Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152DOSSIERUne extrême droite du 19e siècle ...

DOSSIER

Une extrême droite du 19e siècle ? Quand la contre-révolution mobilisait en Europe

Alexandre Dupont
p. 23-42

Résumés

Cet article se penche sur la contre-révolution en Europe au 19e siècle et examine, à partir de l’historiographie existante, s’il est possible et pertinent de la présenter comme l’extrême droite du 19e siècle. La réflexion aborde d’abord des problèmes de définition, analyse ensuite les caractéristiques idéologiques, militantes et sociologiques de la contre-révolution et s’intéresse enfin aux évolutions historiques de cette culture politique et à ses héritages au 20e siècle. La thèse défendue est que si la contre-révolution peut à bon droit être vue comme une culture politique représentant l’extrême droite dans l’Europe du 19e siècle, l’approche par l’histoire comparée et l’histoire croisée permet de sortir d’une vision très franco-centrée qui en fait l’ancêtre du nationalisme de la fin du siècle. Par ce décentrement, on accède à une vision plus nuancée du phénomène contre-révolutionnaire, qui présente une diversité et une complexité que le terme d’extrême droite tend à occulter.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 René Rémond, La Droite en France de 1815 à nos jours, Paris, Aubier, 1954. Les nombreuses réédition (...)
  • 2 Albert Thibaudet, Les Idées politiques de la France, Paris, Stock, 1932, p. 37-39.
  • 3 Une telle lecture est bien visible dans Michel Winock (dir.), Histoire de l’extrême droite en Franc (...)

1L’identification de la contre-révolution comme le principal courant d’extrême droite du 19e siècle européen est à première vue une question réglée depuis longtemps par l’historiographie. Dès les années 1950, René Rémond, dans sa célèbre étude sur les trois droites françaises, associait le légitimisme du 19e siècle à un courant contre-révolutionnaire dont les épigones au milieu du 20e siècle étaient à chercher du côté des derniers intégristes et, plus généralement, des quelques groupes d’extrême droite se réclamant encore du traditionalisme1. Ce traditionalisme n’était d’ailleurs, sous la plume d’Albert Thibaudet vingt ans plus tôt, plus qu’une survivance anecdotique du passé dans la France du 20e siècle : le sinistrisme de la vie politique française l’avait condamné à la marginalisation dès l’affaire Dreyfus2. Il y a là un deuxième trait caractéristique de l’appréhension de la contre-révolution comme mouvement d’extrême droite : elle n’aurait constitué qu’un prélude à l’avènement de la véritable extrême droite à la fin du 19e siècle, le nationalisme. Idéologie inspirée de l’Ancien Régime, n’ayant mobilisé au 19e siècle que les élites nostalgiques de la monarchie absolue, la contre-révolution aurait été le prédécesseur impuissant du nationalisme, une extrême droite populaire et moderne enfin capable de prospérer3.

  • 4 Jean-François Sirinelli, « L’extrême droite vient de loin », Pouvoirs, n° 87, 1998, p. 5-19.
  • 5 Curieusement, la réflexion sur la contre-révolution comme mouvement d’extrême droite n’a pas bénéfi (...)
  • 6 L’ampleur thématique, chronologique et géographique de l’objet considéré suppose de faire des choix (...)

2Ce tableau classique conserve sa validité et il a notamment eu pour vertu de préciser les choses sur le plan terminologique, extrême droite et contre-révolution étant des termes flous qui recouvrent à la fois une acception politique et idéologique – désignant par là des cultures politiques identifiables et cohérentes – et une acception positionnelle – on est contre-révolutionnaire dès lors qu’on s’oppose à un processus révolutionnaire donné et on peut être à l’extrême droite de bien des manières différentes4. La présente réflexion ne reviendra donc pas sur l’intégralité de ces débats et adoptera la définition de l’extrême droite et de la contre-révolution comme cultures politiques plutôt que comme positionnements. Plutôt que de poser à nouveau la question de l’appartenance de la contre-révolution à l’extrême droite, globalement admise, elle tâchera de préciser les modalités, les formes et les évolutions de cette appartenance en s’appuyant sur l’historiographie existante et en insistant sur deux points. D’une part, il s’agira de sortir du récit téléologique classique en considérant la contre-révolution pour ce qu’elle est et non comme un prodrome de l’extrême droite nationaliste. D’autre part, la perspective adoptée, résolument comparatiste, vise à sortir d’un débat habituellement centré sur la France5 pour envisager la contre-révolution comme une culture politique européenne au 19e siècle et mettre en lumière ses ramifications et ses héritages au 20e siècle6.

Être ou ne pas être d’extrême droite

La contre-révolution : l’éléphant dans la pièce du 19e siècle

  • 7 Jacques Godechot, La Contre-Révolution. Doctrine et action, 1789-1804, Paris, PUF, 1984 ; Jean-Clém (...)
  • 8 Sur ces deux théoriciens, en plus de l’œuvre de Godechot citée supra, on renverra aux travaux récen (...)
  • 9 Marcela Echeverri, Indian and Slave Royalists in the Age of Revolution. Reform, Revolution, and Roy (...)
  • 10 Jean-Clément Martin, Contre-Révolution, Révolution et Nation en France, 1789-1799, Paris, Seuil, co (...)

3La contre-révolution est une culture politique issue de l’ère des révolutions de la fin du 18e siècle et caractérisée par le rejet des principales ruptures sociales, religieuses et politiques introduites par ces révolutions7. En particulier, elle se constitue comme culture politique opposée aux libéralismes et à leurs déclinaisons politiques et économiques. Dotée au cours des premières décennies du 19e siècle d’un corpus idéologique cohérent, en particulier avec les œuvres de Joseph de Maistre et de Louis de Bonald8 – même si la constitution de ce corpus contre-révolutionnaire est un phénomène européen, voire atlantique9 –, elle n’en demeure pas moins dotée d’une grande diversité dans ses revendications, dans ses formes d’action et dans sa sociologie. De façon générale, et comme l’ont bien montré les travaux de Jean-Clément Martin pour la France10, elle est une composante essentielle du paysage politique de l’Europe du 19e siècle et ne saurait se résumer à la queue de comète d’« anciens régimes » se refusant à mourir. Il s’agit d’un secteur sociopolitique dynamique et massif, dont l’existence conditionne l’émergence des États-nations libéraux.

  • 11 El Carlismo en su tiempo : geografías de la contrarrevolución, Actas de las I Jornadas de estudio d (...)
  • 12 Pieter Judson, L’Empire des Habsbourg. Une histoire inédite, Paris, Perrin, 2021.
  • 13 Roberto Di Stefano, Francisco Javier Ramón Solans (éd.), Marian Devotions, Political Mobilization a (...)

4La contre-révolution, loin de se limiter à la France, est une culture politique présente dans tout l’ouest du continent européen11. Principalement puissante dans quatre espaces – la France, l’Espagne, le Portugal et la péninsule italienne –, elle a des ramifications en Suisse, en Belgique, dans l’espace germanique ou au Royaume-Uni et jusque sur le continent américain. Cette géographie tient à plusieurs facteurs. Dans ces espaces, les « anciens régimes » disparaissent au cours du 19e siècle, alors que les puissances conservatrices du centre et de l’est du continent évoluent différemment12. Surtout, ces espaces sont majoritairement catholiques et l’Église s’affirme dès la Révolution française comme une force d’opposition aux changements portés par les révolutions atlantiques, en particulier à la sécularisation qui remet en cause la puissance sociale et politique de l’institution ecclésiastique dans les sociétés européennes13.

  • 14 On me permettra de renvoyer, pour la bibliographie et en plus des ouvrages déjà cités, à Alexandre (...)

5La contre-révolution est aussi une force politique présente sur le long terme. Particulièrement active pendant la Révolution française et à la suite de l’expansion militaire de la France révolutionnaire et impériale, elle connaît plusieurs cycles de mobilisations armées, à la suite du cycle révolutionnaire de 1820-1821, dans les années 1830 après le renversement des monarchies traditionnelles en France et en péninsule Ibérique, dans les années 1860 lorsque l’unification italienne menace les royaumes pré-unitaires et le pouvoir temporel des papes, dans les années 1870 enfin, lors des tentatives de restauration en France, en Espagne et à Rome14. Hors de ces périodes, les mouvements contre-révolutionnaires participent de la politisation et de la structuration des sociétés occidentales et constituent parfois des protopartis politiques puissants et organisés. C’est donc peu de dire que la contre-révolution a eu une existence propre et une réelle importance dans le 19e siècle européen, et qu’elle ne s’est pas limitée à quelques nobles et quelques prêtres regrettant l’Ancien Régime.

