Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152UN CERTAIN REGARDNeuf mois d’aventure entre les âg...

UN CERTAIN REGARD

Neuf mois d’aventure entre les âges, le long de la Route de la soie

Astrid Duvillard
p. 201-206

Résumés

En 2017, j’ai eu la chance de parcourir en auto-stop le principal itinéraire de la Route de la soie : j’ai arpenté durant neuf mois, avec tout l’appétit du monde, le ruban de bitume reliant Xi’An à Istanbul. J’ai pris des photographies qui témoignent du mélange des cultures, entre Orient et Occident, prégnant dans cette région entre Asie et Europe.

Haut de page

Texte intégral

1En 2017, j’ai eu la chance de retracer en auto-stop le principal itinéraire de la Route de la soie : j’ai arpenté durant neuf mois, avec tout l’appétit du monde, le ruban de bitume reliant Xi’An à Istanbul.

2Mon arrivée dans la capitale de la province du Shaanxi, en Chine, marqua en effet le début de mon aventure. Xi’An, ville emblématique que j’avais tant désirée, m’ouvrait les portes d’un univers nouveau, qui contrastait incontestablement avec tout ce que je connaissais jusque-là. J’eus l’impression d’entrer dans une autre époque, en tout cas je m’efforçais d’y croire encore un peu. Si bien des cultures ancestrales cohabitent en Asie, je m’enfonçais pour ma part dans un monde musulman, qui s’étendrait jusqu’en Turquie. Face à moi se déployait un infini royaume de sable : le désert de Gobi était là, prêt à m’engloutir, pour mon plus grand plaisir. J’avais tant rêvé de cet espace désolé qu’il me tardait de le traverser d’est en ouest, le pouce en l’air et le sac sur le dos.

3Après une brève visite de l’incontournable armée en terre cuite – l’empereur Qin et ses huit mille soldats d’argile y reposent –, je me lançai en direction de Zhangye Danxia, où de féériques collines multicolores m’attendaient. J’entrai ensuite dans le vif du sujet : l’âtre brûlant de Gobi. Au cœur de ce désert légendaire, je me brûlai joyeusement l’épiderme, au fil des kilomètres. Il faut dire que mon corps d’Occidentale, pourtant endurci par des années de vie sur la route, avait rarement eu l’occasion d’affronter des températures frôlant les 47°C. Si le soleil de Turfan, ville oasis du Xinjiang, semblait s’amuser à me dévorer les pommettes, il en fallait plus pour m’empêcher de croquer ce périple à pleines dents. Je rôtissais donc gaiement, avant de prendre de l’altitude et de respirer un peu d’air frais.

4Je dois cependant admettre que mon fantasme au sujet d’une Route de la soie inchangée depuis des siècles fut vite remis au goût du jour : moi qui cherchais des yeux de longues caravanes de chameaux, je n’espérais pas tant de câbles électriques et de véhicules 4x4. J’acceptai à contrecœur de quitter le domaine du songe et m’apprêtai à batailler pour déceler sur cet itinéraire, devenu lui aussi contemporain, la part de légende que j’étais venue chercher.

5J’ai traversé les Tian Shan, massif également connu sous le nom évocateur de Monts Célestes, avant de poursuivre mon chemin vers Kashgar, ville mythique où flotte un doux parfum d’Asie centrale. Dans cette province chinoise occidentale, la situation politique est compliquée et voyager en stop ne fut pas une mince affaire. La vie quotidienne des Ouïghours est quant à elle extrêmement difficile, les persécutions étant légion. C’est sur cette note teintée de tristesse que je laissai l’Empire du Milieu derrière moi, avec sa magie mais aussi ses blessures.

6Mon épopée allait me mener toujours plus à l’ouest : place au Kirghizistan ! Les sentiers sinueux des vastes plaines de ce petit pays méconnu furent pour moi une terre d’accueil exceptionnelle. Cela tombait bien, car pour des raisons administratives (des complications avec différentes demandes de visas), je dus y séjourner quarante jours. Je pris donc mon temps, allant à la rencontre des Kirghizes, dont beaucoup élèvent depuis toujours des troupeaux de bétail. Sédentaires comme nomades, les Kirghizes m’ouvrirent tous leur porte avec un large sourire, me permettant de vivre des expériences inoubliables : dormir dans une yourte, traire des juments, terminer des fonds douteux de bouteilles de vodka tout en baragouinant quelques mots dans un russe on ne peut plus approximatif. Du lac Issyk Kul au lac Song Kul, en passant par Bishkek, la capitale, je me surpris à entrouvrir de nouveau la porte de mes fantasmes, m’octroyant une possible échappée dans le temps. C’est radieuse que je repris alors la route, me dirigeant plus au sud et surtout plus haut, les sommets tadjiks n’étant plus très loin.

7La Pamir Highway faisait partie des points de passage de mon périple à valider mentalement, dans la liste de mes rêves à réaliser un jour. J’y étais, et tant pis si mon arrière-train gelait à 4 600 m d’altitude, je me devais de savourer l’instant ! Ma virée tadjike fut aussi lente que prodigieuse. Crête après crête, je fus littéralement soufflée par la pureté des paysages, malgré un vent glacial et colérique. La sobriété que j’ai expérimentée auprès des Tadjiks fut également un élément marquant de mon aventure. Au sein des yourtes, quelques filets de poisson séchés et de larges tartines de beurre de yak composaient la majorité des repas. Cela dit, une fois n’est pas coutume, ces dîners furent copieusement arrosés de vodka, la seule boisson capable de réchauffer à la fois les corps et les cœurs ! Au fin fond du Pamir, j’étais entourée de mes semblables, avec qui je déchiffrais fraternellement les traits de nos différences, et c’est sans doute pour vivre des moments comme ceux-là que le voyage a pris une telle ampleur dans ma vie. Je pénétrai ensuite dans le corridor du Wakhan, y trouvant un peu de verdure après tant de semaines passées dans des régions arides.

