Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150CHANTIERSLe théâtre, outil de praxis évolu...

CHANTIERS

Le théâtre, outil de praxis évolutionnaire des anarchistes parisiens de la Belle Époque ?

Étude des activités théâtrales anarchistes présentées dans les colonnes des Temps Nouveaux entre 1895 et 1914.
Camille Mayer
p. 121-140

Résumés

L’utilisation par les anarchistes classiques parisiens de l’outil théâtral est méconnue, mais pourtant particulièrement intéressante pour saisir, d’une part, les théories esthétiques libertaires et, d’autre part, la façon dont les activités artistiques des militants s’inscrivaient dans le projet politique qu’ils défendaient. Cet article entend présenter les arguments énoncés en faveur du théâtre dans les colonnes d’un journal anarchiste dominant entre 1895 et 1914, Les Temps Nouveaux, et montrer en quoi les activités théâtrales relayées, voire organisées par les collaborateurs, étaient destinées à participer d’une praxis évolutionnaire anarchiste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Élisée Reclus, L’Évolution, la révolution et l’idéal anarchique, Paris, Stock, 1914, p. 14.
  • 2 La thèse de Camille Mayer porte sur le dialogue entre le théâtre et l’anarchisme, de 1895 à 1914 et (...)
  • 3 Camille Mayer, « Des composantes existentielles du théâtre et de l’anarchisme », site de réflexions (...)
  • 4 En 2001, lorsqu’est publié le recueil de pièces de théâtre Au temps de l’anarchie, un théâtre de co (...)
  • 5 Michel Corvin, Dictionnaire encyclopédique du théâtre, Paris, Bordas, 2012, p. 79.
  • 6 « Anarchiste » et « libertaire » seront ici utilisés de manière interchangeable.

128 mai 1871 : la Commune de Paris est écrasée. Les révolutionnaires sont fusillés ou déportés et la Troisième République est proclamée. L’Empire napoléonien, qui a été faste, laisse place à la Grande Dépression (1873-1896) puis à la Belle Époque (1896-1914). L’instabilité politique et économique de la France, dont témoignent les différentes révolutions qui ont éclaté au 19e siècle, a par ailleurs vu naître différents courants socialistes, d’abord ralliés sous les couleurs de l’Association internationale des travailleurs (1864) avant qu’une scission n’éclate l’année de la Commune entre les autoritaires, partisans de Karl Marx, et les anti-autoritaires, partisans de Bakounine. Le mouvement anarchiste prend forme et entend bâtir une nouvelle organisation sociale. « Tous les progrès sont solidaires, et nous les désirons tous dans la mesure de nos connaissances et de notre force : progrès sociaux et politiques, moraux et matériels, de science, d’art ou d’industrie1 », écrira Élisée Reclus, sous-entendant alors l’importance de l’art pour les anarchistes, au même titre que la science et l’industrie. L’anarchisme est un mouvement politique visant à la destruction de toute autorité et combattant l’ensemble des dominations systémiques. Il s’agit de repenser la société à travers les valeurs de libre association, de fédéralisme, d’horizontalité et d’anti-autoritarisme, en tendant à l’émancipation individuelle et collective. S’il peut sembler intrigant de s’attacher à exhumer les liens historiques entre le mouvement anarchiste et la discipline théâtrale2, nous défendons au contraire que ces échanges sont féconds, tant d’un point de vue artistique que philosophique ou encore politique3. Sur le plan historiographique, quelques recherches lacunaires ont été menées4 sur les productions de la Belle Époque. En 2012, le Dictionnaire encyclopédique du Théâtre de Michel Corvin fait apparaître l’entrée « théâtre anarchiste », défini par Monique Surel-Tupin comme « un théâtre de combat, qui s’est développé en France du retour des communards en 1881 à la guerre de 1914 et qui avait pour but de dénoncer les tares de la société bourgeoise et d’encourager la révolte des travailleurs5 ». Nous ne reviendrons pas sur la pertinence du qualificatif « anarchiste » ni ne discuterons cette définition. Nous ne présenterons pas non plus toutes les caractéristiques qui font du théâtre un moyen d’action militant pour les libertaires6 entre 1881 et 1914. Nous explorerons plutôt les ambitions militantes accordées à l’outil théâtral par les anarchistes dans les colonnes du journal libertaire Les Temps Nouveaux entre 1895 et 1914, en nous concentrant sur les activités endogènes au mouvement, c’est-à-dire produites par des militants : seront analysées les chroniques traitant de l’art et du théâtre et les informations relatives à des activités théâtrales produites par des groupements anarchistes, artistiques ou non. Nous ne nous intéresserons pas aux activités théâtrales exogènes, c’est-à-dire produites par des groupements ouvriers ou artistiques qui ne se réclament pas spécifiquement de l’anarchisme, mais voient leurs activités relayées par le journal. Il s’agira ainsi d’entamer une analyse des activités théâtrales des libertaires fin de siècle sur la scène parisienne.

  • 7 Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, t. 1, Des origines à 1914, (1975), Paris, Gallimar (...)
  • 8 Gaetano Manfredonia, « Art et anarchisme dans la France de la Belle Époque », dans Art & Anarchie, (...)
  • 9 Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, t. 1, op. cit., p. 481.

2Nous nous intéresserons spécifiquement à la période 1895-1914 pour plusieurs raisons. Nous nous appuyons sur le bornage historique de Jean Maitron, selon qui le mouvement anarchiste se constitue en France en 18817. Les années 1892 à 1894 sont celles dites de l’« ère des attentats », durant laquelle la « propagande par le fait », lancée par certains membres du mouvement anarchiste dès 1881 lors du retour des communards, est de mise. En 1892, les attentats politiques s’intensifient, dans le but de déstabiliser le gouvernement en place et de provoquer une prise de conscience citoyenne. Cette période est, d’un point de vue esthétique, celle d’une reconfiguration du mouvement artistique se réclamant de l’anarchisme8. Un certain nombre de jeunes symbolistes s’en détachent face à l’action politique des militants libertaires, réalisant que l’anarchisme n’est pas seulement un mouvement de libération de l’art, mais bien un projet de transformation sociale. En 1895, les journaux anarchistes reprennent leur publication malgré l’instauration par le gouvernement des lois de répression à l’encontre du mouvement. Les publications s’arrêtent en 1914, dans un climat d’essoufflement du mouvement marqué par la Première Guerre mondiale, puis par la révolution russe : l’anarchisme « plein d’ingénuité et de foi est mort avec le siècle qui l’a vu naître9 ».

  • 10 Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, t. 1, op. cit., p. 463 et suiv.

3Nous choisissons de nous intéresser aux activités théâtrales relayées par Les Temps Nouveaux (10/05/1895-08/08/1914), hebdomadaire dirigé par Jean Grave et publié à Paris, qui compta parmi les journaux anarchistes dominants de l’époque10,auprès de La Sociale, Le Libertaire et L’Anarchie. Si nous choisissons ce journal en particulier, c’est pour sa constance sur la période qui nous intéresse. Il a été édité durant l’ensemble de la période malgré son instabilité financière, tandis que Le Libertaire (16/11/1895-05/02/1899, 20/08/1899-20/10/1899, 05/11/1899-02/11/1901, 16/11/1901-01/08/1914) fut un temps remplacé par La Sociale (12/05/1895-18/10/1896) et Le Journal du Peuple (06/02/1899-03/12/1899), et que L’Anarchie ne parut que d’avril 1905 à 1914.

4Journaliste propagandiste, Jean Grave compte parmi les pionniers de l’anarchisme en France. Il collabore à La Révolte, journal animé par Élisée Reclus et Pierre Kropotkine, avant d’en récupérer la direction et que le journal ne devienne Le Révolté, puis Les Temps Nouveaux. L’hebdomadaire publie des articles sur les théories anarchistes, des critiques sociales, des informations concernant les mouvements locaux, français et internationaux, des chroniques littéraires et artistiques et des illustrations. Jean Grave écrira par ailleurs pour le théâtre, en publiant en 1904 Responsabilités, un drame en quatre actes.

