Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153MÉTIERSTransmettre l'histoireHommage à Jacques Couland (1929-2...

MÉTIERS
Transmettre l'histoire

Hommage à Jacques Couland (1929-2021), spécialiste engagé du monde arabe

Didier Monciaud
p. 147-157

Texte intégral

1Le 8 mai 2021 disparaissait Jacques Couland, historien, universitaire, spécialiste du monde arabe et militant communiste français1. Fils d’un père militaire de carrière, il vit quelques années au Liban, en Syrie et en Algérie avant de continuer ses études secondaires en France. Maître d’internat de 1948 à 1953, il suit des études de philosophie à Aix-en-Provence et obtient une licence de lettres en 1952. Il enseigne dans le secondaire, à Digne, Mont-de-Marsan, puis à Paris au lycée Louis-Le-Grand, de 1956 à 1975. Il obtient une licence d’arabe à l’École nationale des langues orientales, puis étudie à l’Institut des études islamiques. En 1957, il se marie avec Diana Duporges, employée et militante communiste active. Ils résident à Paris, puis à Arcueil dans le Val-de-Marne.

Un universitaire rigoureux et exigeant

2À partir de 1969, Jacques Couland enseigne à Vincennes, future université Paris-8. Consacrée au syndicalisme au Liban, sa thèse de doctorat de troisième cycle en histoire est soutenue à la Sorbonne en 1968. Il intervient dans de nombreux séminaires, conférences et colloques. En 1988, il soutient une thèse d’État, sous la forme d’une habilitation à diriger des recherches, à l’université Paris-8.

3Il dirige 15 thèses de doctorat2 en histoire et en sociologie, consacrées notamment au Liban, à la Syrie, au Yémen, à la Libye, au Soudan, à la Palestine, à l’Iran, à l’Algérie, au Maroc, à la Tunisie, abordant un éventail de thèmes comme le syndicalisme, les mouvements sociaux, les mobilisations politiques, les résistances sociales, les questions économiques, l’histoire politique, l’histoire sociale, la vie urbaine, les classes sociales et les communautés, les identités collectives…

  • 3 Dans une recension, il indiquait : « Les études consacrées en France à l’histoire arabo-musulmane s (...)

4Pendant de nombreuses années, son séminaire à l’université Paris-7 est un lieu d’échanges dynamiques où sont proposés des travaux de recherche et des perspectives critiques. On y croise aussi des militants de la région Maghreb et Moyen-Orient qui poursuivent des recherches. La rigueur et l’étendue de ses connaissances s’y expriment pleinement. Il insiste ainsi sur l’importance de la maîtrise des langues et notamment, bien sûr, de l’arabe3. Il propose des échanges et des analyses, par exemple sur les formations sociales, les formes d’identification et de solidarité, les trajectoires historiques et les expériences politiques des sociétés du Proche-Orient et du Maghreb.

5Jacques Couland contribue ainsi à former sur le Proche et le Moyen-Orient de nombreux étudiants et enseignants, mais aussi des militants au sein du PCF. Prenant sa retraite en 1993, il poursuit ses recherches, notamment au sein du GREMAMO (Groupe de recherches sur le Maghreb et le Moyen-Orient) de l’université Paris-7.

Engagements politiques et militants

  • 4 Née en 1950, l’Union progressiste est un parti de gauche proche du PCF, issu de différents courants (...)

6Il s’investit en premier lieu dans le syndicalisme, alors qu’il est maître d’internat. Politiquement, il rejoint d’abord l’Union progressiste4, puis le Mouvement de la paix (1953-1955), avant d’adhérer au PCF en février 1955 dans le sud de la France. Il milite ensuite à Paris et dans le Val-de-Marne, exerçant différentes responsabilités locales. Il est aussi actif au CERM (Centre d’études et de recherches marxistes).

7En 1962, il est intégré à la section de politique extérieure (POLEX) du comité central du PCF. Spécialiste du monde arabe, il y est responsable des collectifs « Maghreb et Moyen-Orient » jusqu’à la fin de cette structure en 2000. À partir des années 1980, il appartient à la commission des relations avec les milieux croyants du comité central du PCF. Il milite aussi au Mouvement de la paix, au Groupe de recherche et d’action pour le règlement du problème palestinien, à l’association France-Palestine, dans le Comité de défense du peuple irakien...

