Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152DOSSIERPierre Gaxotte, ou l’extrême droi...

DOSSIER

Pierre Gaxotte, ou l’extrême droite respectable

Baptiste Roger-Lacan
p. 69-88

Résumés

La biographie de Pierre Gaxotte permet d’interroger la catégorie « extrême droite » en étudiant les multiples engagements d’un intellectuel qui a accompagné les évolutions de l’extrême droite française, de la rédaction de L’Action française en 1917 au patronage de la revue Nouvelle École à la fin des années 1970. Homme de presse, éditeur et historien, Pierre Gaxotte a écrit une œuvre abondante et protéiforme. Il a fait partie des figures de proue de l’extrême droite de plume pendant six décennies. Sa biographie est d’autant plus intrigante qu’il a su – par un patient travail de reconstruction biographique – échapper à l’anathème qui a frappé l’extrême droite française après 1945. Par la suite, il a su imposer l’image d’un réactionnaire mondain et respectable, véritable notable des lettres parisiennes, qui lui a permis de constituer un pont discret entre une extrême droite intellectuelle en reconstruction et le grand public conservateur, ce dont témoigne notamment le succès jamais démenti depuis presque un siècle de son ouvrage le plus célèbre, La Révolution française (1928).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Définition du Trésor de la langue française.
  • 2 Cas Mudde, « Right-wing extremism analyzed. A comparative analysis of the ideologies of three alleg (...)

1À première vue, le titre de cet article est un exemple d’oxymore. Comment l’extrême droite pourrait-elle être respectable ? Alors que cet adjectif suggère une « valeur morale, sociale ou intellectuelle digne d’estime1 », l’extrême droite est associée, en Europe, au traumatisme de la Seconde Guerre mondiale, après laquelle elle a été rejetée hors des limites de ce qui était politiquement acceptable. Du reste, si le concept a une dimension scientifique, dont la définition reste néanmoins problématique – nous y reviendrons –, dans les champs politique ou médiatique il sert à signaler un « ennemi2 ».

2Certaines figures ont pourtant su échapper à ce stigmate. C’est le cas, par exemple, de Pierre Gaxotte. Disciple de Maurras, historien contre-révolutionnaire, cofondateur de l’hebdomadaire Je suis partout, qu’il dirigea pendant sept ans et auquel il continua à collaborer longtemps après que le journal fut devenu un bastion fasciste, Pierre Gaxotte a indéniablement le parcours d’un homme d’extrême droite. Pourtant, il est l’une des rares plumes de la nébuleuse de l’Action française à n’avoir pas pâti de la condamnation de Maurras après la Seconde Guerre mondiale. Si les principales figures du mouvement n’ont pas cessé d’être publiées depuis 1945, ce fut le plus souvent dans des maisons d’édition confidentielles et acquises au maurrassisme. Les débats – justifiés – qui ont entouré la récente édition chez Robert Laffont d’une sélection des œuvres de Maurras ont largement démontré que sa mémoire était encore problématique. Seuls Pierre Gaxotte et Jacques Bainville semblent faire exception à cette longue éclipse intellectuelle. Mais, à la différence de ce dernier, lorsqu’une maison « grand public » comme Tallandier réédite une partie de l’œuvre de Gaxotte, notamment sa Révolution française, il n’est fait mention nulle part de ses engagements politiques. Contrairement à celui de nombre de ses anciens amis et collaborateurs, l’itinéraire de Pierre Gaxotte permet d’interroger l’existence d’une extrême droite d’autant plus « respectable » qu’une partie de ses engagements ont été dissimulés.

  • 3 Ce qu’a largement démontré Laurent Joly dans ses biographies de figures de l’extrême droite : Xavie (...)
  • 4 Michel Biard, Olivier Coquard, Hervé Leuwers et Pierre Serna, « Michel Vovelle et le “ retour”  de (...)

3Dans le cas de l’historiographie de l’extrême droite, la biographie se justifie d’autant mieux que cette tradition politique valorise l’image de maîtres à penser charismatiques et influents, ce que Gaxotte fut assurément. Cette approche permet également d’écrire une histoire politique attentive aux trajectoires sociales et aux horizons de possibilité des acteurs3. Les « contradictions constitutives4 » d’un personnage permettent d’éclairer une époque en mutation, comme c’est le cas avec Gaxotte, dont la carrière s’étend sur plus de six décennies entre 1917 et 1982, tout en dessinant précisément les contours d’une catégorie politique aussi floue que « l’extrême droite ».

  • 5 Laurent Joly, Naissance de l’Action française, Paris, Grasset, 2015, p. 14.

4De fait, « la notion d’extrême droite est à la fois évidente et problématique5 », d’autant plus que, depuis 1789, l’extrême droite désigne des tendances politiques très différentes et parfois antagonistes. Tentons néanmoins d’esquisser les contours d’une catégorie fuyante : les mouvements d’extrême droite ont en commun de rejeter les idéologies – libéralisme, socialisme – qui fondent le primat de l’individu doté de droits naturels, lui opposant la prépondérance de communautés organiques et de hiérarchies naturelles auxquelles il faudrait se conformer. En s’attaquant à cet ordre, la Révolution française et ses épigones ont amorcé un déclin qui doit être combattu par la restauration de l’ordre renversé, selon des modalités qui varient considérablement d’un courant idéologique à l’autre. Il est plus facile de se risquer à une définition de la respectabilité, constituée par une reconnaissance sociale tacite qui se caractériserait par le soutien symbolique d’instances de légitimation sociale : historien célébré publié par une maison d’édition prestigieuse comme Fayard, chroniqueur au Figaro, académicien… À sa mort, Pierre Gaxotte cochait toutes les cases d’une forme de respectabilité mondaine au sein du grand public conservateur.

5La biographie de Pierre Gaxotte – royaliste, mentor de la jeune garde fasciste des années 1930, antigaulliste écouté – permet de mieux interroger ce qui constitue idéologiquement certains des courants les plus importants de l’extrême droite française au 20e siècle. Elle pose également une question cruciale lorsque l’on réfléchit à la catégorie « extrême droite », celle de sa relation avec la droite. Le problème s’est posé de manière aiguë au 20e siècle, qu’il s’agisse selon les cas de circulations d’acteurs et d’idées ou au contraire de vifs affrontements entre les deux camps. Largement reconstruit par les partis se réclamant du gaullisme, le mythe du « cordon sanitaire » peut créer une forme d’illusion rétrospective qui fossiliserait la réflexion sur l’extrême droite, isolée des autres forces de droite. On risquerait d’oublier qu’il n’en a pas toujours été ainsi : le poids intellectuel de l’Action française à droite comme à l’extrême droite, jusque dans les années 1930, en est une preuve éclatante. Cet article interroge également ce qui, dans une société républicanisée, peut rendre acceptables certaines figures d’extrême droite au moment où d’autres sont complètement exclues des champs politique et culturel légitimes. Enfin, cette dernière question est indissociable d’une réflexion sur la manière dont, après la guerre, Pierre Gaxotte a soigneusement construit sa propre biographie pour en effacer les engagements les moins défendables dans une France en reconstruction.

La naissance d’un historien contre-révolutionnaire (1917-1930)

  • 6 Sur les liens entre la famille Fayard, les figures de l’Action française et Pierre Gaxotte, cf. aus (...)
  • 7 Lettre de Pierre Gaxotte à Charles Maurras, 576AP/81.

6Le parcours de Pierre Gaxotte dans l’entre-deux-guerres est celui d’un des protagonistes de la nébuleuse contre-révolutionnaire. Étant lorrain, issu d’une famille républicaine, c’est pourtant l’Action française, royaliste et nationaliste, qu’il rejoint en 1917 alors qu’il vient d’intégrer l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Il rencontre Charles Maurras par le truchement de la famille Fayard, dont il est proche, et à l’automne il devient son secrétaire nocturne6. Au moment de leur rencontre, Gaxotte paraît déjà séduit par l’Action française : dans une lettre écrite à Maurras au printemps 1917, le jeune homme, plein de déférence, fait l’éloge des camelots du roi7. Il est difficile de savoir si Gaxotte a cherché à rencontrer Maurras parce qu’il partageait déjà ses convictions royalistes, ou s’il est venu à lui par sympathie pour le nationalisme radical affiché par l’Action française pendant la guerre. Il est néanmoins certain que sa « conversion » royaliste est intervenue très tôt dans son parcours intellectuel.

  • 8 Zeev Sternhell, Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, Presses de Sciences-Po, 1972, p. (...)
  • 9 Eugen Weber, L’Action française, (nouv. éd. mise à jour), Paris, Fayard, 1985, p. 67.
  • 10 Jacques Prévotat, L’Action française et les catholiques, Paris, Fayard, 2001, p. 119-120, et L’Acti (...)
  • 11 Laurent Joly, « D’une guerre l’autre. L’Action française et les juifs, de l’Union sacrée à la Révol (...)

