Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Le mot de la rédaction

Texte intégral

1En historien·nes, on déconstruit. L’extrême droite existe-t-elle ? Que mettons-nous ensemble sous ces termes assemblés ? Depuis quand les assemble-t-on ? Qui assemble ? En citoyen·nes, on peut se dire tous les jours de façon plus abrupte : mais bien sûr, l’extrême droite existe, je l’ai rencontrée.

  • 1 Parmi les dossiers suggérés ici, Maurice Carrez (dir.), « 1917. L’Europe gronde », Cahiers d’histoi (...)
  • 2 Pauline Picco, Liaisons dangereuses. Les extrêmes droites en France et en Italie (1960-1984), Renne (...)
  • 3 Parmi les derniers avatars de cette circulation internationale, la fuite vers l’est de l’Europe du (...)

2L’utilité de revenir sur l’histoire de ces courants de pensée et d’action politiques hantés par l’inégalité chemine depuis plusieurs années au sein de la rédaction des Cahiers d’histoire. Que d’occasions de mesurer le déploiement des mots d’ordre xénophobes, leur enracinement dans des milliers de communes de France où le présent apparaît surtout lourd de souffrances sociales, et le futur hanté par la peur. Que d’occasions depuis dix ans, vingt ans, de mesurer la montée électorale de l’extrême-droite sans que les analyses, les dénonciations de la violence sociale et politique de ces mouvements n’entravent une progression qui prend la forme de l’inexorable ! Que d’occasions d’y penser dans notre travail de rédaction des Cahiers d’histoire ! Des rejets violents du pacifisme et des révolutions issues de la Première Guerre mondiale à la valorisation de la domination coloniale et au refus des indépendances, notamment de celle de l’Algérie, que de dossiers nous ont ramenés à cette présence de l’extrême droite dans la vie des sociétés contemporaines. Préoccupation sous-jacente, mais priorité donnée aux luttes, aux triomphes et déboires des forces émancipatrices1. Notamment, l’évidente contradiction de structures qui vantent les priorités nationales et le cadre de nations définies par l’exclusion tout en étant fortement insérées dans des réseaux de soutiens internationaux apparaît de plus en plus clairement comme constitutive de ces mouvements. Contourner les lois nationales pour faire circuler hommes, armes et argent, blanchir, recycler. La thèse de Pauline Picco a apporté de passionnantes précisions sur ces réseaux, singulièrement entre la France et l’Italie2. On a eu récemment des révélations sur les réseaux internationaux des partis, comme sur la circulation des hommes de main de l’extrême droite entre les divers conflits armés3.

  • 4 <https://www.franceinter.fr/societe/ultra-droite-en-france-la-nouvelle-menace-terroriste>, 22 février 2022.

3À propos de cette actualité comme de l’histoire, les syntagmes se multiplient, ce dont le dossier se fait l’écho, sans cependant s’appesantir sur des définitions qui risquent de clore plus que de dynamiser les réflexions : « ultra droite », « droite extrême », voire « droite de la droite » disent la difficulté à circonscrire des courants politiques en expansion selon des modalités différentes d’un pays et d’un contexte à l’autre. La question de la discontinuité ou de la continuité entre la droite et l’extrême droite travaille bien sûr ces définitions. D’autres repèrent à l’intérieur de l’extrême droite une « extrême droite radicale » caractérisée par le choix du passage à l’acte violent, d’existence ancienne, mais dont les mots d’ordre se répandent à l’échelle du globe via les réseaux sociaux. Ainsi du projet de coup d’État contre le gouvernement français envisagé par le français Rémy Daillet4. On retrouve dans l’expression publique de ces courants un anti-intellectualisme et un recours assumé à l’action violente, qui sont des caractéristiques de longue durée de l’extrême droite, même intellectuelle, qui nous menace tous et toutes. « Ne perdez pas votre temps en discutailles. On va faire un coup d’État, vous comprenez ce que ça veut dire ? […] J’écrème, je ne veux pas de parleurs. Les balles vont siffler. Les parleurs feraient mieux de rester derrière », peut-on lire sur les captures d’écran du site de Daillet présentées par France Inter.

