Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153UN CERTAIN REGARDLa Valla, L’Autre côté (VF)

UN CERTAIN REGARD

La Valla, L’Autre côté (VF)

Série télévisée espagnole de Daniel Écija (saison 1, 13 épisodes), diffusée en Espagne depuis janvier 2020, et à l’étranger depuis septembre 2020 sur Netflix.
Jérémy Léger
p. 210-214

Texte intégral

Une série entre histoire et science-fiction, sur une Espagne postapocalyptique

1En 2020, les plateformes de vidéo à la demande ont connu un énorme succès, au profit de l’horizon restreint de nos vies confinées. Cette expérience inédite nous a conduits à interroger notre rapport au temps et à l’espace. Pour beaucoup, la pratique de marathons audiovisuels, aux contenus de qualité très inégale, a été une réponse simple à ces questionnements existentiels et un passe-temps – ou un trompe-l’ennui – efficace. Dans ce contexte, l’année a été florissante pour la fiction espagnole. Au milieu de succès attendus (30 monedas, Patria, Veneno), celui de La Valla a été une surprise. À l’heure des bilans audiométriques, la production de Daniel Écija a su toucher un large public, avec une part moyenne de 10 % (environ un million de téléspectateurs) pour les 13 épisodes diffusés de septembre à décembre 2020 sur la chaîne espagnole Antena 3. Mais c’est la collaboration du groupe Atresmedia avec Netflix qui a donné une dimension internationale à la série. Elle s’est classée dans le top 10 des séries les plus regardées de la plateforme pendant plus de cent jours. Au-delà du contexte sanitaire, la réussite de la série repose sur ses inspirations puisées dans l’histoire contemporaine, qui viennent pallier ses manquements formels.

Une Espagne dystopique aux airs d’actualité

2La Valla (littéralement « la clôture » ou « la barrière »), sortie en France sous le titre L’Autre côté, nous plonge dans l’Espagne de 2045, aux allures post-apocalyptiques. Depuis 25 ans, les libertés démocratiques ont été suspendues par le président, qui a instauré un régime autoritaire sous le nom de Nueva España, mettant à profit une situation sanitaire dramatique. Dans ce futur proche, la société espagnole est livrée à ses plus bas instincts, alors que le Noravirus circule toujours. Veuf, Hugo part avec sa fille Marta et son frère s’installer à Madrid, auprès de sa belle-mère et de Julia, la sœur jumelle de sa femme. Afin de pénétrer dans la capitale, ils doivent une première fois franchir la barrière qui la sépare du reste du pays. À peine arrivés, Marta lui est enlevée. Dans une ville terne où la population vit dans une totale soumission aux autorités, Hugo et Julia partent à la recherche de la petite fille. Leur quête les emmène à s’introduire dans le Secteur 1, immense zone résidentielle fermée et protégée où vivent les élites et le gouvernement, en entrant au service du ministre de la Santé. Dans leur recherche, ils doivent échapper plusieurs fois à la police de l’Espagne nouvelle.

3Cette œuvre originale ne vaut sans doute pas les adaptations des grands modèles du genre (Le Meilleur des mondes, 1984 ou Le Maître du Haut-Château), mais, malgré son scénario simpliste, elle offre plus de profondeur qu’il n’y paraît. Tournée au printemps 2019, La Valla est une véritable série d’anticipation, au sens propre des termes, et un récit dystopique mais clairvoyant sur la situation politique et sanitaire du monde en 2020.

4Dès l’ouverture de l’épisode pilote, le spectateur apprend la propagation d’un virus agressif, sur fond de troisième guerre mondiale (ressort orwellien). Au fil de la saison, on en apprend plus sur la pandémie de Noravirus – aux sonorités équivoques –, aux symptômes respiratoires et à la fièvre manifestes. Plus létal que le Coronavirus – ignorant la question de l’âge –, ce virus fictif est fortement contagieux et implique des mesures sanitaires d’isolement physique et social (quarantaine). Son origine inconnue et les problématiques liées au vaccin sont autant d’éléments qui font écho à la réalité de 2020. Les autorités de Nueva España ont proclamé des mesures d’exception pour endiguer la propagation du virus, qui ne sont pas sans évoquer les règlementations imposées en temps de Covid-19, en particulier la restriction de mobilité (confinement périmétral, couvre-feu), dans le cadre d’un état d’urgence permanent. La série expose également dans de nombreuses scènes des cas de violences policières et d’abus d’autorité, qui trouvent une certaine résonnance dans l’actualité (affaire George Floyd). Le gouvernement de Nueva España justifie cette violence au nom d’un principe de sécurité sanitaire.

