Navigation – Plan du site

AccueilNuméros151DOSSIERLa diffusion des techniques le lo...

DOSSIER

La diffusion des techniques le long des Routes de la soie du 8e au 13e siècle

Didier Gazagnadou
p. 61-71

Résumés

Cet article étudie deux cas de diffusions techniques : l’origine et la diffusion des étriers en Eurasie et la diffusion du système postal chinois par les Mongols. Ces cas sont liés à deux périodes majeures dans l’histoire des Routes de la soie, ou réseaux commerciaux eurasiatiques : la période islamique et la période mongole, deux périodes qui constituent, du 8e au 13e siècle, des moments essentiels dans l’histoire des diffusions du fait de la mise en place de nouveaux réseaux d’échanges économiques. Dans ces réseaux, les marchands et les nomades ont contribué fortement à la diffusion de toutes sortes de techniques à une échelle très importante.

Haut de page

Texte intégral

1Les Routes de la soie furent des réseaux commerciaux qui relièrent les mondes chinois, indien, moyen-orientaux et méditerranéen entre l’Antiquité et le bas Moyen Âge. Les transports de marchandises facilitèrent les contacts et donc les diffusions de types techniques, scientifiques et culturels entre ces différentes civilisations. Étudier ces échanges et les diffusions permet de repenser les relations entre ces différentes cultures et ces systèmes sociaux (nomades et sédentaires, marchands et États, par exemple) et nous contraint à repenser la notion d’identité culturelle.

2Nous exposerons ici deux cas de diffusion de techniques liés à deux grandes périodes dans l’histoire des Routes de la soie (ou réseaux d’échanges eurasiatiques) : la période islamique et la période mongole, qui constituent, du 8e au 13e siècle, des tournants dans l’histoire des diffusions par la mise en place de nouveaux réseaux d’échanges économiques, au sein desquels marchands et nomades, en particulier, vont contribuer à des désenclavements et à des diffusions et emprunts de toutes sortes à une échelle considérable.

3Comment se sont effectuées ces diffusions, et que révèlent-elles concernant le rôle essentiel des Routes de la soie à cette époque-clé ?

4Nous examinerons tout d’abord les conditions concrètes de circulation sur les Routes de la soie, puis un premier cas de diffusion d’un objet technique, à savoir les étriers, qui de Haute-Asie vont atteindre la Chine, puis l’Iran et le monde arabe, cela entre le 3e siècle AEC et le 8e siècle EC ; enfin, nous montrerons comment les Mongols, lors de leur conquête, ont emprunté à la Chine des Song leur système postal à relais et l’ont diffusé dans l’ensemble de leur empire ; ce système de transport de l’information fut si efficace qu’il fut emprunté à son tour par le sultanat mamelouk.

Modes de circulation sur les Routes de la soie

5Le commerce, les échanges, les circulations humaines sur les Routes de la soie se font sur deux grands types d’espace (maritime et terrestre), mais d’une manière plus importante par les voies terrestres : ce sont des parcours, des pistes, des chemins qui sillonnent des plaines, des steppes, des déserts, parfois des montagnes, sur lesquels les hommes se déplacent avec des caravanes de chameaux, de dromadaires, de mulets, de chevaux et d’ânes. Ces caravanes font des haltes régulières, autant que faire se peut, dans les caravansérails installés le long de ces parcours. Ainsi, les rythmes de circulation sont inévitablement lents, et ils le seront longtemps, mais peu importe la vitesse : les circuits sont là, constitués, vifs, actifs, permanents, risqués bien sûr, mais si les marchandises arrivent à bon port, les gains sont à la hauteur.

6Les deux techniques sont d’ordre différent, l’une est un objet technique compris dans un agencement technologique lié à la monte à cheval : les étriers ; la seconde, à une technique de pouvoir qui nécessite un important support technique : la poste à relais d’animaux.

La diffusion des étriers dans le Moyen-Orient islamique

  • 1 Lynn White Jr., « Étrier, combat à cheval et féodalité », dans Technologie médiévale et transformat (...)

