Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152DÉBATSL’Unesco et les Routes de la soie...

DÉBATS

L’Unesco et les Routes de la soie. Entre enjeux scientifiques, culturels et géopolitiques

Analyse de deux projets de l’Unesco : Histoire des civilisations de l’Asie centrale (1976-2005) et Routes de la soie (1988-1997)
Chloé Maurel
p. 157-175

Résumés

L’Histoire des civilisations de l’Asie centrale, travail collectif réalisé sous l’égide de l’Unesco de 1976 à 2005, vise à relater de manière unifiée le passé d’une aire culturelle originale, qui englobe un immense territoire partageant un patrimoine culturel commun malgré la diversité des peuples qui l’ont habité. Cette aire recoupe celle des Routes de la soie. C’est sous la supervision d’un comité scientifique international qu’a été élaborée cette Histoire, mobilisant à partir de 1980 plus de 200 savants. La réalisation de ce projet historiographique, ainsi que du projet Unesco « Routes de la soie » (1988-1997), révèle également l’évolution des rapports de forces géopolitiques et identitaires en Asie centrale : ces projets ayant été menés à l’époque charnière de l’effondrement de l’URSS, la région Asie centrale a redéfini son identité autour de la notion de « Routes de la soie », et la recomposition du paysage géopolitique de l’Asie centrale s’est traduite par le basculement d’une influence soviétique à une influence chinoise1.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Cf. Chloé Maurel, « L’Histoire de l’Humanité de l’Unesco (1945-2000) », Revue d’histoire des scienc (...)

1L’Unesco, après avoir réalisé en 1968, dans un esprit pacifiste et universaliste, une Histoire du développement scientifique et culturel de l’Humanité2 et mis en œuvre le « Projet majeur pour l’appréciation mutuelle des valeurs culturelles de l’Orient et de l’Occident » (1957-1966), cherchant à mieux faire connaître l’Orient par les Occidentaux et vice versa, s’est penchée ensuite sur l’historiographie de différentes aires culturelles, comme l’Afrique, l’Amérique latine, et l’Asie centrale, avec à chaque fois l’objectif de faire participer les populations concernées à l’écriture du récit de leur propre passé.

2Le projet d’Histoire des civilisations de l’Asie centrale, lancé en 1976, a visé à mettre en lumière l’influence commune qu’ont pu connaître les nombreuses sociétés de l’Asie centrale, à travers l’étude de sources écrites, orales et archéologiques. Cette vaste région comprend l’est de l’Iran, l’Afghanistan, le Pakistan, le nord de l’Inde, la Chine de l’Ouest (Xinjiang), la Mongolie, le sud de la Sibérie, le Kirghizstan, le Kazakhstan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan, des pays qui ne sont pas sur le devant de la scène culturelle mondiale. Cette aire comprend une grande variété d’identités culturelles et d’influences et elle a donné lieu à d’importants mouvements de population. En même temps, l’Asie centrale possède une identité culturelle et historique véritable. Or, ce patrimoine commun a souvent été éclipsé, oblitéré, il est souvent absent des sujets de recherches historiques et historiographiques. L’histoire de l’Asie centrale est ainsi restée longtemps en marge de l’historiographie mondiale.

3L’Histoire des civilisations de l’Asie centrale, travail collectif réalisé sous l’égide de l’Unesco, relate pour la première fois de manière unifiée le passé d’une aire culturelle originale, qui englobe un immense territoire partageant un patrimoine culturel commun malgré la diversité des peuples qui l’ont habitée. L’étude de sources écrites, orales et archéologiques a permis de mettre en lumière l’influence commune qu’avaient pu connaître les multiples sociétés de l’Asie centrale. C’est sous la supervision d’un comité scientifique international qu’a été élaborée cette Histoire, mobilisant à partir de 1980 plus de 200 savants et historiens des régions concernées et du monde entier.

4Résultat de ces efforts, l’Unesco a publié en 2005 six volumes en anglais, couvrant la période de la Préhistoire à nos jours. Cette vaste entreprise intellectuelle et historiographique, menée avec le concours des intellectuels de ces pays, a donné lieu à une actualisation des connaissances scientifiques sur cette aire de civilisation.

5Avec son histoire riche, les influences (mongole, chinoise, turque, arabe…) qu’elle a connues, les échanges commerciaux et intellectuels qu’elle a suscités (elle se situe sur les « routes de la soie »), sa civilisation florissante dans les siècles passés et la grande diversité de peuples qui l’ont composée, elle constitue une aire culturelle spécifique et injustement méconnue, et ses peuples ont été longtemps marginalisés. Cette aire recoupe l’espace traversé par les Routes de la soie.

6Comment la réalisation de ce projet historiographique révèle-t-elle les enjeux géopolitiques et culturels en Asie centrale ? Comment l’Unesco s’est-elle saisie de la notion de « Routes de la soie » pour promouvoir ses valeurs et ses ambitions de dialogue des cultures (Orient/Occident) et de promotion de la compréhension internationale entre les peuples et les civilisations ? Étant donné que cette entreprise a été menée à l’époque charnière qui a précédé et qui a suivi la chute de l’URSS, comment la recomposition du paysage géopolitique de l’Asie centrale a-t-elle influé sur la mise en œuvre du projet ?

Les origines du projet : un projet scientifique proposé et porté par des savants soviétiques

  • 3 Sur ce sujet, cf. Jean Radvanyi, Les États postsoviétiques, Paris, Armand Colin, 2011.
  • 4 Doc SHC/CS/47/1, 29 mars 1967 : Étude des civilisations des peuples de l’Asie centrale.

7C’est fin 1966 que la conférence générale de l’Unesco adopte pour la première fois une résolution décidant de lancer « un projet relatif à l’étude des civilisations des peuples d’Asie centrale, dont l’exécution durera quatre ans (1967-1970) ». Il est prévu que la région choisie englobera : « Afghanistan, URSS (Républiques d’Asie centrale : Kirghizie, Tadjikistan, Turkménistan et Ouzbékistan), Pakistan, Inde et Iran3 ». L’influence soviétique est forte alors dans la conception du projet. Le document de l’Unesco mentionne « les propositions faites par le professeur Bobojan Gafourov, de l’Académie des sciences de l’URSS ». Les objectifs du projet sont : « couvrir une aire géographique assez vaste », « avoir une portée internationale », analyser « la rencontre avec des cultures diverses » ; les concepteurs du projet souhaitent aussi qu’il se traduise par « une coopération internationale » et qu’il synthétise « les apports de disciplines diverses ». Il est décidé d’étudier en particulier l’histoire des arts, la littérature, l’histoire des idées et la philosophie, l’archéologie et l’histoire, l’histoire des peuples d’Asie centrale et de leur contribution à la science. La dimension scientifique est essentielle alors dans le projet4.