4Depuis quelques années, répondant à l’ampleur des succès politiques dans les sociétés contemporaines, les travaux de recherche se sont rapidement multipliés. Les jeunes historien·nes que Grégoire Le Quang a rassemblé·es pour le présent dossier témoignent de ce renouvellement intellectuel : les travaux se sont intensifiés et diversifiés, dans le temps et dans l’espace. Le dossier fait place à la contre-révolution du 19e siècle français, introduite ici par Alexandre Dupont, comme au développement du Tea Party au sein du parti républicain aux États-Unis d’Amérique, dont Marion Douzou expose les spécificités. Les voies d’entrée dans l’analyse se sont également élargies, allant des références classiques comme Pierre Gaxotte « ou l’extrême droite respectable », tel que le qualifie ici Baptiste Roger-Lacan, aux graffitis qu’étudie Richard Vassakos, ces armes qui « blessent l’œil », sans négliger le recours à la violence physique comme moyen de réduire les adversaires, décrit par Valérie Dubslaff dans le contexte de l’Allemagne fédérale.

  • 5 Laurent Joly, L’État contre les Juifs : Vichy, les nazis et la persécution antisémite, Paris, Grass (...)
  • 6 Sébastien Jahan (dir.), « Relectures d’histoire coloniale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire c (...)
  • 7 François Jarrige, « Eric Hobsbawm, l’histoire et l’engagement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoi (...)

5La riche introduction de Grégoire Le Quang débouche sur l’importance des enjeux historiographiques. Notre collègue spécialiste de Vichy, Laurent Joly, vient de nous proposer une admirable illustration des usages et mésusages de l’histoire5. Nous en sommes là tous et toutes, un peu surpris de cet excès d’honneur et conscients des excès d’indignité qui peuvent s’ensuivre. Comment est-on passé d’une relégation de l’histoire aux marges des savoirs, avec le triomphe de la « fin de l’histoire » des années 1990, à la prolifération des discours sur l’histoire et l’appropriation de l’histoire par les forces politiques à des fins de légitimation des devenirs sociaux ? Comment, reprenant le lieu commun cher à l’entre-deux-guerres et notamment à Pierre Gaxotte, l’idée de la « falsification » de l’histoire par les historien·nes de métier est-elle devenue une modalité majeure de ce déploiement du recours à l’histoire ? Avec d’autres, les Cahiers d’histoire ont été vigilants face à ces attaques, notamment autour du passé colonial. Offensifs, en 2006, nous avons publié un dossier « Relectures d’histoire coloniale6 », et nous avons beaucoup publié depuis : une quarantaine d’articles de notre revue évoquent ces « relectures ». Nous avons concouru à problématiser la fonction sociale de l’histoire, toujours engagée. Signalons l’hommage de François Jarrige à Eric Hobsbawm en 2013, « Histoire et engagement », ou le dossier « Écrire l’histoire des révolutions : un engagement7 » en 2019.

  • 8 « Pierre Gaxotte défendait dans ses ouvrages une vision traditionnelle et classique de l’Histoire » (...)

6Mais cette requalification positive de l’engagement comme matrice du travail historien a suscité des répliques d’une violence que l’on avait oubliée. Des ministres, des médias ont fabriqué la thématique de « l’islamo-gauchisme » et attaqué frontalement des savoirs historiens, dès lors qu’ils pouvaient être lus comme des mises en cause d’une histoire nationale glorieuse. Sommation à produire cette histoire « classique », « traditionnelle », qui ne dit pas son point de vue, histoire nationaliste de fait. C’est en ces termes politiquement euphémisants, contradictoires avec l’analyse historique du présent dossier, que le site officiel de l’Académie française présente l’histoire écrite par Pierre Gaxotte8.

  • 9 Gérard Noiriel, Dire la vérité au pouvoir. Les intellectuels en question, nouvelle éd. revue et act (...)

7Nous le sentons évidemment tous et toutes, il y a urgence aujourd’hui à refonder la légitimité du travail historique face à ces attaques politiques qui dénoncent la politisation. Il y a urgence à travailler à la légitimité d’un travail d’histoire critique, à s’appuyer sur les analyses en termes de savoir/pouvoir de Michel Foucault, articulant la responsabilité de l’intellectuel·le et les limites de sa responsabilité à son champ de spécialité. Les réflexions développées par Gérard Noiriel autour du concept foucaldien d’« intellectuel spécifique » fournissent des appuis pour penser la tension permanente entre la reconnaissance du point de vue, au sens scientifique, sociologique du terme, de l’auteur·trice toujours embarqué·e, la reconnaissance de la nécessité d’une portée sociale de la production et la rigueur d’analyses qui doivent pouvoir bousculer les partis pris. Ainsi Gérard Noiriel écrivait-il il y a déjà plus de dix ans : « Le travail d’un intellectuel n’est pas de modeler la volonté politique des autres. Il est, par les analyses qu’il fait dans les domaines qui sont les siens, de réinterroger les évidences et les postulats, de secouer les habitudes, les manières de faire et de penser9. »