  • 11 Il s’agirait, dans un travail de dépouillement plus poussé, de calculer le taux d’activités théâtra (...)

5Notons que des recommandations théâtrales apparaissaient déjà dans les colonnes du Révolté et qu’une anarchiste aussi connue que Louise Michel publiait en 1882 une pièce de théâtre intitulée Nadine. Il serait erroné de prétendre que les anarchistes ne s’intéressent à l’outil théâtral qu’à la suite de l’ère des attentats. Toutefois, l’analyse des Temps Nouveaux sur les vingt ans de son existence nous semble être un premier pas nécessaire dans l’analyse des activités théâtrales des anarchistes de la Belle Époque. Il s’agira pour nous d’extraire de l’hebdomadaire les différentes ambitions que les anarchistes ont pour le théâtre, eu égard à leur considération générale pour l’art et au nombre d’activités théâtrales qu’ils proposent11, avant de nous intéresser aux types d’événements faisant intervenir le théâtre et aux groupements qui les organisent.

Une théorie anarchiste pour le théâtre

  • 12 Proche de Jean Grave et collaborateur aux Temps Nouveaux, notamment sous le pseudonyme de Max Burh, (...)

6Plusieurs auteurs proposent une lecture de l’histoire de l’art intrinsèquement liée à celle de la science et de l’organisation sociale. André Girard12 écrit ainsi :

  • 13 André Girard, « Art nouveau », Les Temps Nouveaux, 11/05/1895, n° 2/an 1, p. 2.

« Des idées nouvelles germent à foison, implacable se déroule le procès de la Société présente. Parallèlement à ces idées éclosent des sentiments nouveaux ; et l’art dont le domaine est le sentiment, se ressent de cette germination. »13

  • 14 Ibid.

7L’art est le témoin de la réalité dans laquelle il est créé et, à la fin du 19e siècle, les œuvres empreintes de « préoccupations – philosophiques, morales ou autres – qui tourmentent [cette] époque14 » s’inscrivent dans l’Art social, un mouvement artistique qui émerge à la fin de la Révolution française et se construit à partir de 1830, lorsque la question du rôle social de l’artiste voit le jour. Il s’agit alors pour l’artiste non seulement d’accepter son rôle social de médiateur d’un projet politique, mais aussi de transmettre ses revendications à travers ses œuvres par le biais du sentiment esthétique. Ce mouvement s’inscrit de fait en contrepoint du classicisme – bourgeois – et du mouvement d’art pour l’art qui se développe parallèlement. Les anarchistes ont pour l’humanité un projet existentialiste, basé sur l’individu et remettant en question la construction sociale. L’art et la science apportent par ailleurs les vérités générales qui seront à l’origine de la construction de la société anarchiste et prépareront ainsi la révolution.

  • 15 André Girard, « L’œuvre anarchiste (1/3) », Les Temps Nouveaux, 17/03/1900, n° 47/an 5, p. 1.

« On voit donc quelle tâche immense et combien multiple est celle de recueillir les nombreuses données éparses des diverses branches de la science et de l’art, d’en dégager les rapports, les analogies, le parallélisme, de les coordonner en vue d’en tirer la formule des grands principes généraux sur lesquels reposera la mentalité des générations à venir. »15

  • 16 Ce point est d’ailleurs l’une des critiques émises par les théoriciens contemporains et post-anarch (...)
  • 17 Max Clair, « La littérature et les Journaux du Peuple », Les Temps Nouveaux, 04/01/1913, n° 36/an 1 (...)
  • 18 André Girard, « L’œuvre anarchiste (2/3) », Les Temps Nouveaux, 24/03/1900, n° 48/an 5, p. 3.

8La conception libertaire de l’art s’insère dans un raisonnement issu du matérialisme scientifique. L’anarchisme serait l’évolution complète de l’humanité et ses productions artistiques seraient l’aboutissement de la création humaine en harmonie avec les lois naturelles16. Max Clair insiste ainsi sur les nécessités pédagogiques et morales des œuvres littéraires : l’artiste ne doit pas sous-entendre des valeurs ou mettre en scène des morales qui vont à l’encontre de ce qu’il souhaite défendre. L’artiste militant doit donner au peuple les clefs de son émancipation et énoncer clairement la marche à suivre vers la révolution puisque, « qu’on le veuille ou non, c’est [le peuple] un mineur (comme le bourgeois, du reste), et l’on ne peut – dans aucun genre – lui exposer une mauvaise manière d’être sans lui bien faire remarquer qu’elle ne vaut rien17 ». Si l’anarchisme porte un projet existentiel en ce que l’individu doit s’affranchir de la société telle qu’elle est, cette recherche d’émancipation individuelle et collective entend répondre à la véritable nature humaine. « Le savant et l’artiste sont les meilleurs artisans de la révolution », ce sont eux qui la préparent et sont à même de pousser les individus à répondre à leur véritable nature, dont l’anarchisme serait l’évolution finale. André Girard écrit même en ce sens que « l’anarchisme est l’aboutissement social de la science et des arts18 ». L’art anarchiste doit suivre les règles de cette évolution en étant lui aussi social et porteur d’un projet existentiel.

  • 19 Anonyme, « Nouvel essai de Concerts populaires », Les Temps Nouveaux, 28/03/1914, n° 45/an 19, p. 5
  • 20 Antoine Mornas, « L’anarchie et les artistes », Les Temps Nouveaux, 14/02/1896, n° 46/an 1, p. 2-3.
  • 21 Pierre-Joseph Proudhon, Du principe de l’art et de sa destination sociale, Paris, Garnier Frères, 1 (...)

9Cette posture ne doit cependant pas oublier les enjeux esthétiques. Les collaborateurs des Temps Nouveaux insistent sur l’importance de la beauté. L’art « par l’amour de la beauté qu’il développe chez les individus, […] est une force révolutionnaire dont on ne doit pas négliger l’appoint19 ». C’est en effet par le sentiment que la propagande agit et l’art en est le parfait médiateur. Il acquiert un but d’instruction. Comme le défend Antoine Mornas, « tandis que ces vaillants [travailleurs] tâchent à conquérir une intellectualité, tâchons, nous, à leur préparer une littérature et un art qui soient dignes d’eux, dignes de nous, et dignes de notre commun idéal20 ». L’artiste est reconnu comme membre de l’élite éclairée qui mènera les masses à la révolution sociale, et l’objectif sous-jacent est celui de la possibilité, dans une société anarchiste, que tout le monde puisse être artiste. Cette vision est aussi celle de Pierre-Joseph Proudhon21, selon qui l’art de la beauté humaine sera celui, accompli, d’une société anarchiste. En l’état de la société, les artistes doivent participer à l’évolution des consciences en développant un art critique.

  • 22 Raymond Duncan, « L’art naturel », Les Temps Nouveaux, 23/12/1911, n° 34/an 17, p. 1.
  • 23 Ibid., p. 2.
  • 24 Anonyme, « Au théâtre », Les Temps Nouveaux, 13/12/1895, n° 5/an 5, p. 4.

