les prêtres, mais aussi les laïcs exerçant des responsabilités auprès d’enfants. En 1926, un sacristain – laïc chargé de l’entretien de l’église – à La Ménitré (Maine-et-Loire) est incarcéré, accusé d’avoir donné « en guise de catéchisme […] des cours de pornographie27 ». En 1929, le tribunal correctionnel de Charleville (Ardennes) condamne pour attentats à la pudeur deux hommes s’occupant d’un patronage28. En 1933, à Sainte-Marie-aux-Chênes (Moselle), un prêtre, également fonctionnaire de l’instruction publique, fait l’objet d’une enquête pour des abus sur des fillettes : La Lutte dénonce alors « une des fleurs puantes du Concordat29 », en référence au droit local des cultes maintenu après 1919.

  • 30 « Leur morale » L’Antireligieux, IV-28, février 1924, p. 4.
  • 31 « Douze ans de bagne au curé satyre », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-30, mars 1929, (...)
  • 32 « Les salisseurs en soutane », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-20, septembre-octobre 1927, (...)
  • 33 Anne Philibert, op. cit., p. 340.
  • 34 Simone Téry, « À Pouzol, dans le Puy-de-Dôme, le professeur de vertu était un satyre. l’Humanité(...)
  • 35 « L’arrestation du curé sadique de Pouzol », l’Humanité, 26 mars 1936, XXXIII-13.614, p. 2

10Les affaires de pédophilie sont aussi l’occasion de souligner divers dysfonctionnements du système judiciaire français. L’affaire de récidive la plus marquante est sans doute celle de l’abbé Robert Le Biez (né en 1876), condamné en 1923 à trois ans de prison pour des attentats aux mœurs commis à Saint-Pierre-d’Arthéglise (Manche30) et à nouveau condamné en 1929, cette fois à douze ans de travaux forcés et vingt ans d’interdiction de séjour, pour des agissements semblables sur des enfants du catéchisme à Labbeville (Seine-et-Oise31). La légèreté des peines prononcées est également souvent dénoncée, suggérant une influence, directe ou indirecte, de l’institution ecclésiastique sur le déroulement du procès. Ainsi, en 1927, La Lutte regrette que, malgré la récidive et le nombre de victimes reconnues, la cour d’assises de Seine-et-Marne n’ait condamné l’abbé Gabriel-Adrien Roger (curé de Gretz-Armainvilliers) qu’à une peine de cinq ans de travaux forcés32, qui est d’ailleurs commuée, par décision du président de la République du 31 janvier 1929, en peine de prison33. La méfiance à l’égard du caractère de classe de la justice française se lit également en filigrane d’une affaire qui éclate à Pouzol (Puy-de-Dôme), révélée par l’Humanité en mars 1936 et reprise dans La Lutte de mai 1936. Alors que l’enquête commence, la journaliste et militante communiste Simone Téry (1897-1967) s’indigne que le ministère de l’Intérieur ait donné « l’ordre formel de ne communiquer aucun renseignement à la presse » et, en faisant référence à la condamnation à trois ans de prison d’un ouvrier parisien surpris par un voisin faisant des « gestes équivoques avec une fillette », s’interroge sur la peine que pourra recevoir l’abbé Gartize qui est soupçonné d’avoir agressé de nombreux enfants du catéchisme depuis une dizaine d’années, notamment des pupilles de l’Assistance publique34. Au-delà de la justice, d’autres institutions publiques peuvent donc être éclaboussées par ces affaires, ce dont les communistes s’emparent : Georges Marrane, conseiller général de la Seine, intervient ainsi immédiatement « au nom de la fraction communiste » auprès du préfet de la Seine pour évoquer la présence d’enfants de l’Assistance publique aux cours de catéchisme qui furent, à Pouzol, le cadre des abus35.

  • 36 Le Griffeur, « Les curés salisseurs d’enfants », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-18, mai-j (...)
  • 37 « Les professeurs de “morale”. Dans un village des Côtes-du-Nord on arrête deux prêtres pour mœurs… (...)
  • 38 Le Griffeur, « Les curés salisseurs d’enfants », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-18, mai-j (...)

11Enfin, outre ces critiques de la laïcisation inachevée de l’État, les libres penseurs prolétariens et les communistes ébauchent une mise en accusation – discrète et parcellaire – de l’Église dans son fonctionnement institutionnel. Sa solidarité de corps et sa dimension internationale sont suspectées de permettre à certains prêtres d’échapper à la justice française. En 1927, le curé de Villebon (probablement Villebon-sur-Yvette), un certain abbé Cerf, qui fait l’objet d’accusations par de « petites victimes », aurait ainsi quitté le territoire : « il est sans doute caché dans un monastère en Belgique ou ailleurs, où il pourra continuer ses immondes exploits », écrit La Lutte36. Le silence des autorités épiscopales et de la presse confessionnelle est également dénoncé. Toujours en 1927, au sujet de Lescoat et Mettais, visés par 62 plaintes, l’Humanité affirme que « l’évêque et la presse réactionnaire avaient tenté d’étouffer le scandale. Les deux curés avaient toujours échappé à toutes les sanctions. On les changeait d’une école à l’autre et ils continuaient partout leurs exploits37 ». La Lutte reprend l’article du quotidien communiste et ajoute que « La Croix est restée muette comme une carpe sur d’aussi beaux exploits38 », ce que confirme l’interrogation de la base de presse Retronews.

L’usage du scandale : sortir de l’anticléricalisme, susciter l’émotion révolutionnaire

  • 39 La FNLPFC tire ainsi en 1929, à 41 500 exemplaires, un tract intitulé « Leur morale », qui évoque n (...)

