Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150DOSSIERUne alliance singulière et durabl...

DOSSIER

Une alliance singulière et durable : Les communistes néerlandais et la Ligue néomalthusienne (Nieuw-Malthusiaanse Bond, NMB), 1909-1940

Elke Weesjes
p. 59-78

Résumés

Cet article explore les position du Parti communiste néerlandais sur la santé sexuelle et la sexualité, et discute de son affiliation avec la Nieuw-Malthusiaanse Bond (NMB, Ligue néomalthusienne) de 1909 à 1940. Il s’appuie sur une série d’entretiens avec des communistes, des archives communistes et différentes autres sources. Il montre comment les opinions et les pratiques des communistes néerlandais se sont écartées considérablement de la politique et des directives soviétiques en matière de sexualité, et qu’elles peuvent être rattachées à une importante tradition radicale enracinée dans l’anarchisme et le marxisme orthodoxe local.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 J.H. Goud, « Vijftig Jaar Proletarische Strijd », De Tribune, 14 novembre 1931, p. 1.

« Camarades du Parti Communiste ! La Nieuw-Malthusiaanse Bond mène une lutte prolétarienne dans le domaine sexuel. Cette guerre spirituelle se poursuit depuis 50 ans, et nos ennemis ont utilisé tous les moyens possibles pour compliquer nos efforts. Mais c’est tout ce qu’ils peuvent faire ! La détresse économique et sexuelle a causé de la misère et des difficultés au sein du prolétariat. Cependant, sa souffrance a également augmenté les aspirations au changement. Elle a entamé une lutte prolétarienne pour une existence digne. [...] Après tout, nous sommes capables de soulager la souffrance des mères et des enfants. Et nous le faisons grâce à ce que nos ennemis nomment une propagande immorale. J’espère que pendant de nombreuses années encore, avec votre soutien, nous pourrons continuer à diffuser notre propagande et lutter pour une existence meilleure. » (J.H. Goud, président de la Nieuw-Malthusiaanse Bond, 1931).1

  • 2 Henny Brandhorst, « From Neo-Malthusianism to sexual reform : The Dutch section of the World League (...)

1La Nieuw-Malthusiaanse Bond a été fondée en 1881 aux Pays-Bas. Cette organisation, qui partageait les idées de Malthus sur la population, mais pas sur les contraceptifs, proposait éducation sexuelle et conseils sur la santé sexuelle, et fournissait à ses membres des contraceptifs et des informations imprimées à propos de diverses méthodes de contrôle des naissances. Au cours de ses premières années d’existence, la NMB jouit à la fois d’une grande popularité et d’une certaine respectabilité, et reçoit le soutien officiel du roi grâce au ministre de la Justice Sam Van Houten, un libéral radical et un partisan convaincu du néomalthusianisme. Sous l’influence d’un tournant politique conservateur au début du 20e siècle, cette approbation royale est révoquée par le ministre de la Justice calviniste Jan Donner en 1927, qui soutenait que la NMB menaçait le tissu moral de la nation2.

  • 3 Biographie de Maria Wilhelmina Hendrika Hoitsema (1847-1934), Biografisch Woordenboek van het Socia (...)

2Les socialistes ont également exprimé des objections à l’encontre du néomalthusianisme, pour des raisons différentes de celles de leurs compatriotes protestants et catholiques. Ils refusent en effet de rendre les familles nombreuses responsables de la pauvreté, estimant au contraire que celle-ci est le résultat de l’inégalité des conditions sociales et économiques. De son côté, la NMB est connue pour ses tendances antisocialistes. La situation change lorsque le socialiste radical Johannes Rutgers et sa femme, la féministe socialiste Maria Hoitsema, prennent la direction de l’organisation dans les années 1920. La NMB rompt alors avec sa tradition antisocialiste et s’inspire désormais de la Russie soviétique en ce qui concerne la réforme de la santé sexuelle et la politique concernant l’avortement3.

  • 4 A.A. Jonge, Het communisme in Nederland. De geschiedenis van een politiek partij, Den Haag, Krusema (...)

3Le Parti communiste des Pays-Bas (Communistische Partij van Nederland, CPN) et son journal De Tribune avaient déjà commencé à promouvoir le droit à l’avortement quelques années avant sa dépénalisation en 1920 en Russie soviétique. De Tribune est fondé en 1907 par une opposition marxiste au sein du Parti ouvrier social-démocrate (Sociaal Democratische Arbeiderspartij, SDAP), qui scissionne deux ans plus tard et aboutit à la formation du Parti social-démocrate (Sociaal Democratische Partij, SDP). Le SDP change de nom pour devenir le CPN en 1918, en soutien à la révolution bolchevique, et rejoint le Komintern en 1919. Les Pays-Bas sont l’un des très rares pays européens où un conflit entre marxistes et révisionnistes a entraîné une scission au sein du parti socialiste avant la Première Guerre mondiale. En raison de sa tradition radicale et influente, ancrée dans le marxisme national et l’anarchisme de la fin du 19e siècle, le CPN des premières années prétend à un rôle d’avant-garde et se fait remarquer pour son refus de suivre les ordres de Moscou4.

  • 5 À noter que J.H. Goud, dans son article commémorant le 50e anniversaire de la NMB, passe commodémen (...)

4Les communistes néerlandais, tout en rejetant fermement les théories néomalthusiennes concernant la surpopulation, la pauvreté et la fertilité de la classe ouvrière, étaient de fervents partisans de l’avortement pour des raisons médicales et sociales. Ils défendent aussi aussi de l’éducation sexuelle des enfants et le droit à la contraception pour tous. Au fur et à mesure que la direction de la NMB devenait majoritairement communiste, durant les années 1920 et 1930, le CPN s’alignait de plus en plus sur celle-ci, la défendait et encourageait les communistes à en devenir membres. En retour, comme l’illustre la citation de J.H. Goud de 1931 ci-dessus, la NMB appréciait le soutien indéfectible apporté par le Parti communiste et ses membres5.

5L’introduction d’un code répressif de la famille soviétique en 1936, qui comprenait le retour à la criminalisation de l’avortement et la réintroduction d’une éthique sexuelle puritaine, fut un choc pour les partisans communistes de la réforme sexuelle. En conséquence, le thème de l’avortement disparaît des pages du journal communiste néerlandais et n’est plus mentionné par les communistes dans l’arène politique. Néanmoins, leur soutien à la NMB, qui, au milieu des années 1930, revendiquait de plus en plus la décriminalisation de l’avortement, demeure constant. Dans la sphère privée, malgré les directives soviétiques et la pédagogie disponible, les communistes néerlandais du rang ont continué à être des partisans de la réforme sexuelle et de la sexologie, et ont transmis à leurs enfants leurs opinions progressistes sur le sexe et la satisfaction sexuelle, la contraception et l’avortement.

  • 6 Pour son projet de recherche doctorale sur la vie familiale communiste, l’autrice a interrogé un gr (...)

6Sur la base d’une série d’entretiens avec des communistes, d’archives et d’un large éventail de diverses autres sources, cet article explore la position des communistes sur la santé sexuelle et discute de leur rôle au sein de la NMB entre 1909 et 19406. Au cours des dernières décennies, des chercheurs ont remis en question le mythe de la dictature communiste monolithique et ont souligné la dissonance entre le formel et l’informel dans les mouvements communistes européens et américains. Cet article contribue à ce débat en soutenant qu’en termes de santé sexuelle, il existait un contraste frappant entre l’exemple soviétique et la pratique communiste néerlandaise.

Une révolution sexuelle ?

  • 7 Bien que les activités homosexuelles aient été officiellement légalisées, le traitement des homosex (...)

