Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152DOSSIERDu Tea Party à Donald Trump : la ...

DOSSIER

Du Tea Party à Donald Trump : la radicalisation du Parti républicain aux États-Unis

Marion Douzou
p. 107-125

Résumés

Depuis la fin des années 1950, le Parti républicain est en proie à d’importantes contestations de sa ligne idéologique. Sans remonter à la John Birch Society, fondée à la fin des années 1950, l’année 1964 voit les partisans de la candidature de Barry Goldwater tenter de pousser le Parti républicain à suivre une ligne nettement conservatrice. Si cette tentative de prise de contrôle de l’appareil républicain échoue avec la défaite de Goldwater à l’élection présidentielle, le mouvement gagne petit à petit en influence. En 2009, peu de temps après l’élection de Barack Obama, le mouvement du Tea Party se met en ordre de marche pour reprendre le travail entamé deux générations plus tôt par les partisans de Goldwater. Après huit années de lutte en tant que force d’opposition, le mouvement conservateur l’emporte grâce à un chef charismatique à la rhétorique populiste et nationaliste, qui va encourager l’extrême droite à se rendre de plus en plus visible et combative. Cet article s’intéresse à la question du rapport de l’extrême droite au jeu démocratique. Il se propose d’étudier la radicalisation progressive du Parti républicain suite au mouvement du Tea Party et aux quatre années de présidence Trump, en s’intéressant d’abord à ce qui a mené à l’élection de cet homme d’affaires haut en couleur, en auscultant les années de sa présidence et l’impact qu’elles ont eu sur la nébuleuse conservatrice elle-même, en s’interrogeant enfin sur la campagne de 2020, et notamment l’assaut du Capitole, qui a donné à voir une extrême droite organisée et puissante avec laquelle les États-Unis vont devoir composer dans les années à venir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple : Theda Skocpol et Vanessa Williamson, The Tea Party and The Remaking of American (...)
  • 2 Le terme « grassroots » désigne ici des militant·e·s de la base en prise directe avec le terrain et (...)

1Depuis la fin des années 1950, le Parti républicain a été en proie à des mouvements incessants de contestation de sa ligne idéologique, plaidant majoritairement pour une nette inflexion droitière. Ainsi, en 1964, les soutiens de Barry Goldwater voyaient dans sa candidature à l’élection présidentielle une possibilité de forcer le Parti républicain à appliquer les principes conservateurs et à ne plus transiger sur ses positions. Si cette tentative de prise de contrôle de l’appareil républicain a échoué avec la défaite de Goldwater à l’élection présidentielle, le mouvement qui l’avait soutenu n’en a pas moins continué et a gagné petit à petit en influence. En 2009, peu de temps après l’élection de Barack Obama, le mouvement du Tea Party s’est mis en ordre de marche pour reprendre le travail entamé deux générations plus tôt par les partisans de Goldwater1. Certains anciens de cette première campagne ont joint leurs forces à celles de nouveaux venus à la politique, effrayés par le programme politique du 44ème président dans lequel ils voyaient une grave dérive vers le socialisme ou le communisme. Ce mouvement fonctionne depuis lors sous la forme d’une nébuleuse d’organisations partisanes, de think tanks, d’universités conservatrices qui existent depuis des années, de militants grassroots2, de milices armées et d’une sphère médiatique conservatrice patiemment construite au fil des ans. Cette nébuleuse est farouchement opposée à tout compromis et adopte un positionnement antisystème de plus en plus radical. Après huit années de lutte en tant que force d’opposition, le mouvement conservateur a porté à la Maison-Blanche un chef charismatique à la rhétorique populiste et nationaliste, qui exhortait l’extrême droite à se rendre de plus en plus visible et combative.

  • 3 Voir par exemple : Ronald Formisano, The Tea Party : A Brief History, Johns Hopkins University Pres (...)
  • 4 Voir par exemple : Charles Postel, « The Tea Party in Historical Perspective : A Conservative Respo (...)
  • 5 Voir notamment : John H. Huntington, Far-Right Vanguard : The Radical Roots of Modern Conservatism, (...)

2À travers l’examen de l’évolution du Tea Party, cet article questionne le rapport de l’extrême droite au jeu démocratique. La littérature scientifique sur ce mouvement le présente tour à tour comme « populiste3 » ou « conservateur4 ». On utilisait très rarement à son propos le terme d’« extrême droite » jusqu’à ce que l’appellation « far-right » devienne assez commune, suite notamment à l’assaut donné au Capitole en janvier 2021. Pour ma part, j’avais jusqu’ici évité de l’employer pour caractériser la mouvance Tea Party, que je qualifiais plutôt de « conservatrice » ou « nationaliste ». D’abord parce que les militants eux-mêmes n’utilisaient et ne revendiquaient pas cette étiquette et que mon approche consistait à prendre en compte au maximum leur point de vue pour nourrir ma recherche et ma compréhension de leur mouvement par le biais d’entretiens et d’une observation participante inscrite dans la durée. Ensuite, le terme « extrême droite » m’apparaissait mal correspondre à la pratique et aux représentations politiques étatsuniennes. J’estimais que son usage brouillerait les pistes pour des lecteurs français plus familiers du 6 février 1934 que de Barry Goldwater. Cela dit, dès sa création, ce mouvement recoupait bel et bien un certain nombre de caractéristiques propres à l’extrême droite, que ce soit dans sa recherche de la radicalité, son positionnement anti-système, son rejet de tout compromis politique, ou encore sa rhétorique populiste, mais aussi nationaliste et parfois ouvertement xénophobe ou islamophobe5. Son évolution récente et la réorganisation de la nébuleuse conservatrice entre 2016 et 2021 rendent à mon sens le terme plus approprié et opérant.

  • 6 Sur la technique des entretiens et de l’observation participante, voir notamment : Robert Perks et (...)

3Cet article se fonde principalement sur une observation participante de dix mois menée en 2014 et 2016, et sur de nombreux entretiens conduits pendant cette période avec des militants du mouvement, des cadres du Parti républicain et des cadres d’organisations conservatrices. La démarche qui sous-tend cette recherche a pris appui sur l’abondante littérature dévolue aux sources orales et à l’enquête de terrain6. Cette contribution se propose d’étudier la radicalisation progressive du Parti républicain sous l’aiguillon du mouvement Tea Party et des quatre années de présidence Trump. Dans quelle mesure le Tea Party a-t-il préparé le terrain de l’extrême droite et s’est-il vu, dans un mouvement dialectique, transformé par les idées d’extrême droite telles qu’elles se sont incarnées lors de l’élection de Donald Trump en 2016 ? On s’intéressera d’abord à ce qui a mené contre toute attente à l’élection de Donald Trump. On auscultera ensuite les quatre années de sa présidence et leur impact sur la nébuleuse conservatrice elle-même. On s’interrogera enfin sur la campagne de 2020, notamment l’assaut du Capitole par une extrême droite organisée et efficace avec laquelle les États-Unis vont devoir composer dans les années à venir.

L’extrême droite comme force d’opposition

  • 7 Bert Klandermans, « Entretiens biographiques avec des militants d’extrême droite », dans Olivier Fi (...)