  • 5 Ibid., annexe, p. 4.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.

8Dans cette première ébauche, on délimite l’Asie centrale comme la région où se sont développés « les anciens États de la Bactriane, de la Sogdiane et du Kharezm ». « Cette région a été le berceau d’une civilisation qui, au cours de sa longue histoire, a été liée de très près aux civilisations iranienne et indienne, et a été fortement influencée par la culture hellénistique au cours des derniers siècles avant notre ère. C’est là que l’empire Kouchan a été édifié et a prospéré pendant près de cinq siècles. Cette région a vu naître deux religions : le zoroastrisme et le manichéisme. Le bouddhisme y a reçu une impulsion nouvelle et s’y est développé ; il en a été de même pour l’islamisme à une date ultérieure5 ». L’Unesco souligne que « les civilisations des peuples de cette partie de l’Asie n’ont pas été suffisamment étudiées et restent mal connues des autres peuples du monde ». La région couverte est sensible sur le plan géopolitique, car des zones à l’interface des zones d’influence chinoise et soviétique sont concernées, comme l’ancien « empire des Kouchans », qui « porte sur une partie des provinces du nord-ouest de la République populaire de Chine, appelée Turkestan chinois ou Sin-Kiang6 ». Cette ébauche du projet fait suite à une réunion d’experts tenue à l’Unesco en 1965, dans laquelle sont représentés les États d’Asie centrale ainsi que des scientifiques orientalistes occidentaux7.

  • 8 Doc SHC/CS/47/1, 29 mars 1967 : annexe, p. 4.
  • 9 Cf. Gustav Glaesser, « The Work of the Committee on the Study of the Civilizations of Central Asia (...)

9Dans l’ébauche du projet, il est mentionné qu’on étudiera l’art du Gandhara, l’art timouride, le développement des sciences dans l’Asie centrale médiévale, avec par exemple la volonté de revaloriser et de faire connaître les grands savants médiévaux qui ont effectué des échanges culturels avec l’Orient, comme Al-Kharezmi, Avicenne, Nasr-ed-Din Tusi, Ulug Beg, etc.8 À partir de 1970, la Mongolie va aussi être intégrée au projet9.

  • 10 Gustav Glaesser, art. cit., p 365-366.
  • 11 Gustav Glaesser, art. cit., p 365-366 (econtroversies or disagreements caused by the vagueness of t (...)

10À l’initiative du savant soviétique Bobojan Gafourov, l’Unesco organise en 1968 à Dushanbe, capitale du Tadjikistan, une conférence internationale sur l’histoire, l’archéologie et la culture de l’Asie centrale durant la période Kouchan. La conférence aurait eu un « succès international10 ». Durant cette conférence, les participants réfléchissent aux délimitations de l’Asie centrale, ce qui suscite des « controverses ou désaccords causés par le caractère vague du terme géographique ‘Asie Centrale’11 ».

  • 12 Gustav Glaesser, art. cit., p. 366.

11De nombreuses autres conférences suivent, souvent organisées dans des Républiques soviétiques d’Asie centrale, tenues avec l’aide de la commission nationale soviétique pour l’Unesco et l’Académie des sciences soviétiques, ce qui témoigne là encore de la mainmise de l’URSS sur ces travaux12.

  • 13 Le Courrier de l’Unesco, février 1969 : dossier consacré à « Cultures de l’Asie centrale et de l’Hi (...)
  • 14 Ibid., p. 4.
  • 15 Ibid., p. 8-10 : « Une galerie de portraits vieille de 2 000 ans ».

12Le Courrier de l’Unesco publie en février 1969 un dossier consacré aux « cultures de l’Asie centrale et de l’Himalaya », avec un article sur « La grande civilisation des Kouchans », dans lequel on peut lire : « à l’égal de la Chine, de l’Empire romain et du royaume des Parthes, une grande civilisation de l’Asie au début de notre ère livre ses vestiges jusqu’ici inconnus13 ». L’article insiste sur l’unité culturelle de la région Asie centrale : « Il y a deux mille ans, l’Asie centrale (l’Inde septentrionale, le Pakistan occidental, l’Afghanistan et l’est de Iran) ne formait qu’un seul immense État qui s’étendait des rives de la mer d’Aral à l’océan Indien. La puissance de cet empire était à l’égal des autres grands empires du temps (…) et constituait l’un des plus solides maillons du système politique de l’ancien monde14 ». Le numéro met en valeur les œuvres d’art et notamment les sculptures de l’art kouchan15. Il se fonde sur de récentes découvertes, puisque des sculptures et autres œuvres d’art kouchan ont été alors récemment découvertes dans le sud de la République soviétique d’Ouzbékistan. Elles sont des exemples de l’école de Gandhara. Pour l’URSS, qui englobe alors l’Ouzbékistan, cette mise en valeur de l’art kouchan est un élément de valorisation et donc un instrument de soft power.

  • 16 Ibid., p. 365.
  • 17 Le Courrier de l’Unesco, février 1969 : dossier consacré à : « Cultures de l’Asie centrale et de l’ (...)

13À l’époque, la plus grande partie des travaux scientifiques sur l’Asie centrale est écrite en russe16. Parmi les intellectuels influents dans les origines du projet, Bobojan Gafourov, de l’Académie des sciences de l’URSS, tient une place éminente. Directeur de l’Institut d’études orientales de l’Académie, il est président du comité soviétique collaborant au projet de l’Unesco d’écriture de l’histoire de l’Asie centrale. Spécialiste de la civilisation des Kouchans, il est de nationalité tadjike et député au Soviet suprême de l’URSS17.

14En 1974, Bobojan Gafourov publie dans Le Courrier de l’Unesco un long article consacré au grand savant persan du 11e siècle Al-Bîrunî. Il explique :

  • 18 Le Courrier de l’Unesco, juin 1974, p. 4-8 : « Abu l-Rayhan Muhammad inn Ahmad Biruni. Il y a mille (...)