7Les bolcheviks adoptent après la révolution russe une réforme juridique qui propulse la Russie à l’avant-garde en matière de politique sexuelle et de genre. Dans le nouveau code de la famille de 1918, les femmes sont autorisées à conserver leur nom dans le mariage, à gérer leurs propres biens, et il est interdit à chacun des époux de s’immiscer dans les affaires privées de l’autre. L’obtention d’un divorce devient très simple et la qualification d’enfant illégitime cesse d’exister. L’avortement est dépénalisé, bien qu’il ne soit pas encouragé, et il est pratiqué gratuitement par des médecins qualifiés dans les hôpitaux publics. Avant la révolution, les relations sexuelles anales entre hommes étaient interdites par le code juridique impérial. Cette loi a également été abrogée et l’homosexualité officiellement légalisée en Russie soviétique en 19227.

  • 8 Julia Mickenberg, « “To Be His Storm over Asia” : American women, sex, and revolutionary tourism in (...)
  • 9 Bernstein soutient que le programme d’illumination sexuelle a jeté les bases de la répression stali (...)
  • 10 Ibid. p. 30.

8Les écrivains radicaux, les éducateurs et les sexologues d’Europe et des États-Unis ont estimé que les bolcheviks avaient réussi à balayer la situation qui, du point de vue de la morale sexuelle, faisait de deux poids, deux mesures et ont ainsi permis une véritable révolution sexuelle8. Cependant, les effets inattendus du nouveau code de la famille se sont rapidement accumulés pour donner lieu à ce que les professionnels de la santé soviétiques ont appelé « une crise sexuelle totale », caractérisée par une prostitution effrénée et une augmentation des maladies vénériennes. Pour y répondre, ils ont lancé, au milieu des années 1920, un programme de conseil sanitaire connu sous le nom d’« éclairage sexuel », qui encourageait d’autres comportements, notamment la retenue, l’abstinence et le souci de la collectivité au détriment de l’individu9. Contrairement aux mouvements de réforme sexuelle en Europe et aux États-Unis, ces éclaireurs sexuels soviétiques, qui cherchaient à discuter du sexe sans le promouvoir, caractérisaient la santé sexuelle comme l’absence de comportements déviant et dangereux, ne laissant aucune place à l’épanouissement sexuel masculin ou féminin10.

La Ligue néomalthusienne (Nieuw-Malthusiaanse Bond)

  • 11 Eva Maria Euchner, Morality politics in a secular age. Strategic parties and divided governments in (...)

9De même, la retenue et l’abstinence sont encouragées au sein de cette frange conservatrice de la société néerlandaise au début du 20e siècle, qui se replie sur une identité définie par la moralité chrétienne de la fin du 19e siècle. Elle est à l’origine, en 1911, de l’introduction des lois sur la moralité (Zedelijkheidswetten). Ces lois criminalisaient un certain nombre de questions sous l’égide de la moralité, telles que l’affichage et la publicité des contraceptifs (article 240 bis), la pornographie (article 240), les maisons closes et la prostitution (article 250 bis), les actes homosexuels entre un adulte (21 ans et plus) et un mineur (moins de 21 ans) (article 248 bis), et l’avortement (article 251 bis), cachant de fait à la vue du public tout ce qui avait trait à la sexualité11.

  • 12 Anton Levien Constandse, « Een eeuw seksuele hervorming », De Gids, vol. 145, 1982, p. 183.

10Il n’est pas surprenant que la NMB, qui fournissait au public néerlandais des contraceptifs et des informations sur les méthodes de contrôle des naissances depuis 1881, soit devenue l’objet d’une hostilité accrue après l’introduction de ces lois sur la moralité. Comme indiqué plus haut, l’assentiment royal, accordé à la NMB à la fin du 19e siècle, est révoqué en 1927 par le ministre calviniste de la Justice, Jan Donner. Cette décision provoque une accélération des campagnes contre le néomalthusianisme12.

  • 13 « Neo-Malthusianism : Birth control in the Netherlands », une exposition de l’International Institu (...)
  • 14 Voir l’exposition de Hugo Röling et Francis Ronsin sur le néomalthusianisme en France et aux Pays-B (...)

11Malgré une opposition généralisée et l’introduction de l’article 240 bis, qui interdit la vente de contraceptifs et la diffusion de matériel connexe, la NMB a pu mener son programme relativement sans être perturbée et a continué à produire des dépliants et des brochures sur les méthodes de contrôle des naissances, ainsi qu’à vendre des préservatifs, des diaphragmes et d’autres articles en caoutchouc, note Jenneke Quast13. D’autres ont également relevé que l’article 240 bis n’était pas aussi rigoureusement appliqué que d’autres lois sur la moralité, telles que celles relatives à la distribution de matériel pornographique ou à la prostitution14.

12En 1892, dix ans après l’ouverture à Amsterdam par le docteur Aletta Jacobs de la première clinique de contrôle des naissances au monde, le médecin Johannes Rutgers commence à fournir des conseils similaires aux femmes dans son cabinet de Rotterdam et à former des sages-femmes et des infirmières à la vente de contraceptifs à domicile. Outre ses activités au sein de la NMB – il en devient le secrétaire en 1900 –, Rutgers s’engage dans la politique radicale, principalement le féminisme et l’anarchisme. Avec sa femme, Maria Hoitsema, présidente de la NMB de 1899 à 1912, Rutgers était le moteur de l’organisation et responsable d’un important changement de cap. En particulier, Rutgers et Hoitsema ne considéraient pas la contraception comme une solution à la surpopulation et à la pauvreté, mais plutôt comme un moyen de libérer les gens socialement et sexuellement, et de les aider à échapper au carcan moral de la société. Sous leur direction, la NMB rompt avec certains principes du néomalthusianisme traditionnel et devient ainsi plus attractive pour les socialistes. Après la révolution bolchevique, la NMB se positionne encore plus à gauche sur le plan politique et s’inspire de la nouvelle morale de la Russie soviétique15.

  • 16 Le mouvement communiste néerlandais était profondément influencé par l’anarchisme et de nombreux co (...)
  • 17 Lettre du docteur J. Rutgers à F. Domela Nieuwenhuis, datée du 7 novembre 1893. International Insti (...)
  • 18 Biographie de « Johannes Rutgers (1850-1924) », Biografisch Woordenboek van het Socialisme en de Ar (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 « Fascisten terroriseren vergadering der Nieuw Malthusiaanse Bond », De Tribune, 31 octobre 1935 p. (...)

13Rutgers est un grand admirateur de Ferdinand Domela Nieuwenhuis, anarchiste et père fondateur du socialisme radical néerlandais, et correspond avec lui entre 1893 et 189416. Dans une lettre datée du 7 novembre 1893, Rutgers fournit à Domela Nieuwenhuis des informations sur l’utilisation des préservatifs et de l’éponge vaginale, et révèle son désir de légaliser l’avortement et de promouvoir l’idée de « l’amour libre17 ». Il convient de noter que Rutgers, bien qu’extraordinairement progressiste en privé, était moins disert en public sur ses opinions en matière de politique et de sexe, ceci afin de ne pas mettre en péril sa pratique et son rôle au sein de la NMB18. La NMB était tout aussi prudente : l’organisation était officiellement contre l’avortement et la plupart de ses documents promotionnels contenaient un avertissement selon lequel son personnel ne facilitait pas l’interruption de grossesse. Il existe néanmoins des preuves que les personnes qui fournissaient des contraceptifs et des conseils en matière de contrôle des naissances aux femmes pratiquaient également des avortements19. Ce n’est que dans les dernières années de son existence, dans le contexte de la crise économique et sous la menace fasciste, que la NMB a commencé à demander ouvertement la légalisation de la procédure20.