« Dans la vie de tout militant, il y a un point déterminant où il saute le pas et cesse d'être un sympathisant passif pour devenir un adhérent actif. Cette transition intervient rarement du jour au lendemain, même si certaines conversions donnent cette impression. La dernière étape, celle de l’entrée dans le militantisme, est généralement l’aboutissement d’une longue trajectoire. »7

4Le sociologue Bert Klandermans propose ainsi d’appréhender le militantisme comme la résultante d’une histoire longue et à renoncer à la tentation d’élire un seul événement précis comme moment de basculement. Ainsi, le très fort désenchantement politique qui s’est exprimé dans la société étatsunienne conservatrice au lendemain de l’élection de Barack Obama et de la mise en place de sa politique progressiste doit être situé dans son contexte historique. Pour reprendre les termes de Bert Klandermans, il a marqué « l’aboutissement d’une longue trajectoire » qui a poussé les « sympathisants passifs » à devenir des militants à part entière. Cette longue trajectoire est très difficile à reconstituer ; elle n’est pas toujours un phénomène dont les intéressés ont conscience et, lorsqu’ils tentent de la retracer, leur récit est souvent sujet à des reconstructions qui confèrent une cohérence logique à leurs cheminements. Pour tenter de dépasser cette difficulté, il faut d’abord s’intéresser de près au « moment déterminant où [ils-elles sautent] le pas » et entrent dans le militantisme. Pour nombre de militants Tea Party, ce moment clé s’est situé peu de temps après l’élection de Barack Obama en 2008. L’élan qui est apparu à cette occasion ne s’est pas cantonné à la mise en cause de l’appareil du Parti démocrate, mais a généré une attaque virulente contre toute la classe politique américaine, y compris le Parti républicain. Les militants Tea Party de Pennsylvanie exprimaient ainsi ad nauseam leur défiance et leur irritation à l’endroit du Parti de l’éléphant, dont ils estimaient qu’il s’était éloigné du droit chemin et qu’il n’était plus à l’écoute de sa base électorale. Selon les militants Tea Party, ce changement s’était fait progressivement au fil des décennies et le mécontentement n’avait cessé de grandir. C’est en prêtant attention à ce qui était perçu comme une dérive que l’on parvient à reconstituer la longue trajectoire qui les a menés jusqu’à leur engagement.

  • 8 Geoffrey Kabaservice, Rule and Ruin : The Downfall of Moderation and the Destruction of the Republi (...)
  • 9 Christopher Parker et Matt Baretto, Change They Can’t Believe In : The Tea Party and Reactionary Po (...)
  • 10 Elizabeth Tandy Shermer (dir.), Barry Goldwater and the Remaking of the American Political Landscap (...)
  • 11 Ronald Rapoport et Walter Stone, Three’s a Crowd : The Dynamic of Third Parties, Ross Perot and Rep (...)

5De nombreuses recherches inscrivent le mouvement dans l’histoire plus large du conservatisme8, quand certains travaux, comme ceux de Christopher Parker et Matt Baretto, interrogent les filiations possibles du Tea Party avec des mouvements antérieurs d’extrême droite, comme le Ku Klux Klan9. Ce qui transparaît des travaux scrutant cette longue trajectoire difficile à appréhender, c’est le bras de fer qui s’est joué entre la base conservatrice et l’appareil du Parti républicain, tantôt par le biais d’offensives menées de l’extérieur, tantôt par l’entremise d’assauts donnés de l’intérieur. En 1956, la création de la John Birch Society représentait une tentative élitiste qui émanait d’une structure verticale (top-down), farouchement anticommuniste, extérieure au parti, créée à l’initiative d’un homme seul inspiré par une vision très radicale du combat politique. En 1964, le projet était très différent, puisqu’il visait à faire désigner lors de la primaire républicaine un candidat authentiquement conservateur, Barry Goldwater. S’il s’est soldé par une défaite cuisante, cet épisode a mis en lumière la fragilité de l’appareil républicain et la puissance potentielle d’une stratégie d’entrisme bien coordonnée10. En 1992, usant d’une nouvelle approche, les conservateurs ont tenté une candidature par le biais d’un tiers parti. Le score sans précédent – 19 % – obtenu par leur champion témoignait de l’engouement que cette tentative avait déclenché11. Enfin, en 2008 et 2012, Ron Paul, authentique libertarien, a une nouvelle fois tenté de changer le Parti républicain de l’intérieur en se présentant à la primaire républicaine à l’élection présidentielle. Ce sont autant de batailles conservatrices qui révèlent de très fortes tensions au sein du Parti républicain. On en trouve la trace dans le mouvement du Tea Party dès ses débuts, et des militants les mentionnent comme faisant partie du parcours qui a abouti à leur engagement Tea Party.

  • 12 Voir par exemple Elizabeth Tandy Shermer (dir.), Barry Goldwater and the Remaking of the American P (...)

6Ces épisodes de fièvre, tantôt politique, tantôt électorale, souvent analysés sur le moment comme de brusques feux de paille, des mobilisations certes impressionnantes, mais sans lendemain, sont de plus en plus souvent étudiés pour la continuité qu’ils traduisent12. Non pas que ces flambées de revendications conservatrices soient étroitement liées les unes aux autres, non plus qu’elles s’emboîtent les unes dans les autres : entre la John Birch Society de la fin des années 1950 et les mobilisations de terrain qu’on observe des décennies plus tard dans le cadre de la nébuleuse Tea Party, les liens sont ténus. À première vue, tout concourt même à les différencier. Et, de fait, ces initiatives, qui portent la marque du temps qui les voit naître, sont foncièrement dissemblables. Cependant, tout en repérant soigneusement tout ce qui les sépare, il faut aussi prêter attention à la tendance de fond qu’elles dessinent. Au fil de ces mobilisations, au gré des évolutions politiques que connaît le pays, on peut observer un mouvement qui déplace le centre de gravité idéologique et politique de la mouvance conservatrice vers des rives de plus en plus droitières et intransigeantes. Ainsi s’explique que des membres de la John Birch Society puissent, contre toute attente, militer activement au sein d’un obscur rassemblement Tea Party en Pennsylvanie en 2014-2015. Ces militants rompus à l’activisme politique ne renoncent pas à leurs propres objectifs, qu’ils servent en étant bel et bien partie prenante d’une mobilisation dont l’idéologie et les contours n’épousent pas strictement les leurs. C’est cet improbable amalgame entre des familles et des répertoires d’action bien distincts, qui ne s’explique que par la profondeur historique des mobilisations conservatrices et par l’évolution en spirale qu’elles tracent, qui va conférer sa force de frappe au mouvement du Tea Party.

  • 13 Sébastien Mort, « Talk-Shows : la contestation conservatrice sur les ondes aux États-Unis », dans R (...)
  • 14 Martin Michelot, « Les modes d’influence des think tanks dans le jeu politique américain », dans Po (...)
  • 15 Geoffrey Kabaservice, Rule and Ruin : The Downfall of Moderation and the Destruction of the Republi (...)
  • 16 Charles Bullock (dir.), Key States, High Stakes : Sarah Palin, the Tea Party and the 2010 Elections(...)

