Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150DOSSIERPsychiatrie, criminologie et comm...

DOSSIER

Psychiatrie, criminologie et communisme. La persécution de la « libido dégénérée » en Grèce de 1917 à 1940

Demetra Tzanaki et Efi Tsea
p. 79-95

Résumés

Cet article examine la construction des discours biomédicaux sur la libido en Grèce, durant l’entre-deux-guerres. Nous avançons l’argument que la libido est perçue comme une catégorie importante de la dégénérescence du peuple, notion intégrée dans le discours politique public de l’État grec contre les communistes, de 1917 à 1940. En effet, l’instinct sexuel devient, en Grèce, l’arène d’une lutte politique impliquant les scientifiques, les communistes et les divers gouvernements libéraux, tous faisant appel aux théories sociopsychologiques de la normativité patriarcale alors dominantes. Ainsi, la lutte contre la libido occupe également une place centrale dans l’imaginaire social des communistes, donnant lieu au développement d’une « libido communiste » conforme aux normes bourgeoises.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Demetra Tzanaki, « Ο αυνανισμός και το κομμουνιστικό ‘ψυχικό νόσημα’. Μια ανάλυση της Άννας Κα (...)
  • 2 Comme l’indique Angela Davis, le discours politique officiel a facilement conclu, même en 1965, que (...)
  • 3  Voir Costas Paloukis, Αρχειομαρξιστές. Οι άλλοι κομμουνιστές του Μεσοπολέμου (Archéomarxistes. Les (...)
  • 4  Voir Demetra Tzanaki, « Ο αυνανισμός και το κομμουνιστικό ‘ψυχικό νόσημα’. Μια ανάλυση της Άννας Κ (...)
  • 5  Εγκληματολογική Στατιστική. Έτος 1929 (Statistiques criminologiques. Année 1929), Athènes, Ministè (...)

1Dans la Grèce de l’entre-deux-guerres, les communistes (hommes et femmes) sont systématiquement confrontés à des accusations de dégénérescence morale et mentale, voire de transmission de la perversion et des maladies vénériennes (αφροδίσια νοσήματα) à l’ensemble de la société1. Formulées par le discours médical bourgeois, ces accusations construisent un imaginaire social des communistes qui les présentent comme des êtres psychiques efféminés/dégénérés, de sorte qu’un conflit entre des valeurs patriarcales et matriarcales se dessine en filigrane2. Selon le discours médical bourgeois qui se développe durant cette période, l’attachement excessif au Parti communiste conduirait ses membres à quitter leurs proches, leurs enfants et leur travail3. Le transfert de loyauté de la famille et de la nation envers l’idéologie marxiste est présenté comme une preuve indiscutable de cette dégénérescence morale. Dans ce cadre, les théories communistes préconisant la libération sexuelle se trouvent associées, au sein du discours médical dominant, comme étant responsables d’une rapide propagation des maladies vénériennes fatales. La conclusion reste la même : les communistes/dégénérés seraient à l’origine de crimes contre la moralité4, comme le prouveraient d’ailleurs les statistiques et les rapports de police5.

  • 6 Christina Alexopoulos, « La déclaration de repentir dans la Grèce des années 1940 », Cahiers balkan (...)
  • 7 Thanos Veremis et O. Dimitrakopoulos (éd.), Μελετήματα γύρω από τον Βενιζέλο και την εποχή του (Étu (...)
  • 8 Neni Panourgia, Dangerous Citizens. The Greek Left and the Terror of the State, New York, Fordham U (...)
  • 9 « Μία απίστευτος αστυνομική καταγγελία – Οκτώ κομμουνισταί ιατροί κατηγορούνται ότι μετέδιδον νοσήμ (...)

2À partir de 1929, un cadre anticommuniste officiel se met progressivement en place, aboutissant à la loi 4229, connue sous le nom d’« idiônymon » (ιδιώνυμο), introduite par le gouvernement d’Eleftherios Venizelos. Cette loi édicte que « tout acte ayant comme but attesté le renversement violent du régime en place ou le détachement d’une partie du territoire national » constitue une infraction spéciale6. À cet égard, il est important de souligner que Venizelos rejette catégoriquement la proposition – avancée par Alexandros Papanastasiou (1876-1936) – d’inclure également les fascistes dans le champ d’application de cette loi7. Il devient donc clair que le véritable objectif de l’idiônymon n’est autre que la répression de l’idéologie communiste. En effet, la loi inaugure une première vague d’arrestations et de déportations internes. Une peine de six mois d’emprisonnement est prévue pour toute personne « [tentant] d’appliquer des idées qui ont pour cible évidente le renversement violent du système social8 ». Dans ce contexte, l’exil devient rapidement un mécanisme visant à intimider ces citoyens supposément « libres » que sont les membres de syndicats, d’organes politiques démocratiques ou d’associations scientifiques et artistiques, sous l’emprise d’une idéologie qui criminalise la « gauche libidienne9 ».

3Dans la même période, un discours biomédical condamnant la libido comme cause de distorsions et d’anomalies commence à se répandre à travers l’émergence de la criminologie, de la psychiatrie et de la psychanalyse. Ainsi, l’instinct sexuel devient en Grèce l’arène d’une lutte politique impliquant les scientifiques, les communistes et les divers gouvernements libéraux. Malgré les rivalités idéologiques et les divisions académiques, l’ensemble des penseurs politiques de cette période fait appel aux théories sociopsychologiques de la normalité, de sorte qu’il est difficile de tracer une ligne de démarcation nette entre leurs approches sur la seule base de leur appartenance politique. Force est de constater que le terme idiônymon est utilisé dans l’entre-deux-guerres à la fois par les libéraux et par la gauche dans son ensemble. D’un côté, le discours bourgeois des années 1920 condamne le désir humain chargé de valeurs efféminées, le qualifiant comme un état de pathologie mentale. De l’autre côté, les communistes sont appelés, à partir du début des années 1930, à dominer leur instinct sexuel ; c’est le but fixé par ledit idiônymon stalinien, à savoir une mesure prise par les communistes interdisant tout rapport sexuel en exil, que ce soit entre les membres du parti ou avec la population locale. Toute désobéissance est donc sanctionnée par des persécutions, les fautifs étant par ailleurs confrontés à la désapprobation générale du parti.

  • 10 Costas Paloukis, Αρχειομαρξιστές. Οι άλλοι κομμουνιστές του Μεσοπολέμου (Archéomarxistes. Les autre (...)
  • 11 Le 4 novembre 1918, Abraham Benaroya fonde le Parti socialiste travailliste de Grèce (SEKE) (« Σοσι (...)
  • 12 Costas Paloukis, Αρχειομαρξιστές. Οι άλλοι κομμουνιστές του Μεσοπολέμου (Archéomarxistes. Les autre (...)

4Le présent article entend examiner les tensions entre les discours libéraux, communistes et biomédicaux circulant en Grèce dans les années 1920 et 1930. L’accent sera mis sur le concept de libido, devenu partie intégrante de la politique publique de l’État grec contre les communistes de 1917 à 1940. Au demeurant, nous montrerons que si, d’après l’historienne Tassoula Vervenioti, les communistes suivent dans les années 1920 « la théorie de l’amour libre combinée avec l’abolition de la propriété (chez leurs femmes10) », cette conception se trouve bouleversée durant la décennie suivante. Notre démonstration s’articulera autour de deux axes. Le premier consistera à examiner le diagnostic de pathologie mentale instrumentalisée pour stigmatiser les classes inférieures proches des idées de gauche comme immorales ou criminelles ; le deuxième mettra en évidence le tournant opéré par le Κομμουνιστικό Κόμμα Ελλάδος, KKE (Parti communiste grec)11, et les αρχειομαρξιστές (« archéomarxistes », nom du mouvement politique créé sous Francisco Giulati au sein du Parti socialiste travailliste de Grèce, dit SEKE, en 192112), qui adoptent l’idiônymon stalinien et prescrivent son application pendant l’exil intérieur de leurs membres dans les îles grecques. De cette manière, nous nous attacherons à examiner le rôle joué par le discours biomédical sur la libido dans la construction de l’identité communiste en Grèce.