  • 5 Par exemple : « Proche-Orient : embûches et réveils sur le chemin de la paix », La Nouvelle critiqu (...)
  • 6 Par exemple : « Le conflit israélo-arabe, l’impérialisme et la paix », Cahiers du communisme, juill (...)
  • 7 Par exemple : Jacques Couland et Jean Thibaut, « Pétrole et indépendance nationale », Économie et p (...)
  • 8 Michel Rogalski, « Cent numéros déjà », Recherches internationales, n° 100, juillet-septembre 2014, (...)

8Il est un contributeur régulier des publications communistes comme La Nouvelle critique5, Les Cahiers du communisme6, La Pensée ou Économie et politique7. De 1963 à 1968, i1 appartient au comité de rédaction de Démocratie nouvelle. Il publie aussi dans Recherches internationales8. À partir de 2000, il rejoint le comité de rédaction de La Pensée.

  • 9 Par exemple : « 300 personnalités mobilisées pour la liberté de la presse en Algérie », l’Humanité,(...)
  • 10 « Solidarité avec la cause palestinienne. Témoignage de Jacques Couland », Pour la Palestine, n° 54 (...)

9Son engagement est régulier et se poursuit, par exemple avec des signatures de pétitions et la participation à des réunions publiques sur l’Algérie9, la Syrie, l’Irak ou la Palestine10. Associant recherche et engagement, il participe à des colloques, à des projets d’ouvrages et à des séminaires. Par exemple, il est associé au séminaire d’études marxistes 2002-2003, animé par Gérard Duménil et Dominique Lévy, consacré à « L’Impérialisme, le nouvel ordre impérial en perspective », avec des spécialistes comme Gilbert Achcar, Samir Amin ou Mohamed Harbi. Son intervention est intitulée « Pétrole et domination impérialiste au Moyen-Orient ».

Stimulantes contributions

  • 11 Jacques Couland, L’Éveil du monde arabe, Éditions sociales, 1964.
  • 12 Jean-Paul Charnay, « Jacques Couland, L’Éveil du monde arabe [compte-rendu] », Archives de sciences (...)
  • 13 Jacques Couland, Israël et le Proche-Orient arabe, Paris, Éditions sociales, 1969.

10Jacques Couland est l’auteur d’un ensemble de contributions riches et diverses. Son premier ouvrage sur le Moyen-Orient, L’Éveil du monde arabe11, comme de nombreux travaux de l’époque, repose selon Jean-Paul Charnay12 sur des analyses et des sources « essentiellement marxistes-léninistes ». Son second ouvrage, Israël et le Proche-Orient arabe, propose une grille de lecture qui s’inscrit dans les analyses communistes de l’époque13.

  • 14 Voir Gérard D. Khoury, « Maxime Rodinson et la constitution du Grapp (Groupe de recherche et d’acti (...)
  • 15 Jacques Berque, Jacques Couland, Louis-Jean Duclos, Jacqueline Hadamard, Les Palestiniens et la cri (...)
  • 16 Idem, p. 8.
  • 17 « Solidarité avec la cause palestinienne. Témoignage de Jacques Couland », op. cit.
  • 18 Jacques Couland, Blandine Destremau (dir.), « Israël-Palestine, quelle paix pour quel nouvel ordre (...)
  • 19 Jacques Berque (dir.), Bibliographie de la culture arabe contemporaine, Paris, Sindbad et UNESCO, 1 (...)

11Il est l’un des co-auteurs de l’important ouvrage du GRAPP (Groupe de recherches et d’action pour le règlement du problème palestinien14) sur la question palestinienne, Les Palestiniens et la crise israélo-arabe15. L’objectif du GRAPP est d’informer et de peser sur les débats publics en diffusant « des informations méconnues ou dissimulées sur le conflit israélo-palestinien et la cause palestinienne selon une autre perspective16 ». Ce livre paraît dans le contexte post-1967, avec une certaine euphorie pro-israélienne17. Jacques Couland conservera un intérêt particulier pour la cause palestinienne18. Il est aussi au cœur de la réalisation de l’ouvrage de référence Bibliographie de la culture arabe contemporaine19.

  • 20 Le Mouvement syndical au Liban (1919-1946), son évolution pendant le mandat français de l’occupatio (...)
  • 21 Al-Harakah al-Niqâbîyah Fî Lubnân (1919-1946), Beyrouth, Dâr al-Fârâbî, 1974.
  • 22 Outre sa thèse sur le syndicalisme libanais, on mentionnera : Jacques Couland, Études sur le mouvem (...)

