Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150MÉTIERSTransmettre l'histoireMartha Desrumaux, une nécessité :...

MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Martha Desrumaux, une nécessité : transmettre l’histoire

Pierre Outteryck
p. 143-163

Résumés

Ouvrir le Panthéon au monde ouvrier ! Martha Desrumaux, pour une ouvrière au Panthéon ! Voici la campagne des Ami·e·s de Martha Desrumaux. Comment, avec quels outils, par quelles démarches mettre en valeur l’ADN de Martha et rassembler le plus largement pour construire et réussir cette campagne ? Martha Desrumaux, oubliée de l’histoire ou oubliée par l’histoire ? Se pose en effet la question du regard, des ambitions de la recherche historique. Comment faire découvrir le parcours extraordinaire de cette ouvrière du Nord ? Martha, ouvrière du textile, ancrée parmi ses camarades, est capable d’impulser une lutte moderne et toujours actuelle : le féminisme dans les entreprises industrielles, la place et le rôle indispensable des femmes. Un combat moderne ? Certains en doutent. Mais les lycéens rencontrés à Chambéry ont dans leurs questionnements donné une des clés : les engagements, le combat et les valeurs portés par Martha ont suscité un intérêt passionné.

Haut de page

Texte intégral

1Le 29 novembre 2006, à Wazemmes, lieu marqué par l’industrie textile depuis 1850, Martine Aubry, maire de Lille, Éric Corbeau, secrétaire départemental du PCF, et Philippe Detrez, secrétaire de l’UD-CGT du Nord, inaugurent l’allée Martha Desrumaux… Après le dévoilement de la plaque, 300 personnes assistent à la Maison Folie, ancienne usine textile, à l’hommage rendu à cette ouvrière emblématique.

  • 1 Pierre Outteryck, Martha Desrumaux, une femme du Nord, ouvrière, syndicaliste, déportée, féministe, (...)

2En mars 2009 est publié le livre Martha Desrumaux, une femme du Nord, ouvrière, syndicaliste, déportée, féministe1.

3En 2014, nous portons auprès de François Hollande une demande de panthéonisation pour Martha. La Voix du Nord mettra côte à côte trois « panthéonisables » : Louise de Bettignies, Marguerite Yourcenar et Martha Desrumaux, un bel hommage pour cette ouvrière qui n’apprit à lire qu’à 28 ans au sein des premières écoles de formation du Parti communiste français (PCF).

4En 2015, l’association Les Ami·e·s de Martha Desrumaux voit le jour, à l’initiative de Laurence Dubois. Son objectif est d’ouvrir le Panthéon au monde ouvrier : Martha Desrumaux, pour une ouvrière au Panthéon !

5Le 30 novembre 2017, une première manifestation est organisée à Lille, à Euratechnologies, encore une ancienne usine textile.

6Une nouvelle aventure est née…

Ignorée par l’Histoire !

7Fin janvier 2018, Laurence Dubois et moi-même rencontrons Philippe Martinez, secrétaire confédéral de la CGT, et Gilbert Garrel, président de l’IHS-CGT. Philippe est un ancien métallo, technicien chez Renault ; Gilbert est un ancien cheminot. Laurence Dubois présente les objectifs de l’association. « Vous avez raison. Les ouvrières sont les oubliées de l’histoire, y compris dans ma propre organisation », répond avec un grand sourire Philippe Martinez.

8Oubliées de l’histoire ou par l’histoire ?

9En mars 2018, nous sommes au Grand Orient de France, reçus par un Grand maître adjoint. D’entrée, j’interviens : « Martha n’était pas maçonne ! »… « Oui mais Martha était une républicaine et une humaniste. Comme nous », répond notre hôte.

10Déjà, le 8 janvier 2018, Emmanuel Laurentin m’avait invité à présenter Martha dans « La Fabrique de l’histoire » sur France Culture. Le 8 mars, Franck Ferrand, interpellé par Laurence Dubois, avait consacré à Martha son émission « Au cœur de l’histoire » sur Europe 1.

11Le 11 novembre 2018, je suis invité par la mairie d’Évenos. Faute de salle assez grande, le prêtre de la paroisse nous ouvre son église. En ce dimanche après-midi, jour commémorant l’Armistice et la fête patronale d’Évenos, assis au pied de l’autel devant une cinquantaine d’auditeurs, j’évoque le parcours de Martha. Derrière moi, le prêtre prépare des rafraîchissements. Au-dessus de l’autel, un Christ en croix contemple la scène.

12Faire en sorte que l’histoire s’intéresse à cette ouvrière, prenne en compte son parcours, souligne ses engagements, nous paraît essentiel. Nous sommes loin du compte malgré nos efforts et les concours reçus. J’évoquai cette situation à Chambéry devant 200 élèves des lycées Vaugelas et Louis-Armand. Je commençai avec une photo où, côte à côte, manifestaient en 1946 Martha et le Savoyard Ambroise Croizat. Aucun de ces jeunes ne reconnut Croizat, qui mit en place en 1946 la Sécurité sociale et la retraite par répartition. Même méconnaissance de Martha !

Martha Desrumaux et Ambroise Croizat lors d’une manifestation en 1946.

13Martha, ignorée de l’histoire ou ignorée par l’histoire ? Ces formulations n’ont ni le même sens ni la même portée.

14En affirmant « ignorée de l’histoire », nous constatons une réalité. L’histoire est faite par des hommes et des femmes de chair ; la plupart n’ont ni le temps ni la force ni les moyens – entre autres, savoir lire et écrire – de conter leur histoire, encore moins de l’étudier. Cette histoire nous est connue grâce aux travaux de professionnels ou d’autodidactes, les passeurs d’histoire. C’est grâce au travail des historien·ne·s que ces « invisibles » sont connu·e·s et reconnu·e·s.

15En affirmant « oubliée par l’histoire », nous mettons en cause des choix d’historien·ne·s, qui pourtant ont voué leur activité à être des passeurs d’histoire. Martha a laissé peu d’écrits, son principal manuscrit comprend une trentaine de pages. Déposé en mars 1958 au Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, il est consultable à la Fondation pour la mémoire de la Déportation. Ce témoignage a été éclipsé par des écrits de personnalités plus connues, souvent des professionnel·le·s de l’écriture. Le terme « professionnel·le » n’est pas péjoratif. Il renvoie à un constat : journalistes, écrivain·ne·s, responsables associatifs, politiques enfermés dans le système concentrationnaire furent aussi les témoins de cette barbarie. Maîtrisant l’écriture, ils surent témoigner. En revanche, rares sont les écrits de déportées issues du monde ouvrier, puisant dans leurs expériences d’exploitées, dans les violences vécues dans l’entreprise pour décrire l’horreur de Ravensbrück. En même temps, Martha nous livre son analyse de ce qu’était la Résistance :

  • 2 Extrait du témoignage de Martha Desrumaux à Ravensbrück, déposé en mars 1958 au Comité d’histoire d (...)