7En 1962, dans un article passionnant, Lynn White Jr. a tenté de reconstituer l’histoire des étriers en Eurasie en déterminant leur origine et leur diffusion vers le Moyen-Orient, puis l’Europe. Enfin, il se proposait de mesurer l’impact sociopolitique de cette invention technique sur la société médiévale européenne. Il affirme que l’idée première de l’étrier avait son origine en Inde (2e siècle avant notre ère), mais que l’invention concrète des vrais étriers (paire en métal) est d’origine chinoise (5e siècle de notre ère). Les étriers se seraient diffusés parmi les nomades des steppes, puis vers le Moyen-Orient et l’Europe1.

Les étriers : une origine indienne, chinoise ou turco-mongole ?

  • 2 Michel Cartier, « Considérations sur l’histoire du harnachement et de l’équitation en Chine », dans (...)

8En Inde, ce que White avait considéré comme des étriers indiens ne sont en fait que des sangles d’orteils cérémonielles, c’est seulement au 9e siècle que l’on rencontre des étriers en Inde du Nord. Dans un article sur le harnachement et l’équitation en Chine, le sinologue Michel Cartier avançait la thèse de l’invention chinoise des étriers, qu’il date « au mieux » du début du 4e siècle. Les premiers étriers modernes dateraient de la dynastie des Wei septentrionaux (386-532)2, en fait la plus ancienne paire d’étriers de 382 au Jiangsu, donc avant la dynastie des Wei septentrionaux.

  • 3 Didier Gazagnadou, « Les étriers : contribution à l’étude de leur diffusion de l’Asie vers les mond (...)
  • 4 Damdinsurenjin Tseveendorj, « Horse and Mongols », dans, The Prehistory of Asia and Oceania, n° 16, (...)

9Pour notre part, nous considérons que de nombreux éléments fondent notre hypothèse d’une invention des étriers par les nomades des steppes3. Tout d’abord, les plus anciens étriers ont été découverts dans des sépultures xiongnu et sont datés entre le 3e et le 1er siècles avant notre ère4. Cette découverte n’est pas très étonnante : en effet, l’invention des étriers est à mettre en relation avec les civilisations du cheval (turque, mongole, etc.) et avec des inventions comme le pantalon, la selle et celle des techniques de dressage du cheval (inventions des nomades des steppes d’Asie), toutes empruntées par les armées chinoises. Nous y ajoutons de notre côté un élément qui n’a pas retenu l’attention des chercheurs, à savoir le rapport entre étriers et bottes. Il paraît en effet difficile de séparer le problème des étriers de celui des bottes. Les bottes, surtout pour les premiers types d’étriers faits d’une simple et fine tige de métal, sont une condition essentielle pour que les étriers n’occasionnent pas de blessures. Or, les nomades turco-mongols fabriquent et portent des bottes en feutre depuis l’Antiquité, à cause du climat froid et de l’utilisation des étriers. Il convient de mettre en relation étriers, selle, pantalon, botte, organisation sociale nomade, et de considérer le rapport de ce type de société à l’espace, au cheval et à la guerre. Les nomades le diffusèrent lors de leurs différentes migrations et des guerres qu’ils livrèrent aux États sédentaires, ce qui entraîna son emprunt par la Chine et par les mondes sassanide, byzantin et arabe.

  • 5 Lynn White, op. cit., p. 13.

