Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153LIVRES LUSJan Synowiecki, Paris en ses jard...

LIVRES LUS

Jan Synowiecki, Paris en ses jardins. Nature et culture urbaines au XVIIIe siècle

Seyssel, Champ Vallon, 2021, 438 p.
Guy Lemarchand
Référence(s) :

Jan Synowiecki, Paris en ses jardins. Nature et culture urbaines au XVIIIe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2021, 438 p.

Texte intégral

1C’est un livre très neuf que présente ici l’auteur. Dans une volonté encore peu répandue d’écrire une histoire, non pas exclusivement écologique, mais qui tienne compte dans ses descriptions et explications des données de l’écologie et également des débats qu’elles ont pu ou pas pu offrir. Il s’agit en l’occurrence d’un terrain d’étude très concret : les dix jardins royaux à Paris aux 17e et 18e siècles, chacun ayant de 8 ha (le jardin du Roi) à 16 ha (les Tuileries). D’après un rôle de 1730, le total des jardins constituerait près de 50 % de l’espace de la capitale laissé par les habitants. Sur les 105 km2 de la ville, nombreux étaient les vastes parcs, jardins particuliers et simples potagers. Or, comme le remarque Antoine Lilti dans la préface, les archives relatives à cette présence du végétal au milieu du bâti, souvent serré, sont abondantes et variées, mais pourtant n’ont été guère étudiées jusqu’à présent, malgré l’attrait pour les historiens de tout ce qui est parisien. Jan Synowiecki s’est lancé dans de vastes dépouillements, consultant aussi bien les classiques archives de la Bastille, celles des notaires, que les Mémoires de l’Académie des sciences et, surtout, l’immensité des fonds imprimés de la BNF. Une importante bibliographie, des travaux vieillis – tout en comportant des renseignements utiles – aux recherches les plus récentes, concourt à l’ampleur de l’information.

2Il apparaît alors combien sont trop simples les idées sur un développement lent, sûr de lui et tranquille du souci écologique, combien est à réviser, biaisée par une lecture trop rapide de Louis-Sébastien Mercier et de son Tableau de Paris (1781), l’image de la grande cité perdue par les pollutions, relativement pacifiée et améliorée par la création de voies et champs laissés enfin à la végétation naturelle. En fait, l’histoire de l’environnement est faite de tensions et conflits multiples et incessants, non pas vains, mais à recommencer sans cesse.

3Curieux de tout et en particulier de tout ce qui peut améliorer le sort de l’homme, le siècle des Lumières, surtout après 1740, s’est longuement penché sur la question de la place à accorder au végétal dans la grande cité nouvelle et de l’entretien à lui apporter. Si Duhamel du Monceau, Buffon ou Béguillet font œuvre scientifique sur ces problèmes, Diderot ou Rousseau mettent la promenade au jardin au premier plan des distractions humaines indispensables. Cependant, l’exemple de Paris montre que les obstacles à un développement mesuré mais croissant des espaces consentis aux plantations sont nombreux et difficiles à surmonter, car derrière ce sujet est mis en cause l’ordre social lui-même.

4Dès le 17e siècle, devant les désordres et nuisances liés à l’urbanisation spontanée, la monarchie commence à réagir et à organiser un ordre rationnel. En 1626, elle crée le Jardin du roi dans le faubourg Saint-Victor, près de la Seine, ce qui en facilite l’approvisionnement en eau pour les plantations. Au 18e siècle, l’institution confirme sa vocation scientifique et, en 1718, le Jardin royal des plantes est rattaché à la faculté de médecine : il va alors multiplier les serres et les pépinières en réglementant l’édification de ces espaces préservés, pour freiner et diriger l’initiative privée, par le règlement de 1733. De plus, avec le rationalisme mercantiliste, l’État veut ordonner le plan de la ville devenue monstrueuse : l’édit de 1674 sépare les boues des rues abondantes des boues de matières fécales, parce qu’elles sont mêlées de déchets, faute de tout-à-l’égout, de service régulier d’évacuation et d’enlèvement ordonné. Elle établit trois lieux de dépôt pour les unes et les autres, situés évidemment dans les faubourgs.

5On pourrait imaginer que, sur ces bases, un ordre nouveau à l’époque des Lumières s’imposerait de lui-même et que les jardins publics prospèreraient sans grande difficulté, tant était grande leur séduction, d’autant que le Jardin du roi, comme les autres grands parcs ensuite, avait ouvert quotidiennement ses portes jusqu’à la Révolution.

6En réalité, de multiples et puissants freins et obstacles vont constamment gêner l’épanouissement attendu. Il y a d’abord la fécondité anarchique de la nature et les prédations dues aux animaux jugés indistinctement nuisibles : vagues d’insectes, taupes, rats et rongeurs divers, chiens et mammifères errants. L’administration répliquera par les barrières basses, les pièges et les campagnes systématiques de chasse aux indésirables. Mais il faudrait y consacrer des crédits dont on ne dispose pas, et le résultat exposé est toujours faible.

