Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152DOSSIERLes traditions de la violence : l...

DOSSIER

Les traditions de la violence : le terrorisme d’extrême droite en République fédérale d’Allemagne

Valérie Dubslaff
p. 89-106

Résumés

Partant des récents attentats perpétrés par l’extrême droite en Allemagne, cet article questionne les continuités de la violence politique après 1945. Il présente les acteurs et actrices du terrorisme nationaliste, leur idéologie, leurs infrastructures, leurs modes d’organisation et d’action, dans le but d’éclairer les motivations de la frange la plus radicale de l’extrême droite et de retracer l’histoire de son activisme à l’aune des transformations sociales, culturelles et politiques en République fédérale d’Allemagne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Stefan Goertz, « Rechtsterroristische Akteure in Deutschland », dans Uwe Backes et alii (éd.), (...)

1Autant le démantèlement, en 2020, de plusieurs cellules terroristes – Nordadler, Gruppe S., Combat 18 Deutschland, Revolution Chemnitz – que le meurtre politique du préfet d’arrondissement de Cassel, Walter Lübcke (2 juin 2019), l’attaque d’une synagogue de Halle en Saxe-Anhalt (deux morts, 9 octobre 2019) ou la fusillade dans deux bars à chicha à Hanau en Hesse (dix morts, 19 février 2020)1 nous ont rappelé à quel point la menace extrémiste était aujourd’hui réelle et diffuse en Allemagne. Mais le terrorisme nationaliste n’y est pas nouveau, il a simplement été occulté, par déni et confort, de la mémoire collective.

22011 marque une césure importante dans cette histoire passablement méconnue : la mise au jour des crimes de la Clandestinité nationale-socialiste (Nationalsozialistischer Untergrund, NSU) met brutalement fin à l’aveuglement, car elle pose avec acuité la question de la résurgence du national-socialisme en République fédérale et, avec elle, de la combativité d’une extrême droite prompte à employer la force pour asseoir sa vision du monde (Weltanschauung) et réaliser ses desseins. La violence en est effectivement un trait distinctif : elle imprègne son histoire, se manifeste dans son discours, ses actions, ses visées, et participe d’une vision du monde fondée sur un ordre foncièrement inégalitaire en termes sociaux, raciaux et de genre. Dans son interprétation néo-nationale-socialiste, cette « idéologie de l’inégalité » justifie la discrimination active, voire l’élimination pure et simple d’éléments « perturbateurs » (opposant·e·s politiques) ou « étrangers » (immigré·e·s, personnes racisées) du corps social. Dans le même temps, elle légitime un combat politique fondamentalement subversif. Intimider, déstabiliser ou démolir l’État, « expurger » le peuple (Volk) de ses « ennemis », établir un régime autoritaire ou totalitaire, tels sont les mobiles qui animent le passage à l’acte violent. Le néonazisme, quelle que soit sa virulence, s’inscrit dans un rapport de nostalgie du Troisième Reich et dans une opposition irréductible au régime politique institué en Allemagne (de l’Ouest) après sa disparition. Il rejette le système de valeurs de la démocratie libérale, le parlementarisme et toute transformation sociale ou culturelle. La filiation explicite avec le nazisme étant interdite en République fédérale après 1949, le militantisme qui s’en réclame ne peut se faire qu’à l’écart. Partant, il se vit souvent dans la clandestinité.

  • 2 Gideon Botsch, « Was ist Rechtsterrorismus ? », dans APuZ, « Rechtsterrorismus », n° 49-50, 2019, p (...)

3Le terrorisme d’extrême droite n’est cependant pas toujours aisément identifiable comme tel, parce qu’il s’inscrit dans un continuum de violence, variable en termes d’intensité, de dommageabilité et de préméditation. Il couvre, en réalité, une large panoplie d’actions allant de l’injure ou de la menace à l’assassinat, de la violence de rue spontanée à l’attentat à la bombe minutieusement planifié2. On entendra donc le terrorisme d’extrême droite comme toute action, tout délit ou crime, préparé et commis clandestinement au nom d’une cause nationaliste, avec l’intention de verser du sang ou de tuer, le but ultime étant de déstabiliser l’ordre établi en installant un climat de peur et d’insécurité dans la société. Pour saisir le phénomène dans sa complexité, il faut par ailleurs regarder au-delà des acteurs, des « loups solitaires » ou cellules constituées, et éclairer les infrastructures et le milieu où ils évoluent : les contextes partisans, politiques et idéologiques, les réseaux de soutien et d’endoctrinement, les processus d’apprentissage et de transmission entre générations. Ces facteurs montrent que les actes terroristes des dernières années ne sont pas des phénomènes isolés, mais qu’ils reposent bel et bien sur un système fondé sur le crime. Ils sont le fruit d’une tradition de la violence qui s’inscrit dans le temps long.

4En Allemagne, le terrorisme nationaliste moderne, comme forme la plus radicale de la violence politique, naît au plus tard au mitan du 20e siècle, alors que sourd la guerre froide. Il se nourrit de la division allemande, resurgit de manière cyclique, atteint son apogée en 1980 et se poursuit même au-delà de la réunification (1990), au 21e siècle, où il gagne de nouveau en intensité. Ces continuités, temporalités et dynamiques sont au centre de cette contribution, qui entend replacer les actes et les acteurs dans un cadre historique plus large afin d’interroger les logiques du terrorisme à l’aune des transformations historiques. Elle retrace le passage du terrorisme anticommuniste des années 1950-1960 (première partie) au terrorisme de « libération » nationaliste des années 1970 (deuxième partie), avant de s’intéresser à l’émergence, courant des années 1980, du terrorisme « racial » qui domine encore largement le fait terroriste dans l’extrême droite contemporaine (troisième partie).

Le terrorisme sous le signe de l’anticommunisme (1945/49-1970)

Guerre froide et antisoviétisme

  • 3 À l’origine, les « pirates edelweiss » faisaient partie de l’opposition antinazie sous le Troisième (...)
  • 4 Daniele Ganser, Les Armées secrètes de l’OTAN :réseaux Stay Behind, opération Gladio et terrorisme (...)
  • 5 Fabian Virchow, « Zur Geschichte des Rechtsterrorismus in Deutschland », dans APuZ, « Rechtsterrori (...)

5Le terrorisme contemporain connaît une préhistoire que l’on peut aisément faire remonter à l’immédiat après-guerre, au moment où s’installe la guerre froide, en Allemagne et dans le monde. Après la capitulation allemande de 1945, les Soviétiques, plus que les alliés occidentaux, deviennent la cible de combattants nazis qui, tantôt seuls, tantôt en bandes, mènent, à l’instar des « pirates edelweiss » (Edelweiß-Piraten), des actions armées contre l’occupant russe en zone soviétique3. Plus tard, après la fondation des deux États allemands, en 1949, c’est aussi au nom de l’anticommunisme que se forgent d’improbables alliances à l’ouest du Rideau de fer : en 1950, le médecin Paul Lüth, un nostalgique du Troisième Reich, fonde la Fédération de la jeunesse allemande (Bund Deutscher Jugend, BDJ), dont l’une des sous-organisations, le Service technique (Technischer Dienst, TD), est financée par la CIA. Elle sert de groupe paramilitaire d’appoint à l’armée secrète « réseaux stay behind » de l’OTAN4. En cas d’invasion soviétique en Allemagne de l’Ouest, le TD devait livrer bataille à l’Armée rouge. Ses membres, dont la plupart sont issus du NSDAP, des SS ou de la Wehrmacht, sont armés, renseignés et entraînés par les Américains à la guérilla urbaine, au meurtre et à la torture. Si la cause commune – la lutte contre l’URSS – semble justifier, du point de vue des services secrets, la collaboration américaine avec des nationaux-socialistes, ces derniers détournent aussi en partie les ressources mises à leur disposition pour nourrir d’autres desseins : le TD établit des listes noires sur lesquelles figurent les noms de syndicalistes ou sociaux-démocrates ouest-allemands à éliminer en cas de guerre5. Après la révélation au grand jour de leur existence en 1952, le TD et la BDJ cessent leurs activités.