Se dire d’extrême droite au 19e siècle

  • 15 Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel Larousse, Paris, Administration du Grand Dictionnaire (...)

6En tant que catégorie relevant des sciences sociales, l’application du concept d’extrême droite à la contre-révolution ne pose pas de problème épistémologique, même si elle suscite un débat historiographique toujours en cours. L’emploi du terme n’est toutefois pas exempt d’ambiguïtés pour deux raisons. D’une part, il s’agit d’une expression déjà employée à l’époque, et Pierre Larousse en propose en 1870 une définition dont on voit combien elle est peu pertinente pour évoquer la contre-révolution : « Fraction d’une assemblée politique la plus dévouée aux intérêts du gouvernement15 ». D’autre part, ce terme d’extrême droite est rarement endossé par les acteurs eux-mêmes dans la mesure où, comme le terme « réactionnaire », il est par ailleurs volontiers employé comme stigmate, plus que comme caractérisation. Dès lors, sans pour autant revenir sur une discussion conceptuelle déjà effectuée, il est intéressant de se pencher sur l’émergence du terme d’extrême droite dans la France des années 1870.

  • 16 Christophe Le Digol et Jacques Le Bohec (dir.), Gauche-droite. Genèse d’un clivage politique, Paris (...)
  • 17 Paul Thureau-Dangin, Royalistes et républicains. Essais historiques sur des questions de politique (...)
  • 18 Paul Thureau-Dangin, Royalistes et républicains. Essais historiques sur des questions de politique (...)

7À dire vrai, et la définition de Pierre Larousse le rappelle bien, le terme n’apparaît pas à ce moment-là et il est en usage dès la Restauration. Il est toutefois alors strictement descriptif et renvoie à la naissance des concepts de gauche et de droite16 : l’extrême droite désigne ceux qui, dans les assemblées de la Restauration, siègent le plus à droite du président et, pendant longtemps, l’expression est donc avant tout réservée à la retranscription des débats parlementaires. C’est ce qui change dans les années 1870. Le terme est notamment doté d’une nouvelle signification par l’historien et publiciste Paul Thureau-Dangin dans une étude intitulée « L’extrême droite et les royalistes sous la Restauration », qui paraît en 187417. Paul Thureau-Dangin y stigmatise les ultras de la Restauration, rendus coupables d’avoir fait échouer le régime par leurs positions maximalistes qui les ont conduits à s’opposer à des ministères pourtant soucieux d’assurer la monarchie restaurée. La préface à la seconde édition de 1888 rappelle combien la date de publication ne devait rien au hasard : « À cette date, une nouvelle extrême droite menaçait de faire échouer les efforts des modérés, comme ses prédécesseurs avaient fait échouer les efforts de M. de Serre, de M. de Villèle et de M. de Martignac18 ».

  • 19 Sur les chevau-légers, Philippe Levillain, « Un chevau-léger de 1871 à 1875 : Joseph de La Bouiller (...)
  • 20 Charles De Chesnelong, Les Derniers jours de l’Empire et le gouvernement de M. Thiers. Mémoires pub (...)

8Derrière les ultras de la Restauration, ce sont bien les chevau-légers de l’Assemblée nationale de 1871 qui étaient dans le viseur de l’historien. Ce groupe de députés représentant les légitimistes les plus intransigeants est accusé de soutenir le comte de Chambord dans son refus obstiné de toute transaction politique, au risque de rendre impossible la restauration, et même de mettre en difficulté le régime de l’Ordre moral19. Ces députés légitimistes siégeant à l’extrême droite de l’Assemblée étaient en effet les partisans les plus résolus d’une restauration de la monarchie traditionnelle en France, rejetant tout compromis avec les orléanistes et plus encore avec les républicains modérés. Leur position géographique dans l’hémicycle est alors de plus en plus associée à une idéologie et à une stratégie politiques : défense de la monarchie traditionnelle et du catholicisme ; intransigeance et fidélité au comte de Chambord20.

  • 21 Adrien Péladan, L’Extrême droite, prospectus datés de 1876 concernant le journal « l’Extrême droite (...)

9Dans ce secteur radical du légitimisme, au même moment, on commence aussi à employer le terme d’extrême droite pour se désigner. Le journaliste légitimiste gardois Adrien Péladan fonde ainsi un journal intitulé L’Extrême-Droite. Journal du droit et des principes vrais, et décrit en ces termes sa ligne idéologique : « [Il] ne sépare pas la défense de l’Église de celle de la Constitution quinze fois séculaire de notre pays : un lys et une croix composent ses armes21 ». Dès lors, on le voit, dans le discours des acteurs, l’extrême droite ne désigne pas tout le légitimisme, pas tout le courant contre-révolutionnaire : être d’extrême droite, c’est défendre pied à pied une pureté politique absolue, c’est ne rien céder à l’esprit du temps, c’est être en opposition totale avec le système politique existant.

Extrême droite ou troisième voie : un débat historiographique

  • 22 Voir par exemple La Época, 25 avril 1864 ; La Nación, 9 juin 1866.

10La contre-révolution, dans son courant le plus radical, serait d’autant plus fondée à recevoir le qualificatif d’extrême droite que c’est pour désigner ce courant que le vocable est apparu doté d’un sens idéologique, sens d’ailleurs revendiqué par certains acteurs du temps. Néanmoins, un détour par les usages espagnols du terme vient complexifier cette image. C’est semble-t-il dans les années 1860 que le terme apparaît en Espagne, toujours dans le cadre des débats parlementaires. Extrema derecha est employé par des journaux marqués à gauche pour désigner le groupe parlementaire réuni autour de Cándido Nocedal, groupe aussi connu sous le nom de néocatholique et qui constitue l’aile la plus radicale du conservatisme libéral22.

  • 23 El Pensamiento Español, 26 avril 1864.
  • 24 Notamment Begoña Urigüen, Orígenes y evolución de la derecha española : el neo-catolicismo, Madrid, (...)
  • 25 Par question romaine, on désigne la remise en cause de la souveraineté temporelle des papes par l’u (...)
  • 26 Arthur Hérisson, « Les Catholiques français face à l’unification italienne (1856-1871). Une mobilis (...)
  • 27 Sur le carlisme, voir Jordi Canal, El Carlismo, Madrid, Alianza Editorial, 2000.

11De façon révélatrice, la transition entre extrême droite comme positionnement politique et extrême droite comme courant d’idées semble alors s’opérer dans les débats sur l’attitude que la monarchie espagnole doit adopter à l’égard du nouveau royaume d’Italie, qui remet en cause la souveraineté temporelle des papes23. Or, comme l’a montré l’historiographie24, c’est sur cette question romaine25, brûlante pour la contre-révolution au 19e siècle26, que les néocatholiques se détachent de leur soutien au régime libéral-conservateur d’Isabelle II pour rallier l’option contre-révolutionnaire incarnée par les carlistes27. Significativement, ce ne sont pas ces derniers que la presse espagnole du temps désigne comme l’extrême droite, mais bien les soutiens catholiques intransigeants d’Isabelle II qui renforcent alors leur opposition au libéralisme. La raison en est simple : les carlistes, bien que contre-révolutionnaires et opposés au régime libéral espagnol depuis la guerre civile de 1833-1840, se refusent à siéger au Parlement et échappent donc à cette caractérisation positionnelle, qui échoit dès lors à des néo-catholiques dont la rupture avec le libéralisme est beaucoup plus récente.

12L’exemple espagnol invite donc à ne pas avoir une lecture trop simple des choses, à deux niveaux. On constate d’abord que la contre-révolution, loin de constituer un bloc homogène, est traversée de courants et de tendances qui se divisent sur des questions de stratégie, mais aussi des questions de fond. On retrouve ensuite l’ambiguïté sémantique du terme d’extrême droite. Sans doute utile en sociologie politique pour caractériser l’ensemble des mouvements qui, à partir de la fin du 19e siècle, ont au moins en partage un nationalisme exclusif, qui place la communauté nationale et sa protection au cœur de son discours, son usage doit être interrogé pour évoquer des réalités antérieures ou contemporaines de sa naissance, mis en résonance et en comparaison avec des usages désuets de ce terme, pour ne pas lire la situation du 19e siècle avec des outils forgés pour les mouvements du 20e siècle et qui ne recouvrent pas exactement la même réalité.