12Malgré leur abondance, ces articles dénonçant la pédophilie ecclésiastique s’essoufflent brutalement à la fin de l’année 1929 : cet arrêt est d’autant plus marquant que les libres penseurs « classiques » continuent à dénoncer ces faits39 et s’y engagent même de façon croissante, Lorulot – qui a rejoint en 1925 la FNLPFC – relançant en 1930 le mensuel La Calotte, qui fait la satire de ces affaires.

  • 40 RGASPI (Archives russes d’État d’histoire sociale et politique), 495-30-748/153-164 : « Résolution (...)
  • 41 Ibid., l.161r.
  • 42 Jean Signorel, Exposé doctrinal du programme du parti communiste russe adopté à Moscou les 18-23 ma (...)
  • 43 GMIR (Musée d’État d’histoire des religions à Saint-Pétersbourg), 29-1-242.

13Ce changement est contemporain d’une évolution plus générale de l’UFLPR, qui entend se rattacher davantage aux directives de l’IPF, l’Internationale des libres penseurs prolétariens (Vienne), à laquelle elle adhère en 1927. C’est également en 1929 que le secrétariat fédéral passe de Jean Rouge à Georges Galpérine, militant parisien d’origine russe. Ce changement pourrait aussi être une réponse aux demandes formulées par le Komintern. En effet, à l’automne 1931, le secrétariat politique du comité exécutif du Komintern, en rappelant que la libre pensée prolétarienne doit être une « organisation internationale de masse » participant à la « lutte offensive révolutionnaire de masse sur le front culturel » en promouvant « l’athéisme militant », considère « les grossièretés envers les curés » comme des « méthodes erronées d’agitation40 ». Au cœur de cette période classe contre classe, les communistes sont invités à développer la dimension politique de l’antireligion (lutte contre les logiques internationales, impérialistes et belliqueuses des organisations religieuses), mais cette demande ne procède pas d’une quelconque pruderie, car les questions sexuelles ne sont pas oubliées : il s’agit de lutter contre la « double exploitation de la femme travailleuse dans l’usine et dans la famille » et de dénoncer « l’attitude réactionnaire de l’Église dans la question de la limitation des naissances, leur revendication d’abolition des lois contre [sic] l’avortement41 ». Il convient de replacer cette vigilance à l’égard des « grossièretés » anticléricales dans une histoire plus longue du communisme russe : dès 1919, le parti insiste sur le développement d’un athéisme militant qui ne heurte pas inutilement les sensibilités des croyants (art. 13 de son programme42) et, encore en 1937, l’Union des sans dieu soviétiques juge négativement le périodique belge flamand De Vrijdenker, trop axé sur les « anciennes méthodes de travail » comme la dénonciation de l’immoralité des prêtres43. De façon plus conjoncturelle, l’utilisation par les nazis de ces mêmes scandales sexuels pour exclure l’Église de l’encadrement de la jeunesse dans les années 1930 pourrait aussi avoir contribué à la prise de distance communiste à l’égard de ce thème.

  • 44 « Nos organisations », La  Lutte anti-religieuse et prolétarienne, X-89, novembre 1934, p. 4.
  • 45 « Nos correspondants », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, XI-100, octobre 1935, p. 4.

14Même si les libres penseurs révolutionnaires français ont pu faire l’objet d’une incitation du Komintern sur ce point, ils ne sont pas pour autant restés silencieux sur les affaires de pédophilie : les dénonciations se poursuivent. Régulières, elles émanent davantage des sections locales, comme d’Algérie en 1934 (curé de Noisy-les-Bains44) ou du Nord en 1935 (curé de Vieux-Berquin45). Cependant, le thème de la pédophilie passe au second plan. Ainsi, au printemps 1934, La Lutte commente ironiquement le bulletin paroissial de Villiers-sur-Marne, qui invite « les amis de l’enfance » à participer à une kermesse :

  • 46 « Nos correspondants », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, X-85, juillet 1934, p. 3.

« Méfiez-vous de l’amitié que le curé a pour l’enfance ! Vous en avez entendu parler. Mais il y a mieux ! Réfléchissez bien aux quelques paroles qui suivent : Il faut aider les familles pauvres prolifiques. Nous avons en France de l’argent, mais pas d’enfants. Achetons pour notre défense industrielle, agricole et militaire, des enfants comme nous achetons des fusils et des cuirassés (M. Courmont, catholique). »46

  • 47 Les citations qui suivent sont tirées de Simone Téry, « À Pouzol, dans le Puy-de-Dôme, le professeu (...)

15« Il y a mieux » : face à la menace de guerre, c’est donc plus l’enfant-chair-à-canon que l’enfant-chair-à-plaisir qui doit mobiliser le prolétariat. Au mitan des années 1930, cependant, le thème de la pédophilie cléricale revient dans des milieux communistes, qui témoignent une attention nouvelle au silence qui entoure les violences faites aux enfants. Le traitement de l’affaire de Pouzol, déjà évoquée, est à cet égard éclairant. Lors de son enquête sur place47, Simone Téry décrit une société rurale structurée par l’Église, où les paysans « n’en sont pas encore venus à chercher les causes de la misère dont ils souffrent ». La journaliste communiste insiste sur le « silence terrifié » d’une population partagée entre le dégoût, l’étonnement et l’incompréhension de la gravité des faits. Une femme, qui a la garde d’un enfant de l’Assistance, abusé pendant quatre ans, se dit écœurée, mais « ajoute une phrase qui […] laisse sans voix » la journaliste :

« Après tout, il ne leur a pas fait beaucoup de mal, à ces enfants… Voilà donc à quoi a abouti l’enseignement moral de l’abbé Gartize, […] ces gens n’ont plus aucune notion du bien et du mal, c’est qu’en douze ans, le sadique curé a réussi à pourrir tout un canton ! »