  • 6 Pour le premier 20e siècle, on peut nommer les communistes Rosa Luxemburg (1919) et Karl Liebknecht (...)
  • 7 Dominik Rigoll, « Rechte Gewalt in und aus Deutschland. Ein Jahrhundertproblem », dans Zeitschrift- (...)

6Ces quelques exemples, évoqués ici pour illustrer les lignes de continuités personnelles et idéologiques d’une violence qui trouve son origine dans le régime nazi et se poursuit en République fédérale d’Allemagne, préfigurent le terrorisme moderne et endogène que connaît la démocratie allemande à partir des années 1960. Son moteur, l’anticommunisme, reste le même, mais on observe à cette époque un recentrement sur l’« ennemi intérieur » : à défaut de pouvoir lutter contre l’URSS et son avatar est-allemand, la RDA, en dehors des frontières ouest-allemandes, la frange la plus radicale de l’extrême droite s’attaque désormais en priorité à ceux qu’elle qualifie de relais ou de représentants communistes en RFA. La gauche et les « gauchistes » entrent définitivement dans sa ligne de mire. La tentative d’assassinat de Rudi Dutschke, illustre porte-voix du mouvement étudiant de Berlin-Ouest, le 11 avril 1968, par le jeune activiste Josef Bachmann, marque ainsi le début du terrorisme d’extrême droite en République fédérale. Cet attentat, qui s’ajoute à la longue liste des meurtres politiques perpétrés au cours du 20e siècle en Allemagne6, nous invite certes, comme le suggère l’historien Dominik Rigoll, à explorer les traditions de la violence nationaliste dans un temps plus long7, mais on ne peut réellement en saisir la portée et la signification si on ne prend pas en compte le contexte spécifique de la guerre froide, dans lequel s’exacerbe le clivage gauche-droite. Il permet en effet d’expliquer l’émergence d’un nouveau terrorisme nationaliste après l’arrivée au pouvoir de la gauche en 1969 : s’enclenche alors, par réaction, une dynamique de radicalisation inédite dans l’extrême droite d’après-guerre.

La radicalisation de l’extrême droite dans le contexte de détente politique

  • 8 Selon ce modèle, l’Allemagne s’étend de la RFA à la RDA et comprend aussi les territoires anciennem (...)
  • 9 Le Parti national-démocrate d’Allemagne (Nationaldemokratische Partei Deutschlands, NPD) est un par (...)
  • 10 Sur l’« Action résistance », consulter Christoph Kopke, « Die Aktion Widerstand, 1970/71 : Die “nat (...)

7Le terrorisme anticommuniste survient effectivement dans une période de profonde transformation socioculturelle et politique, à un moment charnière où disparaît peu à peu l’ordre très conservateur et patriarcal hérité de l’ère Adenauer au profit d’une société plus consumériste, plus libérale et plus démocratique. Mais le changement se joue aussi et surtout sur le plan des relations interallemandes : sous l’impulsion du chancelier social-démocrate Willy Brandt, élu en 1969, la RFA capitaliste s’ouvre lentement à la RDA communiste. Pour l’extrême droite, ce rapprochement est intolérable, puisqu’il implique une reconnaissance du statu quo de la division allemande et renvoie aux calendes grecques toute possibilité de réunifier, comme elle l’espère, l’Allemagne dans les frontières de 19378. En réaction, les nationalistes, qui jusqu’alors tentaient vainement d’imposer leur programme politique par les urnes, choisissent, face à la déconfiture aux élections fédérales de 1969 de leur principal représentant politique, le NPD9, d’étendre leur périmètre d’action à la rue : ils misent désormais sur un militantisme plus visible et offensif. Alors que Willy Brandt s’apprête, en 1970, à concrétiser sa « Nouvelle Ostpolitik » à travers divers traités avec Moscou, Varsovie, Berlin-Est et Prague, des activistes lancent l’« action résistance » (Aktion Widerstand) qui, conçue comme une vaste campagne antigouvernementale, ne cesse de se radicaliser sous l’effet d’une jeunesse néonationale-socialiste, pour laquelle l’activisme violent est le seul moyen qui vaille face au « système démocratico-gauchiste10 ».

  • 11 Cité dans Barbara Manthe, « Ziele des westdeutschen Rechtsterrorismus vor 1990 », dans Wissenschaft (...)
  • 12 Cité dans Paul Moor, « Die kleine Welt Ekkehard Weil », dans Zeit online, 12/03/1971, <https://www. (...)
  • 13 En 1977, il est arrêté pour avoir incendié, avec l’aide de complices, la centrale du Parti socialis (...)

8Dans le sillage des manifestations parfois violentes de l’« Action résistance » apparaissent des groupes terroristes, notamment le Front de libération européen (Europäische Befreiungsfront, EBF), démasqué avant de pouvoir passer à l’acte, alors qu’il prépare des attentats contre des soldats de la Bundeswehr, mais aussi sur des politiques ou des journalistes de gauche, afin de « combattre et détruire tout mouvement communiste-bolcheviste en Europe », comme l’indique son manifeste11. Le 7 novembre 1970, l’un de ses membres, l’aide-soignant Ekkehard Weil, blesse par balle un soldat de la garde d’honneur soviétique posté devant le mémorial de l’Armée rouge dans le Tiergarten à Berlin-Ouest. Son but est de le tuer pour, dira-t-il plus tard lors de son procès en mars 1971, défendre la ville de Berlin contre « l’invasion de l’URSS12 ». Considéré comme « loup solitaire », il est condamné à six ans de prison et gracié au bout de quatre ans de détention. Après sa libération, il poursuit sa « carrière » de terroriste, en Allemagne d’abord, puis en Autriche13.

  • 14 Nationale Deutsche Befreiungsbewegung (NDBB), Gruppe Hengst, Nationalsozialistische Kampfgruppe Gro (...)
  • 15 Massimiliano Livi, Daniel Schmidt et Michael Sturm (éd.), Die 1970er Jahre als schwarzes Jahrzehnt. (...)

