Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150LIVRES LUSIvan Maïski, Journal, 1932-1943

LIVRES LUS

Ivan Maïski, Journal, 1932-1943

Paris, Les Belles Lettres, 2017, 768 p., rééd. Perrin, coll. « Tempus », 2019, 896 p., 16 €.
Francine Perrot
Référence(s) :

Ivan Maïski, Journal, 1932-1943, texte établi et commenté par Gabriel Gorodetsky, Paris, Les Belles Lettres, 2017, 768 p., rééd. Perrin, coll. « Tempus », 2019, 896 p., 16 €.

Texte intégral

1Le 21 juin 1941, veille de l’invasion allemande de l’Union soviétique, Ivan Maïski, ambassadeur de l’URSS à Londres, écrit dans son journal : « Pour dire la vérité, j’ai tendance à ne pas croire qu’Hitler nous attaque. Il a toujours été difficile de combattre la Russie ». Le soir du même jour, après une visite de Richard Stafford Cripps, ambassadeur de Grande-Bretagne en URSS de passage à Londres, qui l’a alerté de l’imminence de l’attaque allemande, il note encore : « Quand je suis allé me coucher, j’avais presque réussi à me convaincre qu’Hitler cette fois ne bluffait pas... Mais je ne voulais toujours pas y croire ». Réaction surprenante à plus d’un titre, car les avertissements n’avaient pas manqué et il était le mieux placé pour les entendre : il venait d’expédier à son gouvernement les informations données par le ministre britannique des Affaires étrangères, Anthony Eden, faisant suite aux avertissements du sous-secrétaire d’État au Foreign Office.

  • 1 Version anglaise : The complete Maisky diairies. Red Ambassador to the Court of St James’s, 1932-19 (...)

2Cette réaction offre un point de départ privilégié pour saisir tout l’intérêt de son journal. Maïski connaît parfaitement le milieu politique anglais, tout comme le milieu diplomatique européen ; en juin 1941, il est depuis sept ans en poste à Londres. Son témoignage, le seul d’un diplomate soviétique avec celui d’Alexandra Kollontaï, ambassadrice en Suède, a suscité l’intérêt de l’historien israélien Gabriel Gorodetsky, professeur à l’université de Tel Aviv et membre invité de l’All Souls College d’Oxford. Le texte qui nous est proposé par Les Belles Lettres est une version abrégée de The Complete Maïski Diairies, qui comprend la plupart des entrées concernant la France, sans l’appareil critique disponible seulement dans la version anglaise1. Gabriel Gorodetsky a eu également accès aux albums personnels de photographies de Maïski : « Elles disent souvent ce que des milliers de mots ne sauraient exprimer », note-t-il avec justesse.

3Maïski, de son vrai nom Ivan Mikhaïlovitch Liakhovestky, né dans une famille juive cultivée en 1884, a été un brillant étudiant en histoire et philosophie. Emprisonné après la révolution de 1905, il a dû s’exiler en Suisse, puis en Allemagne où il a pris le nom de Maïski en 1909 et finalement en Angleterre en 1912. Il y a rencontré Maxime Litvinov, avec lequel il a partagé une certaine anglophilie et auquel il doit en grande partie sa carrière lorsque celui-ci est devenu ministre soviétique des Affaires étrangères. En effet, Maïski a été menchevik, un « péché » que son ralliement aux bolcheviks à l’été 1919, quand le sort de la révolution était loin d’être scellé, ne rachètera qu’un temps.

4Grâce à sa formation et à ses liens avec Litvinov, qui conserve son poste pendant vingt ans, il devient conseiller d’ambassade à Londres de 1925 à 1927, puis ambassadeur en titre en 1932. Avec Alexandra Kollontaï et quelques autres membres de l’intelligentsia révolutionnaire et cosmopolite de l’époque tsariste, il représente à la fin des années 1930 une génération de diplomates trop indépendants et en même temps indispensables, qui, sans doute protégés un temps par leur ministre de tutelle, passent au travers des trois vagues de purges qui frappent le ministère des Affaires étrangères, en 1937 d’abord, après Munich en septembre 1938 ensuite, après le renvoi de Litvinov en mars 1939 enfin.

