Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153CHANTIERSCommune(s), communards, question ...

Résumés

Dans la saga ouvrière et socialiste, puis plus tard communiste, la Commune de Paris tient, à juste titre, une place de choix. Or, son histoire héroïque et tragique se trouve quasiment à mi-chemin entre deux moments importants du mouvement d’expansion coloniale, la conquête de l’Algérie (1830) et l’achèvement de cette expansion (Maroc, 1912). Les Communards n’eurent évidemment ni le temps ni sans doute la capacité de réfléchir à la question coloniale. Ils y ont pourtant été confrontés à diverses occasions : d’abord par la présence, certes minoritaire, de colonisés sur le pavé parisien en 1871 ; puis, plus tard, lorsque ces « damnés de la terre » en exil croisèrent le destin d’autres victimes, les Kanak (orthographe d’époque : Canaques). Il y eut d’ailleurs, durant cet exil, un épisode tragique : la révolte des colonisés de 1878. Bien des Communards ne comprirent aucunement les raisons – et encore moins les formes – de cette révolte. Certains, hélas, participèrent même à la répression. La grande figure internationaliste de Louise Michel, qui partagea un temps la vie des Kanak et soutint leur lutte, n’en est que plus remarquable.

Haut de page

Texte intégral

1Le mouvement communard a croisé l’histoire de la France coloniale en trois occasions, assez différentes. La première, dans le cours même des événements, fut la présence de (rares) colonisés dans Paris intra muros à ce moment, soit insurgés eux-mêmes, soit simples passants devenus de fait prisonniers des événements. Le second lien, plus sémantique que politique et historique, a été la proclamation d’une Commune d’Alger, constituée par les Français républicains de cette ville. Enfin, en Kanaky, que les Français avaient rebaptisée Nouvelle-Calédonie, les déportés communards connurent une cohabitation avec les populations locales qui n’eut rien d’idyllique.

Des colonisés communards

  • 1 Henri Alleg, « Le torrent souterrain », dans Henri Alleg (dir.), La Guerre d’Algérie, vol. I, Paris (...)

2La Commune fut un mouvement internationaliste, regroupant dans ses rangs – et élisant – des Polonais (Dombrowicz), des Italiens (Amilcar Cipriani, Menotti Garibaldi, fils du grand révolutionnaire), des Hongrois (Léo Frankel), dont certains sont passés à la postérité. Elle compta également, c’est moins connu, 5 Algériens et 20 Africains, dont l’histoire n’a pas retenu les noms, à une exception près1.

  • 2 Marcel Cerf, Maxime Lisbonne, le D’Artagnan de la Commune, Paris, Le Pavillon, 1967. Voir également (...)

3Sauf erreur ou omission, un colonisé au moins a échappé à un total anonymat. Il s’appelait Mohammed Ben Ali, un tirailleur algérien devenu l’ordonnance de Maxime Lisbonne, souvent appelé « le D’Artagnan de la Commune2 ». Jules Vallès, dans son récit L’Insurgé, évoque sa triste fin :

  • 3 Jacques Vingtras. L’Insurgé. 1871, Paris, G. Charpentier & Cie, 1886.

« Nous nous étendons chacun sur une vareuse, avec une giberne pour oreiller, pas bien loin d’un lit où est allongé, hideux dans son costume bleu de ciel, un turco, l’ordonnance de Lisbonne, qui hier a été mis en capilotade par un obus, et dont le crâne défoncé a l’air d’avoir été rongé par les rats. »3

  • 4 Maxime Vuillaume, « La proclamation de la Commune » (brochure non signée), dans Hommes et Choses du (...)
  • 5 Auguste Raffet, Paris sous la Commune, 1885, Reprint Paris, Éditions Dittmar, 2002.
  • 6 « Le troisième bataillon est celui des Turcos, dont le commandant Wolff sera tué au combat, sans qu (...)

4Dans divers témoignages, il est plusieurs fois question d’un bataillon de « Turcos ». Ces tirailleurs algériens étaient connus et même fort appréciés des Parisiens depuis la guerre de Crimée (1853-1856) et l’implantation en France qui s’ensuivit. Au détour d’une phrase, par exemple sous la plume de Maxime Vuillaume, on apprend qu’un certain bataillon « Enfants du Père Duchesne » était en garnison « à côté des Turcos de la Commune ». Plus tard, place de l’Hôtel-de-Ville, le même a vu dans la foule « un Turco nègre hilare4 ». Dans les dessins d’Auguste Raffet représentant des uniformes de la Commune, on voit des vestes de Turcos5. Tout cela est bien maigre, et il semble que les recherches des historiens spécialisés n’aient pas abouti à d’autres témoignages6.

  • 7 Le Soir, 13 février 1872 ; repris dans Contes du lundi, Paris, Lemerre, 1873.
  • 8 Jean-Pierre Pécau, Benoît Dellac et Thorn, L’Homme de l’année, 1871. L’un des héros de la Commune d (...)

5Par contre, ces Turcos passèrent à la postérité grâce à la plume d’Alphonse Daudet. On sait combien les grands écrivains de l’époque furent haineux envers la Commune, et Daudet participa à la curée. Il fut pourtant auteur d’une nouvelle sensible, Le Turco de la Commune, qui contait la triste aventure de « Kadour, de la tribu du Djendel », engagé dans l’armée impériale en 1870, qui ne comprit rien aux événements (il ne parlait pas français). Lorsque son bataillon fut en déroute devant les Prussiens, il erra quelque temps, avant de se retrouver par hasard dans les rues de Paris, enrôlé sans rien comprendre du côté des Communards, et finit par être fusillé par les Versaillais7. Certains auteurs affirment que Daudet s’est inspiré d’un personnage réel, qui n’avait rien d’un Algérien, un certain Abdullah, en fait un Abyssin, fils adoptif d’Antoine D’Abbadie, grand voyageur, géographe, membre de l’Institut. Devenu adulte, Abdullah se serait effectivement engagé dans les Turcos, puis rallié – mais lui, en connaissance de cause – à la Commune et aurait finalement été abattu par les Versaillais8.