  • 28 Philippe Boutry, « Ce catholicisme qu’on pourrait dire intransigeant », dans Michèle Sacquin, Entre (...)
  • 29 Voir surtout Émile Poulat, Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actue (...)

13Au reste, cette désignation de la contre-révolution comme courant d’extrême droite ne fait pas l’unanimité dans l’historiographie. Il est vrai qu’une majorité d’historiens s’accordent à employer l’expression pour désigner le courant qui rejetait de la façon la plus radicale la modernité libérale. En ce sens, le terme est sans doute satisfaisant et recoupe l’intransigeance dont se réclamait une partie du catholicisme de l’époque28. On achèvera cet excursus théorique et linguistique en rappelant toutefois le point de vue étayé et original de l’historien Émile Poulat, qui refusait de voir dans la contre-révolution le courant le plus à droite de l’échiquier politique, mais l’opposait aussi bien à la gauche qu’à la droite, en y identifiant un refus principiel de la modernité libérale qui empêchait de saisir cette culture politique à travers le clivage gauche-droite. Son travail sur l’intégrisme et sur l’évolution du catholicisme intransigeant au 20e siècle souligne la pertinence de cette thèse29.

Une culture politique intransigeante

Un refus de la modernité libérale

  • 30 Joseph de Maistre, Œuvres, Paris, Robert Laffont, 2007.
  • 31 Cette proposition avait été condamnée à l’origine dans l’allocution consistoriale Jamdudum cernimus(...)
  • 32 Sylvain Milbach, « Catholicisme intransigeant et catholicisme libéral au XIXe siècle », dans Alain (...)

14La thèse d’Émile Poulat repose en effet sur le refus affiché par les théoriciens et les publicistes contre-révolutionnaires de faire quelque concession que ce soit à la politique moderne née des révolutions atlantiques. Un tel refus est principalement dû à la lecture religieuse et providentialiste de la Révolution française et de ses épigones, que les contre-révolutionnaires ont en partage dès les années 1790 à travers l’interprétation qu’en fait Joseph de Maistre. Elle consiste à voir dans la Révolution une attaque satanique contre l’Église et le catholicisme, mais aussi un résultat de la Providence divine qui doit pousser les sociétés européennes sur le chemin de la rédemption30. Cette lecture est rapidement adoptée par la papauté, menacée par les mouvements libéraux et nationalitaires en Italie. L’œuvre doctrinale du pape Pie IX (1846-1878) est sans doute à cet égard la plus décisive : le Syllabus présenté en annexe de l’encyclique Quanta Cura de 1864 systématise ce rejet en condamnant notamment cette proposition : « Le pontife romain peut et doit se réconcilier et transiger avec le progrès, le libéralisme et la civilisation moderne31 ». C’est de cette formule que naît l’expression « catholicisme intransigeant » pour désigner ce catholicisme opposé aux changements32.

  • 33 Carolina Armenteros, The French Idea of History. Joseph de Maistre and his Heirs, 1794-1854, Ithaca (...)
  • 34 Austin Gough, Paris and Rome. The Gallican Church and the Ultramontane Campaign, 1848-1853, Oxford, (...)
  • 35 Jean-Clément Martin (dir.), Religion et Révolution, Paris, Anthropos, 1994. Pour le cas français, v (...)

15De cette matrice religieuse découle une grande partie de l’armature idéologique de la contre-révolution. Trois séries de raisons viennent l’expliquer. D’abord, plus encore que l’œuvre doctrinale des papes, l’influence de la pensée maistrienne sur l’ensemble des théoriciens contre-révolutionnaires consacre l’hégémonie de cette lecture providentialiste, à travers les réinterprétations successives de Lamennais, de Donoso Cortés ou de Veuillot33. Ensuite, quoiqu’ils empruntent aussi à des traditions politiques nationales, les légitimismes sont tributaires de cette lecture religieuse en ce qu’ils fondent leur revendication sur une théorie de la souveraineté découlant du droit divin, dans un contexte où les traditions ecclésiastiques nationales, comme le gallicanisme, sont balayées par la centralisation de l’Église autour de la figure papale34. Enfin, ce « mouvement vers Rome » est un trait majeur de la remobilisation catholique qui se produit au 19e siècle, remobilisation qui assure à ces mouvements une assise sociale indispensable à leur combat politique, d’autant plus que la question religieuse joue un rôle majeur dans les processus de politisation contre-révolutionnaires35.

16Dès lors, la thèse d’Émile Poulat s’entend : en refusant même d’intégrer le champ politique moderne, la contre-révolution se serait délibérément placée dans un rapport d’extériorité à ce champ structuré par le clivage gauche-droite et en serait restée à une opposition de type métapolitique. Pour autant, si l’on admet qu’au 19e siècle le clivage gauche-droite s’organise autour de l’extension des droits et des libertés civiques et civils, de la souveraineté populaire et de son renforcement et de la sécularisation des sociétés, on peut aussi considérer que la contre-révolution, par son opposition radicale à tous ces principes, constitue bel et bien l’extrême droite de ce temps, le courant politique le plus rétif à toute expansion de ces idées. Il y aurait alors, vis-à-vis des autres courants conservateurs, une différence de degré plus que de nature dans cette opposition.

Des pratiques d’extrême droite ?

  • 36 Cette historiographie sera présentée et discutée plus en détail infra.
  • 37 Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, Hambourg, P. Fauche, 1803 [1797 (...)
  • 38 Pour un bilan sur cette question complexe, voir Nina Valbousquet, « Tradition catholique et matrice (...)
  • 39 Hilaire Multon, « Les temps sont proches : prophétisme politique et culture apocalyptique dans le c (...)

17À rebours du discours des contemporains, dont on a vu plus haut pour le cas espagnol qu’ils n’avaient pas de motif d’associer carlisme et extrême droite du fait du refus du premier de participer à la vie parlementaire, les historiens de l’extrême droite au 20e siècle ont cru pouvoir identifier contre-révolution et extrême droite au 19e siècle par un certain nombre de pratiques et de représentations, qui caractériseraient ce courant sur le temps long36. Du point de vue des représentations, c’est l’imaginaire du complot qui a été mis en avant, dans une généalogie remontant à l’abbé Barruel, qui dans ses Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, proposait de voir dans la Révolution française le résultat d’un complot des francs-maçons et des philosophes des Lumières37. Ce n’est pas le lieu de discuter en profondeur l’intéressante thèse selon laquelle l’antisémitisme et la théorie du complot judéo-maçonnique auraient joué le rôle de connecteurs discursifs entre l’imaginaire contre-révolutionnaire et l’imaginaire nationaliste de la fin du 19e siècle38. On se contentera de rappeler l’opposition de Joseph de Maistre et de ses épigones à cette lecture complotiste de la Révolution, ainsi que l’inclination des contre-révolutionnaires pour une lecture millénariste et providentialiste des événements, peu compatible avec une approche par le complot39.

  • 40 Guillaume de Bertier de Sauvigny, Le Comte Ferdinand de Bertier (1782-1864) et l’énigme de la Congr (...)
  • 41 Jean-Noël Tardy, L’Âge des ombres. Complots, conspirations et sociétés secrètes au XIXe siècle, Par (...)

18Plus pertinente semble la généalogie par les pratiques. Plutôt qu’un élément d’interprétation des révolutions, le complot a été un outil politique très utilisé par les contre-révolutionnaires, surtout à mesure que leur retour au pouvoir semblait moins probable. De ce point de vue, les travaux anciens, mais toujours précieux de Guillaume de Bertier de Sauvigny40 mériteraient d’être croisés avec les renouvellements récents de l’historiographie sur le complot comme pratique politique au 19e siècle. On voit en effet se structurer tout au long du siècle des réseaux légitimistes et catholiques nationaux et transnationaux, qui élaborent des plans de reprise du pouvoir, par les urnes ou par les armes, grâce au déploiement de pratiques politiques résolument modernes, comme l’usage de la presse. Comme l’a bien souligné Jean-Noël Tardy41, ces complots et ces conspirations sont souvent voués à l’échec, mais ils n’en constituent pas moins un bon observatoire de l’usage contre-révolutionnaire des outils de la modernité politique, ainsi que de l’hybridation entre pratiques légales et illégales.

