Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150DOSSIERWilhelm Reich et la politique de ...

DOSSIER

Wilhelm Reich et la politique de l’homosexualité dans le mouvement Sex-Pol

Cat Moir
p. 97-118

Résumés

Le mouvement Sex-Pol (Sexualpolitik) a été fondé en 1927 à Vienne par Wilhelm Reich. Biologiste et psychanalyste de formation, Reich s’est politisé au cours de la Révolte de Juillet 1927 (Julirevolte) à Vienne, et s’est convaincu que la violence politique résultait de la répression des appétits sexuels. Selon lui, la répression sexuelle serait l’une des causes principales de la politique réactionnaire. La libération sexuelle ne serait donc pas tant un des objectifs du mouvement communiste qu’un moyen pour réaliser une société plus juste et moins violente. Dans ce contexte, pendant les années 1930, le mouvement Sex-Pol a considéré la morale sexuelle comme une véritable arme de la lutte contre le fascisme. Mais l’œuvre de Reich révèle aussi des contradictions propres à la morale sexuelle du communisme et du mouvement ouvrier de la période de l’entre-deux-guerres, particulièrement à propos de la question de l’homosexualité. Pour Reich, l’homosexualité était un détournement de l’énergie sexuelle « normale », associé à des personnalités refoulées susceptibles d’être séduites par des tendances autoritaires.

Haut de page

Texte intégral

1Au début du vingtième siècle, le prolétariat urbain européen n’avait guère accès ni à l’éducation sexuelle ni à aucun service de santé sexuelle. Les grossesses non désirées et les familles nombreuses demeuraient la norme ; la maternité hors mariage était fortement stigmatisée ; la prostitution était parfois une nécessité économique ; les maladies sexuellement transmissibles étaient courantes, mal comprises et souvent mortelles. Au-delà de l’aspect pratique, les préférences et les désirs sexuels, y compris ceux des personnes de même sexe, étaient souvent entourés de mystère.

2Les événements de 1917 ont révolutionné à la fois l’éthique sexuelle et la politique publique en matière de santé sexuelle dans le nouvel État soviétique. La révolution russe n’était pas uniquement inspirée par l’idée de transformer les relations sociales : elle visait aussi à y parvenir par la création d’un nouveau type de sujet social. La libération du désir sexuel et la transformation des structures familiales traditionnelles étaient donc un élément central de l’idéologie communiste dans les années postrévolutionnaires. Dans la législation soviétique initiale, les couples non mariés se voyaient accorder les mêmes droits que les couples mariés ; les enfants nés hors mariage avaient les mêmes droits que les enfants « légitimes » ; l’avortement était légalisé, tout comme l’homosexualité ; des mesures sociales étaient prises pour combattre la prostitution ; des cliniques de santé sexuelle et des refuges pour femmes étaient créés.

3Ces idées ont été reprises par les communistes et les sociaux-démocrates dans toute l’Europe. Au cours des années 1920 et au début des années 1930, des psychanalystes motivés par une volonté de réforme sociale ont créé des cliniques gratuites au service de la classe ouvrière. Dans ce contexte, Wilhelm Reich met en avant son programme Sex-Pol, qui vise à mettre une éducation positive en matière de santé sexuelle au service de la lutte sociale.

4Reich pensait que les mœurs bourgeoises étouffaient le libre développement de la sexualité naturelle et qu’au contraire cette répression sexuelle contribuait à la production de types de personnalités autoritaires, susceptibles d’être attirées par le fascisme. Il pensait donc que des cliniques de santé sexuelle pouvaient contrer la menace nazie en permettant au prolétariat de poursuivre librement ses désirs. Selon lui, la liberté du désir était en partie une question d’éducation et de transformation des attitudes, mais elle avait également des implications en termes de politique publique, telles l’accès à des contraceptifs, la prévention et le traitement des maladies sexuellement transmissibles, jusqu’à la fourniture de meilleures opportunités grâce à des logements moins exigus.

5Si le programme de Reich était sans aucun doute remarquablement progressiste pour l’époque, lui et nombre de ses contemporains du mouvement Sex-Pol – abréviation de Reichsverband für Proletarische Sexualpolitik (Association allemande pour une sexualité prolétarienne), l’organisation fondée par Reich sous l’égide du Parti communiste allemand en 1931, mais cette expression est utilisée rétrospectivement pour désigner le travail de politique sexuelle de Reich à partir de la fin des années 1920 – n’ont pas su appliquer le même esprit libérateur de l’éthique sexuelle communiste au sujet de l’homosexualité. Reich avait tendance à considérer l’homosexualité comme une aberration typiquement de droite, nationaliste et même fasciste.

  • 1 Je tiens à remercier Charles Wolfe pour ses commentaires utiles sur cet article.

6Je propose ici différents facteurs explicatifs possibles : d’une part les préjugés existants concernant l’homosexualité ; mais aussi l’opportunisme politique d’une gauche qui cherchait à discréditer les nazis, y compris en ayant recours à des préjugés homophobes ; il faut aussi prendre en compte une perspective masculiniste dominante dans l’imaginaire communiste et social-démocrate ; enfin, le cadre théorique posé par Reich décrivait l’autoritarisme politique comme le résultat d’une sexualité « naturelle » (c’est-à-dire hétéronormative) réprimée1.

La sexualité prolétarienne au tournant du 20e siècle

7Dans les premières décennies du 20e siècle dans l’Empire allemand,

  • 2 Bajohr, « Sexualaufklärung im proletarischen Milieu », p. 59.

« l’éducation sexuelle dans le milieu prolétaire était caractérisée par l’absence de parole et la distance, l’ignorance et la peur [...] de la progéniture non désirée, de l’appauvrissement, de l’échec du planning familial, [et aussi] des maladies vénériennes. »2

  • 3 Kelly, The German Worker.

8Il est certain que l’ignorance et la répression en matière de sexualité ne sont pas des problèmes exclusivement prolétariens. Pourtant, comme le montrent les autobiographies d’ouvriers de l’Allemagne impériale, la vie sexuelle des classes ouvrières se caractérisait par la combinaison d’appauvrissement et de manque d’éducation, qui rendait d’autant plus urgentes les réformes3.

  • 4 Sieder, Sozialgeschichte der Familie, p. 200 ; Bajohr, 2003.
  • 5 Bajohr, op. cit., p. 61-63.

9Même dans une ville comme Braunschweig – pourtant un bastion du Parti social-démocrate allemand (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, SPD), et du Parti social-démocrate indépendant allemand (Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands, USPD), plus radical, qui s’était séparé du parti majoritaire en 1917 en raison du soutien de ce dernier à la Première Guerre mondiale –, les prolétaires avaient peu accès à l’éducation sexuelle et aux services de santé. L’étude d’histoire orale de Stefan Bajohr à propos des Allemands de la classe ouvrière nés à Braunschweig entre 1871 et 1914 confirme qu’il régnait un « vœu de silence » à propos de la vie sexuelle dans ces milieux4. Les participants à cette étude confirment que les questions sexuelles étaient entourées de secret5.

  • 6 Bajohr, op. cit., p. 63.
  • 7 Ibid.

10La plupart des participants ont eu leur premier rapport sexuel entre 19 et 22 ans, mais plusieurs d’entre eux ont déclaré ne pas bien comprendre les causes de la grossesse lorsqu’ils sont eux-mêmes devenus parents6. L’une des méthodes préférées des parents qui souhaitaient transmettre leurs propres connaissances, mais n’avaient pas suffisamment confiance en eux-mêmes pour parler de sexe, était de laisser traîner l’un des nombreux livres de conseils populaires (souvent médicaux) pour que leurs adolescents le trouvent7.