7Ce mouvement, qui semble être apparu ex nihilo, pouvait en réalité compter sur une sphère médiatique puissante13, des réseaux de think tanks et d’universités conservatrices bien installés dans le paysage politique étatsunien ainsi que des organisations militantes conservatrices très puissantes. Cette galaxie d’organisations s’est construite petit à petit depuis les années 1970 et a gagné en pouvoir et en influence14. Ces différentes structures sont intimement liées avec certains cadres du Parti républicain, ce qui accroît encore davantage leur capacité à faire pression politiquement. À ce versant top-down s’adosse un versant grassroots composé de nouveaux venus à la politique, qui n’ont que peu d’expérience militante à proprement parler, mais aussi toute une nébuleuse de petits groupes qui existent depuis des années – des antennes de la John Birch Society, des groupes de milices armées comme les Oathkeepers ou des groupes qui ne reconnaissent pas l’autorité de l’État fédéral comme The Sheriff Brigades of Pennsylvania. Ces groupes aux approches politiques et aux modes de mobilisation très variés se sont coalisés entre 2009 et 2016 pour faire pression et, petit à petit, transformer le Parti républicain de l’intérieur en y grignotant des positions. Cette intense pression a eu d’autant plus de force qu’elle intervenait au terme d’une longue bataille qui avait vu les membres les plus modérés du parti laisser leur place, souvent de manière contrainte, à des conservateurs chevronnés15. Cette offensive renforcée entre 2009 et 2016 a été particulièrement soulignée lors des élections de mi-mandat de 2010, où des cadres importants du Parti républicain ont été battus lors de primaires face à des candidats hauts en couleur que l’establishment du parti donnait perdants16. Cette stratégie des primaires s’est accompagnée d’un grignotage des postes à tous les échelons de l’appareil du parti, y compris au niveau local ou de l’État. Il s’agissait pour le mouvement du Tea Party de reprendre le pouvoir des mains des cadres du parti au profit des électeurs.

  • 17 Entre mars et mai 2015, j’ai pu rencontrer trois représentants et un membre de l’équipe d’un sénate (...)

8Pour contrer le pouvoir d’un establishment puissant et installé depuis des années, militants et associations top-down se sont employés à faire pression sur les nouveaux élus afin qu’ils refusent tout compromis. Une logique de blocage institutionnel s’est donc progressivement installée : les élus républicains que j’ai interviewés et qui étaient parmi les plus conservateurs de Pennsylvanie exprimaient leur désarroi vis-à-vis des positions intransigeantes que le mouvement exigeait d’eux17. Des élus jugés très conservateurs en 2010 – comme le sénateur de Pennsylvanie Pat Toomey ou le représentant du Wisconsin Paul Ryan – se voyaient relégués quelques années plus tard au rang de modérés à évincer à tout prix.

  • 18 Chip Berlet et Matthew Lyons, Right-Wing Populism in America : Too Close for Comfort, The Guilford (...)
  • 19 Sans que les groupes Tea Party fassent référence explicitement à Gramsci, leur lutte emprunte au co (...)

9Cette intransigeance politique était présentée par le biais d’un discours populiste qui opposait des élites washingtoniennes corrompues à un peuple de conservateurs et de conservatrices vertueux, qui avaient à cœur l’avenir des États-Unis et la préservation de ses principes18. Au fil des années, la référence à un « État profond » s’est faite lancinante et les discours conservateurs ont été parsemés de théories du complot qui dénonçaient toujours la confiscation du pouvoir des citoyens au profit d’élites corrompues et parfois invisibles. La galaxie Tea Party au sens large travaillait depuis 2009 à un renouvellement complet du paysage politique à droite19. Cette refonte du Parti républicain ne pouvait se faire aux yeux de ses membres qu’à travers de nouveaux visages et loin des dynasties d’hommes et de femmes politiques au pouvoir depuis des années. C’est dans ce contexte de défiance extrême vis-à-vis d’un parti accusé de corruption, de responsables perçus comme vénaux et d’une hostilité croissante pour le Parti démocrate que Donald Trump a fait son entrée sur la scène des primaires républicaines de 2016.

L’arrivée au pouvoir d’un chef charismatique

  • 20 Interview au Seasons Café à Reading en Pennsylvanie le 7 septembre 2018, juste après la réunion des (...)

10En 2016, Donald Trump n’était pas le candidat de prédilection des militants Tea Party. Beaucoup ne prenaient pas sa candidature au sérieux, le trouvaient insuffisamment conservateur ou encore le présentaient comme un pion au service des Clinton qui aurait pour but d’assurer une victoire certaine à la candidate démocrate. Malgré ces réticences, il répondait à une partie de leurs attentes : il se présentait comme un outsider, il n’était pas politiquement correct et irritait médias et cadres du Parti républicain. Devant l’enthousiasme indéniable que suscitait sa candidature, certains se sont laissés peu à peu convaincre. Donald Trump répondait au désir très fort pour le mouvement de voir voler en éclats les médias mainstream qui semblaient acquis à la cause de la gauche, au sens très extensif que ce dernier lui donne. En 2018, une militante Tea Party et fervente défenseuse du 45ème président m’expliquait qu’elle se réjouissait de ses tweets qui faisaient perdre la tête à la gauche, aux médias et aux cadres du Parti républicain. Depuis l’élection de ce dernier, elle ressentait quand elle découvrait le dernier tweet en date la même excitation que le matin de Noël20.

  • 21 Jenny Beth Martin et Mark Meckler, Tea Party Patriots : The Second American Revolution, Henry Holt (...)
  • 22 Voir Clyde Wilcox et Carin Robinson, Onward Christian Soldiers ? The Religious Right in American Po (...)
  • 23 « Roe v. Wade, 410 U.S. 113 » est un arrêt rendu par la Cour suprême des États-Unis en 1973 sur la (...)
  • 24 Andrew Seidman, « Gender, bathroom wars and the Pa. GOP governor’s race : What are the issues ? », (...)

11En réalité, dès le début de sa campagne s’est opéré un changement de rhétorique par rapport au discours politique que déployaient les militants Tea Party. Deux changements notables se sont peu à peu dessinés. D’abord, depuis 2009, le discours des militants Tea Party ne s’aventurait pas sur les « questions sociales » comme l’avortement, qui était présenté comme une thématique susceptible de diviser le mouvement. La plupart des groupes nationaux comme Tea Party Patriots et des groupes grassroots ont inscrit ce principe dans leur règlement intérieur dès le début21. Or, à partir de 2016, ces questions ont pris de plus en plus de place dans le débat et dans la sphère politique conservatrice22. Ainsi, la lutte contre l’avortement, avec la nomination de juges favorables à l’annulation de l’arrêt « Roe v. Wade »23 à la Cour suprême, est redevenue une thématique discutée dans les groupes grassroots. De plus, au niveau local, la « guerre des toilettes », qui vise à interdire leur accès aux personnes transgenres, a petit à petit pris forme en 2016 et les militants grassroots y ont participé de plus en plus24.

  • 25 Voir Sébastien Caré, La Pensée libertarienne : genèse, fondements et horizons d’une utopie libérale(...)
  • 26 Le « muslim ban » fait référence à un décret présidentiel de Donald Trump de janvier 2017 interdisa (...)

12L’autre thématique souterraine qui s’immisce dans le débat tient à l’immigration. La plupart des groupes Tea Party s’étaient jusqu’alors tenus éloignés de cette épineuse question, qui divisait profondément le mouvement : les libertariens25 y étaient favorables – allant jusqu’à proposer une régularisation massive des sans-papiers perçus comme une potentielle main-d’œuvre peu chère – alors que les conservateurs plus traditionnels s’y opposaient. Dans les rendez-vous Tea Party, les discours islamophobes et xénophobes étaient souvent déployés, mais jusqu’en 2016 ils n’occupaient pas le devant de la scène et heurtaient certains participants. Avec l’arrivée de Donald Trump au pouvoir, un glissement s’est opéré vers une position tranchée contre différentes formes d’immigration – y compris d’immigration légale comme à travers le muslim ban26 – qui s’est accompagné d’une rhétorique xénophobe de plus en plus affirmée et décomplexée.

  • 27 « Trump tells Proud Boys : “Stand back and stand by” », Associated Press, September 30th, 2020. Url (...)
  • 28 Pour une analyse de ce discours codé, voir notamment : Joseph Lowndes, « The Past and Future Race i (...)