  • 42 Gabriele Ranzato (dir.), Guerre fratricide. Le guerre civili in età contemporaneo, Torino, Bollati (...)
  • 43 Pedro Rújula, « La guerra como aprendizaje político. De la guerra de la Independencia a las guerras (...)
  • 44 Eric J. Hobsbawm, Les Primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 1963.
  • 45 Jürgen Habermas, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la so (...)

19L’autre pratique qui semble rattacher la contre-révolution à l’extrême droite est le recours à la violence. L’insurrection et la guerre civile sont effectivement des traits marquants de l’action de cette famille politique sur le temps long, des guerres de Vendée et des insorgenze italiennes des années 1790 contre les troupes françaises aux guerres miguéliste et carlistes des années 1830 et 1870 en péninsule Ibérique et au brigantaggio méridional en Italie dans les années 186042. La prise d’armes constitue sans aucun doute une pratique au cœur de l’imaginaire contre-révolutionnaire et un facteur de cohésion pour les membres de cette culture politique43. Elle illustre par ailleurs toute la capacité de mobilisation de la contre-révolution : loin de se limiter aux anciens ordres privilégiés de l’Ancien Régime, ces soulèvements agrègent des secteurs importants de la paysannerie et de l’artisanat, menacés par les transformations économiques et sociales de l’Europe de l’époque. Si les renouvellements de l’historiographie sur la politisation ont rendu à ces soulèvements leur caractère politique, les éloignant des jacqueries paysannes auxquelles on les a longtemps réduits44, cela a conduit à considérer que la contre-révolution était une culture politique par essence portée à la violence, incapable d’accepter les règles du jeu politique pacifié du modèle habermasien45.

  • 46 Simon Sarlin, Le Légitimisme en armes : histoire d’une mobilisation internationale contre l’unité i (...)
  • 47 On me permettra de renvoyer à Alexandre Dupont, « Una politización paradójica. Carlismo, democracia (...)

20Cette vision mérite pourtant d’être nuancée à deux titres. D’une part, le complot et l’insurrection armée sont, dans les décennies centrales du 19e siècle, loin d’être l’apanage de la contre-révolution et constituent au contraire une forme de grammaire commune de l’engagement politique qui transcende les clivages, comme l’ont bien montré les travaux de Simon Sarlin sur le volontariat armé46. D’autre part, loin de se limiter à ces pratiques illégales, les mouvements royalistes et catholiques se sont également appropriés les pratiques de la modernité politique du 19e siècle, en les adaptant à leur vision du monde pour en faire des instruments du combat politique. Qu’il s’agisse du miguélisme portugais qui se réorganise à partir de 1847 autour de son quotidien A Nação, du carlisme qui profite de l’établissement du suffrage universel en Espagne à partir de 1869 pour inviter ses partisans à permettre la restauration par les urnes, ou encore du légitimisme français qui parvient à faire élire plus de deux cents députés à l’Assemblée nationale de 1871, la contre-révolution européenne se caractérise par une intégration ambiguë au champ politique, qui favorise son acceptation progressive d’un système politique fondé sur la souveraineté populaire47.

Sociologie d’une culture politique antilibérale

  • 48 La prégnance de cette vision providentialiste est bien visible dans le préambule de la Charte de 18 (...)

21Là n’est pas le moindre des paradoxes de la contre-révolution au 19e siècle. Le passage progressif et rarement explicite du droit divin à la légitimité populaire et démocratique repose sur un constat d’échec de l’approche providentialiste48 : à mesure que les perspectives de restauration par l’intervention divine s’amenuisent, la mobilisation populaire des contre-révolutionnaires devient l’unique voie possible pour un retour au pouvoir. Rien d’étonnant, dès lors, au succès chez les théoriciens de ce courant politique, en particulier en Espagne, d’une théorie du pouvoir médiévaliste qui, prenant le contrepied de l’absolutisme du 18e siècle, ressuscite une lecture pactiste de l’autorité royale dans laquelle le roi tient certes son pouvoir de Dieu, mais à travers un pacte établi entre lui et les corps constitués de la monarchie.

  • 49 Raymond Huard, « Montagne rouge et Montagne blanche en Languedoc-Roussillon sous la Seconde Républi (...)
  • 50 On renverra pour l’Espagne à la bibliographie présentée dans le dernier chapitre de Jordi Canal, El (...)
  • 51 Tommaso di Lampedusa synthétise et fictionnalise cet état d’esprit dans Le Guépard avec la fameuse (...)

22Instrumental et pragmatique, le recours à la souveraineté populaire, particulièrement visible dans la France des années 1840 dans le mouvement de la Montagne blanche de l’abbé de Genoude49, indique toutefois combien les représentations traditionnelles sur la sociologie de la contre-révolution sont trompeuses. Les mouvements légitimistes et catholiques intransigeants du 19e siècle sont loin de ne rassembler que des représentants de la noblesse et du clergé, nostalgiques de la société d’ordres et de leurs privilèges perdus. Au contraire, de nombreux travaux ont mis en lumière la composante essentiellement populaire de la contre-révolution. Dans le cas de la péninsule Ibérique notamment, de multiples études ont montré la place prépondérante des artisans et des paysans dans ces mouvements50. Plus encore, les ecclésiastiques et les nobles favorables à ces mouvements sont bien souvent au bas de l’échelle sociale au sein de leur classe. Les grandes familles nobles et les hauts dignitaires de l’Église s’accommodent quant à eux très bien de changements qu’ils acceptent en échange du maintien de leurs prérogatives économiques et sociales et de leur poids politique51.

  • 52 Bernard Rulof fait d’ailleurs très explicitement le lien dans la conclusion de son récent travail s (...)
  • 53 Voir notamment les travaux d’Álvaro París Martín.

23La contre-révolution attire en effet, au 19e siècle, une partie de celles et ceux que les transformations de l’époque menacent dans leurs cadres de vie, en particulier au sein des catégories sociales d’Ancien Régime dont l’émergence du capitalisme fragilise l’existence. Cette lecture de la contre-révolution comme coalition des perdants de la modernité libérale est d’autant plus séduisante qu’elle correspond à l’analyse sociologique traditionnelle de l’extrême droite comme courant politique rassemblant les déclassés ou ceux qui sont menacés de l’être52. Les récents travaux sur le royalisme populaire confirment tous cette idée, et soulignent l’autonomie politique de ces acteurs populaires, contre une vision classique qui les voyait soumis aux élites traditionnelles et manipulées par ces dernières53.

  • 54 L’étude pionnière à ce titre est celle de Jean-Clément Martin : Jean-Clément Martin, La Vendée de l (...)

24Cette lecture mérite pourtant d’être complexifiée. La structuration sociale de la contre-révolution doit en effet beaucoup à des formes de sociabilité liées à la religion, ainsi qu’à des solidarités et des hiérarchies locales dont la rémanence est très forte. Le maintien de liens réciproques au sein du village ou du diocèse entre élites et classes populaires, ainsi que la transmission mémorielle de l’engagement, sont des facteurs essentiels de la persistance de la contre-révolution sur le temps long54. C’est en définitive dans l’articulation ou non entre contre-révolution et mouvements d’extrême droite du 20e siècle que l’on peut sans doute le mieux réévaluer l’identification entre cette culture politique et l’extrême droite telle qu’elle est définie par les sciences sociales.

D’un siècle à l’autre : d’une extrême droite à une autre ?

Le royalisme est-il soluble dans le nationalisme ? Retour sur un débat français

  • 55 Alexandre Dupont, « Le légitimisme, parent pauvre de l’historiographie ? », Revue historique, 2014/ (...)