  • 8 Marcuse, Geschlechtliche Erziehung in der Arbeiterfamilie, p. 15.

11La gauche politique était loin d’être immunisée contre les problèmes de pudeur et les préjugés. En effet, le silence des parents issus de la classe ouvrière était souvent tout à fait conforme à la morale socialiste officielle. De nombreux éducateurs sexuels sociaux-démocrates, tel Julian Marcuse, estimaient que les jeunes n’avaient besoin d’apprendre comment avait lieu la procréation qu’à l’âge de quinze ans, et même alors, l’« éducation sexuelle » recommandée commençait et se terminait par l’information selon laquelle le corps féminin avait des ovaires et que la reproduction n’était possible que si les ovules à l’intérieur étaient fécondés8. Dans l’ensemble, cette éducation sexuelle dispensée au cours des premières décennies du 20e siècle était donc largement médicalisée et axée sur la reproduction.

  • 9 Bajohr, op. cit., p. 65.
  • 10 Evans, « Prostitution, State and Society in Imperial Germany », p. 115.
  • 11 Marhoefer, Sex and the Weimar Republic, p. 16.

12Deux autres problèmes d’éducation et de santé sexuelles touchaient de manière disproportionnée les classes populaires : les maladies vénériennes et la prostitution. Cinquante-trois pour cent des hommes souffrant de maladies sexuellement transmissibles à Braunschweig en 1909 étaient issus de milieux populaires9. De même, la grande majorité des prostituées sont issues de familles ouvrières10. La situation sociale des prostitués masculins était probablement très similaire, même s’il est vrai que les chiffres officiels dans ce contexte ne sont pas fiables, étant donné qu’aucune catégorie de ce type n’était reconnue par la loi : le règlement de 1871 sur la prostitution, § 361, n° 6 du code pénal allemand (Reichsstrafsgesetzbuch, RStGB), définissait tout prostitué comme une « weibliche Person» (une personne du sexe féminin). Selon une vaste étude sur les prostitués masculins entreprise par le communiste Richard Linsert, de l’Institut für Sexualwissenschaft (IfS, Institut de sexologie) en 1929, les travailleurs du sexe masculins appartenaient pour la plupart à la classe ouvrière11.

  • 12 Dose, Magnus Hirschfeld.
  • 13 Oosterhuis, « Homosexual Emancipation », p. 1-28.
  • 14 Marhoefer, op. cit., p. 117.
  • 15 Fout, « Sexual Politics in Wilhelmine Germany », p. 388-421.

13L’IfS avait été créé en 1919 par Magnus Hirschfeld, sexologue et militant des droits des homosexuels, qui avait fondé en 1897 le Comité scientifique humanitaire (Wissenschaftlich-humanitäres Komitee, WhK), une organisation dédiée à la réforme du § 175 du RStGB, qui criminalisait l’homosexualité12. Le WhK, comme plus tard l’IfS, traitait la sexualité comme une question médicale13. L’homosexualité, affirmait-il, était une orientation innée : les homosexuels constituaient donc un « troisième sexe » aux côtés des hommes et des femmes, selon Hirschfeld. À cette époque, le simple fait d’avoir des relations sexuelles avec un homme ne signifiait pas que l’on était homosexuel. La psychiatrie et la sexologie considéraient que l’activité homosexuelle à elle seule ne caractérisait pas l’homosexualité ; en effet, de nombreux hommes et femmes « normaux » et « hétérosexuels » avaient des rapports sexuels avec des personnes du même sexe, en particulier pendant la puberté et dans des environnements non mixtes, comme les internats et l’armée14 ». Les prostitués masculins n’étaient donc pas nécessairement considérés comme « gays ». Ainsi, dans ses pétitions visant à réformer l’article 175, le WhK suggère que les actes sexuels entre personnes du même sexe ne soient plus interdits par la loi, sauf en cas d’usage de la force, lorsqu’une personne a moins de seize ans ou en cas de prostitution15. À partir de 1909, les propositions de réforme ont commencé à inclure la prostitution masculine, distincte de la « simple homosexualité », sous l’influence de la campagne continue du WhK. Cependant, une peine de prison très courte était toujours envisagée pour la simple homosexualité, alors que pour la prostitution, une peine de pénitencier pouvant aller jusqu’à cinq ans était exigée. Comme l’a montré l’étude de Linsert à l’époque de Weimar, la grande majorité des prostitués, hommes comme femmes, étaient issus de la classe ouvrière et ces propositions ne permettaient pas d’améliorer leur vie.

  • 16 Herzer, « Communists, Social Democrats, and the Homosexual Movement in the Weimar Republic », p. 19 (...)
  • 17 Dickinson, Sex, Freedom and Power, p. 142.
  • 18 Dickinson, op. cit., p. 165-166.
  • 19 Beachy, « The German Invention of Homosexuality », p. 824.

14De nombreux socialistes allemands se sont publiquement prononcés en faveur des droits des homosexuels. En effet, les objectifs du mouvement pour les droits des homosexuels ont trouvé un soutien politique exclusivement parmi les partis de gauche16. En 1895, le politicien du SPD Édouard Bernstein a plaidé pour la décriminalisation des actes homosexuels entre hommes, niant leur immoralité17. En 1905, le porte-parole parlementaire social-démocrate a adopté la plupart des arguments du WhK en faveur du projet de loi pour les droits des homosexuels18. Le même August Bebel, qui avait écrit dans Les Femmes sous le socialisme (1887) que la libéralisation sexuelle pouvait conduire à la nécessité de « formes spéciales de stimulation » telles que les actes homosexuels, changea ensuite de position pour soutenir la pétition pour la réforme du § 175 en 189819.

  • 20 Ibid. p. 831.

15Pourtant, l’homophobie qui imprègne la société allemande persistait également à gauche. La presse sociale-démocrate exploitait tactiquement ces préjugés pour discréditer ses adversaires politiques. En 1902, le journal berlinois Vorwärts, organe officiel du SPD, rapporte des articles de journaux italiens selon lesquels Friedrich Alfred Krupp, l’industriel le plus riche d’Allemagne, a été expulsé d’Italie pour activités homosexuelles et pédophiles. Krupp envisage de porter plainte pour diffamation contre le journal, mais on lui conseille de ne pas prendre le risque de se parjurer au tribunal. Le 22 novembre 1902, à l’âge de quarante-huit ans, Krupp meurt dans des circonstances mystérieuses, ce qui laisse fortement penser à un suicide. Le Kaiser assiste à ses funérailles et reproche à la presse sociale-démocrate la diffamation calomnieuse qui a conduit à la « crise cardiaque » de Krupp20.

  • 21 Bloch, Beiträge, p. 311.

16Au-delà des positions officielles, il est plus difficile de saisir quelle était la compréhension de l’homosexualité parmi les classes populaires de l’Allemagne impériale. La sous-culture homosexuelle qui s’est développée après 1900, en particulier à Berlin, touchait sans aucun doute divers milieux sociaux, et certains observateurs allemands bourgeois ont été surpris de constater à quel point la plupart des membres de la classe ouvrière étaient indifférents à la diversité sexuelle. En 1902, le psychiatre Iwan Bloch remarque que les ouvriers « considèrent même les anomalies sexuelles comme quelque chose de naturel » et ne sont pas offensés par le sexe anal ou l’homosexualité21. Les témoignages contemporains au sujet du milieu ouvrier suggèrent un mélange d’ignorance et d’ouverture d’esprit. Dans son autobiographie, l’ouvrier d’usine et futur politicien SPD Moritz (surnommé William) Bromme raconte l’histoire d’un voyage à Leipzig à la fin de son adolescence pour rendre visite à son frère. En revenant de la salle de bains de l’auberge de jeunesse vers son lit, une nuit, nu et essayant de trouver son chemin dans l’obscurité, il s’est trompé de lit. Il écrit :

  • 22 Bromme, Lebensgeschichte, p. 123.