13La campagne de Donald Trump et les quatre années de sa présidence ont contribué à faire bouger les lignes au sein de la nébuleuse conservatrice, à offrir une place prépondérante aux idées d’extrême droite et à rendre plus visibles des tendances jusque-là marginales. Ainsi, les milices armées comme les Proud Boys, les Oathkeepers ou les Three percenters, qui étaient déjà présents dans certains rendez-vous Tea Party, ont gagné en visibilité et n’ont pas été désavoués par le président qui, lors d’un débat présidentiel avec Joe Biden, leur a donné l’ordre de « se mettre en retrait » et de « se tenir prêts » (« stand back and stand by »)27. Avant 2016, la rhétorique raciste transparaissait dans le discours militant par le biais de codes ancrés dans le discours conservateur depuis des générations. Ainsi, les militants parlaient souvent très durement des « gens qui touchent les allocations » (« people on welfare »), manière déguisée de parler de la population africaine-américaine28. Les discours ouvertement menaçants et racistes, notamment à l’encontre de Barack Obama, existaient aussi mais étaient le fait d’une minorité au sein des rendez-vous mensuels ou étaient perçus comme porteurs de divisions pour le mouvement et donc souvent laissés de côté par les organisateurs de ces rendez-vous. Avec Donald Trump, ces courants d’extrême droite xénophobes et violents se sont sentis autorisés à prendre le pas sur les autres pans de la nébuleuse.

14Cette réorganisation des rapports de pouvoirs au cœur de la galaxie Tea Party se ressentait dans certains rendez-vous mensuels auxquels j’ai pu assister en août et septembre 2018. Ainsi, quatre ans après ma première enquête de terrain, l’ambiance s’était considérablement tendue : la défiance envers tout élément extérieur au mouvement s’était accrue, la tension au sein des rendez-vous était manifeste et les discours racistes occupaient plus d’espace. Toute opposition à Donald Trump était conspuée et la manière de décrire ses opposants politiques s’était encore dégradée. Les militants semblaient encore plus sur la défensive qu’auparavant. J’ai pu constater l’ampleur de ce changement. En janvier 2015, j’avais accompagné une militante Tea Party à une manifestation « Blue Lives Matter » à Washington D.C., qui avait pour but de témoigner le soutien du mouvement à la police trop souvent injustement attaquée aux yeux des militants. Cette manifestation s’était déroulée dans le calme. La présence de quelques opposants avait par moment tendu les choses, les militants Tea Party s’inquiétant que les médias couvrent davantage la présence d’une poignée d’opposants que la manifestation qui venait de se dérouler auparavant. En 2018, la même militante m’a invitée à l’accompagner à une manifestation similaire à Philadelphie. Le climat s’était considérablement tendu. La manifestation ne rassemblait qu’une poignée de militants, une trentaine tout au plus. Beaucoup d’anciens militaires ou membres des forces de l’ordre étaient présents et peu participaient aux réunions mensuelles Tea Party quatre ans plus tôt. La présence policière était extrêmement forte : un cordon des forces de l’ordre encadrait la manifestation pour empêcher des affrontements avec un groupe de militants « antifa » qui avait organisé une contre-manifestation un peu plus loin. À l’intérieur de la manifestation, les militants étaient prêts à en découdre avec le camp adverse. À de nombreuses reprises, le cortège était empêché d’avancer, car la contre-manifestation se rapprochait et plusieurs militants se disaient sereins parce qu’armés. Outre la présence d’armes à feu dans un cortège, ce que je n’avais peut-être pas décelé en 2014-2015, le ton avait changé : les militants ne s’inquiétaient pas de la couverture médiatique, mais souhaitaient faire entendre leur point de vue coûte que coûte. Autre changement radical avec la manifestation de 2014 : il m’était très difficile de discuter avec les participants, tant les réponses à mes questions étaient sèches et agressives. Toute question sur le président, aussi vague et ouverte soit-elle, était par exemple prise pour une attaque. À plusieurs reprises, on m’a demandé par exemple de me positionner favorablement en faveur du président avant d’accepter de répondre à mes questions. L’accueil que j’avais reçu en 2014-2015 n’avait pas toujours été chaleureux, mais la tension et la méfiance quatre ans plus tard étaient sans commune mesure. Ainsi, j’ai pu constater à de nombreuses reprises en Pennsylvanie que de nouveaux participants induisaient un changement quant au ton employé, aux thématiques abordées et enfin aux tactiques mobilisées.

  • 29 Josh Dawsey et Michelle Ye Hee Lee, « Koch network tells donors it plans to stay out of 2020 race, (...)
  • 30 Jonathan Malher, « How One Conservative Think Tank Is Stocking Trump’s Government », The New York T (...)

15L’arrivée de Donald Trump à la tête du Parti républicain et dans un deuxième temps au pouvoir a vu la nébuleuse conservatrice qui avait permis son ascension se réorganiser autour d’une redistribution des cartes dans laquelle les libertariens – pilier essentiel du mouvement jusqu’alors – n’étaient plus à l’honneur. Le discours s’est donc focalisé, on l’a vu, sur l’immigration, les relents populistes et nationalistes se sont intensifiés autour de la proposition de construction d’un mur à la frontière mexicaine. Tous les courants de la nébuleuse ne se sont pas ralliés à cette cause et plusieurs organisations nationales ont refusé de soutenir le président. Les réactions de ces dernières n’ont pas toutes été les mêmes. Certaines, comme Americans For Prosperity financée par des milliardaires libertariens, les frères Koch, se sont repliées sur l’échelon fédéré et local tout en cherchant à lui opposer et à soutenir un candidat en 202029. Heritage Action, bras armé du think tank Heritage Foundation, a fait un choix différent : celui de chercher à influencer un président qui semblait ne pas avoir une doctrine très arrêtée. Durant les quatre années de la présidence Trump, ces puissants réseaux conservateurs en place ont infiltré tous les échelons de l’administration, jusqu’aux postes les plus hauts placés30. Dès 2014, Heritage Foundation avait lancé le « projet pour restaurer l’Amérique » (« the project to restore America ») en mettant au point une banque de données de 3 000 noms de conservateurs dignes de confiance et prêts à être embauchés par le successeur de Barack Obama. Ce projet a d’autant mieux fonctionné que Donald Trump ne disposait d’aucune infrastructure politique sur laquelle s’appuyer pour constituer son administration. De plus, contrairement à la plupart de ses prédécesseurs, il n’avait pas d’idées précises sur bon nombre de sujets, ce qui augmentait encore davantage l’influence du think tank sur sa présidence. Ce faisant, ce think tank réputé conservateur bon teint a fait alliance avec un président, une administration et une base conservatrice proches de l’extrême droite.

  • 31 Aaron Blake, « Lindsey Graham explains his pro-Trump conversion – and it’s not because he thinks Tr (...)