16C’est finalement l’immoralité que Simone Téry dénonce : celle d’une population qui fait passer les enfants, et les plus fragiles – ceux de l’Assistance publique –, après la défense d’un notable. En se plaçant sur le terrain de cette morale primordiale, elle récuse toute approche anticléricale et s’interroge sur le silence de la presse non communiste, incapable de « dire la vérité », mais aussi sur l’attitude des croyants :

« À les entendre, on croirait que la religion et le curé de Pouzol ne font qu’un et qu’il faut, pour ne pas déplaire à Dieu, épouser la cause d’un satyre, d’un pédéraste, d’un corrupteur d’enfants ! Pour nous, nous nous garderons bien d’adopter l’attitude, si compromettante pour l’Église, de ces croyants naïfs et maladroits. Non, tout de même, […] nous ne croyons pas que l’Église soit l’école de la pédérastie et tous les curés des satyres. »

  • 48 Cf. le journal communiste local L’Éclaireur de l’Ain, 22 mars 1936, XLII-12, p. 1-2, « Le professeu (...)

17Si l’interrogation de la base Retronews révèle que seule la presse communiste a divulgué l’affaire48, la réaction de certains catholiques est perceptible par un article en première page de L’Aube. L’article anonyme du quotidien démocrate-chrétien dénigre l’envoi d’une journaliste dans « un petit village caché du Puy-de-Dôme […] pour enquêter sur une déplorable affaire de mœurs » (« une femme lui a paru toute désignée pour accomplir cette délicate besogne »). Minimisant l’affaire, L’Aube insiste, à l’heure de la remilitarisation de la Rhénanie et de la campagne électorale française, sur les arrière-pensées politiques et anticléricales des communistes :

  • 49 « Un scandale à l’Humanité », L’Aube, 8-9 mars 1936, V-1147, p. 1.

« Le vrai scandale est la publicité que donne à cette histoire un journal qui prétend respecter le peuple. Quand il y a tant d’événements graves en Europe, voilà l’histoire dégoutante qui l’intéresse ! Tout cela pour manger du curé… Quand les communistes viennent nous dire qu’ils respectent les opinions religieuses, qu’ils offrent aux croyants une alliance sincère, voilà la preuve qu’ils apportent49 ! »

  • 50 « Opinions religieuses », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, XII-107, mai 1936, p. 3.

18La réponse de La Lutte est aisée : se déplaçant du champ politique, l’organe de l’ATSD met en cause la « morale » du rédacteur de L’Aube, pour qui « un attentat aux mœurs perpétré contre des enfants n’est plus un scandale », et flétrit l’attitude de l’Église, « gardienne de la morale et de la vertu […] qui aurait dû être impitoyable envers ses brebis galeuses », en précisant que « le piquant de l’histoire, c’est que c’est précisément l’Humanité, le journal de ceux qui “détruisent la morale”, qui veulent “supprimer” la famille et les autres vertus défendues par l’Église, qui a dénoncé cet attentat aux mœurs50 ».

19Ce dernier exemple nous invite à interroger, au-delà de la dénonciation – originale et isolée – des scandales de pédophilie dans l’Église, les enjeux politiques et culturels autour de la sexualité et la façon dont les libres penseurs prolétariens s’y engagent au fil de l’entre-deux-guerres.

Une morale sexuelle alternative : la sexualité comme champ de combat politique et culturel

20En effet, si la position des libres penseurs prolétariens sur la morale sexuelle mérite d’être mentionnée, c’est aussi parce qu’elle promeut des pratiques innovantes par rapport au modèle dominant, d’abord inspirées de l’anarchisme, puis qui intègrent la sexualité à une « révolution culturelle » marquée par le modèle soviétique, avant que la « main tendue » ne conduise à des équilibres plus complexes.

La libre pensée d’action sociale : foyer de morale sexuelle libertaire (années 1920)

  • 51 <https://maitron.fr/spip.php?article154629>.
  • 52 Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres. Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité (1924-194 (...)
  • 53 Morale sexuelle chrétienne ou morale sexuelle libertaire ?, Conflans-Sainte-Honorine, André Lorulot (...)
  • 54 Ibid., p. 9.
  • 55 Ibid., p. 32.
  • 56 André Lorulot, La Véritable éducation sexuelle, bréviaire complet de la santé et du bonheur en amou (...)
  • 57 L’Antireligieux, IV-36, octobre 1924, p. 1.
  • 58 Francis Ronsin, La Grève des ventres : propagande néomalthusienne et baisse de la natalité français (...)
  • 59 L’Antireligieux, IV-36, octobre 1924, p. 8, et L’Antireligieux, IV-37, novembre 1924, p. 1 (interve (...)
  • 60 L’Antireligieux, III-17, 15 février 1923, p. 1.
  • 61 Un vœu en ce sens est émis par le congrès de Saint-Étienne en 1926 : L’Action antireligieuse, septe (...)
  • 62 « À travers le pays », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-19, juillet-août 1927, p. 4. Quelqu (...)
  • 63 Theodor Hartwig, Die Revolutionierung der Frau, Bodenbach, Verlag des Bundes proletarischer Freiden (...)
  • 64 Hartwig, « Mehr Psychologie ! », Der Atheist, I-8, 1er août 1927, p. 5-7.
  • 65 « Die Lösung der sexuellen Frage im neuen Russland », Der Atheist, I-10, 1er octobre 1927, p. 9-10.

