Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150LIVRES LUSOlivier Dard, Emmanuel Mattiato, ...

LIVRES LUS

Olivier Dard, Emmanuel Mattiato, Christophe Poupault et Frédéric Sallée (dir.), Voyager dans les États autoritaires et totalitaires de l’Europe de l’entre-deux-guerres : confrontations aux régimes, perceptions des idéologies et comparaisons

Chambéry, Université Savoie Mont Blanc, LLSETI, 2017, 252 p.
Édouard Sill
Référence(s) :

Olivier Dard, Emmanuel Mattiato, Christophe Poupault et Frédéric Sallée (dir.), Voyager dans les États autoritaires et totalitaires de l’Europe de l’entre-deux-guerres : confrontations aux régimes, perceptions des idéologies et comparaisons, Chambéry, Université Savoie Mont Blanc, LLSETI, 2017, 252 p.

Texte intégral

1Il s’agit des actes d’une journée d’étude organisée le 21 avril 2017 par le LabEx EHNE (Écrire une histoire nouvelle de l’Europe) de l’université Paris-Sorbonne et le laboratoire LLSETI (Laboratoire Langages, littérature, sociétés, études transfrontalières et internationales) de l’université Savoie Mont Blanc. Sous la direction d’Olivier Dard, Emmanuel Mattiato, Christophe Poupault et Fréderic Sallée, l’ouvrage est placé à la croisée de l’histoire politique, de l’histoire culturelle et de l’histoire des relations internationales. Les auteurs veulent considérer le voyage comme « un objet d’histoire à part entière, convainquant pour la compréhension » des régimes autoritaires et totalitaires, tout en s’intéressant « aux multiples circulations et échanges, de toute nature, qui ont caractérisé le continent de 1919 à 1939 ». Partant, il s’agissait de considérer d’autres types de déplacements que ceux des militants, des intellectuels, d’hommes politiques ou de diplomates, davantage connus et exploités par l’historiographie, « pour dégager les analogies, les convergences et les divergences entre les différents régimes ». Ainsi, le voyage – mais ne s’agit-il pas plutôt du séjour ? – vient-il confirmer, valider ou infirmer un postulat initial. Ou bien fait-il au contraire « événement » ? L’introduction pose d’emblée des questions stimulantes : comment les voyageurs comprennent-ils la nouveauté que représentent les régimes autoritaires et totalitaires ? Quels comparaisons, distinctions ou rapprochements sont opérés ? Quelle est la perception du rôle et de la place du chef, du parti unique, de l’emploi de la violence ou de l’état de l’opinion ?

2Reconnaissons-le d’entrée, l’ouvrage reste malheureusement le plus souvent à l’orée de ces questionnements. Les dix contributions, où domine un tropisme italien prononcé (six textes), sont réparties en trois parties. La première s’attache aux « voyages des experts » et à l’observation comparée de modèles politiques. La deuxième, intitulée « des expériences singulières », s’attache plus spécifiquement aux voyages et aux voyageurs, tandis la troisième se consacre aux « visions comparées », c’est-à-dire l’analyse – ou l’appréciation – issue des voyages vers les régimes nouveaux. Les régimes soviétique, fasciste et nazi fournissent la matière de la majeure partie des études, le plus souvent sous des perspectives croisées. Il s’agit sans aucun doute du principal intérêt d’un ouvrage où les études s’offrent au lecteur comme un canevas où se croisent les perspectives comparées et confrontées, et où les voyageurs sont en majorité français et italiens.

3L’ouvrage est solidement introduit par une présentation convaincante de Christophe Poupault et Frédéric Sallée. Il propose une synthèse bibliographique particulièrement bienvenue sur le voyage et les perceptions comparatistes des États et des régimes. Il s’inscrit avec bonheur dans une continuité, précédé par des travaux menés, notamment par Sophie Cœuré, sur les voyages « organisés » en URSS, non sans ouvrir largement la focale en considérant le regard et le ressenti du voyageur, à la fois témoin, mais aussi destinataire d’un protocole. Ainsi, Christophe Poupault et Fréderic Sallée précisent-ils d’emblée dans l’introduction :

« Dès lors, par la confrontation physique aux dictatures, les voyageurs pénètrent la réalité des régimes, observent leurs réalisations, entrent en contact avec leur population et fournissent une nouvelle grille d’analyse renouvelant l’interprétation jusque-là cantonnée à des poncifs ou à la lecture traditionnelle de la diplomatie officielle. L’apport pour l’histoire des relations internationales, par l’étude des interactions transnationales que les voyages suscitent entre les régimes autoritaires ou entre ces derniers et les démocraties, est en outre à prendre en compte ».

4La première partie regroupe trois perspectives intéressantes sur le voyage d’étude, sous l’angle du droit, de l’ingénierie économique et de l’architecture. Monika Poettinger y présente une figure originale de technicien voyageur, l’ingénieur italien Gaetano Ciocca. Pétri par le futurisme, adepte d’une modernité technocratique absolue et volontariste, Ciocca voyage entre deux pays, l’URSS et l’Italie, mais également entre deux systèmes, le corporatisme fasciste et l’étatisme total soviétique. Il était chargé de superviser la construction en URSS d’une usine géante de roulement à billes vendue à l’État soviétique. On touche ici le sujet des échanges économiques directs des cercles industriels du fascisme italien avec l’URSS.