17« Finalement, j’ai eu un lit, mais quand j’ai voulu m’y allonger, quelqu’un m’a crié : “Que fais-tu, tu dois être un frère chaleureux (warmer Bruder) ?” Je ne savais pas ce qu’il voulait dire. Je n’avais jamais entendu parler d’homosexualité à l’époque. Mais comme il me tenait bien serré, je lui ai tout avoué ; puis il a ri et m’a laissé partir. Qui était-ce ? Aucun de nous n’en avait la moindre idée, car aucun de nous n’avait vu le visage de l’autre. »22

  • 23 Chauncey, Gay New York.

18À New York, au début du 20e siècle, le genre d’un homme du milieu ouvrier était qualifié de « normal » tant qu’il ne prenait pas un rôle « féminin » dans les rapports sexuels avec un autre homme23. De fait, il pouvait avoir des rapports sexuels entre hommes sans nuire à sa réputation de masculinité « normale ». Il est possible que cette conception des rapports sexuels entre hommes qui ne signifiait pas automatiquement une homosexualité ait été également partagée dans les milieux ouvriers. Quoi qu’il en soit, les lignes franches, amusantes mais aussi touchantes de Bromme – qui décrivent peut-être une rencontre sexuelle, certainement une rencontre amicale – suggèrent que le manque de connaissances sur l’homosexualité chez les ouvriers ne se traduisait pas nécessairement par des préjugés homophobes.

Le communisme et la révolution sexuelle

  • 24 Engelstein, The Keys to Happiness.
  • 25 Carleton, op. cit., p. 3.
  • 26 Healey, « Decriminalisation », p. 33-34.

19Dans les premières décennies du 20e siècle, l’essor du mouvement féministe, l’intérêt croissant des médias pour le sexe et les bouleversements causés par la Première Guerre mondiale et la révolution russe ont fait en sorte que le sexe est devenu une question politique comme jamais auparavant. La révolution russe s’est inspirée des nouvelles idées sur la libération sexuelle. Certes, la réforme sexuelle avait commencé avant Octobre 191724. Cependant, la législation sur le sexe et la famille introduite au lendemain de 1917 était plus progressiste que tout ce qui avait été vu auparavant en Russie25. En 1922, lors de la rédaction d’un nouveau code pénal soviétique, l’homosexualité consensuelle – qui avait été criminalisée par l’article 995 du code juridique tsariste de 1832 – a été retirée de la liste des infractions26.

  • 27 Carleton, op. cit., p. 5-6.
  • 28 Melching, « “A New Morality” », p. 76.

20La gauche internationale a été impressionnée par la libération des mœurs et par les progrès de la législation sexuelle des débuts de la Russie soviétique27. Ces politiques ont clairement influencé les intellectuels et les militants de gauche en Allemagne. En 1926, le pacifiste, communiste, homosexuel affiché et collaborateur régulier du journal de gauche Die Weltbühne, Kurt Hiller, se rend en Union soviétique avec Magnus Hirschfeld. À son retour, il rédige en 1927 une brochure pour le groupe de pression Kartell für Reform des Sexualstrafrechts (Organisation pour la réforme des articles sur la sexualité) dans le but d’influencer les discussions sur l’avortement au Reichstag. L’impact de sa visite en URSS est palpable dans ses écrits. Hiller demande que l’avortement soit légalisé, que seuls les médecins soient autorisés à le pratiquer et que les femmes enceintes soient les seules à pouvoir décider28.

  • 29 Healey, Homosexual Desire, p. 110.
  • 30 Ibid., p. 132.
  • 31 Hiller, « Appeal ».

21En ce qui concerne les droits des homosexuels, le contexte allemand semble avoir exercé une influence intellectuelle importante sur le contexte russe : l’incorporation par August Bebel dans les éditions ultérieures de La Femme et le socialisme d’arguments convaincants en faveur de la nature innée de l’orientation homosexuelle a eu une influence sur le mouvement socialiste russe avant 1917 et dans les débuts du bolchévisme29. Néanmoins, une fois l’homosexualité effectivement dépénalisée en Russie (le § 175 a été aboli en Allemagne de l’Est en 1957, en Allemagne de l’Ouest seulement après la réunification, en 1990), cette influence s’est également exercée dans l’autre sens. Lors d’une visite à Berlin en janvier 1923, le commissaire soviétique à la Santé, Nikolai Semashko, « a indiqué aux alliés allemands du Mouvement international pour la réforme sexuelle que la légalisation soviétique des relations homosexuelles masculines était une mesure délibérément émancipatrice, faisant partie de la révolution sexuelle30 ». Dans son discours au deuxième congrès international sur la réforme sexuelle à Copenhague en 1928, Kurt Hiller fait référence à la dépénalisation de l’homosexualité en Union soviétique comme un exemple à suivre31.

22Dans le contexte de l’Allemagne de Weimar, les avancées de la révolution russe, le contexte plus large de la réforme sexuelle et les changements démographiques après la Première Guerre mondiale se sont conjugués pour influencer les organisations communistes alors en développement. En Autriche également, en particulier à Vienne où les sociaux-démocrates étaient au pouvoir pendant la majeure partie de l’entre-deux-guerres, le Parti social-démocrate d’Autriche (Sozialdemokratische Arbeiterpartei, SDAP) a cherché à créer une culture ouvrière globale intégrant chaque aspect de la vie prolétarienne dans la lutte des classes. Ainsi, la sexualité est devenue une pierre angulaire de la politique socialiste de la Vienne rouge de l’entre-deux-guerres. Les questions sexuelles sont débattues dans les périodiques ouvriers et dans les publications et réunions du SDAP et dans de nombreuses cliniques pour la santé sexuelle. Le « mariage » et la santé maternelle sont créées à destination des ouvriers. C’est dans ce milieu que le psychanalyste communiste Wilhelm Reich crée ses cliniques gratuites de conseil sexuel pour les travailleurs, avec une mission explicitement politique.

Wilhelm Reich et le mouvement Sex-Pol

23Wilhelm Reich est né en 1897 dans une famille juive assimilée de classe moyenne, à Dobzau, dans ce qui était alors la Galicie autrichienne. L’enfance de Reich est marquée par une tragédie : à l’âge de onze ans, il informe son père de la liaison de sa mère avec l’un de ses professeurs particuliers, et crée involontairement une crise conjugale. Sa mère se suicide et son père, déprimé, meurt en 1914. Reich, orphelin à dix-sept ans, fait face à ces tragédies et doit prendre en charge la gestion des biens de son père. Peu après le début de la Première Guerre mondiale, il est contraint d’abandonner le pays et de fuir devant l’avancée des troupes russes. Il rejoint l’armée impériale et royale et participe à la guerre jusqu’en 1918.