10De l’Asie orientale, les étriers allaient atteindre le Moyen-Orient. White pensait que les armées sassanides ne connaissaient pas les étriers avant leur introduction par les Arabes vers la toute fin du 7e siècle. Il pose l’idée que les Arabes ne connaissaient pas les étriers et que c’est en pourchassant les Azraqites (musulmans contestataires) assez profondément en Iran qu’en 694 le chef militaire arabe Muhallab leur aurait emprunté les étriers, les Azraqites venant eux-mêmes de les emprunter en Iran où, en provenance du Turkestan, ils avaient été récemment introduits5 ! Cette thèse, aussi séduisante soit-elle, n’est pas très vraisemblable. Pour démontrer que les Perses ne connaissaient pas les étriers, White avance plusieurs arguments : tout d’abord, il dit que l’on ne trouve pas de représentations d’étriers et que le célèbre plat argenté iranien du musée de l’Ermitage (chasse au lion et au sanglier) où l’on voit nettement l’étrier gauche du cavalier, date du 7e siècle ou du tout début du 8e siècle. Ensuite, White affirme que la Perse n’a jamais connu les étriers, car le mot utilisé pour les désigner est le mot arabe (rikâb ; rékâb en persan).

  • 6 Bruno Overlaet, « Organisation militaire et armement », dans Splendeur des Sassanides, catalogue de (...)
  • 7 Georgina Hermann, « Parthian and Sassanian Saddlery. New Light from the Roman West », dans L. De Me (...)
  • 8 Ibid., p. 771.

11Contre cette idée de l’absence d’étriers dans les armées sassanides, on peut apporter des indices attestant de la présence d’étriers en Perse. Premièrement, des étriers ont été découverts dans le nord de l’Iran et sont datés du 7e siècle, voire de la fin du 6e siècle, donc de l’époque sassanide6. En second lieu, l’étude de Georgina Herrmann7 sur les selles sassanides et son réexamen d’une fresque de la grande grotte de Taq-e Bostan l’amènent, vu la position des jambes et des pieds de certains cavaliers, à poser la question de la présence d’étriers vers la fin de la période sassanide. Dans cette scène de chasse, la posture des cavaliers et la position de leurs jambes suggèrent la présence d’étriers, contrastant avec la position des jambes pendantes sous le ventre du chevalet des pieds du roi qui, dans le haut de la fresque, se tient à cheval, protégé par un parasol. Cette sculpture date du règne de Khosrow II (591-628) et appartient « indubitablement à l’époque sassanide tardive8 ».

  • 9 Ibn Qutayba, « Kitâb al-’arab », dans Rasâ’il al-bulaghâ’, Le Caire, M. Kurd Ali’ (éd.), 1954.

12On ajoutera deux éléments supplémentaires. Il s’agit d’un passage d’Ibn Qutayba (828-889), extrait de son Kitâb al-’arab9, qui, à notre connaissance, n’a jamais été mentionné comme source. Cet auteur écrit que les Arabes montaient à cheval sans étriers et parle, par opposition, de la cavalerie sassanide, qui avait bien plus de moyens et de meilleures armes. De même, Jâhiz parle du goût viril des Arabes pour une monte sans étriers, et les oppose à certains d’entre eux qui fréquentent les ’ajam (c’est-à-dire les Persans) et qui, de ce fait, sont sensibles à une autre forme de monte :

  • 10 Jâhiz, Al-Bayân wa’l-tabyin, Beyrouth, Dâr al-fikr li’l-jamî’ (éd.), 1968, vol. II, T. 3, p. 41.

« Ils [les Persans] ont dit [...] : lors de la guerre, vous [les Arabes] montiez les chevaux sans rien [sans selle]. Et même quand un cheval avait une selle, c’était une “selle” de dromadaire en cuir et sans étriers, alors que l’étrier est le meilleur instrument pour le guerrier, avec la lance comme avec le sabre, car il peut se mettre debout en s’appuyant dessus […] »10

  • 11 Richard N. Frye, The Golden Age of Persia. Arabs in the East, London, Weidenfeld and Nicolson, 1975 (...)

13Ainsi, ces premiers éléments réunis nous incitent à faire l’hypothèse d’une adoption des étriers par les Sassanides au cours du premier quart du 7e siècle ou à la fin du 6e siècle. Notre thèse consiste à penser, d’une part, que les armées sassanides connaissaient les étriers, mais ne les employaient que d’une manière limitée dans certains corps d’armée, dans leur cavalerie lourde qui, dans le combat à cheval et les coups de lance, rend les étriers nécessaires. D’autre part, c’est bien en Perse que les Arabes, y compris bien sûr les musulmans kharijites, empruntèrent les étriers en métal, probablement dès le début de la conquête islamique, lors des combats avec la cavalerie sassanide dans le Bas-Irak, lors de la bataille de Qadisiyya (635-637), bataille au cours de laquelle un important groupe de cavaliers sassanides installés à Basra rallièrent les musulmans11.