« Pour ceux qui ont connu la véritable résistance du maquis, avec tout ce qu’elle avait de violent, d’efficace, de spectaculaire, d’opérationnel même, il peut paraître vain de parler de “résistance” dans un camp de concentration. Il est vrai que l’immense masse des détenues, à Ravensbrück, était amorphe, affaiblie par la sous-alimentation, usée par le travail, minée par la maladie, courbée sous la menace des sanctions de toutes sortes. Il est exact que, pour la plupart de ces malheureuses vivant au jour le jour, les seules préoccupations étaient de s’approprier un tricot, un chiffon, un bout de ficelle, de resquiller un quignon de pain, une cuillerée de soupe, d’échapper à une corvée, d’éviter les coups, en un mot : de survivre. Mais il est certain aussi que, de cette masse, se dégageait, de temps en temps, une âme mieux trempée, un caractère sinon un organisme, plus résistant, une sorte de bouée qui surnageait, et à laquelle les faibles se raccrochaient. Chacune était déjà un embryon de résistance, et c’est leur réunion qui constitua une véritable organisation de résistance. »2

16Regard sur ce que fut la Résistance, en particulier à ses débuts, en cet été 1940 où la faim, la peur, la résignation annihilaient toutes les volontés ou presque. L’approche de Martha est en décalage avec les représentations mentales et sociales des années 1950. Nous sommes en mars 1958 ; la Résistance présentée dans la décennie suivant la Libération évoque, presque exclusivement, la geste de héros, hommes ou femmes sublimés. Trop souvent, la Résistance est décrite comme principalement une affaire franco-française. En 1954, Maurice Thorez demande à Aragon d’évoquer le groupe Manouchian. Le poète écrira le magnifique texte de L’Affiche rouge. Aragon affirme, non sans raison, tout en glorifiant Manouchian et ses camarades : « Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes / Noirs de barbe et de nuit, hirsutes, menaçants. » pour faire peur aux passants. Et juste avant : « La mort n’éblouit pas les yeux des Partisans ».

17À côté des récits historiques, Martha fait sourdre une autre musique. Français ou étrangers, beaucoup furent résistant·e·s sans avoir commis d’actes héroïques, sans avoir été maquisards, saboteurs, comme le suggère le Chant des Partisans. Avec Martha surgit une autre dimension de la Résistance, sans doute l’ouverture d’un champ historique trop souvent oublié par l’histoire dite officielle.

18En 2012, lors d’une réunion à Haveluy, près de Denain, nous préparions une initiative sur les femmes résistantes. Le maire désirait une intervention sur Martha, qui était pour lui une référence. « Nous voulons parler des femmes résistantes, mais nous sommes devant un problème. Ici, nous n’avons aucune femme résistante », dit le maire. Lourd silence… Bientôt, j’interpelle mon ami Henri Blot, fils de résistants : « Henri, tu ne dis rien ? Et notre discussion devant la mairie ? ». Il venait de me dire que sa mère traversait Denain et les communes proches avec son landau. Sous ses couches, elle dissimulait des tracts, parfois même des armes. « Mais ma mère n’était pas résistante ! » réplique Henri. « Ta mère pas résistante ? Oh que si ! Arrêtée, elle aurait été condamnée comme terroriste. Pour des tracts, quelques mois de prison. Pour transport d’armes, la déportation ! ».

19Le témoignage de Martha donne une autre compréhension de la diversité de la Résistance, au-delà de chiffres énoncés s’appuyant principalement sur des cartes délivrées après-guerre. Son témoignage sur Ravensbrück ouvre d’autres regards. Ainsi, elle rappelle qu’au sein même de la déportation, y compris dans des camps comme Auschwitz-Birkenau ou Sobibór, des déportés eurent la force, l’intelligence, le courage de résister. Martha décrit solidarités et résistance clandestine à Ravensbrück. En France même, nous omettons encore trop souvent de présenter les différents aspects de la Résistance en nous cantonnant à la lutte armée ou aux renseignements. Ainsi, la formule « ignorée par l’histoire » prend tout son sens. L’histoire ne peut être considérée comme un cadavre, elle est le fait d’hommes et de femmes, de chair, d’espoir et de désespoir.

20À l’historien·ne professionnel·le ou autodidacte de savoir les mettre en valeur.

Transmettre l’histoire : nécessité d’un travail scientifique

21« Les hommes ou les femmes agissent librement dans des conditions qu’ils n’ont pas eux-mêmes librement déterminées ». Cette formule de la « pensée-Marx » guide ordinairement nos travaux historiques et en particulier nos travaux biographiques. Elle nous oblige à une humilité certaine. Pouvons-nous explorer et retranscrire toutes les facettes d’une vie, d’une action ? Mesurons les limites de l’exercice ! Est-il possible de connaître avec précision toutes les conditions qui ont gêné, perturbé, troublé, poussé, incité, déployé telle action, telle initiative ? Où est la part d’ombre, où se situe la lumière ? Il existe toujours un flou qui autorise interprétation et débat. Heureusement !

  • 3 Louise Weiss, Mémoires d’une Européenne, tome 3, Paris, Albin Michel, 1980, p. 197.

22En 2006, Martha Desrumaux était pratiquement oubliée. Pourtant, plus de 300 personnes vinrent lui rendre hommage. Appréciable rassemblement pour une inconnue ! Sans aucun doute, le bouche-à-oreille à travers les méandres de l’histoire, les bribes de souvenirs, les ruptures de chaînes, parfois même les conflits ou les incompréhensions, avaient favorisé la réussite de cette matinée. Nombre de ses anciens camarades, des militants qui l’avaient connue avant son départ pour le Var, gardaient en mémoire cette grande femme – elle mesurait 1m75 – à la voix rauque, aux joues souvent rouges, dont, selon la belle formule de Louise Weiss, « les discours enflammés terrorisaient les grands patrons3 ». Femme de caractère, Martha avait laissé son empreinte.

23Tout aurait pu en rester là : une plaque apposée sur un mur, témoignage discret, invisible pour la plupart des passants. Coup de chance, Philippe Detrez, secrétaire de l’UD-CGT du Nord, eut l’intelligence politique de favoriser la mise en lumière de cette dirigeante syndicale et politique du mouvement ouvrier, selon moi la plus importante que la France ait connue.

  • 4 Philippe Manie. Récit de vie, Martha Desrumaux, femme, ouvrière, syndicaliste, communiste du Nord, (...)

24Mon ouvrage avait été précédé par un beau travail d’étudiant, le mémoire de maîtrise de Philippe Manie4, intelligent, bien documenté, suivi de tout un volume d’annexes, et dirigé par Marcel Gillet, professeur à Lille 3. Une ancienne camarade de Martha, Jeanne Colette, son agent de liaison de 1939 à août 1941, me l’avait prêté.

  • 5 Nicole Chatel, Des femmes dans la Résistance, Paris, Julliard, 1972.
  • 6 Dominique Durand, Marie-Claude Vaillant-Couturier, une femme engagée, du PCF au procès de Nuremberg(...)
  • 7 Michèle Cointet, Histoire des 16. Les premières femmes parlementaires en France, Paris, Fayard, 201 (...)
  • 8 Bernard Pudal, Claude Pennetier, Le Souffle d’Octobre 1917, l’engagement des communistes français, (...)
  • 9 Presses de Sciences-Po, 2015.

