Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150UN CERTAIN REGARDJésus et l’islam, série documenta...

UN CERTAIN REGARD

Jésus et l’islam, série documentaire de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur, Arte, 2015, rediffusée en 2021-2022 sur Arte.

Jacqueline Lalouette
p. 214-217

Texte intégral

1Jésus et l’islam : ce titre correspond à un ensemble de sept émissions de 52 ou 53 minutes, conçues par Gérard Mordillat et Jérôme Prieur, diffusées sur Arte en 2015, visibles sur Internet jusqu’au 20 octobre 2022. Les émissions ont toutes la même structure. Une voix off lance le débat sur un thème, qu’elle relance ensuite à quelques reprises, puis des spécialistes exposent leurs arguments, donnent leurs points de vue, souvent concordants, parfois divergents. De temps en temps apparaissent sur l’écran des compléments d’informations (sur des historiens et des géographes arabes ou des Pères de l’Église cités par les intervenants) et des définitions de termes arabes ; des documents iconographiques sont montrés en gros plan (un coran manuscrit du10e siècle, un manuscrit éthiopien du 13e, un évangéliaire copte du 12e, un manuscrit ottoman du 16e, etc.).

2Les intervenants sont au nombre de 26, nous ne pourrons malheureusement pas tous les citer. Il s’agit d’historiens, de philologues ou de théologiens, appartenant à des universités ou des instituts de recherche situés en Allemagne, en Belgique, aux États-Unis, en France, en Hongrie, au Royaume-Uni et en Tunisie. Certains sont originaires ou citoyens d’un pays différent, souvent un pays musulman. L’un, Guy Stroumsa, enseigne à Oxford et à Jérusalem ; un autre, Dominique Cerbelaud, est un dominicain de l’abbaye de Boscodon (Hautes-Alpes). Si, selon une formulation naguère célèbre, on se demande « d’où parlent » les intervenants, il faut mentionner que, dans la septième émission, deux se disent explicitement musulmans (Abdelmajid Charfi, université de la Manouba, Tunisie ; Mehdi Azaiez, Department of Theology and Religious Studies, KU Leuven) ; la chose est moins claire pour un troisième (Hichem Djaït, Académie tunisienne Beit Al-Hikma) ; pour tous les autres, on est réduit aux conjectures, sauf pour Dominique Cerbelaud et Claude Gilliot, professeur à l’université d’Aix-Marseille, lui aussi dominicain, mais qui n’est pas présenté comme tel.

3En réalité, Jésus n’est le sujet central que des trois premières émissions. Toutefois, les versets 157-158 de la sourate 4, qui se rapportent directement à la première – intitulée « La crucifixion selon le Coran » – sont lus au début de chaque émission. D’après ces versets, les juifs se trompent grandement en se targuant d’avoir « tué le messie Jésus, fils de Marie, envoyé de Dieu ». En fait, celui-ci ne fut pas mis à mort ; plusieurs hypothèses sont avancées : soit les juifs furent victimes d’une hallucination collective, soit ils crucifièrent un autre homme (Judas ou Simon de Cyrène), qu’ils prirent pour Jésus par suite d’un « échange de traits ».

4La deuxième émission, « Les gens du Livre », tourne autour des appellations données à Jésus dans le Coran – Aïssa, Ibn Mariam ou Al Massiah –, de l’image des juifs, très négative, dans le Coran, alors que celle de Jésus et des chrétiens y est ambivalente. La troisième, « Fils de Marie », souligne l’importance de Marie dans le Coran ; une grande attention est portée au sens de l’expression « fils de Marie » dans une société où être nommé « fils de sa mère » est une insulte gravissime ; on s’y interroge aussi sur la confusion (apparente ?) entre Marie et Myriam, la sœur d’Aaron et de Moïse, séparées par plus de 1000 ans. Les autres émissions traitent de Mahomet (son exil, sa fuite ou son bannissement), de sa culture (son analphabétisme est réfuté) et de la connaissance qu’il pouvait avoir de l’Ancien Testament, des Évangiles canoniques ou apocryphes grâce à des « informateurs » et à la circulation d’idées et de textes tenant à l’implantation de communautés juives et chrétiennes en Arabie, territoire constamment traversé par des caravanes marchandes ; d’Abraham, perçu comme le premier maillon d’une généalogie, auquel Mahomet résolut de se rattacher directement, en « sautant » par-dessus Jésus et Moïse ; de la rédaction du Coran (sa chronologie, sa mise en forme, l’existence d’un auteur [Mahomet, « réceptacle » de la parole divine] ou de plusieurs auteurs, point de vue défendu par plusieurs intervenants).