La vie « efféminée/dégénérée »

  • 13 Greg Carleton, « Writing-Reading the Sexual Revolution in the Early Soviet Union », Journal of the (...)
  • 14 David Renton, Dissident Marxism : Past Voices for Present Times, op. cit.
  • 15 Rizospastis a été fondé en juin 1916 à Thessalonique. À partir de 1917 et jusqu’à son interdiction (...)

5Selon Alexandra Mihailovna Kollontaï (1872-1952), leader politique, féministe, membre du Parti communiste soviétique, journaliste et écrivaine, l’oppression passe depuis des siècles par la sexualité. Par conséquent, la révolution doit passer par la libération sexuelle des femmes, incompatible avec les normes bourgeoises dominantes13. Rappelons que les réformes concernant le droit à la contraception gratuite, la loi sur le divorce, celles pour l’avortement et sur l’égalisation des salaires sont associées au nom de Kollontaï, première femme ministre des temps modernes et cheffe de la section des femmes bolcheviks durant deux ans (Zhenotdel)14. L’édification de cette nouvelle culture est promue dans la réalité grecque par le journal quotidien grec Rizospastis, édité par le KKE15.

  • 16 Alexandra Kollontaï, « Ο έρωτας στη νέα κοινωνία » (« L’amour dans la nouvelle société »), Rizospas (...)
  • 17 Ibid. Voir également Demetra Tzanaki, « Δίωξη του τριβαδισμού/σοδομισμού/ομοφυλοφιλίας/λεσβιανισμού (...)
  • 18 Demetra Tzanaki, « Sex Work is Work : Greek Capitalism and the Syndrome of Electra, 1922-2018 », da (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 Alexandra Kollontaï, « Τα Σοβιέτ κατά της διαφθοράς των γυναικών » (« Les Soviétiques contre la cor (...)
  • 21 Cesare Lombroso, L’Uomo delinquente, studiato in rapporto all’antropologia, alla medicina legale ed (...)

6De février à mars 1925, Rizospastis publie à la troisième page de chaque numéro l’intégralité de l’étude de Kollontaï sur « L’amour dans la société nouvelle » (« Ο έρωτας στη Νέα Κοινωνία16 »). Le texte s’attache à développer et à diffuser, entre autres, une attitude non bourgeoise à l’égard du mariage, de l’adultère, de la moralité et du comportement sexuel17. Quelques semaines plus tard, en avril 1925, un nouvel article de Kollontaï est publié dans Rizospastis, intitulé « Les Soviets contre la corruption des femmes » (« Τα Σοβιέτ κατά της διαφθοράς των γυναικών υπό της συντρόφισσας Αλεξάνδρας Κολοντάι »). Il s’agit cette fois d’une analyse marxiste de la prostitution, combinée à une critique du féminisme bourgeois et de l’éthique promue par le libéralisme18. D’après Kollontaï, si les prostituées étaient nées avec un penchant psychologique pour la luxure, comme le discours biomédical bourgeois l’affirmait en vérité absolue19, alors toutes les classes de la population devraient être concernées : les riches et les privilégiés devraient compter une proportion de criminelles et de femmes corrompues identique à celle des pauvres20. En fait, Kollontaï remet ici en question le récit libéral développé depuis le temps de la Commune de Paris autour du concept de « criminel-né ». Depuis l’ouvrage L’Homme criminel de Cesare Lombroso (1835-1909), l’atavisme, perçu comme un trait héréditaire chez les communards et leurs « descendants », repérés de manière quasi-exclusive parmi les couches sociales inférieures21, est considéré comme l’origine de la criminalité.

  • 22 Patrice Pinell, « Genèse et réception de la théorie de la dégénérescence », Revue européenne des sc (...)
  • 23 Gérard Bonnet, « Aux origines de la Clinique des perversions en France. L’article princeps de Charc (...)
  • 24 Havelock Ellis, Studies in the Psychology of Sex. Complete in two volumes, London, William Heineman (...)
  • 25 Ibid., p. 13-14.
  • 26 Ibid., p. 29-30.
  • 27 Tie Xiao, Revolutionary Waves, Massachusetts, Harvard University Press, 2017, p. 28.
  • 28 Emilia Musumeci, « Against the Rising Tide of Crime : Cesare Lombroso and Control of the “Dangerous (...)

7En se fondant sur les diverses interprétations du « criminel-né », les psychiatres ont souvent recours dans les années suivantes à la théorie de l’instinct primitif, censé engendrer la délinquance et entraîner la pauvreté, la misère, la maladie et la mort. Ainsi, en 1882, Valentin Magnan (1835-1916) et Jean-Martin Charcot (1825-1893) signent l’« Inversion du sens génital et autres perversions sexuelles22 », mettant au centre du discours scientifique les concepts de perversion23 et d’anomalie. En 1886, le psychiatre allemand Krafft Ebing (1840-1902) publie Psychopathia sexualis (1886). En 1897, Albert Moll (1862-1939) écrit Libido Sexualis (1897), mais c’est surtout Havelock Ellis (1859-1939)24 qui met en relation, dans son ouvrage Studies in the Psychology of Sex (1901), l’instinct sexuel des tribus primitives et celui des classes populaires25. Parallèlement, le criminologue italien Scipio Sighele (1868-1913) signe deux articles importants en 1891 dans l’Archivio de Psychiatria (revue scientifique dirigée par Cesare Lombroso), abordant la question des « foules criminelles », qui seront par la suite publiés dans le livre La Folla Delinquente. Enfin, en 1895, Gustave Le Bon (1841-1931) publie son étude sur La Psychologie des foules26 et Gabriel Tarde (1843-1904) son ouvrage intitulé Essais et mélanges sociologiques27. La nouvelle hypothèse consolidée par l’ensemble de ces études considère qu’il ne s’agit plus d’atavisme, mais de l’instinct sexuel des tribus primitives et des strates populaires qui transformerait l’individu en criminel sauvage et le peuple en foule28. Les psychiatres, pédagogues et médecins légistes grecs, tels Georgios Vafas (1903), Simon Vlavianos (1908) ou Achilleas Georgandas (1889), ne font que reproduire ces discours qui circulent à l’échelle européenne.

  • 29 Ibid.

8Durant cette période, l’État grec instaure une série de mesures contre les instincts incontrôlables des classes sociales inférieures, censées mener une vie (bios) instinctive et immorale qui conduirait au chaos, à la pauvreté, à la violence, à l’anormalité, à la prostitution, à la maladie et la mort. De fait, c’est la première fois que l’État grec se donne la compétence de réglementer l’éthique et la santé publique de manière « scientifique29 ». Ainsi, en 1922, il introduit la loi 3032 « sur les mesures contre les maladies vénériennes et l’immoralité féminine », suivie par le décret royal des 19 et 30 avril 1923 visant à établir des « comités et des mesures locales pour appliquer la loi ». Certes, ce n’est pas la première fois que l’État grec tente de prendre en considération le problème de la prostitution. Des lois antérieures, comme l’amendement du 31/12/1836 et un ordre du ministère de la Santé du 30/01/1876, puis les nouvelles clauses du 30/06/1856 et du 11/05/1894, donnaient à la police municipale le pouvoir de contrôle de la prostitution pour lutter contre les maladies vénériennes par le contrôle des prostituées, désignées comme « femmes vulgaires » (κοινές γυναίκες). Force est de constater que leur persécution apparaît au moment où les troupes grecques sont sévèrement battues dans la guerre contre la Turquie, qui est suivie par un exode de 1 250 000 réfugiés. Néanmoins, c’est dans les années 1920 que la loi prévoit pour la première fois la réglementation étatique de la prostitution, notamment via sa reconnaissance institutionnelle en tant que profession et la mise en place d’un contrôle médical et pénal rigoureux, régulier et systématique.