6On peut imaginer que, s’il restait des « indigènes » dans les rangs des Communards en mai, ils furent l’objet d’une haine plus farouche encore de la part des Versaillais et qu’ils furent fusillés.

Une Commune d’Alger… pour les seuls Européens9

  • 9 Claude Martin, La Commune d’Alger (1870-1871), Paris, Heraklès, 1936 ; Marcel Émerit, « La question (...)
  • 10 Cité par Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), vol. I, Paris, Pu (...)
  • 11 Journal des débats, 7 septembre 1870.

7La chute du Second Empire fut saluée avec enthousiasme en Algérie par la majorité des Européens, très majoritairement républicains. Mais « républicain », dans cette terre coloniale, avait un sens différent de celui de la métropole. Pour eux, la politique dite du « royaume arabe » de Napoléon III et de ses soutiens, les officiers, était une folie indigénophile : « Depuis quelques années, on ne parle que des droits sacrés des indigènes ; ne serait-il pas opportun d’invoquer ceux non moins sacrés des colons ? », avait déclaré leur porte-parole, Eugène Warnier (1863)10. Dès le 4 septembre 1870, une Association républicaine présidée par le maire, Romuald Vuillermoz, envoya un message de soutien au nouveau gouvernement de Paris. Une Commune d’Alger vit le jour. Mais elle n’avait aucune similitude avec celle de Paris, qui lui succéda : elle était certes un mouvement républicain, mais mené exclusivement par des Européens, colons bien sûr, mais aussi petits commerçants et artisans. Dès le 5 septembre, Gambetta, tout nouveau ministre de l’Intérieur, nomma Auguste Warnier préfet du département d’Alger11, promotion significative.

  • 12 Certaines biographies le présentent comme le comte de Calvinhac.

8Six mois plus tard, la proclamation de la Commune de Paris divisa les rangs des républicains algérois. Une minorité socialisante envoya à Paris trois délégués, Alexandre Lambert, Lucien Rabuel et Louis Calvinhac12. Ils firent une proclamation le 28 mars 1871 :

  • 13 Dans Journal des journaux de la Commune. Tableau résumé de la presse quotidienne, du 19 mars au 24  (...)

« Les délégués de l’Algérie déclarent, au nom de tous leurs commettants, adhérer de la façon la plus absolue à la Commune de Paris. L’Algérie tout entière revendique les libertés communales. Opprimée pendant quarante années par la double centralisation de l’armée et de l’administration, la colonie a compris depuis longtemps que l’affranchissement complet de la commune est le seul moyen pour elle d’arriver à la liberté et à la prospérité. »13

  • 14 Journal des débats, 1er avril 1871.

9À l’opposé, le Journal officiel de Versailles fit paraître une véhémente protestation contre cet appel, signée du représentant de Constantine, Marcel Lucet14.

  • 15 Jean-Luc Labbé, notice « Lambert Alexandre », Dictionnaire biographique Maitron, Mouvement ouvrier, (...)
  • 16 Nous n’avons pas retrouvé trace de son passé algérien avant 1871.
  • 17 Alphonse Bertrand, La Chambre de 1893. Biographies des 681 députés, avec avertissement et documents (...)

10Lambert, ancien proscrit de 1852, exilé en Algérie où il était devenu journaliste, devint durant la Commune délégué de l’Algérie au sein d’un Comité de sûreté générale et de l’intérieur, chef de bureau au ministère de l’Intérieur (presse)15. Il combattit ensuite sur les barricades lors de la Semaine sanglante et y fut tué. Rabuel16 fut ensuite déporté en Nouvelle-Calédonie. Calvinhac fut arrêté le 8 juin 1871, interné, puis condamné à un an de prison et 500 francs d’amende. Il ne retourna pas en Algérie et fit une carrière politique sous la IIIe République, toujours à l’extrême gauche17.

Face à la révolte kabyle

11La révolte de Mohand Amokrane, dit El-Mokrani, qui éclata en Kabylie en mars-avril 1871, le plus vaste mouvement insurrectionnel de l’histoire de l’Algérie entre la reddition d’Abd-el-Kader et le début de la guerre d’indépendance, allait-elle donner aux Communards l’occasion de réfléchir au sort des colonisés ? Il n’en fut rien.

  • 18 « Affaire de l’Oued-Okris (subdivision d’Aumale) », dans Réimpression du Journal officiel de la Rép (...)
  • 19 « Algérie », Journal officiel de la Commune, op. cit., 8 mai 1871 (Gallica).

12Dans le Paris communard, l’accaparement par la gestion au quotidien et par la nécessaire préparation de la résistance à Versailles, ainsi que la sous-information sur la révolte kabyle, expliquent la quasi-absence de réactions. Et les (rares) traces que l’on trouve dans les écrits communards sont bien dans le ton de l’époque : dénonciation des insurgés, appelés « l’ennemi » ou « les rebelles »18, exaltation de nos soldats, qui « font vaillamment le coup de feu19 »…

  • 20 Un rectificatif ultérieur précisera qu’il s’agissait du journal La Paix (et non La Patrie), Journal (...)