14Pour conclure sur ce point, il nous semble qu’il faut abandonner l’essentiel des thèses de White, notamment l’idée que les Perses n’eurent pas connaissance des étriers et que les Arabes les introduisirent en Iran ; ou encore qu’ils soient une invention chinoise, mais des questions demeurent. Pourquoi la cavalerie sassanide a-t-elle mis si longtemps à adopter les étriers ? Et leur adoption par les cavaleries européennes médiévales fut-elle l’élément décisif qui bouleversa l’ordre social en Europe médiévale ? De nouvelles recherches, notamment archéologiques, apporteront certainement des éléments inédits et de nouvelles réponses.

La diffusion du système postal chinois dans l’empire mongol

  • 12 Didier Gazagnadou, La Poste à relais en Eurasie, la diffusion d’une technique d’information et de p (...)

15Lors des conquêtes au 13e siècle, les Mongols vont emprunter le système postal chinois et le diffuser dans tout leur empire12.

  • 13 Yuan Chen, « A Study of the Postal System in the Tang Dynasty», dans Yenching Annual of Historical (...)

16L’existence de la poste d’État à relais de chevaux en Chine est attestée par de très anciennes sources et confirmée ensuite dans toutes les dynasties, du 4e siècle AEC jusqu’à la fin du 19e siècle. Cette poste ne transporte que les correspondances de l’État et des fonctionnaires. Après les périodes de troubles et de démantèlement de l’empire et la reconstitution de pouvoirs locaux ou régionaux, on trouve, dans tous les codes administratifs et juridiques, des mentions régulières du service postal (yi), de ses relais, de ses courriers et de ses chevaux de poste. Pour la dynastie des Tang (612-907), nous possédons une étude détaillée du système postal13, qui nous livre une carte du réseau des routes postales qui maillaient l’espace impérial, et de nombreuses informations. Ce réseau de routes équipées en relais de poste couvrait la quasi-totalité de l’empire chinois et reliait la capitale impériale (Chang’an, aujourd’hui Xi‘an) à toutes les villes principales et à tous les points stratégiques. L’administration postale était sous le double contrôle de la grande chancellerie impériale et du ministère des Armées. Toute une série de personnels civils et militaires y était rattachée, tant dans la capitale que dans les préfectures et les sous-préfectures. Ces personnels devaient veiller à la mise en circulation rapide et régulière, dans la capitale et en province, des correspondances, des décrets et des directives de l’État qui étaient remis à l’administration postale par les bureaux des autres administrations. Ils devaient également veiller à la gestion et la bonne marche de l’ensemble du réseau de relais de poste. Dans chaque relais de poste, on trouvait un directeur (yizhang), un certain nombre d’employés (employés aux écritures, palefreniers, serviteurs, etc.), des chevaux, des mules, des ânes, voire des chameaux et des yaks dans des régions comme l’Asie centrale ou le Tibet, appartenant à l’administration postale ; des voitures de poste et, dans le cas des relais fluviaux, des bateaux de poste. Des pâturages proches du relais lui étaient attribués. Chaque année, le directeur devait rédiger un rapport précis sur son relais en y mentionnant l’état de santé des animaux, l’état des bâtiments, la liste du personnel, la nature et le nombre des corvées relatives au relais imposées et effectuées par les familles des villages avoisinants, la liste des courriers et des fonctionnaires ayant utilisé le relais, etc. Ce rapport était envoyé d’une part aux autorités provinciales et, d’autre part, à la capitale. En ce qui concerne la transmission des correspondances elle-même, il y avait des courriers à pied ou à dos d’âne pour les petites et difficiles distances et le courrier non urgent. D’autre part, les courriers à cheval se divisaient en deux catégories : les courriers normaux et les courriers express. Le messager lui-même était muni d’un laissez-passer et d’une tablette d’autorité impériale (païzi) délivrée par la chancellerie impériale et contrôlée par les directeurs de relais. Cette tablette, signe du pouvoir impérial, permettait aux courriers d’utiliser les relais, de changer de monture, voire de faire des réquisitions. Les relais étaient installés à peu près tous les 20 km. Un courrier à cheval était autorisé à parcourir, en moyenne, l00 km par jour, soit environ 5 à 6 relais ; des courriers express, en moyenne 300 km, soit environ 16 relais ; une voiture de poste, environ 80 km, environ 4 relais. Chen donne des chiffres précis sur le nombre et le type de relais du service postal. Nous savons ainsi qu’il y avait à cette époque 1 643 relais de poste, dont 1 297 relais terrestres, 260 relais fluviaux et 86 relais mixtes. Le réseau postal devait couvrir environ 35 000 km, peut-être plus, car nous ne connaissons pas l’ampleur du réseau parcouru par les courriers à pied. À partir des chiffres donnés par ces différentes sources sur le personnel et les animaux des relais, il est possible de faire des estimations, qui ne peuvent être qu’approximatives, mais tout de même indicatives. Ainsi, en prenant une moyenne de 30 chevaux par relais (les sources parlent de 10 à 60 chevaux, sans compter la capitale), le service des relais devait compter, en permanence, un peu plus de 40 000 chevaux de poste. Avec une moyenne de 4 bateaux par relais fluvial, on aurait eu 1 384 bateaux de poste. Enfin, avec une moyenne de 12 personnes par relais (les sources donnent de 2 à 25 par relais), il devait y avoir près de 20 000 employés. Tout en insistant sur le caractère incertain de ces chiffres, ils révèlent bien l’importance conférée par l’appareil d’État chinois à l’administration postale et son coût financier élevé, notamment à cause du prix élevé des chevaux que l’administration des haras achetait aux éleveurs nomades turco-mongols des steppes. Ce service postal et son réseau de relais fut repris et développé, du 10e au début du 13e siècle, par l’administration de la dynastie des Song.