9Au début des années 1970, l’activité terroriste est dense, les autorités déjouent plusieurs attentats et débusquent divers groupuscules comme le Mouvement de libération nationaliste allemand, le « Groupe Hengst », nommé d’après son chef Bernd Hengst, ou le Groupe de combat national-socialiste de la grande Allemagne14. Tous ces groupes armés, bien que stoppés avant de pouvoir prendre de l’envergure, sont le signe du jusqu’au-boutisme terroriste qui gagne lentement la jeune République et qui d’ailleurs, à la même période, connaît son pendant à l’extrême gauche de l’échiquier politique : en 1970 se constitue la Fraction armée rouge (Rote Armee Fraktion, RAF), qui enlève et assassine des représentants du « système capitaliste ». Ainsi ballottée entre extrême droite et extrême gauche, la « décennie noire15 » se caractérise par la brutalisation des rapports politiques : c’est l’un des effets paradoxaux de la détente et du rapprochement germano-allemand.

Préparer la guerre civile : l’âge mûr du terrorisme (années 1970 et 1980)

La paramilitarisation de l’extrême droite

  • 16 En 1980, au moment de son interdiction, l’organisation compte environ 70 membres et plus de 400 sym (...)
  • 17 Manifeste cité dans Karl-Heinz Hoffmann, « Die Verfassung von 1933 », <14/04/2011, http://www.karl- (...)

10Tout au long des années 1970, les bases du terrorisme se consolident par le truchement d’acteurs et d’organisations d’extrême droite qui « arment » leur milieu en formant des « combattants » nationalistes. Le Groupe de sport militaire Hoffmann (Wehrsportgruppe Hoffmann, WSG Hoffmann) en est un exemple éloquent. Fondé en 1973 par le Bavarois Karl-Heinz Hoffmann, le WSG Hoffmann est une organisation paramilitaire qui s’assume publiquement comme telle. Ses membres, de jeunes hommes pour la plupart, portent l’uniforme, affichent une virilité soldatesque, se déplacent en véhicules militaires, se dotent de fusils, d’explosifs et d’armes blanches, à l’usage desquels ils sont entraînés dans des camps spécifiques16. Le code de conduite y est autoritaire et la formation intransigeante. Mêlant sport de combat, survivalisme et endoctrinement nazi, l’organisation prépare la relève nationaliste au « jour J » (Tag X), jour où le déclenchement d’une guerre civile doit permettre à l’extrême droite d’accéder au pouvoir. Même si Karl-Heinz Hoffmann refuse officiellement l’étiquette néonazie, son idéologie n’en est pas moins fortement empreinte, comme l’atteste son manifeste de 1973, dans lequel il exprime sa volonté de rétablir la « communauté du peuple » (Volksgemeinschaft) nazie et de provoquer « un changement radical des structures globales ». Le moment venu, ce changement, explique-t-il, verra l’abolition de la démocratie : il faut, selon lui, interdire les partis, les syndicats et les Églises, nationaliser les banques et les grandes entreprises, puis ériger une dictature sur la base d’un principe de gouvernance oligarchique et secret17. En janvier 1980, les agissements semi-clandestins de Hoffmann incitent le ministre fédéral de l’Intérieur, Gerhart Baum, à interdire l’organisation, moins par souci de sûreté intérieure que pour préserver la bonne réputation de l’Allemagne fédérale à l’international.

  • 18 Fabian Virchow, « Wiking-Jugend », dans Wolfgang Benz, Handbuch des Antisemitismus, Organisationen, (...)

11D’autres organisations prennent alors le relais. La Jeunesse Viking (Wiking-Jugend, WJ) par exemple, dont les desseins et les modes d’organisation sont à la fois proches et différents. Directement inspirée des Jeunesses hitlériennes, la WJ est l’une des plus grandes organisations d’extrême droite d’après-guerre. Depuis sa création en 1952, elle se dédie exclusivement à la socialisation nazie d’enfants et d’adolescent·e·s issu·e·s de familles nationalistes. Elle forme ainsi des générations entières d’extrémistes : plus de 15 000 jeunes jusqu’à son interdiction en 1994. À l’occasion de camps, de fêtes et de rencontres, la WJ imprègne les corps et les esprits : on élève la jeunesse dans la haine de la démocratie parlementaire, on lui inculque les principes de rigueur et de discipline, on l’initie au folklore germanique, à la raciologie et à une lecture révisionniste de l’histoire, on l’entraîne au maniement des armes, on l’éprouve dans des marches et des compétitions sportives18. L’endoctrinement y est genré – garçons et fillettes sont éduqué·e·s séparément, dans le respect des rôles de genre traditionnels – et affaire de famille. Aussi les femmes y jouent-elles un rôle important : elles encadrent les activités au côté des hommes, dirigent les groupes de filles, se chargent de la logistique et du ravitaillement. Wilhelmine Steffens, née en 1913, médecin et nationale-socialiste de la première heure, en est par exemple un pilier. Non seulement elle finance une partie des activités, mais son domaine à Rethem, en Basse-Saxe, accueille à plusieurs reprises les camps de la WJ. Organisation pivot de l’extrême droite allemande, la Jeunesse Viking sert avant tout de fabrique de dirigeants politiques que l’on retrouve ensuite dans les partis d’extrême droite comme le NPD ou la DVU. Certains de ses membres les plus « combatifs » rejoignent les cellules clandestines qui se constituent dans la seconde moitié des années 1970. Ainsi, le WSG Hoffmann et la WJ, deux exemples parmi bien d’autres, ne sont pas à proprement parler des organisations terroristes, mais elles servent de bases arrière idéologiques et activistes à des groupes et des acteurs potentiellement violents. En dispensant une formation paramilitaire aux jeunes, en structurant l’activisme et en consolidant les réseaux d’extrême droite, ces organisations contribuent au développement du terrorisme en République fédérale.

Un terrorisme de « libération » nationaliste

  • 19 Barbara Manthe, « Rechtsterrorismus in der “alten” Bundesrepublik », dans Der rechte Rand, n° 184, (...)
  • 20 Fabian Virchow, « Zur Geschichte des Rechtsterrorismus in Deutschland », op. cit., p. 17.
  • 21 Ingrid Röthke, « Freiheit für Rudolf Hess », dans Deutsche Stimme, n° 5/1979, p. 4.
  • 22 Frank Bösch, « Film, NS-Vergangenheit und Geschichtswissenschaft, von “Holocaust” zu “Der Untergang (...)

12Durant cette période, l’anticommunisme n’est plus le principal mobile, l’antidémocratisme au sens large anime désormais l’action terroriste qui prend de plus en plus pour cible les représentants de l’État de droit, notamment policiers, juges et procureurs, surtout quand ils sont chargés de poursuivre des criminels de guerre ou des néonazis. En 1977, plusieurs bombes explosent ainsi dans des tribunaux de Flensburg et de Hanovre19. La lutte contre le « système » républicain se traduit également par la remise en question systématique d’une culture mémorielle fondée, en Allemagne de l’Ouest, sur la condamnation de la Shoah et la réparation des crimes nazis. Les extrémistes, soucieux quant à eux de réhabiliter le national-socialisme historique, visent avant tout les lieux de commémoration, notamment le mémorial de Bergen-Belsen en 1978, ou des personnalités, comme le célèbre couple de « chasseurs de nazis », Serge et Beate Klarsfeld20 ; d’autres, à l’instar d’Ingrid Röthke, tentent en vain de libérer Rudolf Hess, « l’adjoint du Führer », détenu jusqu’à sa mort en 1987 dans la prison militaire de Berlin-Spandau21. En 1979, Peter Naumann et ses complices font exploser des pylônes relais de la chaîne publique ARD en Rhénanie-Palatinat pour empêcher la transmission à la télévision ouest-allemande de la mini-série « Holocaust » de Marvin Chomsky, que l’historien Frank Bösch a légitimement qualifiée de « césure médiatico-mémorielle » tant elle bouleverse, par la fiction, les représentations des Allemand·e·s sur le génocide des juifs et juives d’Europe sous le national-socialisme22.

