Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153Le Mot de la rédaction

Texte intégral

  • 1 Grégoire Le Quang (dir.), « Extrême droite. De la marginalité au pouvoir ? », Cahiers d’histoire. R (...)
  • 2 Olivier Mahéo, Bertrand Michel, Héloïse Morel, Thierry Pastorello (dir.), « Morale sexuelle et comm (...)
  • 3 Chloé Maurel (dir.), « Routes de la soie, de la Préhistoire à demain », Cahiers d’histoire. Revue d (...)

1De l’extrême-droite au travail animal, la marche éditoriale des Cahiers d’histoire est-elle aussi hasardeuse que la succession des titres des dossiers peut le suggérer à un coup d’œil rapide1 ? Faire entrer les animaux dans notre histoire politique peut surprendre encore aujourd’hui le lecteur, la lectrice d’une revue qui s’inscrit dans le temps, souvent moyennement long, voire court, des conflits sociaux, des constructions sociales alternatives aux rapports de domination. Temps courts, comme le dossier « Morale sexuelle et communisme » dans l’entre-deux guerres, publié en 2021, ou « Produire en coopérative », à paraître en 2023 ou encore le dossier en préparation sur la « Françafrique »2. Bien sûr, nous croisons cela avec du temps long, comme nous venons de le proposer à travers des études autour des « Routes de la soie », saisies, réelles et fantasmées, dans le temps long des sociétés occidentales3. Ou comme nous le proposons dans ce numéro 153 des Cahiers d’histoire, centré sur « la domestication et l’exploitation des animaux, de l’Antiquité à nos jours ».

2Nous sortons de deux campagnes politiques dans lesquelles l’extrême-droite a occupé bien souvent le devant de la scène et où ses thèmes favoris sur les identités, nationales, religieuses, sur la surveillance et la répression, ont dominé les débats. Cela a finalement laissé peu de place, en dépit de l’inquiétude dite et redite, pour le climat, au temps long, et notamment aux transformations des liens des hommes et de ce qu’ils qualifient de « nature », ce qu’ils désignent comme leur « environnement », dans lequel ils englobent ce que le 19e siècle, en proie à la passion du classement, a nommé couramment « le règne animal ».

3De plus, les recherches et les essais sur les animaux ont pu apparaître longtemps, dans des lectures marxistes réductrices, comme des dérivatifs éloignant de l’essentiel, les formes de domination, d’exploitation entre humains au sein des processus de production, voire ont pu être accusées de minimiser les souffrances humaines tout en rendant les humains globalement coupables d’exploitation.

  • 4 Roméo Bondon, Le Bestiaire libertaire d’Élisée Reclus, Lyon, Atelier de création libertaire, 2020.
  • 5 Cité dans Roméo Bondon et Élias Boijean, Cause animale, luttes sociales, Paris, Le Passager clandes (...)

4Pourtant, les travaux qui témoignent de la constance de l’interrogation des humains sur la présence animale, sur les rapports d’étrangeté et d’empathie avec les « bêtes » comme révélateurs des sensibilités et des fonctionnements sociaux, sont maintenant anciens. La riche introduction du dossier suggère l’importance de la bibliographie existante, depuis le contexte préhistorique jusqu’à aujourd’hui. Elle renvoie notamment aux recherches et publications de l’anthropologue et archéologue, Nerissa Russell. Aussi, de longue date, les mises en cause des violences sociales, dans le temps proche des 19e et 20e siècles, par les courants socialistes et anarchistes, ont inclus par analogie, mais aussi comme dimension du réel social, la place faite aux animaux. Ainsi de l’importance du végétarisme accompagnant la condamnation des nouvelles formes d’exploitation des animaux, telle que la condition animale dans les abattoirs des sociétés en cours d’industrialisation au 19e siècle. Les prises de position, parmi d’autres, du géographe et anarchiste Élisée Reclus sont maintenant bien connues4. Il en est de même des engagements de la féministe Marie Huot à la fin du 19e siècle, qui s’oppose comme beaucoup d’autres républicaines et républicains radicaux à la tauromachie et ose interrompre des vivisections, mettant « le droit des animaux » au rang des principes que le 19e siècle s’honorera d’avoir soutenus5. On trouve beaucoup de femmes dans ces réflexions et ces actions qui réclament le respect des droits pour les animaux, comme pour d’autres êtres dominés, dont elles-mêmes.

  • 6 Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique ont publié en 2016 dans le n° 130 un dossier diri (...)