24Puis il se rend à Vienne, où il commence des études de droit, avant de se tourner vers la médecine au bout d’un an. C’est là qu’il découvre Sigmund Freud et la psychanalyse, à l’occasion d’un séminaire sur la sexualité organisé en dehors de l’université. Contrairement à la pratique habituelle, Reich est admis à l’Association psychanalytique de Vienne en 1920, alors qu’il est encore étudiant, après sa conférence sur les « Conflits et délires de la libido dans le Peer Gynt d’Ibsen », qui a impressionné Freud. Il obtient son doctorat en médecine deux ans plus tard, en 1922. De 1922 à 1930, il pratique la psychanalyse au « Wiener Psychoanalytisches Ambulatorium », qui fournit gratuitement des conseils en matière de santé mentale et de sexualité. C’est là qu’il est confronté pour la première fois aux difficultés sexuelles de la classe ouvrière. De 1924 à 1930, Reich a également dirigé le séminaire de Vienne pour la thérapie psychanalytique, où les problèmes pratiques de traitement étaient systématiquement étudiés. Les premières innovations théoriques majeures de Reich sont issues des discussions de ce séminaire, ainsi que de son développement de la théorie de la libido de Freud en une théorie de l’orgasme, et de l’analyse de la résistance en analyse du caractère. L’engagement politique de Reich a également inspiré certaines de ses avancées théoriques et pratiques, tout en provoquant sa rupture définitive avec la psychanalyse.

25Reich se politise du fait des événements de 1927 à Vienne, alors que l’incapacité des sociaux-démocrates à contrer le nazisme devient évidente. Le 30 janvier 1927, un terroriste de droite tire au hasard sur une foule de sociaux-démocrates à Schattendorf, une petite ville proche de la frontière hongroise, tuant un garçon de huit ans et un vétéran de la Première Guerre mondiale. Des manifestations massives commencent le matin du 15 juillet, qui culminent lorsque les manifestants pénètrent dans le Palais de justice et y mettent le feu. Les forces de police tirent sur la foule, tuant 89 manifestants et en blessant 600 autres.

  • 32 Rabinbach, « Politicisation », p. 91.

26Dans la matinée du 15 juillet, l’un des analysés de Reich lui parle des manifestations, auxquelles Reich se joint en personne. Ces événements exercent un effet profond sur Reich. Comme beaucoup d’autres à Vienne, il y voit la preuve que les dirigeants sociaux-démocrates sont « indécis et non préparés à toute éventualité qui ne correspondrait pas à la théorie de la conquête progressive du pouvoir par des moyens pacifiques et parlementaires32 ». En conséquence, Reich adhère secrètement au Parti communiste d’Autriche (Kommunistische Partei Österreichs, KPÖ). Cependant, il demeure publiquement membre du SDAP, dont il est finalement expulsé en janvier 1930 pour avoir mené des activités en faveur du KPÖ.

27Le fait que Reich assiste aux manifestations du Palais de justice a eu un impact important sur son travail théorique et pratique. Sa pratique psychanalytique ordinaire avait déjà amené Reich à la conclusion que la névrose, en tant que phénomène de masse, ne pouvait être éliminée par des thérapies individuelles mais uniquement par la prophylaxie, une idée qui a contribué à la création, en 1928, de six centres gratuits de consultation sexuelle dans différents quartiers de Vienne : la Sexualberatungsklinik für Arbeiter und Angestellte (Clinique de conseil sur la sexualité pour les travailleurs et les fonctionnaires).

  • 33 Danto, « Sex, Class, and Social Work », p. 57.

28Les cliniques gratuites qu’il fonde sont le produit de l’atmosphère de réforme sexuelle de la Vienne rouge. Avec une équipe de psychanalystes, de médecins, de gynécologues et d’avocats, il y dispense gratuitement des conseils, des contraceptifs, des informations et des consultations. Ces cliniques « ont connu un grand succès, répondant à un besoin de services parmi ceux qui, pour une raison ou une autre, ne cherchaient pas à obtenir de l’aide auprès de praticiens privés ou d’autres centres de consultation à Vienne33 ». Ces cliniques sont extrêmement fréquentées, avec jusqu’à dix personnes à la fois qui attendent de voir Reich pendant son heure de consultation. Ses collègues sont tout aussi sollicités. Les consultations prennent une demi-heure par personne pour une évaluation approfondie, et de nombreux patients ont besoin d’une aide importante.

29Dans son cabinet de consultation, Reich a observé que la classe ouvrière de Vienne était en proie à un mélange de moralité rigide et de conditions économiques misérables, qui y limitaient sévèrement la liberté et le plaisir sexuels. La répression issue d’un idéal d’abstinence, l’exiguïté des logements et l’ignorance généralisée décrites par les ouvriers interviewés par Bajohr affligent durement le monde ouvrier. Les observations cliniques de Reich ont alimenté le développement de ses théories psychanalytiques, désormais politisées. En particulier, il est parvenu à la conclusion que toute maladie mentale s’accompagnait d’une perturbation de la capacité à faire l’expérience de la sexualité, ce qui n’avait guère fait l’objet de recherches dans le cadre de la psychanalyse jusqu’alors. Sa théorie de l’orgasme introduit un nouveau critère de santé mentale, qui devient ainsi un objectif thérapeutique : la puissance orgasmique. Dans ses premiers travaux sur l’analyse du caractère, Reich affirmait que le refoulement du besoin de décharger l’énergie corporelle par l’orgasme conduisait à la fois à la névrose et à ce qu’il appelait « l’armure du caractère » : des tics physiques, des dysfonctionnements et même des maladies qui étaient symptomatiques de l’énergie sexuelle refoulée.

  • 34 Hake, « Proletarian Sexuality », p. 291.
  • 35 Freud, Group Psychology.

30Au niveau social, les premières idées de Reich étaient conformes à la psychologie des foules de l’époque. Dans les premières décennies du 20e siècle, « le spectacle des masses révolutionnaires était fréquemment vécu comme un moment de décharge libidinale par les participants comme par les observateurs et décrit dans ce sens dans les comptes rendus scientifiques comme dans les traitements littéraires34 ». La plupart des psychanalystes, y compris Freud, auraient donc interprété les manifestations du 15 juillet 1927 comme l’expression de craintes pré-œdipiennes d’être submergé et de perdre le contrôle : dans Massenpsychologie und Ich-Analyse (Psychologie des masses et analyse du moi), par exemple, Freud conceptualise la foule comme un troupeau à la recherche d’une figure d’autorité35.

  • 36 Hake, op. cit., p. 291.
  • 37 Rabinbach, op. cit., p. 91.

31Cependant, l’incendie du Palais de justice amène Reich à remettre en question la théorie psychanalytique orthodoxe de la psychologie des foules. Il voit les ouvriers non comme un troupeau atavique, mais comme une formation spontanée dont la protestation contre le traitement brutal de l’État est justifiée. Il perçoit l’énergie vitale (Lebensenergie) qui imprègne la foule non pas comme une menace en soi, mais comme une puissance orgasmique naturelle, qu’il considère comme une source potentielle d’action collective. Le « traitement inhumain des travailleurs par la police apparaît à Reich comme un symptôme de l’assaut capitaliste sur la Lebensenergie36 ». À partir de ce moment-là, il pense clairement que « toute théorie psychanalytique adéquate devrait considérer que les forces historiques et sociales jouent un rôle déterminant dans le développement de la personnalité, et que le développement du caractère a des conséquences politiques37 ». Le travail de Reich sur des cas observés dans les cliniques gratuites lui a fourni le matériel empirique pour ce développement théorique.

  • 38 Ollman, op. cit., p. 186.