  • 21 Henny Brandhorst, « From Neo-Malthusianism to Sexual Reform : The Dutch Section of the World League (...)
  • 22 Ibid., p. 46.
  • 23 Ibid., p. 48. L’âge légal du consentement pour les hétérosexuels est de 16 ans, mais il est de 21 a (...)

14La NMB a ouvert en 1931 sa première clinique de consultation, la Aletta Jacobshuis (Maison d’Aletta Jacobs), bientôt suivie de douze autres cliniques appelées Rutgershuizen (Maisons de Rutgers)21. Le médecin de la NMB, Bernard Premsela, sexologue pionnier aux Pays-Bas et membre du Parti ouvrier social-démocrate, est nommé médecin-chef de l’Aletta Jacobshuis. Il s’inspire de Magnus Hirschfeld et de son Institut für Sexualwissenschaft à Berlin. Hirschfeld avait organisé le premier congrès pour la réforme sexuelle en 1921, qui a conduit à la formation de la Ligue mondiale pour la réforme sexuelle (LMRS). Premsela trouve particulièrement intéressante la vision globale de la sexualité que développe la LMRS et son engagement à faire évoluer les attitudes juridiques et sociales à l’égard de la sexualité, et s’attache à en créer une section néerlandaise22. Le comité fondateur qu’il met en place est majoritairement de gauche et comprend des membres de la NMB, des libres-penseurs, des sociaux-démocrates et un communiste. Au lieu d’adopter le manifeste de la LMRS, le comité élabore le sien. Il demande, entre autres, la dépénalisation de l’avortement médicalisé, tout en encourageant l’éducation pour réduire le besoin de cette procédure. Il préconise également l’abrogation de la législation qui criminalise les actes homosexuels entre adultes consentants23.

  • 24 Henny Brandhorst, op. cit., p. 52.

15Onze ans après la fondation de la LMRS par Hirschfeld, la réunion inaugurale de la section néerlandaise a lieu à Amsterdam le 17 février 1932. Mais sa vie sous l’aile de la LMRS est de courte durée. En mai 1933, les nazis mettent à sac l’Institut für Sexualwissenschaft et détruisent ses archives, ses livres et les dossiers de la LMRS. Hirschfeld avait déjà quitté le pays et vivait en exil à Zurich, où il meurt deux ans plus tard. En raison de désaccords sur l’orientation future de la LMRS, l’organisation est dissoute après son décès. Toutefois, les sections nationales sont encouragées à poursuivre leurs activités et la section néerlandaise répond à cet appel24.

  • 25 Ibid., p. 59.
  • 26 « Rechtzaken », Algemeen Handelsblad, 27 juillet 1931, p. 6.
  • 27 « Een misdadig misbruik », De Tijd, 1er juillet 1933, p. 1.

16Pendant ces années, l’avocat Johan Valkhoff, militant communiste du comité néerlandais de la LMRS, s’occupe d’une proposition de réforme de l’avortement. Tout comme Rutgers, Valkhoff condamne l’avortement car il représente un danger pour la vie des femmes, surtout lorsqu’il est pratiqué par des amateurs. Il estime que les sections du code pénal qui pénalisent l’avortement sont inefficaces, car peu de personnes déclarent les avortements et leurs auteurs sont rarement poursuivis. Valkhoff estime également que la Russie soviétique pourrait servir d’inspiration. Elle a légalisé l’avortement en 1920 et, si le nombre d’avortements a augmenté, les taux de mortalité féminine ont considérablement diminué. Suivant l’exemple bolchevique, Valkhoff propose que l’avortement ne soit plus considéré comme un crime lorsqu’il est pratiqué, avec le consentement de la femme enceinte, par un spécialiste dans un hôpital au cours du premier trimestre de la grossesse. En revanche, les avortements clandestins devraient être poursuivis avec toute la rigueur de la loi25. Les réactions aux propositions de Valkhoff, qui n’ont jamais été mises en œuvre, ont été très variables et illustrent à quel point la société était polarisée autour des questions de moralité. Le journal libéral Algemeen Handelsblad a publié un court article dans sa rubrique juridique en 1931, qui résumait les idées de Valkhoff et se concentrait principalement sur son point de vue selon lequel la loi néerlandaise existante était insuffisante dans la lutte contre l’avortement illégal. L’article ne condamne ni ne tolère explicitement l’avortement26. Le journal catholique De Tijd, en revanche, publie un long article qui accuse Valkhoff « d’idolâtrer un pays où le meurtre d’enfants à naître est légal et de promouvoir des politiques similaires aux Pays-Bas27 ».

  • 28 De Tribune fait de la publicité pour les conférences de Valkhoff sur l’avortement et incite ses lec (...)
  • 29 « Juridische Kroniek – Eenige opmerkingen over abortus provocatus », De Tribune, 15 février 1917, p (...)
  • 30 « Geen Malthusianisme », De Tribune, 4 septembre 1919, p. 2.

17Naturellement, les idées de Valkhoff trouvent un soutien dans la presse communiste28. Dans les faits, De Tribune avait déjà commencé à propager le droit à l’avortement pour des raisons médicales et socio-économiques avant même sa légalisation en Russie soviétique. En 1917, par exemple, la rubrique juridique du journal met en débat la question de savoir si l’interdiction de l’avortement provocatus est justifiable dans une perspective révolutionnaire-socialiste. « Absolument pas », écrit l’auteur, avant de proclamer que la plus petite unité sociale, le ménage, devrait avoir le droit à l’autodétermination en matière d’avortement. L’État, impérialiste ou socialiste, ne devrait pas pouvoir interférer dans ces questions29. Un autre article sur le droit à l’avortement, publié en 1919, est encore plus catégorique sur la question : « Laisser naître des enfants dont la fin est inévitable est un crime30 ».

Soutien communiste à la NMB

  • 31 « Verouderde Moraal », De Maasbode, 31 mars 1924, p. 1.

18Dans les années qui suivent la révolution bolchevique, le soutien communiste à la NMB s’accroît et le CPN se bat pour le droit à l’existence de cette organisation. En 1924, le député communiste Willem Van Ravesteyn s’oppose avec véhémence aux politiciens qui veulent révoquer l’assentiment royal de la NMB. Selon De Maasbode, un quotidien catholique, Ravesteyn avait fait remarquer lors d’un débat politique à ce sujet : « Ce serait une nouvelle tentative stupide de la part du segment le plus arriéré de la société d’imposer ses vues, sa morale et ses attitudes dépassées à la population de ce pays31 ».

19Les femmes communistes se sentent particulièrement offensées par les propositions de ce « segment arriéré de la population néerlandaise », c’est-à-dire les catholiques et les calvinistes. Un membre communiste de la NMB écrit ce qui suit dans une lettre de juillet 1927 adressée aux rédacteurs de De Tribune :

  • 32 « Vrouwen », De Tribune, 23 juillet 1927, p. 2.