25Depuis, nous avons découvert d’autres travaux, de multiples témoignages ; cette quête est quotidiennement facilitée par l’existence d’un compte FaceBook où des témoins ou leurs descendants n’hésitent pas à nous faire connaître témoignages écrits, photographies. Un ouvrage de Nicole Chatel5 contient plusieurs entretiens avec Martha sur la Résistance. D’autres sont parus depuis 2009, parmi lesquels un travail de Dominique Durand6. Michelle Cointet7, Bernard Pudal et Claude Pennetier8 ont aussi consacré plusieurs pages à Martha, ainsi que Catherine Lacour-Astol dans La Résistance féminine dans le nord de la France9.

  • 10 Jacques Estager, Ami entends-tu. La résistance populaire dans le Nord-Pas-de-Calais, Paris, Messido (...)

26Jean-Marie Fossier avait, dans Zone Interdite, recueilli de nombreux témoignages sur Martha. L’ayant connue dès son adhésion au PCF en 1931-32, il l’a considérée, ainsi que Joseph Hentgès, un des fondateurs du PCF, comme son mentor. Dès 1970, Jean-Marie Fossier devint un passeur d’histoire, tout comme Jacques Estager avec Ami entends-tu !10, où il analysait la résistance populaire dans le Nord-Pas-de-Calais. Lorsqu’il fut publié en 1986, quarante ans après la guerre, il existait encore de nombreux survivants. Chacun·e avait son récit, sa part d’histoire, sa mémoire transformée et transformatrice. Comment faire coexister (je ne dis pas coïncider) rigueur scientifique, multiplicité des témoignages et figures héroïques toujours vivantes des résistants ?

27Parmi les témoins figurait Jeannette Simonot, dont le mari Pierre, médecin, accueillit Martha à son retour de camp. Nous avons aussi reçu les précieux souvenirs de Bernadette Leroy, ouvrière du textile, de Denise Foucard, de la fédération textile de la CGT. Sans oublier les nièces de Martha et son unique petite-fille, Sylvie. Parmi ces témoins, Lili Keller-Rosenberg et son petit frère Robert ne peuvent oublier la solidarité que leur porta Martha au camp. Nous avions à notre disposition la plupart des dossiers, des archives départementales du Nord, des archives du PCF, de la CGT, et quelques témoins et archives dans le Var, au sein de l’UD-CGT.

28Nous avons la presse : l’Humanité, et surtout L’Enchaîné, puis Liberté, journaux communistes du Nord avant et après-guerre. Également le journal chrétien La Croix du Nord et les quotidiens La Voix du Nord et Nord Éclair. Dans le Var, La Marseillaise, La Provence et Le Varois. Nous avons pu aussi consulter les archives de la Croix-Rouge, indispensables pour comprendre le retour de Martha de Ravensbrück.

29Le lecteur trouvera dans les ouvrages que nous avons écrits ou dans les articles publiés les principaux points forts de la vie exceptionnelle de cette ouvrière.

Une vie faite de choix

30Martha naît le 18 octobre 1897 à Comines (Nord) ; elle est la sixième d’une fratrie de sept enfants. Son père Florimond avait travaillé à l’usine à gaz de Comines, dont il avait été renvoyé. Il côtoyait les cercles socialistes et syndicalistes, influencés dans la vallée de la Lys davantage par Jean Jaurès que par Jules Guesde. Jaurès avait visité les villes textiles d’Armentières et d’Houplines lors d’une enquête parlementaire en 1903 et avait été scandalisé par les conditions de travail et de logement des familles ouvrières.

31En août 1906, Florimond, pompier volontaire, meurt écrasé par la pompe à eau. Martha est orpheline, elle n’a pas 9 ans. La misère s’installe dans le foyer et Martha est placée comme domestique dans une famille bourgeoise près de Lille. Très vite, Martha s’enfuit, ne sachant ni lire ni écrire, elle parvient malgré tout à rejoindre Comines. Dès son retour, elle affirme : « Je veux devenir ouvrière ! ». À 13 ans, elle adhère à la CGT. Évacuée à Lyon en mai 1917, elle y organise sa première grève. En 1922, revenue dans le Nord, elle adhère au Parti communiste.

32Cette période soulève des questions fondamentales pour la transmission de l’histoire de Martha. Pourquoi a-t-elle quitté précipitamment son emploi où elle était une « Cosette » ? Nous connaissons les conditions de vie des domestiques et en particulier des enfants domestiques en ce début de siècle (lever tôt, coucher tard, pas de salaires car nourris). Dureté de la vie, mépris, humiliations, absence de solidarité dans la domesticité sont-elles les causes de sa fuite ? Martha n’en dira jamais rien. En 1906, elle n’a que 9 ans, elle fait pourtant plus grande que son âge… Soyons francs, a-t-on tenté d’abuser d’elle ? Cette prédation fut-elle un ressort faisant d’elle une rebelle face au patronat, symbole du pouvoir masculin dans les sociétés ouvrières ? Que dit à ce propos son parcours biographique ?

33Nous ne lui connaissons aucune relation avant l’arrivée dans le Nord en 1930-31 de Louis Manguine. Ce métallo provençal, pourtant né à Houplines en 1905, était à Lille à la demande de Maurice Thorez. Sans doute Martha apprécia-t-elle la force et la sérénité de ce militant. Elle le retrouva à Moscou fin 1931. Elle se maria deux fois avec lui, d’abord à Moscou, alors qu’ils participaient à l’université léniniste du Komintern. Cinq ans plus tard, elle met au monde Louis, son fils unique, à presque 40 ans. Elle se rend compte que son union avec Louis ne peut être validée en France. Ils se remarient. À cette époque, Louis et Martha étaient des militants très connus. Ils choisissent de se marier à Aniche, devant son maire, le dirigeant communiste Jules Domisse.

34En 1909, Martha est embauchée aux ateliers Cousins à Comines, bien avant ses 13 ans. Pourquoi travailler en usine alors qu’elle connaît les conditions très dures du travail dans les ateliers, la misère des salaires, la violence des relations avec l’encadrement et le patronat ? Ses sœurs y travaillaient et l’informèrent des conditions de travail. Pourtant, la voici ouvrière ! Avait-elle mesuré, dans son travail de domestique, la violence des relations entre maîtres et employé.es, celle des rapports entre domestiques ?

35En 1913, Martha adhère aux Jeunesses socialistes. Le 1er août 1914, elle quitte subrepticement l’atelier, ayant appris l’assassinat de Jaurès, et court mettre en berne le drapeau rouge au fronton de la Maison du peuple.

36L’envie de travailler en usine nous étonne aujourd’hui, mais à l’époque cela se comprend. Au cœur de la Belle Époque, la classe ouvrière s’organise, elle conquiert des postes de responsabilités, en particulier dans le Nord, l’organisation syndicale s’étoffe. La CGT est capable de mobiliser. La SFIO se définit à la fois comme un parti révolutionnaire de transformation sociale et comme une organisation prête à participer à un gouvernement ou à prendre le pouvoir.

  • 11 Discours prononcé le 9 août 1906 lors des funérailles de son père par Charles Ducarin, capitaine de (...)