  • 30 Demetra Tzanaki, « Πορνεία και ‘Ανελευθερία’ στον Μεσοπόλεμο » (« Prostitution et “absence de liber (...)
  • 31 Demetra Tzanaki, « Ο αυνανισμός και το κομμουνιστικό “ψυχικό νόσημα”. Μια ανάλυση της Άννας Κατσίγρ (...)
  • 32 Demetra Tzanaki, « Πορνεία και ‘Ανελευθερία’ στον Μεσοπόλεμο », op. cit.
  • 33  Nikolaos Drakoulidis, Iστoρική και κoινωνική επισκόπησις της πoρνείας, από Διεθνoύς και Eλληνικής (...)
  • 34 Demetra Tzanaki, « Sex Work is Work : Greek Capitalism and the “Syndrome of Electra”, 1922-2018 », (...)
  • 35 Ibid.

9Les années 1920-1940 marquent un basculement important, à divers titres. D’une part, on assiste à l’émergence des discours contre les relations libres, préconisant l’hygiène mentale/psychique. D’autre part, le décret de 1922 emploie pour la première fois le terme « immorales » (ανήθικες) pour qualifier les femmes qui font de la prostitution leur travail stable et celui de « libres » (ελευθέριες) pour désigner les femmes qui se prostituent occasionnellement30. Au même moment émerge une persécution sans précédent contre les « kynaidos », c’est-à-dire les hommes qui s’habillent en femmes et se prostituent, en application de la loi contre la mendicité et le vagabondage31. Dans cette perspective, la femme libre et l’homme efféminé participent du paradigme des maladies psychiques, l’idée sous-jacente étant qu’une castration psychique pourrait mettre en danger la masculinité si ses valeurs déterminantes étaient soumises à l’instinct sexuel32. De même, cette interprétation conduit le psychiatre et psychanalyste grec Aggelos Doxas (nom de plume de Nikolaos Drakoulidis, 1900-198533) à une conclusion qui repose sur les théories concernant la prostitution de Cesare Lombroso et Guglielmo Ferrero (1896), celles de Havelock Ellis (1929) ou de Pauline Tarnowski (1892) et d’Alexandre Parent-Duchâtelet (1857)34, selon lesquelles, les « femmes immorales » se tournent vers la prostitution à cause de l’oisiveté et d’« une dégénérescence et d’une perversion naturelle35 ».

  • 36 Ibid., p. 15.
  • 37 Nicole Rafter, The Origins of Criminology. A Reader, Londres, Routledge, 2009, p. 114-120 ; Grigori (...)
  • 38  Georgiou Sakellariou, Πειραματική Έρευνα του Συναισθηματικού Βίου (Recherche expérimentale sur la (...)
  • 39 Nikolaos Exarchopoulos, « Μέγα Κοινωνικόν και εθνικόν ζήτημα » (« Grand problème social et national (...)

10En 1929, Drakoulidis et le Dr Georgios Fotinos (1878-1958), professeur de dermatologie, recteur de l’université d’Athènes et directeur de l’hôpital Andreas Syggros (hôpital spécialisé dans les maladies vénériennes), évoquent la nécessité d’introduire un certificat médical avant le mariage36 dans le but présumé de contrôler les maladies vénériennes. Le même argument est développé par les études de criminologie qui s’intéressent, quant à elles, à un certain nombre de familles, telles que les Jukes (1874) et les Kallikaks (1912), en mettant l’accent sur la sexualité de la mère comme facteur déterminant de la criminalité, de la maladie et de la pauvreté37 (voir à ce propos le travail de l’universitaire Georgiou Sakellariou38). Il est caractéristique que l’une des figures dominantes de l’époque dans le domaine de la pédagogie, Nikolaos Exarchopoulos (1874-1960), membre de l’Académie d’Athènes, insiste sur la nécessité d’éduquer les instincts des couches sociales inférieures, postulant que la vie sexuelle de ces dernières pourrait facilement transformer leur population en une plèbe39.

  • 40 « Εγκληματολογική Στατιστική. Έτος 1929 » (« Statistiques criminologiques. Année 1929 »), op. cit.
  • 41 Voir Vasiliki Theodorou, « Μεταβαλλόμενα πλαίσια συνάφειας μεταξύ εθελοντών, ειδικών και κράτους: τ (...)
  • 42 Costantinos Katsaras, Ψυχική και Κοινωνική Υγιεινή (« Psychic et Sociale Hygiène » ), Athènes, 1940 (...)
  • 43 Demetra Tzanaki, « Δίωξη του τριβαδισμού/σοδομισμού/ομοφυλοφιλίας/λεσβιανισμού. Διαφορετικές εκδοχέ (...)
  • 44  Konstantinos Gardikas, Εγκληματολογία. Τόμος Α’. Εισαγωγή και Γενικά Αίτια των Εγκλημάτων (Crimino (...)

11Ainsi, ce n’est pas un hasard si les « atteintes contre la morale » constituent le crime le plus fréquent selon les statistiques criminelles grecques des années 1922-1935, preuve supposée de la dégénérescence mentale à l’œuvre dans la société, notamment au sein des classes populaires40. En 1930, un département spécial nommé « Psychologie des employés » est créé au sein du ministère du Travail, dans le but de traiter les problèmes mentaux et psychiques de ces sujets41. Parallèlement, les relations hors mariage se trouvent systématiquement stigmatisées par des experts42en tant que psychologiquement, moralement et socialement dangereuses, ce qui ouvre la voie vers un décret législatif sur les enfants illégitimes, adopté les 14 et 27 juillet 192643. Par ailleurs, le gouvernement de Venizelos introduit des lois sur le droit de la famille, le mariage et le divorce (1340/1916, 3237/1924 et 4755/1920), affirmant la domination patriarcale et l’éthique bourgeoise dans la famille, ainsi que le contrôle absolu de l’État sur la vie privée. Ces valeurs sont présentées comme la seule solution contre la culture populaire/efféminée et comme un moyen de guérison de la maladie mentale et psychique, au nom du progrès et de l’évolution. Il s’agit également de s’opposer à l’analyse marxiste qui interprète la pauvreté, la délinquance et la dépendance comme des résultats néfastes du capitalisme, remettant en cause l’hypothèse du criminel-né. De fait, le directeur d’Arsakeio, Dimitrios Gardikas, déclare en 1927 que le crime du marxisme était en fait d’admettre « que l’homme est non un loup mais un dieu pour l’homme44 ». Pour s’opposer à la théorie de la lutte des classes, plusieurs scientifiques, comme la docteure Anne Katsigra (1877-1962), s’emploieront à opposer aux communistes leurs propos sur la libération sexuelle comme preuves de leur criminalité.

  • 45 « Μία απίστευτος αστυνομική καταγγελία – Οκτώ κομμουνισταί ιατροί κατηγορούνται ότι μετέδιδον νοσήμ (...)

12Dans ce contexte, un procès qui a lieu le 2 juin 1933 présente un intérêt particulier pour notre étude. Huit médecins communistes sont conduits par la procédure dite de « flagrant délit » (« διαδικασία αυτοφώρου ») devant le tribunal correctionnel d’Athènes, sous l’accusation qu’« ils détruisent la santé des travailleurs pauvres par le développement des maladies vénériennes, dans le but de provoquer l’appauvrissement des classes populaires et, par conséquent, la détérioration du régime bourgeois45 ». Des agents de la Sécurité générale avaient fait irruption dans le bureau du médecin spécialiste des maladies vénériennes Efthymiou avant de l’arrêter, ainsi que certains de ses collègues. Leurs recherches avaient révélé des documents et des livres communistes, ainsi qu’un « manuscrit », soudainement disparu du dossier (puisqu’il n’avait de toute évidence jamais existé), dans les pages duquel on aurait prétendument trouvé la déclaration suivante :

  • 46 « Η δικογραφία των κομμουνιστών ιατρών-κλοπή σπουδαίου εγγράφου » (« Le dossier des médecins commun (...)