« La NMB, sous prétexte de lutter contre l’avortement, l’encourage en réalité. C’est ce dont on accuse la NMB avec peu ou pas de preuves. Il est également dit qu’empêcher la vie est étroitement lié au fait de tuer la vie. Les hommes qui font ces affirmations sont les mêmes qui nous apportent la terreur blanche, le fascisme et les guerres qui tuent des millions de personnes dans la fleur de l’âge. [...] Pendant des heures, ils parlent du crime d’empêcher la création d’une nouvelle vie, alors que des milliers de femmes dans la société qu’ils essaient de défendre sont physiquement usées et mentalement brisées dans leurs mariages monogames. [...] Les femmes qui ne veulent pas avoir d’enfant, pour la simple raison qu’elles ne peuvent pas le nourrir, doivent s’en remettre à des médecins amateurs qui gagnent de l’argent sur leur misère et leurs problèmes. Souvent, elles subissent des dommages internes permanents à cause de ces procédures illégales, et sont jetées en prison. Mais ces hommes ne semblent pas se rendre compte que c’est leur propre société qui crée les problèmes dont ils accusent la NMB. »32

20À en juger par le nombre d’articles publiés sur le sujet dans De Tribune, le soutien communiste à la NMB/LMRS et à la légalisation de l’avortement s’intensifie vers le milieu des années 1920. Ces articles ne manquent jamais de souligner que les femmes les plus aisées ont les moyens de recourir à un avortement pratiqué par des médecins qualifiés, alors que les femmes prolétaires n’ont d’autre choix que de consulter un charlatan pour interrompre leur grossesse. En outre, les femmes prolétaires, comparées à leurs homologues des classes moyennes et supérieures, ont moins accès à des contraceptifs fiables. Pour lutter contre cette disparité, le Parti communiste néerlandais s’est rallié au combat de la LMRS néerlandaise pour la légalisation de l’avortement. La déclaration suivante est parue dans De Tribune en 1925 :

  • 33 « Over Abortus », De Tribune, 18 août 1925, p. 1.

« La maternité est une croix à porter pour la femme prolétaire. Le parti doit faire pression pour changer le code pénal. Il doit devenir possible pour les femmes prolétaires, dans certaines circonstances, d’interrompre une grossesse non désirée, gratuitement, et par un médecin qualifié. »33

  • 34 « Uit de Sowjet-Unie. De ontwikkeling van het gezin », De Tribune, 13 juillet 1936, p. 7.

21L’introduction du code de la famille soviétique répressif de 1936 a été un choc pour les partisans communistes de la NMB. La presse communiste insistait sur le fait qu’en Union soviétique l’égalité des sexes était atteinte, que des services gratuits de garde d’enfants étaient disponibles pour tous et que les nouvelles mères recevaient une aide financière généreuse. L’avortement, autrefois considéré comme un mal nécessaire et donc légalisé, n’y était plus indispensable34. Pourtant, comme l’illustre la lettre suivante de Greetje, envoyée à Annie (rédactrice en chef de la page féminine de De Tribune), les femmes qui avaient été des partisanes passionnées de la légalisation de l’avortement ne savaient pas comment défendre la récente décision de la Russie soviétique de le criminaliser de nouveau :

« Chère Annie. Je suis toujours très intéressée par les nouvelles de l’Union soviétique. Je crois sincèrement que la situation des travailleurs est bien meilleure dans ce pays. Mais il y a des choses que je ne comprends pas. Comme la nouvelle loi sur l’avortement et la réintroduction de la famille comme unité sociale de base. Comment cela est-il possible ? D’abord, l’avortement est légalisé, et la famille nucléaire rejetée, mais désormais tout cela a été inversé. Pensez-vous que ce soit juste ? N’est-ce pas simplement une autre façon de restreindre les droits des femmes ? Quand on me demande ce que je pense de tout cela, je ne sais tout simplement pas quoi dire. Je ne veux pas attaquer les Soviétiques, mais je ne peux pas non plus dire que je suis d’accord avec la décision du gouvernement dans ce contexte. Lorsque je lis dans la presse [non communiste] que l’Union soviétique est revenue à son ancienne moralité et qu’elle a restauré la cellule familiale conventionnelle, je sens que ce n’est pas tout à fait exact, mais malgré tout, je ne sais pas comment réagir. Pouvez-vous m’aider ? Que dois-je dire à mes connaissances lorsqu’elles m’attaquent ? »

22La réponse d’Annie à Greetje souligne que les femmes de l’Union soviétique ont souffert du droit familial plus progressiste :

« Il est vrai qu’en 1920, les femmes ont obtenu la liberté d’avorter aussi souvent qu’elles le souhaitaient. Aucune femme soviétique ne niera que les femmes, mais aussi les hommes, ont exploité cette liberté. Elle a encouragé l’insouciance, surtout chez les hommes. En fait, ce sont les femmes qui ont lancé la demande d’un retour à la criminalisation de l’avortement. Elles ont été les témoins directs des dommages que les avortements multiples peuvent causer à la santé générale d’une femme. [...] En 1936, les citoyens soviétiques savent ce qu’ils ne savaient pas en 1920. Qu’ils sont responsables de tous leurs actes, et que c’est de ces actes que dépend la réalisation d’une véritable démocratie. [...] Ils savent aussi que leur gouvernement fait tout dans le meilleur intérêt de tout le peuple, et qu’il n’introduit que des lois qui sont dans le meilleur intérêt de tout le peuple. N’oubliez pas que les femmes en Union soviétique peuvent obtenir tout ce dont elles ont besoin : une éducation sexuelle dispensée par des spécialistes si elles ne souhaitent pas avoir plusieurs enfants, et des soins pour la mère et l’enfant si elles souhaitent avoir une famille nombreuse. Mais le gouvernement soviétique, et tous les autres citoyens ayant le sens des responsabilités, ne permettront pas aux femmes soviétiques de mutiler sciemment et volontairement leur corps, qui appartient aussi à la communauté, c’est-à-dire à la société soviétique. »

  • 35 Voir pour la réponse allemande : Atina Grossman, « Abortion and economic crisis : The 1931 campaign (...)

23L’accent mis par Annie sur le bien-être des femmes en réponse à la décision du gouvernement soviétique d’annuler un certain nombre de lois progressistes trouve un écho dans les mouvements communistes d’Europe occidentale35. Les partisans communistes de la légalisation des contraceptifs et de l’avortement semblent faire une distinction entre la situation en Russie soviétique et celle de leur propre pays, et propagent l’idée que l’avortement devrait être légalisé jusqu’à ce que les maux qui poussent les femmes à recourir à cette mesure soient résolus. Néanmoins, ils ont beaucoup moins mis en avant le droit des femmes à mettre fin à leur grossesse après que Staline eut interdit l’avortement, et ont commencé à se concentrer sur l’accès aux contraceptifs et l’éducation reproductive pour limiter le besoin d’avortement, ce dernier point étant moins souvent évoqué. Aux Pays-Bas, l’avortement, un sujet auparavant fréquemment abordé, a pratiquement disparu des pages du journal communiste.

  • 36 « In het belang der democratie. Openbare vergadering van de Nieuw Malthusiaanse Bond », Het Volksda (...)
  • 37 « Antwoorden op Vragen », Het Volksdagblad, 20 avril 1938, p. 2, et « Het speekuur van den dokter » (...)

24Ces développements ne signifient pas que les communistes cessent de soutenir la NMB et la section néerlandaise de la LMRS. Au contraire, le successeur de De Tribune, Het Volksdagblad (Le Journal du peuple, 1937-1940), informait régulièrement ses lecteurs des nouvelles de la NMB et signalait en particulier toute tentative des autorités d’empêcher la NMB de se réunir ou d’organiser des événements36. Les lecteurs qui avaient des questions sur les méthodes de contraception recevaient des conseils dans la rubrique médicale du journal et étaient toujours invités à se rendre dans la clinique de la NMB la plus proche pour obtenir de plus amples informations37.

  • 38 « Onze Medische Rubriek. Sexuele Voorlichting van het kind », De Tribune, 04 juin 1936, p. 3.