  • 14 Arthur Waley, Li Chi-Ch’ang, The Travel of an Alchemist. The Journey of the Taoist Ch’ang-Ch’un Fro (...)
  • 15 Joveiny, Târix-e jahân gushâ, vol. 1, Mirza Muhammad ed., London, Gibb Memorial Series, vol. 16, p. (...)
  • 16 Marco Polo, Le Devisement du monde, le livre des merveilles, vol. 1, Paris, La Découverte, 1982, p. (...)

17Lorsqu’au début du 13e siècle les Mongols s’emparent de la Chine des Song (Pékin est prise en 1215), ils ne possèdent que de simples messagers (ilchi), mais du fait de l’extension considérable de leurs lignes de communication et de la nécessité d’une transmission régulière et rapide des informations, ils empruntent le système chinois de relais de poste et l’installent progressivement dans tout leur empire, au fur et à mesure de leur conquête, tout d’abord en Mongolie et en Asie centrale14, puis en Iran-Irak15 et en Russie. Le terme utilisé dans les sources persanes pour désigner la poste à relais est, en général, le mot mongol jam (route, chemin), qui, en persan devient yâm. Ce terme peut aussi désigner le relais de poste lui-même. Le jamci est, la plupart du temps, le fonctionnaire ou l’employé de relais et yulaci, le courrier de poste. Les Mongols ont conservé les grandes caractéristiques du service postal chinois, dont celle consistant à délivrer aux courriers de poste la fameuse plaque ou tablette d’autorité (chinois : paizi ; mongol : pajiza ; persan : pâizé ; arabe : bâiza). Mais ils ont donné à leur service postal une efficacité supplémentaire et une articulation plus grande avec l’armée en créant, en plus de la poste à relais de chevaux régulière (morin yâm), une poste aux chariots (tergen yâm), une poste secrète (narin yâm) très rapide, dont les courriers pouvaient parcourir entre 300 et 450 km en 24 heures, et probablement réservée à la transmission d’informations destinées à la haute hiérarchie civile et militaire mongole, ainsi qu’au Khân lui-même. L’ensemble du réseau de routes et de parcours équipés en relais de poste de l’empire mongol, à son meilleur moment et d’après différents éléments, a peut-être représenté près de 60 000 km (30 000 pour la Chine, 20 000 pour la Mongolie, l’Asie centrale, la Russie et autour 10 000 pour l’Iran-Irak). On peut donc supposer l’existence de 2 500 à 3 000 relais de poste, la présence d’environ 125 000 à 150 000 chevaux de poste (Marco Polo dit 200 00016) et peut-être 7 000 à 8 000 personnes affectées à ces relais. Cette organisation de la transmission des nouvelles a sans aucun doute été un des facteurs décisifs des victoires foudroyantes des armées mongoles à une telle échelle et de l’assujettissement rapide des populations.