32Le psychanalyste Reich considérait le désir sexuel comme un élément universel, qui est en soi naturel et libre. Mais il pense aussi que « chaque société structure la sexualité des gens par le type et le degré de répression, les objets sexuels autorisés, les opportunités offertes et la valeur accordée aux choses sexuelles38 ». Il nomme économie sexuelle la théorie selon laquelle l’énergie sexuelle est socialement distribuée et organisée. Dans la société moderne et capitaliste, les limites de la sexualité sont prescrites, en particulier pour les femmes, par les valeurs jumelles de chasteté prémaritale et de fidélité conjugale. Or, ces valeurs, selon le marxiste Reich, sont des valeurs bourgeoises. Donc, la morale régissant la vie sexuelle des classes populaires est en fait celle de la classe dominante.

  • 39 Hake, op. cit., p. 291.

33La théorie qu’il développe pendant ses années avec Sex-Pol est ancrée dans la conviction que « l’expérience de l’épanouissement sexuel peut être utilisée de manière productive dans le processus de radicalisation politique39 ». Dans Qu’est-ce que la conscience de classe ?, il affirme :

  • 40 Reich, Sex-Pol, p. 295.

« Tout ce qui contredit l’ordre bourgeois, tout ce qui contient un germe de rébellion peut être considéré comme un élément de la conscience de classe ; tout ce qui crée ou maintient un lien avec l’ordre bourgeois, qui le soutient et le renforce, est une entrave à la conscience de classe. »40

  • 41 Ibid.

34Réprimer la sexualité libre, c’est se ranger du côté de la morale bourgeoise. Nous n’arriverons à rien, affirme-t-il, si nous considérons la conscience de classe comme un impératif éthique et si, par conséquent, nous essayons de surpasser les porte-parole de la bourgeoisie en condamnant la sexualité des jeunes, le vice des prostituées et des criminels, l’immoralité des voleurs41. La lutte des classes exige donc la fin de la stigmatisation bourgeoise ; elle exigeait la libération du désir sexuel naturel.

  • 42 Danto, op. cit., p. 66-67.

35Bien que Freud ait initialement approuvé le travail de proximité de Reich, sa vision de la santé mentale comme les conséquences politiques impliquées par le concept de prophylaxie les ont conduits au conflit dès 1926 : Reich est expulsé de l’Association psychanalytique internationale (Internationaler Psychanalytischer Verein, IPV) en août 193442. Après avoir été aussi exclu du KPÖ en 1930, Reich s’installe à Berlin où il rejoint le Parti communiste allemand (Kommunistische Partei Deutschlands, KPD). Il y poursuit son travail de sexologue à la Berlin Policlinique et fonde en 1931 le Reichsverband für Proletarische Sexualpolitik et sa maison d’édition, le Verlag für Sexualpolitik. Ses activités sont si controversées qu’il est exclu du KPD en 1933, principalement en raison de son livre La Psychologie de masse du fascisme, une analyse fondée sur la psychanalyse du fondement sexuel du fascisme en tant que mouvement de masse populiste à structure autoritaire. En 1933, il émigre en Norvège, où il poursuit son travail de sexologue en fondant la revue Zeitschrift für Politische Psychologie und Sexualökonomie (Journal de psychologie politique et d’économie sexuelle, 1934-1938) sous le pseudonyme d’Ernst Parell. À Oslo, il soulève encore la polémique : il se lance dans des expériences peu orthodoxes, qui tentent de lier la répression de l’énergie biologique à des maladies, dont le cancer. Empêtré dans des conflits professionnels, lorsque Hitler annexe l’Autriche en 1938, il demande un visa pour les États-Unis où il émigre en août 1939.

Homosexualité et (anti)fascisme

  • 43 Reich, Sexualität im Kulturkampf, p. 144.
  • 44 Reich, Sex-Pol, p. 86.
  • 45 Ibid. p. 98.

36D’une manière générale, Reich est très impressionné par les progrès de la « révolution sexuelle » en Russie soviétique43. Dans son essai Psychanalyse en Union soviétique, rédigé et publié après sa visite à l’Académie des sciences de l’URSS en 1929, Reich se félicite du fait que « la médecine soviétique [...] accorde de plus en plus d’attention à la prophylaxie de masse », notant que « des statistiques concernant la vie sexuelle des masses ont déjà été obtenues, les questions étant formulées d’une manière dont on ne pourrait même pas rêver dans les pays occidentaux44 ». En 1932, Reich faisait encore l’éloge de la législation sexuelle soviétique, pour son « étonnante [...] sobriété et franchise45 ».

  • 46 Reich, Sexualität im Kulturkampf, p. 187.
  • 47 Ibid. p. 188.
  • 48 Ibid.

37Pourtant, au milieu des années 1930, il était clair que les avancées des années postrévolutionnaires étaient en train de régresser. Le livre de Reich, La Sexualité dans la guerre culturelle (Die Sexualität im Kulturkampf), publié en 1936, contient une critique acerbe du développement régressif de l’Union soviétique sous Staline. Il y critique ce qu’il appelle le « frein » qui a été appliqué à la révolution sexuelle, en particulier la réintroduction de l’interdiction de l’avortement et la repénalisation de l’homosexualité. Comme le note Reich, « la législation soviétique sur la sexualité avait simplement supprimé l’ancien paragraphe tsariste sur l’homosexualité, qui rendait les délits homosexuels passibles d’une peine d’emprisonnement sévère ». La grande encyclopédie soviétique officielle, qui paraissait sous le contrôle du gouvernement, fondait son exposé de la sexualité principalement sur Magnus Hirschfeld et partiellement sur Freud. L'abrogation du paragraphe sur l'homosexualité était justifiée par le fait qu'elle devait être traitée de manière exclusivement scientifique et, par conséquent, les homosexuels ne devaient pas être « punis »46. Or, le régime, apparemment influencé par un développement de l’homosexualité, notamment au sein des forces armées, l’avait recriminalisée en 1934. Reich s’y est clairement opposé, s’alignant sur ce qu’il considérait comme l’opinion « tolérante » de la majorité du prolétariat, qui considérait l’homosexualité, selon lui, comme quelque chose qui « ne nuit à personne47 ».Ce sont les « vues sexuellement ascétiques et les préjugés médiévaux » de la petite bourgeoisie qui sont responsables de la nouvelle attaque contre les homosexuels, une attitude qui commence également à toucher les ouvriers48.

38Pourtant, si Reich ne pensait manifestement pas que l’homosexualité devait être punie, il ne la considérait pas non plus comme une caractéristique normale de la sexualité libre et naturelle. Comme il l’écrit dans le même essai,

  • 49 Ibid.

« selon le point de vue de l’économie sexuelle, l’homosexualité, chez l’écrasante majorité des gens, est le résultat d’une perturbation très précoce du développement de la fonction amoureuse du sexe opposé. Avec le ralentissement général de la révolution sexuelle, l’homosexualité ne pouvait que se répandre de plus en plus chez les jeunes, dans l’armée, dans la marine, et ainsi de suite. »49

  • 50 Reich, Sexualerregung und Sexualbefriedigung, p. 59.

39Selon lui, le développement sexuel normal était « génital » et donc hétérosexuel : l’homosexualité était le résultat, soit d’une répression précoce du désir hétérosexuel, par exemple du fait de la négligence du parent du sexe opposé, soit l’expression du simple besoin de libération orgiaque en l’absence de sexe « génital », soit, dans un très petit nombre de cas, comme il le soutient dans Sexualerregung und Sexualbefriedigung (L’Excitation sexuelle et la satisfaction sexuelle), le résultat de « dispositions physiques féminines50 ». La libération sexuelle de la société, c’est-à-dire l’élimination des obstacles qui empêchent les gens de satisfaire leur désir hétérosexuel « normal », devrait donc éradiquer l’homosexualité, sauf dans les cas où la satisfaction du désir génital est absente. Reich considérait que l’augmentation des cas d’homosexualité – acceptant tacitement l’autojustification du régime soviétique pour la réintroduction du paragraphe sur l’homosexualité – était une conséquence du fait que la révolution sexuelle n’était pas achevée.

