Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153UN CERTAIN REGARDLes Secrets révélés de la Bible

UN CERTAIN REGARD

Les Secrets révélés de la Bible

Film documentaire de Gary Glassman, Arte, 2021, 108 min.
Thierry Pastorello
p. 205-209

Texte intégral

Un documentaire scientifique sur l’origine du texte biblique

1Gary Glassman est un réalisateur de documentaires. Il propose dans ce documentaire une mise en confrontation des textes bibliques aux récentes découvertes de l’archéologie. Ce documentaire a suscité des controverses, car il remet en cause la véracité, parfois même lointaine, des textes de la Bible.

2Comment et par qui ont été rédigés les écrits qui constituent la Bible, particulièrement le Pentateuque, et quelle est la part de vérité de ces textes à propos de l’histoire et du poids de l’Israël ancien sur la scène régionale ?

3À ce propos, le documentaire débute avec la stèle du pharaon Mérenptah1, quatrième pharaon de la 19e dynastie, que certains identifient comme le pharaon de l’Exode. Cette stèle fut découverte en 1896 par l’archéologue anglais Flinders Petrie. Elle mentionne en fait un peuple, les Israélites2, dans le pays de Canaan3.

L’origine du texte biblique

  • 4 Ron Tappy est spécialiste en archéologie biblique au Pittsburgh theological seminary.
  • 5 Voir ce site qui liste quelques contradictions : <https://www.bible-ouverte.ch/faq/faq-theme/qr-la- (...)
  • 6 Pierre Monat, Histoire profane de la Bible : origine, transmission et rayonnement du livre saint, P (...)
  • 7 Pierre Monat, op. cit., p. 46-50.
  • 8 Daniel Faivre, « De la complexité d’enseigner une histoire biblique laïque », Cahiers d’histoire. R (...)
  • 9 Le livre de Josué relate la conquête de Canaan. Voir La Bible, Segond 21, Genève, Société biblique (...)

4Tout d’abord, quelle est l’origine du texte biblique, fondement du judaïsme, mais aussi du christianisme ? Ce documentaire pose la question de l’origine du monothéisme dans un univers polythéiste. Le point de départ est la découverte par l’archéologue Ron Tappy4 de l’abécédaire de Zayit, du nom du tell Zayit, situé en Israël, datant du 10e siècle avant notre ère. En prenant appui sur l’orthographe et les tournures grammaticales, il est possible d’identifier les passages les plus anciens de la Bible. Le documentaire pose la question de la multiplicité des auteurs des textes bibliques, en s’appuyant sur les contradictions entre ces textes5. La théorie documentaire pointe la diversité des auteurs des textes bibliques. Le théologien protestant Julius Welhausen (1844-1918) soutenait que « la Bible a été rédigée à partir de trois textes principaux6 ». Quatre sources seraient à l’origine du texte biblique. On les nomme sources J, E, P, D. Les plus anciennes dateraient de la période des rois d’Israël jusqu’en 700 avant notre ère. Les deux autres sources semblent correspondre à une réécriture du passé après la captivité de Babylone (6e siècle avant notre ère) et à un code de lois écrit sous Josias (vers 648-609 avant notre ère7). Ce documentaire montre combien les recherches archéologiques et leurs résultats ne peuvent que susciter des controverses, car désormais, comment peut-on percevoir concrètement cette histoire sacrée, qui est l’objet de réévaluation à l’aune des découvertes récentes8 ? Les Israélites ont-ils été un peuple ? La conquête décrite dans le livre de Josué9 a-t-elle eu lieu ? Ou bien ces textes constituent-ils une réécriture de faits sensiblement différents ?

Du texte aux découvertes de l’archéologie

5De ce point de vue, les découvertes de l’archéologue britannique John Garstang (1876-1956) et celles de l’archéologue israélien Amnon Ben Thor10 concernant la cité cananéenne de Hazor, comme celles de l’archéologue Hani Nur-El-Din11 concernant la cité cananéenne d’Ai que Josué aurait détruite, sembleraient indiquer une absence de conflits armés dans les cités cananéennes. D’après l’archéologue israélienne Sharon Zuckerman (1965-2014), « tout ceci serait la manifestation d’une culture en déclin et d’une insurrection populaire ». Le système des cités-États cananéennes se serait effondré après un long déclin.