5Le Journal de Maïski couvre la période 1934-1943 (il n’écrit pas durant les deux premières années de sa mission) ; il porte donc sur une période cruciale pour les relations internationales dans les années qui précèdent le second conflit mondial, puis les quatre premières années de guerre. En raison de sa position et de ceux qu’il côtoie, mais aussi de son écriture alerte, ce texte est non seulement un document historique de toute première importance, mais également un ouvrage haletant, voire distrayant. Moins formel qu’un essai ou une œuvre littéraire, plus spontané que des mémoires et agrémenté de nombreuses photos, le Journal fourmille d’anecdotes. On y assiste aussi bien à une réception à la cour d’Angleterre après l’abdication d’Édouard VIII, qu’à une nuit dans les abris pendant le Blitz. Il présente aussi une galerie de portraits des ministres et hommes d’influence anglais, soit qu’il les brosse lui-même, par exemple ceux de Lloyd George, de Chamberlain, d’Eden, de Churchill surtout, soit qu’il les rapporte, ainsi celui de Baldwin, Premier ministre de 1935 à 1937, dont Churchill dit : « C’est simple, Baldwin cherche un homme plus petit que lui comme ministre de la Défense, et ce genre d’homme n’est pas facile à trouver ».

6Dans cette deuxième moitié des années 1930, décisive pour l’histoire du 20e siècle, Maïski est le témoin privilégié du « lâchage » de l’Éthiopie en 1935 ; il participe aux réunions du comité de non-intervention dans la guerre d’Espagne, où il représente l’URSS ; la lâcheté des puissances occidentales, qui rivalisent en ce domaine, lui inspire à la date du 31 mars 1938 cet amer constat : « J’ai rarement éprouvé autant de dégoût et de répugnance qu’à la réunion d’aujourd’hui. Chamberlain a clairement décidé de vendre l’Espagne à Mussolini et de signer un accord avec Rome à n’importe quel prix ». La nomination de Chamberlain comme Premier ministre, en mai 1937, ouvre en effet une période de gestes d’apaisement à l’égard d’Hitler et de Mussolini qui désespèrent Maïski : envoi d’un germanophile convaincu comme ambassadeur à Berlin ; rencontre avec Hitler de lord Halifax, un des tout premiers hauts fonctionnaires britanniques ; faible réaction face à l’Anschluss avec l’Autriche ; abandon des pays d’Europe centrale.

7La recherche d’une alliance avec l’URSS contre les puissances fascistes reste cependant à l’ordre du jour et en l’état des moyens de communication de l’époque, Maïski est au centre des échanges entre Staline et les dirigeants anglais. Témoin, il est également acteur, par exemple quand il cherche à pallier les frilosités de la politique anglaise en enjolivant la volonté de rapprochement avec l’URSS pour tenter de rassurer Staline ; ou lorsqu’il atténue la brutalité des réponses de ce dernier aux Britanniques. Le mot de diplomatie prend ici ses deux sens, propre et figuré.

8Précédée par une rencontre Hitler-Chamberlain, la conférence de Munich, qui scelle le sort de la Tchécoslovaquie en septembre 1938, est un tournant. Ouvrant la voie au dépècement du pays, elle conforte Staline dans la tentation de l’isolement et dans la méfiance à l’égard des puissances occidentales. Les coups de force successifs d’Hitler rendent certes plus difficile la position des germanophiles et partisans de l’apaisement en Grande-Bretagne ; pour autant, les dirigeants anglais restent aveuglés par leur peur du communisme.