16Cette alliance pose la question de la réorganisation politique qui s’est opérée à Washington, de même qu’au sein du Parti républicain, pendant la présidence de Donald Trump. Ainsi, l’un des engagements du candidat Trump était de mettre fin à la corruption qui gangrénait Washington (« drain the swamp », « assécher le marécage »). Cette rhétorique témoigne de la porosité entre les positions Tea Party et le « programme » du 45ème président, qui a repris mot pour mot certaines de leurs revendications. Au-delà des slogans, un renouvellement du personnel politique pendant la présidence Trump s’est bel et bien opéré, comme en témoignent l’installation de plusieurs membres de sa famille à des positions clés de son administration, l’embauche de personnalités médiatiques comme Steve Bannon, qui se vit nommé « Chief Strategist and Senior Counselor », ainsi que le refus de travailler avec les cadres du parti jugés corrompus et insuffisamment à l’écoute de la base. Un mouvement « dégagiste » s’est alors donné à voir comme aux premières heures du Tea Party. Entre 2010 et 2016, les élus républicains s’étaient petit à petit radicalisés pour obtenir les faveurs de la frange la plus conservatrice du Parti républicain et ne pas faire face à un adversaire lors d’élections primaires. Après 2016, les républicains ayant critiqué le président se sont retrouvés mis au ban à moins qu’ils n’effectuent une volte-face complète, comme le sénateur de Caroline du Sud, Lindsay Graham. En 2019, ce dernier admettait soutenir coûte que coûte le président afin de pouvoir être réélu et continuer à exercer une influence31. Cet aveu témoignait de l’ascendant que le président avait pris peu à peu sur les cadres du Parti républicain, qui ne voyaient plus de survie possible sans lui accorder un soutien indéfectible.

17En définitive, la présidence de Donald Trump a participé à accroître l’influence de l’extrême droite dans le mouvement conservateur à travers les thématiques mobilisées par la base électorale du GOP et les alliances passées avec les think tanks conservateurs, mais aussi dans le Parti républicain, dont la plupart des cadres ont choisi de fermer les yeux sur les dérives nationalistes et xénophobes répétées de ce dernier, quand ils ne les ont pas soutenues et encouragées. Cette évolution s’est cristallisée de façon spectaculaire pendant et après la campagne de l’élection présidentielle de 2020.

Tensions et crispations au moment de quitter le pouvoir

  • 32 Carol Anderson, One Person No Vote : How Voter Suppression is Destroying our Democracy, Bloomsbury (...)

18Les quatre années au pouvoir de Donald Trump ont contribué à fragiliser les institutions démocratiques étatsuniennes. La place centrale qu’il a par exemple accordée à la question de la fraude électorale dès 2016 permet de mettre en lumière une extrême droite bien décidée à conserver le pouvoir, quitte à profondément altérer le cadre démocratique. L’histoire du discours sur la fraude électorale aux États-Unis est ancienne et a été savamment et patiemment construite par les cadres du Parti républicain, avec une forte intensification au début des années 200032. La rhétorique de Donald Trump, qui mettait en garde contre une élection de 2020 qui allait lui être volée, était fondée sur cette antienne conservatrice qui dénonçait une fraude électorale massive menée par des immigrés sans papiers et des démocrates qui votaient à la place d’électeurs déjà décédés. En faisant sans cesse référence à ces nombreux cas de fraude fantasmés, Donald Trump a permis de populariser davantage cette théorie et a préparé le terrain pour des mesures d’entrave au droit de vote encore plus sévères sous couvert de prévenir cette supposée fraude galopante.

  • 33 Lorraine C. Minnite, The Myth of Voter Fraud, Cornell University Press, 2010, 264 p.
  • 34 Alexander Hertel-Fernandez, State Capture : How Conservative Activists, Big Businesses, and Wealthy (...)
  • 35 The Advancement Project : « PA Passes Photo ID Law that Advancement Project and Others Challenge in (...)
  • 36 Ibid.

19Dans les faits, toutes les études montrent que la fraude électorale est quasiment inexistante aux États-Unis33. Cela n’a pas empêché les think tanks conservateurs, comme la Heritage Foundation ou le réseau des frères Koch, de produire toute une littérature sur les dangers liés à cette prétendue fraude électorale en se faisant les avocats de mesures restreignant l’accès au droit de vote de certaines populations. Ces propositions de loi ont pour la plupart été rédigées par l’organisation conservatrice à but non lucratif The American Legislative Exchange Council (ALEC). Celle-ci regroupe des élus conservateurs d’État et des représentants du secteur privé qui rédigent et mettent en circulation des projets de lois types applicables au niveau fédéré34. ALEC a mené campagne et participé à l’introduction de lois censées combattre la fraude électorale dans 38 États. La Pennsylvanie fait partie des États dans lesquels une véritable bataille a été menée pour faire voter une loi obligeant les électeurs à voter munis d’une carte d’identité avec une photo. Contrairement à la France, où cette pièce administrative est banale et d’usage fréquent, beaucoup d’Américains ne possèdent pas un tel document, particulièrement parmi les populations qui votent majoritairement pour les démocrates comme les étudiants, les pauvres ou les Africains-Américains. À l’époque, selon le secrétaire d’État de Pennsylvanie, près de 750 000 personnes ne possédaient pas un tel document et se verraient donc refuser l’accès au scrutin35. À Philadelphie, une ville qui vote majoritairement démocrate, le pourcentage d’électeurs qui auraient pu être interdits de vote s’élevait à 18 %36. Ce projet de loi présenté en 2012 avait pour but de s’assurer que le candidat républicain Mitt Romney remporte l’État clé de la Pennsylvanie lors de l’élection présidentielle. Les militants se sont donc fortement mobilisés pour faire voter ce projet de loi. Les Valley Forge Patriots, un groupe Tea Party du nord-est de l’État, a par exemple encouragé ses membres à téléphoner et à écrire à leurs représentants à ce sujet. Ils ont monté des campagnes publicitaires pour dénoncer le danger qui guettait la démocratie américaine et pousser les citoyens à agir. Suite à cette mobilisation soutenue des groupes grassroots Tea Party et de la nébuleuse conservatrice au sens plus large, la loi a été adoptée en Pennsylvanie avant d’être déclarée anticonstitutionnelle par la Cour suprême de l’État en janvier 2014. Les militants se sont alors lancés corps et âme dans une campagne électorale pour tenter de faire élire des juges plus conservateurs qui seraient favorables à une telle loi lors des élections de 2015. Leur mobilisation n’a pourtant pas été couronnée de succès et la Cour suprême de Pennsylvanie est restée aux mains des démocrates. Ce contexte de forte défiance envers le processus électoral et le combat soutenu et organisé – à tous les étages du mouvement conservateur – contre la fraude électorale expliquent que le discours de Donald Trump n’ait eu aucun mal à convaincre les militants de la base.

  • 37 Chrsitine Stenglein, « Around the Halls : Brookings scholars react to the 2018 midterms », The Broo (...)
  • 38 Alexander Keyssar, The Contested History of Democracy in the United States, Basic Books, 2009.

20Ce discours qui s’élève contre l’existence d’une supposée fraude électorale massive a gagné en visibilité lors de l’élection de 2020 et a contribué à semer le doute chez nombre d’électeurs des deux partis. Il s’est doublé d’un sous-texte raciste et xénophobe. Comme on l’a vu, ce sont avant tout les immigrants sans papiers qui sont présentés comme responsables de cette fraude. Les lois qui visent à rendre l’accès au droit de vote plus compliqué sont donc introduites dans des États où la population africaine-américaine est élevée, ou ayant connu un changement démographique récent qui les a vus basculer dans le camp démocrate, la Géorgie par exemple. Ainsi, lors de l’élection de 2020, Joe Biden a emporté de justesse la Géorgie grâce aux votes des Africains-Américains de cet État. Cette victoire dans un État du Sud historiquement républicain a été très commentée et attribuée à la mobilisation sans précédent de la candidate démocrate au poste de gouverneur de Géorgie en 2018, Stacey Abrams, qui a construit une organisation grassroots pour contrer les lois qui tentaient de rendre l’accès au droit de vote impossible aux minorités de l’État. Le gouverneur Brian Kemp et la législature républicaine de l’État avaient en effet fait voter une série de lois excluant des listes les électeurs n’ayant pas voté depuis deux élections, réduisant le nombre de bureaux de votes, en particulier dans les quartiers pauvres, ou interdisant l’inscription sur les listes électorale le jour du vote37. Autant de techniques qui rappelaient les heures sombres de l’État et de son système ségrégationniste « Jim Crow », qui avait mis en place des lois empêchant l’accès au vote des Africains-Américains alors que les 15ème et 19ème amendements le leur garantissaient38.