37Contrairement à Lucie Baud, décrite par Michelle Perrot, Martha est née dans une famille favorable à sa prise de conscience. En 1906, lors des funérailles de son père, il est présenté comme un « bon citoyen, bon républicain11 ». À l’époque, des clivages importants traversent la société, opposant républicains et antirépublicains, laïcs et cléricaux, ouvrant débats et batailles autour de la loi de séparation de l’Église et de l’État. Le mouvement socialiste s’inscrit dans ce combat, tout comme il s’était engagé dans la défense de Dreyfus. Le père de Martha et son frère Émile, toute sa vie libre-penseur, devaient en discuter devant la jeune Martha. Lucie Baud était, elle, isolée.

38Pour décrire son adhésion à la CGT, retrouvons la formule de Picasso de 1944 : « Je suis venu au communisme comme on va à la fontaine ». Pour Martha, trouver un groupe, en faire partie, rencontrer des solidarités, des hommes et des femmes désireux de se battre, structure déjà sa vie. Pourtant, dans cette société machiste marquée par le Code civil de 1804 qui fait des femmes des mineures, adhérer à un syndicat n’était pas simple. La CGT ne comptait que 8 % de femmes, aucune n’ayant des postes à responsabilités. Ajoutons que les femmes n’étaient pas considérées comme des militantes, alors que le combat de classe était âpre et violent et s’organisait autour de confrontations avec les gardes mobiles et l’armée.

39Martha ne sait ni lire ni écrire ; elle apprend en 1925. Pourtant, très vite, elle montre un véritable « instinct de classe ». Cette formulation, apprise aux côtés de Rolande Trempé, fait parfois question parmi les historien·ne·s. Nous l’utilisons ici pour comprendre le choix qui détermine la vie de cette ouvrière. Comment s’est construite sa conscience de classe ?

40En 1917, Martha est évacuée à Lyon, elle vit à la Croix-Rousse. Elle est embauchée dans les ateliers Hassebroucq, patron cominois qui en août 1914 avait évacué ses machines sur les bords du Rhône. C’est sans doute là que son instinct de classe commence à se transformer en conscience de classe.

41La Croix-Rousse… Cette colline lyonnaise a été le théâtre en 1831-1834 d’une des plus grandes pages de la geste ouvrière. L’historien Maurice Moissonnier y a montré la permanence d’une histoire populaire et ouvrière, de la Révolution française jusqu’au début du 20e siècle et au-delà, une sorte de saga – fil rouge – contée dans les bistrots, les bouchons, les veillées, lors des grèves et durant les réunions syndicales ou politiques. Martha a dû en connaître des bribes. Lyon revêt dans la biographie de l’ouvrière du Nord une importance capitale pour un autre motif. Elle n’avait jamais quitté Comines ou presque, une petite ville frontalière où la richesse se cachait derrière des maisons austères, où les commerces ne dévoilaient pas un luxe ostentatoire. À Comines, peu de choses attestaient de l’existence d’un monde des riches, celui du luxe et de l’opulence… un autre monde, une terra incognita pour les petites gens.

42Après un long voyage, elle est donc confrontée à un univers nouveau. À Lyon, la classe ouvrière est nombreuse et diversifiée : travailleurs de la soie, salariés des ateliers métallurgiques, ouvriers des ateliers de chemins de fer… À Lyon, Martha voit aussi un autre monde : celui de la richesse, des grandes demeures des soyeux, des bars chics bien achalandés du centre-ville. Confrontation de classes entre cette jeune ouvrière encore inexpérimentée et une bourgeoisie bien assise, hautaine, méprisante ; entre misère et opulence, entre des logis exigus et mal meublés et des hôtels particuliers aux immenses façades, entre une vie en apparence sans avenir et l’extrême richesse et ses prémices de modernité.

43L’atelier Hassebroucq forme, à la Croix-Rousse, une sorte d’isolat. Le patron y a embauché, par une annonce dans la presse, des évacuées du Nord, selon lui plus malléables, moins revendicatives, plus vaillantes au travail et sans doute moins susceptibles de prendre des contacts avec ce prolétariat lyonnais si revendicatif. Chez Hassebroucq, la plupart des femmes au travail parlent ch’ti. Les salaires sont bas. Pour mieux contrôler les ouvrières évacuées, il leur a fourni un logement, tout en exigeant une forte caution et des loyers élevés qui amputent les maigres salaires. Dans l’atelier, Martha se sent à l’aise. Elle connaît plusieurs de ses compagnes de travail, cominoises comme elle, dont deux de ses sœurs, et peut les mobiliser en parlant ch’ti. Cela va favoriser les succès de la mobilisation et de la grève.

44Le patron n’a pas réussi à briser le mouvement. Il doit négocier, d’autant plus que gouvernement et préfets ne veulent guère voir, en cette année 1917, fleurir les mouvements sociaux. Lors des négociations, Hassebroucq est animé d’une conscience de classe, celle du patron. Durant la signature de l’accord à la préfecture, il tente une dernière manœuvre pour discréditer Martha. La jeune ouvrière est analphabète, il le sait. Toute la nuit, elle a appris à signer. À la préfecture, délégation ouvrière et patron sont face à face… « Mademoiselle Desrumaux, lisez à vos camarades le texte de l’accord. Tout le monde verra que je ne n’ai rien modifié ». Martha ne se laisse pas démonter : « Monsieur Hassebroucq, faites-le lire par votre comptable. Personne ne pourra dire que j’ai transformé le texte ». L’accord est signé. Martha sait : les femmes peuvent se mobiliser et gagner ; elles peuvent organiser la lutte.

  • 12 Auguste Parent et Jacques Vermeersch, Esquisse d’une histoire de l’Union locale CGT, Comines, 2018.

45Son adhésion au PCF en 1922 est le fruit à la fois de l’histoire du mouvement ouvrier à laquelle elle a participé, celle de la révolution d’Octobre, dont lui parle son frère, et de son expérience des luttes. Un schéma assez classique, sauf que peu de jeunes ouvrières à l’époque l’intègrent dans leur engagement. Ce passage de l’instinct de classe à la conscience de classe ne se fait pas sans difficulté, même si en 1924 elle avait prouvé ses capacités de rassembleuse et d’organisatrice. Elle avait mis en grève l’entreprise Filatures et fileteries de France (les « 3F », ex-Hassebroucq), et les ouvrières avaient obtenu des galoches de bois et des tabliers de cuir pour se protéger des projections d’eau et d’huile. Ce succès avait permis l’implantation d’une Union locale unitaire à Comines12.

46Mais Martha est toujours illettrée lorsqu’elle revient dans le Nord en 1921. En 1924-1925, elle vit deux moments forts qui jouent un rôle décisif dans ses prises de responsabilités. Grâce aux premières écoles communistes, l’institutrice Madeleine Devernay lui apprend à lire et à écrire. Lors d’une réunion publique tenue en 1925 à Lille, Maurice Thorez, président de l’Association de lutte contre la guerre du Rif et des impôts Caillaux, lui demande de rédiger un télégramme au président de la République. Étonnée, Martha s’exécute et le texte qu’elle rédige est accepté par Thorez. C’est la force de ce parti naissant de permettre à de jeunes militant·e·s oublié·e·s par l’Éducation nationale d’apprendre à lire et écrire, y compris des textes difficiles.

