Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152LIVRES LUSJohn Darwin, Une histoire globale...

LIVRES LUS

John Darwin, Une histoire globale des empires. Après Tamerlan, de 1400 à nos jours

Paris, Nouveau Monde, 2020.
Chloé Maurel
Référence(s) :

John Darwin, Une histoire globale des empires. Après Tamerlan, de 1400 à nos jours, Paris, Nouveau monde, 2020.

Texte intégral

1L’historien britannique John Darwin, professeur émérite à Oxford, a publié en 2007 en anglais1 cette somme historique, large synthèse sur l’histoire des puissances, qui met l’accent sur le rôle important de l’Eurasie tout en réfléchissant sur les limites de l’Europe, fluctuantes au cours du temps. L’ouvrage a été traduit en français en 2020.

2Son propos est d’analyser le phénomène de globalisation ainsi que la résilience des États. Dans son vaste récit de l’histoire des puissances, l’auteur met l’accent sur l’énergie des bâtisseurs d’empires, de Tamerlan à Mao, montrant que cette énergie a été une force motrice qui a permis la constitution de vastes ensembles territoriaux. Il fait l’éloge de leur action unificatrice.

3L’ouvrage est organisé en 9 chapitres chronologiques, allant de la fin du Moyen Âge jusqu’au 20e siècle. Dans les deux premiers chapitres, consacrés à « l’Eurasie et l’âge des grandes découvertes », l’auteur rappelle que Tamerlan a entrepris à partir de 1380 la conquête de l’Iran, de la Mésopotamie, de l’Arménie et de la Géorgie, avant d’envahir l’espace russe puis le nord de l’Inde. L’auteur relativise son image de tyran sanguinaire et montre que Tamerlan a été un acteur pivot de l’histoire de l’Eurasie. Mais le système qu’il a mis en place s’est décomposé à sa mort.

4Darwin relativise l’accusation d’impérialisme souvent portée contre les Européens, tel un « péché originel » (p. 39), et fait observer que c’est le propre de tous les peuples de vouloir étendre leur territoire et leur influence. Il étaye cette affirmation, qui peut paraître discutable, avec plusieurs exemples de peuples, comme les dynasties arabes, chinoises ou l’Empire ottoman.

5Il souligne l’importance, pour écrire une histoire globale, d’utiliser les sources non occidentales, comme les travaux de l’historien arabe du 14e siècle, Ibn Khaldoun.

6Dans un parcours chronologique allant du 14e au 20e siècle, l’auteur établit que vers 1400 ce sont les sociétés musulmanes qui sont les plus dynamiques et les plus expansionnistes en Eurasie. Il évoque aussi la remarquable cohésion de la Chine, fondée sur une culture classique millénaire, la richesse de ses villes, son commerce et son organisation politique rigoureuse. Pourtant, la Chine va, estime l’auteur, reprenant la thèse – discutée – de Kenneth Pomeranz, bientôt se refermer sur elle-même et décliner sur le plan scientifique et technologique.

7L’auteur aborde ensuite l’Empire ottoman et son apogée autour du 16e siècle grâce à son armée permanente de janissaires. Il évoque aussi d’autres puissances souvent mal connues en Occident, comme l’Iran safavide.

8Au début du 18e siècle, c’est la Russie, sous le tsar Pierre le Grand, qui s’affirme comme une puissance montante en Eurasie, se taillant un vaste territoire (qui s’agrandira encore au 19e siècle avec l’annexion du Turkestan et de l’Ouzbékistan), et tirant ses richesses de l’exploitation des serfs.

9L’auteur évoque ensuite la « Grande Divergence », terme forgé par l’historien américain Kenneth Pomeranz, pour désigner l’évolution contrastée, à partir du 18e siècle, du Royaume-Uni, qui prend son essor grâce à la révolution industrielle (liée à l’invention de la machine à vapeur et à la découverte de charbon dans le sous-sol de l’Angleterre), et celle de la Chine qui, au contraire, décline. Il retrace le développement de l’Empire des Indes britanniques (avec l’East India Company), ainsi que l’ascension des États-Unis à partir du 19e siècle.