10Par ailleurs, tout comme l’anarchisme est l’aboutissement de l’évolution humaine, « les émotions et les sentiments […] sont les résultats primitifs des forces de la nature22 ». Il s’agit alors, selon Raymond Duncan, d’« agir sur la nature même des hommes » en réveillant la vigueur de leurs sentiments, notamment par le biais du drame. « Parlant directement au sens, [le drame] est le véritable moyen que nous ayons de lutter pour le progrès même des individus en leur donnant la volonté en même temps que la force de briser tout ce qui les empêche encore de se libérer23 ». Le théâtre a pour Duncan des qualités préfiguratives et performatives qui serviront mieux la révolution que n’importe quels progrès sociaux désirés par les réformistes. Le drame permettra, poursuit-il, le réveil des consciences naturelles et une totale transformation des individus, conditions d’une véritable transformation sociale. Cette pensée est confortée par une chronique anonyme, selon laquelle « en dramatisant les vérités élaborées par les penseurs, l’auteur en augmente merveilleusement l’effet ; le spectateur, bon gré mal gré, devient mieux apte à se décrasser des préjugés et sent se fortifier ses aspirations d’affranchissement24». Le théâtre acquiert un réel pouvoir révolutionnaire et s’intègre dans un projet politique concret, qu’il propage et défend. Il poursuit non seulement les ambitions du mouvement d’art social dans lequel les pratiques artistiques anarchistes s’inscrivent majoritairement à la fin du 19e siècle, mais il prend aussi une dimension préfigurative et performative. En ce sens, il devient un outil de propagande et d’éducation et semble s’inscrire dans une pratique évolutionniste, dans la lignée des théories d’évolution et de révolution développées notamment par Élisée Reclus. Il s’agit pour les libertaires de préparer les consciences individuelles à la révolution collective. Entendant l’évolution comme le terreau de la révolution à faire surgir et la précédant, Élisée Reclus écrit :

  • 25 Élisée Reclus, op. cit., p. 14-15.

« Évolutionnistes en toutes choses, nous sommes également révolutionnaires en tout, sachant que l’histoire même n’est que la série des accomplissements, succédant à celle des préparations. La grande évolution intellectuelle, qui émancipe les esprits, a pour conséquence logique l’émancipation, en fait, des individus dans tous leurs rapports avec les autres individus. »25

  • 26 André Girard, « Art officiel », Les Temps Nouveaux, 12/02/1898, n° 42/an 3, p. 1.
  • 27 Nous utilisons bien le terme « évolutionnaire » et non pas « révolutionnaire ».

11Il est intéressant de noter que, si les anarchistes critiquent l’utilisation de l’art à des fins d’éducation et de propagande par le gouvernement, il ne s’agit pas pour eux de le libérer des considérations sociopolitiques, mais bien au contraire de récupérer à leur compte ces potentialités politiques de l’art. Le théâtre se présente pour le libertaire comme un outil de pensée : « La pensée ! Cet implacable et insaisissable ennemi contre qui s’emportent désespérément, mais en vain, les maîtres des peuples ! L’acte [théâtral], au moins, se réprime, s’étouffe dans la gorge ou s’ensevelit dans les prisons26 ». Théoriquement, en tout cas, le théâtre se présente comme un outil capable de participer à la transformation de la société. Nous nous demandons ainsi dans quelle mesure il ne pourrait pas être, pour les anarchistes fin de siècle, ce que nous appelons un outil de praxis évolutionnaire anarchiste27, c’est-à-dire un moyen d’action dont les mises en pratique répétitives participent de la transformation de l’environnement, tant social que politique ou économique. Le théâtre, faisant appel aux sentiments, permettant de livrer un discours incarné à un groupe de personnes réunies en un même lieu, en un même instant, était-il en acte un outil de propagande et de transformation sociale pour les militants libertaires ? Intéressons-nous aux activités théâtrales et aux groupements anarchistes qui les ont menées pour répondre à cette question.

Une production théâtrale anarchiste

12Bien plus complexe qu’une théorisation « hors-sol » se trouve la mise en pratique des postures artistiques défendues. On se demande ainsi quels types d’activités théâtrales émergent entre 1895 et 1914 dans le milieu anarchiste, quelles étaient leurs ambitions et leurs conditions de production. L’étude quantitative des informations théâtrales livrées dans les colonnes des Temps Nouveaux nous montre une évolution intéressante des activités théâtrales au sein du mouvement.

Nombre d’événements incluant au moins une pièce de théâtre et relayés dans les colonnes des Temps Nouveaux

13Les activités décomptées dans ce graphique sont mentionnées dans les rubriques « correspondances et communications » et « convocations », disponibles à chaque fin de numéro des Temps Nouveaux. Nous distinguons ici les activités endogènes et exogènes pour mieux saisir l’importance des activités théâtrales des anarchistes parmi la totalité des activités théâtrales du mouvement ouvrier relayées par le journal.

  • 28 Les Temps Nouveaux, 07/12/1895, n° 32/an 1.
  • 29 Les Temps Nouveaux, 28/11/1896, n° 31/an 2.
  • 30 Les datations mentionnées correspondent aux dates de première et dernière mentions d’activités théâ (...)
  • 31 Les Temps Nouveaux, 07/03/1896, n° 45/an 1.
  • 32 Les Temps Nouveaux, 09/05/1896, n° 2/an 2.

14Il est tout d’abord intéressant de voir que celles proposées par les libertaires ne sont pas régulières et ne semblent pas corrélées au nombre d’articles publiés sur le sujet par l’hebdomadaire. Si les représentations théâtrales font l’objet de quelques chroniques dès la première année de publication, durant les deux premières années, seuls deux événements théâtraux sont annoncés : une lecture de la pièce d’Henrik Ibsen Un ennemi du peuple, organisée par la Jeunesse révolutionnaire du XVe, en 189528, et une représentation de la pièce de Léonard Le Tréteau électoral, en 189629. Les lectures ne seront d’ailleurs pas très fréquemment organisées par les militants du mouvement, qui semblent préférer les représentations malgré les lois anti-anarchistes et la censure théâtrale en place jusqu’en 1906. Bien que soit annoncée en 1896 la création du Groupe Artistique (07/03/1896-18/04/1896)30, destiné à « organiser dans chaque quartier des fêtes familiales et des soirées artistiques dont les bénéfices seront spécialement reversés à la propagande » et pour lequel il sera joué, « à chaque soirée […] une petite pièce révolutionnaire31 », aucun événement n’est par la suite relayé en ce sens. Cette même année, Les Temps Nouveaux annoncent la création du groupe de L’Art social fondé à l’initiative de Gabriel de La Salle, publiciste libertaire. « Publication d’une revue, organisation de conférences et de représentations théâtrales, tel est le triple but que se proposent les adhérents déjà nombreux32 », écrit alors Charles-Albert. Là encore, aucune activité n’est par la suite annoncée dans les colonnes du journal. Ces premières années, ce sont les représentations du Théâtre Libre d’André Antoine et du Théâtre de l’Œuvre de Lugné-Poe qui font l’objet de chroniques. Si elles révèlent une considération des auteurs pour le théâtre, elles ne sont pas présentées comme des activités internes au mouvement anarchiste.

  • 33 Xavier Durand, « L’art social au théâtre : deux expériences (1893, 1897) », Le Mouvement social, n° (...)
  • 34 Les Temps Nouveaux, 03/06/1899, n° 6/an 5.
  • 35 Les Temps Nouveaux, 04/11/1899, n° 28/an 5.
  • 36 Les Temps Nouveaux, 18/10/1902, n° 25/an 8.
  • 37 Les Temps Nouveaux, 31/02/1900, n° 49/an 5.

15En 1897, ce sont dix événements libertaires qui font une place au théâtre. On recense les annonces de créations et de représentations du groupe L’Art libre (06/02/1897-27/02/1897) et du Théâtre civique (29/05/1897-23/02/1901) de Louis Lumet, Charles-Louis Philippe et Jean-Gabriel Prodhomme, fondateurs de la revue L’Enclos. Ce dernier projet s’inscrit dans la réflexion menée par Louis Lumet et Gabriel de La Salle autour d’un théâtre d’art social33 et propose, en 1899 et 1900, des représentations thématiques « sur la Justice34 » ou « contre la guerre35 ». En 1898, le groupe de l’Idée nouvelle (12/02/1898-20/10/1900) est créé et débute une série de conférences. Les intervenants sont anarchistes ou proches du mouvement, et beaucoup écrivent pour le théâtre : Paul Adam, Jean Ajalbert, Charles-Albert, Lucien Descaves, Jean Jullien, Lugné-Poe, etc. On voit apparaître en 1899 La Lyre sociale de la rive gauche (01/08/1902- 21/11/1903), dont les activités ne seront annoncées dans Les Temps Nouveaux qu’à partir de 1902, mais semblent très régulières. Ce groupe s’associe parfois à d’autres troupes théâtrales telles que La Marianne, comme c’est le cas en octobre 1902 pour la « grande matinée […] au bénéfice d’une œuvre de solidarité36 », durant laquelle une causerie est organisée par Paraf-Javal et où sont jouées les pièces Scrupules d’Octave Mirbeau et Les Boulingrins de Georges Courteline. À partir de 1900, le Théâtre social [de la Maison du peuple de Montmartre] (10/03/1900-24/01/1903) voit ses activités relayées par le journal ; ce sont majoritairement des textes de Chéri Vinet qui sont montés. Cette même année, le groupe de L’Art social du XIIIe37 propose une représentation. On peut supposer qu’elle intègre un programme plus vaste d’instruction populaire, mais que le groupe ne considère pas le théâtre comme étant plus intéressant qu’une autre forme d’art.

