Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150UN CERTAIN REGARDPluie noire, de Shôhei Imamura, J...

UN CERTAIN REGARD

Pluie noire, de Shôhei Imamura, Japon, 1989, 120 min.

Un film tragique et intimiste sur les irradiés d’Hiroshima
Chloé Maurel
p. 218-221

Texte intégral

1Ressorti au cinéma récemment à l’occasion du 75e anniversaire du bombardement d’Hiroshima par les États-Unis, ce film qui a reçu de nombreux prix en 1989 se penche sur le sort tragique des hibakusha, les irradiés des bombes atomiques lancées le 6 août 1945 sur Hiroshima et le 9 août 1945 sur Nagasaki. Le bombardement atomique d’Hiroshima aurait fait à lui seul 140 000 morts, selon le musée du mémorial pour la paix d’Hiroshima, et causé de nombreux cancers et autres pathologies graves et mortelles chez les survivants.

2Le film, intentionnellement tourné en noir et blanc, présente une très bonne reconstitution de l’explosion de la première bombe atomique à Hiroshima, explosion appelée en japonais le Gembaku. Les images montrent le nuage radioactif, les incendies et destructions dans la ville et les corps carbonisés des « irradiés-du-jour », ainsi que les lésions corporelles des « irradiés-d’après ». Ces images d’apocalypse, cauchemardesques, dans un paysage urbain devenu infernal, sont presque insoutenables et ont un caractère documentaire. Des irradiés ont la peau arrachée et boursouflée, comme ce petit garçon que son grand frère ne parvient même plus à reconnaître.

3On suit le destin d’une jeune fille, Yasuko, qui ne parvient pas à trouver un époux, car à chaque fois, lorsqu’ils apprennent qu’elle était présente à Hiroshima ce 6 août 1945 et qu’elle a été irradiée, ses prétendants ne veulent plus l’épouser, malgré le « certificat de bonne santé » que son oncle s’est employé à lui faire établir et que tous les habitants tiennent à recevoir. Elle vit après la guerre chez son oncle et sa tante à la campagne. Dans son entourage, de nombreux hibakusha tombent malades les uns après les autres, sujets à des vomissements et à des lésions annonciateurs de cancers.

4Un autre jeune homme, Yuichi, est traumatisé par le souvenir des chars américains qui ont écrasé ses camarades : ainsi il est terrorisé par tous les bruits de moteurs, ce qui l’amène à se jeter avec un bâton, dans un accès de folie furieuse, sous chaque véhicule en marche, croyant qu’il s’agit d’un tank et voulant le dynamiter. On voit donc non seulement les séquelles physiques, mais aussi les séquelles psychologiques de la Seconde Guerre mondiale.

5Pour se soigner tant bien que mal, les survivants d’Hiroshima utilisent des plantes, boivent du sang de carpe et font appel à des médiums. Mais ils tombent inévitablement malades un jour ou l’autre. C’est le cas de Yasuko elle-même, qui voit des lésions apparaître sur son corps, puis perd ses cheveux. Sa tante ne tarde pas à mourir. C’est le « Mal de l’Atome », causé par « l’Éclair qui tue ».

6Le film n’est pourtant pas totalement désespéré, comme on le voit avec le rapprochement tendre entre Yasuko et Yuichi, deux jeunes êtres purs, écorchés par la guerre, victimes innocentes de la bombe atomique.

7Plusieurs allusions à des événements historiques ponctuent l’intrigue : la reddition du Japon, annoncée par l’empereur le 2 septembre 1945, l’Appel de Stockholm, appelant au désarmement nucléaire en 1950, pétition signée par des millions de citoyens à travers le monde entier, et la guerre de Corée (1950-1953), durant laquelle les États-Unis envisagent de recourir à nouveau à l’arme nucléaire.

8Le film montre aussi le pacifisme viscéral des survivants, les hibakusha. Face à la guerre de Corée, l’oncle de Yasuko déclare : « même une paix injuste vaut mieux qu’une guerre juste ». Les hibakusha, qui ont été officiellement 650 000 (aujourd’hui il n’en reste plus que 136 000 en vie) se sont rassemblés en associations pour défendre leurs droits et ont souvent milité pour la paix et le désarmement.

9Le réalisateur, Shôhei Imamura, avait 19 ans en 1945 lors de l’explosion atomique d’Hiroshima. Pacifiste pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’était inscrit dans une école technique pour échapper à l’enrôlement dans l’armée japonaise. Après des études d’histoire, il a vécu de petits boulots dans la société japonaise de l’après-guerre meurtrie par la défaite, puis est devenu cinéaste, révélé au grand public en 1983 avec La Ballade de Narayama, Palme d’Or à Cannes.

10Pluie noire est l’adaptation du roman éponyme de Masuji Ibuse, lui-même inspiré par le journal intime de Shigematsu Shizuma, l’oncle de Yasuko. Le livre et le film s’inspirent donc d’une histoire vraie. Le film remporte plusieurs prix à Cannes en 1989 (prix spécial et prix technique), ainsi que des prix au Japon. Il dépeint une dure réalité sociale dans le Japon de l’après-guerre : la discrimination qu’ont subie les survivants des bombes atomiques, irradiés par la pluie noire résultant du nuage atomique. Beaucoup sont morts d’un cancer ou se sont suicidés.

11D’autres films sur Hiroshima avaient été tournés dans l’après-guerre au Japon, comme Les Enfants d’Hiroshima de Kaneto Shindo en 1952, relatant le retour d’une institutrice à Hiroshima, ou Hiroshima de Hideo Sekigawa en 1953, remarquable par sa précision réaliste, mais le film d’Imamura innove par son originalité et son aspect intimiste.

12La question de l’arme nucléaire est toujours d’actualité aujourd’hui : avec la pandémie de 2020-2021, les puissances nucléaires en ont profité pour augmenter leurs dépenses d’armement. Aujourd’hui, avec près de 1800 milliards de dollars, la dépense militaire mondiale a atteint son maximum depuis la fin de la guerre froide. Les États-Unis sont toujours en tête des dépenses militaires mondiales, suivis de la Chine, de l’Arabie Saoudite et de la Russie.

13Malgré la signature en 2017, sous l’égide de l’ONU, du Traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN), entré en vigueur en janvier 2021, et la remise du prix Nobel de la paix en 2017 à l’ICAN (International Campaign to Abolish Nuclear Weapon), dont font partie notamment le Mouvement de la paix, le mouvement Pugwash et l’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW), la prolifération nucléaire continue. Et la guerre civile en Syrie a vu une banalisation des armes chimiques. Ce film est donc plus que jamais d’actualité et salutaire pour amener les jeunes générations à condamner l’armement nucléaire et à prendre conscience de ses dangers, aussi bien humanitaires qu’écologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, « Pluie noire, de Shôhei Imamura, Japon, 1989, 120 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 150 | 2021, 218-221.

Référence électronique

Chloé Maurel, « Pluie noire, de Shôhei Imamura, Japon, 1989, 120 min. »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/17173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.17173

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search