12Sa thèse de doctorat consacrée au syndicalisme libanais est publiée avec une préface de Jacques Berque. Cette étude, qui reste un ouvrage de référence à ce jour20, est traduite en arabe et publiée au Liban21. À partir de ce travail, il va produire une riche contribution sur l’histoire ouvrière et syndicale arabe22.

  • 23 Par exemple : « Une économie qui se cherche : la voie nationale démocratique à perspective socialis (...)
  • 24 Voir : « Liban : le choix de la guerre civile », La Pensée, n° 259, sept.-oct. 1987 ; « Le Front po (...)
  • 25 Voir : « Algérie, juin 1997 : le cœur et la raison », La Pensée, n° 311, juillet-septembre 1997, p. (...)
  • 26 « Égypte : la révolution du Nil », Économie et politique, n° 678-679, janvier-février 2011.
  • 27 Voir par exemple : « Le conflit israélo-arabe, l’impérialisme et la paix », Cahiers du communisme, (...)
  • 28 Par exemple : « Chronique du Moyen-Orient : quatre livres sur le conflit israélo-arabe », La Pensée(...)
  • 29 « L’exception libanaise : confessionnalisme et laïcité », op. cit.
  • 30 « Panorama de quelques revues de réflexion critique arabes », La Pensée, 2002, n° 329 ou « Ayda Yas (...)
  • 31 « Le Front populaire et la négociation des traités avec les États du Levant », dans Walid Arbid, Sa (...)
  • 32 « Trois “émotions du pain” au Proche-Orient : essai de repérage comparatif des critères (Égypte 197 (...)

13Spécialiste de pays comme le Yémen23, le Liban24, la Syrie, l’Algérie25, la Palestine ou l’Égypte26, il propose de stimulants écrits sur la politique et l’histoire des idées dans le monde arabe. Ses travaux abordent des thèmes aussi variés que l’impérialisme27, le pétrole, l’islam28, la laïcité29, les gauches arabes30, différents épisodes historiques31, les émeutes de la faim32, les expériences nationales du monde arabe…

  • 33 « Algérie, juin 1997 : le cœur et la raison », La Pensée, n° 311, 1997, p. 137-155 ; « Algérie : un (...)
  • 34 « Égypte, la révolution du Nil », op. cit.
  • 35 Jacques Couland, « Révolutions arabes : du “contre” partagé aux conflits du “pour” », 30/11/2011, d (...)

14Il suit aussi avec acuité l’actualité et les développements politiques, notamment sur la Palestine ou l’Algérie33. Avec le déclenchement en 2010-2011 d’une vague révolutionnaire dans la région arabe, il propose ses analyses et réflexions sur l’Égypte34 et le déroulement du processus35.

  • 36 Voir la version en anglais : <https://referenceworks.brillonline.com/search?s.f.s2_parent=s.f.book. (...)
  • 37 « État et mouvement ouvrier au Moyen-Orient, présentation », Jacques Couland et Mehmet-Sehmus Güzel (...)
  • 38 Jacques Couland, Blandine Destremau (dir.), « Israël-Palestine. Quelle paix pour quel nouvel ordre (...)
  • 39 Jacques Couland (coord.), « Islam et politique », La Pensée, n° 299, juillet-septembre 1994.
  • 40 On y trouve, entre autres, des contributions de Claude Cahen, Maxime Rodinson, Georges Labica, Jacq (...)
  • 41 Voir les sites Gallica et Cairn.

15Il collabore avec la prestigieuse Encyclopédie de l’islam36, rédigeant notamment les articles « niqaba » (syndicat), « waṭaniyya » (patriotisme) et « ta’awuniya » (coopératisme), et en participant à l’article « shuyūʿiyya » (communisme). Il coordonne plusieurs numéros de revues comme Sou’al37, Cahiers du GREMAMO38 ou La Pensée39. Le livre Penser les islams40 reprend ainsi différentes contributions publiées dans cette revue. Sa collaboration avec La Pensée aborde une large palette de questions41 politiques ou d’histoire intellectuelle sur le Maghreb et le Moyen-Orient : conflit Irak-Iran, Liban, Syrie, Palestine, Égypte, patrimoine, laïcité, confessionnalisme, identité culturelle de l’islam, djihad, islam et politique…

  • 42 Arnaud Spire, « Quel avenir pour l’émancipation humaine ? », l’Humanité, 12 juillet 2000.