21De nombreux militants de la libre pensée d’action sociale viennent de l’anarchisme. Parfois également militants féministes et/ou néomalthusiens, ils sont attentifs aux questions liées à la sexualité. La sensibilité néomalthusienne est notamment représentée, au sein de la FNLPAS, par André Lorulot (André Roulot, 1885-1963), venu de l’anarchisme individualiste et qui se consacre à partir des années 1920 à la propagande anticléricale, notamment dans la Ligue d’action anticatholique51. Animateur de L’Antireligieux, mais aussi de L’Idée libre (depuis 1911), il s’engage sur les questions sexuelles. Le 11 mai 1922, il ferraille à Paris, à l’occasion d’une conférence contradictoire – un vecteur habituel de propagande de la libre pensée – avec l’abbé Jean Viollet (1875-1956), prêtre social du diocèse de Paris et animateur de l’Association du mariage chrétien depuis 191852, sur la question de la « morale sexuelle53 ». Alors que l’abbé Viollet insiste sur le lien entre sexualité et procréation, tout en affirmant qu’« il n'y a qu'une morale sexuelle pour les deux sexes54 », Lorulot dénonce le mépris de l’Église pour la chair et pour les femmes. Tout en défendant l’union libre et le divorce ainsi que la position néomalthusienne selon laquelle « la qualité est toujours préférable à la quantité55 », Lorulot rappelle l’importance de la procréation et refuse toutes les prostitutions. En 1926, il publie un volumineux manuel d’« éducation sexuelle », un thème alors en expansion, mais surtout approché par le biais médical, qu’il aborde également par l’histoire et la psychologie, valorisant le plaisir et tentant de faire place au point de vue féminin56. Au-delà de la figure de Lorulot, le soutien au néomalthusianisme est manifesté par l’inscription à l’ordre du jour du congrès de la FNLPAS à Marseille (août 1924) d’une demande d’« amnistie générale » pour les « propagandistes néomalthusiens57 » visés par la loi du 31 juillet 192058. La FNLPAS compte aussi des militantes féministes, comme l’institutrice libertaire et antimilitariste Julia Bertrand (1877-1960), qui fut membre du comité directeur et appartenait au groupe Littré (Paris) : en dehors de la question féminine, elle intervenait régulièrement sur des questions corporelles comme le sport, le végétarisme, la lutte contre l’alcool et le tabac59. Les questions féminines et sexuelles n’apparaissent cependant qu’à la marge du militantisme de la FNLPAS. Le programme publié en 1923 rappelle l’objectif de « faire de l’homme un être conscient et libre, brisant toutes les disciplines et tous les dogmes qui entravent son affranchissement », mais n’intègre la question féminine qu’assez imprécisément dans son appel final : « À bas toutes les Religions et le Militarisme ! Guerre à la Guerre ! Émancipation intégrale de la femme ! Entente internationale de tous les opprimés ! Disparition de tous les privilèges par la conscience individuelle60 ! ». Ainsi, malgré une position originale sur les questions sexuelles, la libre pensée d’action sociale n’intervient que ponctuellement sur ce sujet. Les militants les plus engagés sur ces questions (Lorulot et Bertrand) se rattachent en 1925 à la FNLPFC, qui se prononce en 1926 pour la « procréation consciente » et le « néomalthusianisme61 », mais ne développe ensuite guère d’actions sur ce terrain. Finalement, c’est la branche la plus proche du communisme, la Libre pensée révolutionnaire, qui poursuit à la fin des années 1920 un engagement sur la question féminine, surtout grâce à des militantes comme la communiste Alphonsine Bernard, qui fait des conférences dans le Nord et intervient sur ce thème au congrès de Seclin en 192762. L’engagement sur les questions sexuelles apparaît toutefois encore limité en France, en comparaison de la libre pensée prolétarienne germanophone et internationale. En 1927, le président de l’IPF, Theodor Hartwig, social-démocrate tchécoslovaque germanophone, consacre une brochure à la façon de « révolutionner la femme » soumise à une triple domination (sexuelle, sociale, domestique) et à la nécessité d’ancrer le féminisme dans une perspective non pas antimasculine mais de lutte des classes63. L’organe de l’IPF offre aussi un écho à la psychanalyse64 et aux impressions d’URSS de Magnus Hirschfeld (1868-1935), médecin et militant pour la dépénalisation de l’homosexualité65. En France, il faut attendre le développement de l’UFLPR/ATSD au début des années 1930 pour que l’engagement sur le terrain de la sexualité soit plus structuré.

Classe contre classe : un dynamisme militant sur le modèle soviétique

  • 66 Cf. Alain Blum, Naître, vivre et mourir en URSS, 1917-1991, Paris, Payot, 2004 [1994], p. 167-189 ( (...)
  • 67 Docteur Galpérine, « En Russie soviétique. La protection sociale de la femme et de l’enfance », La  (...)
  • 68 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article49927>.
  • 69 Que l’UFLPR définit comme une « organisation sœur » (La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-3 (...)
  • 70 <http://www.vatican.va/content/pius-xi/fr/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_19301231_casti-connubii (...)
  • 71 Voir l’appel à mobilisation pour le 8 mars 1931 contre « le double joug de l’esclavage clérical et (...)
  • 72 Marie-Louise Galpérine, « L’Église et la Femme », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, VII-46 (...)
  • 73 Atina Grossmann, Reforming Sex : the German Movement for Birth Control and Abortion Reform, 1920-19 (...)
  • 74 Aline Michaeli, « Le mouvement féminin dans l’Association des libres penseurs prolétariens allemand (...)
  • 75 La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, VII-50, juillet 1931, p. 1.
  • 76 Au printemps 1935, une polémique éclate dans les colonnes de La Lutte et de L’Aube sur la question (...)

