Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152LIVRES LUSJulian Mischi, Le Parti des commu...

LIVRES LUS

Julian Mischi, Le Parti des communistes. Histoire du Parti communiste français de 1920 à nos jours

Marseille, Hors d’atteinte, 2020, 720 p.
Éloïse Dreure
Référence(s) :

Julian Mischi, Le Parti des communistes. Histoire du Parti communiste français de 1920 à nos jours, Marseille, Hors d’atteinte, 2020, 720 p., 24,50 €.

Texte intégral

  • 1 Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée et Éric Lafon (dir.), Aux alentours du Congrès de Tours, (...)
  • 2 Renaud Faroux, Yolande Rasle, Libres comme l’art, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2020 ; Gui (...)
  • 3 Roger Martelli, Le PCF. Une énigme française, Paris, La Dispute, 2020 ; Roger Martelli, Jean Vigreu (...)
  • 4 Léon Blum, Le Congrès de Tours à la croisée des chemins, 1919-1920, préface de Romain Ducoulombier, (...)
  • 5 Jean-Numa Ducange et Jean-Vigreux (éd.), Maurice Thorez, Journal (1952-1964), Paris, Fayard, 2020.
  • 6 Alexandre Courban et Nicolas Chevassus-au-Louis, Marcel Paul : un ouvrier au Conseil des ministres, (...)
  • 7 Rouge cent. Nouvelles noires pour le centenaire du Parti communiste français, Paris, Éditions Arcan (...)

1Du fait de l’anniversaire du Congrès de Tours (25-30 décembre 1920), qui a vu naître ce qui deviendra le PCF, l’histoire du mouvement communiste français a occupé une place des plus importantes dans les parutions de l’automne et de l’hiver 2020. Cette histoire s’est déclinée sous des formes multiples, qu’il s’agisse de beaux livres1, de catalogues d’exposition2, de revues ou d’ouvrages scientifiques3, de réédition de textes anciens4, de journaux5, de biographies6 et même de romans7. Rendue ainsi accessible, occupant une place de choix dans les librairies, elle a largement pris le pas sur une histoire sensationnaliste du communisme qui resurgit régulièrement dans diverses revues et s’emploie à démontrer, sans grande rigueur scientifique et avec une obsession suspecte, la nature criminelle de l’idéologie communiste.

2Parmi les parutions de cette rentrée, Le Parti des communistes, de Julian Mischi, dont l’auteur souhaite qu’il résonne avec les préoccupations politiques actuelles et réponde à une nécessité. Faire connaître l’histoire du Parti communiste, c’est en effet permettre un travail de conscientisation en donnant à voir qu’il a bien existé, dans une période relativement proche, un mouvement d’émancipation qui, en s’ancrant dans les milieux populaires, a permis l’organisation des travailleurs et d’ébranler certains systèmes de domination.

3Le titre, déjà, laissait présager le renouveau historiographique. En parlant de « parti des communistes » et non du « parti communiste », l’auteur nous indique qu’il sera ici davantage question de l’expérience militante des communistes français que de l’histoire de l’appareil du parti, des discours publics ou des grandes figures. L’histoire du communisme français est ainsi abordée à travers le prisme de l’engagement d’hommes et de femmes pour la cause communiste, qu’il s’agisse des dirigeants nationaux ou des cadres locaux. Cette synthèse décloisonnée emprunte à la sociologie autant qu’à l’histoire, tout en s’inscrivant dans une histoire globale et nuancée. Ces militants communistes évoluent en lien avec Moscou, dans un rapport moins hiérarchique que ce qui a longtemps été affirmé, mais aussi avec le système communiste international, avec les syndicats et les organisations de masse, en opposition aux forces politiques qu’ils combattent et dans un rapport à l’État français qui ne cesse d’évoluer. Il s’agit ainsi de comprendre la manière dont ils ont été confrontés aux évolutions de l’organisation communiste, comment ils se sont organisés, quelles ont été leurs sociabilités. L’étude du jeu d’échelles qui s’opère entre la cellule et la direction nationale où Moscou cherche à déceler les rapports de domination, mais aussi d’appropriations diverses. Pour cela, il est nécessaire d’être attentif aux parcours militants, de déceler les pluralités de rapports au Parti, les difficultés rencontrées, la signification de l’engagement, sans négliger une histoire personnelle qui influe parfois sur l’intégration au parti.