47Le féminisme… Martha féministe fait débat parmi les historiens.

  • 13 Témoignage d’Antoinette Delvallée, ouvrière textile (1995) ; « Dans les années 30, les jeunes ouvri (...)

48Le féminisme n’aurait-il pas droit de cité dans les ateliers et serait-il réservé aux femmes de la petite et moyenne bourgeoisie, aux suffragettes du début du 20e siècle et aux féministes des années 1960-70 ? Ces combats méritoires et décisifs se font souvent en dehors des hommes, voire contre eux. Martha a d’autres façons d’organiser la lutte. Elle est dans l’action immédiate, dans le concret. L’entreprise est pour elle le lieu de tout affrontement et de toute mobilisation : contre les patrons, contre les hommes et leur machisme, contre une société qui ravale les femmes à presque rien. Dans l’entreprise, les femmes sont moins bien payées que les hommes, elles travaillent à des tâches plus ingrates. Les dirigeants syndicaux, presque exclusivement des hommes, considèrent souvent avec mépris cette main-d’œuvre féminine. Selon eux, elles sont sous la coupe du clergé, sont peu expérimentées dans la lutte et peu aptes à se battre. En fait, dans l’entreprise, les femmes sont ignorées13.

49Durant l’entre-deux-guerres, Martha va connaître des expériences fondatrices liées à son engagement communiste. Sans négliger la bataille électorale et la possibilité d’avoir des élus, le Parti communiste veut créer des rapports de force en mobilisant le maximum de travailleurs, sans se préoccuper si ceux-ci ont le droit de vote ou pas : immigrés, jeunes de moins de 21 ans, femmes, travailleurs des colonies…

50En 1927, Martha pilote une délégation ouvrière et féministe à Moscou pour le dixième anniversaire de la révolution d’Octobre. Parmi ces femmes, Gabrielle Duchêne, féministe qui est en 1931-1932 une des principales dirigeantes de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté. Martha y rencontre Clara Zektin, qui, en 1910, déléguée de l’Internationale ouvrière à Copenhague, avait fait voter une résolution faisant du 8 mars une journée internationale de manifestations afin que les femmes obtiennent les mêmes droits que les hommes. Une photo montre Martha et d’autres femmes formant une chaîne autour de la dirigeante ouvrière, symbole internationaliste du rôle que sont destinées à jouer les femmes du monde entier.

Martha Desrumaux (1er rang, 2ème à partir de la gauche) rencontre Clara Zetkin (2ème rang, au centre) en 1927 à Moscou, à l’occasion du 10ème anniversaire de la révolution d’Octobre.

  • 14 Michel Hastings, Halluin la Rouge, 1919-1939. Aspects d’un communisme identitaire, Villeneuve-d’Asc (...)
  • 15 « Vive les dix sous. C’est notre salaire, Messieurs les filous, Rendez nos dix sous ! »

51À son retour en 1928, Martha est une des instigatrices de la grève d’Halluin décrite par Michel Hastings14. Elle met en pratique des années d’expérience des luttes et mobilise dans la grève les ouvrières au même titre que les hommes, ce qui n’était pas courant dans le mouvement ouvrier ! Beaucoup de syndicalistes estiment alors que les grèves de femmes sont inutiles : leur salaire trop modeste, leur engagement trop fragile rendent leur mobilisation partielle, et beaucoup de femmes ne travaillent pas en usine. Mais Martha connaît bien la vie des foyers ouvriers, les débats lors des conflits. Elles sait que les femmes en sont un maillon fragile, prêtes à pousser leur mari à reprendre le travail, car « les enfants dansent devant le buffet vide ! ». Martha s’applique à conscientiser les ménagères et se préoccupe de la solidarité : discussions avec les ménagères dans les courées et sur les marchés, chorale autour de La Chanson des dix sous15, objet de la grève. Il faut tout mettre en œuvre pour alléger la situation des familles et des enfants victimes de la situation. Les mères d’Halluin acceptent de confier leurs enfants à des familles progressistes de Lille ou du bassin minier. Quelques bouches de moins à nourrir pendant ces durs moments ! Pour Martha, la solidarité doit se vivre concrètement !

  • 16 Les dirigeants étaient préoccupés par le risque de campagne de calomnies stigmatisant les femmes en (...)

52En 1936, la voici au premier rang lors des grèves de mai et juin. Ces grèves aux formes inédites doivent mobiliser les femmes du textile, si nombreuses dans l’agglomération lilloise. Elle prend toutes les précautions afin que l’entrée en lutte des femmes se fasse dans des conditions telles que leur engagement ne puisse être dénaturé16. Le rôle de Martha s’affirme. Elle prend la parole, au même titre que Thorez et Cachin, dans le film de Jean Renoir La Vie est à nous. À cette époque, les femmes n’avaient toujours ni le droit de vote ni celui d’être élues. Pourtant, Martha interpelle les femmes, ouvrières ou non, toutes les femmes :

« Et voilà qu’aujourd’hui, on parle d’une nouvelle guerre. Maintenant encore, des mamans pleurent leurs petits de 20 ans, des femmes pleurent leurs maris. Femmes de France, épouses, mères, fiancées, qui rêvaient d’un avenir meilleur, aidez-nous à le réaliser. Luttez avec le Parti communiste afin d’obtenir de suite pour vos petits et vos familles du pain, la liberté, la paix, un sort meilleur. Femmes du peuple de France, travailleuses manuelles et intellectuelles, rassemblez-vous pour sauver votre foyer en sauvant la paix. »

53Martha est la première femme à prendre des responsabilités importantes au sein de l’appareil syndical. En mai 1936 la réunification CGT-CGTU est enfin réalisée dans le département du Nord. Trois militants unitaires siègent parmi les vingt-et-un de l’exécutif départemental : le mineur Henri Martel, l’ouvrier agricole César Bavay, président d’une association de chômeurs, et l’ouvrière textile Martha Desrumaux. Au premier rang, Martha est la seule femme sur ce cliché. Profondément ancrée dans une conception moderne de l’action syndicale, Martha mobilise les travailleurs pour réaliser un rapport de force. Elle est la seule femme présente à Paris lors de la signature des Accords Matignon. À la demande de Benoît Frachon, elle y a apporté des fiches de paye d’ouvrières du textile. Ces documents sont exhibés face à l’arrogance patronale qui jusqu’alors niait la faiblesse des salaires. La mobilisation des ouvrières textiles dans la grève a donc été fondamentale lors de ces négociations. Une photo des archives de la mairie de Lille montre quelques jours plus tard, côte à côte, Roger Salengro – maire de Lille et ministre de l’Intérieur – et Martha. Tous deux signent un accord passé entre la CGT et le patronat lillois du textile.

  • 17 Colloque Solidaires ! L’engagement féminin international et l’action des femmes étrangères dans la (...)
  • 18 Notamment celui d’Yvonne Meyfroodt (1921-2020), née Devernay. Elle nous confie, lors d’un entretien (...)