  • 12 Israël Finkelstein, Neil Asher Silberman, La Bible dévoilée : les nouvelles révélations de l’archéo (...)

6L’archéologue israélien Israël Finkelstein12 affirme :

« Jusqu’en 1200 av. J.C., il y a 25 villages de 3 000 à 5 000 habitants, puis une hausse importante de la population. Il s’agirait de groupes qui viennent suite à l’effondrement des cités-États. Les villages semblent organisés de façon égalitaire avec une culture matérielle pauvre. Ils seraient les origines des premiers Israélites. »

7En fait, il s’agirait d’une révolution sociale. De même en ce qui concerne l’Exode, une hypothèse est relatée concernant l’apparition du dieu unique des hébreux : « Un petit groupe d’esclaves cananéens fuit l’Égypte et passe par ce pays de Madian vers le territoire des Shasou13, où ils découvrent le Dieu YHWH. Le peuple élu serait des hommes qui ont choisi d’être libres. »

  • 14 Israël Finkelstein, Neil Asher Silberman, op. cit., p. 235.
  • 15 Mario Liverani, La Bible et l’invention de l’histoire, Paris, Gallimard, 2016, 618 p.
  • 16 Israël Finkelstein, Neil Asher Siberman, op. cit., p. 237.
  • 17 Mario Liverani, op. cit., p. 169-170.

8La question importante posée par ce documentaire est celle que soulève Israël Finkelstein : « Pendant longtemps, archéologues et historiens prirent le texte biblique pour argent comptant et tentèrent de le faire coïncider avec leurs découvertes14 ». Or, les fouilles archéologiques relatées dans ce documentaire démontrent qu’il faut partir de la recherche archéologique et mettre en parallèle le texte biblique et non l’inverse15, car les fouilles archéologiques conduites dans les années 1980 offrent des perspectives s’éloignant du texte biblique16. Déjà, comme il est indiqué dans ce documentaire, « à l’époque, les Israélites vénéraient d’autres dieux. Ils n’étaient nullement en pratique monothéistes ». Le pluralisme religieux régna donc entre 930 et 740 avant notre ère17. D’ailleurs, l’archéologue Amihai Mazar souligne : « on trouve des déesses de la fertilité dans les fouilles en Israël ».

  • 18 Maurice-Ruben Hayoun, Le Roi David, Paris, Perrin, 2012, 332 p.
  • 19 Eilat Mazar, « Les fortifications de Jérusalem à l’époque de la royauté de David et de Salomon », P (...)
  • 20 Israël Finkelstein, Neil Asher Siberman, op. cit., p. 245.

9Le royaume de David18 aurait été une petite chefferie : il y a contradiction entre l’archéologue israélienne Eilat Mazar19, qui a dirigé les fouilles sur la cité de David en 2005, et Israël Finkelstein : « Il n’existe toujours pas de preuve archéologique que Jérusalem à l’époque de David, de Salomon et de Roboam ne fut rien de plus qu’un modeste village de montagne20 ».

10De même, Eilat Mazar identifia des céramiques typiques du 10e siècle avant notre ère. Elle pensait avoir découvert le palais de David. Pourtant, il est indiqué que les datations utilisées sont fondées sur la Bible, ce qui semble peu scientifique. La scientifique Elisabetta Boaretto analysa des échantillons sur vingt sites en Israël. Le palais découvert par Eilat Mazar serait plus récent, ce qui ne correspondrait donc pas au règne du roi David. Certains pensent même que le roi David était un personnage fictif.

Une réécriture de l’histoire

  • 21 Israël Finkelstein, Neil Asher Siberman, op. cit., p. 343-464.

11Ce documentaire permet de poser la nécessaire question du rapport du texte à la réalité. Une histoire réelle a eu lieu, mais laquelle ? Tous les débats autour des différentes fouilles archéologiques en Israël posent la question de la part de vérité que pourraient révéler les textes bibliques. Ce documentaire le relate parfaitement, et c’est sa problématique centrale. Israël Finkelstein souligne que les textes de la Bible auraient été rédigés dans le royaume de Juda (930-586 avant notre ère) à partir du 7e siècle avant notre ère21. La religion nationale s’est figée. Fallait-il magnifier un passé et le rendre glorieux ?