« Les rapports et le but des activités de notre Association [sont :] la propagation de la souffrance par la transmission de maladies vénériennes aux non-malades. Ainsi, de cette façon, en augmentant le chômage et la misère [parmi les ouvriers], nous pourrons briser leur moral et en profiter [de cette population]. »46

  • 47 « Ύστερα από τη χαφιέδικη δίκη – Η αισχρή σκηνοθεσία ενάντια στους γιατρούς δεν έκρυψε το έγκλημα ε (...)

13Pour se défendre contre de telles accusations, le Dr Antoniadis affirme dans une interview à Rizospastis que les médecins d’« Aide au travail » (Εργατική Βοήθειa) avaient présenté leur programme pour la santé lors d’une assemblée de 800 médecins à Athènes, et que parmi eux 180 avaient voté pour l’aide destinée aux ouvriers et leurs familles47. Quatre parmi les huit accusés sont finalement condamnés à la prison et à l’exil, au titre de l’application de l’idiônymon. À l’occasion de ce procès, le journal Estia n’hésite pas à identifier le communisme à l’anarchie morale :

  • 48 « Ο κομμουνισμός των διαννοουμένων » (« Le communisme des intellectuels »), Estia, 3 juin 1933, p.  (...)

« Il s’agit d’un mouvement qui doit être repoussé au-delà des murs de la société, dans l’exil, car ces gens souffrent […] d’anarchie spirituelle et morale, une maladie mentale et psychique qui a pour conséquence de faire de tous ces jeunes des victimes faciles de la propagande communiste. »48

  • 49 Efi Tsea, « Η είσοδος των ελληνίδων στην πολιτική και το δημόσιο βίο μέσα από το δρόμο της εξορίας. (...)

14Afin de souligner ce danger moral, le journal Aθηναϊκά Νέα (Actualités athéniennes) publie le récit de deux sœurs communistes condamnées à « la famine, au dénuement et à la misère par leurs camarades [et] forcées [pour survivre] de se donner [sexuellement] à 24 hommes49 ».

  • 50 Sofia Vidali, « Politique de prévention et de sécurité en Grèce : le contrôle politique, passé et p (...)
  • 51 Vasiliki Theodorou, « Μεταβαλλόμενα πλαίσια συνάφειας μεταξύ εθελοντών, ειδικών και κράτους: το παρ (...)
  • 52 Ioannis Metaxas, « Το κράτος φρουρός της ηρεμίας και της τάξεως. Η κυβέρνησις της 4ης Αυγούστου κατ (...)
  • 53 Demetra Tzanaki, «Δίωξη του τριβαδισμού/σοδομισμού/ομοφυλοφιλίας/λεσβιανισμού. Διαφορετικές εκδοχές (...)

15Ainsi, sur simple accusation d’une immoralité criminelle, il est prévu des peines de déportation – mesure adoptée en 187150 pour combattre le banditisme social, le cambriolage, les vols et d’autres délits de voie urbaine – avec des intentions politiques évidentes. En septembre 1925, le Service spécial de sécurité est créé, sous la direction de Georgios Fessopoulos (1882-1971), dont l’objectif est de surveiller de près les membres et les partisans du Parti communiste. Parallèlement, le Service d’éthique de la police, qui était jusque-là un service indépendant de référence contre la prostitution, passe à partir de 1929 sous l’autorité de la « Sous-direction générale de la Sécurité » (Υποδιεύθυνση Γενικής Ασφαλείας). La « santé mentale » des criminels désignés comme des « fous immoraux » devient un champ d’investigation à part entière pour ce service, installant le pouvoir des institutions étatiques51. En outre, le département de la Sécurité générale d’Athènes ne cesse de revenir entre 1934 et 1935 sur le « miasme anarchiste » du communisme qui prolétarise les masses52, provoquant une augmentation de l’immoralité criminelle chez les anormaux mentaux et psychiques parmi les classes populaires53.

  • 54 Konstantinos Gardikas, Εγκληματολογία. Τόμος Α’. Εισαγωγή και Γενικά Αίτια των Εγκλημάτων [criminol (...)
  • 55 Ibid., p. 392
  • 56 Γιώργος Αλεξάτος, Η Εργατική τάξη στην Ελλάδα. Από την πρώτη συγκρότηση στους ταξικούς αγώνες του Μ (...)
  • 57 Ibid.
  • 58 Kristin Ross, L’Imaginaire de la Commune, Paris, La Fabrique, 2015, p. 179 ; Rosi Braidotti, The Po (...)

16Dans le même temps, le criminologue grec Konstantinos Gardikas (1896-1984) publie un ouvrage en trois volumes, Criminologie (1936), où il interprète la criminalité comme le résultat de la vulnérabilité mentale des couches sociales inférieures. Contrairement à l’interprétation marxiste qui se concentre, quant à elle, sur le rôle joué par les conditions économiques dans l’émergence de la criminalité, Gardikas conclut : « Ces conditions économiques et l’environnement sont souvent très défavorables, mais ça ne suffit pas pour expliquer comment l’un des enfants est criminel, alors que l’autre ne l’est pas54 ». Gardikas utilise le même argument pour expliquer les grèves qui marquent la réalité politique grecque après la Première Guerre mondiale comme une illusion entretenue par les foules sous l’influence du marxisme55. En 1935, 12 000 travailleurs de l’industrie du tabac à Thessalonique, Volos et Serres, dont 7 000 femmes, se mettent en grève56. Leur lutte jette les bases d’une grève qui touche, dans la même année, l’ensemble des secteurs professionnels et qui débouche sur de violents affrontements avec les forces de l’ordre, provoquant 12 morts et 35 blessés57. Or, selon le point de vue de Gardikas, les grèves ne seraient qu’un crime commis par la foule ; en instrumentalisant le discours biologique et médical, la classe dominante « revendique le monopole de l’humanité58 ».

Libido sexualis

  • 59  Wayne Dynes & Stephen Donaldson (dir.), Homosexuality and Government, Politics & Prisons, Londres, (...)
  • 60 David Renton, Dissident Marxism : Past Voices for Present Times, Londres, Zed Books, 2004.
  • 61 Vladimir Lenin, « Lenin Collected Works, Progress Publishers, 1971, p. 217, en ligne : <https://www (...)
  • 62 William Z. Foster, History of the Three Internationals. The World Socialist and Communist Movements (...)
  • 63 <https://www.marxists.org/history/international/comintern/2nd-congress/ch07.htm ; Vladimir Lenin, « (...)
  • 64  Heinz Brahm, « La “révolution permanente” de Trotski et le “socialisme dans un seul pays” de Stali (...)
  • 65  Éric Aunoble, « Mouvement éphémère. Le proletkult, ou la culture des masses », Campus, no 130, dos (...)

17À la suite de la révolution d’Octobre, le code pénal russe précédemment en vigueur est aboli dans son intégralité. Les dirigeants bolcheviks ordonnent que « l’homosexualité et l’hétérosexualité [soient] traitées de la même manière par la loi59 ». Au sein d’un pays dévasté et plongé dans des conditions de dénuement extrême, les bolcheviks accordent de nombreux droits aux femmes60. Ainsi, à partir des années 1930, les communistes grecs se trouvent confrontés non seulement au discours biologique et médical bourgeois, mais aussi aux récentes réformes en Union soviétique, qui marquent un tournant en termes de libération sexuelle dans la politique communiste officielle. Dès le début de la décennie, les membres du parti sont appelés à dominer leur instinct sexuel, notamment suite à la défaite du Proletkult (selon l’acronyme russe Proletarskaïa koultoura)61 et après l’acceptation des 21 positions d’adhésion à l’Internationale communiste62, dont la plupart ont été suggérées par Lénine (1870-1924)63, et qui renforcent l’autorité des partis communistes sur leurs membres64. Joseph Staline (1878-1953) met définitivement fin au mouvement des clubs ouvriers, tout en continuant à̀ promouvoir l’« autonomie créative des masses ». Il réactive cette rhétorique dans le but de valoriser l’industrialisation du pays entre 1929 et 1931, avant de réunir tous les organismes artistiques sous une chape de plomb : celle du « réalisme socialiste65 ».