« Il ne fut pas seulement un grand savant de l’Asie centrale à l’esprit encyclopédique : ses travaux ont marqué dans l’histoire de la pensée humaine une étape dont l’importance apparaît de plus en plus grande à mesure qu’on les découvre. Lorsque, voici une centaine d’années, sa Chronologie des anciens peuples fut publiée en russe, Al-Bîrunî fut salué seulement comme l’un des plus intéressants historiens médiévaux. Mais avec la révélation et l’étude de ses autres ouvrages de mathématiques, de géographie, d’astronomie, sa stature ne fit que croître, au point que le prestige de bon nombre de ses contemporains s’en trouva quelque peu terni. C’est donc au 19e siècle que l’Europe découvrit Al-Bîrunî. »18

15En soulignant la publication en russe des œuvres d’Al-Bîrunî, il veut mettre en valeur la grande richesse culturelle et l’ouverture d’esprit des chercheurs soviétiques. Et ce faisant, il évoque les concurrences et rivalités entre cultures nationales auxquelles a donné lieu la mise en lumière de l’impressionnante figure d’Al-Bîrunî.

  • 19 Ibid., p. 27 : « Le débat du siècle entre Al-Bîrunî et Avicenne. Ces jeunes hommes avaient 24 et 17 (...)

16Le même numéro du Courrier de l’Unesco contient un article du savant afghan Mohammed Salim-Atchekzai et un article du savant iranien Seyyed Hossein Nasr évoquant les échanges entre Al-Bîrunî et son contemporain Avicenne19. Cela illustre l’effort de l’Unesco pour donner la parole à des savants des pays concernés, et non pas seulement à des Occidentaux.

  • 20 Ex : Le Courrier de l’Unesco, novembre 1974, p. 27-31 : « Énigmes botaniques de l’Asie centrale. De (...)
  • 21 Cf. Gérard Chaliand, Pourquoi perd-on la guerre ?, Paris, Odile Jacob, 2016, en particulier chap. 6 (...)

17De nombreux savants soviétiques publient des articles dans Le Courrier de l’Unesco sur l’Asie centrale20. La dimension géopolitique est forte : durant les années 1980, l’URSS a envahi l’Afghanistan et y mène une guerre d’usure21. En s’investissant parallèlement dans ces deux projets culturels de l’Unesco, l’URSS veut affirmer sa légitimité à rayonner sur l’Asie centrale.

  • 22 Histoire de l’humanité, vol IV, Paris, Unesco, 2000 : bibliographie sur l’Asie centrale, p. 906-907
  • 23 Histoire de l’humanité, vol. II, chapitre « L’Asie centrale », par Vadim M. Masson.

18De même, dans l’Histoire de l’humanité publiée par l’Unesco parallèlement, en particulier dans le volume IV (de l’an 600 à 1492), on observe que la bibliographie sur l’Asie centrale est essentiellement constituée de travaux d’auteurs russes22 ; et dans le volume II, le chapitre sur l’Asie centrale est signé du grand orientaliste russe Vadim M. Masson23.

  • 24 Doc. 127 EX/14, annexe III : 28 août 1987, p. 11-12.

19En 1987, l’Unesco crée « un comité scientifique international pour la rédaction d’une histoire des civilisations de l’Asie centrale ». Il se compose de « 19 membres désignés comme suit : 14 membres ressortissants d’États membres de l’Unesco appartenant à la région de l’Asie centrale, 5 membres provenant d’autres régions24 ». Ainsi, pour l’Iran, est nommé l’éminent historien iranien Chahryar Adle ; cet archéologue et iranologue est alors chercheur au CNRS en France.

  • 25 Doc. du conseil exécutif de l’Unesco, 8 avril 1993 : « Projet d’amendements aux statuts du comité s (...)

20L’équilibre géopolitique se modifie au fil des années. En 1993, « Afin d’assurer la représentation des cinq nouvelles Républiques à la suite de l’éclatement de l’URSS », ces cinq nouveaux pays, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Turkménistan, se voient représentés au comité scientifique international, aux côtés de l’Iran, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Inde, la Chine, la Mongolie et la Russie25. En effet,

  • 26 Ibid.

« Maintenir comme auparavant, le quota de deux ressortissants par État membre de la sous-région aboutirait dans la nouvelle situation à la création d’un comité de 24 membres auxquels viendraient s’ajouter les 5 membres provenant d’autres régions. Afin d’éviter d’avoir une instance trop lourde, il est proposé qu’un seul ressortissant par pays de l’Asie centrale soit nommé au Comité et seulement quatre pour les autres régions. »26

21Ainsi, le Comité scientifique international se compose de 19 membres jusqu’en 1991, puis 16 après la disparition de l’URSS. Ce dernier événement entraîne une modification de l’équilibre géopolitique au sein de l’Unesco et au sein du projet : la Russie va dès lors avoir moins d’influence sur le projet, au bénéfice de la Chine.

Une articulation de ce projet historiographique avec un autre projet de l’Unesco : « Étude intégrale des Routes de la soie – routes du dialogue »

  • 27 Conclusion du vol I, p. 464 : « Sufficient evidence has been presented above to show the importance (...)
  • 28 Cf. Chloé Maurel, « Le projet de l’Unesco des ‘Routes de la soie’ (1988-1997) : entre science, tour (...)
  • 29 Ibid.

22Parallèlement, l’Unesco lance dès 1988 un projet sur 10 ans intitulé « Étude intégrale des Routes de la soie27– routes du dialogue » (1988-1997). Ce projet culturel a eu plusieurs composantes et plusieurs objectifs : le développement de la connaissance scientifique sur cette vaste région au carrefour entre Europe et Asie, la compréhension internationale, la promotion du tourisme culturel28. Il est remarquable qu’il soit lancé sous l’influence de la synergie et du dialogue entre des intellectuels de l’Unesco de différentes origines : un juriste sénégalais, Doudou Diène, un Portugais, le biologiste Mario Ruivo, un océanographe pakistanais, Mazhar Saïd Haq, un Japonais, Eiji Hattori, et l’intellectuel français d’origine russe, Vadime Elisseeff, orientaliste. Cela illustre bien le caractère universaliste de l’Unesco et sa dimension de dialogue interculturel. Le projet consiste en des expéditions scientifiques et ethnographiques le long des anciennes routes de la soie, donnant lieu parallèlement à des expositions, conférences, séminaires et festivals pour le grand public, en Orient comme en Occident, et à de nombreux articles dans la presse29.

  • 30 Histoire des civilisations de l’Asie centrale, volume I (Préhistoire), p. 467 : « Was the first to (...)