  • 38 Les Temps Nouveaux, 28/10/1899, n° 27/an 5.
  • 39 Les Temps Nouveaux, 17/08/1901, n° 16/an 7.
  • 40 Je ne suis pas certaine qu’il s’agisse de la BEL du IIIe, 22 rue du Vert-Bois (Les Temps Nouveaux, (...)
  • 41 Les Temps Nouveaux, 26/05/1900, n° 5/an 6 ; Temps Nouveaux, 09/06/1900, n° 7/an 6.
  • 42 Les Temps Nouveaux, 25/08/1900, n° 18/an 6.
  • 43 Les Temps Nouveaux, 15/09/1900, n° 21/an 6.

16À partir de l’année 1899, des événements sont organisés par des lieux d’instruction anarchistes qui participent du mouvement général d’éducation populaire qui se met en place à la fin du 19e siècle. De nombreuses Bibliothèques d’éducation libertaire (BEL.) se créent, parmi lesquelles celles du Faubourg Antoine (22/07/1896-26/10/1901) et de Belleville (28/10/1899-10/03/1900) proposent des conférences sur le théâtre ou sur des auteurs dramatiques, des lectures et des représentations, parfois dans le cadre de « fêtes libertaires38 ». Mention est faite en 1901 d’une balade de propagande incluant la représentation d’une « pièce sociale39 », Pierre qui roule, à l’initiative de la Bibliothèque libertaire du IIIe40 (17/08/1901). La Bibliothèque du XVe, du groupe La Solidarité des trimardeurs (26/05/1900-25/08/1900), propose en 1900 des conférences sur La Clairière de Lucien Descaves et Maurice Donnay41 et sur le « théâtre libertaire42 ». Lors de l’inauguration du Théâtre libertaire [de Paris] (15/09/1900-06/04/1901) à la Maison du peuple de Montmartre, Cyvoct fait une conférence sur « le théâtre au point de vue révolutionnaire43 » et on joue Lidoire, de Georges Courteline, et Mais quelqu’un troubla la fête, de Louis Marsolleau. Le « théâtre anarchiste » fait l’objet de réflexion de la part des militants et le nombre croissant de groupes s’attelant à des activités théâtrales montre le désir de créer un véritable mouvement.

  • 44 Les Temps Nouveaux, 26/05/1900, n° 5/an 6.
  • 45 Les Temps Nouveaux, 22/04/1899, n° 52/an 4.
  • 46 Les Temps Nouveaux, 29/04/1899, n° 1/an 5.
  • 47 Les Temps Nouveaux, 08/07/1899, n° 11/an 5.
  • 48 Les Temps Nouveaux, 15/07/1899, n° 12/an 5.

17En 1900, les BEL poursuivent leurs actions et sont soutenues par les Bibliothèques d’études sociales des Égaux du XVIIe (01/02/1896-24/02/1900) et du XVIIIe (03/03/1900-24/03/1900). La B.E.L. de Belleville devient la bibliothèque libertaire de L’Idée libre44 (19/01/1900-06/12/1902) et aura sa propre troupe, le Théâtre libertaire de l’Idée libre. Dans le cadre des réunions de groupements, on compte des « causeries », fréquentes dans le milieu théâtral de l’époque, parfois sur une pièce ou précédant une représentation. On note, toujours à but d’instruction, des conférences qui entrent dans le même cadre que celles sur l’histoire de l’art, les mathématiques ou la littérature proposées par les groupements anarchistes ou ouvriers. Ainsi, Laurent Tailhade propose en 1899 pour la BEL du Faubourg Antoine plusieurs conférences, allant de « la beauté dans l’enseignement populaire45 » au « Théâtre de Racine : Phèdre46 ». Albert Bloch présente dans le cadre du même cycle une soirée sur « Le théâtre d’Ibsen47 », suivie par une dernière conférence sur « Le théâtre de Calderon48 ». Le groupe de L’Art pour tous (19/01/1902-11/02/1905), fondé en 1901 par l’anarchiste Louis Lumet – fondateur du Théâtre civique – et le socialiste Édouard Massieux, organise des conférences, notamment sur les métiers du théâtre, et des visites dans des lieux culturels dont l’Opéra de Paris. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, étant donné la critique anarchiste des classiques, ces conférences portent sur l’histoire théâtrale et ne se cantonnent pas aux œuvres dites sociales. Ces rencontres s’insèrent dans le mouvement d’éducation populaire, de démocratisation culturelle et d’expérimentation pédagogique fin de siècle au sein duquel le travail des Universités populaires (UP), lieux d’instruction destinés aux ouvriers, sera majeur. Les activités des lieux ouvriers tels que les UP et les Maisons du peuple commencent d’ailleurs à être relayées dès l’année 1900 par Les Temps Nouveaux et le seront jusqu’en 1914. Ce sont majoritairement celles-ci qui sont référencées dans les activités exogènes de notre graphique. Non seulement les activités du mouvement ouvrier sont relayées de manière hebdomadaire par le journal, mais les anarchistes eux-mêmes proposent des événements au sein de ces groupements : les frontières endogènes/exogènes ne sont pas aussi strictes que ce que cette typologie laisse entendre.

  • 49 Albert Libertad, « Activités anarchistes », L’Anarchie, n° 79, 11/10/1906.

18Le Théâtre libertaire [de Paris] (15/09/1900-26/01/1902) est inauguré dans le cadre d’une soirée d’art privée le 15 septembre 1900 à la Maison du peuple de Montmartre. Seules trois soirées de représentation seront annoncées dans les colonnes du journal jusqu’en 1902. En 1901, le Théâtre civique, le Théâtre social [de la Maison du peuple de Montmartre] et le Théâtre libertaire [de Paris] poursuivent leur œuvre. Le Théâtre d’auditions sociales (06/07/1901-01/11/1902), qui jouera quelques pièces de Chéri Vinet, rejoint le mouvement en 1901, suivi par le Théâtre social coopératif (12/01/1902-26/01/1902), Le Coquelicot libertaire – groupe d’études sociales et théâtrales (22/03/1902) – et La Marianne – groupe lyrique et théâtral (18/10/1902) –, qui interviendra notamment dans le cadre des événements organisés par les Causeries populaires. En 1902 sont créées par Albert Libertad, anarchiste individualiste et fondateur du journal L’Anarchie, et Paraf-Javal, fondateur de la tendance anarchiste individualiste dite « scientifique », les Causeries populaires (08/11/1902-13/02/1909). Regrettant l’autoritarisme et le classicisme des conférences organisées par les Universités populaires, les deux hommes décident de mettre en place des causeries, « groupement[s] anarchiste[s] sans cotisation, sans statuts, sans inscription (…) qui devai[en]t nous aider à réunir les individus49 ». Dans le XIe et le XVIIIe arrondissements, les réunions sont hebdomadaires mais, rapidement, des initiatives épisodiques se mettent en place dans d’autres quartiers. Plusieurs d’entre elles portent sur des auteurs de théâtre anarchistes tels qu’Octave Mirbeau ou Louis Marsolleau. À la suite d’un conflit entre les deux fondateurs, les causeries font scission. Elles seront poursuivies par Libertad, tandis que Paraf-Javal fonde le Groupe d’études scientifiques.