13A fortiori pour les Communards algérois. Le délégué déjà cité, Alexandre Lambert, éprouva même le besoin de démentir tout lien entre les deux mouvements – et même à se porter garant d’une meilleure efficacité dans la lutte contre les « indigènes » – dans une lettre au rédacteur en chef de la feuille versaillaise La Patrie20 :

« Fidèle à votre rôle d’alarmiste et d’ennemi déclaré de la Commune, vous parlez de troubles survenus en Algérie et vous en exagérez la gravité pour en effrayer l’opinion publique. Vous commettez une action plus mauvaise encore en insinuant que cette insurrection est l’œuvre des nombreux amis que la Commune possède en Algérie. Délégué élu par la ville d’Alger, je vous affirme :

Que tous les colons algériens veulent pour eux et pour la France la Commune,

Que tous les colons algériens sont intéressés à maintenir le calme et l’ordre chez les indigènes, et qu’ils en viendraient facilement à bout s’ils avaient la Commune et toutes les libertés qu’elle comporte,

  • 21 Les bureaux arabes, fondés sous le Second Empire, étaient entre les mains des officiers. Il se pass (...)
  • 22 Journal officiel de la Commune, op. cit., 3 mai 1871.

Que toutes les insurrections algériennes sont depuis longtemps l’œuvre préméditée des bureaux arabes21. Ce fait est si vrai, que le gouvernement a rendu un décret ordonnant de poursuivre devant les conseils de guerre les officiers dans le commandement desquels une insurrection éclaterait ; mais ce décret est demeuré inappliqué. » (Communiqué, 1er mai 1871)22

La déportation en Kanaky23

  • 23 Par respect pour les demandes du mouvement national de cette île, nous avons adopté les appellation (...)
  • 24 Eugène Morand, Le Figaro, 6 février 1872.
  • 25 Roger Pérennès, Déportés et forçats de la Commune, de Belleville à Nouméa, Nantes, Ouest Éditions/U (...)
  • 26 Alban Bensa, Nouvelle-Calédonie. Un paradis dans la tourmente, Paris, Gallimard, coll. « Découverte (...)

14Une fois la grande répression de la Semaine sanglante passée, la bourgeoisie versaillaise voulut poursuivre et achever l’« assainissement » de la société française. La déportation en Kanaky fut l’une des solutions trouvées. Les Communards condamnés, d’abord retenus au bagne de Toulon, commencèrent à être dirigés vers la « Grande Île ». Le premier bateau partit le 1er février 187224 (par une curieuse conception du droit, la loi fixant la Kanaky comme lieu de déportation ne fut adoptée que le 23 mars25). En tout, 4 250 femmes et hommes furent déportés, 400 y laissèrent la vie par maladie, fatigue, certains par désespoir26.

15Comment ces déportés comprirent-ils (ou ne comprirent-ils pas) la situation coloniale ? Quelle fut leur attitude lors de la grande révolte kanak de 1878 ? Comment, par ailleurs, observèrent-ils d’autres proscrits, les Kabyles révoltés en 1871 ?

  • 27 Jean Baronnet et Jean Chalou, Communards en Nouvelle-Calédonie. Histoire de la déportation, Paris, (...)
  • 28 Alice Bullard, Exile to Paradise : Savagery and Civilization in Paris and the South Pacific, 1790-1 (...)

16Les témoignages que nous possédons sur leur vie quotidienne montrent que, dans leur majorité, ces « damnés (blancs) de la terre » ne manifestèrent guère à leurs compagnons de misère kanak qu’un « intérêt de lointaine curiosité27 » dans la plupart des cas, parfois même du dédain et du mépris28.

17En 1878, ils furent confrontés à la grande insurrection des « indigènes ». Contrairement à ce qu’on aurait pu attendre de la part de ces anciens insurgés, rares furent ceux qui comprirent ce mouvement. Évidemment, chacun a en tête l’exception prestigieuse de Louise Michel, même si elle n’eut pas immédiatement la claire compréhension de la révolte quelle s’attribua des années plus tard.

La révolte de 1878 : l’empathie de Louise Michel et de quelques (rares) autres…

  • 29 Louise Michel, Mémoires écrits par elle-même, Paris, F. Roy, 1886 ; Je vous écris de ma nuit. Corre (...)
  • 30 Lettre au citoyen Paysan et à nos amis, non datée (Joël Dauphiné, op. cit.).
  • 31 Légendes et chants de gestes canaques, Paris, Kéva & Cie, 1885 (Gallica).

18Comment ne pas commencer une étude sur ce sujet sans citer en tout premier lieu Louise Michel29 ? Son esprit ouvert, avide en permanence de connaissances nouvelles, la servit dans l’épreuve de l’exil. Encore en mer sur le navire La Virginie, elle écrivit, avant même le premier contact avec la colonie : « Avec les sauvages, il y aura le but doublement humanitaire d’empêcher qu’on ne les refoule par le canon en les civilisant et de faire des études historiques vraies dans les ruines » (lettre, 187330). Elle commença d’ailleurs à appliquer ce principe en recueillant les légendes, qu’elle publia dans un journal, Les Petites affiches. Revenue en France, elle réunit ces textes en volume31 (même si les spécialistes sont dubitatifs sur le caractère authentique de toutes les légendes). Louise, cependant, partagea parfois le paternalisme – et dans son cas le maternalisme – ambiant de son temps :

  • 32 Dans Je vous écris de ma nuit, op. cit.

« J’espère, dans mes excursions pour la Société de géographie, apprendre aux Kanaks à nous égaler, ce qui ne sera pas si difficile qu’on le croit. Cette race qui s’éteint, au lieu d’être broyée à coups de canon et dépossédée, pourrait contracter des alliances avec la nôtre, ce qui produirait une nation intelligente et forte, du moins un peu plus que les nôtres qui sont lâches et bien bêtes. » (lettre, 28 août 1875)32

19Prit-elle fait et cause pour eux lors de la grande révolte de 1878, comme elle l’a raconté ? Deux ans après son retour (novembre 1880), elle fut attaquée assez bassement, lors d’un meeting, par un participant, un certain Bernadotte, qui l’accusa d’avoir fomenté la révolte kanak pour « écraser les Communards ». Elle répondit :

  • 33 Elle n’adoptera le drapeau noir qu’à son retour en France (déclaration lors d’un meeting, 18 mars 1 (...)
  • 34 « Louise Michel mouchard » (titre étonnant, car l’article lave la militante de ce soupçon), Le Gaul (...)