22La période classe contre classe (1928-1934/35) est parfois négligée dans les approches de la sexualité communiste, coincée entre les projets révolutionnaires du début des années 1920 d’élaboration d’une sexualité nouvelle et le tournant conservateur, nataliste et de valorisation de la famille qui s’affirme en URSS à partir de 1936 (restriction de l’avortement qui avait été autorisé en 1920, limitation du droit au divorce très largement autorisé depuis 191866). Cette phase se traduit par la valorisation, par les communistes étrangers, du bilan soviétique : la situation des femmes, l’organisation sociale de la procréation et de la petite enfance apparaissent comme autant d’éléments de la « révolution culturelle67 ». En France, l’UFLPR puis l’ATSD participent à cette valorisation. Sur ce terrain, l’une des personnalités-clés est l’épouse du secrétaire fédéral, Marie-Louise Galpérine (née en 189268), qui visite l’URSS dès 1929 et est également membre de l’Union fraternelle des femmes contre la guerre69. Elle rédige, dans La Lutte, la plupart des articles sur les questions féminines et sexuelles qui se multiplient à partir de 1931, en réaction à l’encyclique Casti connubii de Pie XI sur le mariage (31 décembre 1930), rejetant toute forme de régulation des naissances et réaffirmant la vocation domestique des femmes70. Les libres penseurs prolétariens, en France comme ailleurs, dénoncent alors une morale sexuelle antiféministe et un natalisme qui font le jeu du militarisme et des nazis71. La Lutte offre un large écho aux caricatures et initiatives allemandes contre l’encyclique72, particulièrement virulentes à l’heure de la relance en 1931 de la campagne pour la dépénalisation de l’avortement73, et valorise certaines initiatives comme les réunions réservées aux femmes avec un exposé de femme médecin sur « les questions sexuelles intimes74 ». Au-delà de ces échos internationaux, le programme de l’UFLPR rédigé à l’été 1931 consacre trois points sur trente à « la question des femmes », demandant des « droits politiques et sociaux égaux à ceux de l’homme », l’autorisation du contrôle des naissances et de l’avortement, ainsi qu’une loi facilitant le divorce75. La mobilisation sur les questions féminines se poursuit dans les années suivantes par la valorisation du bilan soviétique, la polémique avec les démocrates-chrétiens76 ou encore la publication de caricatures (voir ci-après) et de tracts locaux. En 1934 est ainsi diffusé à Alger un tract intitulé « L’Église, la femme et le fascisme », qui dénonce la transformation des « sœurs italiennes, allemandes, autrichiennes, espagnoles » en « machines à enfanter » et lance :

  • 77 « Nos correspondants », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, X-84, juin 1934, p. 4.

« Femmes catholiques, c’est en vous prêchant la soumission, la résignation et l’obéissance que les curés, célibataires professionnels, canailles en soutanes, vous obligent à faire des gosses et toujours des gosses. Parce qu’il faut aux capitalistes des esclaves, de la chair à travail, de la chair à plaisirs et de la chair à canons ! FEMMES, L’ÉGLISE EST LE SOUTIEN DU CAPITALISME, SOURCE DE TOUTES VOS MISÈRES, AVEC VOS ENFANTS, FUYEZ-LA ! »77

« À la cuisine ! », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, X-81, mars 1934, p. 4.

La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, X-83, mai 1934, p. 2.

Polarisations de la fin des années 1930 : entre anticommunisme et lutte antifasciste

  • 78 RGASPI, 495-30-1080/110-112 : « Plateforme pour les tâches du Mouvement international des libres-pe (...)
  • 79 Au-delà des grandes encycliques (Casti connubii de 1930, Divini Redemptoris de 1937) qui évoquent l (...)
  • 80 Des tracts les visent spécifiquement, comme celui de la « cellule communiste de Saint-Antonin » (Ta (...)
  • 81 Georges Cogniot, « Comment développer encore le mouvement féminin », dans Cahiers du bolchevisme, n (...)

23Ces derniers exemples montrent le déplacement graduel de l’objectif politique de la propagande libre penseuse prolétarienne à partir de 1934-1935 : face au fascisme et à l’imminence de la guerre, il s’agit de rallier le prolétariat catholique en mettant notamment l’accent sur le sort des femmes et des enfants. Cette stratégie de front uni précède celle de front populaire entérinée à l’échelle internationale par le VIIe congrès du Komintern, qui débouche sur une refonte institutionnelle du mouvement libre penseur (union des organisations prolétariennes et bourgeoises au niveau international en avril 1936, et français en août 1936) et une réorientation du discours vers la lutte contre la « barbarie culturelle fasciste78 ». Dans cette perspective nouvelle et dans un contexte idéologique tendu par l’intégration croissante de la morale sexuelle dans l’anticommunisme catholique79, la stratégie communiste de « main tendue » s’adresse volontiers aux femmes80 et investit encore le terrain de la sexualité. Georges Cogniot, ancien cadre de la libre pensée prolétarienne et député communiste de Paris, encourage ainsi en 1937 les « femmes communistes » à se rapprocher de « leurs sœurs croyantes », appuyant sur le fait que « le fascisme nie la personnalité humaine de la femme », notamment par l’eugénisme qui conduit à « appliquer à l’humanité les méthodes de reproduction et d’élevage qu’on pratique pour les bêtes81 », un argument qui permet de renvoyer la barbarie vers le nazisme.