  • 51 Reich, Sexualität im Kulturkampf, p. 189.

40La persécution des homosexuels en Union soviétique, selon Reich, servait souvent un objectif politique, ce qui se reflétait, selon lui, dans le fait qu’elle était classée comme un crime social, aux côtés d’activités contre-révolutionnaires telles que l’espionnage et le sabotage. L’accusation d’homosexualité était une arme utilisée pour discréditer les ennemis politiques. Il cite notamment l’affaire Röhm de 1932-33, dans laquelle certains communistes et autres antifascistes s’étaient emparés de la sexualité du chef de la Sturmabteilung (SA, section d’assaut) nazie, Ernst Röhm, afin de discréditer le parti en arguant d’un lien inhérent entre fascisme et homosexualité. L’écrivain Maxime Gorki avait affirmé à cet égard que l’homosexualité « reste impunie [...] dans les pays du fascisme » et qu’« En Allemagne, un slogan est déjà apparu : “Exterminez les homosexuels et le fascisme disparaîtra” ». Reich déclare que cette vision de la relation entre l’homosexualité et le fascisme était « chaotique », arguant qu’elle confondait l’homosexualité préférentielle telle que celle de Röhm avec l’« homosexualité de nécessité » chez les personnes privées de liaisons hétérosexuelles « naturelles »51. En effet, il affirmait que la persécution des homosexuels n’était pas différente selon qu’elle était menée par les nazis ou les communistes : l’indignation morale face à la sexualité de Röhm était l’une des raisons de son assassinat lors de la « Nuit des longs couteaux ».

  • 52 Reich, Mass Psychology, p. 165.
  • 53 Ibid.
  • 54 Theweleit, Male Fantasies, p. 54.

41L’argument de Reich est ici soigneusement construit pour critiquer la persécution soviétique de l’homosexualité sans réfuter complètement son association avec le fascisme. Après tout, lui-même avait soutenu très explicitement que l’homosexualité – qu’il considérait comme un symptôme de répression sexuelle – était positivement associée aux tendances autoritaires. Déjà dans Die Funktion des Orgasmus (La Fonction de l’orgasme) (1927), il avait soutenu que la puissance orgiaque, lorsqu’elle était étouffée, pouvait produire des tendances agressives qui rendaient les sujets sensibles aux régimes autoritaires. Dans La Psychologie de masse du fascisme (1933), il affirmait qu’afin de « s’ancrer dans la structure psychique », le fascisme allemand cultivait une attitude de « soumission à l’autorité » chez les adolescents et les enfants dans ses organisations de jeunesse, « dont la condition préalable fondamentale est une éducation ascétique et sexuellement négative52. Les désirs sexuels naturels pour l’autre sexe », poursuit-il, « désirs qui, dès l’enfance, poussent à la satisfaction, ont été remplacés en partie par des désirs homosexuels et sadiques53 ». Reich pensait que la suppression des pulsions sexuelles naturelles impliquée par l’insistance des nazis sur la discipline et l’abnégation produisait une homosexualité « latente » qui pouvait « créer d’énormes réserves d’énergie [...] qui, à leur tour, demandaient à être libérées dans l’agression54 ». Ainsi, Reich a observé que

  • 55 Ibid.

« pendant la guerre [...], ceux qui avaient de forts engagements hétérosexuels ou qui s’étaient complètement sublimés, avaient rejeté la guerre ; en revanche, les types les plus brutaux et les plus enthousiastes étaient ceux qui considéraient les femmes comme des toilettes et qui étaient soit latents, soit manifestement homosexuels. »55

42Il expose ce cas de manière plus explicite encore dans Qu’est-ce que la conscience de classe ? :

  • 56 Reich, Sex-Pol, p. 297.

« Plus les penchants hétérosexuels naturels d’un jeune sont développés, plus il sera ouvert aux idées révolutionnaires ; plus la tendance homosexuelle en lui est forte et aussi plus sa conscience de la sexualité en général est réprimée, plus il sera facilement attiré vers la droite. Les inhibitions sexuelles, la peur de l’activité sexuelle et les sentiments de culpabilité qui l’accompagnent sont toujours des facteurs qui poussent les jeunes vers la droite politique ou, du moins, inhibent leur pensée révolutionnaire. »56

  • 57 Anonyme, « Homosexualität in der SA », p. 271.

43Il est évident qu’il réfute ainsi ses idées antérieures, lorsqu’il rejette l’affirmation de Gorki selon laquelle la lutte contre le fascisme était effectivement liée à la lutte contre l’homosexualité. La même perspective confuse était représentée dans les pages du Zeitschrift für Politische Psychologie und Sexualökonomie, dans lesquelles Reich écrivait souvent anonymement ou sous un pseudonyme. Un auteur anonyme – probablement Reich –, écrivant sur l’homosexualité dans la Sturmabteilung après l’affaire Röhm, dénonçait le fait que la presse communiste était tout aussi moralement indignée par l’homosexualité que les nationaux-socialistes eux-mêmes, tout en soutenant que c’était l’idéologie et la pratique nazies qui produisaient l’homosexualité en premier lieu57.

Conclusion

44Wilhelm Reich a été le pionnier d’une théorie et d’une pratique sexologiques révolutionnaires, à bien des égards plus libérales que tout ce qui avait été pensé auparavant. La controverse que ses idées suscitèrent et son isolement intellectuel et politique croissant ne sont pas uniquement dus au fait que ses travaux sont devenus de plus en plus spéculatifs, bien qu’ils l’aient été : la fureur autour de Reich témoigne aussi de sa radicalité. Cela révèle que la moralité, même lorsqu’elle provient de la gauche, était en fait conservatrice. Les opinions de Reich sur l’homosexualité, cependant, démontrent utilement certains des paradoxes de la relation entre le communisme et la morale sexuelle dominante, voire témoignent de la tentative de créer une nouvelle antimorale sexuelle communiste.

  • 58 Oosterhuis, « Jews of the Antifascist Left ».
  • 59 Herzer, « Communists, Social Democrats, and the Homosexual Movement in the Weimar Republic ».

45Le débat entre ceux qui considèrent que l’homophobie est profondément ancrée dans la gauche antifasciste et ceux qui cherchent à défendre les positions historiques de la gauche sur les droits des homosexuels a souvent été très polarisé. Harry Oosterhuis a affirmé à cet égard que les préjugés à l’encontre de l’homosexualité faisaient partie intégrante de la pensée socialiste et se sont encore plus enracinés parmi les gauchistes à la suite de la confrontation idéologique et morale avec le national-socialisme, à tel point que certains antifascistes homosexuels ont dû dissimuler leur sexualité, de peur d’être éjectés du mouvement58. Entre-temps, Manfred Herzer a insisté sur le fait que les accusations d’homophobie à gauche étaient exagérées, soulignant l’opposition du SPD et du KPD allemands au paragraphe 175, le soutien au mouvement des droits des homosexuels par des gauchistes éminents tels que Hiller, et la conviction répandue parmi les dirigeants de gauche que le prolétariat était « tolérant » envers l’homosexualité59.