25Alors que la NMB se concentre sur l’éducation sexuelle des couples mariés, dans les années 1930, la presse communiste souligne également l’importance de cette éducation pour les enfants. D’un point de vue pédagogique, les conseils donnés sont remarquablement progressistes, même selon les normes actuelles. Ces articles invitent les lecteurs à donner aux enfants une éducation sexuelle dès leur plus jeune âge, avant que leur propre sexualité ne commence à se manifester, et à répondre honnêtement à toutes les questions qu’ils peuvent se poser. L’un de ces articles, publié en 1936, condamne fermement « l’arriération et la stupidité des parents en matière de sexe » qui « contribuent directement à tant de misère, notamment les maladies vénériennes, l’avortement et le divorce, trois phénomènes en constante aggravation associés au capitalisme ». Selon l’article, lorsqu’un enfant est pleinement éclairé sur le sexe, il n’y a plus de mystère, et lorsqu’il n’y a plus de mystère, il y a aussi moins d’intérêt. Et quand un enfant n’est pas obsédé par le sexe, il peut concentrer son attention sur des choses importantes, comme le travail social et politique. Les parents étaient avertis que le mouvement communiste ne pourrait pas cultiver des jeunes révolutionnaires s’ils étaient élevés avec une morale sexuelle bourgeoise caractérisée par « la stupidité, la peur et les contes de fées38 ».

  • 39 Frances Lee Bernstein, The Dictatorship of Sex…, op. cit., p. 15-16 et p. 30.
  • 40 « Het sexuele vraagstuk en de universiteit », De Tribune, 10 mars 1936, p. 5.

26Déjà en 1920, Lénine se plaignait à Klara Zetkin que le sexe semblait être l’élément central de la psychologie des jeunes et que, au lieu de cela, les jeunes devraient adopter des activités physiques et intellectuelles. Ces dernières auront plus de sens, affirmait Lénine lors d’une interview avec Zetkin, que les éternelles conférences et discussions sur les problèmes sexuels. Sa réponse au problème était l’introduction d’un nouveau type d’éducation sexuelle, comme nous l’avons vu plus haut, dirigée par le corps médical. Le matériel produit par ces éducateurs médicaux « éclairait » les jeunes sur le sexe et l’hygiène sexuelle, mais ne mentionnait pas la satisfaction sexuelle. Au lieu de cela, ces éducateurs encourageaient la retenue sexuelle et prévenaient que la santé collective était plus importante que le plaisir individuel. Ainsi, en Union soviétique, le sexe était stigmatisé et un lien établi entre les rapports sexuels et la maladie39. Alors que l’éducation sexuelle aux Pays-Bas et en Union soviétique se concentrait sur la lutte contre des problèmes tels que l’avortement ou les maladies vénériennes et sur la démystification du sexe afin que les jeunes puissent se concentrer sur des choses plus importantes, telles que le renversement du capitalisme et la révolution mondiale, les communistes néerlandais ne dissociaient pas le sexe de la satisfaction et ne promouvaient jamais l’abstinence. En fait, les articles du journal communiste, conformément aux exigences de la NMB, demandaient l’introduction de cours de sexologie pour les étudiants en médecine, afin de permettre aux médecins de fournir à leurs patients une éducation sexuelle meilleure et plus approfondie40. Par ailleurs, la presse communiste recommandait à ses lecteurs d’acheter les ouvrages du docteur A.C. Oerlemans, de la NMB, entre autres. Ce dernier, inspiré par Hirschfeld, a publié une myriade de brochures et de livres, dans lesquels il est très clair sur le sexe et la satisfaction sexuelle :

  • 41 A.C. Oerlemans, Bewuste Geboorteregeling. Beschrijving van liefde en leven, Den Haag, Uitgave van d (...)

« L’abstinence dans une relation amoureuse entre deux adultes en bonne santé est déraisonnable, et donc inhumaine. Tout adulte a le droit à une satisfaction sexuelle régulière et complète. L’amour entre un homme et une femme et la sexualité, ou plutôt l’érotisme, sont indivisibles. Lorsque l’érotisme est réprimé ou nié, l’amour et la vie elle-même sont violés. »41

27Influencé par le domaine naissant de la sexologie européenne, le docteur Oerlemans ne manque jamais de mentionner la satisfaction mutuelle. Il avertit que certaines méthodes de contrôle des naissances empêchent les orgasmes et sont donc préjudiciables à la santé sexuelle des individus. Il est particulièrement franc quant à l’importance de l’orgasme féminin :

  • 42 Ibid., p. 6-7.

28« [Le coït interrompu] est particulièrement néfaste pour les femmes car cette méthode a une influence négative sur le potentiel orgastique des femmes, ou en termes plus simples, lorsque le coït est brusquement interrompu et entouré de peur et de stress [car les femmes savent que cette méthode est très peu fiable], les femmes sont largement incapables d’avoir un orgasme. Les conséquences sont considérables et peuvent conduire à une distanciation entre les partenaires, voire au divorce. »42 

  • 43 Deux des 25 personnes interrogées qui ont participé au projet d’histoire orale de l’autrice sur la (...)
  • 44 « Liberale Huichelarij », De Tribune, 07 juin 1913, p. 2.
  • 45 Biographie de « Johannes Rutgers (1850-1924) », Huygens ING. En ligne : <http://resources.huygens.k (...)

29La position des communistes néerlandais sur la sexologie et l’importance de la satisfaction mutuelle est claire. Leur position sur le désir homosexuel l’est moins. Il semble que l’homosexualité n’était pas ou peu discutée au sein du mouvement communiste. Ceux qui ont grandi au sein du mouvement se souviennent que ni leurs parents ni leurs animateurs de jeunesse dans les organisations communistes n’ont jamais discuté de l’homosexualité, alors que le sexe hétérosexuel, l’épanouissement sexuel et les contraceptifs faisaient l’objet de discussions approfondies43. Cela correspond à l’attitude conservatrice du grand public à l’égard de l’homosexualité jusqu’au milieu des années 1960. Il est intéressant de noter qu’avant la guerre, la presse communiste publiait des articles sur le désir homosexuel et qu’il est donc probable que le sujet était également abordé dans les foyers communistes. En effet, la presse communiste publiait toutes les annonces des conférences de la NMB sur le thème de l’homosexualité, imprimait intégralement le programme de la section néerlandaise de la LMRS et encourageait les lecteurs à y adhérer. Comme indiqué plus haut, ce programme comprenait l’abrogation de la législation qui traitait les hétérosexuels et les homosexuels de manière inégale. En outre, dès 1913, De Tribune publie un article qui s’attaque aux opinions étroites sur l’homosexualité. Cet article affirme que si certains peuvent qualifier l’homosexualité de pathologique, qualifier les homosexuels d’immoraux est injuste et ne fait que jouer sur l’ignorance des gens ordinaires concernant le désir homosexuel. L’article rappelle aux lecteurs que « parmi les homosexuels, il y a beaucoup de personnes de haute moralité, et certains des hommes les plus célèbres de l’histoire étaient homosexuels44 ». D’autres articles semblent promouvoir des idées progressistes sur l’homosexualité, en accord avec celles des dirigeants de la NMB, comme Rutgers qui, en 1912, a signé une pétition qui demandait l’acceptation et la reconnaissance de l’homosexualité45.