25L’histoire du légitimisme européen connaît encore un certain nombre de zones d’ombre, malgré un regain d’intérêt pour ce courant politique depuis une dizaine d’années55. L’attitude de ce courant politique face au « Printemps des peuples » reste ainsi largement méconnue. L’attention portée à la disparition du légitimisme français n’en est que plus remarquable : on dispose en effet de nombreuses études portant sur l’éclatement du légitimisme après la mort du prétendant Henri de Bourbon en 1883, sur les recompositions qu’ouvre cette disparition sans héritier du prétendant et sur la nouvelle droite nationaliste qui émerge dans ce contexte de la fin du siècle. Cette profusion d’analyses recouvre des problématiques importantes pour l’histoire politique de la France.

  • 56 Cela se justifie par le fait que la majorité des légitimistes rallie le comte de Paris, prétendant (...)
  • 57 Zeev Sternhell, La Droite révolutionnaire : 1885-1914, les origines françaises du fascisme, Paris, (...)
  • 58 Philippe Levillain, Boulanger, fossoyeur de la monarchie, Paris, Flammarion, 1982 ; William D. Irvi (...)

26Le questionnement au cœur de ces ouvrages se résume en peu de mots. Il s’agit de comprendre comment le royalisme – ces études envisagent souvent ensemble légitimisme et orléanisme, ce qui pose un certain nombre de problèmes56 – disparaît en une vingtaine d’années du devant de la scène, et surtout comment les secteurs qui appuyaient ce courant politique grossissent ensuite les rangs des ligues et notamment de l’Action française. Plus largement, ces études s’inscrivent dans le débat initié par les travaux de Zeev Sternhell sur la droite révolutionnaire et sur le caractère matriciel de ces mouvements pour le fascisme57. Les historiens ont dégagé un premier moment à la fin des années 1880, lorsque les royalistes appuient en sous-main le boulangisme en espérant recueillir les fruits de ce mouvement révisionniste de masse, alors qu’ils affrontent de leur côté une impasse stratégique et une désaffection des électeurs dans les urnes58.

  • 59 Bertrand Joly, Nationalistes et conservateurs en France : 1885, Paris, Les Indes savantes, 2008.
  • 60 Laurent Joly, Naissance de l’Action française. Maurice Barrès, Charles Maurras et l’extrême droite (...)

27Dans les années 1890, les recompositions et les reclassements s’accélèrent. Bertrand Joly a analysé avec minutie comment émergeait alors une nouvelle droite organisée autour du nationalisme et de l’antisémitisme, qui deviennent un terrain de rencontre pour toutes les familles qui confluent dans ce mouvement59. Laurent Joly a bien montré comment, dans ce contexte, la conversion de l’Action française au royalisme sous l’influence de Maurras était en bonne part rhétorique et instrumentale, et comment le royalisme de l’Action française avait peu à voir avec celui qui prévalait au 19e siècle60. Les historiens en concluent que les royalistes ont convergé dans le nationalisme, auquel ils ont finalement assez peu apporté, mais qui leur a fourni un horizon politique de substitution dans un contexte d’affermissement de la République.

  • 61 Philippe Secondy, La Persistance du Midi blanc. L’Hérault (1789-1962), Perpignan, Presses universit (...)
  • 62 Michel Denis, Les Royalistes de la Mayenne et le monde moderne (XIXe-XXe siècles), Paris, Klincksie (...)
  • 63 Philippe Levillain, Albert de Mun : catholicisme français et catholicisme romain, du Syllabus au (...)

28Bertrand Joly rappelle aussi à juste titre que ces mouvements très actifs ne doivent pas cacher que la plupart des légitimistes, à partir des années 1880, prennent leurs distances avec le combat politique et s’intègrent à un conservatisme qui embrasse large, mais a peu à voir avec le nationalisme ligueur. Sans doute faudrait-il nuancer en fonction des contextes : Philippe Secondy décrit un passage avec armes et bagages des royalistes de l’Hérault dans le camp d’un nationalisme fortement teinté d’antisémitisme61, alors que les légitimistes mayennais analysés par Michel Denis sont très peu touchés par le nationalisme et beaucoup plus par le retrait de la politique62. Pour autant, on peut penser qu’Albert de Mun, biographié par Philippe Levillain63, incarne assez bien les vicissitudes et l’état d’esprit d’une bonne part du légitimisme après 1883, entre désillusion et repliement sur d’autres sphères d’activité, plutôt qu’impliqué dans la fondation d’une extrême droite nationaliste moderne et protofasciste.

Survivances et mutations de la contre-révolution au 20e siècle

  • 64 José Manuel Quintas, Filhos de Ramires. As origens do integralismo lusitano, Lisboa, Nova Atica, 20 (...)
  • 65 Manuel Braga da Cruz, « O integralismo lusitano nas origens do salazarismo », Análise social, 70, 1 (...)
  • 66 Sur l’influence du « modèle » Action française dans la première moitié du 20e siècle, voir les trav (...)

29Ce débat sur la droite française a partiellement essaimé au Portugal, où émerge à partir des années 1910 un mouvement traditionaliste et nationaliste, l’intégralisme lusitanien, qui s’oppose à la République proclamée en 1910 et qui constitue ensuite une des composantes du salazarisme. De façon révélatrice, le débat s’est focalisé sur les origines de ce mouvement : s’agit-il d’une simple copie de l’Action française au Portugal, ou l’intégralisme puise-t-il aussi aux traditions nationales de la droite portugaise64 ? Dans ces débats, il n’est presque jamais question du miguélisme, c’est-à-dire du légitimisme portugais, alors même qu’il incarne la contre-révolution portugaise tout au long du 19e siècle et qu’il participe à l’essor de l’intégralisme65. Comme dans le cas français, le mouvement légitimiste et catholique du 19e siècle apparaît comme un prodrome avorté de la véritable contre-révolution, celle incarnée par un mouvement de type Action française au 20e siècle66.

  • 67 Pierre Milza, Les Fascismes, Paris, Seuil, 1991.

30On retrouve en filigrane toute l’ambiguïté du terme « contre-révolution » : courant politique spécifique ou positionnement politique d’opposition ? Cette ambiguïté se renforce à partir de 1917, car la révolution bolchevique engendre de nouvelles formes de contre-révolution. Comme courant politique spécifique marqué par le traditionalisme, la contre-révolution ne disparaît pas à la fin du 19e siècle. Des partis comme l’Action française ou l’intégralisme en récupèrent une partie du programme, et les régimes autoritaires qui s’installent au Portugal, en Espagne et en France dans les années 1930 et 1940 comportent une composante contre-révolutionnaire plus ou moins importante67.

  • 68 Jordi Canal, El carlisme català dins l’Espanya de la Restauració. Un assaig de modernització políti (...)
  • 69 Martin Blinkhorn, Carlism and crisis in Spain, 1931-1939, Cambridge, Cambridge university press, 19 (...)

31Le phénomène est particulièrement visible en Espagne, où le carlisme ne connaît pas le même déclin que les autres légitimismes à la fin du 19e siècle. Au contraire, il s’engage dans un processus de refondation au terme duquel il apparaît comme un des premiers partis modernes d’Espagne68, parti minoritaire, mais qui conserve ses bastions au Pays basque et en Navarre, parvenant même à en conquérir de nouveaux, comme dans l’Andalousie des années 1930. Le carlisme est un membre à part entière du camp nationaliste pendant la guerre de 1936-1939, où ses troupes, les requetés, inspirés des camelots du roi, participent de façon autonome aux combats aux côtés des franquistes, notamment en Navarre. Il fait donc partie des vainqueurs de 1939 et donne à la dictature la majeure partie de ses ministres de la Justice69.

  • 70 Laurence Wylie, Chanzeaux, village d’Anjou, Paris, Gallimard, 1970.
  • 71 Jeremy MacClancy, The Decline of Carlism, Reno, University of Nevada Press, 2002.
  • 72 Carlo Levi, Le Christ s’est arrêté à Eboli, Paris, Gallimard, 1948 [1946].

32La contre-révolution européenne survit aussi au 20e siècle comme communauté de valeurs, de souvenirs et de mémoire. Les anthropologues américains Laurence Wylie en Anjou70 et Jeremy MacClancy en Navarre71 constatent dans la deuxième moitié du 20e siècle l’importance de cette mémoire contre-révolutionnaire dans la structure sociale de leurs terrains d’étude et dans les imaginaires sociaux de leurs enquêtés. Dans Le Christ s’est arrêté à Eboli, qui évoque son exil forcé en Basilicate sous le fascisme, Carlo Levi relate combien les souvenirs du temps du brigantaggio marquaient encore les relations sociales de Gagliano soixante-dix ans après l’Unité, et combien certains conflits des années 1930 trouvaient leurs racines dans les soulèvements contre-révolutionnaires qui avaient touché le sud de l’Italie dans les années 1860, et qui avaient fait prévaloir alors une situation de guerre civile dans le Mezzogiorno72.