9Les appréciations de Maïski sont également sans indulgence envers les dirigeants français. Il rencontre en effet nombre de ministres et de diplomates français, et est très proche de Sourits, l’ambassadeur soviétique à Paris. Dès 1935, il note les velléités de Flandin et Laval de rapprochement avec l’Allemagne, rendu cependant impossible par les premières violations du Traité de Versailles par Hitler. Leur ralliement à un « pacte oriental » d’assistance mutuelle incluant l’URSS, vite abandonné sous la pression anglaise, témoigne des errements de la politique étrangère française, dont la boussole reste tout de même clairement tournée vers l’anticommunisme et une préférence pour l’Allemagne. Si Laval se rend finalement à Moscou en 1935 pour signer un pacte d’assistance mutuelle, aucune mesure concrète, notamment d’engagement militaire, ne vient le compléter, ce qui le rend inopérant. Le rôle de Laval et Flandin est primordial dans l’abandon de l’Éthiopie au profit de l’Italie et c’est en plein accord avec la diplomatie britannique qu’ils écartent la Société des Nations de toute recherche d’une paix durable. Par Jan Masaryk, alors ambassadeur tchèque à Londres, Maïski apprend les détails des reculs d’Édouard Daladier, président du Conseil français depuis avril 1938, plutôt favorable à un soutien aux Tchécoslovaques, mais convaincu de ne rien faire par Georges Bonnet, le ministre des Affaires étrangères, d’accord avec les Britanniques sur la question. Quant à Jean Payart, le chargé d’affaires à Moscou, il n’aurait semble-t-il pas transmis à son ministre de tutelle la position de l’URSS, qui affirmait vouloir défendre la Tchécoslovaquie conformément aux engagements pris, et appelait à la tenue d’une conférence entre la Grande-Bretagne, la France et l’URSS. La logique de la recherche par la diplomatie anglaise d’accords bilatéraux et de pressions sur les pays alliés pour qu’ils cèdent aux demandes des puissances fascistes, dans l’espoir de sauver la paix à tout prix, mine de l’intérieur la Société des Nations, rendue impuissante par ses principaux fondateurs. Elle ne rencontre pas d’obstacle chez les dirigeants français. Si les élites dirigeantes anglaises sont arcboutées sur la défense de l’ordre social britannique et de l’Empire, Maïski note que pour les Français, après le Front populaire, l’anticommunisme empêche toute recherche d’alliance avec l’URSS.

10Ainsi s’éclairent les événements de l’année 1939 : des propositions anglaises, vite retirées ou sans contenu concret ; des tentatives d’accord avec la Pologne, incluant l’URSS, puis sans elle ; des tentatives d’accord avec la Roumanie, elle aussi menacée, de préférence sans l’URSS ; des propositions soviétiques d’accord d’assistance mutuelle, y compris militaire, auxquelles les gouvernements anglais et français ne donnent pas suite. Ces palinodies rapportées par Maïski et confirmées par d’autres sources pourraient prêter à rire si les conséquences n’en avaient pas été tragiques. Ainsi de l’épisode des négociations dites commerciales, lancées au printemps 1939 pour réchauffer le climat avec Moscou, qui s’avèrent… exclusivement commerciales. Ou encore ces tribulations des négociateurs anglais et français voyageant en cargo, moyen de transport le plus lent et arrivant finalement à Moscou sans lettres de créances à la mi-août 1939. Le documentaire diffusé sur Arte en 2018, Le Pacte Hitler-Staline, réalisé par Cédric Tourbe et disponible sur le site de la chaîne, relate en images les moments clés de cet accord avorté en s’appuyant sur les travaux de Gabriel Gorodetsky.

11Entre-temps, depuis le printemps 1939, Staline, certain que les puissances occidentales ne voulaient pas d’alliance, mais verraient d’un bon œil une guerre entre l’Allemagne et l’URSS, affirme que « la Russie n’entend pas tirer les marrons du feu au bénéfice de certaines puissances capitalistes ». Par l’intermédiaire de Molotov, qui remplace Litvinov en mars 1939, des négociations sont entamées avec Ribbentrop et débouchent sur le pacte de non-agression germano-soviétique du 23 août 1939. Maïski est à ce moment-là hors-jeu, tenu dans l’ignorance de ces négociations. Il tente jusqu’au bout de conduire les Britanniques à un accord avec son pays, tout en étant fragilisé par le départ de Maxime Litvinov.

