Navigation – Plan du site

AccueilNuméros150LES CAHIERS RECOMMANDENT...Les Cahiers recommandent…

LES CAHIERS RECOMMANDENT...

Les Cahiers recommandent…

Anne Kienast, Frank Noulin et Jean-François Wagniart
p. 222-232

Texte intégral

ROMAN GRAPHIQUE

1Le roi des vagabonds, roman graphique de Patrick Spät et Bea Davies, traduit de l’édition allemande (2020) par Alexandre Pateau, Dargaud-Seuil, 2021.

2Ce beau roman graphique, préfacé par Annette Wieviorka, relate l’histoire de Gregor Gog, des années 1910 à sa fuite du camp nazi d’Heuberg en traversant avec un complice le lac de Constance gelé. C’est ce moment pathétique qui revient à plusieurs reprises dans le livre et, surtout, ouvre et clôt le récit. Au centre de cet ouvrage en noir et blanc, on découvre un destin et un mouvement ignorés de l’histoire, le projet révolutionnaire de Gog et ses amis de la Confrérie des vagabonds de fonder une « fraternité internationale des vagabonds » pour casser l’isolement et la passivité dans lesquels ceux-ci se trouvaient.

  • 1 Dès la fin de la République de Weimar, l’eugénisme social et le paradigme de la « sélection des pré (...)

3En 1927, il y a au moins 70 000 vagabonds en Allemagne, en 1932 ils sont près de 500 000. Victimes de la crise, ils passent de longs moments en prison et sont victimes de discrimination et d’une répression féroce1.

4Alors anarchiste, Gog crée en 1927 la Confrérie des vagabonds. Il participe à la création du journal Der Kunde (Le Trimardeur, voir les belles reproductions dans l’ouvrage) dont il devient rapidement le rédacteur en chef. Der Kunde devient l’organe central des vagabonds d’Allemagne et la Confrérie organise des expositions d’artistes vagabonds, notamment à Stuttgart2. C’est dans cette ville que celui que la presse surnomme « le roi des vagabonds » lance l’idée d’un Vagabundenkongress (congrès des vagabonds) qu’il veut international. La police ayant interdit la tenue du congrès, celui-ci a lieu en plein air, aux portes de la ville, du 21 au 23 mai 1929. Près de 600 personnes, dont une centaine de vagabonds, y participent malgré les arrestations massives de la police. Des personnalités politiques (communistes et anarchistes comme Erich Mühsam, qui fit l’éloge du lumpenproletariat), ainsi que des artistes et des écrivains (Maxim Gorki, Knut Hamsun), y prennent la parole. En 1930, Gog tourne un film muet de 49 minutes avec l’Autrichien Fritz Weiss, Vagabund, qui porte sur la vie quotidienne des gens qui ont décidé de vivre dans la rue. La philosophie vagabonde remporte un certain succès dans les médias et aboutit à la rédaction de nombreux textes militants3.

  • 4 Karl Marx (Le Manifeste du Parti communiste, Paris, LGF, (1848)1973, p. 19-20, et La Lutte des clas (...)

5D’abord très hostile au communisme et aux opinions de Marx sur le lumpenproletariat4, Gog adhère au Parti communiste allemand (KPD) en 1930, ce qui suscite la colère de ses camarades de tendance anarchiste, qui refusent pour la plupart la discipline du parti, l’accusent d’avoir été manipulé et de n’avoir vu que les « villages Potemkine » lors de son voyage en Union soviétique. La même année, le journal change de nom et devient Der Vagabund (Le Vagabond), qui loue le communisme stalinien comme seul rempart au nazisme. Le ton a changé, il abandonne les thèmes propres à l’identité révolutionnaire des vagabonds, qui deviennent pour lui une armée de réserve du communisme. L’aventure tourne mal avec la montée du nazisme. Le journal, qui n’a jamais tiré à plus de 1 000 exemplaires, décline et finit par disparaître. Gog et sa femme sont arrêtés en avril 1933. Après son évasion, il finit par rejoindre l’URSS où il mène une vie difficile, ne pouvant même pas bénéficier de l’aide aux émigrés politiques qui ne lui est pas reconnue. Malade et sans espoir, il se suicide le 22 septembre 1945.

  • 5 À la fin des années 1890, Mécislas Golberg anime en France le journal Sur le Trimard, organe de rev (...)
  • 6 Une barbarie qui s’attaque particulièrement aux sans-abri. En septembre 1933 a lieu un « raid de me (...)