54Lors du colloque organisé par l’ACER17 en septembre 2018, j’ai évoqué le rôle de Martha dans la solidarité avec les républicains espagnols. Son champ d’intervention est large : Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Champagne. Elle s’occupe de la mobilisation des jeunes au sein des Brigades internationales, du transport d’armes achetées par la République espagnole, de la collecte de biens matériels. Elle organise l’accueil d’enfants espagnols dans des familles de la région18. Ainsi, elle fonde dans le Nord le Secours populaire de France et des colonies.

  • 19 Pierre Durand, Danielle Casanova, l’indomptable, Paris, Messidor, 1990, p. 107.

55Dernier point révélateur : le 26 décembre 193619, Martha fonde avec Danielle Casanova l’Union des jeunes filles de France :

  • 20 Extrait de la déclaration. Étaient présentes Marguerite Cachin, Charlotte Delbo.

« Il n’est plus désormais possible à la femme de se désintéresser des problèmes politiques, économiques et sociaux que notre époque pose avec autant de force. La conquête du bonheur est, pour la femme, liée à son épanouissement dans la société, cet épanouissement est une condition nécessaire du développement du progrès social. »20

56Engagement particulièrement féministe ! Ces jeunes filles joueront un rôle essentiel au sein de la Résistance. Ainsi, au cœur du Front populaire, Martha devient le symbole des possibilités dont savent se saisir les femmes pour entrer de plain-pied dans une citoyenneté militante. Mais pour transmettre la place et le rôle de Martha, un parcours chronologique ne suffit pas. Nous devons aussi faire réfléchir aux relations complexes, parfois contradictoires, entre cette ouvrière au destin extraordinaire et le monde qui l’entourait.

57Un aspect essentiel éclaire cette question : les engagements dans la Résistance de Martha, autant dans le Nord, de juin 1940 à son arrestation en août 1941, que dans le camp de Ravensbrück. Interrogeons-nous sur la précocité de ses actes de résistance, sa volonté de remettre debout l’organisation syndicale et le PCF. Durant cette période, Martha y fait preuve de sa capacité à réorganiser un mouvement ouvrier disloqué, anéanti, sidéré par le séisme de la défaite et de l’Occupation. Elle ne cherche pas à mobiliser les ouvrières du textile ni les métallos. Elle va s’appuyer sur les mineurs. Les compagnies minières du Nord forment un véritable État dans l’État au sein du « pays noir ». D’ordinaire, les mineurs sont facilement mobilisables et ont la capacité de résister longtemps, de s’organiser et de mobiliser des couches sociales – les femmes, les travailleurs immigrés – ayant peu l’habitude d’entrer en lutte durant l’entre-deux-guerres. Ici aussi, l’action de Martha ouvre de nouveaux champs d’exploration à l’histoire du mouvement ouvrier.

  • 21 Pierre Outteryck, Je suis Martha Desrumaux, les nazis ne m’ont pas eue, Lille, Éditions Le Geai Ble (...)

58Le système concentrationnaire nazi est l’objet de nombreux travaux : Sachsenhausen, Buchenwald, Auschwitz-Birkenau ont fait l’objet d’études, mais peu d’historiens se sont intéressés à Ravensbrück. Ce manque d’intérêt est-il lié au fait que ce camp était réservé aux femmes et aux enfants ? Certains historiens le pensent. Aurélie Chaigneau vient de réaliser un documentaire sur ce camp : Ravensbrück : le camp oublié. Tout est dit ! Les résistances déployées au sein même du système concentrationnaire sont souvent sous-estimées, même si de récents témoignages et des travaux d’historiens essaient de les retracer. Dans son témoignage de mars 1958 (cf. extrait déjà cité), Martha ouvre les pistes d’un questionnement, présentant une autre approche des résistances. Elle y met en cause la façon dont est présentée la Résistance dans les années 1950 : luttes armées et recherches de renseignements. Ici, transmettre est plus que jamais indispensable. Notre façon de transmettre permet de renouveler notre compréhension du système concentrationnaire, de mieux en mesurer la barbarie et de commencer à voir la place et le rôle des déportées face à cette tragédie. Tout aussi révélateur est le retour de Martha de Ravensbrück, présenté dans Je suis Martha Desrumaux, les nazis ne m’ont pas eue21. C’est un moment-clé de la vie de Martha.

  • 22 Lucienne Fabre-Sébart, 1940 : J’ai choisi, ANACR-Oise, 1978, p. 39.
  • 23 Martha fut choisie par De Gaulle pour siéger au Palais Bourbon.

59Elle fait partie d’un échange organisé en mars 1945 par la Croix-Rouge internationale : 300 officières SS contre 300 déportées. Marie-Claude Vaillant-Couturier a poussé Martha à l’accepter : « Tu es une militante connue, respectée. Nous, nous allons tous y crever, les nazis ne voudront pas de témoins. Toi, tu rentres, et tu dois témoigner… On t’écoutera », me rapporta Marie-Claude lors d’une rencontre chez Claude Willard. Martha revient le 14 avril 194522 à Paris, et quelques jours plus tard dans le Nord. Affaiblie par le typhus, elle témoigne devant ses camarades de la CGT à la Bourse du travail, le lendemain devant les journalistes de La Voix du Nord, deux jours après devant ceux de Liberté et le 27 avril lors d’un meeting devant 2 500 mineurs et cheminots à Somain. Elle porte plainte contre le préfet Carles, à l’origine de l’arrestation de 72 communistes qui seront fusillés ou déportés. Dès son retour, Martha reprend des responsabilités : cosecrétaire de la puissante Union départementale de la CGT du Nord, elle est élue députée à Lille le 22 juin 194523, faisant partie des premières femmes pouvant voter et être élues.

60Dans la Résistance, Martha fut encore précurseur. Présente à Bruxelles durant la « drôle de guerre », en contact avec Jacques Duclos, Maurice Tréand et Eugen Fried – responsable de la Troisième Internationale –, elle revient dans le Nord début juin 1940. Les consignes sont claires : tout mettre en œuvre pour remobiliser les communistes, faire savoir que le parti est toujours présent et actif, mobiliser les femmes et les hommes des quartiers populaires et des ateliers. Martha est à l’initiative des comités de femmes avec leur double objectif : réclamer un meilleur ravitaillement et faire en sorte que la répartition puisse être contrôlée. Ce rôle de précurseur est avant tout attesté dans la mobilisation des mineurs et du « pays noir », cet État dans l’État contrôlé par les compagnies minières. L’historiographie a tout fait pour minimiser le rôle de Martha et celui des communistes, réduisant la grève à un simple mouvement revendicatif, oubliant la présence de l’occupant et de la collaboration, en particulier celle des préfets Carles et Bussière.

61Fin juillet 1940, lors d’une réunion clandestine à Dechy dans le Douaisis, Martha propose à une quinzaine de délégués mineurs ou métallos de mettre en mouvement les « gueules noires ». L’historiographie, ici encore, oubliant la géographie interdépartementale du bassin minier, évoque presque exclusivement la grève dans le Pas-de-Calais. Auguste Lecœur, revenu à l’automne après son évasion d’un camp d’internement, dirige à partir de novembre le PCF du Pas-de-Calais. Il y prend la place de Martha, qui s’occupera uniquement du Nord. Dans le récit qu’il fait de la grève, il se tait quant au rôle de Martha et aborde peu la présence des mineurs du Nord dans ces conflits. Les travaux de Laurent Théry, historien de la Coupole, et mes propres recherches, entreprises aux côtés de Jacques Estager et poursuivies dans mes travaux de thèse, rétablissent la complexité et la force de ce mouvement qui fut, du 27 mai au 9 juin 1941, la plus grande grève que connut l’Europe occupée.