5Le point de vue scientifique et laïque – celui qui intéresse les Cahiers d’histoire – est patent, car tous les intervenants prennent soin de préciser que la position de l’historien ou du philologue ne se confond pas avec celle du théologien ou du croyant. Dans le 7e volet, « Le Livre de l’islam », à propos de la rédaction du Coran, Mehdi Azaiez distingue sa position « en tant que musulman » (l’auteur est alors Dieu) de celle qu’il adopte en tant qu’historien (il considère alors que la question est « éminemment complexe »). Dans le même épisode, Mohammad Amir Ali-Moezzi (EPHE, Paris) affirme que les questions de révélation, de transcendance, concernent les croyants, qu’elles sont respectables « dans ce cadre-là », mais qu’elles sont étrangères à l’historien et au philologue ; il déplore d’ailleurs qu’il y ait « un abîme » entre le croyant et le philologue. L’ensemble des émissions vise à retrouver le contexte du Coran, texte réputé être « un texte sans contexte », puisque ne s’y trouvent pour ainsi dire aucune indication d’ordre chronologique ou géographique, aucune information sur la vie de Mahomet, qui est reconstituée « sur la base de présupposés idéologiques » (Christian Robin, CNRS et Académie des inscriptions et belles lettres). Les intervenants cherchent à restituer les croyances des tribus mecquoises à l’époque de la vie de Mahomet, le climat de débats religieux qui déchiraient les communautés juives et chrétiennes, orthodoxes ou hérétiques, auxquels Mahomet aurait voulu mettre un terme par l’établissement d’une religion plus simple et plus claire, strictement monothéiste, capable de clore définitivement ces interminables querelles et de restituer la parole de Dieu dans sa pureté primitive. Ils s’interrogent sur les critères permettant de déceler ce qui, dans le Coran, peut provenir de textes antérieurs ou avoir été inspirés par eux : la Torah, le Talmud (à ce sujet, se pose la question de l’antisémitisme ou de l’antirabbinisme du Coran), le Nouveau Testament (à propos de la responsabilité des juifs dans la [fausse] mort de Jésus, Dominique Cerbelaud cite l’Évangile de Luc et les Actes des apôtres), les Apocryphes (les Évangile de Barnabé et du pseudo-Mathieu, le Protévangile de Jacques), la littérature chrétienne syriaque, d’où viennent d’ailleurs les mots Coran et sourates. Ils s’intéressent à la perception de la nouvelle religion dans les milieux chrétiens : Jean de Damas mentionne l’hérésie des Ismaélites dans le chapitre I de son Livre des hérésies (Gabriel Saïd Reynolds, University of Notre-Dame, USA). Ils exposent les diverses et vaines tentatives menées pour dater les 114 sourates, distinguer clairement les sourates mecquoises des sourates médinoises, expliquer leur « réunion » faite de telle sorte que tout semble décontextualisé et déshistoricisé (Frédéric Imbert, Université d’Aix-Marseille). Plusieurs intervenants prêtent une grande attention aux mots, par exemple « messie », à l’évolution de leur sens, notamment lors du passage d’une langue à l’autre (Jacqueline Chabbi, Université de Paris-8 ; Sidney H. Griffith, University Catholic of America).

6L’ensemble est d’une très grande érudition et l’on aura intérêt, après avoir vu ces sept épisodes, à se reporter aux travaux des divers intervenants, par exemple Jacqueline Chabbi, Le Coran décrypté. Figures bibliques en Arabie, Paris, Éditions du Cerf, 2014, ou Mohammad Ali Amir-Moezzi et Guillaume Dye (dir.), Le Coran des historiens. Études sur le contexte et la genèse du Coran, Paris, Éditions du Cerf, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Lalouette, « Jésus et l’islam, série documentaire de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur, Arte, 2015, rediffusée en 2021-2022 sur Arte. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 150 | 2021, 214-217.

Référence électronique

Jacqueline Lalouette, « Jésus et l’islam, série documentaire de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur, Arte, 2015, rediffusée en 2021-2022 sur Arte. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/17170 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.17170

Haut de page

Auteur

Jacqueline Lalouette

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search