Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152MÉTIERSTransmettre l'histoireHommage à Marcel Dorigny

MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Hommage à Marcel Dorigny

Éric Mesnard
p. 149-153

Texte intégral

Marcel Dorigny lors d’une conférence à Stains sur les premiers empires coloniaux le 14 janvier 2020.

1Marcel Dorigny est mort le 22 septembre dernier à l’âge de 73 ans. Ce texte est un hommage amical à l’historien, au pédagogue et au militant inlassable qui nous a trop tôt quittés.

  • 1 Marcel Dorigny, Les Girondins et le libéralisme dans la Révolution française, thèse soutenue en 199 (...)

2Membre de l’Institut d’histoire de la Révolution française, Marcel a consacré sa thèse, soutenue en 1992 sous la direction de Michel Vovelle, aux Girondins et aux penseurs libéraux du 18e siècle1. Infatigable chercheur, remarquable pédagogue, il a consacré pendant plus de trente ans son énergie entraînante à la production et à la diffusion des connaissances sur l’histoire de l’esclavage colonial, les abolitionnistes, les luttes des esclaves contre la barbarie esclavagiste et la Révolution haïtienne.

  • 2 Ainsi, le ministère de la Culture, à travers le Comité des célébrations nationales, rejeta la deman (...)

3Après la publication par Yves Bénot (1920-2005) de La Révolution française et la fin des colonies aux éditions La Découverte en 1987, les deux historiens devinrent inséparables dans leur combat pour en finir avec le « silence institutionnel » qui prévalait sur l’histoire de l’esclavage et sur les combats menés par les esclaves2. Ils furent les initiateurs, dans les locaux de l’université de Paris-8, de trois colloques internationaux qui ont fait date :

  • 3 Esclavage, colonisation, libérations nationales, de 1789 à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1990.

4- « Esclavage, colonisation, libérations nationales de 1789 à nos jours », les 24, 25 et 26 février 19893,

  • 4 Les abolitions de l’esclavage. De Léger-Félicité Sonthonax à Victor Schoelcher. 1793-1794-1848, act (...)

5- « Les abolitions de l’esclavage de Léger-Félicité Sonthonax à Victor Schoelcher, 1793-1794-1848 », les 4, 5 et 6 février 19944,

  • 5 Rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises : 1802, aux origines d’Haïti, actes du c (...)

6- « Rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises : 1802, aux origines d’Haïti », les 20, 21 et 22 juin 20025.

  • 6 Les résumés des séances de l’APECE entre 1995 et juin 2018 sont consultables sur le site de l’assoc (...)

7Ils fédérèrent autour d’eux des historiens et des historiennes (Francis Arzalier, Bernard Gainot, Florence Gauthier, Jean-Claude Halpern, Ann Thomson, Dominique Taffin) qui organisèrent des séminaires et diverses initiatives pendant les années du bicentenaire, avec le soutien de Michel Vovelle. À la fin de l’année 1993, ce groupe pionnier, auquel j’eus l’honneur d’être associé, donna naissance à l’Association pour l’étude de la colonisation européenne (1750-1850), dont le premier président fut Yves Bénot jusqu’à son décès en 2005. Il fut alors remplacé par Marcel Dorigny jusqu’en 2019. Pendant ces années, un samedi par mois, Marcel, accompagné d’un membre du bureau de l’association, invitait à un repas l’intervenant du jour, puis à partir de 14h30, le plus fréquemment dans la salle Marc Bloch de la Sorbonne, après avoir salué les présents, il présentait un livre ou annonçait la tenue d’une manifestation scientifique avant de présenter l’invité du jour et de lui donner la parole. C’est ainsi qu’entre 1995 et 2018, 143 intervenants, étudiants ou chercheurs confirmés, français ou étrangers, purent faire part de leurs travaux devant une assemblée toujours attentive6.

8Incontestablement, grâce à la persévérance de Marcel et à d’autres piliers de l’association comme Bernard Gainot, Jean-Claude Halpern, Julie Duthil, Thierry Roquincourt ou Lionel Trani, les objectifs définis par les fondateurs de l’APECE ont été remplis :

  • 7 « Bref aperçu historique de ses origines et de ses objectifs » par Marcel Dorigny, ibid.