  • 50 Les Temps Nouveaux, 24/10/1903, n° 26/an 9.
  • 51 Les Temps Nouveaux, 24/12/1904, n° 34/an 10.

19En 1903 est lancé un appel à la « création d’un groupe d’études libertaires et de propagande par le théâtre et la chanson » dans le XIVe (01/08/1903), dont on ne retrouvera pas de trace ensuite ; le groupe La Muse rouge (03/01/1903-30/09/1911) est mentionné dans le cadre de fêtes de camaraderie proposant des activités théâtrales et La Lyre sociale de la rive gauche devient le groupe Action théâtrale50 (24/10/1903-02/02/1907), qui poursuivra les représentations, parfois au profit d’une œuvre sociale ou d’un camarade malade. En octobre 1904, Léon Israël, chanteur, anarchiste individualiste, membre de La Muse rouge et secrétaire de la maison d’édition La Chanson du peuple, appelle à la création d’un Théâtre libertaire (29/10/1904) constitué d’une troupe de comédiens et d’un orchestre. Il organise aussi, avec Albert Libertad, une représentation le 21 décembre 190451 aux Causeries populaires du XIe, mais ne nous savons pas avec certitude si elle est portée par le Théâtre libertaire ou Léon Israël seul. L’année suivante, il anime le groupe Théâtre en camaraderie (12/01/1907), qui intervient lors des fêtes militantes. En 1911, il annonce la création d’un nouveau groupe, le Théâtre révolutionnaire (15/04/1911-22/04/1911), dont nous savons seulement qu’il a donné deux soirées de représentation les 22 et 23 avril 1911. Entre-temps, fin 1904, est créé le groupe Éducation et propagande par le théâtre (31/12/1904-07/01/1905) de Georges Zéa, mais une seule activité sera relayée par le journal en janvier 1905. En 1908 est annoncée la création du Théâtre de l’œuvre révolutionnaire (26/12/1908). Là encore, aucune activité n’est ensuite relayée par les Temps Nouveaux.

  • 52 Les Temps Nouveaux, 20/01/1912, n° 38/an 17, p. 6.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid.
  • 57 Marion Denizot, Théâtre populaire et représentations du peuple, Rennes, Presses universitaires de R (...)
  • 58 Les Temps Nouveaux, 31/08/1912, n° 18/an 18, p. 3.
  • 59 Ibid.

20Le Théâtre du peuple (20/01/1912-14/02/1914), témoin des tentatives effectives des libertaires de faire du théâtre un véritable outil de transformation sociale, mérite une plus ample présentation. En janvier 1912 paraît dans les colonnes des Temps Nouveaux un appel de L. de Saumanes à destination des « Parisiens fortunés et exquises Parisiennes52 » afin qu’ils participent au financement du Théâtre du peuple. L’auteur indique qu’un comité d’initiative s’est créé afin de relancer l’œuvre de l’anarchiste Henri Antoine, fils du metteur en scène et directeur du Théâtre libre André Antoine. Il s’agit de permettre aux esprits cultivés du peuple, penseurs, poètes, auteurs dramatiques, de « présenter leurs œuvres à leurs frères, à leurs frères du peuple53 » en constituant une troupe « excellente, mais jouant d’instinct54 », capable de représenter « des pièces d’un art simple et large, […] des pièces mettant en scène le peuple et agitant les problèmes qui angoissent l’heure présente55 ». Le peuple, constitué de travailleurs, n’ayant « ni le temps ni le courage d’aller chercher les théâtres, […] il faudra que le théâtre vienne à eux56 ». Ainsi, le Théâtre du peuple louera des salles de représentation de quartier en quartier, afin d’aller chercher le peuple chez lui. Le théâtre doit être créé par le peuple, pour le peuple et représenter le peuple. Cette entreprise s’intègre dans le plus vaste mouvement des théâtres populaires qui voient le jour à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, visant d’une part à se dégager des pratiques théâtrales dominantes, basées sur le profit, le divertissement et l’élitisme, d’autre part à atteindre les populations qui n’avaient alors pas accès aux représentations57. La dimension sociale du théâtre anarchiste est ici en creux : les pièces doivent être accessibles financièrement et géographiquement aux travailleurs, mais aussi et surtout, doivent porter les revendications sociales qui les concernent. La part la plus importante du Théâtre du peuple, écrit L. de Saumanes en août 1912, doit être vouée à la critique, « à l’exposé et à la discussion des questions sociales58 ». Ce théâtre doit « être révolutionnaire, puisqu’il sera destiné aux victimes de l’état social actuel59 ». Or, les finances manquent. L. de Saumanes en appelle donc à la générosité de la bourgeoisie :

  • 60 Les Temps Nouveaux, 20/01/1912, n° 38/an 17, p. 6.

« Ce sera pour la rançon de vos péchés et vous vous montrerez dignes, vous, membres de la bourgeoisie menacée, de ces grands seigneurs du XVIIIe siècle qui, tirant fièrement leur révérence devant l’avenir menaçant, mettaient la main à la Révolution naissante. »60

  • 61 Les Temps Nouveaux, 27/04/1912, n° 52/an 17, p. 6.

21Non seulement le Théâtre du peuple entend proposer une nouvelle organisation sociale à travers ses représentations, mais il incite la bourgeoisie à y participer en finançant son projet d’éducation et d’évolution pour atteindre la révolution ! En avril 1912, les membres du conseil d’administration de la coopérative du Théâtre du Peuple sont nommés : Henri Antoine est administrateur-gérant ; Émile Guichard, anarchiste syndicaliste, collaborateur aux Temps Nouveaux, est secrétaire ; Émile Pataud, syndicaliste révolutionnaire, en est le trésorier ; A. Tangourdeau est nommé secrétaire adjoint et Kress trésorier adjoint. Enfin, les camarades Pataud, Bonnafous, Kress, Tangourdeau, Antoine et Guichard sont « délégués à la propagande61 ». Malgré ces efforts de diffusion et les communications régulières de la part de L. de Saumanes dans les colonnes des Temps Nouveaux, l’entreprise du Théâtre du peuple s’éteint alors que la Grande Guerre approche.

  • 62 Les Temps Nouveaux, 29/03/1913, n° 48/an 18.
  • 63 Les Temps Nouveaux, 20/12/1913, n° 31/an 19.
  • 64 Ibid.
  • 65 Les Temps Nouveaux, 17/01/1914, n° 35/an 19.
  • 66 Les Temps Nouveaux, 14/02/1914, n° 39/an 19.

22Durant les deux années d’existence de la coopérative, Les Temps Nouveaux relaient une représentation le samedi 29 mars 1913, à la salle de l’Utilité sociale, boulevard Auguste-Blanqui,de Leur honneur, drame en cinq actes de L. et A. de Saumanes62 ; une représentation le jeudi 18 décembre 1913 au théâtre municipal de Saint-Denis de Poil de carotte, de Jules Renard, La Bigote (s.a.) et Grasse matinée d’Alfred Athys63 ; les représentations du samedi 20 décembre à la Maison des syndiqués, rue Mouffetard, Ve, et du dimanche 21 décembre, à la Maison des syndiqués, rue du Tir à Asnières, de Le Porion (s.a.) et de Grasse matinée d’Alfred Athys64. Cette dernière pièce sera de nouveau jouée à l’occasion d’une grande fête organisée par la Chambre syndicale des ouvriers serruriers et parties similaires, le samedi 31 janvier65. La représentation a lieu dans la salle des fêtes de la Bellevilloise, rue Boyer, XXe, première coopérative parisienne, à la fois lieu d’éducation populaire et d’échanges « du producteur au consommateur » sur le modèle économique de l’anarchiste Pierre-Joseph Proudhon. Le groupe des Pupilles de la Bellevilloise et les Poètes-chansonniers révolutionnaires sont présents pour cet événement, durant lequel le camarade Lefèvre, de la Confédération générale du travail, fait une allocution. Le prix d’entrée est fixé à 1 franc, gratuit pour les enfants de moins de douze ans. En février 1914, le Théâtre du peuple s’allie à l’aventure naissante du Cinéma du peuple et propose, à l’Hôtel des sociétés savantes, rue Danton, VIe, une grande fête66 avec le concours de Marguerite Greyval, diseuse dans les cabarets et pour La Muse rouge, comédienne, qui créa notamment Poil de carotte avec Firmin Gémier. La soirée est composée d’une causerie de L. Ousbry, avocat à la cour, d’une partie cinématographique et des représentations de Grasse matinée et de La Peur des coups (s.a.).