18Après la prise de Bagdad en 1258, Hulagu, Ilkhân d’Iran-Irak, décide de poursuivre ses conquêtes vers l’ouest et envahit la Syrie au début de l’année 1260. Une partie des troupes mongoles s’avance dans le nord de la Palestine. L’armée mongole, commandée par Kitbugâ, est battue par les troupes du sultan mamelouk Qutuz à ‘Ayn Jâlût en septembre 1260 et expulsées de Palestine et de Syrie vers la fin de septembre 1260. Et curieusement, la poste à relais mamelouke est mise en place entre le 6 décembre 1260 et le 25 novembre 1261 (année 659 de l’hégire) dans les mois qui suivent le retrait mongol !

  • 17 Jean Sauvaget, La Poste aux chevaux dans l’empire mamelouk, Paris, Adrien Maisonneuve, 1941.

19L’organisation de la poste mamelouke a été remarquablement étudiée par Jean Sauvaget17. Les premières routes postales relièrent Le Caire à la frontière de l’Euphrate, dans le but d’obtenir rapidement des informations sur le mouvement des troupes mongoles. Les nouvelles mettent, grâce à ce système de relais, quatre jours entre Damas et le Caire. Les relais sont installés en moyenne tous les 20-25 km. On utilise des chevaux, des dromadaires, des pigeons et des signaux optiques (au moyen de feux la nuit et de fumée le jour). À la fin du règne du sultan Baybars, le réseau postal couvrait environ 3 000 km de routes et parcours.

  • 18 Toru Haneda, « Une tablette du décret sacré de l’empereur Genghis », dans Memoirs of Research Depar (...)

20La soudaine apparition de la poste à relais mamelouke avait évidemment intrigué Jean Sauvaget qui, dans son travail, avait émis dans une note l’hypothèse d’une possible influence du modèle mongol. Il n’explora pas cette hypothèse, d’autant qu’il pensait que la plaque ronde des courriers de poste (lawh al-barîd) portée par les courriers mamelouks, d’environ 12 cm de diamètre, en argent ou en cuivre argenté, était totalement différente de la plaque des courriers mongols (païza), se référant aux plaques sino-mongoles de type rectangulaire. Or, il se trouve que des païza mongoles, utilisées en particulier par les courriers militaires, notamment lors des campagnes, ont été découvertes18 et sont presque identiques à celles des courriers mamelouks : rondes, d’une douzaine de centimètres de diamètre, en or, en argent ou en cuivre. D’autre part, une source arabe du 13siècle, que Jean Sauvaget n’a pas utilisée, atteste clairement de la mise en place en Syrie, par les armées mongoles, d’un service de relais de poste, au moins sous la forme du système de relais de poste militaire provisoire et du port par ces courriers de la fameuse plaque de poste, appelée tamgâ dans cette source arabe. Le texte dit exactement ceci :

  • 19 Qirtay al-khazandari, Târîkh, extrait d’une chronique arabe, éd. et trad. G. Levi Della Vida, Rome, (...)