62L’action résistante de Martha ne s’arrête pas le 27 août 1941, alors qu’elle est déportée à Ravensbrück où elle arrive le 28 mars 1942. Elle devient très vite une des chevilles ouvrières de la Résistance clandestine. Elle évoque – et ceci est confirmé par d’autres sources et témoignages – deux grands aspects de cette Résistance au sein du camp : la solidarité auprès des déportées et l’organisation du sabotage.

Pourquoi une ouvrière au Panthéon ?

63Depuis cinq ans existait une association de fait. En 2017, l’association Les Ami·e·s de Martha Desrumaux a pour mot d’ordre : « Ouvrir le Panthéon au mouvement ouvrier, Martha Desrumaux, pour une ouvrière au Panthéon ». Cette stratégie n’est pas le fruit du hasard : elle est née de l’expérience de notre première campagne, menée afin que le président Hollande fasse entrer au Panthéon Martha Desrumaux, une ouvrière. Certes, l’échec de cette tentative est sans aucun doute lié en partie à la faiblesse de notre association. Il est né aussi d’une certaine naïveté, qui nous a fait sous-estimer les obstacles qui se dressaient devant la candidature de Martha. En 2017, malgré nos efforts, Martha était encore peu connue et l’apostrophe de Philippe Martinez confirme cette situation. Nous avons mené un travail afin de faire connaître cette dirigeante, tout en tenant compte d’obstacles objectifs : Martha était ouvrière, elle n’a laissé aucune œuvre posthume, provinciale. Elle ne recherchait pas la notoriété. Mais nous ne pouvons oublier que Martha était avant tout une fédératrice : elle savait mettre en mouvement les gens les plus divers, c’était sa force !

64L’association ne peut se priver des concours proposés : aux côtés de dirigeants du PCF, de la CGT, de l’ANARC, de la FNDIRP, de Femmes solidaires, participent à cette reconnaissance des personnalités comme Martine Aubry, Xavier Bertrand, Jean-Pierre Balduyck, ou des associations comme le Grand Orient de France. Comment les mettre en mouvement sans édulcorer le parcours de Martha et sans tomber dans la nostalgie ?

65Entre 2014 et 2016, nous avons été confrontés à une concurrence des mémoires. Le président Hollande voulait faire entrer au Panthéon des hommes et des femmes qui avaient été résistant·e·s. Martha avait le bon profil. Il choisit Geneviève Anthonioz-De Gaulle, qui partagea le même châlit que Martha et Germaine Tillion. Il fallait pointer la spécificité de Martha : elle était ouvrière ! La classe ouvrière n’est pas présente au Panthéon. Personne ne peut nier la place du monde du travail dans l’édification, depuis des siècles, de notre monde. Personne ne peut nier le rôle du mouvement ouvrier dans la vie politique et sociale, en particulier entre 1944 et 1947, pour construire le pacte social grâce auquel la France vit encore aujourd’hui.

66Enfin, la personnalité de Martha pose des problèmes historiques, nous devons les affronter.

67Ouvrière : pas de problèmes. Syndicaliste : cela va de soi. Communiste : cela pourrait être contesté. Lors d’un débat avec des jeunes à Chambéry, j’ai été confronté à la question : « Martha était-elle stalinienne ? » Cette question mérite réponse ou au moins explications, c’est ce que nous avons fait devant ces jeunes. Éluder cette problématique aurait été contre-productif. Martha fut résistante, aujourd’hui les historiens la reconnaissent comme telle. Elle fut déportée et plus personne n’ose mettre en cause son intégrité.

68Était-elle féministe ? Nous avons tenté d’ouvrir un autre champ. Nous ne pouvions pas l’escamoter, il est peut-être l’élément majeur qui donne à Martha une place plus importante encore, une modernité chaque jour renouvelée. Le mouvement féministe actif a-t-il pénétré les portes souvent closes des usines ? Et si oui, de quelle façon ? Enjeu historique, enjeu social et aussi enjeu sociétal… Notre rencontre avec Michelle Perrot en novembre 2019 a permis de mesurer les difficultés et l’enjeu de cette question.

Transmettre…

69Voici les conditions dans lesquelles se développe notre démarche de transmission :

70- Ne pas masquer « l’ADN » de Martha, son engagement syndical avec la CGT et son engagement communiste au sein du PCF. Ses engagements s’articulent sur les valeurs républicaines issues de 1789, de 1792 et des révolutions du 19e siècle, dont le mouvement ouvrier est l’héritier.

71- Faire en sorte que le plus grand nombre possible de Français se reconnaissent dans notre campagne. Est-ce étrange quand on se réfère à Martha ? Au contraire, la capacité à rassembler est la force de cette dirigeante, de son humanisme. Cette volonté de réunir les valeurs du monde ouvrier (solidarité, justice sociale et émancipation) et celles de la République (Liberté, Égalité, Fraternité) fait partie intégrante du parcours de Martha. Elle les a vécues bien avant le Front populaire. Pourtant, mai 1936 fut pour elle, comme pour beaucoup, un moment extraordinaire et terrible où le mouvement ouvrier irrigua la République et où celle-ci nourrit en retour la classe ouvrière. Cette complicité favorise l’unité autour de Martha, et même l’empathie dont elle est l’objet. À l’exception, cela va de soi, de l’extrême droite, de tous ceux qui prônent le racisme et l’antisémitisme ou, de façon plus subtile, la « déracialisation » de notre société, ce qui nous rappelle les plus terribles moments de l’histoire de l’humanité.

72En juillet 2018, nous rencontrons le chef de cabinet de Xavier Bertrand :

« - Que peut faire le président ?, nous demande-t-il,

- Nous ne voulons pas que cela soit évoqué en séance plénière. Nous ne voulons pas des voix du Rassemblement national, même si cela nous prive de subvention ! », lui répond Laurence Dubois.

73Nous recevions quelques jours plus tard le soutien du président Bertrand, que nous avons largement diffusé. Transmettre…

74Nous avons expérimenté l’outil radio : nous sommes intervenus dans des radios nationales ou locales, dans plusieurs départements. Plusieurs ami·e·s ont déposé sur YouTube ou FaceBook des conférences filmées ou des travaux présentant Martha.

75Trois événements sont venus conforter notre campagne :

76- le 18 octobre 2019, après un votre unanime, le Conseil de Paris inaugure devant 150 personnes le jardin Martha Desrumaux au cœur du Paris populaire du 12e arrondissement ;

77- le 15 novembre 2019 est inauguré le collège Martha-Desrumaux, dans le quartier ouvrier de Lille-Saint-Maurice, premier collège de France portant son nom ;

78- en mai 2020, le conseil de l’université de Lille a décidé, par un vote, qu’un des amphithéâtres de l’université porterait le nom de Martha Desrumaux.