« favoriser les recherches et leur diffusion autour d’un thème peu exploré jusqu’alors, du moins par les chercheurs français, à savoir la période dite “intermédiaire” entre les deux grandes phases de l’expansion coloniale européenne. Les grands bouleversements coloniaux intervenus entre le milieu du 18e siècle et les années 1850 n’étaient que peu étudiés et plus rarement encore mis en relation avec l’histoire européenne elle-même : remise en cause de la traite négrière et de l’esclavage, radicalisation des résistances serviles dans les colonies, lents et complexes processus d’abolition des pratiques esclavagistes étroitement liées à la première colonisation ; parallèlement, ébranlement des empires inauguré par l’indépendance des États-Unis, puis la Révolution française et ses conséquences coloniales, dont la première abolition de l’esclavage et la naissance d’Haïti, “première République noire” ; enfin, retour (voué à l’échec à terme) à l’esclavage et surtout mise en marche du long processus conduisant à l’indépendance des colonies ibériques : Amérique espagnole et Brésil… »7

9Espérons qu’après la disparition de ses deux premiers présidents, l’APECE saura continuer à faire vivre leur esprit d’ouverture à la diversité des recherches en cours !

10Outre les publications d’actes de colloques, Marcel Dorigny est l’auteur de livres qui font autorité et qui sont de remarquables synthèses historiographiques, parmi lesquels :

11- De l’esclavage aux abolitions, XVIIIe-XXsiècles, avec Jean Metellus, éditions Cercle d’Art, 1998.

12- 1802. Rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises, avec Yves Bénot, Maisonneuve et Larose, 2003.

13- Révoltes et révolutions en Europe et aux Amériques (1773-1802). Historiographie, bibliographie, enjeux, Belin, 2004.

14- La Société des amis des Noirs, 1788-1799, avec Bernard Gainot, UNESCO, 2006.

15- Atlas des esclavages, de l’Antiquité à nos jours, publié avec Bernard Gainot, Autrement, 2006, réédité et augmenté en 2013.

16- Atlas des premières colonisations, XVe-début XIXe siècle : des conquistadores aux libérateurs, éditions Autrement, 2013.

17- Grand Atlas des empires coloniaux. Premières colonisations, empires coloniaux, décolonisations (XVe-XXIe siècles), avec Jean-François Klein, Jean-Pierre Peyroulou, Pierre Singaravélou, Marie-Albane De Suremain, Autrement, 2015. Les Abolitions de l’esclavage, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2018.

18- Arts et lettres contre l’esclavage, Éditions Cercle d’Art, 2018.

19- L’Esclavage, illustrations et caricatures, 1750-1870, avec Philippe Altmeyerhenzien, La Geste, 2021.

  • 8 Marcel Dorigny présente en 2013 son bilan dans l’éditorial du numéro 45 de Dix-Huitième Siècle, la (...)

20Outre ses multiples engagements dans des associations comme le Centre d’information, formation, recherche pour les originaires d’outre-Mer (CIFORDOM) ou le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH), il a assuré d’importantes responsabilités à l’Association française d’histoire des outre-mers (AFHOM), à la Société française d’étude du dix-huitième siècle, qui édite la revue XVIIIe siècle8, ainsi qu’aux Annales historiques de la Révolution française et à la Société des études robespierristes, dont il a été secrétaire général entre 1999 et 2005.

21Citoyen engagé, Marcel Dorigny a participé aussi, avec la rigueur et la détermination qui le caractérisaient, à des institutions publiques :

  • 9 Haïti et la France, Paris, La Table ronde, 2004, p. 97.

22- membre du Comité de réflexion et de proposition sur les relations franco-haïtiennes, présidé par Régis Debray, il contribua à la publication d’un rapport adressé au ministre des Affaires étrangères en rédigeant avec François Blancpain une mise au point sur deux questions particulièrement sensibles : « Réparation pour l’esclavage ? » et « Restitution de la dette de l’indépendance ? »9 ;

23- après avoir siégé entre 2004 et 2009 au premier Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, Marcel participait activement aux activités du conseil scientifique de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage. En cette année du bicentenaire de la mort de Bonaparte, il continuait inlassablement à rappeler les combats contre le rétablissement de l’esclavage dans les colonies et la proclamation de l’État haïtien, comme en témoigne la note du 2 avril 202110.