  • 22 David Banon, « Archéologie et Bible. En quête de la vérité ou du sens ? », Pardès, n° 50, 2011/2, p (...)

12Ce documentaire pose la question de l’indépendance de l’archéologie en Israël, du fait de son statut historique de « terre sainte », car l’archéologie a complètement déconstruit les textes bibliques, qui avaient avant tout une visée éthique, philosophique22.

Haut de page

Notes

1 Mérenptah (ou Mineptah, Merneptah), né entre -1269 et -1262, mort vers -1203. Il est le quatrième pharaon de la 19e dynastie (-1213 à -1203).

2 Claude Vandersleyen, « Chapitre IV. Mérenptah (env. 1212-1202) », dans Claude Vandersleyen (dir.), L’Égypte et la vallée du Nil, tome 2 : De la fin de l’Ancien Empire à la fin du Nouvel Empire, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Nouvelle Clio », 1995, p. 557-574. URL : <https://www.cairn.info/egypte-et-la-vallee-du-nil-tome--9782130465522-page-557.htm>.

3 Voir <https://www.archeobiblion.fr/la-stele-de-merenptah/>.

4 Ron Tappy est spécialiste en archéologie biblique au Pittsburgh theological seminary.

5 Voir ce site qui liste quelques contradictions : <https://www.bible-ouverte.ch/faq/faq-theme/qr-la-bible-origine-transmission/2127-reponse-76.html>.

6 Pierre Monat, Histoire profane de la Bible : origine, transmission et rayonnement du livre saint, Paris, Perrin, 2013, p. 46-47.

7 Pierre Monat, op. cit., p. 46-50.

8 Daniel Faivre, « De la complexité d’enseigner une histoire biblique laïque », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 145, 2020, consulté le 23 avril 2021, URL : <https://journals.openedition.org/chrhc/13928>.

9 Le livre de Josué relate la conquête de Canaan. Voir La Bible, Segond 21, Genève, Société biblique de Genève, 2007, p. 152-169.

10 Amnon Ben-Tor est professeur émérite à l’Institut d’archéologie de l’université hébraïque de Jérusalem, en Israël. Il dirige les fouilles de Hatsor depuis 1990. Voir : <https://www.pourlascience.fr/auteur/amnon-ben-tor>.

11 <http://www.theses.fr/1997EPHE4005>.

12 Israël Finkelstein, Neil Asher Silberman, La Bible dévoilée : les nouvelles révélations de l’archéologie, Paris, Gallimard, 2004.

13 Il s’agirait de Bédouins localisés vers le Sinaï. Voir <https://www.books.fr/la-veritable-origine-des-hebreux/>.

14 Israël Finkelstein, Neil Asher Silberman, op. cit., p. 235.

15 Mario Liverani, La Bible et l’invention de l’histoire, Paris, Gallimard, 2016, 618 p.

16 Israël Finkelstein, Neil Asher Siberman, op. cit., p. 237.

17 Mario Liverani, op. cit., p. 169-170.

18 Maurice-Ruben Hayoun, Le Roi David, Paris, Perrin, 2012, 332 p.

19 Eilat Mazar, « Les fortifications de Jérusalem à l’époque de la royauté de David et de Salomon », Pardès, n° 50, 2011/2, p. 69-77. URL : <https://www.cairn.info/revue-pardes-2011-2-page-69.htm>.

20 Israël Finkelstein, Neil Asher Siberman, op. cit., p. 245.

21 Israël Finkelstein, Neil Asher Siberman, op. cit., p. 343-464.

22 David Banon, « Archéologie et Bible. En quête de la vérité ou du sens ? », Pardès, n° 50, 2011/2, p. 45-55. URL : <https://www.cairn.info/revue-pardes-2011-2-page-45.htm>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Pastorello, « Les Secrets révélés de la Bible »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 153 | 2022, 205-209.

Référence électronique

Thierry Pastorello, « Les Secrets révélés de la Bible »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 01 août 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18977 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18977

Haut de page

Auteur

Thierry Pastorello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search