46Il serait difficile de décrire les opinions de Reich comme étant directement homophobes. Certes, on trouve dans ses écrits des propos qui dénigrent l’homosexualité, et il la considérait sans aucun doute comme contre-nature du point de vue de sa théorie de l’économie sexuelle. Cependant, sa vision de l’homosexualité comme une sorte de pathologie – et non comme un crime – était tout à fait cohérente avec celle de Hirschfeld, pionnier du mouvement pour les droits des homosexuels, tout comme sa distinction entre l’homosexualité « propre » et les rencontres sexuelles opportunistes, bien que Reich, contrairement à Hirschfeld, considérât que l’homosexualité n’était pas innée mais acquise. Malgré ces convictions, Reich, à l’instar d’une grande partie de la gauche politique et du premier mouvement pour les droits des homosexuels, est resté inflexible sur le fait que l’homosexualité ne devait en aucun cas être persécutée.

47L’argument d’Oosterhuis selon lequel l’hostilité de la gauche antifasciste à l’égard des homosexuels peut s’expliquer en termes d’opportunisme politique est cependant plausible, surtout si l’on considère que Reich reconnaît explicitement cette tactique de la part du régime soviétique. Le fait que Reich soit prêt à critiquer la réintroduction par l’Union soviétique du paragraphe sur l’homosexualité complique toutefois l’affaire. Bien qu’il attribue l’homophobie soviétique à une révolution sexuelle inachevée, alors qu’il voit dans l’homophobie nazie le spectre inverse des mécanismes répressifs qui, selon lui, étaient à l’origine de l’homosexualité dans le mouvement nazi, il n’en reste pas moins que l’assimilation par Reich des préjugés antihomosexuels soviétiques et nazis dilue la plausibilité de la thèse de l’opportunisme.

  • 60 Hake, op. cit.

48Sabine Hake a soutenu que l’attitude de Reich envers l’homosexualité était en accord avec la perspective masculiniste dominante dans l’imaginaire communiste et social-démocrate60. Certes, la naturalisation de l’hétérosexualité et la pathologisation concomitante de l’homosexualité par Reich ne peuvent être comprises que dans le cadre patriarcal de la société capitaliste qu’il critiquait. Cependant, cette perspective n’était en aucun cas confinée à la gauche, même si celle-ci en était également affligée. Néanmoins, tant dans sa théorie que dans sa pratique, Reich s’est préoccupé de la libération sexuelle des femmes autant que de celle des hommes. Ainsi, bien que l’on ne puisse nier l’influence du masculinisme sur les opinions de Reich à propos de l’homosexualité, ce masculinisme ne doit pas être considéré comme spécifique à la gauche politique, ni comme une explication suffisante de ses théories à ce sujet.

49Lorsque l’on considère la contradiction apparente entre, d’une part, l’antipathie de Reich envers la morale sexuelle répressive, y compris chez les communistes, et son affirmation du désir sexuel comme libre et naturel et, d’autre part, sa vision complexe mais néanmoins négative de l’homosexualité, il est important de ne pas perdre de vue le fait que Reich était également un sexologue professionnel et pas seulement un militant engagé. Aussi spéculative et contradictoire qu’elle ait pu être, la théorie de l’économie sexuelle de Reich, qui considérait l’homosexualité comme le résultat d’une sexualité « naturelle » (c’est-à-dire hétéronormative) réprimée, sous-tend son rejet de l’antihomosexualité fasciste et communiste : refus de l’antihomosexualité fasciste, parce que Reich y voit le résultat hypocrite du phénomène même qu’elle produisait par sa moralité répressive, et rejet de l’antihomosexualité communiste, qu’il considérait comme le symptôme tout aussi hypocrite d’une révolution sexuelle inachevée et abandonnée trop tôt.

Références bibliographiques

50Anonyme, « Wie sollen wir zur Frage der Homosexualität in der SA Stellung nehmen », Zeitschrift für Politische Psychologie und Sexualökonomie, 1/3-4, 1934, p. 271-272.

51Bajohr Stefan, « Sexualaufklärung im proletarischen Milieu : Geschlechtskrankheiten und staatliche Eheberatung 1900 bis 1933 », dans Paul Pasteur, Sonja Niederacher et Maria Mesner (eds.), Sexualität, Unterschichtenmilieus und ArbeiterInnenbewegung, Leipzig, AVA, Akademische Verlagsanstalt, 2003, p. 59-69.

52Baktis Grigory, Die Sexualrevolution in Russland, 1925, English translation : <https://www.marxist.com/​the-sexual-revolution-in-russia.htm>.

53Beachy Robert, « The German Invention of Homosexuality », The Journal of Modern History, vol. 82, n° 4, 2010, p. 801-838.

54Bloch Iwan, Beiträge zur Aetiologie der Psychopathia sexualis, vol. I, Dresden, Dohrn, 1902.

55Bromme William, Lebensgeschichte eines modernen Fabrikarbeiters, Hofberg, 2014 (1905).

56Canetti Elias, Histoire d’une vie, vol. 2, Le flambeau dans l’oreille, Paris, Albin Michel, 1982, p. 260.

57Carleton Gregory, The Sexual Revolution in Bolshevik Russia, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2005.

58Chauncey George, Gay New York Gender, Urban Culture, and the Making of the Gay Male World, 1890-1940, Basic Books, 2008.

59Danto Elizabeth Ann, « The Berlin Poliklinik : Psychoanalytic Innovation in Weimar Germany », Journal of the American Psychoanalytic Association, 47:4, 1999, p. 1269-1292.

60Danto Elizabeth Ann, « Sex, Class and Social Work », Psychoanalytic Social Work, 7:1, 2000, p. 55-72.

61Danto Elizabeth Ann, Freud’s Free Clinics : Psychoanalysis and Social Justice, 1918-1933, New York, Columbia University Press, 2005.

62Darabos Enikő, « Revolution in Sexual Ethics : Communism and the “Sex Problem” », dans Thomas Telios et alii (eds.), The Russian Revolution as Ideal and Practice, Palgrave Macmillan, 2020, p. 51-65.

63Dickinson Edward Ross, Sex, Freedom and Power in Imperial Germany, 1880-1914, Cambridge University Press, 2014.

64Dose Ralf, Magnus Hirschfeld : The Origins of the Gay liberation Movement, New York, Monthly Review Press, 2014.

65Engelstein Laura, The Keys to Happiness : Sex and the Search for Modernity in Fin-de-Siècle Russia, Ithaca/London, Cornell University Press, 1992.

66Evans Richard, « Prostitution, State and Society in Imperial Germany », Past & Present, n° 70, 1976, p. 106-129.

67Fout John, « Sexual Politics in Wilhelmine Germany : The Male Gender Crisis, Moral Purity, and Homophobia’ », Journal of the History of Sexuality, vol. 2, n° 3, 1992, p. 388-421.

68Freud Sigmund, Massenpsychologie und Ich-Analyse. Die Zukunft einer Illusion, Frankfurt, Fischer, 2005.

69Fuechtner Veronika, Berlin Psychoanalytic : Psychoanalysis and Culture in Weimar Republic Germany and Beyond, University of California Press, 2011.

70Grossmann Atina, Reforming Sex : The German Movement for Birth Control and Abortion Reform, 1920-1950, Oxford University Press, 1995.

71Gruber Helmut, « Sexuality in “Red Vienna” : Socialist Party Conceptions and Programs and Working-Class Life, 1920-34 », International Labor and Working-Class History, n° 31, 1987, p. 37-68.

72Hake Sabine, « Wilhelm Reich and the Politics of Proletarian Sexuality », dans Sabine Hake, The Proletarian Dream : Socialism, Culture, and Emotion in Germany, 1863-1933, De Gruyter, 2017, p. 288-300.

73Healey Daniel, « The Russian revolution and the decriminalisation of homosexuality », Revolutionary Russia, 6:1, 1993, p. 26-54.