7Lorsque Pierre Gaxotte commence à travailler pour Charles Maurras, l’Action française s’est imposée comme le principal lieu de rénovation doctrinale du nationalisme et du royalisme après les crises politiques qui, du boulangisme à l’affaire Dreyfus, ont redéfini les lignes idéologiques et partisanes à droite8. L’habileté théorique et la virulence rhétorique des plumes de L’Action française assurent de fait la prééminence du mouvement sur les milieux nationalistes et royalistes9. Avec la Première Guerre mondiale, le mouvement élargit son audience : ardents défenseurs de l’Union sacrée, ce qui les conduit à défendre des dirigeants républicains, les chefs de l’Action française perdent leur image de factieux10 : entre 1914 et 1916, le tirage du journal est décuplé11.

  • 12 Pierre Gaxotte, Les Autres et moi, Paris, Flammarion, 1975, p. 60-61.
  • 13 Selon Philippe Gaxotte, neveu et ayant droit de Pierre, c’est ainsi que son oncle décrivait son pas (...)
  • 14 À l’Action française, ce canon contre-révolutionnaire a notamment été mis en forme par Louis Dimier (...)

8Très marqué par la destruction presque complète de son village de Revigny-sur-Ornain pendant les combats, Pierre Gaxotte embrasse ce qu’il décrit comme « la grande entreprise de l’Action [qui] était la guerre qu’elle avait déclarée à une bande de traîtres et de défaitistes12 ». Mais pour lui, cette période de secrétariat nocturne est surtout un moment de formation intellectuelle13. Le nationalisme intégral est inséparable des doctrines contre-révolutionnaires qui l’ont précédé et que Maurras a adaptées14. C’est à elles que Gaxotte est exposé pendant les nuits qu’il passe à préparer le quotidien aux côtés de Maurras.

  • 15 Paul Morand, Journal de guerre, I. 1939-1943, édition établie, présentée et annotée par Bénédicte V (...)

9La guerre terminée, l’École normale retrouve un fonctionnement plus normal et le jeune homme quitte son secrétariat nocturne pour retourner à ses études : il prépare l’agrégation d’histoire, qu’il obtient en 1920, et rédige un mémoire sur la corvée à la fin de l’Ancien Régime. Il enseigne alors au lycée d’Évreux, période pendant laquelle il aurait converti l’intégralité de ses classes au royalisme15. Il quitte ensuite l’enseignement au bout d’un an et, sur les conseils d’Arthème Fayard, il retourne à L’Action française comme secrétaire de rédaction.

  • 16 Isabelle De Conihout, « La conjoncture de l’édition », dans Roger Chartier, Henri-Jean Martin, Hist (...)

10À ce moment-là, l’amitié de la famille Fayard autant que sa proximité avec Maurras jouent un rôle décisif dans la fulgurante ascension de Gaxotte au sein des milieux royalistes. 1924 est un tournant à cet égard. Il quitte L’Action française pour prendre de nouvelles fonctions chez Fayard, où il est nommé à la tête de Candide, un nouvel hebdomadaire destiné au grand public conservateur, et d’une nouvelle collection, les Grandes Études historiques, dont les tirages initiaux sont extrêmement importants, entre 15 000 et 40 000 exemplaires16. Le voilà en position de force pour diffuser largement des auteurs évoluant dans la nébuleuse de l’Action française.

  • 17 William Keylor, idem. p. 203-211.
  • 18 William Keylor, ibid., p. 327.
  • 19 William Keylor, « Clio et le roi : Jacques Bainville et la doctrine historique de l’Action français (...)
  • 20 Christian Amalvi, « Les conceptions de l’histoire selon l’Action française de 1910 à 1940 », dans M (...)
  • 21 Guillaume Lancereau, De raison et de mémoire. Écrire l’histoire de la Révolution française (188 (...)

11Jacques Bainville est le premier à publier dans la collection : son Histoire de France paraît en 1924. C’est un coup de maître pour Gaxotte et Fayard, qui attirent l’une des plumes les plus prestigieuses de l’Action française, appréciée bien au-delà des milieux néoroyalistes. Bainville devient aussi l’un des auteurs principaux de Candide, où il écrit une chronique. Son Histoire de France est un énorme succès, jamais démenti depuis, qui dépasse très largement les milieux royalistes et conservateurs17 : on compte 70 000 tirages en 1924, près de 300 000 en 197018. En imposant un nouveau modèle de synthèse historique, très imité dans les années 1920 et 193019, la collection devient le cœur de « l’école capétienne ». Inventé par René Grousset, ce terme désigne le courant historiographique qui s’est organisé autour de l’Action française. Malgré leurs différences, ses figures les mieux connues, Jacques Bainville, Louis Bertrand ou Frantz Funck-Brentano, reprennent les postulats historiques et historiographiques du mouvement20. Il s’agit de défendre l’œuvre civilisatrice de la monarchie contre l’action destructrice de la Révolution et de la République. Directeur de la collection qui publie ces auteurs, Gaxotte en assure aussi la promotion en utilisant ses fonctions à la tête de Candide pour promouvoir les livres qu’il publie21. Le « système » Fayard est bien rodé, au service d’un discours ultranationaliste et contre-révolutionnaire.

  • 22 Pierre Gaxotte, Les autres…, op. cit., p. 272-274.
  • 23 Pierre Gaxotte, La Révolution française, Paris, Fayard, 1928, p. 54.

12En écrivant La Révolution française, publié dans sa collection, Gaxotte s’impose comme une figure incontournable de l’école capétienne alors que cette synthèse contre-révolutionnaire rencontre un succès comparable à celui de l’Histoire de France. Il donne en effet une interprétation très critique de la Révolution et de ses causes. En contant les origines de son livre, il explicite cette anthropologie pessimiste, caractéristique de la pensée antimoderne, insistant sur les facteurs les plus décisifs selon lui dans l’histoire : la bêtise et la faiblesse22. Voilà qui vient colorer un argumentaire contre-révolutionnaire dans lequel Gaxotte, pour reprendre ses propres termes, cite et résume beaucoup d’historiens23. Dans la composition du texte, il s’appuie sur un corpus qui mêle trois types de références : les mémoires et recueils de souvenirs dans lesquels il puise de nombreuses anecdotes ; l’historiographie contre-révolutionnaire de la Révolution ; l’historiographie républicaine, enfin, dont il retourne les conclusions au service de son propre travail.

  • 24 Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Éditions du Seuil, 1990, p. 97-101. Si le (...)

13La rhétorique est habile : en démontrant qu’il maîtrise ses adversaires, Pierre Gaxotte donne à son ouvrage les apparences de l’objectivité tout en s’efforçant de trouver jusque chez eux les preuves de la manipulation révolutionnaire. En apparence, en effet, la Révolution est inexplicable pour Gaxotte. Le premier chapitre décrit un Ancien Régime caractérisé par la « douceur de vivre ». Ce passage liminaire a tout d’une variation sur les mythes et mythologies politiques de l’extrême droite, pour qui l’évocation de « l’âge d’or » est un préliminaire à celle de la chute – ou du déclin – qui caractérise le présent24.

  • 25 Si Charles Maurras était très critique du providentialisme maistrien, il a repris à son compte l’id (...)
  • 26 Pierre Gaxotte, La Révolution…, op. cit., p. 50.

14Ce portrait idyllique de la France monarchique pose une question : comment le peuple heureux d’un pays prospère s’est-il engagé dans une voie aussi destructrice ? Bien que Gaxotte juge la Révolution aussi sévèrement que Maistre et Maurras, il ne se contente pas d’y voir un événement « satanique25 ». Il lui faut expliquer la catastrophe en revenant sur la formation de la « doctrine révolutionnaire ». Voilà le point fondamental de sa démonstration : « le drame du dix-huitième siècle n’est point, à la vérité, dans les guerres ni dans les journées de la Révolution, mais dans la dissolution et le retournement des idées qui avaient éclairé et dominé le dix-septième. Émeutes et massacres n’en seront que la traduction éclatante et sanglante26 ».

  • 27 Pierre Gaxotte, idem, p. 50.
  • 28 Pierre Gaxotte, ibid., p. 60.
  • 29 Pierre Gaxotte, ibid., p. 61.
  • 30 Pierre Gaxotte, ibid., p. 66.