  • 67 Les Temps Nouveaux, 25/01/1913, n° 39/an 18.
  • 68 Ibid.

23Se déplaçant de salle en salle pour chaque événement, le Théâtre du peuple respecte son désir d’amener le théâtre aux travailleurs. Il propose chaque fois plusieurs représentations, pratique courante à l’époque, et les soirées sont ponctuées d’interventions de militants ou de spécialistes, montrant le désir d’instruction de la coopérative. Les lieux des représentations sont d’ailleurs des lieux ouvriers et d’éducation populaire. La venue de figures aussi réputées que Marguerite Greyval témoigne de l’exigence du Théâtre du peuple pour la qualité esthétique des œuvres qu’il présente. Enfin, notons que l’entreprise paie les comédiens pour les répétitions « suivant les principes syndicalistes67 », pratique peu courante, mais qui montre sa volonté de suivre les convictions anarchistes qu’elle défend. Le théâtre se révèle être non seulement un outil d’instruction et de propagande à destination des spectateurs, mais aussi un outil de transformation sociale dans l’ici et le maintenant : il permet à la troupe de mettre en œuvre dans son fonctionnement même le projet politique qu’elle défend, à savoir une redistribution équitable des ressources, une tentative de déjouer le capitalisme et un fonctionnement horizontal, dont témoigne la publication, dans les colonnes des Temps Nouveaux, des programmes d’action votés en assemblée générale par le conseil d’administration68.

  • 69 Les Temps Nouveaux, 22/12/1901, n° 34/an 7.
  • 70 Les Temps Nouveaux, 04/07/1903, n° 12/an 9.
  • 71 Les Temps Nouveaux, 28/11/1903, n° 31/an 9.
  • 72 Les Temps Nouveaux, 12/09/1908, n° 20/an 14.
  • 73 Les Temps Nouveaux, 18/01/1913, n° 38/an 18 et numéros suivants.
  • 74 Les Temps Nouveaux, 06/12/1913, n° 29/an 9 et numéros suivants.

24Terminons notre tour d’horizon des activités présentées dans Les Temps Nouveaux. Des activités sporadiques sont organisées par des groupes de propagande. Ainsi, la Jeunesse antimilitariste et antireligieuse du XXe joue La Première salve, d’Amédée Rouquès69 en 1901 ; l’Entente des jeunesses socialistes révolutionnaires de la Seine organise en 1902 une représentation de La Cage, de Lucien Descaves ; la Jeunesse libertaire du Ve invite La Lyre sociale de la rive gauche et le Groupe théâtral du Ve lors d’une soirée au profit des Temps Nouveaux en 190370 ; la Jeunesse anarchiste du XVe organise une fête antimilitariste programmant une représentation71. Les revues pour enfants Jean-Pierre et Les Petits bonshommes, ou encore l’école libertaire La Ruche de Sébastien Faure, font aussi appel au théâtre dans le cadre des événements qu’elles organisent. Les grands propagandistes anarchistes se saisissent de ce format artistique : Louis Grandidier, militant syndicaliste, organise pour le groupe Les Travailleurs libertaires de Saint-Denis une lecture avec commentaires de la pièce de Léon Kampf Le Grand soir, en septembre 190872 et Les Temps Nouveaux organisent au profit du journal la représentation des Mauvais Bergers d’Octave Mirbeau pour leur deuxième fête annuelle73 le 20 avril 1913, et des Tisserands de Gerhart Hauptmann le 22 février 191474.

25Malgré la création d’autant de groupes artistiques et théâtraux entre 1897 et 1904, le nombre de représentations annuelles est faible : onze en 1900 ; sept en 1901 ; douze en 1902 ; neuf en 1903 ; huit en 1904. On ne recense pas plus de lectures, causeries et conférences sur des pièces de théâtre organisées par des groupements endogènes au mouvement anarchiste : douze en 1900 ; une en 1901 ; trois en 1902 ; aucune en 1903 et cinq en 1904. Ce seront pourtant les années les plus intenses en termes d’activités théâtrales (exception faite de l’année 1907 et de l’année 1913). Comparativement, les activités théâtrales exogènes au mouvement anarchiste, mais relayées par le journal, sont quasiment aussi nombreuses sur cette période, et sept fois plus nombreuses sur les années 1905 et 1906. On compte ainsi en 1905 vingt-cinq représentations organisées par des organisations ouvrières, majoritairement des UP telles que L’Enseignement mutuel et La Coopération des idées. Ce ne sont qu’une à cinq représentations organisées par an par les groupements anarchistes entre 1905 et 1914, exception faite des années 1907 (10) et 1913 (12). Nous ne saurions expliquer ces augmentations autrement que par le nombre important de groupements en activité ces années-là.

  • 75 Les Temps Nouveaux, 05/11/1904, n° 27/an 10.

26Au-delà de ces mentions d’activités théâtrales, notons que le journal publie des « bibliothèques anarchistes » ou des bibliographies de textes dramatiques, notamment dans la rubrique « Théâtre », pour laquelle ce court texte de présentation apparaît : « Quelques camarades nous demandent souvent quelles pièces ils pourraient jouer dans leurs soirées ? Voici, parmi celles que nous connaissons, les titres de celles que nous pouvons leur recommander75 ». On note une gradation dans la fréquence de publication des bibliographies : entre 1895 et 1899, ce sont entre zéro et deux pièces qui sont recommandées, contre cinq pièces en 1902, dix-huit en 1903, vingt-cinq en 1904, treize en 1905, vingt-huit en 1906. Le nombre de recommandations baisse entre 1907 et 1910, passant de treize à quatre, avant d’exploser : trente-six en 1911, cinquante en 1912, trente-cinq en 1913 et trente-trois en 1914. Ce ne sont donc pas les textes qui manquent ni l’envie de les mettre en scène. Pour autant, on ne note pas une augmentation importante des activités théâtrales de la part des anarchistes. Plusieurs explications peuvent être envisagées : le théâtre est reconnu comme un outil de propagande pertinent, mais les groupements théâtraux peinent à se mettre en place, car le mouvement voit plusieurs tendances apparaître et les énergies militantes sont concentrées sur d’autres moyens d’action ; les groupements existent, mais ne diffusent que très sporadiquement leurs activités dans les colonnes du journal, ce qui expliquerait la quantité de groupements référencés, mais aussi le peu d’activités recensées ; la suppression de la censure dramatique en 1906 permet une meilleure diffusion des textes dramatiques, que les propagandistes incitent à lire, mais qui ne sont toutefois pas évidents à mettre en scène car les lois scélérates mises en place à l’encontre du mouvement sont encore appliquées. Ces suppositions nécessiteraient un travail comparatif avec d’autres journaux pour être validées ou démenties. Il est cependant intéressant de noter que les pièces référencées dans les bibliothèques anarchistes sont quasiment toujours les mêmes, et parmi elles : Les Tisserands de Gerhart Hauptamnn, La Fille Élisa de Jean Ajalbert, Les Mauvais bergers et Les Affaires sont les affaires d’Octave Mirbeau, Le Tréteau électoral et L’Élection du maire de Léonard, Mais quelqu’un troubla la fête de Louis Marsolleau, La Poigne et L’Écolière de Jean Jullien, La Clairière et La Cage de Lucien Descaves, Lidoire et Les Balances de Georges Courteline, Responsabilités de Jean Grave, Résultats des courses et Les Bienfaiteurs d’Eugène Brieux, ou encore Le Fardeau de la liberté de Tristan Bernard. Exceptions faites de Gerhart Hauptmann, Georges Courteline et Eugène Brieux, tous les auteurs recommandés sont, au moment de la publication du journal, membres de la mouvance anarchiste. La recommandation de pièces exogènes au mouvement montre là encore la porosité de ces catégories, mais permet aussi de saisir ces échanges et l’influence des activités théâtrales de la fin du 19e siècle sur le réseau anarchiste. En effet, si les militants fin de siècle défendent un nouveau théâtre, ils n’hésitent pas à s’emparer des œuvres qui, selon eux, répondent à leurs exigences et défendent au moins en partie leur projet politique.