« Lors de l’insurrection des Canaques, deux chefs que je connaissais vinrent me voir et m’apprirent leur résolution de se joindre aux révoltés. Je partageai entre eux le dernier morceau de mon écharpe rouge33 au moment où ils se mirent à la nage pour s’éloigner des avant-postes français. »34

20Des années plus tard, elle reprit ce récit dans ses Mémoires :

« Parmi les déportés, les uns prenaient parti pour les Canaques, les autres contre. Pour ma part, j’étais absolument pour eux. (…) Pendant l’insurrection canaque, par une nuit de tempête, j’entendis frapper à la porte de mon compartiment de la case.

- Qui est là ? demandai-je.

- Taïau (amis), répondit-on.

Je reconnus la voix de nos Canaques apporteurs des vivres. C’étaient eux, en effet ; ils venaient me dire adieu avant de s’en aller à la nage par la tempête rejoindre les leurs, pour battre méchants Blancs, disaient-ils.

  • 35 La Commune. Histoire et souvenirs, Paris, Stock, 1898.

Alors, cette écharpe rouge de la Commune que j’avais conservée à travers mille difficultés, je la partageai en deux et la leur donnai en souvenir. »35

  • 36 Op. cit.

21La scène est belle. Malheureusement, la correspondance de Louise, contemporaine de la révolte, ne la signale quasiment pas. L’historien Joël Dauphiné est dubitatif sur la véracité de cette scène. La thèse qu’il soutient est la suivante : sur place, Louise Michel a sans doute eu plutôt de la sympathie pour la révolte. Puis, n’ayant comme informations que celles que lui donnaient les Européens – massacres épouvantables, mutilations, scènes d’anthropophagie –, elle fut sans doute quelque peu effrayée, d’où peut-être son silence gêné. Ce n’est que plus tard, de retour en France, qu’elle a été mise dans la possibilité de comprendre la révolte. D’où son récit, où elle s’attribue un rôle qu’elle n’a (peut-être) pas complètement tenu36.

22L’année qui suivit la révolte, le gouverneur accepta qu’elle vienne à Nouméa reprendre son métier d’institutrice. Elle fut un temps en charge d’écoles d’enfants de bagnards, puis des jeunes filles de la ville. Fut-elle également institutrice des Kanak ? Les réponses divergent.

23Ils ne furent pas nombreux, les Communards qui, à l’image de la grande Louise, firent l’effort de comprendre les Kanak.

24Un autre militant libertaire, Charles Malato, écrivit lui aussi – mais il est vrai quinze années plus tard – un ouvrage de Mémoires dans lequel il prit leur défense :

  • 37 Ses parents, également communards, avaient été déportés avec lui.
  • 38 De la Commune à l’Anarchie, Paris, P.V. Stock, 1894, cité sur le site de René Merle.

« L’ennemi ! Faut-il donc l’appeler ainsi, ce peuple noir qui combat pour son indépendance ? Proscrits pour la cause de la liberté, allons-nous passer du côté des oppresseurs ? Telles sont les questions que mes parents37 et moi nous nous posons avec amertume. Hélas ! la réponse n’est que trop claire. Oui, ces hommes, en se soulevant contre l’autorité, ont pour eux le droit naturel. Ils veulent vivre à leur guise, sur le sol où ils sont nés : rien de plus juste. »38

La révolte de 1878 : des Communards chasseurs de Kanak

25Maigre bilan. Les Communards, qui chantaient sans doute « Quand tous les pauvres s’y mettront… » (Jean-Baptiste Clément, La Semaine sanglante, 1871), dans leur majorité ne comprirent pas la protestation de plus pauvres encore qu’eux.

26La première cause de cette incompréhension réside dans le fait qu’à l’époque, rares, très rares avaient été les militants ouvriers qui s’étaient interrogés sur la question coloniale, peu importante avant 1871. Plus grave encore fut le regard porté sur ces « sauvages », ces « cannibales ». Un déporté, Cavarey, partit d’une constatation qui, à ses yeux, était d’évidence : « Tout le monde est d’avis que, pour rendre la sécurité à la colonisation, il est nécessaire que la plus grande partie de ce peuple disparaisse ». L’ex-Communard avançait donc sa « solution », qui avait l’avantage de ne pas faire « dépenser une trop grande quantité de balles » :

  • 39 Cavarey, Album de l’Île des Pins, 27 juillet 1878, cité par Jean Baronnet et Jean Chalou, op. cit.

« Ne pourrait-on pas expédier deux ou trois mille d’entre eux dans celles de nos colonies qui manquent de travailleurs ? La Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et surtout la Réunion les recevraient volontiers et, au milieu d’une population composée d’éléments divers, ces quelques centaines de Canaques seraient évidemment bien peu dangereux. »39

  • 40 Lettre, 1er janvier 1879, cité par Jean Baronnet et Jean Chalou, op. cit.

27Même un futur responsable de premier plan du socialisme émergent, Jean Allemane, s’il ne participa pas personnellement à la répression, jugea sévèrement « ces cannibales40 ».

28Pour un autre témoin, Victor Cosse, la simple comparaison entre Communards et Kanak révoltés était insultante :

  • 41 Album de l’Île des Pins, vers 1880, cité par Émilie Cappella, Louise Michel, exil en Nouvelle-Caléd (...)