15La « doctrine révolutionnaire » aurait progressivement émergé par l’amalgame d’idées, pour la plupart étrangères, dangereusement introduites en France : la Réforme, née en Allemagne et en Suisse, qui fut la « première explosion de l’individualisme destructeur et de la sentimentalité républicaine27 » ; l’ironie anglaise, fondement de son parlementarisme, et la littérature germanique, importées par Voltaire et Montesquieu ; l’esprit philosophique de 1750, porté par l’Encyclopédie, qui agglomère tous les ennemis de « la tradition, [du] catholicisme, [de] l’histoire et [de] l’autorité28 » ; la pensée de Jean-Jacques Rousseau, enfin, pour qui il est singulièrement sévère, lui reprochant d’avoir utilisé une langue superbe afin de « canoniser une âme sordide29 ». Mises ensemble, ces théories, dangereuses pour l’Ancien Régime, n’auraient pas suffi sans la double influence des sociétés de pensée – parmi lesquelles les loges maçonniques sont particulièrement coupables – et de la « révolte américaine », qui aurait donné à la « doctrine révolutionnaire » ce qui lui manquait, c’est-à-dire un exemple30.

  • 31 Frédéric Monier, Le Complot dans la République  : stratégies du secret, de Boulanger à la Cagoule, (...)

16Dix ans après la révolution de 1917, cette démonstration, qui se conclut par la dénonciation de la propagation révolutionnaire structurée par des sociétés secrètes aux ramifications internationales, a une résonance singulière au moment où la peur du complot communiste fédère la droite et l’extrême droite31. Du reste, si l’intention de Gaxotte de s’adresser à ses contemporains n’était pas claire, l’un des chapitres centraux, intitulé « la Terreur communiste », suffit à dissiper tous les doutes. C’est sans doute l’une des raisons du succès d’un livre célébré par toute la presse de droite et d’extrême droite.

Le mentor de la jeune garde fasciste (1930-1939)

  • 32 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle  : khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guer (...)
  • 33 « Revue de presse », L’Action française, 15 octobre 1929.

17Journaliste, éditeur, désormais historien à succès, Pierre Gaxotte engage son nom dans les luttes politiques de son époque, devenant un des relais intellectuels de l’Action française, notamment en milieu étudiant, où les royalistes exercent encore une influence certaine32. Plus jeune que les grandes figures de l’Action française, directeur de Candide, Gaxotte incarne un séduisant rajeunissement de la doctrine royaliste. Le journal le présente comme un des « maîtres » à lire pour lutter contre les « falsifications excessives de l’histoire de France33 ».

  • 34 Jean-Louis Loubet del Bayle, Les Non-Conformistes des années 30 : une tentative de renouvellement d (...)
  • 35 Kevin Passmore, « Boy Scouting for Grown-Ups ? Paramilitarism in the Croix de Feu and the Parti Soc (...)

18Cependant, loin d’être un simple épigone de Maurras et Bainville, Pierre Gaxotte est aussi l’un des acteurs de la recomposition intellectuelle des extrêmes droites au cours des années 1930. Celle-ci se caractérise par une série de phénomènes concomitants : l’effritement du magistère maurrassien sur fond de scissions au sein de l’Action française ; l’apparition de « relèves » non conformistes tournées vers les expériences étrangères, du salazarisme au fascisme34 ; l’émergence, enfin, de mouvements de masse, ligues et partis politiques35. Fondateur et rédacteur en chef de Je suis partout, lancé par Fayard en 1930, Pierre Gaxotte est à la charnière d’une Action française concurrencée et des groupes fascistes qui émergent dans les années 1930.

  • 36 Pierre Milza, « L’ultra-droite des années trente », dans Michel Winock (dir.), Histoire de l’extrêm (...)
  • 37 Michel Dobry, « La thèse immunitaire face aux fascismes. Pour une critique de la logique classifica (...)

19Généralement associé aux figures de Robert Brasillach, Lucien Rebatet ou Pierre-Antoine Cousteau, Je suis partout aurait incarné une forme de romantisme fasciste, virulent mais limité à un entre-soi parisien36. Inséparable de la « thèse immunitaire37 », qui postulerait une allergie de l’immense majorité de la société française au fascisme parce que celui-ci serait étranger aux traditions politiques nationales, cette lecture sous-estime l’aura de Je suis partout autant que ses liens avec les autres composantes de l’extrême droite française. Pierre Gaxotte est l’un d’entre eux – et non des moindres – puisque ce maurrassien a contribué à l’émergence d’une jeune garde de journalistes qui s’éloignaient du maurrassisme à mesure qu’ils embrassaient le fascisme.

  • 38 IMEC, Fonds Jean Fayard-FYR 5.

20D’abord conçu par Arthème Fayard et Pierre Gaxotte comme un hebdomadaire d’informations internationales, « Le grand hebdomadaire de la vie mondiale » est lancé le 29 novembre 1930. S’il n’affiche pas tout de suite de sympathies fascistes, cela change assez vite. L’infléchissement de la ligne est généralement attribué aux jeunes journalistes de la rédaction. Dans un texte inédit, Jean Fayard, fils de l’éditeur, journaliste et proche ami de Gaxotte, le présente comme une digue contre les « débordements » profascistes, voire pronazis, de ses « disciples »38. On touche ici à l’un des arguments fondateurs de la respectabilité de Gaxotte : défenseur de l’orthodoxie maurrassienne, il aurait tout fait pour freiner l’évolution fasciste de Je suis partout sans y parvenir. C’est à ce moment-là qu’il se serait éloigné de l’hebdomadaire qu’il avait fondé.

  • 39 Pierre-Marie Dioudonnat, « Maurras et l’Action française vus par Je suis partout », dans Centre Cha (...)
  • 40 Pierre Gaxotte, « Notes prises en flânant », Je suis partout, 22 octobre 1932.
  • 41 Christophe Poupault, « Les voyages d’hommes de lettres en Italie fasciste », Vingtième Siècle. Revu (...)
  • 42 Olivier Dard, « Charles Maurras, le fascisme, la latinité et la Méditerranée », Cahiers de la Médit (...)
  • 43 Robert Brasillach, Notre avant-guerre, Paris, Plon, 1950 (1941), p. 214.

21Ce récit doit être déconstruit, car Pierre Gaxotte est loin d’avoir été une figure effacée, dépassée par la fougue fasciste de rédacteurs plus jeunes. D’une part, comme l’a démontré Pierre-Marie Dioudonnat, l’opposition entre Je suis partout et l’Action française, bien réelle après 1940, n’est pas évidente avant la guerre39. D’autre part, les sympathies fascistes du journal ne se sont pas affirmées malgré Pierre Gaxotte, mais sous sa direction. Dès le 22 octobre 1932, pour le dixième anniversaire de la marche sur Rome, l’hebdomadaire publie un numéro spécial dans lequel Pierre Gaxotte écrit un éditorial très laudateur pour l’Italie de Mussolini40. Si le soutien de Je suis partout n’est guère surprenant – après tout, à cette date, nombre d’intellectuels, conservateurs, nationalistes ou royalistes, professent leur admiration du duce41 –, il s’exprime dans des termes différents. Lorsqu’ils parlent du fascisme, Gaxotte et ses collaborateurs ne reprennent pas le discours de Maurras qui cherche surtout l’écho de ses propres théories dans le discours de Mussolini42. Au contraire, ils mettent en avant ses succès et, surtout, sa capacité de rupture. Dans les années qui suivent, éditoriaux et articles se succèdent qui célèbrent les réussites de Mussolini et d’Hitler au point qu’en 1936, Je suis partout est devenu pour Brasillach « l’organe officiel du fascisme international43 ». Loin de la combattre, Pierre Gaxotte paraît embrasser l’évolution de ses collaborateurs. Sans le dire explicitement, un éditorial de juin 1936 a tout de la profession de foi fasciste :

  • 44 Pierre Gaxotte, « Oui, il faut des réformes », Je suis partout, 27 juin 1936.

« Mais nous, nous ne sommes pas des conservateurs, nous sommes des révolutionnaires. Nous ne nous targuons pas de descendre ; nous avons la prétention de monter. Nous ne sommes pas les restes d’une société cossue, bien élevée et enfoncée dans les agréments de la vie ; nous sommes les hérauts d’une société pauvre, forte et bien portante, où l’argent ne comptera guère, où les distinctions sociales ne reposeront plus sur la situation, mais sur le sacrifice, où l’on n’honorera pas ceux qui ont beaucoup gagné, mais ceux qui ont beaucoup perdu, ceux qui ont beaucoup donné pour le bien commun et pour la grandeur nationale. »44

  • 45 Emilio Gentile, « Fascisme, totalitarisme et religion politique  : définitions et réflexions critiq (...)
  • 46 Zeev Sternhell, Ni droite, ni gauche  : l’idéologie fasciste en France, Paris, Éditions du Seuil, 1 (...)

22L’inspiration mussolinienne est évidente : contre les conservateurs, la révolution qu’il appelle de ses vœux a pour but la régénération nationale. Au fondement de ce projet, on sent poindre l’envie de former un homme nouveau entièrement dévoué à une nouvelle religion politique45. Ni à droite ni à gauche46, s’affirmant révolutionnaire et non réactionnaire, le projet de Gaxotte est tourné contre un ordre ancien qui empêche l’avènement d’une nouvelle société dont l’idéal sacrificiel transcende ses membres.