8Ainsi nous réinterrogeons. Ainsi Iz Séverin interroge dans ce n° 152 des Cahiers le substrat islamophobe ancien du féminisme de la journaliste italienne Oriana Fallaci. Ainsi Chloé Maurel poursuit-elle ses investigations sur les sens et le poids politique des interventions de l’UNESCO. Ainsi « Métiers » évoque-t-il, à travers l’hommage rédigé par Éric Mesnard, l’action opiniâtre de notre collègue Marcel Dorigny, récemment décédé, pour imposer les recherches sur l’esclavage et les sociétés esclavagistes du 18e siècle comme des champs d’investigation légitimes et cruciaux pour la compréhension des formes de notre présent. Conservatrice à la Bibliothèque de la Sorbonne, Cécile Obligi fait connaître un nouvel outil facilitant l’accès aux débats parlementaires de la Révolution française. « Les Cahiers recommandent » scrutent à leur habitude les multiples facettes des usages de l’histoire. Ici, roman et roman graphique.

  • 10 Guy Lemarchand, « Marxisme et histoire en France », Partie I, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire (...)

9Au-delà, la suite… Le prochain dossier, coordonné par Benedetta Piazzesi et Pierre Serna, étudiera l’exploitation animale, le suivant, coordonné par John Barzman et Laurence Montel, scrutera les luttes des travailleurs de la mer. À travers ce qui peut apparaître comme un inventaire à la Prévert (avec, espérons-nous, sa part de beauté poétique), nous reviendrons avec opiniâtreté à la question que nous pose de façon urgente l’étude de l’extrême-droite, « de la marginalité au pouvoir », celle du comment des changements de société. Ce sera aussi un hommage à un grand historien et grand ami des Cahiers qui vient de nous quitter, Guy Lemarchand, boulimique chercheur de réponses à cette lancinante question qui motive nos travaux : qu’est-ce qui change, qu’est-ce qui fait changer les sociétés ? Avant de retrouver cette piste explicative, renvoyons à sa synthèse, publiée en deux parties dans les Cahiers en 2013, « Marxisme et histoire en France10 ». Il y a presque dix ans. Qui écrira la troisième partie ? L’appel est ouvert.

Haut de page

Notes

1 Parmi les dossiers suggérés ici, Maurice Carrez (dir.), « 1917. L’Europe gronde », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 137, 2017, ou Éloïse Dreure (dir.), « Communisme en Algérie/communisme algérien », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 140, 2018, ou encore Didier Monciaud (dir.), « Rebelles à l’ordre colonial », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 126, 2015.

2 Pauline Picco, Liaisons dangereuses. Les extrêmes droites en France et en Italie (1960-1984), Rennes, PUR, 2016.

3 Parmi les derniers avatars de cette circulation internationale, la fuite vers l’est de l’Europe du principal suspect de l’assassinat ce 19 mars 2022 de l’ex-rugbyman, Martin Aramburu, Loïk Le Priol, militant d’extrême droite, arrêté à la frontière hongroise.

4 <https://www.franceinter.fr/societe/ultra-droite-en-france-la-nouvelle-menace-terroriste>, 22 février 2022.

5 Laurent Joly, L’État contre les Juifs : Vichy, les nazis et la persécution antisémite, Paris, Grasset, 2018, 368 p. ; Idem, La Falsification de l’histoire : Éric Zemmour, l’extrême droite, Vichy et les Juifs, Paris, Grasset, 2022, 140 p.

6 Sébastien Jahan (dir.), « Relectures d’histoire coloniale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 99, 2006.

7 François Jarrige, « Eric Hobsbawm, l’histoire et l’engagement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 120, 2013, p. 157-164 ; Charles Buttier, Caroline Fayolle (dir.), « Écrire l’histoire des révolutions, un engagement », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 144, 2019.

8 « Pierre Gaxotte défendait dans ses ouvrages une vision traditionnelle et classique de l’Histoire », <https://www.academie-francaise.fr/les-immortels/pierre-gaxotte>.

9 Gérard Noiriel, Dire la vérité au pouvoir. Les intellectuels en question, nouvelle éd. revue et actualisée, Paris, Agone, coll. « Éléments », 2010, p. 209.

10 Guy Lemarchand, « Marxisme et histoire en France », Partie I, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 120, p. 171-180 ; « Marxisme et histoire en France », Partie II, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 121, p. 217-236.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 152 | 2022, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 20 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18714 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18714

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search