  • 39 Personnage de bande dessinée créé en 2005 par Matt Furie dans Boy’s Club, qui est peu à peu devenu (...)
  • 40 Le signe qui consiste à former un cercle avec le pouce et l’index tout en gardant les trois autres (...)
  • 41 « Identifying far-right symbols that appeared at the U.S. Capitol riot », The Washington Post, 15 j (...)

21En 2020, Donald Trump est allé encore plus loin en tentant de faire pression sur les organisateurs des élections dans cet État pour qu’ils ne comptabilisent pas certains votes. Cette tentative de s’accrocher au pouvoir à tout prix et son refus de concéder l’élection à Joe Biden, qui était sans précédent dans l’histoire étatsunienne récente, ont nourri le ressentiment de la nébuleuse d’extrême droite déjà galvanisée par ses quatre années au pouvoir. La colère de ses sympathisants de se voir reprendre le pouvoir a atteint son paroxysme le 6 janvier 2021, lorsqu’une foule armée et insurrectionnelle a pris d’assaut le Capitole pour empêcher les élus de certifier le résultat de l’élection présidentielle. La présence de milices et de groupuscules d’extrême droite ne fait aucun doute : les Proud Boys, les Three Percenters ou encore les Oathkeepers arboraient fièrement leurs couleurs. Sur les drapeaux brandis par la foule, les symboles de l’extrême droite fleurissaient. Ainsi, les participants tenaient des drapeaux confédérés, des drapeaux de Gasden – symboles des Tea Party et des milices –, des étendards de Betsy Ross – symboles d’un âge d’or durant lequel ni les Noirs ni les femmes n’avaient le droit de vote – ou encore des drapeaux du Kekistan – un État fictif dans lequel le politiquement correct n’existe pas et dont l’étendard est inspiré de la croix gammée. L’imagerie d’extrême droite était partout, de « Pepe la grenouille39 » aux signes « OK40 », synonymes de « White Power », en passant par les nœuds coulants juchés sur des potences en référence à l’œuvre de fiction du suprématiste blanc, William Luther Pierce, The Turner Diaries, qui décrivit en 1978 un jour d’insurrection où les suprématistes blancs lyncheraient les élus, les journalistes et les Blancs ayant contracté un mariage mixte41.

  • 42 Nicolle Herzog, « Les insurgés du Capitole ne sont pas les “rednecks”que vous croyez », The Convers (...)
  • 43 Andrea Salcedo, « GOP West Virginia state delegate live-streams as he storms Congress with pro-Trum (...)
  • 44 Cynthia Fernandez, « A Pa. Republican lawmaker who marched to the U.S. Capitol before the mob attac (...)

22Ces images ont beaucoup choqué dans l’instant, mais ont très vite été minimisées et présentées comme la tentative d’un groupe de marginaux déguisés et quasi folkloriques. Toutefois, lorsque l’on s’attarde sur les participants à cette manifestation, une image très différente apparaît. En effet, les manifestants qui se sont rassemblés à Washington le 6 janvier étaient issus de la classe moyenne – des individus qui pouvaient se permettre en pleine pandémie de poser un jour de congé pour aller manifester à Washington –, majoritairement blancs, armés, violents, prêts à en découdre42. Parmi ces participants, on trouve notamment des élus républicains des législatures d’État, comme le représentant de Virginie occidentale, Derrick Evans43, ou comme un des sénateurs républicains de Pennsylvanie, Doug Mastriano44. Cette présence d’élus au sein même de cette tentative d’insurrection montre que la nébuleuse d’extrême droite prête à défendre la vision de Donald Trump des États-Unis a d’ores et déjà infiltré le Parti républicain par le biais d’une nouvelle génération d’élus aux niveaux fédéré et fédéral.

  • 45 Matthew Valasky et Shannon Reid, « After the insurrection, America’s far-right groups get more extr (...)

23Autre point marquant de cette journée d’insurrection : comme le font remarquer le sociologue Matthew Valasky et la criminologue Shannon Reid, si l’épisode de Charlottesville en 2017 – lors duquel un suprématiste blanc avait foncé avec sa voiture sur une manifestation d’opposition à un rassemblement d’extrême droite, tuant une jeune femme – avait été fermement condamné par la plupart des leaders d’extrême droite et des républicains – à l’exception du président –, cette fois-ci la nébuleuse d’extrême droite s’est unie derrière l’idée qu’elle n’avait rien fait de répréhensible. Les justifications varient : les uns attribuent l’assaut du Capitole à des militants d’extrême gauche déguisés en militants d’extrême droite, quand d’autres se voient comme les fiers défenseurs de l’héritage de la révolution de 1776 – les références à cette date étant également extrêmement nombreuses sur les pancartes et les t-shirts des participants45. Les réactions politiques ont, elles aussi, été très différentes, puisque la plupart des membres du Parti républicain au niveau fédéral ont eu tôt fait de minimiser les événements du 6 janvier 2021.

Conclusion

  • 46 « we’ll be back in some form » : « Donald Trump tells his supporters ‘we will be back in some form’ (...)

24Dans son discours d’adieu à ses supporters, le président leur a fait la promesse suivante : « nous reviendrons, sous une forme ou une autre46 ». Cette promesse ne doit pas être prise à la légère. Tout d’abord parce que l’élection de Donald Trump n’est que l’aboutissement d’un long travail mené par l’extrême droite pour noyauter le Parti républicain. Cette prise de pouvoir ne s’arrêtera pas avec l’élection de Joe Biden, puisque pendant ses quatre ans à la Maison-Blanche le 45ème président a nommé des juges très conservateurs à tous les échelons de l’appareil judiciaire, ce qui aura un impact durable et va grandement réduire la marge de manœuvre de l’administration Biden, notamment sur des questions comme le droit à l’avortement, la protection du droit de vote des minorités ou encore l’immigration.

  • 47 « Voting Laws Roundup : March 2021 », Brennan Center for Justice, 1 avril 2021. Pour plus d’informa (...)

25Au niveau législatif, la nouvelle génération d’élus au Congrès et dans les législatures d’État devrait continuer à se laisser porter par la rhétorique de Donald Trump. On a vu que la plupart des élus au niveau fédéral avaient refusé de le condamner lors de sa deuxième procédure de destitution et que beaucoup minoraient la tentative d’insurrection du 6 janvier. De plus, les républicains ont plutôt fait de bons scores lors des élections fédérées de 2020 et renforcé leur majorité au sein des législatures d’État, ce qui laisse présager de nouvelles tentatives de fragiliser les normes démocratiques. Ainsi, à la date du 24 mars 2021, 361 projets de loi mettant en place des restrictions d’accès au droit de vote avaient été introduits dans 47 États, dont 49 au Texas, 25 en Géorgie et 23 en Arizona, trois États qui ont été des champs de bataille importants pour les démocrates en 202047.