  • 47 Robert Brasillach, ibid., p. 214.

23Écrit peu de temps après la victoire du Front populaire, cet article illustre le durcissement doctrinal de Je suis partout pendant la campagne législative de 1936. Cette outrance verbale et idéologique lasse Arthème Fayard, qui décide de s’en séparer. Tout en occupant toujours ses fonctions chez l’éditeur, Gaxotte reste à la tête de Je suis partout, racheté par ses rédacteurs dans une « formule de coopérative de fait47 ». À partir de cette date, le journal ne met plus aucune entrave à son enthousiasme fasciste et antisémite, embrassant autant la cause de Mussolini que celle d’Hitler.

24Lorsqu’il laisse son poste de rédacteur en chef à Robert Brasillach en 1937, Gaxotte n’invoque pourtant pas la ligne éditoriale – contrairement à ce que lui et ses proches affirmeront après la guerre – mais le temps que lui prennent ses autres travaux. Difficile de voir là un désaveu politique, d’autant qu’il continue d’y écrire de manière quasiment hebdomadaire.

  • 48 Pierre Gaxotte, « Et vive la Révolution ! Petit programme pour les cérémonies », Je suis partout, 2 (...)
  • 49 Édouard Drumont, La France juive, Paris, C. Marpon & Flammarion, 1996, p. II. Sur les inspirations (...)
  • 50 Pierre Gaxotte, « L’homme maudit », Candide, 7 avril 1938.
  • 51 Laurent Joly, Xavier Vallat (1891-1972)  : du nationalisme chrétien à l’antisémitisme d’État, Paris (...)

25En février 1939, une semaine après un numéro spécial intégralement dédié aux obsessions antisémites de Lucien Rebatet, Gaxotte se fend d’un éditorial de la même eau. Alors que Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale, est chargé de l’organisation du cent cinquantenaire de la Révolution française, l’article rappelle ses origines juives alsaciennes en l’appelant « Johann ». Évoquant la commémoration, il écrit que « ce sera gai comme un service à la synagogue de la rue de la Victoire ». Un peu plus loin, il s’acharne : « M. Zay honorera d’un souvenir ému les lois qui ont établi sur la nation française la domination de la nation juive48 ». La Révolution française que décrit Gaxotte n’est guère différente de celle que dénonçait Drumont, qui écrivait dans l’introduction de La France juive : « Le seul auquel la Révolution ait profité est le juif49 ». Alors qu’il avait déjà traité Léon Blum de « jument palestinienne » dans un article intitulé « L’homme maudit50 », Gaxotte persiste et accompagne la résurgence antisémite que l’élection du Front populaire a provoquée à droite et à l’extrême droite51.

  • 52 Archives de la Préfecture de Police de Paris, 77W6397-210166, note du 28 mai 1940.

26Séduit par la révolution contre-révolutionnaire que propose le fascisme, Pierre Gaxotte n’est absolument pas un marginal dans l’équipe de Je suis partout, au point qu’en 1940, les Renseignements généraux écrivent qu’il serait « bien connu pour ses sympathies aux idéologies racistes et totalitaires » et « dans le privé, au cours de plusieurs réceptions mondaines, il s’est fait remarquer par ses propos favorables à l’hitlérisme52 ». Cette note a pourtant quelque chose de paradoxal : bien qu’elle permette de cerner son évolution idéologique au fil des années 1930, elle paraît au moment où, justement, il rompt avec ses disciples.

Le silence d’un maréchaliste désabusé (1939-1945)

27Pour Gaxotte, les deux premières années du conflit sont marquées par les hésitations idéologiques, avant de finalement décider de se reclure dans le silence jusqu’en 1945. Cette attitude en deux temps tranche avec les choix de nombre de ses fréquentations à l’extrême droite pendant l’entre-deux-guerres : Maurras, son mentor, affiche un soutien sans faille au régime de Vichy alors que la plupart de ses anciens disciples deviennent des ténors du collaborationnisme parisien, partisans d’un alignement politique total de la France sur l’Allemagne nazie. De l’imprégnation fasciste au maréchalisme désabusé, ce cheminement permet de saisir le champ complexe de l’extrême droite française au moment où elle touche au pouvoir.

  • 53 Lettre de Pierre Gaxotte à Charles Maurras du 27 juillet 1939 : 576AP/81. Lettre également publiée (...)
  • 54 Le mot est souligné dans la lettre de Gaxotte.
  • 55 Cette conception affleure déjà dans son Frédéric II et paraît se renforcer dans certains des éditor (...)

28À l’été 1939, Gaxotte réfléchit déjà à quitter Je suis partout. Il s’en ouvre à Maurras dans une lettre où il invoque des raisons professionnelles et politiques53. D’une part, Fernand Brouty, le beau-frère de Jean Fayard, « voudrait une séparation totale54 entre les deux maisons m’a demandé (sic) d’une façon très pressante de cesser ma collaboration à Je suis partout ». D’autre part, il écrit que « [son] plus cher désir serait que Je suis partout suivît étroitement la ligne de l’Action française et, tout en gardant une autonomie, ne s’écartât pas des positions de l’A.F. ». La divergence politique entre Je suis partout et l’Action française commence donc à poser problème. Alors que ses jeunes collaborateurs revendiquent de plus en plus la dimension européenne du fascisme et son programme révolutionnaire et anticapitaliste, Gaxotte, élève de Maurras et de Bainville, reste attaché à une conception « nationale » des relations internationales, qui lui fait analyser fascisme et nazisme comme des expressions politiques propres à l’Italie et à Allemagne55.

  • 56 Pierre Gaxotte, La France face à l’Allemagne. Articles, formules et réflexions, Paris, Fayard, 1940 (...)
  • 57 Pierre Gaxotte, idem, p. 30.

29Au bout d’une année d’hésitation, il finit par trancher et prendre ses distances idéologiques avec ses anciens disciples. En avril 1940, il publie La France face à l’Allemagne, dans lequel il s’attaque au nazisme56. Dédié « à la mémoire de Jacques Bainville », il y sélectionne des extraits d’articles parus pour la plupart dans La Nation belge, plus rarement dans Je suis partout. Gaxotte y décrit le nazisme comme un phénomène révolutionnaire, comparable à la Révolution française et, surtout, à la révolution bolchévique, allant jusqu’à proposer une lecture ethnologique de ce phénomène en faisant de l’Allemagne « la mère des révolutions57 » depuis les Germains de l’Antiquité.

  • 58 Thierry Maulnier, « La vie intellectuelle. À propos de trois livres », La Revue universelle, 15 avr (...)

30Cet opuscule inscrit pleinement Gaxotte dans la filiation intellectuelle de Maurras et de Bainville, à qui ses analyses sur la permanence du conflit franco-allemand font écho. La Revue universelle, dirigée par le maurrassien Henri Massis depuis la mort de Jacques Bainville, ne s’y trompe pas, y voyant un « triomphe de la pensée nationaliste française58 », fondamentalement contraire au nationalisme allemand. Signe d’un désaccord croissant, Je suis partout ne consacre pas à une ligne à un livre qui met en cause la fascination du noyau dur de la rédaction pour l’Allemagne nazie.

  • 59 Pierre Gaxotte, « La fleur de la patrie », Candide, 31 juillet 1940.
  • 60 Pierre Gaxotte, « À mort Diafoirus », Candide, 4 septembre 1940.
  • 61 Pierre Gaxotte, « Soyons fiers de nos pères », Candide, 4 décembre 1940.
  • 62 Dans une série de chroniques hebdomadaires qu’il dédie aux jeunes, il fait l’éloge des chantiers de (...)

31Après la défaite, il se réfugie à Clermont-Ferrand, alors en zone « libre ». Avec Jacques Bainville, Gaxotte est l’une des « sources » historiennes de l’idéologie de la Révolution nationale : leur représentation de l’histoire française et leur rejet du jacobinisme et de la Révolution française fondent le discours des autorités de Vichy. Ainsi, dans les premiers mois de l’Occupation, il affiche son maréchalisme dans Candide, dont il est encore rédacteur en chef : tout comme L’Action française, l’hebdomadaire est l’un des principaux organes dans lesquels s’exprime le soutien du pôle traditionaliste et réactionnaire de l’extrême droite au régime de Vichy. Dans ses articles, il s’attaque aux élites de « l’ancien régime politique », responsables de la défaite, notamment les universitaires59 et les dirigeants de la Troisième République, qu’il appelle des Diafoirus60. Pour relever la France, Gaxotte met sa foi dans un chef – « le maréchal, [qui] s’est donné à la France pour la maintenir61 » – et dans la jeunesse française62. Dans son esprit, ces deux entités sont liées, comme l’illustrent les références qu’il fait à Mussolini, exemple d’un chef qui a su s’adresser à la « fleur de la patrie » pour engager la restauration de l’Italie.