  • 23 Sebastian Wehrhahn et Martina Renner, « “Ermordet von Händen von Bösewichten” : der Mord an Shlom (...)
  • 24 Lors du même procès, il est en revanche condamné pour faux-monnayage, atteinte à la liberté individ (...)

13Cette phase d’intense activité terroriste connaît son apogée en 1980. Tout au long de cette année sanglante se produisent coup sur coup plusieurs attaques, assassinats et attentats à l’explosif, dont celui de la « fête de la bière » à Munich, le 26 septembre, est à la fois le plus connu et le plus meurtrier : l’explosion d’une bombe y fait treize victimes et plus de 200 blessés. L’acte était censé déstabiliser « le système » peu avant les élections fédérales d’octobre 1980. On n’a jamais su si l’auteur de l’attentat, le jeune étudiant Gundolf Köhler, lui-même tué lors de l’explosion, avait agi seul ; il est néanmoins prouvé qu’il était passé par la WJ et les camps d’entraînement du WSG Hoffmann. Mais l’extrême droite fait encore d’autres victimes cette année-là. Le 19 décembre, Uwe Behrendt, autre membre du WSG Hoffmann, s’introduit chez l’éditeur juif Shlomo Lewin, à Erlangen en Bavière, et l’assassine à bout portant avant de tuer sa compagne Frida Poeschke23. Karl-Heinz Hoffmann l’aide par la suite à fuir au Liban, où il s’est lui-même installé entre-temps, après l’interdiction de son WSG, pour y constituer une nouvelle organisation paramilitaire en coopération avec l’OLP. Berendt meurt peu après son arrivée dans des circonstances obscures et ne sera donc pas jugé pour son crime, dont le retentissement est d’autant plus fort en Allemagne que le mobile était clairement antisémite. Hoffmann, en revanche, est arrêté dès son retour à Francfort à l’été 1981, accusé lors de son procès d’avoir été le commanditaire du double meurtre, mais acquitté en 1986 par manque de preuves24.

  • 25 Sebastian Gräfe, Rechtsterrorismus in der Bundesrepublik Deutschland : Zwischen erlebnisorientierte (...)
  • 26 Bernhard Blumenau, « Unholy Alliance : The Connection between the East German Stasi and the Right-w (...)

14Véritable homme de l’ombre et instigateur du crime, Hoffmann est un acteur central de la nébuleuse terroriste. Mais il laisse à d’autres le soin de passer à l’acte, à l’instar d’Odfried Hepp, par exemple, passé lui aussi par son camp d’entraînement au Liban. Entre octobre et décembre 1982, Hepp et son complice Walter Kexel commettent près d’une douzaine d’attentats à la voiture piégée contre des ressortissants américains et des soldats de l’US Army stationnée en Hesse25. Hepp, la tête pensante du groupe « Hepp-Kexel », est alors le terroriste le plus recherché de la République fédérale. Il trouve refuge en RDA, avec laquelle il entretient d’excellents rapports et devient un informateur de la Stasi. Cette collaboration entre un néonazi et l’État communiste peut surprendre, compte tenu du virulent antifascisme qu’affiche alors l’Allemagne de l’Est. Elle a pourtant, de longue date, soutenu et financé des terroristes ouest-allemands, de droite comme de gauche. Or, on note aussi, dans le cas de Hepp, des convergences idéologiques : fervent défenseur d’un nationalisme socialiste à la Strasser, il voue une détestation profonde aux États-Unis, soutient l’OLP contre Israël et mène, selon ses dires, un « combat de libération anti-impérialiste » pour une Allemagne « neutre » et indépendante. Partageant en partie cette lecture du monde, la Stasi le munit de faux papiers et l’exfiltre vers la Syrie en 198326.

15Odfried Hepp est un exemple très saisissant du degré de complexité qu’atteint le fait terroriste dans cette période : il est « national », parce que les attentats et les assassinats se produisent essentiellement sur le territoire de la RFA, mais il est aussi foncièrement transnational au regard des ramifications et des contacts qu’entretiennent les extrémistes en dehors des frontières ouest-allemandes, notamment avec le Moyen-Orient. Il est, de plus, un pur produit de la guerre froide et de la division allemande, car à travers lui se joue autrement la concurrence entre deux systèmes politiques et idéologiques qui, des deux côtés du Mur, génère des alliances parfois étonnantes, que ce soit avec les services secrets occidentaux ou la Stasi. Il est, enfin, révolutionnaire : l’objectif premier est de renverser l’ordre établi et de « libérer » l’Allemagne de « l’occupation » des forces ayant pris le pouvoir après 1945 : les alliés, les démocrates et les communistes. En cela, ses acteurs se nourrissent de la pensée nationale-socialiste et la renouvellent. Au substrat idéologique se mêlent la nostalgie d’une « grande Allemagne », la haine de l’American way of life, une forme actualisée de l’antisémitisme et le rejet de la démocratie allemande et de ses valeurs libérales.

Du racisme politique au terrorisme « racial » (depuis les années 1980)

À l’assaut de la société multiculturelle

16Au cours des années 1980 se développe enfin une autre tendance dans l’extrême droite, dont on mesure aujourd’hui la puissance dévastatrice : celle du racisme politique qui, dans sa forme paroxystique, le terrorisme racial, a fait de nombreuses victimes ces quarante dernières années. Elle est un marqueur parmi d’autres de l’infléchissement progressif dans les politiques et les discours d’une Allemagne qui se sait, mais ne s’assume pas pays d’immigration. Avec la crise économique qui suit le choc pétrolier de 1973, le gouvernement social-libéral de Helmut Schmidt décide de mettre un terme au recrutement de travailleurs invités de l’étranger, les « Gastarbeiter ». Ces forces laborieuses provenant pour la plupart d’Europe du Sud et de Turquie, encore fêtées comme pilier de la prospérité retrouvée, comme symbole de la croissance et du « miracle économique » dans les années 1950-1960, sont de moins en moins acceptées à partir des années 1970, alors que se dégrade la situation économique et sociale et que progressent l’insécurité et le chômage en République fédérale. L’augmentation du nombre de demandes d’asile par des Turcs dans les années 1980-1990, à la suite du putsch militaire dans leur pays (1980), et, plus tard, après la dislocation de l’URSS, de migrants venus d’Europe de l’Est et d’ex-Yougoslavie, renforce le rejet de l’immigration et alimente un discours politique et médiatique foncièrement sécuritaire et xénophobe. Le chancelier chrétien-démocrate Helmut Kohl lui-même ne cesse de marteler, à partir de sa prise de fonction en 1982, que l’Allemagne n’est pas « un pays d’immigration », au mépris d’une société qui se multiculturalise toujours plus.