6Le mérite de ce roman graphique est double. D’abord par le travail du scénariste Spät, qui met en avant une tentative unique5 à la fin des années 1920 et au début des années 1930 d’organiser ceux que l’on considère comme les rebuts de la société, incapables d’avoir une conscience politique. Judicieusement, il choisit de se servir de la scène de l’évasion pour marquer le point de rupture dans la vie de Gog. L’exil, le communisme soviétique ne lui donneront plus l’occasion d’être l’acteur révolutionnaire qu’il voulait être pour le bien des plus pauvres et des exclus. Par ailleurs, la dessinatrice Bea Davies utilise parfaitement le noir et blanc, choix pertinent pour montrer les contrastes entre les jours heureux (ceux du congrès par exemple) et les déboires de Gog, ses disputes et surtout l’irruption de la barbarie nazie6. Parfois le noir envahit l’image ou au contraire la lumière surgit, à l’instar de l’espoir de cette unité utopique que « le roi des vagabonds » a portée un moment au nom de tous ses frères errants.

POÉSIE

  • 7 « I will not go / Prefer a Feast of Friends / To the Giant family » : Jim Morrison, Une prière amér (...)

7Je préfère un festin d’amis à la famille géante7 : hommage à Jim Morrison, poète américain

8Ce 3 juillet 2021, le cimetière du Père-Lachaise, à Paris, vit affluer une foule inhabituelle : des centaines de visiteurs, de tous âges et de tous pays, venaient communier sur la tombe du poète et chanteur américain Jim Morrison, à l’occasion du cinquantième anniversaire de son décès d’une overdose dans la capitale.

  • 8 When the music’s over (« Quand la musique est finie »), chanson de l’album Strange Days (« Jours ét (...)

9C’est dire à quel point celui qui fut une des rock-stars les plus charismatiques et un des leaders de la révolte juvénile des années 1960 à la tête du groupe The Doors continue à fasciner des générations entières, par son magnétisme singulier et la fulgurance de sa trajectoire. Son slogan « We want the world and we want it now » (« Nous voulons le monde et nous le voulons maintenant8 ») exprime de manière intemporelle l’impatience et les frustrations de la jeunesse. Cinquante ans après, une « anthologie » regroupant tous ses textes, y compris de nombreux inédits, paraît enfin, en anglais, puis en français. Là était sa véritable vocation, car Jim Morrison se voyait avant tout comme un « homme de mots » et souffrait de ne pas être reconnu comme un poète, à l’instar de Rimbaud, qu’il admirait profondément.

  • 9 Chanson du premier album, The Doors, 1967.
  • 10 Différentes biographies sont disponibles en français, comme celle de Jean-Yves Reuzeau, Jim Morriso (...)
  • 11 Album The Doors.

10Il est vrai que son œuvre, regroupant des chansons, des poèmes et quelques essais, n’a été publiée et traduite que peu à peu, surtout de manière posthume. Morrison privilégie la forme brève, souvent proche du haïku, pour exprimer une vision soudaine, une émotion, une courte réflexion sur l’existence, à travers de nombreuses images, ce qui n’étonne guère chez quelqu’un qui décrocha une licence en cinéma et rêva de réaliser des films. Les thématiques abordées, tournant le plus souvent autour de la perte, du sexe et de la mort, révèlent une personnalité tourmentée, ainsi qu’une profonde remise en cause de l’éthique puritaine structurant la société américaine. Les chansons écrites pour The Doors saisissent encore par leur beauté sombre et l’âpreté de leur propos, où Morrison s’en va explorer des territoires inconnus, peuplés de fantasmes inavouables et d’inquiétantes créatures. Ainsi, dans The End (La Fin9), accomplit-il un voyage en lui-même, tel un chaman, durant lequel il ne rencontre que deuil et monstres, jusqu’à une scène œdipienne d’une rare crudité. En effet, fils d’un officier de l’US Navy, Jim a souffert de l’éducation stricte imposée par son père, ainsi que d’être ballotté par ses diverses affectations10. Dès l’adolescence, Morrison manifeste un rejet viscéral de l’autorité, de la « loi des pères », ce qui le pousse à des attitudes de défi allant crescendo durant sa carrière, jusqu’à lui valoir des démêlés avec la justice pour attitude « obscène » en concert. Il questionne les règles et les limites, appelant ses auditeurs à les dépasser dans Break on through to the other side (Évade-toi, passe de l’autre côté11).