  • 63 Pierre Gaxotte, « Les mensonges qui nous font tant de mal », Candide, 9 avril 1941.
  • 64 Pierre Gaxotte, « Et le sixième jour Dieu a créé l’homme », Candide, 12 mars 1941.
  • 65 Pierre Gaxotte, « Léon Daudet », Candide, 8 juillet 1942.
  • 66 Pierre Gaxotte, « Le millième numéro de Candide », Candide, 26 mai 1943.

32Très vite, pourtant, son maréchalisme paraît s’essouffler. Au début de 1941, il devient plus critique du régime, considérant que la révolution nationale est menacée par les maux hérités de la Troisième République : la presse63 et la bureaucratie64. Peu après, il se retire de l’hebdomadaire, dont il abandonne la direction, ne reprenant la plume qu’à deux reprises pour rendre hommage au passé : d’abord en juillet 1942 en souvenir de Léon Daudet, qui vient de mourir65, puis en 1943, pour le millième numéro de Candide66.

  • 67 Olivier Dumoulin, « Pierre Gaxotte », dans Christian Amalvi, Dictionnaire biographique des historie (...)
  • 68 Liste Otto. Ouvrages retirés de la vente par les éditeurs ou interdits par les autorités allemandes(...)
  • 69 Claude Roy, Moi je. Essai d’autobiographie, Paris, Gallimard, 1969, p. 348.

33Comment expliquer ce silence de quatre ans ? Pour Olivier Dumoulin, son soutien au régime de Vichy s’est arrêté « aux portes de la collaboration67 ». Comme d’autres maurrassiens, il aurait ainsi été pétainiste tout en détestant l’Allemagne. Du reste, dès le mois de septembre 1940, les autorités d’Occupation inscrivaient La France face à l’Allemagne sur la « liste Otto », qui recensait les 1060 titres qu’elles voulaient retirer de la vente et mettre au pilon68. Mais, contrairement à nombre de soutiens de l’Action française, il aurait vite pris ses distances avec Vichy. Claude Roy, qui le fréquenta à l’époque, suggère qu’il aurait tôt pressenti l’entrée des Américains dans la guerre69 : en ce cas, son retrait aurait été un moyen de prendre ses distances avec un régime engagé sur la voie de la collaboration avec l’Allemagne.

  • 70 Lucien Rebatet, Le Dossier Rebatet. Les Décombres. L’Inédit de Clairvaux, édition établie, présenté (...)
  • 71 Fonds Pierre Gaxotte à l’Institut, Ms 8539/7.

34Le silence de Gaxotte lui vaut l’hostilité d’une partie de l’extrême droite et notamment de ses anciens camarades de Je suis partout. Ceux-ci lui rappellent publiquement ses engagements passés : Lucien Rebatet le présente comme un moteur de la rédaction dans Les Décombres, son pamphlet autobiographique paru en 1942, pour mieux dénoncer sa « perfidie » et sa trahison du printemps 194070. Alors que Gaxotte avait déjà été identifié par les autorités occupantes en 1940, les attaques de Rebatet lui valent sans doute d’être inscrit par la Gestapo sur une liste d’écrivains à arrêter en cas de débarquement des alliés. À la fin du mois de juin 1944, il échappe de justesse à une tentative d’arrestation qui se déroule d’abord aux locaux des éditions Fayard, puis à son domicile. Prévenu à temps, il réussit à prendre la fuite avant de se cacher pendant les derniers mois de l’Occupation71.

  • 72 Emmanuel Ahounou-Thiriot, Pierre Gaxotte, un itinéraire de Candide à l’Académie française, Paris, É (...)
  • 73 Paul Morand, Journal…, op. cit., p. 511.

35Le seul biographe de Gaxotte estime que ces années de guerre font de lui un « intellectuel du désengagement72 ». Si la formule est séduisante, elle ne paraît pas tout à fait juste. D’une part, les deux premières années du conflit sont pour lui un moment d’hésitation, puis de clarification idéologique. D’autre part, son silence est manifestement perçu comme une prise de position politique qui lui vaut des haines solides à Paris autant que certaines inimitiés dans les milieux de la collaboration vichyssoise73. Enfin, au moment où, à la fin de la guerre, l’anathème est jeté sur une grande partie des hommes et des mouvements d’extrême droite, qui doivent répondre de leurs engagements, le silence de Gaxotte est fondateur dans la construction de sa respectabilité après-guerre.

Entre conservatisme et extrême droite, un Janus politique (1945-2010)

  • 74 La nécrologie du Monde est caractéristique de cette indulgence : Gilbert Comte, « Pierre Gaxotte es (...)

36En 1945, le monde de Gaxotte est bouleversé : nombre de ses relations d’avant-guerre sont emprisonnées ; les journaux auxquels il a contribué au cours de l’entre-deux-guerres sont interdits ; les idées qu’il a défendues pendant vingt ans sont déconsidérées après l’expérience de la collaboration. Pourtant, de 1945 à sa mort et, à vrai dire, jusqu’à aujourd’hui, Pierre Gaxotte a réussi à imposer l’image d’un réactionnaire mondain, un chroniqueur à la plume agréable, de tradition royaliste certes, mais certainement pas un extrémiste74. En vérité, cette image est trompeuse. Elle résulte d’un important travail de construction de sa réputation qui commence dès la Libération. Jusqu’à sa mort, Pierre Gaxotte a tout d’un Janus politique : d’un côté, il affiche le visage d’un conservateur respectable, entre les pages du Figaro et l’Académie française ; de l’autre, il demeure un intellectuel d’extrême droite, usant de sa respectabilité pour accompagner les tentatives de rénovation idéologique d’un bord politique déconsidéré.

37Dans l’immédiat après-guerre, Pierre Gaxotte s’efforce de prendre ses distances avec la part la plus sulfureuse de son passé, la rédaction de Je suis partout, tout en reprenant le cours de sa carrière de journaliste et d’historien. Le procès de Rebatet, ainsi que le soutien de certains de ses amis, lui permettent de jeter une lumière encore plus favorable sur son itinéraire.

  • 75 AN Z/6/255-Dossier 2999. Note de M. Rebatet sur Les Décombres (p. 14). Sur cette ligne de défense, (...)
  • 76 AN Z/6/255-Dossier 2999. Déclaration de Pierre Gaxotte du 5 novembre 1945.
  • 77 Lucien Rebatet, Pierre-Antoine Cousteau, Dialogue de « vaincus », texte inédit présenté et annoté p (...)
  • 78 Archives de la préfecture de police de Paris, 77W6397-210166, note du 10 janvier 1952.

38Après l’exécution de Robert Brasillach au début de l’année 1945, des procédures judiciaires sont engagées contre les autres membres de la rédaction. Gaxotte est cité comme témoin à plusieurs reprises, mais il ne témoigne qu’au procès de Lucien Rebatet, dont il voulait sans doute se protéger. Celui-ci disait en effet que Gaxotte était « l’homme qui avait le plus contribué à [le] lancer dans le journalisme politique, dans la ligne “fasciste”75 ». Dans son témoignage, Gaxotte affirme au contraire avoir résisté dès 194076… Malgré l’acharnement de ses anciens disciples, notamment Rebatet et Cousteau77, c’est cette version qui s’impose. Une note des Renseignements généraux de 1952 témoigne de l’évolution du regard que portent les autorités sur lui. L’hitlérien de 1940 est désormais présenté sous un jour très favorable : il aurait toujours désapprouvé « l’attitude » de ses anciens collaborateurs, à qui il aurait régulièrement annoncé « leur fin sur l’échafaud78 ».

  • 79 Françoise Giroud, « Louis XIV a payé la chambre à coucher de Gaxotte l’historien des Français », Fr (...)
  • 80 Pierre Gaxotte, « Lettre de La Montagne », Le Figaro, 19 juin 1971.

39En plus de cette défense juridique, il sait aussi mobiliser ses réseaux amicaux. Ainsi Françoise Giroud publie un long portrait de Gaxotte dans France Dimanche à l’occasion de la sortie de son Histoire des Français : elle y évoque notamment ses « parties de cache-cache avec la Gestapo79 ». La tentative d’arrestation devient en quelque sorte un brevet de résistance qu’il sait lui aussi rappeler, par exemple dans un article de 1971 publié en une du Figaro80. Ce texte autobiographique est d’autant plus inédit qu’il est lui-même très discret sur ses activités dans les années 1930 et pendant la guerre. Ses souvenirs, publiés dans les années 1970, ne dépassent pas la publication de La Révolution française (1928). Ce silence sur la période pendant laquelle il a été proche de futurs collaborationnistes a continué après sa mort. Ses archives, aussi bien celles qui sont conservées à l’Institut que celles détenues par sa famille, et que nous avons pu consulter, sont parfaitement muettes sur cette période : pas une lettre, pas un papier qui témoigne de son activité à la tête de Je suis partout ! Son neveu et légataire universel, avec qui nous avons pu nous entretenir, est lui aussi très discret : interrogé sur Brasillach et Rebatet, il a d’abord accrédité l’idée que Gaxotte avait tout fait pour empêcher la dérive de ses collaborateurs avant d’éluder le sujet.