30Au cours des premières années de la persécution des homosexuels dans l’Allemagne nazie, la presse communiste a largement rendu compte de ces cas, mais elle a été incapable de reconnaître qu’une persécution similaire avait lieu en Russie soviétique. L’échange suivant dans Het Volksdagblad est révélateur de ce contexte. Poussés par la lettre d’un lecteur, les rédacteurs expliquent leur définition de la moralité sexuelle. En juin 1939, le lecteur en question avait assisté à une conférence de la NMB sur le mariage et la moralité sexuelle donnée par le docteur Coen Van Emde Boas, un célèbre sexologue néerlandais. Pendant la pause, le lecteur avait demandé au docteur Boas s’il pouvait discuter de la moralité sexuelle en Union soviétique. Le docteur aurait répondu que la moralité sexuelle, autrefois progressiste, s’était détériorée en Union soviétique et expliqué que les bolcheviks exécutaient les homosexuels au même rythme que les nazis. Il a ensuite expliqué à cette personne que, même aux Pays-Bas, la gauche radicale avait les idées des plus bourgeoises sur l’homosexualité. Le lecteur, manifestement bouleversé par les propos accablants du médecin, a ensuite demandé aux rédacteurs du journal s’ils pouvaient rectifier les déclarations du docteur Boas. Les rédacteurs ont répondu comme suit :

  • 46 « Moraal in de Sowiet Union », Het Volksdagblad, 1er juillet 1939, p. 2.

31« Contrairement à ce que le docteur Boas semble avoir déclaré, nous ne devrions pas considérer le traitement des homosexuels comme une caractéristique décisive de la moralité sexuelle dominante, mais plutôt le traitement des femmes. Dans une société bourgeoise et capitaliste, les femmes sont asservies. Les fascistes ont poussé ces idées le plus loin possible et ont adopté le slogan “la place des femmes est à la cuisine”. Le caractère progressiste de la morale en Union soviétique est le plus visible dans la position des femmes et des enfants. [...] En ce qui concerne l’exécution des homosexuels, il s’agit d’une propagande carrément antisoviétique. L’Union soviétique ne connaît pas la peine de mort pour les délits criminels, et encore moins pour les déviants sexuels. La peine de mort n’est appliquée que dans les cas de trahison. »46

Les dernières années de la NMB

  • 47 « Waar vindt het nieuw Mathusianisme steun ? Bij het socialism ? Aan de Rotterdamse gemeenteraad he (...)
  • 48 Le CPN comptait un peu plus de 6 000 membres en 1933, alors que la NMB comptait 14 000 membres la m (...)
  • 49 « Verpachting van de Gemeentelijke Concertzaal te Haarlem », De Tribune, 29 mars 1934, p. 2, et Ant (...)

32Il est intéressant de noter qu’à mesure que les années 1930 progressent, le discours public sur la légalité de la NMB est moins axé sur la moralité chrétienne et davantage sur l’implication des communistes dans l’organisation47. Bien que les communistes soient minoritaires au sein de la NMB et que peu d’entre eux occupent des postes de direction, leur implication incite les gouvernements locaux à mettre la NMB sur liste noire48. Cette mise à l’index s’inscrit dans le cadre d’une tentative plus large de freiner la croissance du fascisme, du communisme et de l’anarchisme aux Pays-Bas. En 1933, le gouvernement néerlandais publie une liste de partis politiques d’extrême gauche, d’extrême droite et d’organisations affiliées. Il est interdit aux fonctionnaires d’adhérer à ces organisations et certains gouvernements locaux prennent l’initiative de cesser de leur louer des espaces publics49.

  • 50 Anton Levien Constandse, « Een eeuw seksuele hervorming », op. cit., p. 185.
  • 51 Premsela et sa femme ont été déportés à Theresienstadt en 1943 et ont péri à Auschwitz en 1944.

33Malgré cette adversité croissante, le nombre de membres de la NMB augmente régulièrement tout au long des années 1930 et, en 1938, l’organisation compte environ 30 000 membres. Cependant, des dissensions internes sur l’orientation future de l’organisation, alors qu’elle était devenue plus traditionnelle, finirent par provoquer une scission. Certains au sein de l’organisation souhaitaient répondre aux besoins de ses nouveaux membres, qui n’avaient pas adhéré par idéalisme mais parce que l’organisation fournissait des contraceptifs fiables et bon marché. Ces derniers étaient réceptifs à l’idée de la planification familiale, surtout en période de crise sociale et économique, mais n’approuvaient pas nécessairement l’homosexualité, les expériences sexuelles ou l’avortement. D’autres membres tentent de faire en sorte que la NMB, qui n’a pas réussi à proposer une idéologie sexuelle, adopte une nouvelle vision du sexe et de la réforme sexuelle inspirée par la LMRS, ce qui consoliderait la position de l’organisation en tant qu’avant-garde50. À la fin des années 1930, il semble que le groupe le plus modéré ait eu le dessus, car plusieurs propositions visant à mettre en œuvre un programme plus radical ont été rejetées. Premsela, qui appartient au noyau le plus progressiste de la NMB, désillusionné, quitte la NMB en 1938 et crée une nouvelle organisation axée sur le conseil sexuel, la Fondation Professeur A. Forel. Peu après, il propose de fusionner cette fondation avec la LMRS, mais cette proposition est rejetée. Il quitte ensuite la section néerlandaise de la LMRS, également en 193851.

  • 52 Henny Brandhorst, « From Neo-Malthusianism to Sexual Reform : The Dutch Section of the World League (...)
  • 53 Ibid., p. 66, et Anton Levien Constandse, « Een eeuw seksuele hervorming », op. cit., p. 186.

34Valkhoff succède à Premsela comme président de la LMRS néerlandaise, mais l’organisation, qui n’a jamais compté plus de 250 membres, a perdu de son attrait52. Les deux organisations sont dissoutes lors de l’occupation allemande en 1940. Après la Seconde Guerre mondiale, la NMB a été réformée sous la direction de l’anarchiste Gé Nabrink et du médecin radical-socialiste W.F. Storm qui, suivant les principes de la LMRS, ont orienté l’organisation vers une réforme sexuelle. Profondément influencés par les théories radicales de Wilhelm Reich sur la sexualité, Nabrink et Storm proposent un manifeste qui reconnaît les droits sexuels des enfants, des personnes non mariées et des homosexuels, le droit des femmes de choisir et le droit à la nudité. Bien que partagées par de nombreux communistes de base, leurs idées sont jugées trop radicales pour la plupart et, lors du premier congrès national d’après-guerre de la NMB, en mai 1946, un manifeste beaucoup plus modéré est adopté. L’assemblée décide également de rebaptiser l’organisation en Nederlandse Vereniging voor Sexuele Hervorming (NVSH, Société néerlandaise pour la réforme sexuelle). Jusqu’à la dissolution du CPN en 1991, les communistes sont restés des membres fidèles de la NVSH53.

Conclusion

35Aux Pays-Bas, le communisme est une affaire familiale et de nombreux jeunes adultes qui rejoignent le parti communiste dans les années 1920 et 1930 sont issus de longues lignées de socialistes, d’anarchistes et de marxistes orthodoxes. La pensée radicale était, pour ainsi dire, dans leur sang. Comparé aux autres partis communistes européens, le PCN était plus ancien : le Sociaal Democratische Partij, le prédécesseur du PCN, avait été fondé huit ans avant la révolution russe et était le produit du marxisme orthodoxe local. Cette importante tradition radicale inclut une vision progressiste de la sexualité, comme l’illustrent les articles de De Tribune au début des années 1900. Les communistes néerlandais étaient favorables à la planification familiale, y compris à l’utilisation de contraceptifs et à l’avortement. Certains articles de De Tribune, publiés des années avant que les bolcheviks ne légalisent l’homosexualité en Russie soviétique, non seulement reconnaissaient l’homosexualité, mais défendaient également l’honneur et l’intégrité morale des homosexuels. Lorsque la sexologie est devenue populaire, les communistes se sont battus pour qu’elle soit incluse dans le programme de l’école de médecine. La presse communiste a recommandé des livres écrits par des pionniers néerlandais de la sexologie, comme Premsela et Oerlemans.