  • 66 Richard C. M. Mole, « Soviet and Post-Soviet Sexualities », Slavic Review, vol. 77, no 1, printemps (...)
  • 67 Ibid.

18Sous Staline, l’homosexualité est désormais construite en termes idéologiques comme une forme de dégénérescence. Ainsi, sa pénalisation en 1934 est saluée comme le « triomphe de l’humanité prolétarienne ». Nikolai Krylenko, commissaire soviétique à la Justice, accompagne ses mesures disciplinaires avec une déclaration postulant qu’après quinze ans de socialisme, « il n’y a aucune raison de devenir gay » et que ceux qui persistent ne peuvent qu’appartenir aux « restes des classes exploiteuses66 ». De la sorte, les femmes homosexuelles et bisexuelles ne sont pas traitées comme des criminelles, mais comme des malades mentales qui ont besoin d’interventions médicales et psychiatriques67.

  • 68 Laurent Gayer, « Faire l’amour et la guerre. Le problème des “relations physiques” au sein de la Pe (...)
  • 69 Ibid.
  • 70 Au milieu des années 1920, le mouvement des « Archéomarxistes » a rassemblé un grand nombre d’adhér (...)
  • 71  Costas Paloukis, Αρχειομαρξιστές. Οι άλλοι κομμουνιστές του Μεσοπολέμου, op. cit., p. 283-292.
  • 72  Ibid., p. 268.
  • 73 Ibid., p. 274.
  • 74  Ibid., p. 240.

19Les communistes grecs développent alors un discours analogue à celui propagé en Union soviétique et sanctionnent les pratiques « déviantes » qui vont à l’encontre des normes dominantes du communisme. Dans ce contexte, la rhétorique employée principalement par les archéomarxistes, mais également par le KKE à partir de 1930, associe l’anormalité mentale à un certain nombre de « délits », tels que l’alcoolisme, la paresse, le jeu des cartes, la dépendance, l’incontinence, la perversion et la masturbation, à savoir les stigmates d’une société matriarcale, efféminée et bourgeoise. Dès lors, les communistes cultivent le souci de protéger leur identité vis-à-vis des dérives libidinales68. Comme l’indique l’historien Costas Paloukis69, la gauche dans son ensemble – les communistes tout comme les archéomarxistes70 – se positionne contre une masculinité dominée par l’addiction, le gaspillage, la paresse, autrement dit la perversion71, tout en mettant en avant le modèle d’un communiste productif, rationnel, sobre, dont l’objectif serait le progrès et le développement du socialisme. La femme communiste devrait cesser de se comporter d’une manière efféminée (θηλυκό)72, ce qui signifiait qu’elle devrait être « sérieuse » et ne pas perdre son temps dans « les fêtes73 » ou les relations sexuelles hors mariage. Ainsi, les camarades ou les membres du parti eux-mêmes sont appelés à obéir à un discours biomédical de normalité mentale exigeant la maîtrise des instincts, qui permettrait aux membres de « donner leur vie au parti74 ».

Idiônymon (ou article 10)

  • 75 Neni Panourgiá, Dangerous Citizens. The Greek Left and the Terror of the State, New York, Fordham U (...)
  • 76 Costas Paloukis, Αρχειομαρξιστές. Οι άλλοι κομμουνιστές του Μεσοπολέμου, op. cit., p. 262.
  • 77 Costas Mpirkas, Sous la botte de la dictature, 1936-1940 (Κάτω απ’ τη Μπότα της Δικατορίας, 1936-19 (...)
  • 78 Neni Panourgiá, Dangerous Citizens. The Greek Left and the Terror of the State, op. cit, p. 44 et 2 (...)

20L’idiônymon (ιδιώνυμο) stalinien, connu également comme l’article 1075 parmi les communistes envoyés en exil au milieu des années 1930, finit par établir une norme comportementale et présente ainsi une importance particulière76. En interdisant lors de déplacements toute relation sexuelle entre communistes, ou entre ces derniers et les « locaux77 », il impose une forme de condamnation sociale et morale à l’intérieur du milieu communiste. En cas de désobéissance, les membres sont expulsés du parti et obligés de signer des « déclarations de repentir » (δηλώσεις μετανοίας78). Or, comme nous l’avons présenté plus haut, le terme idiônymon était également utilisé dans le droit pénal grec pour désigner un délit sans parallèle, sans précédent, sans aucune affinité avec les autres crimes. De leur côté, les communistes en exil adoptent ce terme afin de souligner le caractère exclusivement sexuel de crimes tels que la pratique de l’onanisme et les rapports sexuels entre les membres du parti, hors mariage, ou avec les habitants des îles, traduisant ainsi les principes d’une nouvelle éthique prolétarienne.

  • 79 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1993 [1975].

21À partir de 1930, ce concept est associé à une persécution multiple contre le désir humain et, surtout, à l’application d’un vocabulaire lié à la pathologie. De fait, on demande aux communistes de se positionner contre une notion issue d’une soi-disant idéologie bourgeoise79. De 1929 à 1935, alors que le nombre d’exilés double et que les femmes sont désormais systématiquement déplacées, les mesures mises en œuvre parmi les exilés sont strictes quant aux relations entre les membres du parti. Dans les années 1920, une série de visites à l’hôpital Andreas Syggros sont organisées pour informer les archéomarxistes des dangers des maladies vénériennes provoquées par les relations libres. L’idiônymon stalinien définit et théorise une norme psychique au sein du parti.

  • 80 Christina Alexopoulos, « La déclaration de repentir dans la Grèce des années 1940 », op. cit.

22Selon cette hypothèse, les relations amoureuses libres pourraient éroder la solidarité du groupe et sa capacité d’action collective. Pendant les années 1930, les exilés suivent des cours d’éducation sexuelle, au sein desquels des notions de santé communiste mentale sont introduites dans le but de protéger la culture communiste des instincts bourgeois immoraux, comme celui de la masturbation. En Grèce, le communiste en exil s’identifie alors à un combattant qui lutte avant tout contre ses instincts, ces derniers étant censés représenter un héritage efféminé et dégénéré, conformément au discours biomédical dominant de l’époque (psychiatrie, criminologie, psychanalyse). Ceux qui « dévient » de ce régime sont forcés de signer des « déclarations de repentir80 » pour leurs actions et de quitter leur lieu d’exil, stigmatisés par le parti et par la société. Un exemple typique de ces persécutions est celui d’Anastasia Nikolaidi.

  • 81 Kenna Margaret, The Social Organization of Exile. Greek Political Detainees in the 1930s, Londres, (...)
  • 82 Nikos Tzamaloukas, Ανάφη –Ένας Γολγοθάς της λευτεριάς (Anafi - Un Golgotha de liberté), Athènes, Ei (...)

23Anastasia Nikolaidi, ouvrière dans une manufacture de tabac de Kavala (ville du nord de la Grèce), mariée à un conseiller municipal communiste, mère de trois enfants et exilée à Anafi depuis 1933, quitte l’île en 1938 en signant une déclaration de repentir. Selon les témoignages des exilés, elle a eu une liaison avec l’un des co-exilés81. Par ailleurs, un autre exilé, Nikos Tzamaloukas, a décrit deux ou trois cas similaires où il y a eu des rapports sexuels entre co-exilés, à l’instar de l’histoire d’un individu expulsé du groupe suite à ses rapports avec une insulaire d’Anafi82. Au cours de la même période, toutes les relations homosexuelles sont proscrites, tandis que la masturbation se trouve stigmatisée comme un acte anormal, d’où une série de présentations spéciales par des médecins, introduits parmi les exilés, femmes et hommes, d’après le témoignage de Tzamaloukas :

  • 83 Ibid., p. 59.