  • 81 Emil Cioran, Essai sur la pensée réactionnaire, Paris, Fata Morgana, 2015 (1977), 75 p. La pensée a (...)

40Cette efficace reconstruction biographique permet à Gaxotte d’échapper au stigmate qui pèse sur la plupart de ses anciennes fréquentations politiques. Et dès 1945, il reprend une activité de journaliste, en plus de ses activités d’éditeur. Il commence à collaborer avec plusieurs journaux (La Nouvelle République, La Voix du Nord, L’Intransigeant, Nice-Matin), écrivant des chroniques politiques ou mondaines sous des pseudonymes voltairiens, Candide ou Pangloss. En 1948, il rejoint Le Figaro, où il écrit des chroniques sur la politique, l’histoire et la littérature. Dans un journal destiné à un public assez large, ses textes sont hostiles à l’indépendance de l’Algérie, à l’évolution des mœurs ou – faut-il en être surpris ? – à Mai 68. Autrement dit, s’il impose l’image d’un réactionnaire mondain, il ne s’affiche pas d’extrême droite. Pour distinguer ces deux attitudes politiques, on pourrait suggérer, dans le sillage d’Emil Cioran, familier de cette tradition intellectuelle protéiforme, que l’extrême droite fait système et propose une réponse organisée aux maux qu’elle dénonce là où la réaction paraît fonctionner de manière plus inconséquente, en fonction de ce qui, justement, la fait réagir face à une modernité par essence en perpétuel renouvellement81.

  • 82 Archives de la préfecture de police de Paris, GA 136-210166-69000-225, note du 7 mars 1945 ; et 77W (...)
  • 83 Anne Grynberg, « Des signes de résurgence de l’antisémitisme dans la France de l’après-guerre (1945 (...)

41Mais il met aussi sa plume au service de combats plus radicaux. Resté fidèle à Maurras, avec qui il correspond pendant que celui-ci est emprisonné, il aurait envisagé de relancer un journal et un mouvement royaliste avec Bertrand De Jouvenel dès février 194582. Après l’échec de ce projet, il collabore avec Aspects de la France, un hebdomadaire né en 1947 qui se situe dans la stricte orthodoxie maurrassienne, mais avec un tirage modeste83.

42Les deux mondes de Gaxotte ne sont néanmoins pas complètement étanches, comme le démontrent ses écrits historiques. Après la guerre, il recommence à publier sous son nom. À partir de 1946, il sort de nouveaux livres inédits tout en publiant des versions augmentées et modifiées de ses premiers ouvrages. Des années 1950 à sa mort, il fait de même avec l’Histoire des Français, son grand succès de l’après-guerre.

  • 84 Jean-Clément Martin, Les Échos de la Terreur. Vérités d’un mensonge d’État, 1794-2001, Paris, Belin (...)
  • 85 Pierre Gaxotte, Histoire des Français, Paris, Flammarion, 1972 (1951), p. 809.
  • 86 Pierre Gaxotte anticipe les thèmes développés par une nouvelle génération de publicistes d’extrême (...)
  • 87 Guillaume Gros, « L’Action Française, l’histoire et les historiens après 1945 », dans Olivier Dard, (...)

43Dans ce cas, ses modifications sont d’autant plus saillantes que, dans chaque nouvelle version, le livre s’arrête au seuil du présent, permettant à l’historien de devenir commentateur de sa propre époque : il reprend alors à son compte tous les tropes de l’extrême droite française de l’après-guerre. Dans l’édition originale, parue en 1951, la Libération se voyait renommée la « Révolution de 1944-1946 », une manière d’associer l’épuration à la période dite de la Terreur pendant la Révolution française. Cette analogie, classique dans les milieux d’extrême droite de l’après-guerre84, permettait de construire une position victimaire tout en inscrivant les combats du présent dans le temps long de la mémoire contre-révolutionnaire. Dans les rééditions suivantes, il dénonçait violemment la fin de l’Empire colonial, épousant les combats d’une extrême droite pour qui la décolonisation, et notamment la guerre d’Algérie, fut un moyen de se réorganiser. Finalement, dans la dernière édition, parue en 1972, un court développement sur la Cinquième République et la société du bien-être se terminait par un texte de deux pages, « L’Attente », qui se voulait une adresse à la jeunesse et s’ouvrait par une phrase désespérée sur la modernité française : « Dans la France diminuée, rétrécie, déchue de son rang, les conditions matérielles du bonheur existent, mais les conditions morales de ce bonheur semblent avoir disparu85 ». Son pessimisme accompagne une évolution importante du discours de l’extrême droite, désormais plus occupée à ressasser le déclin français – et ses causes – qu’intéressée par la restauration de la nation dans sa grandeur passée86. Quoi qu’il en soit, derrière le paravent mondain qu’il a su construire, Gaxotte s’impose après-guerre comme l’une des « deux figures de substitution » à Maurras, avec Daniel Halévy87.

  • 88 Guillaume Lancereau, Baptiste Roger-Lacan, « L’Envers de la République. Histoire et historiens à l’ (...)
  • 89 Charles Maurras, Xavier Vallat, Lettres passe-murailles, Paris, La Table ronde, 1966, p. 158.
  • 90 Éliane Viennot, Maria Candea, Yannick Chevalier, Sylvia Duverger, Anne-Marie Houdebine, L’Académie (...)
  • 91 Philippe Lamy, « Le Club de l’horloge (1974-2002). Évolution et mutation d’un laboratoire idéologiq (...)

44Dans l’ambivalente construction de cette respectabilité d’extrême droite, l’Académie française est une étape décisive pour Pierre Gaxotte. Sous la Troisième République, l’institution avait progressivement incarné « une contre-société catholique et aristocratique, de culture contre-révolutionnaire, en marge et en rupture par rapport aux institutions républicaines de validation des savoirs88 ». Si l’ordonnance du 26 décembre 1944 avait exclu un certain nombre d’académiciens, collaborateurs ou collaborationnistes, l’Académie française restait une institution marquée par une longue tradition d’hostilité à la République. En 1953, Gaxotte, déjà récompensé à deux reprises par des prix de l’Académie, est élu au fauteuil 36 après une campagne suivie par les milieux d’extrême droite89. Reçu par le général Weygand, il occupe son siège pendant presque trente ans, s’opposant à toute évolution de l’institution90. Fort de cette notabilité académicienne, il accompagne la rénovation idéologique de l’extrême droite jusque dans les années 1970 : à partir de 1975, il est ainsi l’un des membres du comité de patronage de Nouvelle École, revue de la Nouvelle Droite, l’un des mouvements clés de la renaissance intellectuelle de l’extrême droite. La Révolution française était du reste une référence importante pour le Club de l’horloge, autre composante de cette mouvance91.

Conclusion

  • 92 Gilbert Comte, « Pierre Gaxotte est mort », Le Monde, 23 novembre 1982.
  • 93 Antonino De Francesco, La Guerre de deux cents ans, Paris, Perrin, 2018, p. 276.

45À sa mort, en 1982, Pierre Gaxotte est célébré comme un grand notable réactionnaire pour qui son engagement d’avant-guerre à l’extrême droite serait devenu une forme d’attitude face à la modernité : il aurait été « un spirituel érudit du dix-huitième siècle, véritable honnête homme transporté intact dans notre âge de béton et de fer92 ». Cette mémoire a persisté jusqu’à aujourd’hui, alors que La Révolution française continue d’être l’un des ouvrages les plus vendus sur la période. Dans sa synthèse sur l’historiographie de la Révolution, Antonino De Francesco suggérait que le succès continu de ce livre signalait « la résilience du récit contre-révolutionnaire dans la société française93 ». S’il y a sans doute une part de vérité dans cette affirmation, elle ne nous paraît pas complètement expliquer sa durabilité.