23Le projet « Routes de la soie », achevé en 1997, a stimulé la réalisation du projet historiographique sur l’histoire de l’Asie centrale. Sept ans plus tard, ce dernier est publié. Dans le volume I de l’Histoire de l’Asie centrale, publié en 2005, le savant russe L.I. Miroshnikov ajoute une note sur la signification du terme « Asie centrale », terme qui, dit-il, a une longue histoire et était utilisé auparavant comme synonyme de « Haute Asie », « Haute Tartarie » ou « Asie intérieure ». Il souligne que c’est le savant et voyageur allemand Alexandre Von Humboldt qui le premier a essayé de définir les contours et les limites de l’Asie centrale, dans son ouvrage Asie centrale publié à Paris en 1843. Il précise que d’autres savants ont rejeté ce terme et la conception qu’il impliquait. L’orientaliste russe Nicolay Khanykoff, explorateur de l’Asie centrale, a été, dit-il, « le premier à affirmer que la méthode utilisée par Humboldt ne remplissait pas tous les critères de la géographie et qu’en définissant les limites de l’Asie centrale on devrait être guidé par des caractéristiques physiques » ; il a aussi suggéré que « l’absence d’écoulement d’eau vers la mer ouverte doit être considéré comme un bon critère pour établir les limites de l’Asie centrale30 ».

  • 31 Conclusion du volume I, p. 464 : « Sufficient evidence has been presented above to show the importa (...)

24Ces analyses révèlent une lutte d’influence entre l’archéologie de tradition allemande et l’archéologie de tradition russe. Ce savant russe tente de mettre en avant son compatriote Khanykoff au détriment de l’Allemand Humboldt. Il ajoute que l’Asie centrale est « un centre autonome de cultures humaines créatrices » et « ne doit donc plus être considérée comme une aire marginale, car elle se trouve au carrefour de grandes civilisations et a été elle-même le foyer d’une ancienne culture. (…) La Sibérie et les régions du Grand Nord ont été peuplées par des gens venus d’Asie centrale31 ». Ces considérations visent avant tout à valoriser la Russie.

Une recomposition de l’imaginaire culturel de l’Asie centrale après la chute de l’URSS, avec l’appellation « Routes de la soie »

  • 32 Cf. Revue internationale et stratégique, 2006/4 (n° 64), dossier « Quinze ans d’indépendance, les n (...)
  • 33 Cf. Bayram Balci, « La Turquie en Asie centrale : acteurs privés et étatique dans le développement (...)
  • 34 Cf. Revue européenne des migrations internationales, 2010/3, Vol. 26, dossier « Migrations en Asie (...)

25Après l’effondrement de l’URSS en 1991, les Républiques d’Asie centrale proclament leur indépendance. Mais, loin de connaître une « transition démocratique » pacifique, elles connaissent des tensions et restent des régimes autoritaires32. De plus, l’influence islamiste s’y développe33, ainsi que des mouvements migratoires erratiques34.

  • 35 Sources Unesco, n° 83, octobre 1996, p. 5-8 : article « Asie centrale : à la recherche du temps per (...)

26En 1996, un article d’une revue interne à l’Unesco observe qu’à la suite de la chute de l’URSS, « l’Asie centrale souffre de l’enchevêtrement de ses multiples nationalités et de sa pauvreté, malgré ses immenses gisements de pétrole et de gaz ». Il souligne que « l’UNESCO a été appelée à la rescousse pour préserver l’environnement, rénover les systèmes éducatifs, développer des médias indépendants, faire renaître l’identité de cette région à travers son héritage culturel, ou aider à la découverte de ces pays de la Route de la soie qui servirent jadis – et veulent servir à nouveau – de pont entre l’Occident et l’Orient35 ».

  • 36 Sur ce sujet, cf. Jérémy Allouche, « Tadjikistan, une guerre postsoviétique ou postcoloniale ? », L (...)

27L’article est écrit par un universitaire étatsunien, S. Frederick Starr, président de l’Institut d’Asie centrale de l’université Johns Hopkins. Il souligne que, « entre 1992 et 1993, les cinq Républiques ex-soviétiques sont devenues membres de l’Unesco et lui ont demandé de les aider à s’acquitter d’une tâche difficile : adapter leurs sociétés à leur nouvelle situation », et que « les conflits au Tadjikistan ont empêché l’Organisation d’intervenir ». En effet, il convient de préciser que de 1992 à 1997 s’est déroulée une véritable guerre civile au Tadjikistan, conflit politique, ethnique et séparatiste qui a opposé le « camp communiste » aux « islamo-démocrates », dans le contexte troublé qui a suivi l’effondrement de l’URSS. Des pourparlers de paix sont entamés fin 1996 et l’accord de paix, le protocole de Moscou, est signé en juillet 1997 sous l’égide de l’ONU. Malgré cela, l’instabilité politique reste endémique et les infrastructures, ainsi que les services publics, sont exsangues. La guerre civile tadjike aura provoqué la mort de 50 000 à 100 000 personnes et le déplacement de près d’un million de réfugiés36.

28L’article de l’universitaire étatsunien souligne les dégâts causés par l’histoire récente en Asie centrale et en profite pour stigmatiser l’URSS, pour dénoncer « le lourd héritage de l’exploitation coloniale des populations autochtones de la région par l’ex-URSS ». Il poursuit son constat, alliant les fléaux économiques, sociaux et environnementaux :

  • 37 S. Frederick Starr, art. cité.

« Les taux élevés de natalité, la forte mortalité infantile, l’alcoolisme et la diminution de l’espérance de vie chez les hommes ne font qu’accentuer la crise sociale. S’y ajoutent les effets de la sur-irrigation des immenses champs de coton des plaines de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan, doublés d’un usage effréné des engrais chimiques. L’empoisonnement et la salinisation des eaux de surface, la pollution atmosphérique et l’assèchement de la mer d’Aral sont autant de conséquences d’une exploitation désastreuse de l’écosystème. Certaines maladies ailleurs éradiquées réapparaissent en Asie centrale, alors même que le système médical est sur le point de s’écrouler. De larges secteurs de la population se retrouvent en état de moindre résistance pour supporter le “traitement de choc” des réformes économiques. »37

29Cet universitaire étatsunien attribue les maux de l’Asie centrale postsoviétique à l’héritage soviétique, alors qu’on pourrait à l’inverse souligner que sous l’ère soviétique ces fléaux avaient été contenus.

  • 38 149 EX/34, doc. du 14 mars 1996 : « L’Institut international d’études sur l’Asie centrale ».