36Les communistes néerlandais avaient peu d’enfants et pratiquaient le contrôle des naissances, mais pas seulement en raison de l’oppression capitaliste et des disparités socio-économiques. Contrairement aux éclaireurs sexuels soviétiques des années 1920, les communistes néerlandais étaient d’accord avec l’idée, propagée par la NMB et la section néerlandaise de la LMRS, que des contraceptifs fiables amélioraient le plaisir sexuel et donc la liberté personnelle. Dans les années 1930, alors que la sexualité et l’éducation sexuelle avaient disparu du discours public en Union soviétique, les communistes néerlandais ont continué à assister aux conférences de la NMB, qui s’inspiraient de plus en plus de sexologues progressistes tels que Hirschfeld et Reich. Le retour à une criminalisation de l’avortement en Union soviétique en 1936 a pris le CPN par surprise. Ne sachant pas comment interpréter ce renversement soudain des lois jusqu’alors progressistes, pour lesquelles il s’était lui-même battu et qu’il avait défendues dans son propre pays, le parti a adopté la ligne selon laquelle l’avortement était un mal nécessaire jusqu’à ce que le socialisme soit atteint. Cependant, ceux qui ont grandi dans des familles communistes se souviennent que l’avortement, bien que non encouragé, n’était pas considéré comme quelque chose de particulièrement mauvais. Il était, tout comme le préservatif ou le diaphragme, considéré comme un moyen de contrôle des naissances. En public cependant, l’avortement n’était plus discuté au sein du parti communiste ou dans la presse. Pourtant, le soutien à la NMB n’a jamais faibli. Il est clair qu’en matière de sexualité et de santé sexuelle, les communistes du rang ne sont pas guidés par les directives et la pédagogie soviétiques et que leurs idées sont en phase avec celles du mouvement de réforme sexuelle néerlandais.

37Ce soutien, apprécié par les dirigeants de la NMB tel J.H. Goud, présentait également des inconvénients. Au lieu de se concentrer sur l’« immoralité » de la NMB, comme l’avait fait l’opposition religieuse entre 1881 et 1930, l’opposition utilise, au cours des dix dernières années d’existence de la NMB, l’appartenance communiste de l’organisation comme la principale arme pour mettre fin à ses activités. Le sentiment anticommuniste s’étant accru au sein de la population néerlandaise au cours de ces années, la NMB s’est retrouvée sur la liste noire et accusée d’être la façade d’une organisation en réalité communiste. Si cela a compliqué son travail, cela n’a rien changé en termes d’adhésions. La NMB est restée populaire parmi les communistes et les non-communistes. Quelle que soit leur idéologie politique, de nombreux membres de la NMB se sont sentis liés par une culture commune, un ensemble de valeurs progressistes, radicales mais pas nécessairement marxistes, transmises depuis des générations. La NMB a joué un rôle essentiel dans la suppression des tabous sexuels, la promotion de l’émancipation et l’encouragement à la libération personnelle et morale.

Haut de page

Notes

1 J.H. Goud, « Vijftig Jaar Proletarische Strijd », De Tribune, 14 novembre 1931, p. 1.

2 Henny Brandhorst, « From Neo-Malthusianism to sexual reform : The Dutch section of the World League for Sexual Reform », Journal of the History of Sexuality, vol. 12, n° 1, 2003, p. 43.

3 Biographie de Maria Wilhelmina Hendrika Hoitsema (1847-1934), Biografisch Woordenboek van het Socialisme en de Arbeidersbeweging in Nederland. En ligne : <https://socialhistory.org/bwsa/biografie/hoitsema>.

4 A.A. Jonge, Het communisme in Nederland. De geschiedenis van een politiek partij, Den Haag, Kruseman, 1972, p. 36-37.

5 À noter que J.H. Goud, dans son article commémorant le 50e anniversaire de la NMB, passe commodément sous silence le passé antisocialiste de l’organisation.

6 Pour son projet de recherche doctorale sur la vie familiale communiste, l’autrice a interrogé un grand nombre d’enfants de parents communistes, 25 hommes et femmes néerlandais, nés entre 1934 et 1956, qui ont grandi à Amsterdam, Rotterdam et La Haye. Ces personnes interrogées étaient remarquablement ouvertes sur le sexe et la sexualité. Elles ont précisé notamment que leurs parents autorisaient les rapports sexuels avant le mariage et que, lorsque cela était possible, de nombreuses filles commençaient à utiliser la pilule contraceptive dès l’âge de 17 ans. L’avortement n’était pas non plus un tabou : il était considéré comme une option pratique lorsqu’il n’était pas possible d’élever un bébé. Ces mœurs sexuelles contrastent avec les idées des pédagogues soviétiques, tel Anton Makarenko, qui publia plusieurs livres sur la façon d’élever un enfant communiste. Ce dernier fait référence à la sexualité avec les expressions « secret de l’accouchement » et « le problème du sexe ». Voir : Elke Weesjes, Growing Up Communist in Britain and the Netherlands. Childhood, Political Activism, and Identity Formation, Amsterdam, Amsterdam University Press, à paraître en 2021.

7 Bien que les activités homosexuelles aient été officiellement légalisées, le traitement des homosexuels était variable au début de la Russie soviétique. Pour plus d’informations sur l’homosexualité en Union soviétique, voir Dan Healey, Homosexual Desire in Revolutionary Russia. The Regulation of Sexual and Gender Dissent, Chicago, University of Chicago Press Books, 2001.

8 Julia Mickenberg, « “To Be His Storm over Asia” : American women, sex, and revolutionary tourism in Russia, 1905-1945 », dans Paula Rabinowitz, Ruth Barraclough et Heather Bowen-Struyk (dir.), Red love across the pacific. Political and sexual revolutions of the twentieth century, London, Palgrave Macmillan, 2015, p. 6-14.

9 Bernstein soutient que le programme d’illumination sexuelle a jeté les bases de la répression stalinienne de la sexualité dans les années 1930. Voir : Frances Lee Bernstein, The Dictatorship of sex : Lifestyle advice for the Soviet masses, Dekalb, Northern Illinois University Press, 2007, p. 7.

10 Ibid. p. 30.

11 Eva Maria Euchner, Morality politics in a secular age. Strategic parties and divided governments in Europe, London, Palgrave Macmillan, 2019, p. 131.

12 Anton Levien Constandse, « Een eeuw seksuele hervorming », De Gids, vol. 145, 1982, p. 183.

13 « Neo-Malthusianism : Birth control in the Netherlands », une exposition de l’International Institute of Social History. En ligne : <http://www.iisg.nl/exhibitions/neomalthusianism/index.php>.

14 Voir l’exposition de Hugo Röling et Francis Ronsin sur le néomalthusianisme en France et aux Pays-Bas. Consulté sur <http://www.iisg.nl/exhibitions/neomalthusianism/opposition-nl.php> et Hugo Röling, « Le triomphe éphémère et silencieux d’un “mouvement populaire pour le bonheur”. The 1950’s from the perspective of the NVSH », dans Paul Luykx and Pim Slot (dir.), Een Stille Revolutie ? Cultuur en mentaliteit in de lange jaren vijftig, Hilversum, Verloren, 1997, p. 147.

15 Biographie de Johannes Rutgers (1850-1924), Huygens ING. Consultable en ligne : <http://resources.huygens.knaw.nl/bwn1880-2000/lemmata/bwn3/rutgersj>. Biographie de « Maria Wilhelmina Hendrika Hoitsema (1847-1934) », Biografisch Woordenboek van het Socialisme en de Arbeidersbeweging in Nederland. En ligne : <https://socialhistory.org/bwsa/biografie/hoitsema>.