74Healey Daniel, Homosexual Desire in Revolutionary Russia : The Regulation of Sexual and Gender Dissent, Chicago/London, University of Chicago Press, 2001.

75Herzer Manfred, « Communists, Social Democrats, and the Homosexual Movement in the Weimar Republic », Journal of Homosexuality, 29:2-3, 1995, p. 197-226.

76Hiller Kurt, « Appeal to the Second International Congress for Sexual Reform on the Behalf of an Oppressed Variety of Human Being », trad. John Lauritsen, New York, The Red Butterfly Press, 1970.

77Hodann Max, Geschlecht und Liebe in biologischer und gesellschaftlicher Beziehung, Rudolstadt, 1928.

78Hristeva Galina et Bennett Philip, « Wilhelm Reich in Soviet Russia : Psychoanalysis, Marxism, and the Stalinist reaction », International Forum of Psychoanalysis, 27:1, 2018, p. 54-69.

79Jensen Toni, « Geschlechtliche Erziehung als soziale Aufgabe von Dr. Georg Klatt », Leipzig, Oldenburg Verlag, 1926, dans Arbeiterwohlfahrt, 2:15, 1927, p. 479.

80Kelly Alfred, (ed.), The German Worker : Working-Class Autobiographies from the Age of Industrialization, Berkeley, University of California Press, 1987.

81Klatt Georg, Geschlechtliche Erziehung als soziale Aufgabe, Leipzig, Oldenburg Verlag, 1926.

82Marcuse Julian, Geschlechtliche Erziehung in der Arbeiterfamilie, Berlin, Vorwärts, 1908.

83Marhoefer Laurie, Sex and the Weimar Republic : German Homosexual Emancipation and the Rise of the Nazis, Toronto, University of Toronto Press, 2015.

84Melching William, « “A New Morality” : Left-Wing Intellectuals on Sexuality in Weimar Germany », Journal of Contemporary History, vol. 25, 1990, p. 69-85.

85Ollman Bertell, Social and Sexual Revolution : Essays on Marx and Reich, Boston, 1979.

86Oosterhuis Harry, « Homosexual Emancipation in Germany Before 1933 », Journal of Homosexuality, 22:1-2, 1992, p. 1-28.

87Oosterhuis Harry, « The “Jews” of the Antifascist Left : Homosexuality and the Socialist Resistance to Nazism », Journal of Homosexuality, 29:2-3, 1995, p. 227-257.

88Rabinbach Anson, « The Politicization of Wilhelm Reich : An Introduction to “The Sexual Misery of the Working Masses and the Difficulties of Sexual Reform” », New German Critique, n° 1, 1973, p. 90-97.

89Reich Wilhelm, Die Funktion des Orgasmus : zur Psychopathologie und zur Soziologie des Geschlechtslebens, Leipzig/Vienne/Zurich, Internationaler Psychoanalytischer Verlag, 1927.

90Reich Wilhelm, Sexualerregung und Sexualbefriedigung, Vienne, Münster Verlag, 1929.

91Reich Wilhelm, The Mass Psychology of Fascism, New York, Orgone Press, 1946.

92Reich Wilhelm, Die Sexualität im Kulturkampf : Zur sozialistischen Umstrukturierung des Menschen, Copenhagen, Sexpol-Verlag, 1936.

93Reich Wilhelm, Sex-Pol : Essays, 1929-1934, New York, Vintage Books, 1972.

94Sieder Reinhard , Sozialgeschichte der Familie, Frankfurt/Main, 1987.

95Theweleit Klaus, Male Fantasies, vol. 1 , Women, Floods, Bodies, History, University of Minnesota Press, 1987.

96Theweleit Klaus, Male Fantasies, vol. 2 , Male Bodies : Psychoanalyzing the White Terror, University of Minnesota Press, 1989.

97Van der Grinten Jennifer, Researching the Body Electric in Interwar Europe : Psychoanalysis, Dialectical Materialism, and Wilhelm Reich’s Bioelectrical Experiments, PhD Dissertation, Department of the History of Science, Harvard University Cambridge, Massachusetts, avril 2017.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Charles Wolfe pour ses commentaires utiles sur cet article.

2 Bajohr, « Sexualaufklärung im proletarischen Milieu », p. 59.

3 Kelly, The German Worker.

4 Sieder, Sozialgeschichte der Familie, p. 200 ; Bajohr, 2003.

5 Bajohr, op. cit., p. 61-63.

6 Bajohr, op. cit., p. 63.

7 Ibid.

8 Marcuse, Geschlechtliche Erziehung in der Arbeiterfamilie, p. 15.

9 Bajohr, op. cit., p. 65.

10 Evans, « Prostitution, State and Society in Imperial Germany », p. 115.

11 Marhoefer, Sex and the Weimar Republic, p. 16.

12 Dose, Magnus Hirschfeld.

13 Oosterhuis, « Homosexual Emancipation », p. 1-28.

14 Marhoefer, op. cit., p. 117.

15 Fout, « Sexual Politics in Wilhelmine Germany », p. 388-421.

16 Herzer, « Communists, Social Democrats, and the Homosexual Movement in the Weimar Republic », p. 197-226.

17 Dickinson, Sex, Freedom and Power, p. 142.

18 Dickinson, op. cit., p. 165-166.

19 Beachy, « The German Invention of Homosexuality », p. 824.

20 Ibid. p. 831.

21 Bloch, Beiträge, p. 311.

22 Bromme, Lebensgeschichte, p. 123.

23 Chauncey, Gay New York.

24 Engelstein, The Keys to Happiness.

25 Carleton, op. cit., p. 3.

26 Healey, « Decriminalisation », p. 33-34.

27 Carleton, op. cit., p. 5-6.

28 Melching, « “A New Morality” », p. 76.

29 Healey, Homosexual Desire, p. 110.

30 Ibid., p. 132.

31 Hiller, « Appeal ».

32 Rabinbach, « Politicisation », p. 91.

33 Danto, « Sex, Class, and Social Work », p. 57.

34 Hake, « Proletarian Sexuality », p. 291.

35 Freud, Group Psychology.

36 Hake, op. cit., p. 291.

37 Rabinbach, op. cit., p. 91.

38 Ollman, op. cit., p. 186.

39 Hake, op. cit., p. 291.

40 Reich, Sex-Pol, p. 295.

41 Ibid.

42 Danto, op. cit., p. 66-67.

43 Reich, Sexualität im Kulturkampf, p. 144.

44 Reich, Sex-Pol, p. 86.

45 Ibid. p. 98.

46 Reich, Sexualität im Kulturkampf, p. 187.

47 Ibid. p. 188.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 Reich, Sexualerregung und Sexualbefriedigung, p. 59.

51 Reich, Sexualität im Kulturkampf, p. 189.

52 Reich, Mass Psychology, p. 165.

53 Ibid.

54 Theweleit, Male Fantasies, p. 54.

55 Ibid.

56 Reich, Sex-Pol, p. 297.

57 Anonyme, « Homosexualität in der SA », p. 271.

58 Oosterhuis, « Jews of the Antifascist Left ».

59 Herzer, « Communists, Social Democrats, and the Homosexual Movement in the Weimar Republic ».

60 Hake, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cat Moir, « Wilhelm Reich et la politique de l’homosexualité dans le mouvement Sex-Pol »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 150 | 2021, 97-118.

Référence électronique

Cat Moir, « Wilhelm Reich et la politique de l’homosexualité dans le mouvement Sex-Pol »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16948 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16948

Haut de page

Auteur

Cat Moir

Université de Sydney (Australie)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search