30Pour venir en aide aux pays d’Asie centrale en détresse, l’Unesco crée en 1995 l’Institut international d’études sur l’Asie centrale, « suite à une recommandation formulée en 1991 par l’équipe scientifique de l’expédition de la Route des steppes, entreprise dans le cadre du projet des Routes de la soie, et pour répondre au besoin exprimé par les spécialistes des études sur l’Asie centrale ». Cet institut est créé sous la forme d’un réseau ayant son centre à Samarkand et des branches spécialisées dans d’autres États d’Asie centrale membres de l’Unesco38.

  • 39 Un peu comme l’évolution qu’a connue la ville de Leningrad, dans sa représentation patrimoniale, so (...)

31Ce qui est intéressant est que, après la fin du communisme en Asie centrale, on (re)convoque pour cette région l’appellation ancienne « Routes de la soie », à un moment où la recomposition de cette aire, du fait de la chute du communisme, invite à lui trouver un autre sens, un autre avenir. Sous l’égide de l’Unesco, pour redéfinir l’identité de cette région, on refait appel à cet imaginaire des Routes de la soie et à la dimension patrimoniale qu’elle implique39.

Une région au cœur de conflits géopolitiques au tournant du 21e siècle

32En 1992, un an après l’effondrement de l’URSS, l’Unesco co-organise un congrès international sur la coopération scientifique et culturelle en Asie centrale. Les savants de tradition russe y sont encore majoritaires. En mai 2005, l’institution organise pendant sept jours à Paris le « Festival sur la diversité culturelle et le dialogue en Asie centrale », qui rencontre du succès d’après une brochure de l’institution :

  • 40 « Festival sur la diversité culturelle et le dialogue en Asie centrale », brochure de l’Unesco, 200 (...)

« L’ensemble des événements du festival a rencontré un très vif succès auprès du public : plus de 1 900 spectateurs pour les soirées spectacle, plus de 990 spectateurs pour les six soirées cinéma, 160 participants à la table ronde et pas moins de 4 500 visiteurs aux expositions. »40

  • 41 DG/2005/086 : Discours de Koïchiro Matsuura, 24 mai 2005.
  • 42 Cf. Sébastien Peyrouse, « Le tournant ouzbek de 2005. Éléments d’interprétation de l’insurrection d (...)
  • 43 Lorraine Millot, « Massacre ouzbek : la gêne de l’Occident », Libération, 18 mai 2005.

33Il accueille de nombreux musiciens venus pour l’occasion d’Asie centrale. Le directeur général de l’Unesco, le Japonais Koïchiro Matsuura, remercie dans son discours d’ouverture les États membres de l’Asie centrale et l’Association des organisations de soutien au développement de l’artisanat en Asie centrale (CACSA). Il souligne que l’Asie centrale « a toujours été un carrefour stratégique entre l’Orient et l’Occident », qu’elle est « une mosaïque culturelle et religieuse sans cesse renouvelée par des rencontres riches pour ses peuples ». « C’est donc avec une certaine peine que je joins ma voix à celle du secrétaire général des Nations unies exprimant sa préoccupation sur les événements récemment survenus en Ouzbékistan, en espérant que le dialogue saura rapidement retrouver sa place41. » En effet, en 2005, un soulèvement à Andijan (Ouzbékistan) a entraîné un sanglant massacre perpétré par l’armée du pouvoir en place en Ouzbékistan, qui a provoqué plus de 700 morts42 ; comme le rapporte à l’époque Libération, « un carnage s’est déroulé dans cette ville de 300 000 habitants, dans l’est de l’Ouzbékistan », « après l’attaque d’une prison par un groupe d’islamistes pour en libérer des détenus ». « Le dictateur Islam Karimov, ancien apparatchik communiste qui se veut champion de la lutte contre l’islamisme, a réussi à se maintenir à la tête de l’Ouzbékistan depuis 1991 avec le soutien de la Russie autant que celui des États-Unis. Ceux-ci lui savent gré d’avoir mis à leur disposition une base aérienne depuis 2001, à Khanabad, à la frontière avec l’Afghanistan43 ». La situation géopolitique est donc très tendue, et c’est dans ce contexte complexe que l’Unesco organise cet événement, espérant par ces échanges culturels apaiser les tensions et susciter un dialogue interculturel.

  • 44 Le Courrier de l’Unesco, 2009, p. 14-16 : C. Edmund Bosworth, historien britannique, directeur, ave (...)

34Dans ces années, les articles publiés par l’Unesco consacrés à l’Asie centrale examinent le statut particulier de cette région du monde au cours de la guerre froide, région qui a, estime l’Unesco, connu « une période de réclusion sévère imposée par la domination soviétique et les rivalités de la guerre froide », et qui connaît à présent « une période d’ouverture exponentielle44 ».

  • 45 Sources Unesco, avril 1999, n° 111, p. 6-8 : « Asie centrale, des voisins encombrants », par Sue Wi (...)
  • 46 Olivier Ferrando, « Les violences ethniques de juin 2010 au Kirghizstan : l’identité manipulée », R (...)

35L’Unesco se préoccupe aussi des problèmes de sécurité de la région, qui connaît, au lendemain de la chute de l’URSS, le développement des mafias et du trafic de drogue : « en quelques années seulement, l’Asie centrale, dotée d’un réseau routier, aérien et ferroviaire assez dense et de frontières peu hermétiques, est devenue une plaque tournante du trafic de stupéfiants ». Cette appréciation est portée dès 1999 par un expert de l’ONU, Bodgan Lisovitch, qui représente le PNUCID (Programme des Nations unies pour le contrôle international des drogues) en Asie centrale. Il a observé comment « l’industrie des stupéfiants a pris des proportions aussi gigantesques qu’alarmantes dans cette région ». L’article conclut que « les frontières des États d’Asie centrale ressemblent à un labyrinthe et sont presque incontrôlables45 ». Ainsi, l’Unesco, loin de se maintenir dans une vision irénique et traditionnelle des Routes de la soie, se préoccupe aussi des enjeux contemporains et ne fait pas l’impasse sur les problèmes que connaît la région durant l’ère postsoviétique. Ces problèmes s’aggravent d’ailleurs au fil des années : après le massacre en Ouzbékistan en 2005, c’est en 2010 le Kirghizstan qui connaît une flambée de violences ethniques46.

Un projet finalement sous influence chinoise

  • 47 Histoire des civilisations de l’Asie centrale, volume V, p. 33.
  • 48 Ibid., p. 17.

36Au fil des années, et suite au reflux de l’influence russe, l’influence chinoise sur le projet augmente. Au fur et à mesure de la réalisation du projet, de plus en plus de contributions en chinois sont rédigées, concurrençant le russe47. La Chine ne participait pas initialement au projet, mais s’y est rajoutée en cours de route, ainsi que la Mongolie48.