« Beaucoup de nos camarades ont montré des signes d’hystérie et diverses anomalies physiques. J’ai assisté à une conférence du Dr Zikas sur les effets néfastes de l’acte d’autosatisfaction sexuelle sur le corps humain. De cette manière [avec les conférences publiques] et avec des contacts personnels, nos jeunes ont été aidés à arrêter ce mal nuisible. Il a fallu une forte volonté et une forte foi pour combattre la nature, alors même que tout autour de vous, cette dernière vous sourit et vous met au défi. »83

Conclusion

24Quelques rares voix s’élèvent à gauche contre l’idiônymon stalinien. L’exemple de Kaiti Zevgou est éloquent. Exilée pendant la dictature (1936-1940) d’Ioannis Metaxas à Folegandros, Kaiti Zevgou proteste contre cette manipulation que représente l’idiônymon. De même, le magazine Stathmos, « organe du groupe des psychanalystes sans classe » (Όργανο της Αταξικής Ομάδας Ψυχαναλυτών), édité à Patras durant les années 1930, critique durement l’adoption de l’éthique bourgeoise par la gauche :

  • 84 Dinos Alalos, « Γκρεμός » (« Falaise »), Stathmos, n° 1, 1933, p. 2-6.

« Malgré les efforts désespérés de la Troisième Internationale en Russie, celle-ci n’a pas réussi à changer les fondements de la culture bourgeoise, mais seulement son contenu superficiel (…). Les mêmes acteurs qui constituaient la culture bourgeoise constituent aujourd’hui la culture prolétarienne. La sainte famille, base de la Russie capitaliste, a été préservée et par la suite, ce qui est le plus tragique, elle a été érigée [en valeur précieuse]. »84

25Cependant, la période de l’entre-deux-guerres, particulièrement après 1930, est marquée par une redéfinition de l’éthique bourgeoise au sein du milieu communiste grec, avec des conséquences qui s’avéreront tragiques pour la construction de l’identité communiste dans le pays.

Haut de page

Notes

1 Voir Demetra Tzanaki, « Ο αυνανισμός και το κομμουνιστικό ‘ψυχικό νόσημα’. Μια ανάλυση της Άννας Κατσίγρα, Περί της γενετήσιας αγωγής για τ’ αγόρι (1935) » (« Onanisme et “maladie psychique” communiste. Une analyse d’Anna Katsigra, sur l’éducation sexuelle du garçon (1935) », Krisi, no 5, 2019, p. 7-33) et Demetra Tzanaki, « Μια αναδρομική ανάγνωση δώδεκα εργατικών ατυχημάτων ‘τραυματικής υστερίας’ : Μια επικίνδυνη ερμηνεία περί της εκθηλυμένης/υστερικής ζωής από τον Α’ Παγκόσμιο στο 2020 » [« Une lecture rétrospective de douze accidents du travail « hystérie traumatique » : Une interprétation dangereuse de la vie dégénérée, de la Première Guerre mondiale à 2020 »], Theseis, no 154, 2021, p. 83-113.

2 Comme l’indique Angela Davis, le discours politique officiel a facilement conclu, même en 1965, que la structure matriarcale des familles afro-américaines « justifiait les récents problèmes économiques et sociaux des Noirs » (Angela Davis, Femmes, race et classe, Paris, Des Femmes, 2007, p. 22).

3  Voir Costas Paloukis, Αρχειομαρξιστές. Οι άλλοι κομμουνιστές του Μεσοπολέμου (Archéomarxistes. Les autres communistes de l’entre-deux-guerres), Athènes, Asini, 2020, p. 255-257.

4  Voir Demetra Tzanaki, « Ο αυνανισμός και το κομμουνιστικό ‘ψυχικό νόσημα’. Μια ανάλυση της Άννας Κατσίγρα, Περί της γενετήσιας αγωγής για τ’αγόρι (1935) » (« Onanisme et “maladie psychique” communiste. Une analyse d’Anna Katsigra sur l’éducation sexuelle du garçon (1935) »), op. cit.

5  Εγκληματολογική Στατιστική. Έτος 1929 (Statistiques criminologiques. Année 1929), Athènes, Ministère de l’Économie nationale, 1931, p. i-xi.

6 Christina Alexopoulos, « La déclaration de repentir dans la Grèce des années 1940 », Cahiers balkaniques, no 38-39, 2011, en ligne : <https://journals.openedition.org/ceb/773> [consulté en janvier 2021].

7 Thanos Veremis et O. Dimitrakopoulos (éd.), Μελετήματα γύρω από τον Βενιζέλο και την εποχή του (Études autour de Venizelos et de son époque), Athènes, Filippotis, 1980.

8 Neni Panourgia, Dangerous Citizens. The Greek Left and the Terror of the State, New York, Fordham University, 2009, p. 24.

9 « Μία απίστευτος αστυνομική καταγγελία – Οκτώ κομμουνισταί ιατροί κατηγορούνται ότι μετέδιδον νοσήματα δια να συντρίψουν το αστικό καθεστώς ! » (« Une incroyable plainte policière : huit médecins communistes sont accusés de transmettre des maladies pour renverser le régime bourgeois ! »), Akropolis, 3 juin 1933, p. 1-2.

10 Costas Paloukis, Αρχειομαρξιστές. Οι άλλοι κομμουνιστές του Μεσοπολέμου (Archéomarxistes. Les autres communistes de l’entre-deux-guerres), op. cit., p. 244.

11 Le 4 novembre 1918, Abraham Benaroya fonde le Parti socialiste travailliste de Grèce (SEKE) (« Σοσιαλιστικό Εργατικό Κόμμα Ελλάδας »). Lors de son deuxième congrès (1920), le SEKE décide de rejoindre la Troisième Internationale. Lors du troisième congrès de 1924, le SEKE prend le nom de KKE et adopte le marxisme-léninisme.

12 Costas Paloukis, Αρχειομαρξιστές. Οι άλλοι κομμουνιστές του Μεσοπολέμου (Archéomarxistes. Les autres communistes de l’entre-deux-guerres), op. cit.

13 Greg Carleton, « Writing-Reading the Sexual Revolution in the Early Soviet Union », Journal of the History of Sexuality, vol. 8, no 2, octobre, 1997, p. 232-234.

14 David Renton, Dissident Marxism : Past Voices for Present Times, op. cit.

15 Rizospastis a été fondé en juin 1916 à Thessalonique. À partir de 1917 et jusqu’à son interdiction en 1936, il a été publié à Athènes.

16 Alexandra Kollontaï, « Ο έρωτας στη νέα κοινωνία » (« L’amour dans la nouvelle société »), Rizospastis, 24/02/1925-11/03/1925, Διάφορα, no 23, 2020, en ligne: <http://journals.openedition.org/variations/1473> [consulté le 25 décembre 2020].

17 Ibid. Voir également Demetra Tzanaki, « Δίωξη του τριβαδισμού/σοδομισμού/ομοφυλοφιλίας/λεσβιανισμού. Διαφορετικές εκδοχές της ψυχικής δίωξης ενάντια της ανθρώπινης ανυπακοής (1834-1951) » (« La persécution du tribadisme/de la sodomie/de l’homosexualité/du lesbianisme. Différentes versions de la persécution psychique contre la désobéissance humaine (1834-1951) », Koinonikes Epistimes, no 11, 2020, p. 168-185, et Costas Paloukis, Αρχειομαρξιστές. Οι άλλοι κομμουνιστές του Μεσοπολέμου (Archéomarxistes. Les autres communistes de l’entre-deux-guerres), op. cit., p. 234-292.

18 Demetra Tzanaki, « Sex Work is Work : Greek Capitalism and the Syndrome of Electra, 1922-2018 », dans Jeremy Rayner, Susan Falls, George Souvlis et Taylor Nelms, Back to the ‘30s. Recurring Crises of Capitalism, Liberalism, and Democracy, London, Palgrave McMillan, 2020, p. 365-387.

19 Ibid.

20 Alexandra Kollontaï, « Τα Σοβιέτ κατά της διαφθοράς των γυναικών » (« Les Soviétiques contre la corruption des femmes »), Rizospastis, 15 avril 1925, p. 2.