5La deuxième partie réunit des expériences diverses – et méridionales – de voyageurs en Yougoslavie et en Espagne, ainsi que le voyage d’observation en Allemagne d’un Italien proche du régime fasciste, le philosophe Ugo Spirito, et ceux de personnalités des gauches espagnoles en URSS. La contribution proposée par Hervé Lemesle, « Voyager en Yougoslavie : des perceptions plurielles d’un régime autoritaire », fait incontestablement partie des points forts de l’ouvrage. Son intérêt tient à l’originalité du sujet et à sa conformité avec les attendus méthodologiques de la journée d’étude, mais réside également dans la révélation des profils considérés. Une voyageuse – pratiquement la seule de l’ouvrage malgré le caractère plutôt prolixe de la période – détonne tout particulièrement : Rebecca West (Cicely Fairfield), femme de lettres britannique. Olivier Dard et Emmanuel Mattiato précisent d’ailleurs utilement en conclusion que le journal de voyage de West fut republié en français à l’occasion des convulsions post-yougoslaves en 2000, illustrant la pesanteur du « balkanisme », cette variété de l’orientalisme dont Hervé Lemesle rend bien compte dans sa contribution.

6La troisième et dernière partie est consacrée aux perceptives comparées sur des voyages effectués dans des pays expérimentant les variétés de régimes autoritaires sécrétées par la période. Se côtoient dans cette partie les voyages d’Albert Thomas en Union soviétique et en Italie fasciste et ceux des étudiants boursiers de la fondation Rockefeller en Allemagne. Dans le sillage de ses nombreux travaux sur les circulations entre l’URSS et l’Europe occidentale, Rachel Mazuy propose de nous intéresser aux étapes singulières que constituaient à la fois l’Allemagne et la Pologne pour les voyageurs français se dirigeant vers Moscou. Ces escales apportent aux voyages des circonstances subsidiaires, tout en étant matière à comparaisons et à complications, autant d’ingrédients discursifs dans l’élaboration du récit de voyage. Enfin, le rappel de Rachel Mazuy sur les changements considérables des conditions technologiques de l’acte de voyager est salutaire. Après la vélocité de l’information, celle de l’homme permet l’irruption du « temps réel » et garantit une assistance internationale à l’événement.

7Cependant, le contenant – l’ouvrage en tant que recueil et objet – souffre d’avoir été, semble-t-il, peu suivi dans sa confection. Certains textes auraient gagné à être relus, tandis que les « abstracts » sont vierges de traductions, autant de symptômes qui laissent songeur sur la direction scientifique à huit mains. Tandis que les contributeurs étrangers ont majoritairement fait l’effort de la version, la présence d’un unique texte en langue originale anglaise est déconcertante ; aurait-on agi de même pour un texte dans une autre langue ? Ainsi, un certain flou entoure le champ lexicologique et épistémologique du « voyage », concept et objet qui auraient gagné à coup sûr à être davantage précisés. Un certain nombre de problèmes méthodologiques sont demeurés sans commentaires, à commencer par le fait de considérer l’Espagne républicaine parmi les « États autoritaires et totalitaires de l’Europe de l’entre-deux-guerres ». À ce sujet, l’influence et le nombre des séjours espagnols en URSS n’est en rien « toute relative », et nombre d’entre eux eurent des répercussions considérables, notamment pour l’anarchosyndicalisme espagnol initialement tenté par le soviétisme bolchévique. Ces échanges de voyageurs s’inscrivent au contraire dans un épisode majuscule des rapports bilatéraux entre deux pays confins qui ne s’étaient guère intéressés l’un à l’autre jusqu’alors. Enfin, alors que l’entre-deux-guerres connaît une extraordinaire génération de voyageuses transnationales et d’observatrices gyrovagues (reporters, militantes, globetrotteuses, volontaires, exilées, etc.), les femmes figurent parmi les absences regrettables.

8L’ensemble laisse un sentiment mitigé sur la correspondance entre les ambitions précises des organisateurs et les spécificités des contributions, mais cette diversité apporte autant d’alluvions aux propositions énoncées. Malgré ces défauts, l’effort de présentation historiographique et bibliographique est en tout cas plutôt réussi. L’ouvrage apporte nombre de propositions intéressantes, qui permettent au lecteur d’appréhender la grande diversité des voyages et des voyageurs, très politiques mais tout à fait extérieurs aux voyages militants et au tourisme de propagande, notamment vers et depuis l’Italie fasciste. On prend alors toute la mesure du rôle du témoin-voyageur fournissant par son témoignage l’indispensable combustible sans lequel les officines de propagande seraient inaudibles. Enfin, ces circulations transfrontalières sont autant de voyages dans les représentations des pays, des peuples et des nations. La conclusion invite à replacer le voyage dans le « contexte large de l’imaginaire », au sens de Gilbert Durand, c’est-à-dire un imaginaire régi par des structures anthropologiques. C’est un des atouts de l’ouvrage que de nous inviter à considérer avec plus d’attention les « mentalités » et les essentialismes nationaux comme des facteurs géopolitiques et des artefacts historiques à part entière, en plus du fait d’être de simples biais cognitifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Sill, « Olivier Dard, Emmanuel Mattiato, Christophe Poupault et Frédéric Sallée (dir.), Voyager dans les États autoritaires et totalitaires de l’Europe de l’entre-deux-guerres : confrontations aux régimes, perceptions des idéologies et comparaisons »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/17138 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.17138

Haut de page

Auteur

Édouard Sill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search