« Colons très involontaires, nous faisons en somme partie d’une société européenne égarée à six mille cinq cents lieues de notre France et livrée à toutes les brutalités de peuples un peu trop primitifs. Depuis bientôt six ans que nous sommes ici, il s’est établi entre la population civile et nous des relations qui nous commandent la sympathie pour les colons qui essayent, si loin de chez nous, un agrandissement de la France et une richesse nouvelle pour le pays… Vous connaissez tous le mot qui est resté célèbre : “L’insurrection est le plus sain des devoirs”. Pardieu ! Nous l’avons mis en pratique et, un peu beaucoup, à nos risques et périls. Mais encore faut-il que cette insurrection reste loyale et courageuse. Qu’est-ce que ces assassins se glissant dans l’ombre pour égorger des familles inoffensives, pour incendier des récoltes et des habitations, pour anéantir en quelques minutes l’œuvre de plusieurs années d’un labeur assidu ! Qu’est-ce que ces bandits se glissant dans un fond de brousse, à l’abri de tout danger, pour assassiner au passage un officier qui vient accomplir son devoir ? »41

29Et la méfiance était réciproque. D’abord, comment les Kanak auraient-ils pu faire la distinction entre les Blancs, tous assimilés à ceux qui causaient leur malheur ? Malato, déjà cité, avait bien compris que les deux catégories de parias ne pouvaient se comprendre :

  • 42 Op. cit.

30« Mais ils ne distinguent pas, – le pourraient-ils d’ailleurs ? – entre le fonctionnaire qui les opprime, le colon qui lentement les dépossède et le paria bouclé de force dans leur île, de par la rancune politique ou la vindicte sociale. Forçats, déportés, femmes, enfants, vieillards, aussi bien que galonnés et messieurs ventrus, tout ce qui a visage blanc leur est odieux et mérite non seulement la mort, mais la torture la plus cruelle. Et, au milieu de leur œuvre inexorable de destruction, jamais l’éclair de pitié ne jaillit. »42

  • 43 Simon-Mayer, Souvenirs d’un déporté, Étapes d’un forçat politique, Paris, E. Dentu,1880 (Gallica).

31Les (rares) Kanak qui avaient été éduqués, en général par les missionnaires, étaient emplis de méfiance envers ces nouveaux venus d’Europe, ces « sans-dieu ». Les autorités jouaient sur ces rivalités : les Kanak obtenaient même une prime lorsqu’ils ramenaient un Communard en fuite43.

  • 44 Jean Baronnet et Jean Chalou, op. cit.
  • 45 Roger Pérennès, op. cit.

32Circonstance aggravante, lorsque l’insurrection commença, à Bouloupari, trois Communards, Pierre Broussat, Victor Hoiret et Francis Pascal furent parmi les premières victimes, le 26 juin 187844. De ce fait, des Communards se portèrent immédiatement volontaires pour combattre les armes à la main, ce qui fut accepté par les autorités. Un dirigeant de la Commune, par ailleurs membre de l’Association internationale des travailleurs (ou Ière Internationale), Charles Amouroux, prit la tête d’un groupe d’une trentaine de Communards, qui participa à la répression et à la capture d’insurgés45. Récit d’un autre témoin, Henri Berthier :

  • 46 Henri Rivière, capitaine de frégate, chargé de diriger la répression après la mort du colonel Gally (...)
  • 47 Femmes kanak.
  • 48 Récit de la révolte kanak, vers 1890, cité par Gaston Da Costa, La Commune vécue : 18 mars-28 mai 1 (...)

« La situation était extraordinairement périlleuse pour tous les postes du nord de la colonie, car Rivière46 ne disposait que d’un très petit nombre de matelots. (…) Inquiet, le commandant Rivière autorisa son lieutenant, M. Servan, à nous armer. (…) Un soir, la nouvelle se répandit que les tribus révoltées descendaient des hauteurs sur Canala. (…) Nous fîmes notre jonction avec la colonne du commandant Rivière, qui nous félicita cordialement et promit de nous sortir du milieu de forçats dans lequel on avait eu le tort, disait-il, de nous plonger. Les tribus révoltées furent bientôt cernées et faites prisonnières. Les principaux chefs furent traduits devant un conseil de guerre, condamnés à mort et fusillés. Ensuite, nous fumes de nouveau envoyés dans la brousse (…) pour cerner les canaques débandés et les ramener à Canala. Grâce à l’habile tactique de notre chef, l’opération réussit à merveille : après trois journées de manœuvres, nous ramenions à Canala, sans avoir tué personne, une foule de canaques, de popinées47 et d’enfants. Peu après le lieutenant Servan dut nous faire désarmer ; mais il décida qu’on ne nous obligerait plus à aucun travail, et qu’on attendrait l’ordre réclamé par lui et par le commandant Rivière de nous envoyer à la presqu’île Ducos. »48

33Peu de temps après avoir fait le coup de feu avec les Kanak, Amouroux fut amnistié, puis rentra en métropole très rapidement. Il fréquenta les milieux politiques :

  • 49 La Presse, 25 avril 1880.

« On remarquait hier dans les couloirs du Palais-Bourbon M. Amouroux, ancien membre de la Commune, causant avec plusieurs députés. (…) On sait que l’ancien ouvrier chapelier a obtenu sa grâce à la suite de la répression de l’insurrection canaque. Sous la direction de M. Servan, Amouroux avait organisé et conduit une troupe de francs-tireurs composée de forçats communards, troupe qui rendit à cette occasion des services sérieux. »49

34Le plus extraordinaire dans ce récit est que le rapprochement, même partiel, avec l’insurrection de 1871 n’est jamais fait, qu’il paraît même échapper à la réflexion des Communards. Même l’emploi de formules identiques à celles entendues au pied des barricades parisiennes (« Les principaux chefs furent traduits devant un conseil de guerre, condamnés à mort et fusillés ») ne les choque pas.

  • 50 Décret du président de la République en date du 31 décembre 1878. La liste des 24 premiers amnistié (...)
  • 51 Il s’était évadé du bagne, puis s’était fixé à Londres en juin 1874.