12Représentant d’un pays appartenant au « camp ennemi », il faut beaucoup d’acharnement à Maïski pour entretenir ses relations et conserver un rôle. Sa position devient même carrément intenable au moment où l’URSS entame une guerre contre la Finlande. Pourtant, Maïski se démène et rencontre aussi bien des journalistes que des intellectuels (Beatrice Potter-Webb et son mari ; Bernard Shaw, etc.), aussi bien des dirigeants en poste que des opposants, toujours Lloyd George et de plus en plus Churchill et Eden.

13En juin 1940, la défaite française lui donne l’occasion d’une analyse de ses causes :

« La France a capitulé. Pourquoi ? Indubitablement, l’Allemagne s’est montrée incomparablement plus puissante que la France en termes de force militaire, de mécanisation et d’aviation. Mais c’est loin d’être tout, ce pourrait même ne pas être l’élément principal. Je suis de plus en plus convaincu que la France a capitulé en raison de sa désintégration interne. Le règne des “200 familles” a eu des conséquences. Il a divisé la France et empoisonné son climat politique ; il l’a émasculée militairement et ouvert la voie à sa défaite actuelle. Mieux encore, il a introduit des éléments de décadence dans l’armée française. » (17 juin 1940).

14À la date du 30 juin 1940, Maïski partage avec Juan Negrin, le Premier ministre espagnol réfugié à Londres depuis l’entrée des Allemands à Paris, une analyse encore plus approfondie et tout aussi sévère.

  • 2 Le 26 septembre 1941, le gouvernement soviétique se déclare « disposé à prêter aide et assistance a (...)

15Ce décentrement du point de vue sur la situation française est l’un des intérêts du Journal. Ainsi, parmi les Français arrivés à Londres, Maïski rencontre des « immigrés éminents » comme Pierre Cot, dont le projet est de créer un Comité national français. Début juillet 1940, la seule mention faite par Maïski sur De Gaulle est l’avis de Pierre Cot, qui considère « qu’il penche à droite mais qu’il ne s’intéresse pas à la politique » (sic). Il faut attendre le 26 septembre 19412 pour que Maïski signale un échange de lettres avec De Gaulle, puis rapporte ses propos antibritanniques, à l’image de son entourage que Maïski qualifie de « fasciste ».

16Depuis l’automne 1940, la Grande-Bretagne, dirigée par Churchill, Premier ministre, et Eden au Foreign Office, soutient seule l’effort de guerre, subit les bombardements sur les grandes villes, reçoit le soutien des États-Unis et espère l’entrée en guerre de l’URSS. Staline, quant à lui, espère rester à l’écart du conflit et un événement rocambolesque le conforte dans le soupçon que les Anglais veulent entraîner l’URSS dans la guerre malgré elle, pour mieux s’entendre avec Hitler : l’arrivée sur le sol britannique de Rudolf Hess, soi-disant porteur d’une proposition de paix d’Hitler au moment où les armées allemandes et italiennes attaquent les Balkans (avril 1941).

17Par désir de paix, certainement, et aussi parce qu’il refuse une réalité contre laquelle il s’est battu avec acharnement, Maïski garde jusqu’au bout l’illusion qu’Hitler n’attaquera pas la Russie. Après l’invasion allemande, il regrette évidemment les malheurs que traverse son pays, mais sa situation devient plus simple, à Londres comme à Moscou, puisqu’enfin les deux capitales se retrouvent dans le même camp. La diffusion de l’hymne soviétique, c’est-à-dire de L’Internationale, avec ceux des autres alliés sur les ondes de la BBC doit symboliser ce fait. À la demande expresse de Churchill, c’est un chant soviétique inconnu qui la remplace, car, comme le dit Maïski, « les cheveux de milliers de vieilles badernes britanniques se dressent sur leurs crânes quand ils l’entendent ».