Conclusion

24Le prisme choisi dans cet article – le milieu libre penseur prolétarien – a permis d’illustrer l’importance de la morale sexuelle dans ce militantisme et, plus largement, du champ de la sexualité comme espace de luttes politiques et de représentations anthropologiques dans le communisme français de l’entre-deux-guerres. Sans être toujours au premier plan, les questions de morale sexuelle sont, en effet, constamment présentes et abordées sous des angles variés, allant de la dénonciation d’une pratique sexuelle criminalisée et taboue – la pédophilie – à la promotion de pratiques alternatives visant l’émancipation du modèle bourgeois, l’égalité entre les sexes et une nouvelle vision du corps et de la procréation. En cette période particulière de l’entre-deux-guerres qui voit l’élaboration progressive du milieu, des pratiques et de l’idéologie communistes, l’étude de la libre pensée prolétarienne permet de rappeler les héritages anarchistes individualistes, mais aussi le transfert de modèles venus du monde germanique (psychanalyse, réforme sexuelle, militantisme pour l’avortement) et surtout d’URSS. Enfin, si la morale sexuelle communiste doit être comprise par rivalité avec le modèle chrétien, cette concurrence doit être envisagée de façon dynamique : les deux modèles se construisent dans des confrontations et des conversations régulières. Sur toutes ces questions, la recherche reste largement ouverte. Cet article invite à tirer parti de sources variées, issues des organisations courroies de transmission, comme la libre pensée prolétarienne, et même celles des adversaires, parfois élus partenaires, comme les chrétiens.

Haut de page

Notes

1 Jacqueline Lalouette, La Libre pensée en France 1848-1940, Paris, Albin Michel, 2001 [1997], p. 68-84 ; Ead., « Communisme et Libre Pensée durant l’entre-deux-guerres : l’Union des libres penseurs révolutionnaires de France et l’Association des travailleurs sans dieu », dans Jacques Girault (dir.), Des communistes en France (années 1920-années 1960), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 423-440 ; Laura Pettinaroli, « Le moment prolétarien de la libre pensée française (années 1920-1930) », dans De la diversité des appartenances à l’unité des convictions dans la Libre pensée, Paris, Éditeur IRELP, 2020, p. 55-80.

2 <https://maitron.fr/spip.php?article154461> ; <https://maitron.fr/spip.php?article49928>. Jean Rouge, originaire de Tourcoing, milite d’abord au Parti ouvrier français. Militant anarchiste et syndicaliste dans l’industrie textile, il rejoint la SFIC dès les années 1920. Quant à Galpérine, médecin né en Russie, d’abord émigré en Argentine avant de s’installer en France, il est également militant communiste dès les années 1920 à Bagnolet, où il réside. Il rejoint la Libre pensée révolutionnaire vers 1928.

3 René Rémond, L’Anticléricalisme en France : de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1999 [1976], p. 73-77 ; Jacqueline Lalouette, op. cit., p. 226-240.

4 Le parricide accompli par la jeune Violette Nozière est l’occasion d’une prise de conscience dans l’opinion publique des effets de l’inceste. Condamnée à mort en 1934, elle est finalement graciée et même réhabilitée en 1963. Anne-Emmanuelle Demartini, « L’Affaire Nozière. La parole sur l’inceste et sa réception sociale dans la France des années 1930 », dans Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2009 (56-4), p. 190-214.

5 Agnès Desmazières, « Le crime de sollicitation réinventé. Le Saint-Office face aux crimes sexuels des clercs (1916-1939) », dans Archives de sciences sociales des religions, 2021/1 (n° 193), p. 177-198.

6 Anne-Claude Ambroise-Rendu, Histoire de la pédophilie : XIXe-XXIe siècle, Paris, Fayard, 2014.

7 Outre les références de la note 3, on peut signaler que ce sont des sources libres penseuses (Le Flambeau, mensuel publié à Brest, 1927-1933) qui ont servi de base aux analyses sur l’entre-deux-guerres d’Anne Philibert (Des prêtres et des scandales : dans l’Église de France, du concile de Trente aux lendemains du concile Vatican II, 1545-1978, Paris, Cerf, 2019, p. 314-353) puis de Claude Langlois (On savait, mais quoi ? La pédophilie dans l’Église, de la Révolution à nos jours, Paris, Seuil, 2020, p. 73-75 et p. 83).

8 L’Antireligieux, IV-28, février 1924, p. 4.

9 La Lutte anti-religieuse et sociale, n° 12, avril 1926, p. 4.

10 La Lutte anti-religieuse et sociale, III-18, mai-juin 1927, p. 2.

11 La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-31, avril 1929, p. 3.

12 Anne Philibert témoigne de la complexité de cette recherche, mais confirme la qualité des informations diffusées par la presse libre penseuse. Les cas qu’elle a repérés ne recoupent toutefois que partiellement ceux que nous avons identifiés grâce à la presse libre penseuse prolétarienne, ce qui confirme la nécessité d’une enquête systématique. S’appuyant sur les travaux d’Anne Philibert et les enquêtes du chanoine Boulard, Claude Langlois (op. cit., p. 83) offre une projection pour la France des années 1900-1960 de 70 à 140 prêtres condamnés par la justice pour des agressions sexuelles sur mineurs (soit 1 ou 2 prêtres par an, bien moins que les 5 ou 6 enseignants congréganistes condamnés chaque année au milieu du 19e siècle pour les mêmes raisons).

13 Anne-Claude Ambroise-Rendu, op. cit., p. 66.

14 Le chanoine Jean-Marie Desgranges (député du Morbihan à partir de 1928), habitué des conférences contradictoires avec les libres penseurs, invite ainsi à ne pas se focaliser sur « l’écume » lorsque l’on regarde « l’océan » : « Les scandales », Jean-Marie Desgranges, Trente ans de conférences contradictoires. Attaques contre l’Église, Paris, De Gigord, 1935, p. 54-60.

15 « Les salisseurs », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-19, juillet-août 1927, p. 2. Les informations sur l’abbé Koenig ont été fournies par les Archives de l’archevêché de Strasbourg (communication du 29 avril 2021). Le prêtre est en « congés » à partir du 30 avril 1927, mais poursuit, à partir de 1932, son cursus ecclésiastique dans son village natal, Huttendorf.