7Toutefois, les dangers venus des hommes et des foules sont sans doute pires. Sans parler des vols de bois, accrus par une forte augmentation du prix de la matière à Paris au 18e siècle, l’époque des Lumières amène un afflux de promeneurs et de petits trafiquants, qui amplifie les pestilences humaines. Pour y répondre, les familiers des parcs y poussent à la multiplication des latrines, qui s’avèrent vite dépassées. Avec les cohortes des visiteurs intéressés par le contact avec la végétation viennent aussi d’autres visiteurs qui sont à la recherche de la liberté pour exercer leur activité. Ainsi se trouvent là un nombre important de prostituées et d’homosexuels, attirant eux-mêmes des bataillons de clients nouveaux et anciens, ce qui nuit à la réputation du jardin public. Par ailleurs, l’intensification des échanges suscite l’installation de la contrebande hors des barrières d’octroi, principalement des denrées, la viande fraîche surtout et le tabac. Les cafés, auxquels est attribué le monopole de vente pour un périmètre précis, ne sont pas sans inconvénients non plus : plaisir apprécié, mais qui multiplie les promeneurs sans trop de respect pour la nature végétale, avant tout lieux des plaisirs de la conversation. L’offre du vin et surtout des breuvages exotiques (thé, chocolat, dominés par le goût du café dans toutes les catégories sociales), ainsi que les plateaux de pâtisseries, en accroissent l’attrait. Mais, lieux de rencontres, ils sont aussi lieux d’injures et de rixes qui piétinent plates-bandes et arbustes. Aires de terrain assez plat, des jeux populaires s’y installent, boules, quilles, cerfs-volants, ce qui risque de grossir à l’excès le nombre des visiteurs.

8Face à tout cela, la réplique par la création d’entreprises sociétaires de location de bancs et chaises et de transport urbain en fiacre a surtout pour résultat d’exclure les pauvres du jardin.

9Devant cette accumulation de nuisances et de parasites, il n’y a encore évidemment aucune politique d’ensemble raisonnée d’environnement, mais tout au plus des prises de conscience fragmentaires de la situation et des tâtonnements de la puissance publique. Celle-ci, qui prétend constituer le rempart du commun contre les intérêts particuliers égoïstes, est en réalité affaiblie et ses bonnes intentions humanistes et ses projets de travaux ou de contrôle de l’expansion de la cité sont souvent restreints ou même annulés par sa division en institutions rivales, soucieuses surtout de préséances et de maintien de leurs prérogatives. J’ajouterai soucieuses de leurs liens avec les coteries du gouvernement royal et de la Cour. En effet, trois organismes différents interviennent sur la question des jardins.

10Il y a d’abord la Direction des bâtiments du Roi, créée en 1708 et succédant, avec davantage de puissance, à l’ancienne surintendance des bâtiments, couvrant théoriquement tout le royaume. Elle n’est confiée qu’à des membres des grandes familles et dispose d’une large autonomie de fait, avec son budget alimenté par la dotation du roi et des ressources propres comme la vente des bois morts et branchages d’élagage, d’autant qu’elle gère à la fois les constructions et châteaux, et les espaces décoratifs et arborés des jardins. Du même coup, la dépense augmente au 17e siècle et, en 1752, la dette s’élève à 5,9 millions de livres tournois. À tel point que l’Assemblée des notables (1787-1788) voudra lui faire abandonner et vendre plusieurs sites, manière d’incriminer l’incapacité des ministres et le rôle de ces mêmes notables. S’ajoute la tutelle sur l’institution du Secrétariat à la maison du roi, qui entend faire respecter ses propres vues.

11Il y a également le très envahissant lieutenant de police générale, responsable de l’ordre public dans la capitale, aidé par l’armée de ses « mouches » qui parcourent les jardins. Enfin, plus modeste mais pas sans ses idées propres, s’ajoute l’autorité de l’échevinage et son bureau de ville.

12Ces organismes se heurtent, avec le succès des jardins, à deux contradictions majeures. Pour soutenir et étendre la verdure, il faut jouer avec l’irrégularité des saisons et assurer un approvisionnement régulier en eau d’arrosage : alors ne convient-il pas de réglementer et finalement diminuer la fourniture en eau des propriétaires fonciers, dont les principaux sont des couvents et des aristocrates ? Afin de freiner l’afflux des promeneurs, ne faudrait-il pas barricader certaines pièces des jardins les plus précieuses ? Déjà, à la satisfaction d’une partie des promeneurs, la mise en place des chaises et bancs concédée à des individus ou même à des sociétés privées et l’ouverture des stations de fiacres payant – le tout contre redevance au roi – n’a-t-il pas pour conséquence d’exclure les pauvres du jardin, c’est-à-dire une grande partie de la population ? Et là se situe le nœud de ces problèmes. Au siècle des Lumières subsiste le poids des préjugés et des anciennes hiérarchies féodales, mais fleurissent aussi des projets qui parlent de l’intérêt du peuple, en même temps que s’affirment des initiatives et des réalisations positives mais inégalitaires, parce que fondées sur le capital accumulé et libre, guère étudiées jusqu’à présent, malgré l’attrait pour les historiens de tout ce qui est parisien, ce que Jan Synowiecki ne dégage pas assez nettement. Mais il a raison d’écrire qu’avec le démantèlement des murs de Paris et de l’appétit impécunieux de l’État, multipliant les taxes d’octroi, l’appareil monarchique n’arrive pas à maîtriser l’évolution en cours, c’est-à-dire d’abord la croissance démographique bien connue.

13Ce beau livre révèle une fois de plus, à partir de nombreux petits faits mais sous un aspect nouveau, que la monarchie, après 1740 et avant 1789, est de plus en plus dépassée et quasi impuissante vis-à-vis du mouvement profond de la société. Mais dans les années 1790, on ne peut appréhender que la propriété privée, qu’adorent féodaux anciens et capitalistes libéraux, n’est pas sans limites d’efficacité et de nuisances. Alors le pouvoir tâtonne, tente des essais contradictoires mais ne peut rien résoudre sur des matières environnementales, faute à la fois de connaissance scientifique et de volonté politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Jan Synowiecki, Paris en ses jardins. Nature et culture urbaines au XVIIIe siècle »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 14 août 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/18995 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.18995

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search