Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150MÉTIERSAux sources de l'histoireSauvegarder le musée de la Résist...

MÉTIERS
Aux sources de l'histoire

Sauvegarder le musée de la Résistance en Drôme et de la déportation de Romans-sur-Isère

Jean Sauvageon
p. 165-166

Texte intégral

1Le 27 janvier 2021, l’adjoint à madame la maire, chargé notamment du devoir de mémoire, informait les représentants des associations patriotiques de l’intention de la municipalité de supprimer le Centre historique de la Résistance en Drôme et de la déportation, d’en transférer le contenu aux Archives communales et d’y créer un espace muséographique centré sur la Seconde Guerre mondiale à Romans. Cette décision a été prise sans concertation avec le Comité historique de la Résistance en Drôme et de la déportation et du Conseil scientifique du musée.

2Ce musée a été créé en 1972 par les résistants et les déportés réunis dans un comité regroupant l’ANACR, la FNDIRP et les Pionniers du Vercors. Il a été implanté dans l’Espace Visitation, à côté du musée de la Chaussure de Romans qui venait d’être créé. Il a été profondément rénové en 1994, toujours par les fondateurs du musée.

3Il montre bien comment la montée du fascisme en Europe et la chronologie des évènements mondiaux ont amené d’abord l’invasion de notre pays, la collaboration du gouvernement de Vichy et l’émergence d’une Résistance en France et dans notre région, puis l’ouverture vers la paix.

4L’implantation de ce musée près du musée de la Chaussure permet, avec un billet unique, une visite des deux entités par des personnes qui peuvent découvrir ainsi une période très importante de l’histoire, celle de notre ville et de notre région en particulier.

5Sa conception est très didactique. L’exposition donne une vue généraliste de la Résistance dépassant les seuls aspects locaux. Pour les visiteurs, elle fournit une information générale qui leur permet de mieux connaître la Seconde Guerre mondiale, l’action de la Résistance, la répression nazie et les atrocités de l’occupation et de la déportation.

  • 1 Néanmoins, on peut retrouver le document sur « musée de la Résistance 1940-1945 en ligne », <http:/ (...)

6Par ailleurs, ce musée est très accessible aux élèves des établissements scolaires de tout le nord du département, y compris la région valentinoise, et même de la partie voisine du département de l’Isère (région de Saint-Marcellin). Ils trouvent dans ce musée l’illustration de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et la place de notre région dans ce conflit. Le contact visuel avec les objets, tels cette porte de wagon où étaient entassés les déportés, cette carte en relief animée du Vercors ou encore cette lettre émouvante de Georges Bert à sa mère, écrite dans un volume de La Mare au diable de George Sand, quelques heures avant son exécution fin août 1944. Tout ceci provoque un choc émotionnel qu’on ne ressent pas avec la consultation des documents sur internet1.

7Certes, après 27 années, cette présentation demande bien sûr à être complétée par les techniques muséographiques nouvelles, tout en gardant la trame initiale.

8Le transfert proposé dans un local restreint dans une rue confidentielle équivaut à une mise au placard de ce musée remarquable, visité chaque année par plus de 20 000 visiteurs du musée de la Chaussure. Ce serait à coup sûr un effacement drastique du message que les créateurs de ce musée de la Résistance et de la déportation ont voulu laisser aux générations futures.

9Alors que tous les musées ouvraient le 19 mai 2021, seul le musée de la Résistance et de la déportation de Romans-sur-Isère est resté fermé. De même, le site internet a été supprimé. Cette suppression est un véritable affront envers tous ceux qui ont laissé leur vie pour libérer leur pays et ils sont plusieurs dizaines à Romans même.

  • 2 Lien avec la pétition « Non à la fermeture du musée de la Résistance et de la déportation de Romans (...)

10Les associations dont l’objectif est de perpétuer la mémoire de la Seconde Guerre mondiale et le souvenir des résistants qui ont contribué à la libération de la France, de raviver les valeurs issues de ces combats et de rappeler les acquis apportés par le programme du Conseil national de la Résistance, se sont mobilisées. Elles ont constitué un Comité de défense. Elles demandent la réouverture du musée de la Résistance en Drôme et de la déportation dans les locaux de l’Espace Visitation, qui dispose de suffisamment de place (5 000 m²) pour accueillir les deux musées. Elles ont lancé une pétition qui a recueilli rapidement plus de 20 000 signatures et que nous invitons à continuer à signer2.

Haut de page

Notes

1 Néanmoins, on peut retrouver le document sur « musée de la Résistance 1940-1945 en ligne », <http://museedelaresistanceenligne.org/media406-Message-de-Georges-Bert->.

2 Lien avec la pétition « Non à la fermeture du musée de la Résistance et de la déportation de Romans-sur-Isère » : <http://chng.it/rpSgNy7k7j>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Sauvageon, « Sauvegarder le musée de la Résistance en Drôme et de la déportation de Romans-sur-Isère »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 150 | 2021, 165-166.

Référence électronique

Jean Sauvageon, « Sauvegarder le musée de la Résistance en Drôme et de la déportation de Romans-sur-Isère »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/17075 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.17075

Haut de page

Auteur

Jean Sauvageon

Co-président du Comité de défense et de développement du musée de la Résistance en Drôme et de la déportation de Romans-sur-Isère

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search