Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150LIVRES LUSJohn M. Robert et Odd Arne Westad...

LIVRES LUS

John M. Robert et Odd Arne Westad, Histoire du monde, vol. 1, Les Âges anciens

Perrin, coll. « Tempus », [1976, 2007, 2013] 2016, 640 p., 10 €.
Violaine Sébillotte-Cuchet
Référence(s) :

John M. Robert et Odd Arne Westad, Histoire du monde, vol. 1, Les Âges anciens, Perrin, coll. « Tempus », [1976, 2007, 2013] 2016, 640 p., 10 €.

Texte intégral

1La traduction française de l’Histoire du monde de l’historien britannique John M. Roberts, publiée pour la première fois en anglais en 1976, s’appuie sur la deuxième édition actualisée qu’a réalisée Odd Arne Westad, en 2013. C’est d’ailleurs à ce dernier qu’il revient d’introduire, dans le volume 1, Les Âges anciens, cette somme que complètent deux autres volumes [vol. 2 : Du Moyen Âge aux temps modernes (VIe-XVIIIe siècle) ; vol. 3 : L’Âge des révolutions (XVIIIe-fin XXe siècle)] et qui jouit d’une importante notoriété auprès des anglophones : elle y a connu quatre rééditions avant le décès de Roberts en 2007. Elle est désormais mise à la disposition des lecteurs francophones grâce à la belle traduction de Jacques Bersani. L’objectif énoncé par Westad dans son introduction générale, rédigée en 2012, reprend celui de Roberts : privilégier le général sur le particulier et les processus historiques qui ont eu le plus d’impact sur le présent. Le récit de l’historien – des historiens désormais, puisque Westad, spécialiste des espaces asiatiques et des relations internationales après la Seconde Guerre mondiale, annonce avoir intégré les nouvelles connaissances et interprétations du début du 21e siècle – s’organise en fonction de la manière dont le passé est censé expliquer le présent : le poids devenu relatif de la culture européenne par rapport aux autres cultures mondiales, les migrations et les interactions qui caractérisent, ou non selon les différentes aires régionales, l’époque contemporaine. Le volume 1, Les Âges anciens, organisé en trois grandes parties, « Avant l’histoire », « Les civilisations » et « L’âge classique », entend répondre à cet objectif général.

2Pour un lectorat francophone, cet ouvrage ne sera pas sans rappeler ceux de Fernand Braudel, qui développait dès la fin des années 1940 un même goût pour l’histoire globale et qui, comme John M. Roberts, faisait une large place aux « milieux » géographiques pour expliquer les caractéristiques d’une culture donnée. Si, comme l’expliquent Roberts et Westad, les débuts de l’histoire sont toujours impossibles à saisir, c’est bien parce que la définition de l’humanité reste l’objet de discussions infinies. Dans ce livre, l’humain est défini par sa capacité à « provoquer du changement », autrement dit à faire l’histoire (p. 20). L’histoire de Roberts et Westad est donc celle des actes réalisés par les hommes et des ruptures qu’ils ont su provoquer. L’événement y occupe une place centrale.

3Selon Roberts et Westad, l’évolution humaine s’est réalisée par un processus de diffusion grâce à des « migrants » qui ont d’abord été d’Afrique vers l’Inde puis d’Afrique vers l’Europe. Il en fut de même des révolutions techniques, comme la culture des céréales, venue de la Chine vers la Mésopotamie. Le Japon, en revanche, semble avoir évolué seul, développant l’agriculture au 5e millénaire, sans contact avec le Moyen-Orient qui la connaissait déjà depuis presque six millénaires. Diffusionnisme et auto-évolution s’expliquent par les circulations humaines, rendues possibles, ou non, en fonction des axes naturels. Les sociétés humaines sont toutes constituées à la fois par leur milieu, « la nature », et par « la culture », c’est-à-dire leur capacité à modifier leur environnement.

4La deuxième partie, sur les « civilisations », distingue la Mésopotamie qui, selon Roberts et Westad, se constitue en ensemble unitaire au début du 4e millénaire, suivie de l’Égypte à la fin du même millénaire, l’Inde à la fin du 3e millénaire, avant la civilisation chinoise peu après 2000 avant notre ère, puis la civilisation méso-américaine vers 1500 avant notre ère (p. 77). L’historien enquête sur les inventions et les faits culturels qui trouvent des traces dans nos sociétés contemporaines : le code de loi d’Hammurabi, l’astrologie babylonienne, l’année solaire de 365 jours ¼ et de 12 mois des Égyptiens – auxquels on doit également l’écriture sur papyrus –, la bureaucratie mycénienne et la marine marchande phénicienne, la culture du maïs au Mexique et celle de la tulipe en Perse, la monnaie des Grecs d’Anatolie, etc.