10Ce n’est pas seulement l’ascension des puissances que décrit l’auteur, mais aussi leur déclin. Ainsi, concernant l’Empire ottoman, John Darwin estime que ce déclin a commencé dès l’époque des « Tanzimat », les grandes réformes du 19e siècle.

11La colonisation européenne est un exemple parfait d’impérialisme et l’auteur la relate, dépeignant le « scramble for Africa » (ruée des puissances européennes vers l’Afrique), terme forgé en 1884 par le journal Times. Il met l’accent sur la volonté impérialiste et raciste des Blancs d’Afrique du Sud, sous l’impulsion de Cecil Rhodes, de créer en Afrique australe un grandiose « pays de l’homme blanc » qui égalerait les États-Unis. Il analyse les moteurs de l’expansion européenne au 19e et au 20e siècles et l’identifie en particulier dans les progrès des moyens de transport, ainsi que dans l’ouverture du canal de Suez en 1864 et du canal de Panama en 1914.

12L’auteur évoque ensuite les deux guerres mondiales et analyse les dispositions prises à leur achèvement, dispositions qui confortent les puissances européennes, avec par exemple les mandats (de la Société des Nations) sur le Liban et la Syrie pour la France, sur l’Irak et la Palestine pour le Royaume-Uni, mandats créés en 1919 après l’effondrement de l’Empire ottoman.

13Les aspects les plus intéressants de cette vaste synthèse sont les pages consacrées aux territoires extra-européens, comme celles retraçant la construction de la Turquie moderne avec Mustafa Kemal Atatürk, l’essor de l’Iran avec Reza Khan, qui devient shah en 1926, ou celles sur l’essor du mouvement indépendantiste en Inde, avec Gandhi et le Parti du Congrès. Sans oublier celles consacrées à l’essor du mouvement tiers-mondiste, avec la conférence fondatrice de Bandung (Indonésie) en 1955, lors de laquelle des acteurs du tiers monde comme l’Indien Nehru et le Chinois Zhou Enlai ont prononcé des discours fédérateurs et stimulants pour les peuples colonisés.

14Concernant la seconde moitié du 20e siècle, l’auteur évoque rapidement les « machinations de la CIA » (p. 573) dans le coup d’État contre le dirigeant démocrate Mossadegh en Iran en août 1953. D’autres exemples de l’implication de la CIA dans des coups d’État auraient pu être donnés, comme au Guatemala en 1954 ou au Chili en 1973, ce qui aurait permis d’illustrer davantage encore l’impérialisme des États-Unis. L’auteur évoque par ailleurs cet impérialisme américain en indiquant qu’en 2003 les États-Unis possédaient dans le monde plus de 700 bases militaires dans 130 pays, et déployaient plus de 250 000 militaires en uniforme.

15Ce vaste parcours historique mondial, très stimulant, bien écrit et agréable à lire, pourra être très utile à des étudiants en histoire pour se faire une idée précise de l’évolution des puissances dans le monde depuis la fin du Moyen Âge. L’approche mondiale, globale, est extrêmement intéressante. Cela peut également donner envie à des chercheurs de poursuivre l’écriture de l’histoire du monde avec cette exigence d’un décentrement du regard vers les peuples extra-européens, en particulier vers l’Asie centrale, longtemps éclipsée des grands récits historiographiques mondiaux et qui est aujourd’hui au cœur des enjeux géopolitiques avec le projet chinois « Belt and Road Initiative » (BRI), dit aussi projet des « Nouvelles Routes de la Soie ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « John Darwin, Une histoire globale des empires. Après Tamerlan, de 1400 à nos jours »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 29 mars 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18563

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search