Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152LIVRES LUSGeorges Duby, Sur les traces de n...

LIVRES LUS

Georges Duby, Sur les traces de nos peurs

Paris, Éditions Textuel, 2020, 94 p., 14,90 €
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Georges Duby, Sur les traces de nos peurs, préface de François Hartog, Paris, Éditions Textuel, 2020, 94 p., 14,90 €.

Texte intégral

1Issue d’une série d’entretiens pour Europe 1 et L’Express, cette intervention de Georges Duby, en 1995, évoque, sur un ton altier, quelques-uns des traits remarquables des mentalités et des représentations médiévales liées aux peurs. L’historien commence par rappeler la grande architectonique culturelle qui organise la société du Moyen Âge en Occident : « un sentiment général d’impuissance à dominer les forces de la nature » ; il faut en conséquence « s’assurer la grâce du Ciel » (p. 20). C’est donc l’Église qui structure le quotidien de cette inquiétude permanente. Le temps eschatologique, celui de la fin du monde, organise l’horizon mental des hommes et des femmes de l’époque médiévale. Le monde et ses manifestations sont donc déchiffrés à l’aune de cette attente. Cependant, note Duby, « [l’]Apocalypse suscitait la crainte mais aussi l’espérance. Car, après les tribulations, s’ouvrirait une période de paix qui précéderait le Jugement dernier, une ère moins difficile à vivre que le quotidien » (p. 24).

2L’historien évoque la question de la survie et rappelle que « [l]a grande majorité des gens vivait dans ce qui serait pour nous une extrême pauvreté » (p. 28). Duby insiste sur l’écrasement des populations par « un petit groupe d’exploiteurs » ; de fait, « [l]e peuple vivait en permanence dans la crainte du lendemain » (p. 28). Cette domination est cependant contrebalancée par de nombreuses forces de solidarité. Au 12e siècle, la « migration des paysans vers la ville » a entraîné un surcroît de « misère » (p. 29) et ce dénuement a entraîné, en retour, un développement des ordres mendiants au sein du christianisme. Duby repère, dans ce mouvement, « les prémisses de la Réforme » (p. 35).

3Les peurs de l’autre s’enracinent, au Moyen Âge, dans les pressions vikings et mongoles. Mais, note l’historien, aux alentours de l’an mille, « les dernières invasions subies par l’Europe ont donné le coup de fouet accélérant l’extraordinaire première croissance européenne qui s’est développée sur trois siècles » (p. 48). Les nuances de l’étrangeté face à l’autre se diffractent entre les régions du royaume ; de même « l’étranger absolu existe » puisque « [c]’est celui qui n’appartient pas à la communauté chrétienne – le païen, le juif, le musulman » (p. 50). Dans un monde aux structures solidaires fortes, les possibilités d’échapper à la puissance « grumeleuse, agglutinante » (p. 57) de la société sont rares. La marginalité – celle des ermites par exemple – crée la crainte, suscite l’effroi.

4Les épidémies – « le mal des ardents », la peste – font naître une « terreur immense » (p. 62). La peste noire a décimé « un tiers ou la moitié de la population », ce qui a eu des « conséquences sociales et mentales (…) gigantesques » (p. 65). En particulier, les ressources ont été partagées entre un plus petit nombre d’individus, ce qui a « déterminé une hausse générale du niveau de vie » (p. 65).

5L’ordre médiéval est organisé autour de la violence – celle notamment que génère la pression pour contrer l’émiettement des « patrimoines » (p. 73). La « puissance de l’Église » s’interpose pour limiter ces pulsions et rationaliser l’agressivité des seigneurs.

6La mort constitue moins une peur qu’un « passage » (p. 84). Il s’agit de ritualiser un transfert vers un au-delà qui structure profondément les croyances au Moyen Âge.

7Ce petit livre enlevé fournit des clés d’interprétation pour saisir une époque par ses peurs ; il permet également de comprendre les écarts entre nos effrois contemporains et ceux de la période médiévale. Dans ces interstices, l’historien déploie ses analyses, trace des généalogies, repère des mutations et sonde des permanences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Georges Duby, Sur les traces de nos peurs »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 28 mars 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18283 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18283

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search