16Lié aux Cahiers d’histoire, il appartient au comité de rédaction des précédentes formules de la revue. Après le changement de formule de la revue en 1995 pour une « revue d’histoire critique », il poursuit son association et appartient à son conseil scientifique. En 2000, il participe avec Marianne Debouzy, Suzanna Barrows, Bruno Drweski et Jeannette Habel à une table ronde sur l’émancipation, coordonnée par Laurent Lemarchand42. Mais lors de l’anniversaire des Cahiers en décembre 2010, il ne peut, pour raisons de santé, participer à la table ronde sur l’histoire des dominations animée par David Hamelin et Frank Noulin.

  • 43 Mahmoud Amin El Alem, « “Le Patrimoine” d’après trois penseurs arabes contemporains », La Pensée, n (...)
  • 44 Hussein Mroué, « La place du patrimoine islamique dans la pensée contemporaine », La Pensée, n° 229 (...)
  • 45 Fawwaz Traboulsi et Jacques Couland, « Le Gramsci arabe : les apports du philosophe Mahdî ‘Amel », (...)
  • 46 Cette association publie quelques numéros d’un petit bulletin très riche au début des années 1990 e (...)
  • 47 Kateb Yacine (1929-1989) était un écrivain, journaliste et intellectuel algérien progressiste, aute (...)
  • 48 Né en 1930, Adonis, pseudonyme d’origine phénicienne d’Ali Ahmed Saïd, est un poète et critique lit (...)
  • 49 Mahmoud Amin El Alem (1922–2009) était un intellectuel égyptien marxiste qui a été une figure du mo (...)
  • 50 Mahmoud Darwich (1941-2008) était une des principales figures de la poésie palestinienne contempora (...)
  • 51 Ziad Rahbani est un célèbre compositeur, metteur en scène, comédien et pianiste libanais. Il est au (...)
  • 52 Marcel Khalifé (né en 1950) est un artiste libanais, compositeur, chanteur et joueur de ‘oud, deven (...)
  • 53 Abdellatif Laâbi (né en1942) est un intellectuel progressiste marocain, poète, écrivain et traducte (...)
  • 54 Hanna Mineh (1924-2018) était un important romancier syrien.
  • 55 Abdel Rahman Mounif (1933-2004), était une figure de la littérature arabe. Né d’un père saoudien et (...)
  • 56 Tayeb Tizini (1934-2019) était un philosophe et un penseur syrien. Marxiste nationaliste, il propos (...)

17Son rôle est non négligeable dans la diffusion des réflexions de penseurs arabes progressistes, comme le philosophe égyptien Mahmoud Amin Al ‘Alem43 ou le penseur libanais Hussein Mroué, publiés dans La Pensée44. Il s’investit tout particulièrement pour faire connaître le philosophe marxiste et dirigeant communiste libanais Mehdi ‘Amel, assassiné par des intégristes45. Il organise des journées d’études et travaille à la publication d’un numéro des Cahiers du GREMAMO consacré à cet important penseur. Il participe aussi à l’association des amis de Hassan Hamdan/Mahdi Amil46 : il est membre de son comité international de parrainage, aux côtés de Kateb Yacine47, Adonis48, Jorge Amado, Samir Amin, Mahmoud Amin El Alem49, Jacques Berque, Mahmoud Darwish50, Ziad El Rahbani51, Marcel Khalife52, Abdellatif Laâbi53, Georges Labica, Hanna Mina54, Abdelrhamane Mounif55, Lucien Sève ou Tayeb Tizini56.

18Sa personnalité était marquée par un sérieux et une grande rigueur. Travailleur impressionnant, il a publié une riche et diverse production. Malgré tout cela, il n’a pas obtenu le crédit qu’il méritait dans le milieu académique, en particulier « orientaliste ».

19Jacques Girault lui consacre une notice biographique pour le célèbre Maitron. À l’initiative d’Alain Gresh, le PCF organise le 4 février 2022 une soirée d’hommage où interviennent plusieurs de ses ancien·ne·s étudiant·e·s, collègues et camarades. Mentionnons parmi les intervenants : Dominique Bari, Lenka Bokova, Blandine Destremau, Élisabeth Longuenesse, Leïla Shahid, Alain Gresh, Hassan Hamdan, Pierre Laurent, Jean-Claude Lefort, Patrick Le Hyaric, Kenan Ozturk, Bernard Ravenel, Elias Sanbar, Maher Sharif, Gérard Streiff, Taoufiq Tahani...