  • 27 On observe la même évolution en France : à la même période, le Front national fonde son essor sur l (...)
  • 28 Valérie Dubslaff, « Deutschland ist auch Frauensache », NPD-Frauen im Kampf für Volk und Familie 19 (...)
  • 29 Barbara Manthe, « Ziele des westdeutschen Rechtsterrorismus vor 1990 », op. cit.

17Sentant à cette époque le vent tourner en sa faveur, l’extrême droite fait du racisme politique son fonds de commerce27. La presse réactionnaire, les partis nationalistes, les néonazis, tous donnent dans la diffamation des « étrangers ». Ils contribuent à hystériser un peu plus le débat politique déjà houleux sur le droit d’asile et l’immigration, comme le fait en 1980 le couple militant du NPD, Hagen et Gabriele Prehl, dont la campagne raciste autour de l’« initiative citoyenne Halte aux étrangers » (Bürgerinitiative Ausländerstopp) connaît un succès indéniable en Rhénanie du Nord-Westphalie28. La même année apparaissent les « Groupes d’action allemands » (Deutsche Aktionsgruppen). Armés d’explosifs et de cocktails Molotov, ceux-ci s’attaquent, au mois d’août, à des centres d’accueil pour réfugiés et demandeurs d’asile à Zirndorf en Bavière, ainsi qu’à Leinfelden et Lörrach dans le Bade-Wurtemberg, provoquant la mort d’au moins deux boat people vietnamiens, victimes d’un incendie criminel dans le quartier Billbrook de Hambourg29. L’emprisonnement des membres du groupuscule – son fondateur Manfred Roeder écope d’une peine d’emprisonnement de treize ans – n’entrave pas pour autant la violence raciste. Au contraire, son répertoire d’action, le terrorisme racial, sert de modèle à d’autres mouvances d’extrême droite, notamment aux skinheads dont la subculture se développe elle aussi au cours des années 1980.

  • 30 Harry Waibel a fourni une étude extrêmement minutieuse des faits de violence racistes et antisémite (...)

18Le « style » des skinheads est quelque peu différent : au-delà de l’allure vestimentaire facilement identifiable (veste bomber, rangers, etc.), ils s’organisent en cliques ou en réseaux et affectionnent un activisme très spontané, impulsif et pugnace. À l’Est, en RDA aussi, on observe avec inquiétude l’expansion du milieu « néofasciste » ou « skin ». On redoute surtout, sans toutefois réussir à la juguler, la force d’attraction qu’exerce sur une jeunesse est-allemande en mal de repères cette subculture à la fois virile et agressive, mais aussi « festive » dans le sens où elle associe fascination pour le nazisme et rébellion juvénile à la débauche, l’ivresse et la brutalité exercée aux dépens de personnes racisées ou d’opposant·e·s politiques. L’attaque commise par des « skin » sur un concert punk à l’église Zionskirche à Berlin-Est en octobre 1987 en est l’exemple le plus mémorable. À la veille de la chute du Mur et plus encore après l’effondrement de la RDA, les insultes racistes, le harcèlement, les menaces et la violence physique se muent en passe-temps favori de bandes néonazies qui, dans certaines régions déshéritées de l’Est, profitent de l’absence de contrôle étatique pour imposer leur loi30.

Les pogroms racistes de l’unité allemande

  • 31 À Hoyerswerda (Saxe), des néonazis s’attaquent pendant plusieurs jours à un foyer pour travailleur (...)
  • 32 Norbert Frei et alii, Zur rechten Zeit, Wider die Rückkehr des Nationalismus, Berlin, Ullstein, 201 (...)

19De ce terreau de violence diffuse émanent les pogroms racistes que connaît l’Allemagne, à peine réunifiée, au début des années 1990. Le « racisme de l’unité » (Vereinigungsrassismus) est un effet notoire des profonds bouleversements qui accompagnent la réunification scellée le 3 octobre 1990 sur le plan politique, économique et social. Véritable traumatisme national, notamment pour les victimes, il est souvent associé, dans la mémoire collective, aux quatre lieux – Hoyerswerda (Saxe, à l’est), Rostock-Lichtenhagen (Mecklembourg-Poméranie, à l’est), Mölln (Schleswig-Holstein, à l’ouest) et Solingen (Rhénanie du Nord-Westphalie, à l’ouest)31 – où se sont déroulés les principaux attentats racistes des années 1991 à 1993. Les événements de Lichtenhagen, un quartier de Rostock, à l’est de l’Allemagne, sont un moment paroxystique de cette histoire. S’y déchaîne sur plusieurs jours et à la vue de tou·te·s une violence massive, peu réprimée par les forces de police, contre le centre local d’enregistrement des demandes d’asile et le foyer attenant pour réfugiés. Dans la nuit du 22 au 23 août 1992, des centaines de néonazis, arrivés sur les lieux de manière coordonnée, incendient les bâtiments et assaillent des heures durant les migrant·e·s et réfugié·e·s sous les applaudissements du voisinage et de badauds venus saluer un acte qu’ils qualifient d’autodéfense contre « l’invasion étrangère ». Les images de ce « feu de joie » néonazi font le tour du monde32.

  • 33 Claudia Courio, « Chronik rechtsextremer Gewalt in Deutschland seit 1990 », dans Wolfgang Benz (dir (...)

20La couverture médiatique de ces moments de cristallisation de la violence raciste que sont Hoyerswerda, Rostock-Lichtenhagen, Mölln et Solingen a généré un effet de loupe sur ces délits, agressions et lynchages ponctuels. Elle a, par conséquent, occulté le caractère endémique, quotidien, voire ordinaire de cette violence qui se répand telle une traînée de poudre dans toute l’Allemagne. Les statistiques du crime politique le montrent : dans la semaine suivant le pogrom de Lichtenhagen, des attaques similaires ont lieu à Greifswald, Schwerin, Lübbenau, Stendal, Cottbus, Wolfsburg, Saarlouis, Darmstadt et Augsbourg. Même après, l’activité criminelle reste massive : en août 1992, on compte 235 délits et crimes (incendies criminels, actes de vandalisme, agressions ou homicides) à caractère raciste en Allemagne, 536 en septembre, 364 en octobre, 344 en novembre et 283 en décembre33. On estime que plus de 40 % des 169 homicides commis entre 1990 et 2018 par des extrémistes ont le racisme pour mobile. Cette propension criminelle est le fruit d’une histoire asymétrique mais parallèle de la violence, qui apparaît de part et d’autre du Mur dans les années 1980. Elle prépare l’acmé du terrorisme racial qu’incarne, dans les années 2000/2010, la Clandestinité nationale-socialiste (NSU).

La NSU et le terrorisme identitaire au 21e siècle

  • 34 Sur le rôle et les compromissions des services secrets, cf. Wolf Wetzel, Der NSU-VS-Komplex. Wo beg (...)
  • 35 Selon Daniel Köhler, plus de 120 personnes auraient été impliquées de près ou de loin dans les acti (...)
  • 36 Cf. la déclaration de Beate Zschäpe publiée par les médias : « Dokumentation. Die Aussage der Beate (...)
  • 37 Sur les stéréotypes de genre convoqués notamment par les médias pendant le procès de Beate Zschäpe, (...)