« Hulagu me dit [il s’agit d’un cavalier mamelouk capturé par les Mongols] : peux-tu faire venir jusqu’à moi ton maître al-Malik al-Ashraf, gouverneur de Homs ? je dis oui. [...] Hulagu ordonna qu’on me donne des chevaux [...], j’enfourchai ma monture, pris avec moi dix chevaux, je passai autour de mon cou la tamgâ, c’est à dire la plaque de poste, je menai mes montures et arrivai à Gaza. [...]»19

21Par ailleurs, nous savons par Qalqashandî que cette plaque de poste mamelouke était attachée autour du cou au moyen d’un cordon de soie jaune. Or, la couleur impériale chinoise est le jaune et nous savons que la poste chinoise transportait les mémoires destinés à l’empereur enveloppés dans des foulards de soie jaune. Les Mongols ayant suivi les usages chinois en matière postale, il n’est pas impossible que leurs courriers de poste aient également attaché leur plaque avec un cordon ou un foulard de soie jaune. En même temps que la poste à relais apparaît sur les nouvelles monnaies mameloukes frappées à la fin de de cette même année 1260, ainsi que sur les relais, un nouveau symbole héraldique, en l’occurrence un lion marchant. Les numismates, après avoir étudié les symboles héraldiques des dynasties précédentes, en font une invention du sultan Baybars. Il se peut en effet qu’il s’agisse d’inventions simultanées, mais, coïncidence étrange, des monnaies mongoles d’Iran-Irak, il est vrai un peu postérieures, portent le même symbole héraldique et les dépenses de numéraires en argent par les Mongols en Syrie sont attestées. Enfin, il est remarquable que les sources arabes ne parlent que d’envoyés (rasûl) et ne mentionnent jamais l’existence d’un quelconque service postal avec relais (markaz) et stations de poste (mawqif) pour les années qui précédent l’invasion mongole de la Syrie et la création de la poste mamelouke. Enfin, nous savons que de nombreux fonctionnaires arabes furent, de gré ou de force, pendant cette occupation mongole de la Syrie, au service de ce nouveau pouvoir.

22L’ensemble de ces données, et en particulier la similitude des plaques des courriers de poste mamelouks et mongols, permet, nous semble-t-il, d’affirmer qu’il s’agit bien là d’un cas de diffusion d’une institution, en l’occurrence d’une technique étatique de transmission des nouvelles entre l’Asie orientale et le Moyen-Orient, diffusion qui aura pris environ un demi-siècle.

23Ce cas de diffusion est intéressant en ce qu’il montre la possibilité d’une diffusion complexe sur le plan technique et directement réalisée par des appareils d’État et leur bureaucratie. L’histoire des appareils d’État est liée à une véritable politique de l’information qui fut, très tôt et jusqu’aux 15e-16e siècles (à l’exception, il est vrai du cursus publicus romain), surtout une caractéristique des États d’Orient et d’Extrême-Orient, signe du haut niveau de leurs développements bureaucratiques.

  • 20 Joseph Needham, La Science chinoise et l’Occident, Paris, Seuil, 1973, p. 100.

24En conclusion, on remarque que les diffusions de techniques sur les Routes de la soie se font dans le sens est-ouest, de Chine vers l’Ouest, ce qui est cohérent avec les analyses de Joseph Needham qui a mis en évidence un développement technique et scientifique chinois supérieur à celui des autres civilisations jusqu’au 16e siècle20. Mais avec l’effondrement progressif de l’Empire mongol et les conflits qui vont suivre aux 14et 15e siècles au Moyen-Orient, ces réseaux des Routes de la soie vont se fermer presque définitivement et les cas de diffusion devenir beaucoup moins importants.

Haut de page

Notes

1 Lynn White Jr., « Étrier, combat à cheval et féodalité », dans Technologie médiévale et transformations sociales, Paris, Mouton-Ehess, p. 1-53.