Conclusion

27L’éducation du peuple passe par les chroniques artistiques et théâtrales du journal, mais aussi par les différents événements artistiques organisés par les militants du mouvement libertaire et relayés par le journal. Sont proposés par les artistes des cours de théâtre, des représentations ou encore des conférences et des visites de lieux culturels. Il y a une vocation de critique intellectuelle et de renouvellement des pratiques artistiques et d’instruction. On se demande dans quelle mesure les collaborateurs de l’hebdomadaire proposaient aux lecteurs des papiers sur l’ensemble des pièces libertaires dont ils avaient connaissance. Était-ce systématique ou de temps à autres ? D’un rédacteur à l’autre, entendait-il la même chose par « théâtre anarchiste » ? Ils s’attachaient toutefois à diffuser les événements qui intégraient leurs revendications politiques de manière plus ou moins concrète et qui pouvaient ainsi participer à leurs tentatives pédagogiques et propagandistes pour faire évoluer la société vers l’idéal anarchiste.

28Les activités théâtrales rythment les temps de repos des ouvriers, mais majoritairement du fait des groupements d’éducation populaire et des troupes qui leur sont associées. Les tentatives anarchistes sont précaires et très peu réussissent à perdurer plus d’une année. On note d’ailleurs régulièrement des appels à adhésion de la part des collectifs. En étant destiné aux ouvriers, le théâtre participe toutefois à la création d’une appartenance de classe, chère aux anarchistes pour conscientiser les travailleurs. Ces événements ont lieu dans les locaux des groupements ou dans des lieux destinés au théâtre et/ou à l’éducation populaire. Les activités théâtrales, aux formes multiples, semblent ainsi bien répondre à l’exigence d’un théâtre porteur de potentialités de transformation sociale. Il devient outil d’instruction, de partage et de propagande, et ainsi un moyen d’action militant utilisé de manière récurrente, véritable outil de praxis évolutionnaire pour les libertaires fin de siècle :

  • 76 André Girard, « L’art du peuple », Les Temps Nouveaux, 02/07/1898, n° 10/an 4, p. 1.

« C’est en s’adressant directement au peuple, c’est en se mêlant à lui, en vivant avec lui, en l’initiant aux beautés dont sa situation sociale lui refuse l’accès, c’est en entreprenant nous-mêmes son éducation artistique […] par une progressive et insensible infiltration, par la création autour de lui d’une atmosphère attentivement maintenue en conformité avec un noble idéal esthétique, par une incitation à admirer les formes puissantes, les pensées et les sentiments de dignité, d’indépendance et de générosité ; c’est en créant des lieux d’exécution et de représentation d’œuvres, en rapport avec le but visé, en multipliant pour lui les accessibilités de l’art, qu’on le dégagera de la vulgarité où il se complaît actuellement, faute d’avoir été éveillé à des jouissances plus élevées. »76

29Par la création de groupements, de collectifs artistiques et/ou d’instruction, la diffusion d’œuvres théâtrales, quels que soient leurs formats, dans les lieux ouvriers, ce sont bien les conseils formulés par André Girard qui ont été mis en place, ou à tout le moins essayés. Nous formulons ainsi qu’il s’agit pour les anarchistes de provoquer une transformation de la société, notamment grâce à l’outil théâtral, qui s’avère alors être un outil d’esthétisation anarchiste du quotidien des travailleurs et, par là même, un outil de praxis évolutionnaire.

  • 77 André Girard, « Art officiel », op. cit., p. 1.

30Les groupements anarchistes faisant appel au théâtre sont relativement nombreux, même s’ils ne semblent pas suffisamment stables pour proposer des activités sur le long terme ou de manière très régulière. Il nous faut ainsi poursuivre ce travail à partir d’autres journaux, pour saisir l’importance des activités théâtrales dans la sphère culturelle anarchiste. Certaines pièces étaient vraisemblablement jouées lors de soirées privées, pour que les artistes ne soient pas inquiétés. Il s’agirait là encore de continuer les dépouillements pour, peut-être, trouver des traces de formats de représentation alternatifs tels que le théâtre de société, en appartement. Enfin, manque aussi un pan d’analyse important : celui des textes dramatiques eux-mêmes, afin de cerner dans quelle mesure les anarchistes reproduisaient ou s’extrayaient des formats et des fables qu’ils dénonçaient. André Girard écrit en 1898 à propos du roman-feuilleton « où se convulsent, sans discontinuer, des personnages dont les facultés émotives ne connaissent d’autre degré que le paroxysme, [qu’il] est un excellent éducateur, très propice à l’abêtissement populaire. Le théâtre auquel il donne naissance est, lui aussi, un auxiliaire très précieux77 ». Or, quelque quinze ans plus tôt, en 1883, était publié à la Librairie Nationale Le Bâtard impérial, un roman-feuilleton de plus de sept cents pages, transformé en une pièce de théâtre intitulée Nadine en 1882, écrit par Louise Michel et Jean Winter. Ces deux œuvres retracent les aventures d’un certain Bakounine, acteur des révoltes populaires, et incitent le lecteur/spectateur à défendre sa liberté, sur l’invitation d’une des propagandistes et militantes anarchistes les plus connues et reconnues de la Belle Époque.

31Une nouvelle question s’impose : si les potentialités du théâtre comme outil de praxis évolutionnaire (instruction, propagande, préfiguration et performativité) semblent faire consensus chez les militants anarchistes qui s’en saisissent, une réflexion était-elle menée sur les formats, discours et esthétiques que revêtent ces pièces ?

Haut de page

Notes

1 Élisée Reclus, L’Évolution, la révolution et l’idéal anarchique, Paris, Stock, 1914, p. 14.

2 La thèse de Camille Mayer porte sur le dialogue entre le théâtre et l’anarchisme, de 1895 à 1914 et de 2005 à 2020.

3 Camille Mayer, « Des composantes existentielles du théâtre et de l’anarchisme », site de réflexions libertaires Grand Angle, 24/06/2020, <http://www.grand-angle-libertaire.net/des-composantes-existentielles-du-theatre-et-de-lanarchisme/>.

4 En 2001, lorsqu’est publié le recueil de pièces de théâtre Au temps de l’anarchie, un théâtre de combat, les auteurs ne définissent pas spécifiquement les pièces qu’ils mettent à jour comme étant anarchistes, mais proposent un ensemble de textes écrits ou joués par des libertaires durant l’âge d’or de l’anarchisme. Mention est faite du théâtre anarchiste dans les ouvrages : Vittorio Frigerio, La Littérature de l’anarchisme : anarchistes de lettres et lettrés face à l’anarchisme, Grenoble, ELLUG, 2014 ; Marjorie Gaudemer, Le Théâtre de propagande socialiste en France, 1880-1914 : mise au jour d’une fraction de l’histoire du théâtre militant, thèse de doctorat, École doctorale Lettres, langues, spectacles, Université de Nanterre, 2009 ; Caroline Granier, Les Briseurs de formules : les écrivains anarchistes en France à la fin du XIXe siècle, Cœuvres, Ressouvenances, 2008 ; Eugenia W. Herbert, The artist and social reform, France and Belgium, 1885-1898, New Haven, Yale University press, 1961 ; Roger White, « Anarchist Theatre in Paris prior to 1914 », Essays in honour of Keith Val Sinclair, Townsville, Australia, James Cook University of North Queensland, 1991, p. 100-118.