20Son départ représente une cruelle perte pour la recherche sur le monde arabe et pour les perspectives politiques progressistes. On espère une republication de ses travaux, notamment sa thèse sur le syndicalisme libanais, sur le mouvement ouvrier et sur les idées et les développements politiques au Moyen-Orient. Un site sur le net pourrait aussi favoriser un plus grand accès à ses nombreux et riches écrits.

Haut de page

Notes

1 Notice biographique rédigée par Jacques Girault dans le Maitron : <https://maitron.fr/spip.php?article20843>, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 29 juin 2021.

2 Voir la liste précise : <https://www.theses.fr/061117080>.

3 Dans une recension, il indiquait : « Les études consacrées en France à l’histoire arabo-musulmane sont assez rares, du moins celles qui sont dues à des chercheurs qui ont au moins consenti l’effort de s’en donner la compétence de langue », Couland Jacques. « Lucette Valensi, Fellahs tunisiens. L’économie rurale et la vie des campagnes aux XVIIIe et XIXe siècles », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 2, avril-juin 1981, p. 373.

4 Née en 1950, l’Union progressiste est un parti de gauche proche du PCF, issu de différents courants dont l’aile gauche du Parti radical-socialiste, autour de Pierre Cot.

5 Par exemple : « Proche-Orient : embûches et réveils sur le chemin de la paix », La Nouvelle critique, n° 104, mai 1977, p. 26-32 ; « Moyen-Orient : la stratégie de l’impérialisme français », La Nouvelle critique, septembre 1970, n° 36, p. 4.

6 Par exemple : « Le conflit israélo-arabe, l’impérialisme et la paix », Cahiers du communisme, juillet-août 1967, n° 7-8, p. 11-45 ; « Moyen-Orient : longue crise et menaces durables », Cahiers du communisme, août-septembre 1968, n° 8-9, p. 112-136 ; « Crise du néo-colonialisme et libération économique », Cahiers du communisme, mars 1974, n° 3, p. 90-101 ; « À l’heure de Camp-David », Cahiers du communisme, décembre 1978, n° 12, p. 78-87 ; « Liban : la longue guerre d’Israël », Cahiers du communisme, septembre 1982. n° 9, p. 52-65 ; « Proche-Orient : le plan américain en échec », Cahiers du communisme, mars 1984, n° 3, p. 83-87 ; avec Jacques Fath, « Le 18e conseil national palestinien », Cahiers du communisme, juin 1987, n° 6, p. 105-107 ; « Après les élections israéliennes, quel avenir pour le processus de paix ? », Cahiers du communisme, juillet-août 1996, n° 7-8, p. 48-51.

7 Par exemple : Jacques Couland et Jean Thibaut, « Pétrole et indépendance nationale », Économie et politique, n° 199, février 1971, p. 25-44 ; « Le retournement de la conjoncture internationale, la nouvelle phase de la crise et le conflit du Moyen-Orient. Interventions de Yves Dimicoli, Alain Chetaille, Jacques Couland et Paul Sindic », Économie et politique, n° 162, octobre 1990, p. 46-52 ; « Accords israélo-palestiniens : le test économique », Économie et politique, n° 199-200, novembre-décembre 1993, p. 37-38.

8 Michel Rogalski, « Cent numéros déjà », Recherches internationales, n° 100, juillet-septembre 2014, p. 3-12.

9 Par exemple : « 300 personnalités mobilisées pour la liberté de la presse en Algérie », l’Humanité, 7 mai 2005 ; « Des intellectuels s’engagent », l’Humanité, 19 avril 2007.

10 « Solidarité avec la cause palestinienne. Témoignage de Jacques Couland », Pour la Palestine, n° 54, octobre 2007.

11 Jacques Couland, L’Éveil du monde arabe, Éditions sociales, 1964.

12 Jean-Paul Charnay, « Jacques Couland, L’Éveil du monde arabe [compte-rendu] », Archives de sciences sociales des religions, n° 18, 1964, p. 184.

13 Jacques Couland, Israël et le Proche-Orient arabe, Paris, Éditions sociales, 1969.

14 Voir Gérard D. Khoury, « Maxime Rodinson et la constitution du Grapp (Groupe de recherche et d’action pour la Palestine) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2009, n° 96, p. 28-37 ; Alexandre Mamarbachi, Émergence, construction et transformations d’une “cause” : sociologie historique des dévouements en faveur de la “cause” des Palestiniens (1960-2010), recherche historique et enquête ethnographique, thèse de doctorat, université de Nanterre, 2019, p. 80-90.