2 Michel Cartier, « Considérations sur l’histoire du harnachement et de l’équitation en Chine », dans Anthropozoologica, n° 18, p. 29-43.

3 Didier Gazagnadou, « Les étriers : contribution à l’étude de leur diffusion de l’Asie vers les mondes iranien et arabe », dans Techniques & culture, n° 37, 2001, p. 155-171.

4 Damdinsurenjin Tseveendorj, « Horse and Mongols », dans, The Prehistory of Asia and Oceania, n° 16, p. 89-93, 1996, (colloquium XXXI : The Evolution of Nomadic Herding Civilisations in the Northern European Steppes, The Tools of Archaeology and History Compared, ABACO Edizioni).

5 Lynn White, op. cit., p. 13.

6 Bruno Overlaet, « Organisation militaire et armement », dans Splendeur des Sassanides, catalogue de l’exposition de Bruxelles, Musées royaux d’Art et d’Histoire, 1993, p. 93.

7 Georgina Hermann, « Parthian and Sassanian Saddlery. New Light from the Roman West », dans L. De Meyer et E. Haerinck (eds), Archaeologia Iranica et Orientalis. Miscellanea in Honorem Louis Vanden Berghe, vol. II, p. 757-809.

8 Ibid., p. 771.

9 Ibn Qutayba, « Kitâb al-’arab », dans Rasâ’il al-bulaghâ’, Le Caire, M. Kurd Ali’ (éd.), 1954.

10 Jâhiz, Al-Bayân wa’l-tabyin, Beyrouth, Dâr al-fikr li’l-jamî’ (éd.), 1968, vol. II, T. 3, p. 41.

11 Richard N. Frye, The Golden Age of Persia. Arabs in the East, London, Weidenfeld and Nicolson, 1975, p. 61.

12 Didier Gazagnadou, La Poste à relais en Eurasie, la diffusion d’une technique d’information et de pouvoir, Chine-Iran-Syrie-Italie, Kimé, Paris, 1994 (trad. anglaise : The Diffusion of a Postal System in the Premodern Eurasia, Paris, Kimé, 2016).

13 Yuan Chen, « A Study of the Postal System in the Tang Dynasty», dans Yenching Annual of Historical Studies (che hiue nien pao), Historical Society of Yenching University ed., I, 5, August (en chinois, traduction privée d’Isabelle Ang).

14 Arthur Waley, Li Chi-Ch’ang, The Travel of an Alchemist. The Journey of the Taoist Ch’ang-Ch’un From China to the Hindukush at the Summons of Chingiz Khan, Routledge and Kegan, 1963.

15 Joveiny, Târix-e jahân gushâ, vol. 1, Mirza Muhammad ed., London, Gibb Memorial Series, vol. 16, p. 23-24.

16 Marco Polo, Le Devisement du monde, le livre des merveilles, vol. 1, Paris, La Découverte, 1982, p. 251-257.

17 Jean Sauvaget, La Poste aux chevaux dans l’empire mamelouk, Paris, Adrien Maisonneuve, 1941.

18 Toru Haneda, « Une tablette du décret sacré de l’empereur Genghis », dans Memoirs of Research Department of Tôyô Bunko, n° 8, The Oriental Library, 1936, Tokyo.

19 Qirtay al-khazandari, Târîkh, extrait d’une chronique arabe, éd. et trad. G. Levi Della Vida, Rome, Orientalia, 1935.

20 Joseph Needham, La Science chinoise et l’Occident, Paris, Seuil, 1973, p. 100.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Gazagnadou, « La diffusion des techniques le long des Routes de la soie du 8e au 13e siècle »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 151 | 2021, 61-71.

Référence électronique

Didier Gazagnadou, « La diffusion des techniques le long des Routes de la soie du 8e au 13e siècle »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 151 | 2021, mis en ligne le 01 février 2022, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/17526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.17526

Haut de page

Auteur

Didier Gazagnadou

Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search