5« L’âge classique » correspond d’un point de vue chronologique à la période que nous nommons l’Antiquité et qui fait une large place aux Grecs, à Rome, au christianisme, puis à l’Inde et la Chine classique. D’un point de vue sémantique, il correspond surtout à ce que Roberts et Westad désignent comme un « âge appelé à servir de modèle pour les temps à venir » (p. 232). C’est ici qu’apparaît l’idée de civilisation méditerranéenne, caractérisée par des normes et des idéaux, des techniques et des institutions. L’unité de ce monde est « d’ordre mental » et le grec et le latin en constituent la « monnaie » intellectuelle (p. 236). Rome, qui a coupé l’Europe en deux avec la frontière rhénane, a permis le développement du christianisme, devenu, selon Roberts et Westad, « la part la plus importante de ce que cette civilisation nous a laissé » (p. 343). « L’Europe lui doit, si l’on peut dire, sa définition », ajoute-t-il (p. 344). Prenant l’exemple de Grégoire le Grand, qui lança la politique d’évangélisation de l’Europe « barbare » à la fin du 6e siècle, les auteurs précisent ce qu’il faut entendre par là :

« Voici que l’Europe, et non plus le bassin méditerranéen, devient l’un des lieux où se fait l’histoire. Les graines de l’avenir y sont déjà semées, mais pas celles de l’avenir proche ; pour la plupart des peuples du monde, l’existence de l’Europe, pendant le millénaire qui va suivre, ne signifiera pratiquement rien. Et pourtant, une Europe se dessine enfin, même si elle est incroyablement différente de ce qu’elle est appelée à devenir et si elle se limite à l’ouest du continent. » (p. 412)

6L’Inde classique est traitée rapidement et du point de vue de la diffusion du bouddhisme (à partir du 3e siècle avant notre ère). Elle est caractérisée par une « façon de penser » marquée par la conscience des « limites de l’action humaine plutôt que sur ses potentialités » (p. 427). Quant à la Chine classique, centre du monde dans son aire régionale, elle est capable, selon Roberts et Westad, d’assimiler les autres cultures et de produire une administration centralisée. Ce sont ces « traits », communs avec Rome, la puissance occidentale de l’époque classique, qui la caractérisent (p. 445).

7L’histoire du monde de Roberts et Westad est une histoire classique, elle aussi. Elle raconte une évolution linéaire rythmée par des « événements » que la science ne cesse d’ailleurs de réévaluer. Par exemple, lorsque les auteurs datent de 2,5 millions d’années les plus anciens outils, ils ne peuvent connaître les résultats des travaux de l’équipe de paléo-anthropologues qui, en 2015, a publié de nouveaux vestiges trouvés sur la rive occidentale du lac Turkana au Kenya et qui ont fait reculer de quelque 900 000 ans l’apparition des premiers outils de pierre taillée. Surtout, le narrateur de l’histoire du monde adopte le point de vue surplombant d’une historiographie encore très eurocentrée – et téléologique, puisque le présent est l’objectif qu’il convient d’expliquer – qui se montre peu attentive aux points de vue de ses informateurs. Ainsi, l’histoire du 5e siècle grec, selon Roberts et Westad, est quasiment la même que celle racontée, au 5siècle avant notre ère, par l’Athénien Thucydide. Dans sa révision de 2013, Westad ne questionne pas non plus les stéréotypes de genre qui ont longtemps structuré l’historiographie conventionnelle. La déesse égyptienne Isis est présentée comme « un des avatars de l’omniprésente déesse mère dont on retrouve des traces à travers tout le Moyen-Orient néolithique » (p. 121). Les déesses de la fertilité et de la fécondité, effectivement présentes dans de nombreuses cultures (et pas seulement dans le Moyen-Orient néolithique), n’échappent pas à une lecture essentialiste de la maternité, perdant ainsi leurs spécificités cultuelles et culturelles. Enfin, le texte est émaillé de jugements surprenants, tels la « stérilité constitutive » de la civilisation égyptienne, qui « au bout du compte, semble se fourvoyer étrangement » (p. 132), le caractère « à peine supérieur, culturellement », des Achéens arrivés en Grèce en guerriers conquérants de la civilisation minoenne, « l’individualisme occidental » qui s’expliquerait par l’abondance des terres cultivables et l’absence de besoin de techniques agricoles, une « démocratie athénienne » qui paraît être « bien étriquée et avoir conduit à un échec calamiteux » (p. 267), même si les Grecs ont fait « la leçon à l’Europe (et à travers elle au monde entier) » (p. 268).

8Le volume 1 de l’Histoire du monde, qui risque donc d’irriter certains, apporte néanmoins des repères chronologiques utiles pour le cadrage de faits culturels majeurs dans une perspective mondiale bienvenue. En décrivant une humanité faite d’interactions et de progrès, notamment grâce aux mobilités des personnes, il délivre un message positif que Westad résume ainsi : « les échanges et les alliances entre les cultures humaines ont beaucoup plus compté en général que les confrontations qui ont pu survenir entre elles » (p. 16). Écrire l’histoire reste un acte politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violaine Sébillotte-Cuchet, « John M. Robert et Odd Arne Westad, Histoire du monde, vol. 1, Les Âges anciens »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/17123 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.17123

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search