35Ce « patriotisme » valut à certains une première amnistie50. Puis une loi générale fut votée le 11 juillet 1880. Henri Rochefort rentra le premier (juillet)51, suivi de ceux qui étaient restés dans la « Grande Île ». Louise Michel fut de retour en métropole le 9 novembre.

36L’un d’eux, Jules Renard – rien à voir, est-il utile de le préciser, avec l’auteur de Poil de carotte – souligna lui-même le « satisfecit » dont il fut l’objet de la part des autorités militaires :

  • 52 1879.
  • 53 Le Retour d’un Amnistié. Notes et impressions d’un passager du « Calvados », Paris, Impr. C. Murat, (...)

« On nous a embarqués le mardi 1er juillet52 dans la matinée. Le lendemain 2, les chefs de plat ont été invités à faire nommer à l’élection des chefs de compartiment ou chefs de poste. Dans l’après-midi, les chefs de poste furent reçus par le commandant. M. Rivière leur dit qu’il avait eu plusieurs de nos camarades sous ses ordres pendant l’insurrection canaque et qu’il avait été satisfait de leur conduite. C’est donc volontiers qu’il nous rapatrie »53.

  • 54 Histoire de l’Algérie racontée aux petits enfants. Leçons, résumés, exercices oraux ou écrits, Alge (...)

37Ce même Jules Renard alla ensuite s’installer en Algérie (Oran), où il devint enseignant et écrivit des ouvrages solidement colonialistes destinés à l’éducation des enfants des écoles54

  • 55 Alban Bensa, op. cit.
  • 56 « Un proscrit de la Commune meurt en Calédonie », l’Humanité, 27 décembre 1923.

38Les derniers déportés communards en Kanaky quittèrent l’île en 1880, seuls une vingtaine, devenus libres, ayant choisi de rester55. Le dernier d’entre eux, Jean Roch, dit Jean Chalier, mourut à Nouméa en décembre 192356.

Destins croisés : Communards et Kabyles insurgés

  • 57 Germaine Mailhé, Déportations en Nouvelle-Calédonie des Communards et des révoltés de la Grande Kab (...)

39La coïncidence des dates permet parfois de faire des rapprochements intéressants. L’insurrection de Kabylie commença le 16 mars 1871, celle de la Commune de Paris deux jours plus tard. Dans les deux cas, les vaincus furent jugés et impitoyablement condamnés par les vainqueurs. On sait que les uns et les autres furent condamnés à la déportation en Kanaky57. On estime qu’il y eut de l’ordre d’une centaine de Kabyles.

  • 58 Les proscrits de la Commune avaient obtenu l’autorisation de publier une presse, évidemment contrôl (...)

40Ces proscrits furent donc amenés à se croiser. Or, les quelques témoignages que l’on possède ne font pas référence à la solidarité des causes, à la similitude des combats. Le 12 octobre 1878, un témoin, qui avait naguère été soldat en Algérie, écrit58 :

  • 59 La confusion entre Kabyles et Arabes était alors générale.
  • 60 Louis Barron, « Nos voisins les Arabes », Le Parisien illustré, 12 octobre 1878, cité sur le site d (...)

« L’Arabe59, en Nouvelle-Calédonie, se trouve dans son cadre naturel. Les arbres, les plantes de cette île intertropicale sont à peu près les arbres et les plantes de son pays, tel point de vue, telle échappée de paysage, entre deux collines arides, semblent avoir été transportées jusqu’ici de certaines régions pauvres de l’Algérie. Peut-être nos compagnons, non mélancoliques mais contemplatifs, songent-ils le soir, quand le soleil couchant empourpre l’horizon de ses derniers feux, aux caprices étranges d’Allah, qui les a voulu placer dans cette image en raccourci de leur patrie. Peut-être, le front tourné vers La Mecque, remercient-ils le Prophète d’avoir ainsi allégé leurs épreuves. Au moins sont-ils assurés d’une compensation dans l’autre monde. S’ils passent sans être blessés sur le fil tranchant du glaive, El-ar, qui les sépare du paradis, ils jouissent pour l’éternité du bonheur de monter à cheval, de boire du vin et de caresser les houris. Tandis que nous !... »60

41Outre des appréciations étonnantes sur les végétations d’Algérie et de Kanaky, ce texte – parmi d’autres – surprend par l’absence de référence aux causes de la révolte des Kabyles. Il ne viendra à personne l’idée de considérer que les Communards, en Kanaky, ont été traités avec douceur. Pourtant, les Kabyles ont eu un sort infiniment pire.

  • 61 Bertrand Jalla, « Quelle amnistie dans les colonies ? L’exemple des condamnés algériens de 1871 », (...)

42D’abord, la loi d’amnistie de juillet 1880, qui permit aux Communards de quitter l’île, ne leur fut pas appliquée. Une circulaire ministérielle d’accompagnement (25 avril 1881) précisa bien que seuls étaient concernés les « faits insurrectionnels survenus sur le territoire métropolitain61 ».

  • 62 « La conférence de la salle Ragache », L’Intransigeant, 31 août 1880.

43À leur retour en France, pourtant, quelques-uns des anciens déportés communards firent connaître le sort de leurs compagnons d’infortune. Dès août, un mois après leur retour, Henri Rochefort et son compagnon d’évasion Olivier Pain organisèrent, salle Ragache, rue Lecourbe à Paris, un meeting exigeant que les insurgés algériens soient inclus dans la loi62. Toutefois, si la protestation partait d’un sentiment noble, l’argumentaire était troublant : Pain insista sur la responsabilité des militaires dans la genèse de l’insurrection (les fameux Bureaux arabes), le dévouement des soldats algériens durant la guerre franco-prussienne, pour conclure par la dénonciation du décret Crémieux (naturalisation en bloc des juifs d’Algérie, octobre 1870). On sait que l’antisémitisme gangréna durablement la gauche française à l’époque. Rochefort, notamment, fut férocement antidreyfusard.