46Dans le cas de Pierre Gaxotte, comme dans celui de Jacques Bainville, on doit s’interroger sur ce qui a permis à leurs œuvres de s’imposer largement en dépit de leurs appartenances idéologiques. La forme a sans doute joué un rôle. L’œuvre de Gaxotte est plaisante à lire, il y démontre une parfaite maîtrise de la langue, à la fois claire, précise, souvent ironique. Mais, à nouveau, les seules qualités de plume ne suffisent pas à expliquer une telle fortune éditoriale dans la durée. Dès lors, on peut suggérer que la respectabilité de Gaxotte, soigneusement construite après 1945, a joué un rôle décisif. Si le conflit a durablement séparé la droite de l’extrême droite, Pierre Gaxotte est demeuré un point de contact entre deux traditions idéologiques. Alors même que, depuis 1945, l’extrême droite a connu de profondes mutations idéologiques, sa vision de l’histoire a su conserver une place centrale dans la gamme de récits qui viennent asseoir les discours politiques, de la droite conservatrice à l’extrême droite.

47Au moment où le « cordon sanitaire » a complètement disparu, gageons que la Révolution de Gaxotte, et son rejet total d’une Révolution assimilée à un complot contre la France, continuera de trouver des lecteurs, des disciples et des héritiers.

Haut de page

Notes

1 Définition du Trésor de la langue française.

2 Cas Mudde, « Right-wing extremism analyzed. A comparative analysis of the ideologies of three alleged right-wing extremist parties (NPD, NDP, CP’86) », European Journal of Political Research, n° 27, 1995, p. 205.

3 Ce qu’a largement démontré Laurent Joly dans ses biographies de figures de l’extrême droite : Xavier Vallat (1891-1972)  : du nationalisme chrétien à l’antisémitisme d’État, Paris, Grasset, 2001 ; Darquier de Pellepoix et l’antisémitisme français, Paris, Berg International, 2002.

4 Michel Biard, Olivier Coquard, Hervé Leuwers et Pierre Serna, « Michel Vovelle et le “ retour”  de la biographie », Annales historiques de la Révolution française, n° 404, juin 2021, p. 102.

5 Laurent Joly, Naissance de l’Action française, Paris, Grasset, 2015, p. 14.

6 Sur les liens entre la famille Fayard, les figures de l’Action française et Pierre Gaxotte, cf. aussi Sophie Grandjean-Hogg, L’Évolution de la librairie Arthème Fayard (1857-1936), thèse de doctorat, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 1996, p. 477-486.

7 Lettre de Pierre Gaxotte à Charles Maurras, 576AP/81.

8 Zeev Sternhell, Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, Presses de Sciences-Po, 1972, p. 61-107 ; Stephen Wilson, « L’Action française et le mouvement nationaliste français entre les années 1890 et 1900 », Études maurrassiennes IV, Aix-en-Provence, Centre Charles Maurras, 1980, p. 309-321 ; Philippe Levillain, Boulanger, fossoyeur de la monarchie, Paris, Flammarion, 1982 ; Laurent Joly, Naissance de l’Action française, Paris, Grasset, 2015, p. 161-306.

9 Eugen Weber, L’Action française, (nouv. éd. mise à jour), Paris, Fayard, 1985, p. 67.

10 Jacques Prévotat, L’Action française et les catholiques, Paris, Fayard, 2001, p. 119-120, et L’Action française, Paris, PUF, 2004, p. 44-49.

11 Laurent Joly, « D’une guerre l’autre. L’Action française et les juifs, de l’Union sacrée à la Révolution nationale (1914-1944) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 59/4, 2012, p. 99.

12 Pierre Gaxotte, Les Autres et moi, Paris, Flammarion, 1975, p. 60-61.

13 Selon Philippe Gaxotte, neveu et ayant droit de Pierre, c’est ainsi que son oncle décrivait son passage à l’Action française (entretien avec l’auteur le 4 février 2021). C’est également ce qui ressort du deuxième volume de ses souvenirs. Pierre Gaxotte, Les autres…, op. cit., p. 40-79.

14 À l’Action française, ce canon contre-révolutionnaire a notamment été mis en forme par Louis Dimier, Les Maîtres de la contre-révolution, Paris, Librairie des Saints-Pères, 1907. La réédition de 1917 paraît à la Nouvelle Librairie nationale.

15 Paul Morand, Journal de guerre, I. 1939-1943, édition établie, présentée et annotée par Bénédicte Vergez-Chaignon, Paris, Gallimard, 2020, p. 510.

16 Isabelle De Conihout, « La conjoncture de l’édition », dans Roger Chartier, Henri-Jean Martin, Histoire de l’édition française (III). Le livre concurrencé (1900-1950), Paris, Fayard, 1991, p. 86.

17 William Keylor, idem. p. 203-211.

18 William Keylor, ibid., p. 327.

19 William Keylor, « Clio et le roi : Jacques Bainville et la doctrine historique de l’Action française », Études maurrassiennes III, Aix-en-Provence, Centre Charles Maurras, 1974, p. 97-106 ; Philippe Ariès, Le Temps de l’histoire, nouvelle édition, Paris, Éditions du Seuil, 1986 (1954), p. 60-66.

20 Christian Amalvi, « Les conceptions de l’histoire selon l’Action française de 1910 à 1940 », dans Michel Leymarie, Jacques Prévotat, L’Action française…, op. cit., p. 61-73.

21 Guillaume Lancereau, De raison et de mémoire. Écrire l’histoire de la Révolution française (1881-1939), thèse de doctorat, École des hautes études en sciences sociales, p. 537.

22 Pierre Gaxotte, Les autres…, op. cit., p. 272-274.

23 Pierre Gaxotte, La Révolution française, Paris, Fayard, 1928, p. 54.

24 Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Paris, Éditions du Seuil, 1990, p. 97-101. Si le mythe de l’âge d’or n’est pas spécifique à l’extrême droite, la fascination pour la chute est une constante de sa rhétorique.

25 Si Charles Maurras était très critique du providentialisme maistrien, il a repris à son compte l’idée du « satanisme révolutionnaire », qui lui permettait de marquer clairement l’ennemi qu’il combattait. Jean Zaganiaris, Spectres contre-révolutionnaires. Interprétations et usages de la pensée de Joseph de Maistre, XIXe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 166-167.

26 Pierre Gaxotte, La Révolution…, op. cit., p. 50.

27 Pierre Gaxotte, idem, p. 50.

28 Pierre Gaxotte, ibid., p. 60.

29 Pierre Gaxotte, ibid., p. 61.

30 Pierre Gaxotte, ibid., p. 66.

31 Frédéric Monier, Le Complot dans la République  : stratégies du secret, de Boulanger à la Cagoule, Paris, La Découverte, 1998, p. 145-184.

32 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle  : khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 237-241 ; Guillaume Gros, Philippe Ariès :  un traditionaliste non-conformiste, de l’Action française à l’École des hautes études en sciences sociales, 1914-1984, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008, p. 37-39.

33 « Revue de presse », L’Action française, 15 octobre 1929.

34 Jean-Louis Loubet del Bayle, Les Non-Conformistes des années 30 : une tentative de renouvellement de la pensée politique française, édition revue et actualisée par l’auteur, Paris, Éditions du Seuil, 2001 ; Olivier Dard, Le Rendez-vous manqué des relèves des années trente, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

35 Kevin Passmore, « Boy Scouting for Grown-Ups ? Paramilitarism in the Croix de Feu and the Parti Social Français », French Historical Studies, 19, no 2, 1995, p. 527‑557 ; Brian Jenkins, Chris Millington, France and Fascism. February 1934 and the Dynamics of Political Crisis, Milton Park, Abingdon, Oxon, Routledge, 2016.

36 Pierre Milza, « L’ultra-droite des années trente », dans Michel Winock (dir.), Histoire de l’extrême droite en France, nouvelle édition mise à jour, Paris, Éditions du Seuil, 2015 (1993), p. 186.

37 Michel Dobry, « La thèse immunitaire face aux fascismes. Pour une critique de la logique classificatoire », dans Michel Dobry (dir.), Le Mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003, p. 17-68.

38 IMEC, Fonds Jean Fayard-FYR 5.

39 Pierre-Marie Dioudonnat, « Maurras et l’Action française vus par Je suis partout », dans Centre Charles Maurras, Études maurrassiennes IV, Aix-en-Provence, p. 45-60.

40 Pierre Gaxotte, « Notes prises en flânant », Je suis partout, 22 octobre 1932.

41 Christophe Poupault, « Les voyages d’hommes de lettres en Italie fasciste », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 104e volume, no 4, 5 novembre 2009, p. 67-79.

42 Olivier Dard, « Charles Maurras, le fascisme, la latinité et la Méditerranée », Cahiers de la Méditerranée, n° 95, 2017, p. 59-70.

43 Robert Brasillach, Notre avant-guerre, Paris, Plon, 1950 (1941), p. 214.

44 Pierre Gaxotte, « Oui, il faut des réformes », Je suis partout, 27 juin 1936.

45 Emilio Gentile, « Fascisme, totalitarisme et religion politique  : définitions et réflexions critiques sur les critiques d’une interprétation », Raisons politiques, n° 22, 2006/2, p. 119‑73.