  • 12 Aldous Huxley, The Doors of Perception, Chatto and Windus, Londres, 1954.
  • 13 William Blake, The Marriage of Heaven and Hell, 1793.

11Aller au-delà des apparences, éveiller les forces dionysiaques au détriment de l’ordre apollinien, voilà ce qu’entreprend Morrison en consommant des quantités considérables d’alcool et de substances psycho-actives. L’intrigant nom du groupe, « Les Portes », vient d’ailleurs du titre d’un ouvrage d’Aldous Huxley, Les Portes de la perception12, dans lequel celui-ci raconte son expérience de la mescaline. Ce titre est lui-même tiré de vers du poète anglais William Blake : « Si les portes de la perception étaient purifiées, chaque chose apparaîtrait à l’homme comme elle est, infinie13 ».

  • 14 Chanson de l’album L.A. Woman, le dernier des Doors avec Morrison, 1971.
  • 15 Pour une analyse du « cas Morrison », voir Didier Lauru, Jim Morrison, l’état limite du héros, Baya (...)
  • 16 As I look back, « Quand je regarde en arrière », Wilderness : The Lost Writings of Jim Morrison, vo (...)

12Mais ces portes donnent sur une contrée tragique où règne la pulsion de mort. Sa vie durant, Morrison se signale par des comportements autodestructeurs, comme s’il lui fallait marcher sur le fil ténu séparant la vie de la mort pour se sentir exister. La chanson Riders on the storm (Cavaliers dans la tempête14) exprime un poignant sentiment d’absurdité, d’irréalité : « Into this world we’re thrown / like a dog without a bone, an actor out of loan » (Dans ce monde nous sommes jetés / Comme un chien sans os, un acteur sans engagement). Ses addictions, son instabilité affective, ses écrits révèlent un mal-être profond, conduisant à un sentiment de dépersonnalisation et à une fragmentation du moi15, comme il l’exprime lui-même de manière pathétique dans un poème autobiographique de 1971 : « Which of my cellves / Will be remenber’d16 » (Duquel de mes Moi-cellules / Se souviendra-t-on ?).

  • 17 « I am the Lizard King / I can do anything » : The Celebration of the Lizard, « La Célébration du L (...)
  • 18 Notamment The Lords and the New Creatures, Simon and Schuster, New York, 1970.
  • 19 « Le WASP (Radio-Texas et son rythme épais) » sur L.A. Woman.

13Morrison est piégé par son personnage de provocateur outrancier, que la « famille géante » aime détester, lui qui, porté par une mégalomanie infantile – « Je suis le Roi Lézard, je peux tout faire17 », clamait-il –, croyait pouvoir manipuler la foule et les médias. Les recueils qu’il a publiés18 ne rencontrant guère qu’un succès d’estime, le séjour à Paris représente une tentative désespérée pour coïncider enfin avec son « vrai moi », le poète. Il est trop tard : ses démons intérieurs ne l’ont pas quitté et le conduisent à une fin sordide, laissant un goût d’amertume face à une vie et une œuvre inachevées. « I tell you this, no eternal reward / to forgive us now for wasting it all » (Je vous le dis, pas de récompense éternelle / pour nous pardonner maintenant d’avoir tout dévasté ), prophétisait-il dans The Wasp (Texas Radio and the Big Beat), peut-être son plus beau texte, où il dénonce « l’errance du rêve occidental » (the wanderin’ Western dream) mis en œuvre par les White Anglo-Saxon Protestant, qui ont fondé les USA et ne laissent que la « nuit sans espoir19 » (hopeless night) d’une civilisation esclavagiste et prédatrice.

  • 20 People are strange (« Les gens sont étranges »), sur Strange Days.

14« When you’re strange, no one remembers your name » (Quand tu es étrange, personne ne se rappelle ton nom20), chantais-tu, Jim, dans People are Strange. Nous sommes heureux de te contredire : le nom de James Douglas Morrison, poète américain (1943-1971), est loin d’être oublié.

15Jim Morrison, Anthologie, poèmes, carnets, retranscriptions et paroles, trad. Carole Delporte, Éditions Massot, Paris, 2021 (Collected Works, Harper and Collins, New York, 2021).

FILMS DOCUMENTAIRES

16Un pays qui se tient sage, documentaire français de David Dufresne, 2020, 90 min., disponible en DVD.