  • 63 « L’amnistie et les Arabes », L’Intransigeant, 10 février 1895.
  • 64 Philippe Dubois, « Les insurgés arabes de 1871 », L’Intransigeant, 12 mars 1895.

44En février 1895, le député de la Guadeloupe, Auguste Isaac, interpela de nouveau le gouvernement à ce propos63. Quelques jours plus tard, L’Intransigeant publia un récapitulatif assez fidèle (mais une fois de plus entaché de considérations antisémites haineuses), rappelant la genèse de l’affaire, la dureté de la répression, et revint sur l’exigence de l’amnistie64.

  • 65 Louise et Annie Gayat, « Kabyles du Pacifique, communards et Nouvelle-Calédonie », site des Amis de (...)

45Un déporté kabyle eut un destin exceptionnel : Aziz El Haddad, fils d’un des cheikhs qui avaient déclenché la révolte de 1871, réussit à s’évader en 1881, passa par l’Australie, vint ensuite en France après un long périple pour réclamer la restitution de ses biens (février 1895). Là, il retrouva un Communard qui était devenu son ami, Charles-Eugène Mourot. Il mourut au domicile de Mourot, au 45 du boulevard Ménilmontant, face au Père-Lachaise. Les anciens Communards se cotisèrent pour rapatrier son corps en Kabylie65.

Haut de page

Notes

1 Henri Alleg, « Le torrent souterrain », dans Henri Alleg (dir.), La Guerre d’Algérie, vol. I, Paris, Temps actuels, 1981.

2 Marcel Cerf, Maxime Lisbonne, le D’Artagnan de la Commune, Paris, Le Pavillon, 1967. Voir également le roman de Didier Daeninckx, Le Banquet des affamés, Paris, Gallimard, 2012.

3 Jacques Vingtras. L’Insurgé. 1871, Paris, G. Charpentier & Cie, 1886.

4 Maxime Vuillaume, « La proclamation de la Commune » (brochure non signée), dans Hommes et Choses du temps de la Commune, Paris 1871, vol. IV, Brochures, Genève-Bruxelles-Londres, 1871 (Gallica).

5 Auguste Raffet, Paris sous la Commune, 1885, Reprint Paris, Éditions Dittmar, 2002.

6 « Le troisième bataillon est celui des Turcos, dont le commandant Wolff sera tué au combat, sans qu’on sache où ni comment. Nous n’avons quasiment rien retrouvé sur cette unité qui semble avoir donné des sueurs froides aux militaires… » (André Thomas, « Les enfants perdus de la Commune », Cultures et Conflits, n° 18, 1995).

7 Le Soir, 13 février 1872 ; repris dans Contes du lundi, Paris, Lemerre, 1873.

8 Jean-Pierre Pécau, Benoît Dellac et Thorn, L’Homme de l’année, 1871. L’un des héros de la Commune de Paris, album de bande dessinée, Paris, Delcourt, 2014. D’autres versions situent sa mort lors des combats de 1870 contre les Prussiens. Voir Le Petit Parisien, 26 mars 1897 (à l’occasion du décès de D’Abbadie).

9 Claude Martin, La Commune d’Alger (1870-1871), Paris, Heraklès, 1936 ; Marcel Émerit, « La question algérienne en 1871 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XIX, avril-juin 1972.

10 Cité par Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), vol. I, Paris, Publications de la faculté des lettres et sciences humaines de Paris-Sorbonne/PUF, 1968.

11 Journal des débats, 7 septembre 1870.

12 Certaines biographies le présentent comme le comte de Calvinhac.

13 Dans Journal des journaux de la Commune. Tableau résumé de la presse quotidienne, du 19 mars au 24 mai 1871. Lois, décrets, proclamations, rapports & informations militaires, séances de la Commune, etc., reproduits d’après le Journal officiel de Paris. Extraits des autres journaux, organes ou défenseurs de la Commune, le tout contrôlé par les dépêches, circulaires et avis du Gouvernement et par des extraits du Journal officiel publié à Versailles, vol. I, Paris, Garnier Frères, Librairies-Éditeurs, 1872 (Gallica).

14 Journal des débats, 1er avril 1871.

15 Jean-Luc Labbé, notice « Lambert Alexandre », Dictionnaire biographique Maitron, Mouvement ouvrier, Mouvement social, <https://maitron.fr/spip.php?article 191291>.

16 Nous n’avons pas retrouvé trace de son passé algérien avant 1871.

17 Alphonse Bertrand, La Chambre de 1893. Biographies des 681 députés, avec avertissement et documents divers, Paris, Ancienne Maison Quantin, Librairies-Imprimeries réunies, 1893 (Gallica).

18 « Affaire de l’Oued-Okris (subdivision d’Aumale) », dans Réimpression du Journal officiel de la République française sous la Commune, du 19 mars au 24 mai 1871, Paris, Victor Bunel Éd., 1871 (Gallica).

19 « Algérie », Journal officiel de la Commune, op. cit., 8 mai 1871 (Gallica).

20 Un rectificatif ultérieur précisera qu’il s’agissait du journal La Paix (et non La Patrie), Journal officiel de la Commune, op. cit., 12 mai 1871.

21 Les bureaux arabes, fondés sous le Second Empire, étaient entre les mains des officiers. Il se passa à cette époque un phénomène étonnant : les militaires se voulurent – et furent souvent – les protecteurs des « indigènes » face aux exactions des colons et des « petits Blancs ».

22 Journal officiel de la Commune, op. cit., 3 mai 1871.

23 Par respect pour les demandes du mouvement national de cette île, nous avons adopté les appellations Kanaky (pour Nouvelle-Calédonie) et Kanak (à la place de Canaque), ce dernier nom étant invariable.

24 Eugène Morand, Le Figaro, 6 février 1872.

25 Roger Pérennès, Déportés et forçats de la Commune, de Belleville à Nouméa, Nantes, Ouest Éditions/Université inter-âges, 1991.