8L’Ouzbékistan fut l’étape suivante : il n’aurait pas été envisageable de retracer l’ancien itinéraire de la Route de la soie sans faire escale dans les cités mythiques de Samarcande, Boukhara, puis Khiva. J’y admirai de somptueux édifices azurés, pittoresques à souhait malgré une certaine affluence touristique. De nombreux réveils avant l’aube furent l’occasion pour moi de conserver à jamais des souvenirs spectaculaires de ces villes, avant que la foule ne se presse aux abords des différents monuments. Je m’arrêtai aussi à Moynaq, un port de pêche en ruines, tristement célèbre pour son cimetière de bateaux établi sur l’ancien rivage de la mer d’Aral.

9Au bout de la route, après un rapide passage au Kazakhstan me conduisant jusqu’à Aktau, je grimpai sur un vieux rafiot en direction du Caucase, ma demande de visa turkmène ayant été refusée. En voyage comme dans la vie, tenter de rester maître de la situation, c’est oublier qu’il existe des lois supérieures qui régissent à leur guise les règles du jeu. Comme le disait Shakespeare, « ce qui ne peut être évité, il faut l’embrasser ». Je profitai donc de cette courte traversée maritime pour me laisser bercer par les flots de la mer Caspienne : un repos somme toute bien mérité !

10Au loin, le relief caucasien ne tarda pas à pointer son nez, et je trépignais d’impatience à l’idée de jeter bientôt l’ancre, ce qui fut chose faite après 24 heures de navigation. Montagnes, capitales historiques et arrière-goût d’Europe allaient constituer mon programme des semaines à venir, de l’Azerbaïdjan à l’Arménie, en passant par la Géorgie voisine. Toutefois, j’avais rendez-vous avec la Perse, dont il me tardait de fouler le sol. En Iran, j’ai vécu des émotions contradictoires, mais je m’attache aujourd’hui à retenir que, de toute ma vie vagabonde, j’ai rarement assisté à de telles bagarres entre familles se disputant pour me donner l’hospitalité. Systématiquement, une fois les différents protagonistes tombés d’accord, je fus invitée à séjourner plusieurs jours au sein de foyers tous plus chaleureux les uns que les autres. Verser quelques larmes au moment des adieux fut récurrent, et c’est le cœur chamboulé qu’un mois plus tard, je dus tourner le dos à l’Iran et à ses merveilles architecturales, afin de me lancer sur la dernière ligne droite de mon aventure : la Turquie.

11C’est en effet au cœur des terres noires anatoliennes que mon aventure prit fin, après neuf mois de rencontres et de poussière. En Turquie, je pris le temps de rentrer en douceur vers le Vieux Continent, en m’attardant dans les sinuosités des paysages indescriptibles de Cappadoce, aux formes géologiques dessinées par des millénaires d’action de l’eau et du vent. Je ressentis un plaisir immense à échanger avec le peuple turc, toujours souriant avec moi, et assurément bienveillant. En ligne de mire : la belle Istanbul, véritable caverne d’Ali Baba à ciel ouvert. C’est en gagnant la rive occidentale du Bosphore, qui traverse la ville, que je m’engouffrai en Europe, touchant mon foyer du bout des doigts. Le moment fut poignant, le temps insaisissable.

12L’aventure était finie. J’oublierai probablement la plupart des visages et des sourires qui m’ont été adressés. Je ne me rappellerai pas non plus chacun des coups de cœur ni chacun des coups de blues. Tous les parfums et les images que je garde aujourd’hui en mémoire s’estomperont avec le temps. Les choses sont ainsi faites. Rien n’est figé, tout est éphémère, nos rêves et nos souvenirs doivent indubitablement laisser un jour la place à d’autres. La vie est constituée de mouvements, c’est ce qui nous rend vivants, et ce voyage le long de l’ancienne Route de la soie n’aura eu de cesse de me le rappeler.

13Photos d’Astrid Duvillard, blog <www.histoiresdetongs.com>

Fameuse Lada, Ouzbékistan, 2018.

Yourte, Pamir, Tadjikistan, 2018.

Vendeuse de fromage, Kirghizistan, 2018.

Rencontre des nomades, Kirghizistan, 2018.

Paysage de Zhangye Danxia, Chine, 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fameuse Lada, Ouzbékistan, 2018.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/18588/img-1.png
Fichier image/png, 274k
Légende Yourte, Pamir, Tadjikistan, 2018.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/18588/img-2.png
Fichier image/png, 230k
Légende Vendeuse de fromage, Kirghizistan, 2018.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/18588/img-3.png
Fichier image/png, 273k
Légende Rencontre des nomades, Kirghizistan, 2018.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/18588/img-4.png
Fichier image/png, 193k
Légende Paysage de Zhangye Danxia, Chine, 2018.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/18588/img-5.png
Fichier image/png, 255k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Astrid Duvillard, « Neuf mois d’aventure entre les âges, le long de la Route de la soie »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 152 | 2022, 201-206.

Référence électronique

Astrid Duvillard, « Neuf mois d’aventure entre les âges, le long de la Route de la soie »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18588 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18588

Haut de page

Auteur

Astrid Duvillard

Voyageuse, auteure du blog <www.histoiresdetongs.com>

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search