79Trois moments forts qui attestent la reconnaissance de la place et du rôle de cette ouvrière, de l’enracinement des valeurs humanistes dont elle fut porteuse toute sa vie.

80Plusieurs « outils » :

81- un documentaire réalisé par François Perlier, Le Souffle de Martha, produit par les Docs du Nord,

  • 24 Emmanuel Defouloy, Martha Desrumaux ou l’émancipation, Lille, Éditions Le Geai Bleu, 2021, 174 p.

82- un livre pour la jeunesse d’Emmanuel Defouloy, Martha Desrumaux ou l’émancipation24,

83- une exposition de peintres et de plasticiens pour octobre 2021 à la mairie de Lille,

84- un spectacle gesticulé,

85- un jeu des 7 familles (toutes des Résistantes) parmi lesquelles figure Martha Desrumaux,

86- des conférences en partenariat avec tous ceux qui soutiennent notre campagne.

87L’association est confrontée à plusieurs impératifs : expliciter la dimension de cette ouvrière à travers son cheminement, inscrire son parcours dans les plis terribles et lumineux du 20e siècle, donner à faire connaître un parcours de vie riche et diversifié à des publics différents. Nous avons essayé de présenter ces différents aspects et les divers outils utilisés. Travail sans doute exaltant, mais complexe au vu des aléas du temps et des calendriers des partenaires capables de mobiliser des publics. En fait, nous sommes au cœur du transmettre : que transmettre, à qui, pourquoi, dans quelles conditions, avec quels moyens, avec quels concours ?

88Une dernière question se pose : quel sens donner aux messages historiques et humains que nous voulons laisser du parcours de Martha ? Le rendez-vous en février 2020 avec deux groupes de jeunes de Chambéry est selon nous riche d’enseignements. Les deux enseignantes organisatrices de cette double rencontre ont transmis à l’association les commentaires des élèves. Pour la première fois, ils étaient face à une dirigeante ouvrière, une femme qui pouvait être leur arrière-grand-mère, une militante, une dirigeante communiste qui a traversé le tumultueux et terrible 20e siècle, selon l’image qui leur est souvent transmise dans leurs cours d’histoire, par la télévision, la presse, voire lors de repas familiaux. Ces témoignages sont fabuleux, parce qu’ils ont inscrit Martha dans leur présent.

89Et c’est bien là l’objet central de cette campagne : rendre compréhensible aujourd’hui les engagements de Martha et faire que cette compréhension devienne une force singulière et collective. Martha est riche d’enseignements, sa première qualité, exigence morale et humaniste, était le refus de toute résignation, quel que soit son adversaire. En cela, Martha est moderne, elle est de notre temps.

Haut de page

Notes

1 Pierre Outteryck, Martha Desrumaux, une femme du Nord, ouvrière, syndicaliste, déportée, féministe, Lille, Éditions Le Geai Bleu, 2009, 251 p.

2 Extrait du témoignage de Martha Desrumaux à Ravensbrück, déposé en mars 1958 au Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale. Témoignage recueilli par M.P. Ducroquet.

3 Louise Weiss, Mémoires d’une Européenne, tome 3, Paris, Albin Michel, 1980, p. 197.

4 Philippe Manie. Récit de vie, Martha Desrumaux, femme, ouvrière, syndicaliste, communiste du Nord, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Lille 3, 1979.

5 Nicole Chatel, Des femmes dans la Résistance, Paris, Julliard, 1972.

6 Dominique Durand, Marie-Claude Vaillant-Couturier, une femme engagée, du PCF au procès de Nuremberg, Paris, Éditions Balland, 2012, p. 284.

7 Michèle Cointet, Histoire des 16. Les premières femmes parlementaires en France, Paris, Fayard, 2017.

8 Bernard Pudal, Claude Pennetier, Le Souffle d’Octobre 1917, l’engagement des communistes français, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2017.

9 Presses de Sciences-Po, 2015.

10 Jacques Estager, Ami entends-tu. La résistance populaire dans le Nord-Pas-de-Calais, Paris, Messidor-Éditions sociales, 1986.

11 Discours prononcé le 9 août 1906 lors des funérailles de son père par Charles Ducarin, capitaine des pompiers et frère du maire de Comines, Désiré Ducarin.

12 Auguste Parent et Jacques Vermeersch, Esquisse d’une histoire de l’Union locale CGT, Comines, 2018.

13 Témoignage d’Antoinette Delvallée, ouvrière textile (1995) ; « Dans les années 30, les jeunes ouvrières enceintes devaient serrer leurs robes pour que le contremaître ne voie pas leur grossesse et ne les licencie pas ».

14 Michel Hastings, Halluin la Rouge, 1919-1939. Aspects d’un communisme identitaire, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires de Lille, 1991 (publication de sa thèse d’État soutenue en 1988).

15 « Vive les dix sous. C’est notre salaire, Messieurs les filous, Rendez nos dix sous ! »

16 Les dirigeants étaient préoccupés par le risque de campagne de calomnies stigmatisant les femmes engagées dans les occupations d’usines.

17 Colloque Solidaires ! L’engagement féminin international et l’action des femmes étrangères dans la solidarité avec l’Espagne républicaine et antifasciste. Intervention sur la place et le rôle de Martha Desrumaux dans la solidarité avec l’Espagne républicaine.

18 Notamment celui d’Yvonne Meyfroodt (1921-2020), née Devernay. Elle nous confie, lors d’un entretien en 2008, que son père Edgar et ses deux tantes, dont Madeleine, ont accueilli à partir de 1937 et durant plusieurs mois des enfants espagnols. En 2008, Yvonne Meyfroodt correspondait encore avec la jeune fille que la famille avait accueillie.

19 Pierre Durand, Danielle Casanova, l’indomptable, Paris, Messidor, 1990, p. 107.

20 Extrait de la déclaration. Étaient présentes Marguerite Cachin, Charlotte Delbo.

21 Pierre Outteryck, Je suis Martha Desrumaux, les nazis ne m’ont pas eue, Lille, Éditions Le Geai Bleu, 2019, 106 p.

22 Lucienne Fabre-Sébart, 1940 : J’ai choisi, ANACR-Oise, 1978, p. 39.

23 Martha fut choisie par De Gaulle pour siéger au Palais Bourbon.

24 Emmanuel Defouloy, Martha Desrumaux ou l’émancipation, Lille, Éditions Le Geai Bleu, 2021, 174 p.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Martha Desrumaux et Ambroise Croizat lors d’une manifestation en 1946.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/17030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Martha Desrumaux (1er rang, 2ème à partir de la gauche) rencontre Clara Zetkin (2ème rang, au centre) en 1927 à Moscou, à l’occasion du 10ème anniversaire de la révolution d’Octobre.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/17030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Outteryck, « Martha Desrumaux, une nécessité : transmettre l’histoire »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 150 | 2021, 143-163.

Référence électronique

Pierre Outteryck, « Martha Desrumaux, une nécessité : transmettre l’histoire »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/17030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.17030

Haut de page

Auteur

Pierre Outteryck

Professeur agrégé d’histoire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search