De la contre-révolution à la gauche : chemins de traverse

  • 73 Arturo Carlo Jemolo, L’Église et l’État en Italie, du Risorgimento à nos jours, Paris, Éditions (...)

33Dans le cas italien, malgré l’existence de soulèvements contre-révolutionnaires sur le temps long au 19e siècle, le bourbonisme méridional ne survit pas à la décennie 1860 en tant que mouvement politique structuré, même si son influence mémorielle est forte jusqu’à nos jours. La péninsule italienne d’après l’Unité est surtout marquée par l’opposition résolue de la papauté à l’État italien et au libéralisme. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, la stratégie des papes, caractérisée par le « non possumus », fait défense aux catholiques italiens de participer à la vie politique de leur pays73, une situation qui ne s’apaise que dans les années 1920 avec les négociations menées entre le pouvoir fasciste et le Vatican, qui aboutissent à la normalisation des relations entre l’Église et l’État italien par les Accords du Latran en 1929.

  • 74 Voir pour la France : Jean-Marie Mayeur, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocra (...)

34Il est dès lors juste de considérer que c’est au sein du mouvement catholique que la contre-révolution, sous les traits du catholicisme intransigeant, connaît sa principale incarnation dans les dernières décennies du 19e siècle. C’est toutefois au sein de ce catholicisme intransigeant que la contre-révolution prend son tournant le plus surprenant, un tournant bien visible en France, mais plus encore en Italie. L’histoire, pour être connue, mérite d’être brièvement rappelée74. Dans la continuité d’un mouvement entamé au mitan du siècle, le mouvement catholique se tourne de plus en plus, à partir des années 1870, vers l’action sociale auprès des classes populaires. Le contexte est double : il s’agit d’une part de pallier les défaites politiques qui rythment la vie du catholicisme intransigeant, en particulier avec la prise de Rome en 1870, en se recentrant sur d’autres domaines d’activité ; il s’agit d’autre part de préparer la restauration d’un régime de catholicité, mais cette fois en conquérant les cœurs et en s’appuyant sur la légitimité populaire pour l’emporter.

  • 75 Philippe Levillain et Jean-Marc Ticchi (dir.), Le Pontificat de Léon XIII. Renaissances du Saint-Si (...)

35Ce mouvement est incarné en Italie par l’Opera dei Congressi et en France par l’Œuvre des cercles catholiques d’ouvriers. Si une partie des cadres de ce mouvement se maintient dans une stricte perspective charitable, d’autres font leurs les préoccupations des milieux ouvriers et se tournent peu à peu vers un syndicalisme chrétien. L’encyclique Rerum Novarum de 1891 joue bien entendu un rôle majeur dans cette réorientation, et précède l’encyclique Inter Sollicitudines de 1892, qui invite les catholiques français à se rallier à la République et à travailler à la transformer de l’intérieur. C’est dire l’importance du pontificat de Léon XIII dans ce virage stratégique, dont il convient de rappeler qu’il ne constitue en rien un renoncement à l’intransigeance ou une acceptation du libéralisme75.

  • 76 Guillaume Cuchet, Comment notre monde a cessé d’être chrétien. Anatomie d’un effondrement, Paris, É (...)
  • 77 Jean-Clément Martin et Charles Suaud, Le Puy-du-Fou, en Vendée. L’histoire mise en scène, Paris, L’ (...)

36De ce bouillonnement de la fin du 19e siècle émergent, à partir des années 1910 et après, la grave crise moderniste qui secoue l’Église dans les années 1900, les mouvements démocrates-chrétiens qui signalent l’intégration via l’intransigeance des catholiques à la vie démocratique. Ce recentrage politique, si l’on peut dire, permet à la démocratie chrétienne d’être le principal parti de la vie politique italienne de 1945 à 1990. Dans les dernières décennies du 20e siècle, la transformation s’approfondit encore avec la déconfessionnalisation d’une partie de ces mouvements, et plus largement avec le recul marqué de la foi catholique dans les sociétés européennes à partir des années 196076, qui acte la déstructuration du socle social et religieux qui avait rendu possible la contre-révolution au 19e siècle. Celle-ci ne survit plus dès lors que dans des secteurs politiques très limités et sous la forme de groupuscules, même si son influence mémorielle reste prégnante à travers des productions culturelles dont le parc d’attractions du Puy-du-Fou constitue un exemple frappant77.

37La contre-révolution peut donc être assimilée à une extrême droite du 19e siècle, mais elle est assurément plus que cela, et une telle dénomination, parce qu’elle instaure une lecture rétrospective de cette culture politique à partir de référents du 20e siècle, tend à en distordre et à en tronquer la réalité. Parce qu’elle est la culture politique qui refuse le plus radicalement les innovations et les transformations portées par les révolutions atlantiques et par l’émergence en Europe des États-nations libéraux, la contre-révolution peut à bon droit être vue comme une culture politique d’extrême droite, et ce d’autant plus qu’elle défend des positions opposées à l’autonomie des individus et à la souveraineté populaire. En outre, sa sociologie, ses pratiques, ses représentations montrent combien les mouvements d’extrême droite du 20e siècle y ont puisé un certain nombre de leurs caractéristiques.

38Pour autant, on gagne probablement en compréhension de cette culture politique en parlant d’extrêmes droites au pluriel. Une lecture au ras du sol, à partir des catégories des acteurs eux-mêmes, une lecture qui recourt au comparatisme et à l’histoire croisée, révèle une diversité et une complexité des visages de la contre-révolution qui souligne combien, malgré des filiations et des héritages évidents au 20e siècle, cette culture politique constitue une extrême droite singulière, différente de celles qui triomphent à partir des années 1880.

39La contre-révolution européenne au 19e siècle constitue une réponse originale au défi posé par les révolutions de la fin du 18e siècle, travaillée qu’elle est par un refus radical des évolutions politiques issues de ces révolutions, sans pour autant prétendre à un retour pur et simple à l’Ancien Régime. Elle rassemble des acteurs et des actrices aux intérêts et aux objectifs divers, et ses épigones du 20e siècle ne se retrouvent pas seulement dans les mouvements nationalistes. Cette postérité non linéaire, parfois surprenante et imprévisible, permet d’avancer qu’elle a irrigué, parfois par des biais détournés, les cultures politiques du 20e siècle de façon beaucoup plus large qu’on l’a longtemps pensé. Réintégrer cette extrême droite disparue comme acteur majeur de l’histoire politique de l’Europe contemporaine permet dès lors de complexifier le regard sur l’émergence de la modernité politique au siècle des révolutions.

Haut de page

Notes

1 René Rémond, La Droite en France de 1815 à nos jours, Paris, Aubier, 1954. Les nombreuses rééditions successives n’ont pas fondamentalement changé la démonstration de René Rémond de ce point de vue.

2 Albert Thibaudet, Les Idées politiques de la France, Paris, Stock, 1932, p. 37-39.

3 Une telle lecture est bien visible dans Michel Winock (dir.), Histoire de l’extrême droite en France, Paris, Seuil, 1993.

4 Jean-François Sirinelli, « L’extrême droite vient de loin », Pouvoirs, n° 87, 1998, p. 5-19.

5 Curieusement, la réflexion sur la contre-révolution comme mouvement d’extrême droite n’a pas bénéficié du tournant comparatiste et connecté qui caractérise l’histoire des extrêmes droites au 20e siècle depuis une trentaine d’années, et pour lesquels la bibliographie est abondante – on renverra en France aux travaux réalisés autour d’Olivier Dard ou de Pauline Picco.

6 L’ampleur thématique, chronologique et géographique de l’objet considéré suppose de faire des choix. Pour approfondir tel ou tel point, on pourra se référer à la bibliographie proposée dans les notes.