16 « Aux champs. Curé et Paysan », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-29, février 1929, p. 2.

17 La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, VIII-58, mars 1932, p. 4.

18 « Les “porcs en soutane” », La Lutte anti-religieuse et sociale, n° 12, avril 1926, p. 4.

19 « Leur morale », L’Antireligieux, IV-28, février 1924, p. 4.

20 « Leur Morale », L’Antireligieux, IV-35, septembre 1924, p. 3.

21 « Seclin. La peste religieuse », La Lutte anti-religieuse et sociale, II-15, novembre-décembre1926, p. 4.

22 « Seclin. Le droit d’aimer », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-20, septembre-octobre 1927, p. 4. Sur l’indulgence de la société et de l’État face à certaines « débauches » cléricales au 18e siècle, voir Myriam Deniel-Ternant, Ecclésiastiques en débauche : 1700-1790, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017.

23 Emmanuelle Burgaud, « La castration en droit pénal au XIXe siècle », Revue historique de droit français et étranger, 2013, 91-4, p. 639-657.

24 « L’archevêque et l’immodestie », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-18, mai-juin 1927, p. 3.

25 Par exemple, La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-35, septembre 1929, p. 4.

26 « Les salisseurs », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-19, juillet-août 1927, p. 2.

27 « Pauvre sacristain. Il aimait les enfants », La Lutte anti-religieuse et sociale, II-13, juillet 1926, p. 1.

28 « Les fruits de l’école… avec Dieu », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-36, octobre 1929, p. 3.

29 Ivan Ludig, « À bas le concordat en Alsace-Lorraine. L’agitation cléricale contre les Sans dieu », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, IX-77, novembre 1933, p. 3.

30 « Leur morale » L’Antireligieux, IV-28, février 1924, p. 4.

31 « Douze ans de bagne au curé satyre », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-30, mars 1929, p. 3.

32 « Les salisseurs en soutane », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-20, septembre-octobre 1927, p. 2. Voir aussi La Dépêche de l’Aube, quotidien communiste, VIII-2109, 21 juillet 1927, p. 1.

33 Anne Philibert, op. cit., p. 340.

34 Simone Téry, « À Pouzol, dans le Puy-de-Dôme, le professeur de vertu était un satyre. l’Humanité dénonce un scandale que l’on cache à la presse depuis plusieurs jours », l’Humanité, 6 mars 1936, XXXIII-13.594, p. 1-2 ; Simone Téry, « Le scandale de Pouzol », l’Humanité, 7 mars 1936, XXXIII-13.595, p. 1 et 4.

35 « L’arrestation du curé sadique de Pouzol », l’Humanité, 26 mars 1936, XXXIII-13.614, p. 2

36 Le Griffeur, « Les curés salisseurs d’enfants », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-18, mai-juin 1927, p. 2.

37 « Les professeurs de “morale”. Dans un village des Côtes-du-Nord on arrête deux prêtres pour mœurs… spéciales », l’Humanité, 18 avril 1927, XXIV-10.355, p. 3.

38 Le Griffeur, « Les curés salisseurs d’enfants », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-18, mai-juin1927, p. 2.

39 La FNLPFC tire ainsi en 1929, à 41 500 exemplaires, un tract intitulé « Leur morale », qui évoque notamment le « scandale du curé de Montlhéry » : Lorulot, « Rapport du délégué à la propagande », La Libre pensée, I-7, juillet 1929, p. 2-3. Des cartes postales humoristiques sont également tirées par L’Idée libre sur cette affaire : <https://cartoliste.ficedl.info/article4008.html>.

40 RGASPI (Archives russes d’État d’histoire sociale et politique), 495-30-748/153-164 : « Résolution du secrétariat politique du CE de l’IC sur le rapport de la fraction communiste de l’Exécutif de l’Internationale des libres penseurs prolétariens », 28 novembre 1931, ici l.158r.

41 Ibid., l.161r.

42 Jean Signorel, Exposé doctrinal du programme du parti communiste russe adopté à Moscou les 18-23 mars 1919 (IIIe internationale), Toulouse, Édouard Privat, 1921, p. 38.

43 GMIR (Musée d’État d’histoire des religions à Saint-Pétersbourg), 29-1-242.

44 « Nos organisations », La  Lutte anti-religieuse et prolétarienne, X-89, novembre 1934, p. 4.

45 « Nos correspondants », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, XI-100, octobre 1935, p. 4.

46 « Nos correspondants », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, X-85, juillet 1934, p. 3.

47 Les citations qui suivent sont tirées de Simone Téry, « À Pouzol, dans le Puy-de-Dôme, le professeur de vertu était un satyre. l’Humanité dénonce un scandale que l’on cache à la presse depuis plusieurs jours », l’Humanité, 6 mars 1936, XXXIII-13.594, p. 1-2 et « Le scandale de Pouzol », l’Humanité, 7 mars 1936, XXXIII-13.595, p. 1 et 4.

48 Cf. le journal communiste local L’Éclaireur de l’Ain, 22 mars 1936, XLII-12, p. 1-2, « Le professeur de vertu était un satyre ».

49 « Un scandale à l’Humanité », L’Aube, 8-9 mars 1936, V-1147, p. 1.

50 « Opinions religieuses », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, XII-107, mai 1936, p. 3.

51 <https://maitron.fr/spip.php?article154629>.

52 Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres. Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité (1924-1943), Paris, Albin Michel, 1996.