17Avant de devenir réalisateur, David Dufresne a été un journaliste engagé, qui s’est intéressé très tôt au sujet qu’il traite dans ce documentaire : le maintien de l’ordre. En novembre 2007, il tourne avec Christophe Bouquet Quand la France s’embrase21, film documentaire sur les émeutes des banlieues françaises en 2005. Dans la foulée et sur le même sujet, il publie Maintien de l'ordre : enquête, où il traite du mouvement anti-CPE (février-avril 2006). Il enquête également dans les années 2010 sur l’affaire de Tarnac22.

  • 23 De décembre 2018 à janvier 2021, il recense sur Mediapart un grand nombre de témoignages sur les vi (...)

18En 2018, il devient un spécialiste du mouvement des Gilets jaunes23, accumulant témoignages et scènes brutes de violences, tournées souvent sur le vif par des amateurs avec leur téléphone. Tout ce matériel est à l’origine de ce documentaire, qui tient son titre du commentaire d’un policier s’adressant aux lycéens de Mantes-la-Jolie contraints de se mettre à genoux pendant plusieurs heures, en décembre 2018 : « Voilà une classe qui se tient sage ! ». Cette scène, qui a beaucoup choqué, se retrouve dans le film comme un rappel de toutes les humiliations et les discriminations qui annoncent tous les éborgnements et les mutilations. Face à cela, la parole macronienne semble totalement désincarnée quand elle fait des Gilets jaunes des homophobes et des racistes.

  • 24 Max Weber, Le Savant et le Politique (1919), trad. de l’allemand par Julien Freund, Plon, 1959, 10/ (...)

19Outre ces images souvent choquantes, récurrentes dans ce film terriblement réaliste, Dufresne laisse la parole à des sociologues, des historien·nes, des responsables des forces de l’ordre, des avocats, des syndicalistes policiers, et bien sûr des Gilets jaunes. Une grande partie des échanges revient sur le concept de l’État détenant le monopole de la violence physique légitime, cher à Max Weber24. L’État, sûr de son bon droit, peut donc autoriser les policiers à user de la violence, car ils tiennent cette légitimité sous forme de délégation. Le tout s’accompagne d’une limitation des libertés individuelles symbolisée par l’état d’urgence, qui entre dans le droit commun.

  • 25 En mars 2019, la haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, demande aux au (...)

20Ce questionnement sur la légitimité est donc au cœur du film. Jusqu’où la répression policière et étatique peut-elle aller face à la violence de certains Gilets jaunes ? Les images répondent à cette question de la violence exagérée et systématique des forces de l’ordre. En écho, au niveau international, se font entendre de nombreuses critiques, en particulier celles émises par l’ONU25.

  • 26 Le réalisateur rappelle en images notamment la mort de Malik Oussekine (1986) et de Rémi Fraisse (2 (...)

21Le gouvernement peut bien rejeter dédaigneusement les accusations des défenseurs des droits humains, mais est-il encore légitime quand il utilise une répression disproportionnée face à un mouvement social, en ignorant ou détournant par des débats tronqués une colère, elle, légitime ? Les discours se croisent dans le film sur cette confiscation de la parole des exclus sur lesquels s’exercent à la fois une violence symbolique, au sens où l’entendait Bourdieu, et une violence de plus en plus physique et répressive26. Pour beaucoup d’intervenants, c’est un choix délibéré, celui d’un pouvoir au service d’intérêts privés et puissants et d’une idéologie qui impose ses objectifs sociaux et économiques par la violence en se servant des forces de l’ordre, elles-mêmes en partie victimes de cette politique instrumentalisée du maintien de l’ordre.

22Et pourtant, face à toutes les confrontations entretenues par le gouvernement, les médias et les réseaux sociaux, un des nombreux points forts de ce documentaire est la recherche du dialogue. Dufresne tente par tous les moyens de faire se rencontrer et échanger des personnes aux avis opposés. Ils sont placés devant ces images projetées qui éclairent leur visage dans l’obscurité, comme si, face à cette confrontation physique insoutenable, le réalisateur voulait réinstaller les principes du débat démocratique et de l’altérité. L’humanité réapparaît alors : les victimes réagissent, pleurent, expriment leur colère et certains policiers doutent de la façon dont le pouvoir utilise les forces de l’ordre dans les manifestations. Et si le seul moyen de sortir de cet engrenage et de cette remise en cause de l’état de droit était de réinventer ensemble une police républicaine, au service du peuple ?