  • 48 Vera Bergengruen et W. J. Hennigan, « “They’re Fighting Blind”. Inside the Biden Administration’s U (...)
  • 49 « “This is Our House !” A Preliminary Assessment of the Capitol Hill Siege Participants », Program (...)

26Enfin, la promesse ou la mise en garde de Donald Trump doit aussi être lue à travers le prisme de l’échelon grassroots du mouvement : la mobilisation de ses partisans ne s’arrête pas là. Ils continuent de se mobiliser à bas bruit et au niveau local, en attendant la prochaine échéance électorale ou le prochain passage en force. Cette mobilisation est d’ailleurs prise très au sérieux par l’administration Biden, qui a fait de la surveillance des groupes les plus radicaux de l’extrémisme étatsunien l’un de ses combats prioritaires48. De plus, les premières études sur le 6 janvier montrent que les participants n’étaient pas uniquement des Américains qui militaient activement dans un groupe d’extrême droite ou qui faisaient partie d’une milice. Ainsi, sur les 257 premiers participants à être condamnés par la justice étatsunienne, 142 n’étaient rattachés à aucune organisation et étaient venus à Washington par leurs propres moyens49. Cela semble montrer la perméabilité de la société étatsunienne aux idées d’extrême droite et leur capacité à se diffuser au-delà des seules organisations partisanes. Le relais et le crédit que les élus républicains ont donnés à la rhétorique de Donald Trump peuvent également expliquer que ces idées se soient propagées rapidement dans la population étatsunienne au sens large.

27Soutenir que le Parti républicain est devenu un parti d’extrême droite serait excessif, mais le long travail de sape du parti organisé par des générations de militants, ainsi que quatre années de présidence Trump, l’ont transformé en une coquille vide sans positionnement idéologique clair, qui continue à s’adresser presque exclusivement à un électorat blanc. L’absence de leadership cohérent au sein du parti en fait un parfait véhicule pour la nébuleuse d’extrême droite composée d’hommes et de femmes politiques, de think tanks, de militants de la base qui gravitent depuis des années autour du parti. La scission qui s’est dessinée peu à peu et très tardivement entre Donald Trump et ses soutiens et des « républicains plus modérés », qui étaient en réalité les républicains les plus conservateurs d’hier, promet d’être brutale et peut-être sanglante. Quoi qu’il advienne du Parti républicain, il est évident que Joe Biden et ses successeurs vont devoir composer avec une nébuleuse d’extrême droite complexe, puissante et prête à en découdre.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple : Theda Skocpol et Vanessa Williamson, The Tea Party and The Remaking of American Conservatism, Oxford University Press, 2012 ; Aurélie Godet, Le Tea Party : portrait d’une Amérique désorientée, Paris, Vendémiaire, 2012, 256 p. ; Jill Lepore, The Whites of their Eyes : The Tea Party’s Revolution and the Battle over American History, Princeton University Press, 2011, 232 p. ; Kate Zernike, Boiling Mad : Inside Tea Party America, Times Books, 2010, 256 p.

2 Le terme « grassroots » désigne ici des militant·e·s de la base en prise directe avec le terrain et s’oppose à l’approche « top-down » d’organisations d’envergure nationale solidement structurées, financièrement puissantes, aptes à nourrir une propagande suivie, mais qui n’ont qu’un lien lointain avec la réalité quotidienne des militant·e·s.

3 Voir par exemple : Ronald Formisano, The Tea Party : A Brief History, Johns Hopkins University Press, 2012, 152 p. ; Theda Skocpol et Vanessa Williamson, The Tea Party and the Remaking of Republican Conservatism, Oxford University Press, 2013, 272 p.

4 Voir par exemple : Charles Postel, « The Tea Party in Historical Perspective : A Conservative Response to a Crisis of Political economy », dans Lawrence Rosenthal et Christine Trost (dir.), Steep : The Precipitous Rise of the Tea Party, University of California Press, 2012.

5 Voir notamment : John H. Huntington, Far-Right Vanguard : The Radical Roots of Modern Conservatism, University of Pennsylvania, 2021, 328 p. ; George Hawley, Right-Wing Critics of American Conservatism, University Press of Kansas, 2016, 376 p.

6 Sur la technique des entretiens et de l’observation participante, voir notamment : Robert Perks et Alistair Thomson (dir.), The Oral History Reader, Taylor & Francis e-Library, 2015 ; Julien Talpin, Community Organizing : de l’émeute à l’alliance des classes populaires aux États-Unis, Paris, Raisons d’agir, coll. « Cours et travaux », 2016, 320 p. ; Arlie Russell Hochschild, Strangers in their Own Land. Anger and Mourning on the American Right, The New Press, 2016, 351 p.

7 Bert Klandermans, « Entretiens biographiques avec des militants d’extrême droite », dans Olivier Fillieule et al., Sociologie plurielle des comportements politiques, Paris, Presses de Sciences-Po (P.F.N.S.P.) « Académique », 2017, p. 271-288 et p. 272-273.

8 Geoffrey Kabaservice, Rule and Ruin : The Downfall of Moderation and the Destruction of the Republican Party, From Eisenhower to the Tea Party, Oxford University Press, 2013, 504 p. ; Romain Huret, American Tax Resisters, Harvard University Press, 2014, 350 p. ; Isaac Martin, Rich People’s Movements : Grassroots Campaigns to Untax the One Percent, Oxford University Press, 2013.

9 Christopher Parker et Matt Baretto, Change They Can’t Believe In : The Tea Party and Reactionary Politics in America, Princeton University Press, 2013, 384 p.

10 Elizabeth Tandy Shermer (dir.), Barry Goldwater and the Remaking of the American Political Landscape, University of Arizona Press, 2013, 296 p. ; Rick Perlstein, Before the Storm : Barry Goldwater and the Unmaking of the American Consensus, Nation Books, 2009 (1ère édition 2001), 704 p.

11 Ronald Rapoport et Walter Stone, Three’s a Crowd : The Dynamic of Third Parties, Ross Perot and Republican Resurgence, University of Michigan Press, 2007, 312 p.

12 Voir par exemple Elizabeth Tandy Shermer (dir.), Barry Goldwater and the Remaking of the American Political Landscape, op. cit.

13 Sébastien Mort, « Talk-Shows : la contestation conservatrice sur les ondes aux États-Unis », dans Romain Huret (dir.), Les Conservateurs se mobilisent : l’autre culture contestataire, Paris, Autrement, 2008.

14 Martin Michelot, « Les modes d’influence des think tanks dans le jeu politique américain », dans Politique américaine, 2013/2, n° 22, p. 97-116.

15 Geoffrey Kabaservice, Rule and Ruin : The Downfall of Moderation and the Destruction of the Republican Party, from Eisenhower to the Tea Party, Oxford University Press, 2013, 504 p.

16 Charles Bullock (dir.), Key States, High Stakes : Sarah Palin, the Tea Party and the 2010 Elections, Rowman & Littlefield Publishers, 2011, 254 p.

17 Entre mars et mai 2015, j’ai pu rencontrer trois représentants et un membre de l’équipe d’un sénateur républicain, tous élus au niveau fédéral, ainsi que vingt élus républicains de Pennsylvanie. Ces rencontres n’ont été possibles qu’en garantissant aux élus l’anonymat.

18 Chip Berlet et Matthew Lyons, Right-Wing Populism in America : Too Close for Comfort, The Guilford Press, 2000, 499 p. ; Amanda Pullum et David Meyer, « The Tea Party and the Dilemmas of Conservative Populism », dans Nella Van Dyke, David Meyer (dir.), Understanding the Tea Party Movement, Ashgate, 2014, 190 p., p. 73-96.