18Moins inconfortable, la situation de Maïski lui réserve tout de même des moments critiques, car les relations des alliés anglo-soviétiques sont à peine moins difficiles que celles qui prévalaient à l’époque de la recherche de cette alliance. Très peu de temps après le début de l’offensive allemande, Staline réclame par l’intermédiaire de Maïski l’ouverture d’un second front en France. Or, Churchill oppose à cette demande tour à tour l’impossibilité matérielle et militaire, puis l’ouverture d’un front en Afrique du Nord, dans le but de préserver l’Empire, puis, les mois passant, l’attente de l’accord américain. Tout cela suscite la colère de Staline et, en retour, les foudres de Churchill sur le messager Maïski. Autres sujets de discorde, la fourniture retardée puis finalement annulée de matériel de guerre anglais après le torpillage d’un convoi par les Allemands, mais également le refus britannique d’une stratégie commune, alimenté par la déception devant les difficultés de l’Armée rouge. Maïski est cependant invité à prononcer un discours au Parlement anglais le 30 juillet 1942 :

« Pendant que j’ai parlé, on aurait pu entendre une mouche voler et l’auditoire était suspendu à chacune de mes paroles, ce qui était aussi très inhabituel dans ce genre de réunion si l’on en croit les anciens. J’ai senti que mes paroles faisaient mouche. Mon discours a parfois été interrompu par des applaudissements nourris, quand par exemple j’ai dit que les Alliés avaient besoin d’abord d’une stratégie commune. Quand j’ai dit que nous avions soulevé la question d’un second front pour la première fois en juillet 1941, j’ai eu l’impression qu’un courant électrique traversait l’auditoire ».

19Pour Churchill, le front d’Afrique du Nord est prioritaire et il fait valoir que c’est une forme de second front ; les relations entre alliés en pâtissent. Puis c’est la position de Roosevelt qui inquiète Maïski. Ainsi, le 2 janvier 1943, il note :

« Il me semble que si Churchill et le gouvernement britannique sont aujourd’hui favorables à l’ouverture au printemps d’un second front sérieux en France, Roosevelt et le gouvernement américain ne tiennent pas aujourd’hui à cette idée. Londres et Washington ont apparemment échangé leur position par rapport à 1942. Les USA (...) sont dans une période d’expansion impérialiste frénétique (…) et veulent jouer un rôle majeur en Europe. Je suis de plus en plus convaincu que, contrairement à la grandiloquente Charte de l’Atlantique, les buts de guerre des USA sont d’établir un grand empire américain en Afrique et en Asie. »

20Enfin, l’évocation de l’après-guerre porte aussi son contingent de litiges, mais l’avancée victorieuse de l’Armée rouge à partir du printemps et l’été 1943 les règle en partie. Staline en effet veut obtenir de la part de ses alliés des engagements qui assurent la sécurité du pays. Maïski relate dans son journal, le 6 octobre 1939, une conversation surprenante avec Churchill au cours de laquelle celui-ci aurait dit : « L’URSS va devenir maître de la partie orientale de la mer Baltique. Est-ce bien ou mal du point de vue des intérêts britanniques ? C’est bien ! ». Puis Churchill « est allé jusqu’à une grande carte de l’Europe et a tracé une grande ligne qui suivait à peu près la nouvelle frontière soviéto-germanique et le nord de la Roumanie et de la Yougoslavie ; il s’est ensuite exclamé : “l’Allemagne ne doit pas aller plus loin !” ». En 1943, Churchill, qui n’a jamais abandonné ses sentiments violemment antibolchéviques, n’est plus aussi enclin à s’engager pour l’après-guerre.