15 Jacques Berque, Jacques Couland, Louis-Jean Duclos, Jacqueline Hadamard, Les Palestiniens et la crise israélo-arabe, préface par Maxime Rodinson, Paris, Éditions sociales, 1974.

16 Idem, p. 8.

17 « Solidarité avec la cause palestinienne. Témoignage de Jacques Couland », op. cit.

18 Jacques Couland, Blandine Destremau (dir.), « Israël-Palestine, quelle paix pour quel nouvel ordre régional », Cahiers du GREMAMO, n° 13, 1995.

19 Jacques Berque (dir.), Bibliographie de la culture arabe contemporaine, Paris, Sindbad et UNESCO, 1981.

20 Le Mouvement syndical au Liban (1919-1946), son évolution pendant le mandat français de l’occupation à l’évacuation et au Code du travail, préface de Jacques Berque, Paris, Éditions sociales, 1970, 453 p.

21 Al-Harakah al-Niqâbîyah Fî Lubnân (1919-1946), Beyrouth, Dâr al-Fârâbî, 1974.

22 Outre sa thèse sur le syndicalisme libanais, on mentionnera : Jacques Couland, Études sur le mouvement ouvrier arabe dans son environnement historique, 6 volumes reprographiés, université de Paris-8, 1988 ; « Mouvement syndical en situation coloniale : le cas du Liban », Le Mouvement social, n° 68, 1969, p. 57-76 ; « Regards sur l’histoire syndicale et ouvrière égyptienne », dans Mouvement ouvrier, communisme et nationalisme dans le monde arabe, Paris, Les Éditions ouvrières, 1978, p. 173-201 ; « Pour une histoire du mouvement ouvrier dans le monde arabe » , La Pensée, n° 204, mars-avril 1979, p. 38-60 ; « L’expérience du mouvement ouvrier yéménite (Sud) », Cahiers d’histoire, n° 34, 1980, p. 114-143 ; Jacques Couland et Mehmet-Sehmus Güzel (dir.), État et mouvement ouvrier au Moyen-Orient, Sou’al, n° 8, 1988 ; « Du corporatisme au syndicalisme : le cas du Levant arabe », dans Jacques Thobie et Salgur Kancal (dir.), Industrialisation, communication et rapports sociaux en Turquie et en Méditerranée orientale, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 287-298 ; « Histoire du syndicalisme dans le monde arabe », dans Jean Sagnes (dir), Histoire du syndicalisme dans le monde : des origines à nos jours, Toulouse, Privat, 1994 ; « Niqâba », Encyclopédie de l’Islam, 1995, 2e éd., vol. 8, p. 25-26.

23 Par exemple : « Une économie qui se cherche : la voie nationale démocratique à perspective socialiste au Sud », dans Joseph Chelhod (dir.), L’Arabie du Sud. Histoire et civilisation, Maisonneuve et Larose, 1984, tome 2, VIII, p. 199-226 ; « Le partenaire yéménite : essai de relecture de quelques grands témoins », Cahiers du GREMAMO, n° 10, 1991 ; « Yémen : guerre et formes d’identification », La Pensée, n° 384, 2015 ; « Genèse et étapes de l’unité yéménite. Trois décennies pour conclure », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 67, 1993, p. 79-93 ; « Yémen : guerre et formes d’identification », La Pensée, n° 384, 2015.

24 Voir : « Liban : le choix de la guerre civile », La Pensée, n° 259, sept.-oct. 1987 ; « Le Front populaire et la négociation des traités avec les États du Levant », dans Walid Arbid, Salgur Kançal, Jean-David Mizrahi et Samir Saul (dir.), Méditerranée, Moyen-Orient : deux siècles de relations internationales. Recherches en hommage à Jacques Thobie, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 501-520 ; « L’exception libanaise : confessionnalisme et laïcité », La Pensée, n° 342, avril-juin 2005 ; « Liban : confessionnalisme et crises du pouvoir », La Pensée, 2015, n° 383, p. 47-57.

25 Voir : « Algérie, juin 1997 : le cœur et la raison », La Pensée, n° 311, juillet-septembre 1997, p. 137-155 ; « Algérie : un plaidoyer américain en faveur du FIS », La Pensée, n° 314, avril-juin 1998, p. 145-155.

26 « Égypte : la révolution du Nil », Économie et politique, n° 678-679, janvier-février 2011.