37L’influence de la Chine (RPC) sur l’Unesco en général devient prédominante à partir des années 1990-2000 et ne cesse de s’accentuer au cours des années. Elle se traduit par des financements volontaires, extrabudgétaires, qui proviennent de la Chine et sont accueillis avec enthousiasme par l’Unesco, qui, de 1984 à 2003, a été privée d’une grande partie de ses ressources financières du fait du retrait des États-Unis. Ces derniers recommencent à financer l’Unesco en 2003, mais cessent à nouveau à partir de 2012, pour protester contre l’admission de la Palestine comme État membre.

  • 49 Doc : CLT/512-95-HCCA.COM.V, 10 septembre 1995 : Unesco fifth session of the international scientif (...)
  • 50 Judith A. Lerner, « The UNESCO International Symposium on the Silk Roads, 2002 », Bulletin of the A (...)

38Dès lors, la Chine (RPC) devient le plus gros contributeur financier à l’Unesco, non seulement par sa contribution au budget ordinaire de l’institution, mais aussi par ses financements extrabudgétaires. Ce faisant, la Chine parvient à acquérir une influence prédominante dans les projets de l’institution. Ainsi, dès 1995, c’est à Pékin, avec la participation active de l’Académie chinoise des sciences sociales, qu’a lieu une importante session du Comité scientifique international chargé de la préparation de l’Histoire des civilisations d’Asie centrale49. En 2002, pour marquer l’Année des Nations unies pour le patrimoine culturel, l’Unesco organise un symposium à Xi’an, en Chine, dirigé par le professeur Ikuo Hirayama, nommé depuis 1989 « ambassadeur de bonne volonté » de l’Unesco, qui réunit pour l’occasion 40 des 100 jeunes chercheurs récipiendaires de la « bourse Hirayama » (qui attribue chaque année des bourses à 100 jeunes chercheurs du monde entier menant des recherches sur les Routes de la soie) et 10 experts invités50.

39Plus largement, la Chine finance aujourd’hui de nombreux pans du programme de l’Unesco, comme la revue Le Courrier de l’Unesco, le Fonds du patrimoine mondial (faisant classer de nombreux sites chinois sur la prestigieuse liste du patrimoine mondial) et de nombreux programmes de l’Unesco en Afrique, notamment éducatifs, ce qui s’inscrit dans la lignée de la « Chinafrique ».

Enjeux patrimoniaux et environnementaux

  • 51 Ex : Le Courrier de l’Unesco, nov. 1974, p. 27-31 : « Énigmes botaniques… », art. cité, par Anatoly (...)

40Précocement, dans la mise en œuvre du projet, l’Unesco et les savants mobilisés se sont intéressés aux enjeux environnementaux. Cela s’inscrit alors dans l’air du temps, avec l’émergence dans les années 1970 des préoccupations de préservation de la nature : en 1968, l’Unesco a organisé la « conférence sur la biosphère », donnant naissance aux « réserves de biosphère », et en 1972 l’ONU a créé le « Programme des Nations unies sur l’environnement » (PNUE). Ainsi, des articles dans Le Courrier de l’Unesco, dès 1974, se penchent sur la richesse botanique du Pamir, « toit du monde » (7400 m)51.

  • 52 Le Courrier de l’Unesco, oct. 2001, p. 28-29 : « Asie centrale : de l’eau dans le gaz », par René C (...)
  • 53 Ibid.
  • 54 Doc. 207 EX/16.V, 27 août 2019.
  • 55 Doc. 171 EX/55, 31 mars 2005 : « Organisation d’une conférence régionale ministérielle de l’Unesco (...)

41En 2001, un article du Courrier de l’Unesco s’intéresse à l’enjeu de l’eau en Asie centrale, au cœur de tensions géopolitiques et de problèmes environnementaux. « La géographie, l’héritage soviétique et la croissance démographique vont obliger les cinq pays d’Asie centrale à une coopération étroite, dans une région où l’eau reste une arme52 ». « La mer d’Aral était alimentée par deux fleuves, le Syr-Daria et l’Amou-Daria, jusqu’à ce que de grands travaux soviétiques en détournent les cours, notamment pour la culture irriguée du coton. Aujourd’hui, sa superficie a été divisée par deux et son volume d’eau par trois53 ». Ainsi, l’Unesco a été pionnière en attirant l’attention de la communauté internationale sur les problèmes alarmants liés à l’eau en Asie centrale. De nos jours, l’Unesco continue à s’intéresser à l’Asie centrale, surtout pour des enjeux patrimoniaux54 ou touchant à l’environnement55.

Conclusion

42En 2005, la publication de l’Histoire des civilisations de l’Asie centrale de l’Unesco est un accomplissement historiographique important. Cependant, cette vaste contribution à l’histoire d’une région du monde souvent passée sous silence, si elle peut être saluée pour cela, a recueilli des critiques mitigées. Ainsi, dans sa recension pour la revue Abstracta iranica, le chercheur Alexandre Papas note :

  • 56 Alexandre Papas, « History of Civilizations of Central Asia. Volume VI : Towards the contemporary p (...)

« Cet épais ouvrage possède les qualités et les défauts du genre. Ainsi il n’est pas certain que des chapitres consacrés à l’Iran, au Pakistan et à l’Inde soient pertinents. Davantage l’auraient été des développements sur le Xinjiang, qui n’est traité (superficiellement) que dans les chapitres 16 et 26/1-2. D’autre part, la littérature, qui fait l’objet des chapitres 30 et 31, n’est sérieusement étudiée que par György Kara pour les lettres mongoles. Plus généralement, l’histoire intellectuelle (…) et l’histoire religieuse sont peu abordées. (…) Au total, il s’agit d’un ouvrage de collation qui n’ambitionne pas la nouveauté pour rester fidèle à son projet, à savoir celui de soumettre une histoire générale et accessible au lecteur non spécialiste. »56

  • 57 Claudia Astarita et Isabella Damiani, « Géopolitique de la nouvelle route de la soie », Géoéconomie(...)
  • 58 L’Histoire, n° 459, mai 2019, p. 54-59 : « Vous avez dit « routes de la soie » ? », entretien avec (...)