21Les révélations sur le caractère meurtrier de la NSU, en 2011, provoquent un véritable choc politique et médiatique. Largement ignoré jusque-là par la plupart des Allemand·e·s, le terrorisme d’extrême droite s’impose définitivement dans la conscience collective. L’ampleur du crime et l’impunité totale dans laquelle les protagonistes ont mené leurs activités entre 1998 et 2011 – quinze braquages de banques, deux attentats à la bombe et dix assassinats – interrogent sur les dysfonctionnements de l’État et de ses services de renseignement qui non seulement n’ont pas su les empêcher, mais les ont aussi parfois volontairement couverts34. La configuration mixte du « trio35 » terroriste a également suscité un vaste intérêt – de nombreux reportages, documentaires et ouvrages se sont, ces dernières années, attachés à retracer l’histoire notamment intime des protagonistes de la NSU. Uwe Böhnhardt, Uwe Mundlos et Beate Zschäpe, d’origine est-allemande, ont été politisés dans le climat de violence de la période post-unité avant de se radicaliser, au milieu des années 1990, au contact de la mouvance néonazie en Thuringe. En 1998, ils entrent en clandestinité. Muni de faux papiers, le trio se déplace en Allemagne, prépare minutieusement chaque attentat et se répartit les rôles : les hommes, Mundlos et Böhnhardt, assassinent tandis que Beate Zschäpe assure leurs arrières, en maintenant l’illusion, en particulier auprès de leur entourage immédiat, des voisins et autres connaissances, d’une normalité sociale. Normalité que Zschäpe ne cessera d’ailleurs de souligner, après le double suicide de ses deux « camarades » en 2011, alors que tous les projecteurs sont rivés sur elle. Mutique au début de son procès à Munich (2013-2018), elle finit par s’exprimer par le biais d’une déclaration écrite36 dans laquelle elle joue la carte de la naïveté. Se présentant elle-même sous les traits stéréotypés de l’amie apolitique, instable psychologiquement, en dépendance affective des deux hommes et principalement occupée aux tâches ménagères, Zschäpe se dit parfaitement ignorante des crimes de ses compagnons37. Pour le tribunal, néanmoins, sa complicité ne fait aucun doute : en 2018, elle est jugée coupable de meurtres et d’appartenance à une organisation terroriste, puis condamnée à la réclusion à perpétuité.

  • 38  Les autorités n’ont pas révélé son nom de famille.

22Outre sa configuration atypique, la NSU se démarque aussi par la géographie de son action – venant de l’Est, les terroristes abattent toutes leurs victimes à l’Ouest – et par son modus operandi : le meurtre raciste en série. Hormis la dernière victime, Michèle Kiesewetter, jeune policière en service tuée en 2007, les cibles sont des hommes, pour la plupart d’origine turque, l’un est d’origine grecque, tous commerçants indépendants – fleuristes, marchands de primeurs ou gérants de restaurant – et choisis parce qu’ils incarnent, aux yeux des fanatiques de la « race blanche », une population immigrée et sédentarisée en Allemagne. Les idéaux, les méthodes et l’implacable systématicité de la NSU ont inspiré d’autres crimes idéologiques commis au nom d’un nationalisme identitaire. Stephan Ernst, le meurtrier de Walter Lübcke (2019), Stephan Balliet et Tobias R.38, les auteurs respectifs de l’attentat antisémite de Halle (2019) et de la tuerie raciste de Hanau (2020), sont les dépositaires de cette « nouvelle » tradition terroriste qui se poursuit aujourd’hui en Allemagne.

Conclusion

23Nullement exhaustif, ce bref panorama de l’histoire récente du terrorisme montre que celui-ci ne surgit pas ex nihilo, mais qu’il est, dans bien des cas, un effet extrême de changements politiques ou sociétaux qui, par ricochet, induisent une réaction terroriste. À chaque période « son » terrorisme, avec ses enjeux, ses acteurs et ses principes idéologiques. Que ce soient l’éclosion du mouvement étudiant des années 1968, la libéralisation des mœurs, le rapprochement avec le bloc de l’Est ou le passage de la société traditionnelle à la société de consommation, puis à la société multiculturelle, à toutes ces mutations correspondent des phases d’intensification de l’activité terroriste. Anticommuniste ou antisoviétique dans un premier temps, l’extrême droite déplace sa focale au cours des années 1970 et donne forme à un terrorisme d’auto-affirmation nationaliste qui, plus acquis à l’apologie du national-socialisme, s’attaque davantage à « l’ennemi intérieur » que sont, pour les terroristes, les troupes alliées, les démocrates, la gauche, les juives et juifs. Plus tard, dans les années 1980/1990, alors que se termine la guerre froide et se concrétise la réunification de l’Allemagne, s’affirme un terrorisme identitaire qui se déploie, cette fois, contre « l’ennemi de la race », à savoir les personnes racisées ou les minorités religieuses, groupes sociaux qui demeurent toujours, au 21e siècle, les premières victimes du terrorisme nationaliste en Allemagne.

  • 39 La recherche historique sur le terrorisme nationaliste est récente. Elle n’émerge véritablement qu’ (...)
  • 40 La fusillade du 22 juillet 2016 (9 victimes, toutes issues de l’immigration) dans le quartier de Mo (...)
  • 41 Susanne Kaiser, Politische Männlichkeit : Wie Incels, Fundamentalisten und Autoritäre für das Patri (...)

24Cet état des lieux n’est qu’un bilan provisoire, la recherche sur le terrorisme d’extrême droite n’en est elle-même qu’à ses balbutiements39. On peut ici néanmoins, pour aller plus loin, évoquer quelques pistes à creuser. En premier lieu, la dimension transnationale, voire globale du terrorisme d’extrême droite qui, tout au long du second 20e siècle, a cherché, au nom d’une cause ou d’intérêts communs et au travers de jeux d’alliances, à étendre ses réseaux en dehors des frontières allemandes. La transnationalité du terrorisme prend du reste une tout autre ampleur à l’ère du numérique : avec les réseaux sociaux, nul besoin de se déplacer ni d’adhérer à des groupes néonazis quand on peut sympathiser à distance, se radicaliser seul face à son écran et imiter en Allemagne des actes terroristes commis en Norvège40 ou en Nouvelle-Zélande. Deuxièmement, il ne faut pas sous-estimer les effets de genre sur les pratiques et les représentations du terrorisme. Présenté comme domaine foncièrement masculin, il n’a jamais été l’apanage exclusif des hommes. Il semble indispensable de questionner historiquement la place et le rôle qu’y tiennent les femmes, autant comme actrices ou auxiliaires du crime que comme victimes, surtout quand elles font l’objet d’une violence sexuée ou intersectionnelle (antiféminisme, lesbophobie, transphobie, racisme, etc.), voire de crimes féminicides comme dans le cas des « incels41 ». Il faut enfin poser la question de la prévention du terrorisme contemporain et de la protection des minorités, interroger les compromissions passées de l’État de droit et ses stratégies d’avenir face à une extrême droite qui ne cesse d’accroître son influence dans les parlements et les institutions, dans l’armée et la police, sapant méthodiquement par son entrisme les fondements de la démocratie allemande.