4Cette synthèse apparaît ainsi comme l’aboutissement, ou plutôt une étape dans le renouveau historiographique de l’histoire du communisme français de ces dernières années, qui va de pair avec les avancées archivistiques. Dans la lignée du travail initié par Jean Maitron, autour du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, s’est développée une histoire attentive aux expériences militantes communistes dans toute leur multiplicité. En s’appuyant sur les questionnaires biographiques communistes, qui se sont généralisés dans les années trente dans un objectif de contrôle des cadres, et en les croisant avec différentes sources, des études prosopographiques ont été réalisées et participent à rendre vivante l’histoire du communisme français. Ainsi, Julian Mischi, suivant un plan chronologique assez classique, retrace les grandes étapes qui ont jalonné l’histoire du communisme français, mais lui donne néanmoins une certaine épaisseur en le ponctuant d’évocations de militantes et de militants, de récits de leur engagement et de leurs combats.

5Le combat pour l’émancipation du prolétariat a été mené sur plusieurs fronts. Le Parti communiste français a ainsi été précurseur dans certaines luttes d’émancipation, que ce soit dans les combats anti-impérialistes, anticolonialistes, mais aussi féministes. On appréciera ainsi la place dévolue dans cet ouvrage aux militantes, l’étude du rôle des femmes dans l’émergence du mouvement communiste international, la radicalisation du PCF dans les années 1920 en ce qui concerne la question du droit des femmes, puis ses rapports fluctuants, parfois ambigus, avec les mouvements féministes à travers le 20e siècle. L’auteur nous montre un mouvement communiste français, acteur d’une lutte internationale, et ses militants qui se trouvent ainsi aux cœurs d’interactions complexes, entre un cadre national, porteur de ses propres symboles et pratiques, et un système communiste international dont le centre, Moscou, est producteur d’une culture, de ressources et de références que se sont approprié de façon variable les militants.

6Ce « parti des communistes » est une expérience politique militante unique, qui a occupé une place fondamentale dans l’histoire du 20e siècle. Il a évolué tout au long de ce siècle et a dû s’adapter à de multiples contextes, nationaux ou internationaux, se heurtant à une classe dirigeante, à des formations politiques adverses, à un ordre du monde qui lui a été hostile, mais, selon Julian Mischi, c’est surtout « un horizon d’actions collectives et de fréquentations sociales insoupçonnées » qui en font un « outil d’émancipation individuelle ».

Haut de page

Notes

1 Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée et Éric Lafon (dir.), Aux alentours du Congrès de Tours, 1914-1924. Scission du socialisme et fondation du Parti communiste, Montreuil, Musée d’Histoire vivante, 2020 ; Guillaume Roubaud-Quashie (dir.), Cent ans de Parti communiste français, Paris, Éditions du Cherche-Midi, 2020 ; Gérard Streiff, Abécédaire amoureux du communisme, Éditions du Petit Pavé, 2020.

2 Renaud Faroux, Yolande Rasle, Libres comme l’art, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2020 ; Guillaume Roubaud-Quashie et Corentin Lahu (dir.), 100 ans d’histoire de France et du PCF sur les murs, Villejuif, Helvetius, 2020.

3 Roger Martelli, Le PCF. Une énigme française, Paris, La Dispute, 2020 ; Roger Martelli, Jean Vigreux, Serge Wolikow, Le Parti rouge. Une histoire du PCF, Paris, Armand Colin, 2020 ; « À quoi sert un congrès politique ? Le Congrès de Tours et ses échos européens », Mil neuf cent, Revue d’histoire intellectuelle, n° 38, 2020 ; « Les naissances du communisme en France (1915-1925) », Le Mouvement social, 2020/3, n° 272.

4 Léon Blum, Le Congrès de Tours à la croisée des chemins, 1919-1920, préface de Romain Ducoulombier, Paris, Gallimard, 2020 ; Jean Longuet, Les Principes de la paix, édition établie et présentée par Gilles Candar, Nancy, Arbre bleu, 2020.

5 Jean-Numa Ducange et Jean-Vigreux (éd.), Maurice Thorez, Journal (1952-1964), Paris, Fayard, 2020.

6 Alexandre Courban et Nicolas Chevassus-au-Louis, Marcel Paul : un ouvrier au Conseil des ministres, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2020.

7 Rouge cent. Nouvelles noires pour le centenaire du Parti communiste français, Paris, Éditions Arcane 17, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éloïse Dreure, « Julian Mischi, Le Parti des communistes. Histoire du Parti communiste français de 1920 à nos jours »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 20 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18703 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18703

Haut de page

Auteur

Éloïse Dreure

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search