23Vaste programme pour ce beau documentaire.

24The Last Hillbilly, un documentaire franco-qatari de Diane Sara Bouzgarrou et Thomas Jenkoe, 2020, 100 min. Sortie en DVD à l’automne 2021.

25Le film commence par des images saisissantes de cerfs en train de mourir, assoiffés, dévorés par une mystérieuse fièvre, tandis qu’une voix éraillée scande un poème aux accents bibliques, dans lequel l’agonie des animaux est lue comme le signe de la mort d’une terre et d’une culture, celle des hillbillies.

26Le terme « hillbilly », d’origine obscure, peut se traduire par « plouc des collines ». Il désigne de manière méprisante les habitants des régions les plus déshéritées des Appalaches, à l’est des États-Unis, qu’on accuse d’être « arriérés, incultes, consanguins » et d’avoir élu Trump, comme le souligne l’auteur du poème, Brian Ritchie. Celui-ci vit au cœur des montagnes du Kentucky et se voit comme « le dernier hillbilly », tant il est hanté par la conscience aiguë que cette communauté rurale, à laquelle il est malgré tout viscéralement attaché, est en train de disparaître.

27Les réalisateurs tracent un portrait sensible et attachant de Brian, qu’ils suivent pendant plusieurs années au sein de sa famille, un petit groupe qui semble vivre hors du temps, aux marges du monde moderne. L’évocation du passé, des parents disparus, revient de manière lancinante lors des réunions, des loisirs et travaux partagés, des moments de recueillement sur les tombes. À l’instar de Brian, le film baigne dans une mélancolie profonde mais sereine, qui procède de l’histoire somme toute tragique de cette région. Car les hillbillies d’aujourd’hui, nous rappelle-t-il, sont les descendants des colons qui ont massacré ou déporté les Amérindiens pour s’approprier leurs terres, avant de s’entretuer lors de la guerre de Sécession. Peut-être y a-t-il là une sorte de péché originel qu’il faudrait expier. Puis, au 20e siècle, l’industrie du charbon a investi la contrée, offrant pour un temps l’espoir d’une vie plus facile. Mais elle est repartie dès qu’elle a fini de piller la ressource, laissant sur place les mineurs et leurs familles comme des scories parmi d’autres, ainsi qu’une nature saccagée.

28Sur les flancs des collines ne restent plus que les derniers survivants d’un monde révolu. Les anciens mineurs meurent peu à peu ; quelques fermiers continuent à arracher leur maigre pitance d’une terre rude ; confrontés à l’ennui qui règne et au manque de perspectives, les enfants partiront, constate Brian, amer. La lumière décline au fur et à mesure du film, jusqu’à une très belle scène nocturne où Brian a réuni les plus jeunes autour d’un feu de camp pour les haranguer, en vain. Il lui faut se résigner : il sera bien « le dernier plouc » des collines du Kentucky, ultime légataire d’un univers marginal et déconsidéré, dont ce documentaire, inspiré, au lyrisme feutré, sait nous restituer la trace spectrale avant qu’il ne s’efface de la mémoire collective.

Haut de page

Notes

1 Dès la fin de la République de Weimar, l’eugénisme social et le paradigme de la « sélection des précieux sur le dos des inférieurs » s’imposent dans les discours, y compris de la social-démocratie. Sven Korzilius, « Évolution de la thématique des “asociaux” dans la discussion sur le droit pénal pendant la République de Weimar », Astérion, 2006-4. En ligne : <https://journals.openedition.org/asterion/511#quotation>.

2 Voir <http://fritz-haber.over-blog.com/2019/03/la-fraternite-des-vagabonds.html>, avec de très intéressants exemples de cet art vagabond.

3 VagabundenKongress Stuttgart Mai 1929, ed. Photothek, 17, texte de Diethart Kerbs, 31 p., et du même auteur, « Le congrès des vagabonds de Stuttgart », Marginales, n° 3/4, hiver 2004-2005, p. 223-229.

4 Karl Marx (Le Manifeste du Parti communiste, Paris, LGF, (1848)1973, p. 19-20, et La Lutte des classes en France, Paris, Messidor/Éditions sociales, 1984, p. 100) donne le ton en qualifiant le lumpenprolétariat (« prolétariat en haillons », assimilé au sous-prolétariat) de « putréfaction passive des couches les plus basses de la vieille société ».