5 Michel Corvin, Dictionnaire encyclopédique du théâtre, Paris, Bordas, 2012, p. 79.

6 « Anarchiste » et « libertaire » seront ici utilisés de manière interchangeable.

7 Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, t. 1, Des origines à 1914, (1975), Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1992, p. 112.

8 Gaetano Manfredonia, « Art et anarchisme dans la France de la Belle Époque », dans Art & Anarchie, actes du colloque Les dix ans de Radio Libertaire, s. l., Via Valeriano/La Vache folle, 1993.

9 Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, t. 1, op. cit., p. 481.

10 Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, t. 1, op. cit., p. 463 et suiv.

11 Il s’agirait, dans un travail de dépouillement plus poussé, de calculer le taux d’activités théâtrales organisées par les anarchistes parmi la quantité totale d’activités militantes et/ou culturelles des anarchistes relayées par les périodiques.

12 Proche de Jean Grave et collaborateur aux Temps Nouveaux, notamment sous le pseudonyme de Max Burh, André Girard a rédigé de nombreux articles sur les questions sociales, mais aussi artistiques. Il a également collaboré au Libertaire de Sébastien Faure et à L’Art Social de Gabriel de La Salle et Augustin Hamon.

13 André Girard, « Art nouveau », Les Temps Nouveaux, 11/05/1895, n° 2/an 1, p. 2.

14 Ibid.

15 André Girard, « L’œuvre anarchiste (1/3) », Les Temps Nouveaux, 17/03/1900, n° 47/an 5, p. 1.

16 Ce point est d’ailleurs l’une des critiques émises par les théoriciens contemporains et post-anarchistes à l’encontre de l’anarchisme classique, au sein duquel la nature humaine serait essentialisée.

17 Max Clair, « La littérature et les Journaux du Peuple », Les Temps Nouveaux, 04/01/1913, n° 36/an 18, p. 5.

18 André Girard, « L’œuvre anarchiste (2/3) », Les Temps Nouveaux, 24/03/1900, n° 48/an 5, p. 3.

19 Anonyme, « Nouvel essai de Concerts populaires », Les Temps Nouveaux, 28/03/1914, n° 45/an 19, p. 5.

20 Antoine Mornas, « L’anarchie et les artistes », Les Temps Nouveaux, 14/02/1896, n° 46/an 1, p. 2-3.

21 Pierre-Joseph Proudhon, Du principe de l’art et de sa destination sociale, Paris, Garnier Frères, 1865.

22 Raymond Duncan, « L’art naturel », Les Temps Nouveaux, 23/12/1911, n° 34/an 17, p. 1.

23 Ibid., p. 2.

24 Anonyme, « Au théâtre », Les Temps Nouveaux, 13/12/1895, n° 5/an 5, p. 4.

25 Élisée Reclus, op. cit., p. 14-15.

26 André Girard, « Art officiel », Les Temps Nouveaux, 12/02/1898, n° 42/an 3, p. 1.

27 Nous utilisons bien le terme « évolutionnaire » et non pas « révolutionnaire ».

28 Les Temps Nouveaux, 07/12/1895, n° 32/an 1.

29 Les Temps Nouveaux, 28/11/1896, n° 31/an 2.

30 Les datations mentionnées correspondent aux dates de première et dernière mentions d’activités théâtrales relayées par le journal. Elles ne correspondent pas nécessairement aux dates de création et de disparition effectives des groupements.

31 Les Temps Nouveaux, 07/03/1896, n° 45/an 1.

32 Les Temps Nouveaux, 09/05/1896, n° 2/an 2.

33 Xavier Durand, « L’art social au théâtre : deux expériences (1893, 1897) », Le Mouvement social, n° 91, avril-juin 1975, p. 13-33.

34 Les Temps Nouveaux, 03/06/1899, n° 6/an 5.

35 Les Temps Nouveaux, 04/11/1899, n° 28/an 5.

36 Les Temps Nouveaux, 18/10/1902, n° 25/an 8.

37 Les Temps Nouveaux, 31/02/1900, n° 49/an 5.

38 Les Temps Nouveaux, 28/10/1899, n° 27/an 5.

39 Les Temps Nouveaux, 17/08/1901, n° 16/an 7.

40 Je ne suis pas certaine qu’il s’agisse de la BEL du IIIe, 22 rue du Vert-Bois (Les Temps Nouveaux, 11/11/1899, n° 29/an 5).

41 Les Temps Nouveaux, 26/05/1900, n° 5/an 6 ; Temps Nouveaux, 09/06/1900, n° 7/an 6.

42 Les Temps Nouveaux, 25/08/1900, n° 18/an 6.

43 Les Temps Nouveaux, 15/09/1900, n° 21/an 6.

44 Les Temps Nouveaux, 26/05/1900, n° 5/an 6.

45 Les Temps Nouveaux, 22/04/1899, n° 52/an 4.

46 Les Temps Nouveaux, 29/04/1899, n° 1/an 5.

47 Les Temps Nouveaux, 08/07/1899, n° 11/an 5.

48 Les Temps Nouveaux, 15/07/1899, n° 12/an 5.

49 Albert Libertad, « Activités anarchistes », L’Anarchie, n° 79, 11/10/1906.

50 Les Temps Nouveaux, 24/10/1903, n° 26/an 9.

51 Les Temps Nouveaux, 24/12/1904, n° 34/an 10.

52 Les Temps Nouveaux, 20/01/1912, n° 38/an 17, p. 6.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 Marion Denizot, Théâtre populaire et représentations du peuple, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 9.

58 Les Temps Nouveaux, 31/08/1912, n° 18/an 18, p. 3.

59 Ibid.

60 Les Temps Nouveaux, 20/01/1912, n° 38/an 17, p. 6.

61 Les Temps Nouveaux, 27/04/1912, n° 52/an 17, p. 6.

62 Les Temps Nouveaux, 29/03/1913, n° 48/an 18.

63 Les Temps Nouveaux, 20/12/1913, n° 31/an 19.

64 Ibid.

65 Les Temps Nouveaux, 17/01/1914, n° 35/an 19.

66 Les Temps Nouveaux, 14/02/1914, n° 39/an 19.

67 Les Temps Nouveaux, 25/01/1913, n° 39/an 18.

68 Ibid.

69 Les Temps Nouveaux, 22/12/1901, n° 34/an 7.

70 Les Temps Nouveaux, 04/07/1903, n° 12/an 9.

71 Les Temps Nouveaux, 28/11/1903, n° 31/an 9.

72 Les Temps Nouveaux, 12/09/1908, n° 20/an 14.

73 Les Temps Nouveaux, 18/01/1913, n° 38/an 18 et numéros suivants.

74 Les Temps Nouveaux, 06/12/1913, n° 29/an 9 et numéros suivants.

75 Les Temps Nouveaux, 05/11/1904, n° 27/an 10.

76 André Girard, « L’art du peuple », Les Temps Nouveaux, 02/07/1898, n° 10/an 4, p. 1.

77 André Girard, « Art officiel », op. cit., p. 1.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Nombre d’événements incluant au moins une pièce de théâtre et relayés dans les colonnes des Temps Nouveaux
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/16984/img-1.png
Fichier image/png, 121k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Mayer, « Le théâtre, outil de praxis évolutionnaire des anarchistes parisiens de la Belle Époque ? »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 150 | 2021, 121-140.

Référence électronique

Camille Mayer, « Le théâtre, outil de praxis évolutionnaire des anarchistes parisiens de la Belle Époque ? »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/16984 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.16984

Haut de page

Auteur

Camille Mayer

Doctorante à l’université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search