16 Le mouvement communiste néerlandais était profondément influencé par l’anarchisme et de nombreux communistes avaient été des partisans de Domela Nieuwenhuis avant de rejoindre le CPN en 1909.

17 Lettre du docteur J. Rutgers à F. Domela Nieuwenhuis, datée du 7 novembre 1893. International Institute of Social History Collection, Archive Domela Nieuwenhuis 205.

18 Biographie de « Johannes Rutgers (1850-1924) », Biografisch Woordenboek van het Socialisme en de Arbeidersbeweging in Nederland. Consultable en ligne : <https://socialhistory.org/bwsa/biografie/rutgers-j>.

19 Ibid.

20 « Fascisten terroriseren vergadering der Nieuw Malthusiaanse Bond », De Tribune, 31 octobre 1935 p. 1.

21 Henny Brandhorst, « From Neo-Malthusianism to Sexual Reform : The Dutch Section of the World League for Sexual Reform », op. cit., p. 43

22 Ibid., p. 46.

23 Ibid., p. 48. L’âge légal du consentement pour les hétérosexuels est de 16 ans, mais il est de 21 ans pour les homosexuels, ce qui est considéré comme une injustice par de nombreux progressistes.

24 Henny Brandhorst, op. cit., p. 52.

25 Ibid., p. 59.

26 « Rechtzaken », Algemeen Handelsblad, 27 juillet 1931, p. 6.

27 « Een misdadig misbruik », De Tijd, 1er juillet 1933, p. 1.

28 De Tribune fait de la publicité pour les conférences de Valkhoff sur l’avortement et incite ses lecteurs à y assister (« Article 218 = Art. 251 bis », De Tribune, 08 juin1931, p. 2).

29 « Juridische Kroniek – Eenige opmerkingen over abortus provocatus », De Tribune, 15 février 1917, p. 1.

30 « Geen Malthusianisme », De Tribune, 4 septembre 1919, p. 2.

31 « Verouderde Moraal », De Maasbode, 31 mars 1924, p. 1.

32 « Vrouwen », De Tribune, 23 juillet 1927, p. 2.

33 « Over Abortus », De Tribune, 18 août 1925, p. 1.

34 « Uit de Sowjet-Unie. De ontwikkeling van het gezin », De Tribune, 13 juillet 1936, p. 7.

35 Voir pour la réponse allemande : Atina Grossman, « Abortion and economic crisis : The 1931 campaign against §218 in Germany », New German Critique, n° 14, 1978, p. 119-137, et « Dr. Friedrich Wolff en de abortuswet », De Tribune, 18 juin 1936, p. 7.

36 « In het belang der democratie. Openbare vergadering van de Nieuw Malthusiaanse Bond », Het Volksdagblad, 14 avril 1938, p. 3 ; « Vrouwen in de Strijd », Het Volksdagblad, 19 avril 1938, p. 6 ; « De ordeverstoring op de vergadering van de Nieuw Malthusiaanse Bond in Utrecht », Het Volksdagblad, 1er juin 1938, p. 5 ; « Onzedelijke Wanorde », Het Volksdagblad, 07 décembre 1938, p. 2.

37 « Antwoorden op Vragen », Het Volksdagblad, 20 avril 1938, p. 2, et « Het speekuur van den dokter », Het Volksdagblad, 19 août 1938, p. 2.

38 « Onze Medische Rubriek. Sexuele Voorlichting van het kind », De Tribune, 04 juin 1936, p. 3.

39 Frances Lee Bernstein, The Dictatorship of Sex…, op. cit., p. 15-16 et p. 30.

40 « Het sexuele vraagstuk en de universiteit », De Tribune, 10 mars 1936, p. 5.

41 A.C. Oerlemans, Bewuste Geboorteregeling. Beschrijving van liefde en leven, Den Haag, Uitgave van de Nieuw Malthusiaanse Bond, 1938, p. 4-5.

42 Ibid., p. 6-7.

43 Deux des 25 personnes interrogées qui ont participé au projet d’histoire orale de l’autrice sur la vie familiale communiste ont rappelé que leurs parents condamnaient l’homosexualité, tandis que trois ont rappelé que les leurs étaient favorables aux droits des homosexuels et aux relations entre personnes de même sexe. Les vingt autres personnes interrogées ont indiqué que l’homosexualité n’était tout simplement pas abordée. Contrairement à la première moitié du vingtième siècle, l’homosexualité n’était pas abordée dans la littérature du parti ou dans le journal communiste dans la période d’après-guerre. Cela a changé dans les années 1970, lorsque le CPN et ses organisations de jeunesse ont commencé à soutenir le mouvement des droits des homosexuels. Comme indiqué dans le texte, la réticence des communistes à parler d’homosexualité était partagée par le grand public néerlandais, et notamment par la classe ouvrière non communiste. Des attitudes plus détendues à l’égard du sexe et de la sexualité, y compris l’homosexualité, ont été adoptées tout au long des années 1960, alors que le nombre de citoyens sécularisés commençait à augmenter. Il est important de noter qu’en termes de soutien au mouvement pour les droits des homosexuels dans les années 1970, les communistes étaient clairement en avance sur la plupart, voire toutes les organisations de gauche. Voir : Elke Weesjes, Growing Up Communist in the Netherlands and Britain, op. cit. ; Saskia Keuzenkamp et David Bos, Out in the Netherlands. Acceptance of Homosexuality in the Netherlands, La Haye, Institut néerlandais de recherche sociale, 2007.

44 « Liberale Huichelarij », De Tribune, 07 juin 1913, p. 2.

45 Biographie de « Johannes Rutgers (1850-1924) », Huygens ING. En ligne : <http://resources.huygens.knaw.nl/bwn1880-2000/lemmata/bwn3/rutgersj>.

46 « Moraal in de Sowiet Union », Het Volksdagblad, 1er juillet 1939, p. 2.

47 « Waar vindt het nieuw Mathusianisme steun ? Bij het socialism ? Aan de Rotterdamse gemeenteraad het antwoord », De Volkskrant, 03 octobre 1935, p. 3.

48 Le CPN comptait un peu plus de 6 000 membres en 1933, alors que la NMB comptait 14 000 membres la même année. Il n’existe pas de chiffres sur l’adhésion des communistes à la NMB, mais des entretiens avec des enfants de communistes suggèrent que de nombreux communistes étaient membres de la NMB.

49 « Verpachting van de Gemeentelijke Concertzaal te Haarlem », De Tribune, 29 mars 1934, p. 2, et Anton Levien Constandse, « Een eeuw seksuele hervorming », op. cit., p. 83.

50 Anton Levien Constandse, « Een eeuw seksuele hervorming », op. cit., p. 185.

51 Premsela et sa femme ont été déportés à Theresienstadt en 1943 et ont péri à Auschwitz en 1944.

52 Henny Brandhorst, « From Neo-Malthusianism to Sexual Reform : The Dutch Section of the World League for Sexual Reform », op. cit., p. 64-65.

53 Ibid., p. 66, et Anton Levien Constandse, « Een eeuw seksuele hervorming », op. cit., p. 186.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elke Weesjes, « Une alliance singulière et durable : Les communistes néerlandais et la Ligue néomalthusienne (Nieuw-Malthusiaanse Bond, NMB), 1909-1940 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 150 | 2021, 59-78.

Référence électronique

Elke Weesjes, « Une alliance singulière et durable : Les communistes néerlandais et la Ligue néomalthusienne (Nieuw-Malthusiaanse Bond, NMB), 1909-1940 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16858 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16858

Haut de page

Auteur

Elke Weesjes

Kingsborough Community College, Université de New York

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search