46 Zeev Sternhell, Ni droite, ni gauche  : l’idéologie fasciste en France, Paris, Éditions du Seuil, 1983.

47 Robert Brasillach, ibid., p. 214.

48 Pierre Gaxotte, « Et vive la Révolution ! Petit programme pour les cérémonies », Je suis partout, 24 février 1939.

49 Édouard Drumont, La France juive, Paris, C. Marpon & Flammarion, 1996, p. II. Sur les inspirations contre-révolutionnaires de Drumont, très marqué par la lecture de Taine, cf. Grégoire Kauffmann, Édouard Drumont, Paris, Perrin, 2008, p. 82-101.

50 Pierre Gaxotte, « L’homme maudit », Candide, 7 avril 1938.

51 Laurent Joly, Xavier Vallat (1891-1972)  : du nationalisme chrétien à l’antisémitisme d’État, Paris, Grasset, 2001, p. 138-168 ; Laurent Joly, « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe République », Revue d’histoire moderne & contemporaine, n° 54/3, 1er septembre 2007, p. 63-90.

52 Archives de la Préfecture de Police de Paris, 77W6397-210166, note du 28 mai 1940.

53 Lettre de Pierre Gaxotte à Charles Maurras du 27 juillet 1939 : 576AP/81. Lettre également publiée dans Pierre-Jean Deschodt, Cher maître…, op. cit., p. 151-152.

54 Le mot est souligné dans la lettre de Gaxotte.

55 Cette conception affleure déjà dans son Frédéric II et paraît se renforcer dans certains des éditoriaux qu’il publie entre 1938 et 1940 : Georges Bulit, Prussianisme et nazisme : le regard des intellectuels Français sur l’identité nazie de 1933 à 1940, thèse de doctorat, université Paris-4, 2006, p. 268-269.

56 Pierre Gaxotte, La France face à l’Allemagne. Articles, formules et réflexions, Paris, Fayard, 1940, 107 p.

57 Pierre Gaxotte, idem, p. 30.

58 Thierry Maulnier, « La vie intellectuelle. À propos de trois livres », La Revue universelle, 15 avril 1940, p. 147.

59 Pierre Gaxotte, « La fleur de la patrie », Candide, 31 juillet 1940.

60 Pierre Gaxotte, « À mort Diafoirus », Candide, 4 septembre 1940.

61 Pierre Gaxotte, « Soyons fiers de nos pères », Candide, 4 décembre 1940.

62 Dans une série de chroniques hebdomadaires qu’il dédie aux jeunes, il fait l’éloge des chantiers de la jeunesse, sorte de service civil obligatoire mâtiné de scoutisme, qui sont lancés en zone sud au mois de juillet 1940. Cf. aussi Christophe Pécout, « Les chantiers de la jeunesse (1940-1944) : une expérience de service civil obligatoire », Agora débats/jeunesses, 2008/1, n° 47, p. 24-33.

63 Pierre Gaxotte, « Les mensonges qui nous font tant de mal », Candide, 9 avril 1941.

64 Pierre Gaxotte, « Et le sixième jour Dieu a créé l’homme », Candide, 12 mars 1941.

65 Pierre Gaxotte, « Léon Daudet », Candide, 8 juillet 1942.

66 Pierre Gaxotte, « Le millième numéro de Candide », Candide, 26 mai 1943.

67 Olivier Dumoulin, « Pierre Gaxotte », dans Christian Amalvi, Dictionnaire biographique des historiens français et francophones, Paris, La Boutique de l’histoire, 2004, p. 126.

68 Liste Otto. Ouvrages retirés de la vente par les éditeurs ou interdits par les autorités allemandes, septembre 1940.

69 Claude Roy, Moi je. Essai d’autobiographie, Paris, Gallimard, 1969, p. 348.

70 Lucien Rebatet, Le Dossier Rebatet. Les Décombres. L’Inédit de Clairvaux, édition établie, présentée et annotée par Bénédicte Vergez-Chaignon, Paris, Robert Laffont, 2015, p. 347-348, p. 374, p. 476, p. 478.

71 Fonds Pierre Gaxotte à l’Institut, Ms 8539/7.

72 Emmanuel Ahounou-Thiriot, Pierre Gaxotte, un itinéraire de Candide à l’Académie française, Paris, Éditions Publibook Université, 2006, p. 86. Bien que cela soit la seule biographie publiée de Gaxotte, ce livre est aujourd’hui quelque peu dépassé, l’auteur n’ayant pas eu accès à l’époque aux différentes archives de l’historien.

73 Paul Morand, Journal…, op. cit., p. 511.

74 La nécrologie du Monde est caractéristique de cette indulgence : Gilbert Comte, « Pierre Gaxotte est mort », Le Monde, 23 novembre 1982.

75 AN Z/6/255-Dossier 2999. Note de M. Rebatet sur Les Décombres (p. 14). Sur cette ligne de défense, cf. également Bénédicte Vergez-Chaignon, Vichy en prison, Paris, Gallimard, 2006, p. 295.

76 AN Z/6/255-Dossier 2999. Déclaration de Pierre Gaxotte du 5 novembre 1945.

77 Lucien Rebatet, Pierre-Antoine Cousteau, Dialogue de « vaincus », texte inédit présenté et annoté par Robert Belot, Paris, Berg International, 1999, p. 56-59.

78 Archives de la préfecture de police de Paris, 77W6397-210166, note du 10 janvier 1952.

79 Françoise Giroud, « Louis XIV a payé la chambre à coucher de Gaxotte l’historien des Français », France Dimanche, 8 juillet 1951.

80 Pierre Gaxotte, « Lettre de La Montagne », Le Figaro, 19 juin 1971.

81 Emil Cioran, Essai sur la pensée réactionnaire, Paris, Fata Morgana, 2015 (1977), 75 p. La pensée antimoderne, telle que la définit Antoine Compagnon, fonctionnerait selon le même principe (ou plutôt la même absence de principe structurant) : Les Antimodernes : de Joseph de Maistre à Roland Barthes, Paris, Gallimard, 2005, 464 p.

82 Archives de la préfecture de police de Paris, GA 136-210166-69000-225, note du 7 mars 1945 ; et 77W6397-210166, Note du 10 janvier 1952.

83 Anne Grynberg, « Des signes de résurgence de l’antisémitisme dans la France de l’après-guerre (1945-1953) ? », Cahiers de la Shoah, n° 5, 2001/1, p. 189.

84 Jean-Clément Martin, Les Échos de la Terreur. Vérités d’un mensonge d’État, 1794-2001, Paris, Belin, 2018, p. 205.

85 Pierre Gaxotte, Histoire des Français, Paris, Flammarion, 1972 (1951), p. 809.

86 Pierre Gaxotte anticipe les thèmes développés par une nouvelle génération de publicistes d’extrême droite, qui revendique du reste sa filiation avec lui. Guillaume Lancereau, Baptiste Roger-Lacan, Jan Synowiecki, « Zemmour et les anti-Lumières », L’Écho des Lumières, 6 septembre 2019. URL : <https://echosdeslumieres.home.blog/2019/09/06/zemmour-et-les-anti-lumieres/>, consulté le 10 septembre 2021.

87 Guillaume Gros, « L’Action Française, l’histoire et les historiens après 1945 », dans Olivier Dard, Michel Leymarie, Neil McWilliam (dir.), Le Maurrassisme et la culture, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, p. 315-317.

88 Guillaume Lancereau, Baptiste Roger-Lacan, « L’Envers de la République. Histoire et historiens à l’Académie française (1870-1940) », Revue d’histoire moderne et contemporaine (accepté, à paraître).

89 Charles Maurras, Xavier Vallat, Lettres passe-murailles, Paris, La Table ronde, 1966, p. 158.

90 Éliane Viennot, Maria Candea, Yannick Chevalier, Sylvia Duverger, Anne-Marie Houdebine, L’Académie contre la langue française : le dossier « féminisation », Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe, 2016, p. 40.

91 Philippe Lamy, « Le Club de l’horloge (1974-2002). Évolution et mutation d’un laboratoire idéologique », thèse de doctorat, université Paris-8 Saint-Denis, 2016, p. 343.

92 Gilbert Comte, « Pierre Gaxotte est mort », Le Monde, 23 novembre 1982.

93 Antonino De Francesco, La Guerre de deux cents ans, Paris, Perrin, 2018, p. 276.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Roger-Lacan, « Pierre Gaxotte, ou l’extrême droite respectable »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 152 | 2022, 69-88.

Référence électronique

Baptiste Roger-Lacan, « Pierre Gaxotte, ou l’extrême droite respectable »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18369

Haut de page

Auteur

Baptiste Roger-Lacan

Avignon Université, Centre Norbert Elias/IHMC-IHRF

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search