21 Cesare Lombroso, L’Uomo delinquente, studiato in rapporto all’antropologia, alla medicina legale ed alle discipline carcerane, Milano, Hoepli, 1876.

22 Patrice Pinell, « Genèse et réception de la théorie de la dégénérescence », Revue européenne des sciences sociales, vol. 54, no 1, 2016, en ligne : <https://journals.openedition.org/ress/3507> [consulté en janvier 2021].

23 Gérard Bonnet, « Aux origines de la Clinique des perversions en France. L’article princeps de Charcot et Magnan, “Inversion du sens génital et autres perversions sexuelles” », La Perversion, 2008, p. 187-203 ; Claude-Olivier Doron, « La formation du concept psychiatrique de perversion au XIXe siècle en France », L’Information psychiatrique, vol. 98, no 1, 2012, p. 39.

24 Havelock Ellis, Studies in the Psychology of Sex. Complete in two volumes, London, William Heinemann Medical Books Ltd, 1908 [1901], p. 47.

25 Ibid., p. 13-14.

26 Ibid., p. 29-30.

27 Tie Xiao, Revolutionary Waves, Massachusetts, Harvard University Press, 2017, p. 28.

28 Emilia Musumeci, « Against the Rising Tide of Crime : Cesare Lombroso and Control of the “Dangerous Classes” in Italy, 1861-1940 », Crime, Histoire & Sociétés, vol. 22, no 2, 2018, p. 83-106.

29 Ibid.

30 Demetra Tzanaki, « Πορνεία και ‘Ανελευθερία’ στον Μεσοπόλεμο » (« Prostitution et “absence de liberté” dans l’entre-deux-guerres »), Epitheorisi Koinonikon Erevnon, no 150, 2018, p. 111-149, en ligne : <https://doi.org/10.12681/grsr.17962> [consulté en décembre 2020].

31 Demetra Tzanaki, « Ο αυνανισμός και το κομμουνιστικό “ψυχικό νόσημα”. Μια ανάλυση της Άννας Κατσίγρα, Περί της γενετήσιας αγωγής για τ’αγόρι (1935) » (« Onanisme et “maladie psychique” communiste. Une analyse d’Anna Katsigra, sur l’éducation sexuelle du garçon (1935) »], op .cit.

32 Demetra Tzanaki, « Πορνεία και ‘Ανελευθερία’ στον Μεσοπόλεμο », op. cit.

33  Nikolaos Drakoulidis, Iστoρική και κoινωνική επισκόπησις της πoρνείας, από Διεθνoύς και Eλληνικής Aπόψεως (Revue historique et sociale de la prostitution, d’un point de vue international et grec), Athènes, G. Kallergis, en ligne : <http://anemi.lib.uoc.gr/php/pdf> [consulté en décembre 2020].

34 Demetra Tzanaki, « Sex Work is Work : Greek Capitalism and the “Syndrome of Electra”, 1922-2018 », op. cit.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 15.

37 Nicole Rafter, The Origins of Criminology. A Reader, Londres, Routledge, 2009, p. 114-120 ; Grigorios Katsas, « Η αναγκαστική στείρωσις των ψυχοπαθών εγκληματιών (sterilization) » (« La stérilisation forcée des criminels psychopathes »), Astynomika Hronika, 15 décembre 1954, no 38, p. 1818-1825 ; Richard F. Wetzell, Inventing the Criminal. A History of German Criminology, 1880-1945, Chapel Hill & Londres, The University of North Carolina Press, 2000, p. 156 et 218.

38  Georgiou Sakellariou, Πειραματική Έρευνα του Συναισθηματικού Βίου (Recherche expérimentale sur la vie émotionnelle), Athènes, 1932.

39 Nikolaos Exarchopoulos, « Μέγα Κοινωνικόν και εθνικόν ζήτημα » (« Grand problème social et national »), Sfaira, no 9, mars 1917, p. 4.

40 « Εγκληματολογική Στατιστική. Έτος 1929 » (« Statistiques criminologiques. Année 1929 »), op. cit.

41 Voir Vasiliki Theodorou, « Μεταβαλλόμενα πλαίσια συνάφειας μεταξύ εθελοντών, ειδικών και κράτους: το παράδειγμα του Πατριωτικού Ιδρύματος Προστασίας Παιδιού » (« Des cadres changeants entre les bénévoles, les professionnels et l’État : l’exemple de la Patriotic Child Protection Foundation ») dans Efi Avdela, Haris Exertzoglou et Christos Lyrintzis (dir.), Μορφές Δημόσιας Κοινωνικότητας στην Ελλάδα του Εικοστού Αιώνα (Formes de sociabilité publique en Grèce du XXe siècle), Réthymnon, Université de Crète, 2015, p. 82-96. Une demande similaire sera avancée en 1932 par le sexologue grec Georgios Zouraris (1899-2001) ; voir Georgios Zouraris, « Ο έλεγχος επί των γεννήσεων. Το προγαμιαίον πιστοποιητικόν » (« Contrôle des naissances. Le certificat prénuptial »), Macedonia, 4 septembre 1929, p. 1-3.

42 Costantinos Katsaras, Ψυχική και Κοινωνική Υγιεινή (« Psychic et Sociale Hygiène » ), Athènes, 1940, p. 152.

43 Demetra Tzanaki, « Δίωξη του τριβαδισμού/σοδομισμού/ομοφυλοφιλίας/λεσβιανισμού. Διαφορετικές εκδοχές της ψυχικής δίωξης ενάντια της ανθρώπινης ανυπακοής (1834-1951) », op. cit.

44  Konstantinos Gardikas, Εγκληματολογία. Τόμος Α’. Εισαγωγή και Γενικά Αίτια των Εγκλημάτων (Criminologie. Volume A. Introduction et causes générales de la criminalité), Athènes, Ekdotikos Oikos D. N. Tzanaka, Stef. Delagrammatika, 1948 [1936], p. 4.

45 « Μία απίστευτος αστυνομική καταγγελία – Οκτώ κομμουνισταί ιατροί κατηγορούνται ότι μετέδιδον νοσήματα δια να συντρίψουν το αστικό καθεστώς ! », op. cit.

46 « Η δικογραφία των κομμουνιστών ιατρών-κλοπή σπουδαίου εγγράφου » (« Le dossier des médecins communistes-vol d’un document important »), Vradyni, 5 juin 1933, p. 4.

47 « Ύστερα από τη χαφιέδικη δίκη – Η αισχρή σκηνοθεσία ενάντια στους γιατρούς δεν έκρυψε το έγκλημα ενάντια στους φαντάρους – Δήλωση των γιατρών που καταδικάστηκαν και συνέντευξη με το γιατρό Αντωνιάδη » (« Après le procès organisé par les mouchards – L’horrible mise en scène contre les médecins n’a pas caché le crime contre les soldats – Déclaration des médecins condamnés et entretien avec le Dr Antoniadis »), Ο Neos Rizospastis, 4 juin 1933, p. 1-2.

48 « Ο κομμουνισμός των διαννοουμένων » (« Le communisme des intellectuels »), Estia, 3 juin 1933, p. 1.

49 Efi Tsea, « Η είσοδος των ελληνίδων στην πολιτική και το δημόσιο βίο μέσα από το δρόμο της εξορίας. Γυναίκες και εξορία κατά τη διάρκεια του Μεσοπολέμου » (« L’entrée des femmes grecques dans la politique et la vie publique par la voie de l’exil. Les femmes et l’exil pendant l’entre-deux-guerres »), thèse non publiée, département de science politique et d’administration publique, Athènes, EKPA, 2017.

50 Sofia Vidali, « Politique de prévention et de sécurité en Grèce : le contrôle politique, passé et présent », Déviance et Société, no 25, avril 2001, p. 515-533, en ligne : <https://www.cairn.info/revue-deviance-et-societe-2001-4-page-515.html> [consulté en décembre 2020].