26 Alban Bensa, Nouvelle-Calédonie. Un paradis dans la tourmente, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 1990.

27 Jean Baronnet et Jean Chalou, Communards en Nouvelle-Calédonie. Histoire de la déportation, Paris, Mercure de France, 1987.

28 Alice Bullard, Exile to Paradise : Savagery and Civilization in Paris and the South Pacific, 1790-1900, Stanford, California, Stanford University Press, 2000.

29 Louise Michel, Mémoires écrits par elle-même, Paris, F. Roy, 1886 ; Je vous écris de ma nuit. Correspondance générale, 1850-1904, Paris, Éd. de Paris/Max Chaleil, 1999 ; Émilie Cappella, Louise Michel, exil en Nouvelle-Calédonie, Paris, Magellan & Cie, Coll. « Textes et fragments », 2005 ; Joël Dauphiné, La Déportation de Louise Michel. Vérité et légendes, Paris, Les Indes savantes, 2006.

30 Lettre au citoyen Paysan et à nos amis, non datée (Joël Dauphiné, op. cit.).

31 Légendes et chants de gestes canaques, Paris, Kéva & Cie, 1885 (Gallica).

32 Dans Je vous écris de ma nuit, op. cit.

33 Elle n’adoptera le drapeau noir qu’à son retour en France (déclaration lors d’un meeting, 18 mars 1882) : « Plus de drapeau rouge, mouillé du sang de nos soldats. J’arborerai le drapeau noir, portant le deuil de nos morts et de nos illusions » (Site Internet Le Drapeau noir).

34 « Louise Michel mouchard » (titre étonnant, car l’article lave la militante de ce soupçon), Le Gaulois, 28 septembre 1882.

35 La Commune. Histoire et souvenirs, Paris, Stock, 1898.

36 Op. cit.

37 Ses parents, également communards, avaient été déportés avec lui.

38 De la Commune à l’Anarchie, Paris, P.V. Stock, 1894, cité sur le site de René Merle.

39 Cavarey, Album de l’Île des Pins, 27 juillet 1878, cité par Jean Baronnet et Jean Chalou, op. cit.

40 Lettre, 1er janvier 1879, cité par Jean Baronnet et Jean Chalou, op. cit.

41 Album de l’Île des Pins, vers 1880, cité par Émilie Cappella, Louise Michel, exil en Nouvelle-Calédonie, Paris, Magellan & Cie, Coll. « Textes et fragments », 2005.

42 Op. cit.

43 Simon-Mayer, Souvenirs d’un déporté, Étapes d’un forçat politique, Paris, E. Dentu,1880 (Gallica).

44 Jean Baronnet et Jean Chalou, op. cit.

45 Roger Pérennès, op. cit.

46 Henri Rivière, capitaine de frégate, chargé de diriger la répression après la mort du colonel Gally-Passebosc. C’est ce même Rivière qui devait mourir à Hanoï en 1883.

47 Femmes kanak.

48 Récit de la révolte kanak, vers 1890, cité par Gaston Da Costa, La Commune vécue : 18 mars-28 mai 1871, vol. III, Paris, Librairies-imprimeries réunies, 1905 (Gallica).

49 La Presse, 25 avril 1880.

50 Décret du président de la République en date du 31 décembre 1878. La liste des 24 premiers amnistiés parut au JO du 1er janvier 1879.

51 Il s’était évadé du bagne, puis s’était fixé à Londres en juin 1874.

52 1879.

53 Le Retour d’un Amnistié. Notes et impressions d’un passager du « Calvados », Paris, Impr. C. Murat, 1879 (Gallica).

54 Histoire de l’Algérie racontée aux petits enfants. Leçons, résumés, exercices oraux ou écrits, Alger, Libr. classique Adolphe Jourdan, 1884 (Gallica) ; Les Étapes d’un petit Algérien dans la province d’Oran, ouvrage de lecture publié sous le patronage du Conseil général et de la Société de géographie d’Oran, Paris, Libr. Hachette, 1888.

55 Alban Bensa, op. cit.

56 « Un proscrit de la Commune meurt en Calédonie », l’Humanité, 27 décembre 1923.

57 Germaine Mailhé, Déportations en Nouvelle-Calédonie des Communards et des révoltés de la Grande Kabylie (1872 à 1876), Paris, L’Harmattan, 1994.

58 Les proscrits de la Commune avaient obtenu l’autorisation de publier une presse, évidemment contrôlée. Voir le site de Georges Coquilhat, Ma Nouvelle Calédonie, <https://gnc.jimdofree.com>.

59 La confusion entre Kabyles et Arabes était alors générale.

60 Louis Barron, « Nos voisins les Arabes », Le Parisien illustré, 12 octobre 1878, cité sur le site de Georges Coquilhat.

61 Bertrand Jalla, « Quelle amnistie dans les colonies ? L’exemple des condamnés algériens de 1871 », Ultramarines, AMAROM, Aix-en-Provence, n° 23, 2004.

62 « La conférence de la salle Ragache », L’Intransigeant, 31 août 1880.

63 « L’amnistie et les Arabes », L’Intransigeant, 10 février 1895.

64 Philippe Dubois, « Les insurgés arabes de 1871 », L’Intransigeant, 12 mars 1895.

65 Louise et Annie Gayat, « Kabyles du Pacifique, communards et Nouvelle-Calédonie », site des Amis de la Commune de Paris, 18 mai 2012,<https://www.commune1871.org/images/PhotothequeAmis/pdf/Bulletin_50.pdf>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Ruscio, « Commune(s), communards, question coloniale »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 153 | 2022, 131-144.

Référence électronique

Alain Ruscio, « Commune(s), communards, question coloniale »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 01 août 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18864

Haut de page

Auteur

Alain Ruscio

Docteur en histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search