5Le retour actuel d’interrogations vives sur la pertinence, la « soutenabilité » des formes contemporaines de nos fonctionnements sociaux, a accéléré le développement d’une sensibilité nouvelle parmi les philosophes et les chercheur·ses en sciences sociales aux problématiques de l’insertion des animaux dans la vie humaine et de la place de la vie humaine au sein du vivant. Les Cahiers d’histoire ont rendu compte par petites touches de ce profond renouvellement épistémologique6. Ces travaux de types divers montrent non seulement l’omniprésence de l’animal dans les vies humaines, dans toutes les dimensions des vies culturelles, économiques, rêvées, fantasmées, mais aussi que le statut de l’animal, ses usages comme les peurs qu’il véhicule, dit beaucoup de l’organisation sociale et des ressorts des dominations.

  • 7 Will Kymlicka et Sue Donaldson, Zoopolis. Une théorie politique du droit des animaux, Paris, Alma É (...)

6Depuis plusieurs décennies, des publications de philosophes, de sociologues, d’anthropologues ont ouvert cette voie. La dense introduction des coordonnateurs du présent dossier, lui-même transdisciplinaire, l’historien Pierre Serna et la philosophe Benedetta Piazzesi, fournit des repères dans ce cheminement intellectuel de moyen terme, particulièrement fécond en Amérique du Nord. Les références sont nombreuses à des auteur·trices souvent peu traduits en français, y compris le très connu penseur étatsunien James S. Scott. Plus récemment en France, les publications savantes, comme les publications courtes, se sont multipliées, ainsi que les numéros de revues. Impossible de rendre compte des débats intenses qu’a suscité le retour de ces problématiques. Citons comme moment du débat public la publication en France de Zoopolis. Une théorie politique du droit des animaux, de Will Kymlicka et Sue Donaldson en 2016, et la réception du livre par le philosophe Pierre Charbonnier dans Tracé. Revue de sciences humaines. Le philosophe y publie un long article qui replace dans le débat les options des auteurs au sein des diverses propositions en cours d’élaboration7.

  • 8 Pierre Serna, L’Animal en République (1789-1802). Genèse du droit des bêtes, Toulouse, Anarcharsis, (...)
  • 9 Quentin Deluermoz et François Jarrige, « Introduction. Écrire l’histoire des animaux », dans La Par (...)

7Dans le champ de l’histoire, l’introduction rappelle les travaux pionniers de Pierre Serna, ses livres sur le sujet et le dossier publié dans les Annales historiques de la Révolution française en 2014, « L’animal en révolution8 ». Elle mentionne aussi la somme coordonnée par Quentin Deluermoz et François Jarrige pour la Revue d’histoire du XIXe siècle en 2017, « La part animale du XIXe siècle9 ». Le rapport aux animaux est désormais bien compris comme une dimension politique de la vie en société.

  • 10 Référence à l’axe épistémologique transversal du laboratoire Criham (Centre de recherche interdisci (...)

8Le numéro des Cahiers d’histoire s’extirpe difficilement de la passion animale. L’histoire de la Commune, évoquée ici par Alain Ruscio dans ses rapports avec la question coloniale dans « Chantiers », est pleine elle aussi de rapports heureux et malheureux avec les animaux qui hantent nos imaginaires, même s’ils ne sont pas mobilisés explicitement ici. Dans « Métiers », Didier Monciaud propose un hommage richement documenté à l’historien du monde arabe, Jacques Couland. Quelle place a fait Jacques Couland aux animaux dans ses analyses ? La question est encore surprenante pour nous et on est curieux de savoir comment il l’aurait lui-même accueillie, mais, pour sûr, des historien·nes la poseront dans l’avenir. De même, l’entretien précieux avec Pierre Vilar que nous confie Peter Schöttler, publié ici dans « Débats », bien que parlant de « production » et de « classe », ne fait de place explicite ni à la nature ni aux animaux. Disjonction des historiographies dans le temps, les espaces culturels et idéologiques ? Nous poursuivons notre travail de rapprochement des tissages réalisés par les chercheurs et chercheuses sur les sociétés passées, pas nécessairement pour coudre tant bien que mal les toiles ensemble, mais pour mieux comprendre les textures spécifiques de chacune par les effets d’écart, les effets de surprise, mieux cerner les richesses spécifiques comme les effets de point de vue et les « angles morts », ces inévitables et indispensables impensés, dans les recherches au passé comme au présent10.