43L’Histoire des civilisations de l’Asie centrale et le projet des Routes de la soie de l’Unesco sont particulièrement intéressants à retracer, à la lumière du grand projet économique et géopolitique lancé par la Chine en 2013 : le projet des« Nouvelles routes de la soie » (One Belt One Road ou OBOR)57, qui a pour objectif « la construction d’infrastructures sur deux types de routes : des routes terrestres sur le continent eurasien, depuis la Chine jusqu’en Europe, et des routes maritimes qui relient ces deux espaces via le détroit de Malacca, l’océan Indien et la mer Rouge, en longeant la corne de l’Afrique58 ».

44Aujourd’hui, l’Unesco continue à organiser des événements autour de l’Asie centrale, comme le forum culturel international « L’Asie centrale au carrefour des civilisations », tenu à Khiva, en Ouzbékistan, en septembre 2021. Cet événement, proposé par le président de la République ouzbek Shavkat Mirziyoyev lors de son discours à la 75e session de l’Assemblée générale des Nations unies en septembre 2020, a bénéficié du soutien de l’Unesco. Le lieu choisi pour le forum est symbolique, Khiva étant une cité ancienne, l’une des étapes historiques sur les Routes de la soie ; cette ville millénaire a d’ailleurs été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco dès 1990. En soutenant de tels événements, l’Unesco cherche à encourager la démocratie dans les Républiques d’Asie centrale. Cependant la coopération avec les chefs d’État de ces pays pose question, car ils sont tout sauf démocrates : ainsi le président ouzbek Mirziyoyev est un homme d’État autoritaire et promeut un islam strict dans son pays, tout en réprimant les partis politiques autres que le sien. L’action de l’Unesco, consistant à promouvoir les cultures d’Asie centrale, se heurte donc non seulement aux rapports de force géopolitiques et aux stratégies d’influence des puissances environnantes (Russie/Chine), mais aussi aux régimes dictatoriaux qui se sont installés en Asie centrale après la chute de l’URSS.

Illustrations :

Le Courrier de l’Unesco, fév. 1969, p. 1 : « Cultures de l’Asie centrale et de l’Himalaya ».

Le Courrier de l’Unesco, juin 1974, p. 1 : « Autour de l’an mil en Asie centrale, un esprit universel : Al-Bîrunî »

Le Courrier de l’Unesco, nov. 1974, p. 27 : « Énigmes botaniques de l’Asie centrale ».

Sources Unesco, oct. 1996, n° 83 : « Asie centrale : à la recherche du temps perdu ».

L’Histoire des civilisations de l’Asie centrale, Paris, Unesco, vol. V, 2005.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Laurence Montel pour sa relecture attentive et ses remarques constructives sur cet article.

2 Cf. Chloé Maurel, « L’Histoire de l’Humanité de l’Unesco (1945-2000) », Revue d’histoire des sciences humaines, juin 2010, p. 161-198 ; et Poul Duedahl, « Selling Mankind : UNESCO and the Invention of Global History, 1945-1976 », Journal of World History, March 2011, Vol. 22, n° 1, p. 101-133. Note : dans cet article, les documents d’archives mentionnés proviennent des archives de l’Unesco.

3 Sur ce sujet, cf. Jean Radvanyi, Les États postsoviétiques, Paris, Armand Colin, 2011.

4 Doc SHC/CS/47/1, 29 mars 1967 : Étude des civilisations des peuples de l’Asie centrale.

5 Ibid., annexe, p. 4.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Doc SHC/CS/47/1, 29 mars 1967 : annexe, p. 4.

9 Cf. Gustav Glaesser, « The Work of the Committee on the Study of the Civilizations of Central Asia of the USSR Commission for UNESCO », East and West, September-December 1973, Vol. 23, n° 3/4, p. 363-370 (p 364).

10 Gustav Glaesser, art. cit., p 365-366.

11 Gustav Glaesser, art. cit., p 365-366 (econtroversies or disagreements caused by the vagueness of the geographical term « Central Asia »).

12 Gustav Glaesser, art. cit., p. 366.

13 Le Courrier de l’Unesco, février 1969 : dossier consacré à « Cultures de l’Asie centrale et de l’Himalaya », article de Bobojan Gafourov : « La grande civilisation des Kouchans », p. 4-7.

14 Ibid., p. 4.

15 Ibid., p. 8-10 : « Une galerie de portraits vieille de 2 000 ans ».

16 Ibid., p. 365.

17 Le Courrier de l’Unesco, février 1969 : dossier consacré à : « Cultures de l’Asie centrale et de l’Himalaya », article de Bobojan Gafourov : « La grande civilisation des Kouchan », p. 4-7.

18 Le Courrier de l’Unesco, juin 1974, p. 4-8 : « Abu l-Rayhan Muhammad inn Ahmad Biruni. Il y a mille ans en Asie centrale, un esprit universel », par Bobojan Gafourov.

19 Ibid., p. 27 : « Le débat du siècle entre Al-Bîrunî et Avicenne. Ces jeunes hommes avaient 24 et 17 ans quand ils remirent le monde en question », par Seyyed Hossein Nasr, recteur de l’université Aryamehr de Téhéran.

20 Ex : Le Courrier de l’Unesco, novembre 1974, p. 27-31 : « Énigmes botaniques de l’Asie centrale. Des savants soviétiques étudient les paradoxales richesses du Pamir », par Anatoly V. Pokrovsky.

21 Cf. Gérard Chaliand, Pourquoi perd-on la guerre ?, Paris, Odile Jacob, 2016, en particulier chap. 6 : « La première guerre d’Afghanistan », p. 103-117.

22 Histoire de l’humanité, vol IV, Paris, Unesco, 2000 : bibliographie sur l’Asie centrale, p. 906-907.

23 Histoire de l’humanité, vol. II, chapitre « L’Asie centrale », par Vadim M. Masson.

24 Doc. 127 EX/14, annexe III : 28 août 1987, p. 11-12.

25 Doc. du conseil exécutif de l’Unesco, 8 avril 1993 : « Projet d’amendements aux statuts du comité scientifique international pour la rédaction d’une histoire des civilisations de l’Asie centrale ».

26 Ibid.

27 Conclusion du vol I, p. 464 : « Sufficient evidence has been presented above to show the importance of Central Asia as an independent centre of creative human cultures. It can no longer be regarded as a marginal area for it lies within the hub of great civilizations as much as it is itself the home of ancient civilization. (…). Siberia and the far northern regions were populated by people coming from Central Asia ».

28 Cf. Chloé Maurel, « Le projet de l’Unesco des ‘Routes de la soie’ (1988-1997) : entre science, tourisme culturel et politique », Relations internationales, 2021/2, n° 186, p. 115-133.