7 Jacques Godechot, La Contre-Révolution. Doctrine et action, 1789-1804, Paris, PUF, 1984 ; Jean-Clément Martin (dir.), La Contre-Révolution en Europe, XVIIIe-XIXe siècles. Réalités politiques et sociales, résonances culturelles et idéologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001 ; Bruno Dumons et Hilaire Multon (dir.), Blancs et contre-révolutionnaires en Europe : espaces, réseaux, cultures et mémoires, fin XVIIIe-début XXe siècles : France, Italie, Espagne, Portugal, Rome, École française de Rome, 2011 ; Pedro Rújula et Javier Ramón Solans (dir.), El desafío de la revolución. Reaccionarios, antiliberales y contrarrevolucionarios (siglos XVIII y XIX), Granada, Comares, 2017.

8 Sur ces deux théoriciens, en plus de l’œuvre de Godechot citée supra, on renverra aux travaux récents de Carolina Armenteros et Flavien Bertran de Balanda respectivement.

9 Marcela Echeverri, Indian and Slave Royalists in the Age of Revolution. Reform, Revolution, and Royalism in the Northern Andes, 1780-1825, New York, Cambridge University Press, 2016 ; Josep Escrig Rosa, Contrarrevolución y antiliberalismo en la independencia de México, Zaragoza, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2021.

10 Jean-Clément Martin, Contre-Révolution, Révolution et Nation en France, 1789-1799, Paris, Seuil, coll. « Points », 1998.

11 El Carlismo en su tiempo : geografías de la contrarrevolución, Actas de las I Jornadas de estudio del carlismo 18-21 septiembre 2007, Estella, Pamplona, Gobierno de Navarra, 2008 ; Yves-Marie Bercé (dir.), Les Autres Vendées, actes du colloque international sur les contre-révolutions paysannes au XIXe siècle, La Roche-sur-Yon, Éditions du CVRH, 2013. L’intérêt de ce dernier ouvrage est desservi par un certain nombre de communications militantes à tonalité peu scientifique.

12 Pieter Judson, L’Empire des Habsbourg. Une histoire inédite, Paris, Perrin, 2021.

13 Roberto Di Stefano, Francisco Javier Ramón Solans (éd.), Marian Devotions, Political Mobilization and Nationalism in Europe and America, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2016.

14 On me permettra de renvoyer, pour la bibliographie et en plus des ouvrages déjà cités, à Alexandre Dupont, « Contre-révolutionnaires de tous les pays… Bilan d’étape sur l’internationale blanche », Revue d’histoire du XIXe siècle, 61/2, 2020, p. 195-212.

15 Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel Larousse, Paris, Administration du Grand Dictionnaire universel, 1870, t. 7, p. 1227.

16 Christophe Le Digol et Jacques Le Bohec (dir.), Gauche-droite. Genèse d’un clivage politique, Paris, PUF, 2012.

17 Paul Thureau-Dangin, Royalistes et républicains. Essais historiques sur des questions de politique contemporaine, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1874.

18 Paul Thureau-Dangin, Royalistes et républicains. Essais historiques sur des questions de politique contemporaine, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1888, p. I.

19 Sur les chevau-légers, Philippe Levillain, « Un chevau-léger de 1871 à 1875 : Joseph de La Bouillerie », Revue historique, t. 257, 1977, p. 81-122.

20 Charles De Chesnelong, Les Derniers jours de l’Empire et le gouvernement de M. Thiers. Mémoires publiés par son petit-fils, Paris, Perrin, 1932, p. 100-110.

21 Adrien Péladan, L’Extrême droite, prospectus datés de 1876 concernant le journal « l’Extrême droite », Nîmes, impr. de Jouve, s. d., p. 1.

22 Voir par exemple La Época, 25 avril 1864 ; La Nación, 9 juin 1866.

23 El Pensamiento Español, 26 avril 1864.

24 Notamment Begoña Urigüen, Orígenes y evolución de la derecha española : el neo-catolicismo, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1986 ; María Cruz Romeo Mateo, « “¿Qué es ser neocatólico?”. La crítica antiliberal de Antonio Aparisi y Guijarro », dans Las Ideas del carlismo. Actas de las IV Jornadas del Carlismo, Pampelune, Gobierno de Navarra, 2011, p. 129-164.

25 Par question romaine, on désigne la remise en cause de la souveraineté temporelle des papes par l’unification italienne.

26 Arthur Hérisson, « Les Catholiques français face à l’unification italienne (1856-1871). Une mobilisation internationale de masse entre politique et religion », thèse, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Philippe Boutry et Gilles Pécout, 2018.

27 Sur le carlisme, voir Jordi Canal, El Carlismo, Madrid, Alianza Editorial, 2000.

28 Philippe Boutry, « Ce catholicisme qu’on pourrait dire intransigeant », dans Michèle Sacquin, Entre Bossuet et Maurras. L’antiprotestantisme en France de 1814 à 1870, Paris, École des Chartes, 1998, p. XIII-XXIII.

29 Voir surtout Émile Poulat, Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, Paris, Casterman, 1977.

30 Joseph de Maistre, Œuvres, Paris, Robert Laffont, 2007.

31 Cette proposition avait été condamnée à l’origine dans l’allocution consistoriale Jamdudum cernimus du 18 mars 1861. Voir Louis Rupert, La Liberté moderne jugée par l’Église : encyclique Mirari vos de Grégoire XVI contre l’Avenir ; allocution Jamdudum de Pie IX contre le libéralisme, Paris, V. Palmé, 1862.

32 Sylvain Milbach, « Catholicisme intransigeant et catholicisme libéral au XIXe siècle », dans Alain Tallon et Catherine Vincent (dir.), Histoire du christianisme en France, Paris, Armand Colin, 2014, p. 341-360.

33 Carolina Armenteros, The French Idea of History. Joseph de Maistre and his Heirs, 1794-1854, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 2011 ; Arthur Hérisson, « Catholicisme intransigeant, progrès technique et modernité politique au milieu du XIXe siècle. La dystopie d’un “monde sans le pape” chez Juan Donoso Cortès et Louis Veuillot », 2018. [en ligne : <https://serd.hypotheses.org/2168>]

34 Austin Gough, Paris and Rome. The Gallican Church and the Ultramontane Campaign, 1848-1853, Oxford, Clarendon Press, 1986 ; Francisco Javier Ramón Solans, « A Renewed Global Power. The Restoration of the Holy See and the Triumph of Ultramontanism, 1814-1848 », dans Michael Broers and Ambrogio A. Caiani (eds.), History of the European Restorations, Londres, Bloomsbury, 2020, vol. 2, p. 72-81.

35 Jean-Clément Martin (dir.), Religion et Révolution, Paris, Anthropos, 1994. Pour le cas français, voir Michel Vovelle, La Découverte de la politique. Géopolitique de la révolution française, Paris, La Découverte, 1993.

36 Cette historiographie sera présentée et discutée plus en détail infra.

37 Augustin Barruel, Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, Hambourg, P. Fauche, 1803 [1797], 5 vol.

38 Pour un bilan sur cette question complexe, voir Nina Valbousquet, « Tradition catholique et matrice de l’antisémitisme à l’époque contemporaine », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 62-2/3, 2015, p. 63-88. Pour une étude de cas à propos du légitimisme français, voir Jean-Claude Caron, Simon Deutz, un Judas romantique, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2019.

39 Hilaire Multon, « Les temps sont proches : prophétisme politique et culture apocalyptique dans le catholicisme français et italien (1859-1878) », thèse sous la direction de Philippe Boutry, université Paris XII, 2002. Voir cependant Gilles Malandain. L’Introuvable complot. Attentat, enquête et rumeur dans la France de la Restauration, Paris, Éditions de l’EHESS, 2011.

40 Guillaume de Bertier de Sauvigny, Le Comte Ferdinand de Bertier (1782-1864) et l’énigme de la Congrégation, Paris, Impr. les Presses continentales, 1948.

41 Jean-Noël Tardy, L’Âge des ombres. Complots, conspirations et sociétés secrètes au XIXe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2015.

42 Gabriele Ranzato (dir.), Guerre fratricide. Le guerre civili in età contemporaneo, Torino, Bollati Boringhieri, 1994 ; Jean-Clément Martin (dir.), La Guerre civile : entre histoire et mémoire. Actes du colloque tenu à La Roche-sur-Yon en octobre 1994, Nantes, Ouest éd., 1995 ; Violencias fratricidas : carlistas y liberales en el siglo XIX. Actas de las II Jornadas de estudio del carlismo, 24-26 septiembre 2008, Estella, Pamplona, Gobierno de Navarra, 2009.