  • 11 Le débat se tiendra le samedi 10 septembre à 10 h 45, Village du livre, Fête de l’Humanité au Pless (...)

9Dans l’immédiat ou presque, les Cahiers d’histoire retrouveront les animaux, et singulièrement le travail des animaux, lors d’un débat rassemblant autour de Pierre Serna et Benedetta Piazzesi leurs invité·es, auteurs et autrices du dossier, dans le cadre du grand forum des idées de la rentrée, la fête du journal l’Humanité. La rédaction des Cahiers d’histoire sera heureuse de vous y recevoir, avant de vous proposer de partager d’autres horizons, notamment celui des luttes du peuple qui vit de la mer, à l’occasion des prochains Rendez-vous de l’histoire de Blois11.

Haut de page

Notes

1 Grégoire Le Quang (dir.), « Extrême droite. De la marginalité au pouvoir ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 152, 2022.

2 Olivier Mahéo, Bertrand Michel, Héloïse Morel, Thierry Pastorello (dir.), « Morale sexuelle et communisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 150, 2021 ; n° 155 des Cahiers d’histoire, coordonné par David Hamelin et Sébastien Jahan, « Produire en coopérative » à paraître au 1er trimestre 2023 ; n° 156, à propos de la Françafrique, coordonné par Sébastien Jahan, à paraître au 2e trimestre 2023).

3 Chloé Maurel (dir.), « Routes de la soie, de la Préhistoire à demain », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 151, 2021.

4 Roméo Bondon, Le Bestiaire libertaire d’Élisée Reclus, Lyon, Atelier de création libertaire, 2020.

5 Cité dans Roméo Bondon et Élias Boijean, Cause animale, luttes sociales, Paris, Le Passager clandestin, 2021.

6 Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique ont publié en 2016 dans le n° 130 un dossier dirigé par Sébastien Jahan et Jérôme Lamy, « Écosocialisme et politique ». Aussi de nombreux comptes rendus ont été publiés dans « Livres lus », notamment des écrits de l’anthropologue Philippe Descola, ou d’ouvrages aussi divers que Richard Grove, Les Îles du Paradis. L’invention de l’écologie aux colonies, 1660-1854, Paris, La Découverte, 2013 (n° 131, 2016) ou Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et civilisation. Une histoire politique de Victor de l’Aveyron, Paris, Fayard, 2016 (n° 136, 2017), ou encore Murray Bookchin, Pour une écologie sociale et radicale, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, 2014 (n° 130, 2016, sous la plume de l’historien des sciences et épistémologue Jérôme Lamy).

7 Will Kymlicka et Sue Donaldson, Zoopolis. Une théorie politique du droit des animaux, Paris, Alma Éditeur, 2016 (traduction du livre en anglais, Zoopolis. A Political Theory of Animal Rights publié par Oxford University Press en 2011) ; Pierre Charbonnier, « Prendre les animaux au sérieux : de l’animal politique à la politique des animaux », Tracés. Revue de Sciences humaines, en ligne : <http://journals.openedition.org/traces/6273> .

8 Pierre Serna, L’Animal en République (1789-1802). Genèse du droit des bêtes, Toulouse, Anarcharsis, 2016 ; Pierre Serna, Comme des bêtes. Histoire politique de l’animal en Révolution, 1750-1840, Paris, Fayard, 2017 ; Pierre Serna (dir.), « L’animal en révolution », Annales historiques de la Révolution française, n° 377, juillet-septembre 2014.

9 Quentin Deluermoz et François Jarrige, « Introduction. Écrire l’histoire des animaux », dans La Part animale du XIXe siècle, Revue d’histoire du XIXe siècle, 54, 2017, p. 15-29.

10 Référence à l’axe épistémologique transversal du laboratoire Criham (Centre de recherche interdisciplinaire Histoire, Arts, Musicologie) de l’université de Poitiers, coordonné par l’historienne Laurence Montel.

11 Le débat se tiendra le samedi 10 septembre à 10 h 45, Village du livre, Fête de l’Humanité au Plessis-Pâté/Brétigny-sur-Orge. Quant aux « Travailleurs de la mer », ils sont au cœur du n° 154 des Cahiers d’histoire. Dossier et débat aux Rendez-vous de l’histoire de Blois seront coordonnés par John Barzman, Olivier Mahéo et Laurence Montel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction  »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 153 | 2022, 5-9.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le Mot de la rédaction  »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 01 août 2022, consulté le 24 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18854 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18854

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search