21Les derniers moments de Maïski à Londres sont marqués par ses conversations de plus en plus ouvertes et nombreuses avec Eden. Le 11 mars 1943, il lui confie son sentiment sur les Polonais, qui « n’ont jamais été capables de créer un État stable et qui se développe de manière ordonnée ». Le 23 avril, il transmet à Churchill le message de Staline l’informant de la rupture des relations avec le gouvernement polonais en exil de Sikorski, complice de la « provocation allemande » qui impute aux Soviétiques la mort 10 000 officiers polonais dont les corps ont été découverts près de Smolensk. La meilleure des défenses étant l’attaque, on observe ici la façon dont Staline, avec le plus grand cynisme, nie la responsabilité du massacre de Katyn.

22Maïski est rappelé à Moscou en juillet 1943 (comme d’ailleurs Litvinov, devenu ambassadeur à Washington). La suite est racontée par Gabriel Gorodetsky. Il rentre à Moscou en passant par le Proche-Orient, fait avancer au Caire l’établissement de relations diplomatiques entre l’Égypte et l’URSS, séjourne en Palestine où il rencontre entre autres David Ben Gourion et Golda Meir, ainsi que des kibboutzim parlant presque tous russe et socialisants. Même si (toujours comme Litvinov) il est nommé ministre adjoint des Affaires étrangères, son rappel est bel et bien une sanction, liée au report de l’ouverture du second front. Staline fait appel à lui comme interprète à la conférence de Yalta, mais après la chute de Churchill, il ne considère plus Maïski comme aussi utile. Plus tard, il est arrêté en février 1953 et on lui confisque son journal. Il ne doit sa survie qu’à la mort de Staline et l’arrêt des interrogatoires à l’intervention de Beria. Ce qui lui vaudra, après la chute de ce dernier, deux années de prison supplémentaires à 70 ans, un procès pour trahison, accusation changée en recel d’informations cachées au gouvernement soviétique pendant sa mission à Londres, et une peine de six ans d’exil pour laquelle il est finalement amnistié. Réhabilité en 1960 et réadmis au sein du Parti communiste, il signe un peu plus tard avec Andreï Sakharov une pétition contre une tentative de réhabilitation de Staline. Dernière expiation d’erreurs anciennes, alors qu’il a dépassé 90 ans, quelque temps avant sa mort en 1975, son dernier manuscrit, Souvenirs de Churchill, de son entourage et de son temps, est « perdu » par son éditeur. Ce qui rend encore plus précieux son journal.

23Gabriel Gorodetsky fournit des précisions essentielles sur certains des personnages répertoriés dans l’index ; il intercale entre les entrées du journal des notes assez longues pour les périodes pendant lesquelles Maïski n’écrit pas. Il confronte son point de vue avec ceux des autres protagonistes ou encore avec d’autres archives (la liste des témoignages et des archives consultées impressionne). Or, si ce procédé enrichit la compréhension de certains événements et peut préciser des passages trop allusifs, il est néanmoins problématique, car les sources de ces ajouts sur des points parfois essentiels et discutés (les positions de Staline au cours de l’année 1939 par exemple) ne sont pas citées. Le lecteur ne maîtrisant pas la succession rapide des événements ne trouvera pas de chronologie et certaines entrées du Journal peuvent lui paraître obscures.

24Cela n’enlève rien à l’intérêt majeur de l’ouvrage, qui fait vivre au cœur de l’histoire un homme luttant pour sa survie au milieu de la tempête. Maïski considérait d’ailleurs que « la personnalité joue un rôle dans l’histoire (...) il n’est que de se souvenir de ce qu’Ilitch [Lénine] a représenté pour nous ».

Haut de page

Notes

1 Version anglaise : The complete Maisky diairies. Red Ambassador to the Court of St James’s, 1932-1943 vol. 1-3, edited by Gabriel Gorodetsky, Yale University Press, 2017.

2 Le 26 septembre 1941, le gouvernement soviétique se déclare « disposé à prêter aide et assistance aux Français libres pour la lutte commune contre l’Allemagne hitlérienne et ses alliés ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francine Perrot, « Ivan Maïski, Journal, 1932-1943 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/17155 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.17155

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search