Haut de page

Notes

1 Cf. Stefan Goertz, « Rechtsterroristische Akteure in Deutschland », dans Uwe Backes et alii (éd.), Jahrbuch Extremismus & Demokratie, Baden-Baden, Nomos, 2020, p. 167-183.

2 Gideon Botsch, « Was ist Rechtsterrorismus ? », dans APuZ, « Rechtsterrorismus », n° 49-50, 2019, p. 9-14.

3 À l’origine, les « pirates edelweiss » faisaient partie de l’opposition antinazie sous le Troisième Reich. Après 1945, la désignation est en partie reprise par de jeunes nazis en lutte contre les forces alliées dans les zones occupées.

4 Daniele Ganser, Les Armées secrètes de l’OTAN :réseaux Stay Behind, opération Gladio et terrorisme en Europe, Paris, Demi-Lune, 2007.

5 Fabian Virchow, « Zur Geschichte des Rechtsterrorismus in Deutschland », dans APuZ, « Rechtsterrorismus », p. 15-19, p. 15sq.

6 Pour le premier 20e siècle, on peut nommer les communistes Rosa Luxemburg (1919) et Karl Liebknecht (1919), le représentant du catholicisme politique et ministre des Finances, Matthias Erzberger (1921), ou le ministre des Affaires étrangères libéral, Walther Rathenau (1922), qui ont tous été victimes d’assassinats dans l’entre-deux-guerres. Depuis 1949, plusieurs hommes et femmes politiques ont été la cible de tentatives d’assassinat, Wolfgang Schäuble (1990) par exemple ou, plus récemment, la maire de Cologne, Henriette Reker (2015).

7 Dominik Rigoll, « Rechte Gewalt in und aus Deutschland. Ein Jahrhundertproblem », dans Zeitschrift-Luxemburg, n° 2/2020, <https://www.zeitschrift-luxemburg.de/rechte-gewalt-jahrhundertproblem> (consulté le 26/08/2021) ; Dominik Rigoll et Yves Müller, « Zeitgeschichte des Nationalismus. Für eine Historisierung von Nationalsozialismus und Rechtsradikalismus als politische Nationalismen », dans Archiv für Sozialgeschichte, n° 60, 2020, <https://www.fes.de/index.php?eID=dumpFile&t=f&f=63303&token=e80d6e3b4929fab2ed3e5d6be59faf5a43c2aabe> (consulté le 26/08/2021).

8 Selon ce modèle, l’Allemagne s’étend de la RFA à la RDA et comprend aussi les territoires anciennement allemands d’Europe centrale et de l’Est.

9 Le Parti national-démocrate d’Allemagne (Nationaldemokratische Partei Deutschlands, NPD) est un parti d’extrême droite fondé par d’anciens nazis en 1964. D’orientation nationale-conservatrice à ses débuts, il suit une ligne strictement légaliste censée lui permettre d’éviter le sort réservé au SRP, parti interdit en 1952 parce qu’il était ouvertement national-socialiste, et de peser autant dans les urnes que dans le débat public. Dans les années 1960, il entre dans sept parlements régionaux, mais subit un échec cuisant aux élections fédérales de 1969 qui met fin à son envolée électorale et accélère l’atomisation de l’extrême droite en même temps que la radicalisation de ses militants les plus jeunes, dont un certain nombre rejoint ou crée des cellules terroristes.

10 Sur l’« Action résistance », consulter Christoph Kopke, « Die Aktion Widerstand, 1970/71 : Die “nationale Opposition” zwischen Sammlung und Zersplitterung », dans Massimiliano Livi, Daniel Schmidt et Michael Sturm (dir.), Die 1970er Jahre als schwarzes Jahrzehnt. Politisierung und Mobilisierung zwischen christlicher Demokratie und extremer Rechter, Francfort/Main, Campus, 2010.

11 Cité dans Barbara Manthe, « Ziele des westdeutschen Rechtsterrorismus vor 1990 », dans Wissenschaft Demokratie, n° 6/2019, « Rechtsterrorismus », <https://www.idz-jena.de/fileadmin/user_upload/PDFS_WsD6/02_Manthe.pdf> (consulté le 26/06/2021).

12 Cité dans Paul Moor, « Die kleine Welt Ekkehard Weil », dans Zeit online, 12/03/1971, <https://www.zeit.de/1971/11/die-kleine-welt-ekkehard-weil> (consulté le 15/06/2021).

13 En 1977, il est arrêté pour avoir incendié, avec l’aide de complices, la centrale du Parti socialiste unifié de Berlin-Ouest. Il se soustrait à la justice en fuyant en Autriche où il s’attaque, entre autres, au chasseur de nazis Simon Wiesenthal, au début des années 1980.

14 Nationale Deutsche Befreiungsbewegung (NDBB), Gruppe Hengst, Nationalsozialistische Kampfgruppe Großdeutschland en allemand.

15 Massimiliano Livi, Daniel Schmidt et Michael Sturm (éd.), Die 1970er Jahre als schwarzes Jahrzehnt. Politisierung und Mobilisierung zwischen christlicher Demokratie und extremer Rechter, Francfort/Main, Campus, 2010.

16 En 1980, au moment de son interdiction, l’organisation compte environ 70 membres et plus de 400 sympathisants dans toute l’Allemagne de l’Ouest. Rainer Fromm, Die « Wehrsportgruppe Hoffmann » : Darstellung, Analyse und Einordnung. Ein Beitrag zur Geschichte des deutschen und europäischen Rechtsextremismus, Francfort/Main, Peter Lang, 1998.

17 Manifeste cité dans Karl-Heinz Hoffmann, « Die Verfassung von 1933 », <14/04/2011, http://www.karl-heinz-hoffmann.eu/neonazi-.html> (consulté le 14/07/2021).

18 Fabian Virchow, « Wiking-Jugend », dans Wolfgang Benz, Handbuch des Antisemitismus, Organisationen, Institutionen, Bewegungen, tome 5, Berlin, De Gruyter Saur, 2012, p. 649-651.

19 Barbara Manthe, « Rechtsterrorismus in der “alten” Bundesrepublik », dans Der rechte Rand, n° 184, 2020, <https://www.der-rechte-rand.de/archive/6905/rechtsterrorismus-brd/> (consulté le 16/07/2021).

20 Fabian Virchow, « Zur Geschichte des Rechtsterrorismus in Deutschland », op. cit., p. 17.

21 Ingrid Röthke, « Freiheit für Rudolf Hess », dans Deutsche Stimme, n° 5/1979, p. 4.

22 Frank Bösch, « Film, NS-Vergangenheit und Geschichtswissenschaft, von “Holocaust” zu “Der Untergang” », dans Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, n° 1/2007, p. 1-32, p. 2.

23 Sebastian Wehrhahn et Martina Renner, « “Ermordet von Händen von Bösewichten” : der Mord an Shlomo Lewin und Frida Poeschke », dans Wissenschaft Demokratie, n° 6/2019, « Rechtsterrorismus », <https://www.idz-jena.de/fileadmin/user_upload/PDFS_WsD6/06_Wehrhahn_Renner.pdf> (consulté le 26/06/2021).