5Indirectement, la série renvoie au débat sur l’efficacité des moyens démocratiques pour faire face à une pandémie. L’application des mesures sanitaires, faute de recours humains et matériels pour les faire respecter, repose essentiellement sur l’acceptation populaire. Cependant, ce contrôle sanitaire, lorsqu’il se prolonge, est de plus en plus dénoncé comme une dérive autoritaire et liberticide. Sans grande finesse, La Valla soutient cette idée sur le long terme mais amène à réfléchir aux fragilités internes du modèle occidental. Elle invite, presque malgré elle, à penser les lignes mouvantes entre démocratie et dictature et à voir le 21siècle comme celui de « l’illibéralisme », pour la science politique et l’histoire.

Une inspiration puisée dans l’histoire contemporaine

6S’il se défend de tout message politique, Daniel Écija reconnaît que la série est néanmoins pétrie de références explicites aux « pires cauchemars du 20e siècle » – fascisme, nazisme – et, de manière plus ou moins consciente, à la guerre civile et au franquisme.

7À budget contraint, la direction artistique a recréé le Madrid de l’après-guerre. L’essentiel des décors extérieurs sont d’ailleurs réels et caractéristiques de l’époque. La Colonia Pico de Pañuelo, quartier ouvrier du début des années 1930 et épargné par les combats, donne vie au Secteur 2, celui des pauvres et des vaincus. Comme le pouvoir franquiste, le gouvernement néo-espagnol est installé en périphérie de Madrid (Secteur 1), dont les plans ont été tournés dans le quartier cossu d’El Plantio. Une ancienne usine agroalimentaire de Ségovie (la Choricera), dont l’architecture brutaliste de béton et de brique rappelle la prison franquiste de Carabanchel, sert enfin de décor à la fameuse barrière.

8La série reprend également les codes des régimes autoritaires et totalitaires du 20e siècle, en les mélangeant parfois. La Dirección General de Seguridad, police politique comme sous le franquisme, porte un uniforme noir, avec képi et bottes montantes, qui renvoie, dans l’imaginaire visuel collectif, à celui des SS. Le logotype néo-espagnol fait de chevrons blancs cerclés de noir rappelle à la fois une symbolique militaire et se confond avec un négatif de croix gammée, unie à la bandera nacional. Le nom même du régime est sans équivoque : Nueva España fait partie de la terminologie d’inspiration phalangiste employée sous le franquisme. Sa propagande repose sur une rhétorique populiste : le régime assure l’avenir de la nation (« el futuro nos pertenece », slogan inspiré d’un célèbre chant nazi) par le maintien de l’ordre et la sécurité, dans une acception large, reprenant ainsi le mythe franquiste de l’État protecteur.

9L’ambiance de la série retranscrit également la « culture de guerre » dans l’Espagne franquiste, où toute attaque contre l’autorité est présentée comme du terrorisme et où une population persécutée est condamnée à un « exil intérieur » (clandestinité). L’encadrement de la société est très strict, comme aux heures de la répression franquiste : enregistrement (registre de quartier, carte professionnelle) et surveillance de la population (points de contrôle, réseau d’indicateurs et de référents de quartier, couvre-feu). Quant à la suspension des libertés individuelles, la dictature franquiste eut aussi recours onze fois à l’état d’exception, entre 1956 et 1975.

10Le rapt d’enfants, fil conducteur de la série, renvoie à un crime du régime franquiste. Pendant la guerre civile et la posguerra, environ 300 000 enfants, parfois prétendus morts, ont été retirés de force à leurs familles républicaines pour être éduqués selon l’idéologie du régime.

11Le 7e épisode expose, enfin, clairement la filiation entre cette nouvelle Espagne fictive et le régime franquiste. Dans la série, le dictateur présente un vestige de la Valle de los Caídos – monument franquiste par excellence, détruit dans la fiction –, qui rappelle selon lui « le souvenir glorieux de ce pays », en opposition au « mirage de l’hyperdémocratie », expression sous laquelle il faut voir une référence à l’Espagne démocratique.

12La fin de la saison laisse entrevoir des jours meilleurs pour l’Espagne et sa population, avec un changement politique à l’œuvre. Dans la perspective d’une suite, la dernière scène cultive néanmoins l’ambiguïté en se refermant sur une manifestation populaire Plaza de Oriente, devant le palais royal, haut-lieu des célébrations et commémorations franquistes.

13© Good Mood Productions Atresmedia © Reddit, auteur anonyme

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémy Léger, « La Valla, L’Autre côté (VF) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 153 | 2022, 210-214.

Référence électronique

Jérémy Léger, « La Valla, L’Autre côté (VF) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 01 août 2022, consulté le 24 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18979 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18979

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search