5 À la fin des années 1890, Mécislas Golberg anime en France le journal Sur le Trimard, organe de revendication des sans-travail, puis Le Trimard, organe de revendication des sans-travail anticollectiviste (parution aléatoire de 1895 à 1898). C’est aussi une expérience unique pour faire connaître les revendications du sous-prolétariat dans un esprit de conquête de la dignité et d’affirmation sociale.

6 Une barbarie qui s’attaque particulièrement aux sans-abri. En septembre 1933 a lieu un « raid de mendiants » à l’échelle nationale. Des milliers de vagabonds sont emprisonnés dans les nouveaux camps de concentration. En 1942, les nazis organisent l’euthanasie des « asociaux » détenus dans les maisons de travail… Un sujet malheureusement oublié par les historien·nes, à l’image de « l’invisibilité » de cette population. Voir Benoît Massin, « La science nazie et l’extermination des marginaux », L’Histoire, Janvier 1998, n° 217, p. 54-59.

7 « I will not go / Prefer a Feast of Friends / To the Giant family » : Jim Morrison, Une prière américaine, Christian Bourgois, coll. 10/18, Paris, 1978, éd. bilingue, trad. Hervé Muller, p. 206-207 (An American Prayer, autoédition, 1970).

8 When the music’s over (« Quand la musique est finie »), chanson de l’album Strange Days (« Jours étranges »), 1967.

9 Chanson du premier album, The Doors, 1967.

10 Différentes biographies sont disponibles en français, comme celle de Jean-Yves Reuzeau, Jim Morrison, Gallimard, Folio Biographies, Paris, 2012. On peut aussi regarder le documentaire empathique de Tom Dicillo : When your’re strange, datant de 2009, réédité en 2021 avec un livret de Sylvain Fanet.

11 Album The Doors.

12 Aldous Huxley, The Doors of Perception, Chatto and Windus, Londres, 1954.

13 William Blake, The Marriage of Heaven and Hell, 1793.

14 Chanson de l’album L.A. Woman, le dernier des Doors avec Morrison, 1971.

15 Pour une analyse du « cas Morrison », voir Didier Lauru, Jim Morrison, l’état limite du héros, Bayard, coll. Légendes, Paris, 2008.

16 As I look back, « Quand je regarde en arrière », Wilderness : The Lost Writings of Jim Morrison, vol. 1, Villard, New York, 1988.

17 « I am the Lizard King / I can do anything » : The Celebration of the Lizard, « La Célébration du Lézard », enregistré en concert pour l’album Absolutely Live, 1970.

18 Notamment The Lords and the New Creatures, Simon and Schuster, New York, 1970.

19 « Le WASP (Radio-Texas et son rythme épais) » sur L.A. Woman.

20 People are strange (« Les gens sont étranges »), sur Strange Days.

21 Disponible sur Internet : <https://www.youtube.com/watch?v=CVAUiWFfXB4>.

22 Cette enquête menée pour Mediapart sera reprise dans son livre : Tarnac, magasin général (2012).

23 De décembre 2018 à janvier 2021, il recense sur Mediapart un grand nombre de témoignages sur les violences policières et les dérives de la politique de maintien de l’ordre. Voir : Six mois d’ « Allo Place Beauvau » : chronique des violences d’État, <https://www.mediapart.fr/journal/france/170519/six-mois-d-allo-place-beauvau-chronique-des-violences-d-etat> ou <http://www.davduf.net/alloplacebeauvau-bilan>.

24 Max Weber, Le Savant et le Politique (1919), trad. de l’allemand par Julien Freund, Plon, 1959, 10/18, 2002, p. 100-101.

25 En mars 2019, la haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, demande aux autorités françaises d’enquêter sur les violences policières commises en marge des manifestations des Gilets jaunes. À noter qu’en avril, Le Monde dévoile un document du gouvernement français qui rejette catégoriquement ces accusations et justifie l’usage de la force.

26 Le réalisateur rappelle en images notamment la mort de Malik Oussekine (1986) et de Rémi Fraisse (2012), victimes de cette répression systématisée des mouvements contestataires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Kienast, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent… »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 150 | 2021, 222-232.

Référence électronique

Anne Kienast, Frank Noulin et Jean-François Wagniart, « Les Cahiers recommandent… »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 150 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/17178 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.17178

Haut de page

Auteurs

Anne Kienast

Articles du même auteur

Frank Noulin

Articles du même auteur

Jean-François Wagniart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search