29 Ibid.

30 Histoire des civilisations de l’Asie centrale, volume I (Préhistoire), p. 467 : « Was the first to state that the method used by Humboldt did not fulfil the requirements of geography and that in defining boundaries of Central Asia one should be guided by common physical features. Furthermore, he suggested that the absence of flow of water into the open sea might be considered as a good criterium for establishing the boundaries of Central Asia ». (« A note on the meaning of the term ‘Central Asia’ as used in this book » par L. I. Miroshnikov)

31 Conclusion du volume I, p. 464 : « Sufficient evidence has been presented above to show the importance of Central Asia as an independent centre of creative human cultures. It can no longer be regarded as a marginal area for it lies within the hub of great civilizations as much as it is itself the home of ancient civilization. (…) Siberia and the far northern regions were populated by people coming from Central Asia ».

32 Cf. Revue internationale et stratégique, 2006/4 (n° 64), dossier « Quinze ans d’indépendance, les nouveaux enjeux en Asie centrale ».

33 Cf. Bayram Balci, « La Turquie en Asie centrale : acteurs privés et étatique dans le développement d’une influence islamique turque dans les Républiques postsoviétiques », Revue internationale de politique comparée, 2014/1, Vol. 21, p. 9-31.

34 Cf. Revue européenne des migrations internationales, 2010/3, Vol. 26, dossier « Migrations en Asie centrale et au Caucase ».

35 Sources Unesco, n° 83, octobre 1996, p. 5-8 : article « Asie centrale : à la recherche du temps perdu », par S. Frederick Starr.

36 Sur ce sujet, cf. Jérémy Allouche, « Tadjikistan, une guerre postsoviétique ou postcoloniale ? », L’Esprit du temps, « Outre-Terre », 2016/3 n° 48, p. 123-133.

37 S. Frederick Starr, art. cité.

38 149 EX/34, doc. du 14 mars 1996 : « L’Institut international d’études sur l’Asie centrale ».

39 Un peu comme l’évolution qu’a connue la ville de Leningrad, dans sa représentation patrimoniale, son imaginaire culturel à destination des touristes : centrée durant la période soviétique sur la personne de Lénine, elle a été ensuite, après la fin du communisme, appelée désormais Saint-Pétersbourg et centrée sur la personne de Pierre le Grand.

40 « Festival sur la diversité culturelle et le dialogue en Asie centrale », brochure de l’Unesco, 2005, p. 8 : préface par Katérina Stenou, directrice de la division des politiques culturelles et du dialogue interculturel de l’Unesco.

41 DG/2005/086 : Discours de Koïchiro Matsuura, 24 mai 2005.

42 Cf. Sébastien Peyrouse, « Le tournant ouzbek de 2005. Éléments d’interprétation de l’insurrection d’Andijan », Revue internationale et stratégique, 2006/4, n° 64, p. 79-88.

43 Lorraine Millot, « Massacre ouzbek : la gêne de l’Occident », Libération, 18 mai 2005.

44 Le Courrier de l’Unesco, 2009, p. 14-16 : C. Edmund Bosworth, historien britannique, directeur, avec M.C. Asimov, du volume IV de l’Histoire des civilisations de l’Asie centrale, article « sur les routes des steppes et de la soie », p. 15.

45 Sources Unesco, avril 1999, n° 111, p. 6-8 : « Asie centrale, des voisins encombrants », par Sue Williams.

46 Olivier Ferrando, « Les violences ethniques de juin 2010 au Kirghizstan : l’identité manipulée », Revue d’études comparatives Est-Ouest, 2010/3, n° 41, p. 107-136.

47 Histoire des civilisations de l’Asie centrale, volume V, p. 33.

48 Ibid., p. 17.

49 Doc : CLT/512-95-HCCA.COM.V, 10 septembre 1995 : Unesco fifth session of the international scientific committee for the preparation of the History of Civilizations of Central Asia, Beijing, 25-29 July 1995.

50 Judith A. Lerner, « The UNESCO International Symposium on the Silk Roads, 2002 », Bulletin of the Asia Institute, New Series, vol. 14, 2000, p. 131-133.

51 Ex : Le Courrier de l’Unesco, nov. 1974, p. 27-31 : « Énigmes botaniques… », art. cité, par Anatoly V. Pokrovsky.

52 Le Courrier de l’Unesco, oct. 2001, p. 28-29 : « Asie centrale : de l’eau dans le gaz », par René Cagnat.

53 Ibid.

54 Doc. 207 EX/16.V, 27 août 2019.

55 Doc. 171 EX/55, 31 mars 2005 : « Organisation d’une conférence régionale ministérielle de l’Unesco consacrée au rôle stratégique des énergies renouvelables pour le développement durable en Asie centrale ».

56 Alexandre Papas, « History of Civilizations of Central Asia. Volume VI : Towards the contemporary period: from the mid-nineteenth to the end of the twentieth century, Paris, UNESCO Publishing, 2005, 1033 p. », Abstracta Iranica [en ligne], Vol. 28 | 2007, document 141, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 30 octobre 2021.

57 Claudia Astarita et Isabella Damiani, « Géopolitique de la nouvelle route de la soie », Géoéconomie, 2016/2, n° 79, p. 57-94. Citation p. 59.

58 L’Histoire, n° 459, mai 2019, p. 54-59 : « Vous avez dit « routes de la soie » ? », entretien avec Jean-François Huchet, propos recueillis par Clément Fabre.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Le Courrier de l’Unesco, fév. 1969, p. 1 : « Cultures de l’Asie centrale et de l’Himalaya ».
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/18514/img-1.png
Fichier image/png, 567k
Légende Le Courrier de l’Unesco, juin 1974, p. 1 : « Autour de l’an mil en Asie centrale, un esprit universel : Al-Bîrunî »
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/18514/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Le Courrier de l’Unesco, nov. 1974, p. 27 : « Énigmes botaniques de l’Asie centrale ».
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/18514/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Sources Unesco, oct. 1996, n° 83 : « Asie centrale : à la recherche du temps perdu ».
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/18514/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende L’Histoire des civilisations de l’Asie centrale, Paris, Unesco, vol. V, 2005.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/18514/img-5.png
Fichier image/png, 555k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, « L’Unesco et les Routes de la soie. Entre enjeux scientifiques, culturels et géopolitiques »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 152 | 2022, 157-175.

Référence électronique

Chloé Maurel, « L’Unesco et les Routes de la soie. Entre enjeux scientifiques, culturels et géopolitiques »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18514 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18514

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Agrégée et docteure en histoire, SIRICE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search