27 Voir par exemple : « Le conflit israélo-arabe, l’impérialisme et la paix », Cahiers du communisme, juillet-août 1967, n° 7-8 ; « Moyen-Orient : la stratégie de l’impérialisme français », La Nouvelle critique, n° 36, septembre 1970.

28 Par exemple : « Chronique du Moyen-Orient : quatre livres sur le conflit israélo-arabe », La Pensée, n° 142, 1968, p. 113-132 ; « Recherches arabes et islamiques aujourd’hui », La Pensée, n° 223, septembre-octobre 1981, p. 81-89 ; « Islam et politique : essai d’approche », La Pensée, n° 229, septembre-octobre 1982, p. 41-50 ; « Du nouveau au Proche-Orient ? », La Pensée, n° 265-266, septembre-décembre 1988, p. 29-38 ; « Islam et politique au regard des formes historiques d’identification. Une esquisse », La Pensée, n° 299, été 1994, p. 9-20 ; « Algérie, juin 1997 : le cœur et la raison », La Pensée, n° 311, juillet-septembre 1997, p. 137-157 ; « Mais comment peut-on être musulman ? », La Pensée, n° 319, juillet-septembre 1999, p. 137-157 ; « Panorama de quelques revues de réflexion critique arabes », La Pensée, n° 329, janvier-mars 2002, p. 131-142 ; « Monde arabe : la démocratie est la solution », La Pensée, n° 371, juillet-septembre 2012, p. 83-97.

29 « L’exception libanaise : confessionnalisme et laïcité », op. cit.

30 « Panorama de quelques revues de réflexion critique arabes », La Pensée, 2002, n° 329 ou « Ayda Yasin, une femme irakienne », Femmes dans le monde, Paris, Messidor-Temps actuels, 1982, p. 87-100.

31 « Le Front populaire et la négociation des traités avec les États du Levant », dans Walid Arbid, Salgur Kançal, Jean-David Mizrahi et Samir Saul, op. cit., p. 501-520.

32 « Trois “émotions du pain” au Proche-Orient : essai de repérage comparatif des critères (Égypte 1977, Soudan 1985, Jordanie 1989) », Crises et contestations au Maghreb et au Moyen-Orient, Cahiers du GREMAMO, n° 15, 1998.

33 « Algérie, juin 1997 : le cœur et la raison », La Pensée, n° 311, 1997, p. 137-155 ; « Algérie : un plaidoyer américain en faveur du FIS », op. cit., p. 141-152.

34 « Égypte, la révolution du Nil », op. cit.

35 Jacques Couland, « Révolutions arabes : du “contre” partagé aux conflits du “pour” », 30/11/2011, document.

36 Voir la version en anglais : <https://referenceworks.brillonline.com/search?s.f.s2_parent=s.f.book.encyclopedie-de-l-islam&search-go=&s.q=couland>.

37 « État et mouvement ouvrier au Moyen-Orient, présentation », Jacques Couland et Mehmet-Sehmus Güzel, « État et mouvement ouvrier au Moyen-Orient », Sou’al, n° 8, février 1988.

38 Jacques Couland, Blandine Destremau (dir.), « Israël-Palestine. Quelle paix pour quel nouvel ordre régional ? », Cahiers du GREMAMO, n° 13, 1995 ; « La transition en Arabie du Sud : économie, société, culture », Cahiers du GREMAMO, n° 11, décembre 1993 ; « Arabie du Sud : le commerce comme facteur dynamisant des changements économiques et sociaux », Cahiers du GREMAMO, n° 10, 1991.

39 Jacques Couland (coord.), « Islam et politique », La Pensée, n° 299, juillet-septembre 1994.

40 On y trouve, entre autres, des contributions de Claude Cahen, Maxime Rodinson, Georges Labica, Jacques Berque, Mahmoud Amin El Alem, Faleh A. Jabar, ou Mohsen Ismail.

41 Voir les sites Gallica et Cairn.

42 Arnaud Spire, « Quel avenir pour l’émancipation humaine ? », l’Humanité, 12 juillet 2000.

43 Mahmoud Amin El Alem, « “Le Patrimoine” d’après trois penseurs arabes contemporains », La Pensée, n° 223, septembre-octobre 1981, p. 90-102.

44 Hussein Mroué, « La place du patrimoine islamique dans la pensée contemporaine », La Pensée, n° 229, septembre-octobre 1982, p. 51-61.