24 Lors du même procès, il est en revanche condamné pour faux-monnayage, atteinte à la liberté individuelle, coups et blessures et possession illégale d’armes à une peine d’emprisonnement de neuf ans et demi. Ibid.

25 Sebastian Gräfe, Rechtsterrorismus in der Bundesrepublik Deutschland : Zwischen erlebnisorientierten Jugendlichen, « Feierabendterroristen » und klandestinen Untergrundzellen, Baden-Baden, Nomos, 2017, p. 150 sq.

26 Bernhard Blumenau, « Unholy Alliance : The Connection between the East German Stasi and the Right-wing Terrorist Odfried Hepp », dans Studies in Conflict & Terrorism, n° 43/2020, p. 47-68 ; Samuel Salzborn, « Die Stasi und der westdeutsche Rechtsterrorismus. Drei Fallstudien (Teil II) », 19/04/2016, Bundeszentrale für politische Bildung, <https://www.bpb.de/geschichte/zeitgeschichte/deutschlandarchiv/224934/die-stasi-und-der-westdeutsche-rechtsterrorismus-drei-fallstudien-teil-ii> (consulté le 13/08/2021).

27 On observe la même évolution en France : à la même période, le Front national fonde son essor sur le racisme et la xénophobie, qui deviennent la clé de voûte de son idéologie.

28 Valérie Dubslaff, « Deutschland ist auch Frauensache », NPD-Frauen im Kampf für Volk und Familie 1964-2020, Berlin, De Gruyter Oldenbourg, 2022, p. 214.

29 Barbara Manthe, « Ziele des westdeutschen Rechtsterrorismus vor 1990 », op. cit.

30 Harry Waibel a fourni une étude extrêmement minutieuse des faits de violence racistes et antisémites commis en RDA et après la chute du Mur par des néonazis en Allemagne de l’Est. Ses thèses sont toutefois jugées problématiques par nombre d’historiens, qui lui reprochent une lecture partiale des processus historiques. Waibel a effectivement tendance à n’expliquer l’essor de l’extrême droite dans les « nouveaux Länder » que par les dysfonctionnements inhérents au système communiste de RDA (autoritarisme, propension au nationalisme, aveuglement des autorités). Il omet ainsi de questionner les conséquences de l’unité allemande en occultant les crispations politiques, culturelles et identitaires provoquées, chez les citoyens est-allemands, par les bouleversements socio-économiques des années 1990. Cf. Harry Waibel, Die braune Saat, Antisemitismus und Neonazismus in der DDR, Stuttgart, Schmetterling Verlag, 2017.

31 À Hoyerswerda (Saxe), des néonazis s’attaquent pendant plusieurs jours à un foyer pour travailleurs et réfugiés (17-23/09/1991) ; à Rostock-Lichtenhagen (Mecklembourg-Poméranie Occidentale), ce sont notamment des réfugiés vietnamiens (22-26/08/1992) qui subissent les violences ; à Mölln, à l’Ouest cette fois (Schleswig-Holstein, 23/11/1992) et à Solingen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, 29/05/1993), des incendies criminels visent des familles d’origine étrangère, principalement turques.

32 Norbert Frei et alii, Zur rechten Zeit, Wider die Rückkehr des Nationalismus, Berlin, Ullstein, 2019, p. 161-181.

33 Claudia Courio, « Chronik rechtsextremer Gewalt in Deutschland seit 1990 », dans Wolfgang Benz (dir.), Auf dem Weg zum Bürgerkrieg ? Rechtsextremismus und Gewalt gegen Fremde in Deutschland, Francfort/Main, Fischer, 2001, p. 177-212, p. 186.

34 Sur le rôle et les compromissions des services secrets, cf. Wolf Wetzel, Der NSU-VS-Komplex. Wo beginnt der nationalsozialistische Untergrund – wo hört der Staat auf ?, 3e éd. act. et aug., Münster, Unrast, 2015 ; Hajo Funke, Staatsaffäre NSU : Eine offene Untersuchung, Münster, Kontur, 2015.

35 Selon Daniel Köhler, plus de 120 personnes auraient été impliquées de près ou de loin dans les activités de la NSU, soit en fournissant au trio des armes et des faux papiers, soit en le soutenant financièrement. Cf. Daniel Köhler, Right-wing Terrorism in the 21st Century : the « National Socialist Underground » and the History of Terror from the Far-right in Germany, London, Routledge, 2017, p. 128-156.

36 Cf. la déclaration de Beate Zschäpe publiée par les médias : « Dokumentation. Die Aussage der Beate Zschäpe », welt.de, 09/12/2015, <https://www.welt.de/politik/deutschland/article149803799/Dokumentation-Die-Aussage-der-Beate-Zschaepe.html> (consulté le 18/08/2021).

37 Sur les stéréotypes de genre convoqués notamment par les médias pendant le procès de Beate Zschäpe, voir la lettre ouverte publiée par le collectif de chercheuses Forschungsnetzwerk Frauen und Rechtsextremismus, « Für eine geschlechterreflektierte Perspektive auf das Netzwerk des NSU : Stellungnahme des Forschungsnetzwerkes Frauen und Rechtsextremismus zur Verurteilung von Beate Zschäpe und ihren Mitangeklagten im NSU-Prozess », 12/07/2018, <http://frauen-und-rechtsextremismus.de/wp-content/uploads/2018/07/stellungnahme-2018-07-12.pdf> (consulté le 18/08/2021).

38  Les autorités n’ont pas révélé son nom de famille.

39 La recherche historique sur le terrorisme nationaliste est récente. Elle n’émerge véritablement qu’avec la découverte de la NSU et de ses meurtres, en 2011. Tout au long des années 2010, des historien·ne·s, sociologues et politistes se sont ainsi attaché·e·s à éclairer l’infrastructure du terrorisme contemporain, à étudier l’idéologie, les acteurs et les ramifications extrémistes, et surtout à interroger les défaillances de l’État dans la lutte contre le terrorisme et l’extrême droite en général. Le Groupe de recherche historique sur l’extrême droite (Zeithistorischer Arbeitskreis Extreme Rechte, ZAER), fondé en 2019, a pour ambition de systématiser la connaissance dans ce nouveau champ de recherche.

40 La fusillade du 22 juillet 2016 (9 victimes, toutes issues de l’immigration) dans le quartier de Moosach à Munich, commis par David Sonboly en hommage à Anders Breivik, a eu lieu cinq ans jour pour jour après celui d’Oslo et d’Utøya en Norvège. Cf. à ce propos Chris Allen, « Nur “einsame Wölfe” ? Rechtsterrorismus als transnationales Phänomen », dans APuZ, « Rechtsterrorismus », no 49-50/2019, p. 20-26.

41 Susanne Kaiser, Politische Männlichkeit : Wie Incels, Fundamentalisten und Autoritäre für das Patriarchat mobilmachen, Berlin, Suhrkamp, 2020, p. 17-92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Dubslaff, « Les traditions de la violence : le terrorisme d’extrême droite en République fédérale d’Allemagne »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 152 | 2022, 89-106.

Référence électronique

Valérie Dubslaff, « Les traditions de la violence : le terrorisme d’extrême droite en République fédérale d’Allemagne »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18400 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18400

Haut de page

Auteur

Valérie Dubslaff

Université Rennes 2, ERIMIT

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search