24Personnage chaleureux et attachant, Marcel était aussi un « râleur » : alors que nous visitions les ruines du site de Saint-Pierre à la Martinique, à l’occasion d’un colloque organisé en mai 2007 sur l’enseignement de l’histoire dans la Caraïbe, Marcel ne cessait de se plaindre de la chaleur humide, regrettant la fraîcheur de « son » Morvan. Après que je lui eus proposé, pour se rafraîchir, de prendre un bain, il se tint coi, ce qui n’était pas fréquent, mais le regard qu’il me jeta était éloquent…

25Ses étudiant·e·s de Paris-8 et les professeurs inscrits aux stages de formation continue auxquels il se réjouissait toujours de participer se souviennent de la fougue avec laquelle il racontait les batailles de la Révolution française ou les grands moments de la révolution haïtienne. Un de ses étudiants de maîtrise l’avait, sans qu’il le sache, affectueusement surnommé « le soldat de l’An II ».

26Après une longue journée de travail organisée avec des chercheurs et des enseignants à Marly-le-Roi par la Fédération française des clubs pour l’UNESCO, je me souviens avec émotion de la façon dont il nous captiva jusqu’à une heure tardive par la vivacité de son récit sur la révolution haïtienne. Toutefois, comme en témoigne une brève vidéo sur la première abolition après le soulèvement des esclaves de Saint-Domingue, Marcel était aussi capable d’expliquer en deux minutes le contexte du décret d’abolition du 4 février 1794. Que celles et ceux qui ont encore envie d’entendre la voix de Marcel en prennent connaissance11 !

27Lecteur érudit, il extrayait fréquemment de sa mallette un livre ou une revue pour inciter son auditoire du moment à en prendre connaissance. Homme de paroles et héritier des Lumières, il contribua aussi auprès d’un large public à la diffusion de la connaissance en participant à la réalisation d’expositions et de documentaires, à la rédaction de tribunes ou à la réponse à de nombreuses interviews dans la presse écrite ou audiovisuelle, sans parler des innombrables projets passés ou en cours évoqués par celles et ceux qui lui ont rendu un chaleureux hommage lors de la cérémonie de ses obsèques, au cimetière du Père Lachaise, le jeudi 30 septembre 2021.

Haut de page

Notes

1 Marcel Dorigny, Les Girondins et le libéralisme dans la Révolution française, thèse soutenue en 1992 à l’université de Paris-1.

2 Ainsi, le ministère de la Culture, à travers le Comité des célébrations nationales, rejeta la demande d’inscription de la date du 4 février 1994 dans l’agenda des célébrations nationales.

3 Esclavage, colonisation, libérations nationales, de 1789 à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1990.

4 Les abolitions de l’esclavage. De Léger-Félicité Sonthonax à Victor Schoelcher. 1793-1794-1848, actes du colloque international tenu à l’université de Paris-8 les 4, 5 et 6 février 1994, sous la direction de Marcel Dorigny, Paris et Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes et Éditions UNESCO, 1995 (2e édition en 1998), 416 p.

5 Rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises : 1802, aux origines d’Haïti, actes du colloque international tenu à l’université de Paris-8 les 20, 21 et 22 juin 2002, publiés sous la direction de Yves Bénot et Marcel Dorigny, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003, 592 p.

6 Les résumés des séances de l’APECE entre 1995 et juin 2018 sont consultables sur le site de l’association : <https://apece1750-1850.blog4ever.com/articles/resumes-des-seances-1995-juin2018>.

7 « Bref aperçu historique de ses origines et de ses objectifs » par Marcel Dorigny, ibid.

8 Marcel Dorigny présente en 2013 son bilan dans l’éditorial du numéro 45 de Dix-Huitième Siècle, la dernière livraison dont il assura la direction : <https://www.cairn.info/revue-dix-huitieme-siecle-2013-1-page-3.htm>.

9 Haïti et la France, Paris, La Table ronde, 2004, p. 97.

10 À télécharger sur le site de la FME : <https://memoire-esclavage.org/napoleon-et-le-retablissement-de-lesclavage>.

11 <https://memoire-esclavage.org/marcel-dorigny>.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Marcel Dorigny lors d’une conférence à Stains sur les premiers empires coloniaux le 14 janvier 2020.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/18690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Mesnard, « Hommage à Marcel Dorigny »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 152 | 2022, 149-153.

Référence électronique

Éric Mesnard, « Hommage à Marcel Dorigny »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18690 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18690

Haut de page

Auteur

Éric Mesnard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search