53 Morale sexuelle chrétienne ou morale sexuelle libertaire ?, Conflans-Sainte-Honorine, André Lorulot, 1922.

54 Ibid., p. 9.

55 Ibid., p. 32.

56 André Lorulot, La Véritable éducation sexuelle, bréviaire complet de la santé et du bonheur en amour. Préface de M. le Dr P. Voivenel, Paris, Éditions Georges-Anquetil, 1926.

57 L’Antireligieux, IV-36, octobre 1924, p. 1.

58 Francis Ronsin, La Grève des ventres : propagande néomalthusienne et baisse de la natalité française, XIXe-XXe siècles, Paris, Aubier-Montaigne, 1980, notamment p. 136-147.

59 L’Antireligieux, IV-36, octobre 1924, p. 8, et L’Antireligieux, IV-37, novembre 1924, p. 1 (interventions au congrès de Marseille).

60 L’Antireligieux, III-17, 15 février 1923, p. 1.

61 Un vœu en ce sens est émis par le congrès de Saint-Étienne en 1926 : L’Action antireligieuse, septembre-octobre 1926, II-19/20, p. 1-2.

62 « À travers le pays », La Lutte anti-religieuse et sociale, III-19, juillet-août 1927, p. 4. Quelques éléments biographiques dans <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article99418>.

63 Theodor Hartwig, Die Revolutionierung der Frau, Bodenbach, Verlag des Bundes proletarischer Freidenker in der ČSR, 1927, notamment p. 3 et 24.

64 Hartwig, « Mehr Psychologie ! », Der Atheist, I-8, 1er août 1927, p. 5-7.

65 « Die Lösung der sexuellen Frage im neuen Russland », Der Atheist, I-10, 1er octobre 1927, p. 9-10.

66 Cf. Alain Blum, Naître, vivre et mourir en URSS, 1917-1991, Paris, Payot, 2004 [1994], p. 167-189 (« Avortement et sexualité ») et 199-204 (« Le mariage et le divorce »), ainsi que Wendy Z. Goldman, Women, the State and Revolution : Soviet Family Policy and Social Life, 1917-1936, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

67 Docteur Galpérine, « En Russie soviétique. La protection sociale de la femme et de l’enfance », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-30, mars 1929, p. 2. Voir aussi : Dr Galpérine, « La protection de la femme et de l’enfant en URSS », L’Appel des Soviets, II-6, 15 mars 1929, p. 5-6 ; Dr Galpérine, « L’avortement en URSS », L’Appel des Soviets, II-9, 15 juin 1929, p. 9-10.

68 <http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article49927>.

69 Que l’UFLPR définit comme une « organisation sœur » (La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, V-33, juin 1929, p. 2).

70 <http://www.vatican.va/content/pius-xi/fr/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_19301231_casti-connubii.html>

71 Voir l’appel à mobilisation pour le 8 mars 1931 contre « le double joug de l’esclavage clérical et capitaliste » qui pèse sur les femmes : RGASPI, 495-99-47/68-69 : « Aufruf ! An alle Sektionen der I.p.F. », février 1931.

72 Marie-Louise Galpérine, « L’Église et la Femme », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, VII-46, mars 1931, p. 1.

73 Atina Grossmann, Reforming Sex : the German Movement for Birth Control and Abortion Reform, 1920-1950, Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 78-106.

74 Aline Michaeli, « Le mouvement féminin dans l’Association des libres penseurs prolétariens allemands », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, VIII-57, février 1932, p. 3.

75 La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, VII-50, juillet 1931, p. 1.

76 Au printemps 1935, une polémique éclate dans les colonnes de La Lutte et de L’Aube sur la question du salaire familial, considéré par Marie-Louise Galpérine comme une « prostitution » : « Lettre ouverte à Mme M. d’Escola, rédactrice de l’Aube », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, 11-94, avril 1935, p. 2.

77 « Nos correspondants », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, X-84, juin 1934, p. 4.

78 RGASPI, 495-30-1080/110-112 : « Plateforme pour les tâches du Mouvement international des libres-penseurs », 10 novembre1935.

79 Au-delà des grandes encycliques (Casti connubii de 1930, Divini Redemptoris de 1937) qui évoquent les menaces sur la famille et le statut des femmes, les mobilisations catholiques jouent, sur le terrain culturel et dévotionnel, sur l’antinomie anthropologique pureté/perversion pour nourrir l’opposition au communisme. Nous nous permettons de renvoyer à Laura Pettinaroli, « La donna, i bambini e la famiglia nella condanna vaticana del totalitarismo sovietico negli anni Venti e Trenta. Aspetti teorici e risposte pratiche », dans Raffaella Perin (éd.), Pio XI nella crisi europea, Venise, Università Ca’Foscari, 2016, p. 75-93.

80 Des tracts les visent spécifiquement, comme celui de la « cellule communiste de Saint-Antonin » (Tarn-et-Garonne) adressé aux « Jeunes Filles Catholiques » : Arch. nat., Fonds Maurice Thorez, 626 AP, 56 : « Paix sur la Terre aux Hommes de bonne volonté ».

81 Georges Cogniot, « Comment développer encore le mouvement féminin », dans Cahiers du bolchevisme, n° 8, 5 août 1937, p. 709. Sur Georges Cogniot, <https://maitron.fr/spip.php?article50891>.

Haut de page

Table des illustrations

Légende « À la cuisine ! », La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, X-81, mars 1934, p. 4.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16823/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende La Lutte anti-religieuse et prolétarienne, X-83, mai 1934, p. 2.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16823/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Pettinaroli, « La morale des libres penseurs prolétariens : entre dénonciation de la pédophilie du clergé et promotion d’une approche alternative de la sexualité (France, années 1920-1930) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16823 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16823

Haut de page

Auteur

Laura Pettinaroli

Institut catholique de Paris, Unité de recherche « Religion, culture et société »

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search