43 Pedro Rújula, « La guerra como aprendizaje político. De la guerra de la Independencia a las guerras carlistas », dans El Carlismo en su tiempo…, op. cit., p. 41-63.

44 Eric J. Hobsbawm, Les Primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 1963.

45 Jürgen Habermas, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1993 [1962].

46 Simon Sarlin, Le Légitimisme en armes : histoire d’une mobilisation internationale contre l’unité italienne, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2013.

47 On me permettra de renvoyer à Alexandre Dupont, « Una politización paradójica. Carlismo, democracia e implicación popular durante el Sexenio Democrático », Investigaciones Históricas, época moderna y contemporánea, 37, 2017, p. 40-68.

48 La prégnance de cette vision providentialiste est bien visible dans le préambule de la Charte de 1814, qui commence par ces mots : « La divine Providence, en nous rappelant dans nos États après une longue absence, nous a imposé de grandes obligations ».

49 Raymond Huard, « Montagne rouge et Montagne blanche en Languedoc-Roussillon sous la Seconde République », dans Droite et gauche de 1789 à nos jours. Actes du colloque de Montpellier, 9-10 juin 1973, Montpellier, Centre d’histoire contemporaine du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, 1975, p. 139-160.

50 On renverra pour l’Espagne à la bibliographie présentée dans le dernier chapitre de Jordi Canal, El Carlismo…, op. cit. Pour le Portugal, voir Maria de Fátima Sa e Melo Ferreira, Rebeldes e Insubmissos : Resistências Populares ao Liberalismo, 1834-1844, Ed. Afrontamento, Porto, 2002.

51 Tommaso di Lampedusa synthétise et fictionnalise cet état d’esprit dans Le Guépard avec la fameuse formule de Tancredi, neveu du prince Salina, face à la disparition du royaume des Deux-Siciles : « Si nous voulons que tout reste pareil, il faut que tout change », une formule mise ensuite à toutes les sauces, mais qui restitue bien ce contexte historique.

52 Bernard Rulof fait d’ailleurs très explicitement le lien dans la conclusion de son récent travail sur le légitimisme populaire dans le Midi : Bernard Rulof, Popular Legitimism and the Monarchy in France. Mass Politics without Parties, 1830-1880, Cham, Springer International Publishing, 2020.

53 Voir notamment les travaux d’Álvaro París Martín.

54 L’étude pionnière à ce titre est celle de Jean-Clément Martin : Jean-Clément Martin, La Vendée de la mémoire (1800-1980), Paris, Seuil, 1989. Sur la transmission de la mémoire, voir aussi Paul Chopelin et Bruno Dumons (dir.), Transmettre une fidélité. La Contre-Révolution et les usages du passé (France, Espagne, Italie, XIXe-XXe siècles), Bruxelles, Peter Lang, 2019.

55 Alexandre Dupont, « Le légitimisme, parent pauvre de l’historiographie ? », Revue historique, 2014/4, n° 672, p. 887-909.

56 Cela se justifie par le fait que la majorité des légitimistes rallie le comte de Paris, prétendant orléaniste, après la mort du comte de Chambord. Pour autant, les différences idéologiques et stratégiques majeures des deux branches du royalisme invitent à ne pas les confondre, même si les années 1870 voient s’opérer des rapprochements dans un sens conservateur.

57 Zeev Sternhell, La Droite révolutionnaire : 1885-1914, les origines françaises du fascisme, Paris, Seuil, 1978. Dans Les Anti-Lumières. Une tradition du XVIIIe siècle à la guerre froide, Paris, Gallimard, 2010, l’auteur trace d’ailleurs une ligne directe entre pensée contre-révolutionnaire du 19e siècle et nationalismes du 20e siècle.

58 Philippe Levillain, Boulanger, fossoyeur de la monarchie, Paris, Flammarion, 1982 ; William D. Irvine, The Boulanger Affair Reconsidered : Royalism, Boulangism, and the Origins of the Radical Right in France, New York, Oxford University Press, 1989. Philippe Levillain propose en conclusion de son ouvrage la belle formule de « rêve du connétable » pour décrire l’état d’esprit des royalistes face à Boulanger.

59 Bertrand Joly, Nationalistes et conservateurs en France : 1885, Paris, Les Indes savantes, 2008.

60 Laurent Joly, Naissance de l’Action française. Maurice Barrès, Charles Maurras et l’extrême droite nationaliste au tournant du XXe siècle, Paris, Grasset, 2015.

61 Philippe Secondy, La Persistance du Midi blanc. L’Hérault (1789-1962), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2006.

62 Michel Denis, Les Royalistes de la Mayenne et le monde moderne (XIXe-XXe siècles), Paris, Klincksieck, 1977.

63 Philippe Levillain, Albert de Mun : catholicisme français et catholicisme romain, du Syllabus au ralliement, Paris, De Boccard, 1983.

64 José Manuel Quintas, Filhos de Ramires. As origens do integralismo lusitano, Lisboa, Nova Atica, 2004 ; Ana Sardinha Desvignes, António Sardinha (1887-1925) : um intelectual no século, Lisboa, Instituto de ciências sociais, 2006.

65 Manuel Braga da Cruz, « O integralismo lusitano nas origens do salazarismo », Análise social, 70, 1982, p. 137-182.

66 Sur l’influence du « modèle » Action française dans la première moitié du 20e siècle, voir les travaux d’Olivier Dard.

67 Pierre Milza, Les Fascismes, Paris, Seuil, 1991.

68 Jordi Canal, El carlisme català dins l’Espanya de la Restauració. Un assaig de modernització política (1888-1900), Vic, Eumo Editorial, 1998.

69 Martin Blinkhorn, Carlism and crisis in Spain, 1931-1939, Cambridge, Cambridge university press, 1975 ; Javier Ugarte Tellería, La Nueva Covadonga insurgente. Orígenes y culturales de la sublevación de 1936 en Navarra y el País Vasco, Madrid, Biblioteca nueva, 1998 ; Aurora Villanueva, El Carlismo navarro durante el primer franquismo, 1937-1951, Madrid, Actas Editorial, 1998.

70 Laurence Wylie, Chanzeaux, village d’Anjou, Paris, Gallimard, 1970.

71 Jeremy MacClancy, The Decline of Carlism, Reno, University of Nevada Press, 2002.

72 Carlo Levi, Le Christ s’est arrêté à Eboli, Paris, Gallimard, 1948 [1946].

73 Arturo Carlo Jemolo, L’Église et l’État en Italie, du Risorgimento à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, 1960.

74 Voir pour la France : Jean-Marie Mayeur, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 1972, 27/2, p. 483-499 ; Jean-Marie Mayeur, Des partis catholiques à la démocratie chrétienne, XIXe-XXe siècles, Paris, Armand Colin, 1980 ; Philippe Levillain, Albert de Mun…, op. cit. Pour l’Italie : Giovanni Spadolini, L’Opposizione cattolica da Porta Pia al’ 98, Firenze, Vallecchi, 1954 ; Marco Invernizzi, I cattolici contro l’unità d’Italia ?, Casale Monferrato, Piemme, 2002 ; Francesco Dante, La Civiltà cattolica e la Rerum novarum. Cattolici intransigenti nell’Europa del XIX secolo, Milano, Edizioni Unicopli, 2004.

75 Philippe Levillain et Jean-Marc Ticchi (dir.), Le Pontificat de Léon XIII. Renaissances du Saint-Siège ?, Rome, École française de Rome, 2006.

76 Guillaume Cuchet, Comment notre monde a cessé d’être chrétien. Anatomie d’un effondrement, Paris, Éditions du Seuil, 2018.

77 Jean-Clément Martin et Charles Suaud, Le Puy-du-Fou, en Vendée. L’histoire mise en scène, Paris, L’Harmattan, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Dupont, « Une extrême droite du 19e siècle ? Quand la contre-révolution mobilisait en Europe »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 152 | 2022, 23-42.

Référence électronique

Alexandre Dupont, « Une extrême droite du 19e siècle ? Quand la contre-révolution mobilisait en Europe »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18198 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18198

Haut de page

Auteur

Alexandre Dupont

Université de Strasbourg, UR3400 ARCHE

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search