51 Vasiliki Theodorou, « Μεταβαλλόμενα πλαίσια συνάφειας μεταξύ εθελοντών, ειδικών και κράτους: το παράδειγμα του Πατριωτικού Ιδρύματος Προστασίας Παιδιού » (« Des cadres changeants entre les bénévoles, les professionnels et l’État : l’exemple de la Patriotic Child Protection Foundation »), op. cit., p. 82-96.

52 Ioannis Metaxas, « Το κράτος φρουρός της ηρεμίας και της τάξεως. Η κυβέρνησις της 4ης Αυγούστου κατοχύρωσε την εθνικήν ασφάλειαν και εξυγίανσε την ελλην. Κοινωνία » (« L’État est le gardien de la paix et de l’ordre. Le gouvernement du 4 août a assuré la sécurité nationale et consolidé la société grecque »), Athènes, 1936.

53 Demetra Tzanaki, «Δίωξη του τριβαδισμού/σοδομισμού/ομοφυλοφιλίας/λεσβιανισμού. Διαφορετικές εκδοχές της ψυχικής δίωξης ενάντια της ανθρώπινης ανυπακοής (1834-1951)», op .cit.

54 Konstantinos Gardikas, Εγκληματολογία. Τόμος Α’. Εισαγωγή και Γενικά Αίτια των Εγκλημάτων [criminologie. Volume A’. Introduction et causes générales de la criminalité], op. cit., p. 438.

55 Ibid., p. 392

56 Γιώργος Αλεξάτος, Η Εργατική τάξη στην Ελλάδα. Από την πρώτη συγκρότηση στους ταξικούς αγώνες του Μεσοπολέμου, Athènes, Koukida, 2015.

57 Ibid.

58 Kristin Ross, L’Imaginaire de la Commune, Paris, La Fabrique, 2015, p. 179 ; Rosi Braidotti, The Posthuman, Cambridge, Polity, 2013, p. 20.

59  Wayne Dynes & Stephen Donaldson (dir.), Homosexuality and Government, Politics & Prisons, Londres, Routledge, p. 174.

60 David Renton, Dissident Marxism : Past Voices for Present Times, Londres, Zed Books, 2004.

61 Vladimir Lenin, « Lenin Collected Works, Progress Publishers, 1971, p. 217, en ligne : <https://www.marxists.org/archive/lenin/works/1920/oct/09b.htm> ; Dominick Lawton, « Chronology : Comintern Aesthetics – Between Politics and Culture », dans Amelia Glaser et Steven S. Lee, Comintern Aesthetics, University of Toronto Press, 2020, p. xiii-xx ; Aleksandr Bogdanov : Proletkult and conservation, Capitalism Nature Socialism, 5:2, p. 87 ; Amy Skiner, « Spotlights and Searchlights : Theatre and the Russian Revolution », en ligne : <https://www.culturematters.org.uk/index.php/culture/clothing-fashion/itemlist/tag/Proletkult>.

62 William Z. Foster, History of the Three Internationals. The World Socialist and Communist Movements from 1848 to the Present, Londres, CreateSpace Independent Publishing Platform, 2014, op. cit.

63 <https://www.marxists.org/history/international/comintern/2nd-congress/ch07.htm> ; Vladimir Lenin, « Collected Works », en ligne : <https://www.marxists.org/history/international/comintern/2nd-congress/ch07.htm> ; <https://www.marxists.org/archive/lenin/works/1920/jul/x01.htm> ; Félix Boggio Éwanjé-Épée, « L’hégémonie au regard des politiques sexuelles et nationales du socialisme bolchévique dans la Russie révolutionnaire », Genre, Sexualité & Société, no 13, printemps 2015, en ligne : <https://journals.openedition.org/gss/3558> ; William Z. Foster, History of the Three Internationals. The World Socialist and Communist Movements from 1848 to the Present, op. cit.

64  Heinz Brahm, « La “révolution permanente” de Trotski et le “socialisme dans un seul pays” de Staline », Cahiers du monde russe, vol. 6, no 1, 1965, p. 84-99, en ligne : <https://www.persee.fr/doc/cmr_0008-0160_1965_num_6_1_1610>.

65  Éric Aunoble, « Mouvement éphémère. Le proletkult, ou la culture des masses », Campus, no 130, dossier « Histoire », en ligne : <https://www.unige.ch/campus/files/4915/0537/3518/Proletkult.pdf> ; Michel Aucouturier, « Du nouveau sur le “réalisme socialiste” », Sociétés & Représentations, n° 15, janvier 2003, p. 363-368 ; Ioana Popa, « Le réalisme socialiste, un produit d’exportation politico-littéraire », Sociétés & Représentations, op. cit., p. 261-292.

66 Richard C. M. Mole, « Soviet and Post-Soviet Sexualities », Slavic Review, vol. 77, no 1, printemps 2018, p. 1-3, en ligne : <https://www.cambridge.org/core/journals/slavic-review/article/introduction-to-soviet-and-postsoviet-sexualities/FDD35E028A0C25DFCFE223BA5972EEEF/core-reader>.

67 Ibid.

68 Laurent Gayer, « Faire l’amour et la guerre. Le problème des “relations physiques” au sein de la People’s Liberation Army (PLA) du Népal », Politix, no 107, mars 2014, p. 85-115, en ligne : <https://www.cairn.info/revue-politix-2014-3-page-85.htm#no6>.

69 Ibid.

70 Au milieu des années 1920, le mouvement des « Archéomarxistes » a rassemblé un grand nombre d’adhérents, parfois à l’intérieur et à l’extérieur du KKE. Bien que le bolchévisme russe ait été leur modèle dans les années 1930, les archéomarxistes se situaient principalement sur la rhétorique de l’honneur et de la morale et moins sur la rhétorique communiste purement politique. Enfin, la proposition politique de Dimitris Giotopoulos d’ouvrir l’organisation au syndicalisme a amené après 1926 les archéomarxistes à entrer en conflit frontal avec le KKE à tous les niveaux.

71  Costas Paloukis, Αρχειομαρξιστές. Οι άλλοι κομμουνιστές του Μεσοπολέμου, op. cit., p. 283-292.

72  Ibid., p. 268.

73 Ibid., p. 274.

74  Ibid., p. 240.

75 Neni Panourgiá, Dangerous Citizens. The Greek Left and the Terror of the State, New York, Fordham University Press, 2009, p. 24.

76 Costas Paloukis, Αρχειομαρξιστές. Οι άλλοι κομμουνιστές του Μεσοπολέμου, op. cit., p. 262.

77 Costas Mpirkas, Sous la botte de la dictature, 1936-1940 (Κάτω απ’ τη Μπότα της Δικατορίας, 1936-1940), Athènes, Melissa, 1966, p. 261.

78 Neni Panourgiá, Dangerous Citizens. The Greek Left and the Terror of the State, op. cit, p. 44 et 208.

79 Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1993 [1975].

80 Christina Alexopoulos, « La déclaration de repentir dans la Grèce des années 1940 », op. cit.

81 Kenna Margaret, The Social Organization of Exile. Greek Political Detainees in the 1930s, Londres, Routledge, 2001.

82 Nikos Tzamaloukas, Ανάφη –Ένας Γολγοθάς της λευτεριάς (Anafi - Un Golgotha de liberté), Athènes, Eirini, 1975, p. 59-60. 

83 Ibid., p. 59.

84 Dinos Alalos, « Γκρεμός » (« Falaise »), Stathmos, n° 1, 1933, p. 2-6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Demetra Tzanaki et Efi Tsea, « Psychiatrie, criminologie et communisme. La persécution de la « libido dégénérée » en Grèce de 1917 à 1940 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 150 | 2021, 79-95.

Référence électronique

Demetra Tzanaki et Efi Tsea, « Psychiatrie, criminologie et communisme. La persécution de la « libido dégénérée » en Grèce de 1917 à 1940 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16899 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16899

Haut de page

Auteurs

Demetra Tzanaki

Université nationale et kapodistrienne d’Athènes (NKUA)

Efi Tsea

Université nationale et kapodistrienne d’Athènes (NKUA)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search