19 Sans que les groupes Tea Party fassent référence explicitement à Gramsci, leur lutte emprunte au concept d’hégémonie culturelle forgé par l’intellectuel italien. Pour une approche de la genèse et de l’usage de ce concept chez Gramsci, se reporter à George Hoare et Nathan Sperber, Introduction à Antonio Gramsci, Paris, La Découverte, 2013, p. 93-112.

20 Interview au Seasons Café à Reading en Pennsylvanie le 7 septembre 2018, juste après la réunion des Berks Republican Women.

21 Jenny Beth Martin et Mark Meckler, Tea Party Patriots : The Second American Revolution, Henry Holt and Company, 2012, 226 p.

22 Voir Clyde Wilcox et Carin Robinson, Onward Christian Soldiers ? The Religious Right in American Politics, Routledge, 2011.

23 « Roe v. Wade, 410 U.S. 113 » est un arrêt rendu par la Cour suprême des États-Unis en 1973 sur la question de l’avortement, considéré – malgré sa formulation très nuancée – comme favorable au droit des femmes à décider d’une interruption de grossesse.

24 Andrew Seidman, « Gender, bathroom wars and the Pa. GOP governor’s race : What are the issues ? », The Philadelphia Inquirer, March 12th, 2018.

25 Voir Sébastien Caré, La Pensée libertarienne : genèse, fondements et horizons d’une utopie libérale, Paris, Presses universitaires de France, 2009, 354 p.

26 Le « muslim ban » fait référence à un décret présidentiel de Donald Trump de janvier 2017 interdisant l’accès aux États-Unis des ressortissants de sept pays musulmans.

27 « Trump tells Proud Boys : “Stand back and stand by” », Associated Press, September 30th, 2020. Url : <https://www.youtube.com/watch?v=qIHhB1ZMV_o>, consulté pour la dernière fois le 26 avril 2021.

28 Pour une analyse de ce discours codé, voir notamment : Joseph Lowndes, « The Past and Future Race in the Tea Party Movement », dans Lawrence Rosenthal et Christine Trost (dir.), Steep : The Precipitous Rise of the Tea Party, op. cit. ; Martin Gilens, Why Americans Hate Welfare : Race, Media, and the Politics of Anti-poverty Policy, University of Chicago Press, 2002.

29 Josh Dawsey et Michelle Ye Hee Lee, « Koch network tells donors it plans to stay out of 2020 race, once again declining to back Trump », The Washington Post, January 25th, 2019. Url : <https://www.washingtonpost.com/politics/koch-network-tells-donors-it-plans-to-stay-out-of-2020-race-once-again-declining-to-back-trump/2019/01/24/47d84eae-1e7a-11e9-bda9-d6efefc397e8_story.html>, consulté pour la dernière fois le 26 avril 2021.

30 Jonathan Malher, « How One Conservative Think Tank Is Stocking Trump’s Government », The New York Times Magazine, June 20th, 2018. Url : <https://www.nytimes.com/2018/06/20/magazine/trump-government-heritage-foundation-think-tank.html>, consulté pour la dernière fois le 26 avril 2021.

31 Aaron Blake, « Lindsey Graham explains his pro-Trump conversion – and it’s not because he thinks Trump is great », The Washington Post, February 25th, 2019.

32 Carol Anderson, One Person No Vote : How Voter Suppression is Destroying our Democracy, Bloomsbury Publishing, 2018.

33 Lorraine C. Minnite, The Myth of Voter Fraud, Cornell University Press, 2010, 264 p.

34 Alexander Hertel-Fernandez, State Capture : How Conservative Activists, Big Businesses, and Wealthy Donors Reshaped the American States – and the Nation, Oxford University Press, 2019.

35 The Advancement Project : « PA Passes Photo ID Law that Advancement Project and Others Challenge in Court », 18 juillet 2012. Url : <http://www.advancementproject.org/news/entry/pa-passesphoto-id-law-that-advancement-project-and-others-challenge-in-court>, consulté le 18 août 2016. Voir notamment : Shah, Paru and Robert S. Smith, "Legacies of Segregation and Disenfranchisement : The Road from Plessy to Frank and Voter ID Laws in the United States", RSF : The Russell Sage Foundation Journal of the Social Sciences, vol. 7, no 1, 2021, p. 134-146. Project MUSE : Frances Fox Piven, Lorraine C. Minnite et Margaret Groarke, Keeping down the Black Vote :Race and Demobilization of American Voters, The New Press, 2009.

36 Ibid.

37 Chrsitine Stenglein, « Around the Halls : Brookings scholars react to the 2018 midterms », The Brookings Institution, 9 novembre 2018.

38 Alexander Keyssar, The Contested History of Democracy in the United States, Basic Books, 2009.

39 Personnage de bande dessinée créé en 2005 par Matt Furie dans Boy’s Club, qui est peu à peu devenu un symbole de l’« alt right » étatsunienne.

40 Le signe qui consiste à former un cercle avec le pouce et l’index tout en gardant les trois autres doigts tendus est devenu depuis quelques années un signe de ralliement et de reconnaissance pour les suprématistes blancs.

41 « Identifying far-right symbols that appeared at the U.S. Capitol riot », The Washington Post, 15 janvier 2021.

42 Nicolle Herzog, « Les insurgés du Capitole ne sont pas les “rednecks”que vous croyez », The Conversation, 16 février 2021.

43 Andrea Salcedo, « GOP West Virginia state delegate live-streams as he storms Congress with pro-Trump mob : ‘We’re going in !’ », The Washington Post, January 7th, 2021.

44 Cynthia Fernandez, « A Pa. Republican lawmaker who marched to the U.S. Capitol before the mob attack is facing calls to resign », The Inquirer, 8 janvier 2021.

45 Matthew Valasky et Shannon Reid, « After the insurrection, America’s far-right groups get more extreme », The Conversation, 15 mars 2021.

46 « we’ll be back in some form » : « Donald Trump tells his supporters ‘we will be back in some form’ in last speech as president », CNBC Television, 20 janvier 2021. Url : <https://www.youtube.com/watch?v=hUmfcMLPw9Q>.

47 « Voting Laws Roundup : March 2021 », Brennan Center for Justice, 1 avril 2021. Pour plus d’informations sur les projets de lois dans les différents États, voir l’analyse de Fivethirtyeight.com : Alex Samuels, Elena Mejia, Nathaniel Rakich, « The States where Efforts to Restrict Voting are Escalating », Fivethirtyeight.com, 29 mars 2021. Url : <https://fivethirtyeight.com/features/the-states-where-efforts-to-restrict-voting-are-escalating/>.

48 Vera Bergengruen et W. J. Hennigan, « “They’re Fighting Blind”. Inside the Biden Administration’s Uphill Battle against Far-Right Extremism », Time.com, 4 mars 2021.

49 « “This is Our House !” A Preliminary Assessment of the Capitol Hill Siege Participants », Program on Extremism, The George Washington University, mars 2021, p. 18. Url : <https://extremism.gwu.edu/sites/g/files/zaxdzs2191/f/This-Is-Our-House.pdf>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Douzou, « Du Tea Party à Donald Trump : la radicalisation du Parti républicain aux États-Unis »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 152 | 2022, 107-125.

Référence électronique

Marion Douzou, « Du Tea Party à Donald Trump : la radicalisation du Parti républicain aux États-Unis »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18635 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18635

Haut de page

Auteur

Marion Douzou

Université Lumière-Lyon 2, TRIANGLE

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search