45 Fawwaz Traboulsi et Jacques Couland, « Le Gramsci arabe : les apports du philosophe Mahdî ‘Amel », dans Fawwaz Traboulsi et Jacques Couland (dir.), « État et conflits sociaux dans les sociétés à solidarités plurielles : le cas du Liban. Les apports du philosophe Mahdî ‘Amil (1936-1987) », Cahiers du GREMAMO, n° 6, 1989. Sur Mahdi ‘Amel (en français), voir aussi Youmna El Id, « Mahdi ʿAmil : hommage à un intellectuel libanais », Horizons Maghrébins, 1991, n° 17, p. 158-166 ; « Mahdi ‘Amel : dans les pas d’un marxiste arabe. Entretien avec Redha Hamdan », entretien réalisé par Aya Khalil, Contretemps, mai 2020, <https://www.contretemps.eu/mahdi-amel-marxisme-arabe-entretien/> ; Gilbert Achcar, « Mahdi ‘Amel, l’homme aux sandales de feu », Contretemps, juin 2021, <https://www.contretemps.eu/mahdi-amel-marxisme-arabe-liberation-nationale-preface-achcar/> ; Mahdi Amil, L’État confessionnel : le cas libanais, Montreuil, La Brèche, 1996. Un recueil paraît en anglais : Hicham Safieddine (dir.), Arab Marxism and National Liberation. Selected Writings of Mahdi Amel, Leiden, Brill, 2020.

46 Cette association publie quelques numéros d’un petit bulletin très riche au début des années 1990 et favorise la publication de deux ouvrages de Mehdi ‘Amel : un recueil de poèmes et un de ses ouvrages consacré au confessionnalisme : Mehdi ‘Amel, L’Espace du noûn, Europe Poésie, 1990, et L’État confessionnel : le cas libanais, Montreuil, La Brèche, 1996.

47 Kateb Yacine (1929-1989) était un écrivain, journaliste et intellectuel algérien progressiste, auteur de romans, poèmes, pièces de théâtre et metteur en scène de théâtre. Son roman Nedjma, publié en 1956, est son œuvre la plus célèbre.

48 Né en 1930, Adonis, pseudonyme d’origine phénicienne d’Ali Ahmed Saïd, est un poète et critique littéraire syrien. Considéré comme l’un des plus grands poètes arabes vivants, il est adepte d’un réexamen critique de la poésie arabe. Il est aussi connu pour ses postures critiques, iconoclastes voire hostiles en matière de religion.

49 Mahmoud Amin El Alem (1922–2009) était un intellectuel égyptien marxiste qui a été une figure du mouvement communiste. Philosophe de formation, il a exercé différentes fonctions importantes dans la presse égyptienne sous Nasser.

50 Mahmoud Darwich (1941-2008) était une des principales figures de la poésie palestinienne contemporaine. Reconnue internationalement, son œuvre évoque la Palestine et sa perte.

51 Ziad Rahbani est un célèbre compositeur, metteur en scène, comédien et pianiste libanais. Il est aussi le fils de la grande chanteuse Fayrouz pour qui il a composé plusieurs succès.

52 Marcel Khalifé (né en 1950) est un artiste libanais, compositeur, chanteur et joueur de ‘oud, devenu une figure de la chanson arabe. Il est notamment célèbre pour ses chansons adaptées de poèmes de Mahmoud Darwich.

53 Abdellatif Laâbi (né en1942) est un intellectuel progressiste marocain, poète, écrivain et traducteur. Longtemps militant de gauche, il a cofondé et animé à partir de 1966 l’influente revue Souffles.

54 Hanna Mineh (1924-2018) était un important romancier syrien.

55 Abdel Rahman Mounif (1933-2004), était une figure de la littérature arabe. Né d’un père saoudien et d’une mère irakienne, il est déchu de sa nationalité saoudienne pour ses critiques du régime en 1963. Son œuvre la plus célèbre, Cités de sel, vaste fresque romanesque, évoque la société du Golfe et ses mutations avec la découverte du pétrole. Elle a été interdite en Arabie saoudite.

56 Tayeb Tizini (1934-2019) était un philosophe et un penseur syrien. Marxiste nationaliste, il propose une relecture critique de l’héritage et de la pensée arabe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Hommage à Jacques Couland (1929-2021), spécialiste engagé du monde arabe »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 153 | 2022, 147-157.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Hommage à Jacques Couland (1929-2021), spécialiste engagé du monde arabe »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 01 août 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18960 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18960

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search