Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153LIVRES LUSTheodor Plievier, L’Empereur part...

LIVRES LUS

Theodor Plievier, L’Empereur partit, les généraux restèrent : un roman allemand

Bassac, éditions Plein Chant, 2021, 347 p., 21 €.
Béatrice Bloch
Référence(s) :

Theodor Plievier, L’Empereur partit, les généraux restèrent : un roman allemand, Bassac, éditions Plein Chant, 2021, 347 p., 21 €.

Texte intégral

1Comment l’Allemagne de 1918 a failli devenir bolchevik

2Le livre de Theodor Plievier, L’Empereur partit, les généraux restèrent : un roman allemand, vient d’être publié par les éditions « Plein Chant » dans une remarquable traduction française de Bruno Doizy et avec une préface de Jean-Numa Ducange. L’auteur, Theodor Plievier, était un des écrivains allemands les plus lus et les plus commentés dans les années 1930. Ce livre, initialement publié en 1932 en allemand, devait être suivi de trois autres narrant la suite de l’histoire de l’Allemagne entre 1919 et l’arrivée de Hitler au pouvoir, mais l’auteur fut arrêté net par le nazisme qui fit brûler ses livres et le conduisit à l’exil en URSS. La traduction française est précédée d’une préface très explicite resituant l’auteur et le contexte d’écriture pour un lectorat français contemporain.

3Si l’on peut regretter que le livre (dont l’action se déroule du 17 octobre au 10 novembre 1918) n’aille pas jusqu’à l’assassinat de Karl Liebknecht et de Rosa Luxemburg, l’ouvrage propose une lecture palpitante, emplie de suspense historique concernant la fin de la guerre : comment le courant révolutionnaire, qui jette dans les rues nombre de marins mutinés et d’ouvriers risquant tout pour la grève et signifiant leur refus de partir au front, se transforme-t-il en force politique et révolutionnaire ? Sur le plan historique, l’ouvrage décrit le quasi-basculement de l’Allemagne dans le camp communiste et son basculement (temporaire, du moins à la fin du livre) vers la social-démocratie. Cette fiction est en réalité un véritable documentaire, appuyé sur des témoignages oraux d’une centaine de personnes interrogées par Plievier, d’écrits de personnages politiques de l’époque et de récits d’historiens (cités en postface par l’auteur), comme autant de sources. Il est au plus proche du travail de l’historien et exprime peu un point de vue partisan, même s’il présente pourtant un Ebert froid et pragmatiste, devenu premier président issu du SPD (parti socialiste allemand) le 9 novembre, conspirant secrètement avec le prince à l’insu de ses camarades, tandis qu’il introduit le lecteur dans le psychisme de figures qu’il apprécie davantage et à qui il prête des pensées plus démocratiques, révolutionnaires et courageuses (Hermann Duncker ou Karl Liebknecht).

4On peut regretter qu’il sous-représente l’aile « gauchiste » (dont Rosa Luxemburg, certes en prison à l’époque). Cependant, le renseignement sur les événements est extrêmement précis et objectif, les paroles échangées dans les séances du Parlement sont restituées à partir des minutes des débats réellement tenus, les conseils de guerre avec l’empereur Guillaume II, le prince Max de Bade et les généraux (Hindenburg, Ludendorff), décrits au présent, font entrer le lecteur dans le secret de la décision de son abdication arrachée à l’empereur. Le lecteur assiste en direct aux dilemmes et il est introduit au secret des discussions. Autant dire qu’on ne peut lâcher la lecture, tant on est plongé au cœur des événements et tant sont incertaines les réactions des divers protagonistes, qui se jaugent, s’évaluent, se menacent en tentant des conciliations permanentes. Du point de vue du pouvoir, les questions sont : faut-il mettre un terme à la guerre ? Céder à Wilson et accepter les conditions qu’il dicte ? Faire des concessions politiques au SPD et à l’USPD (parti indépendantiste plus à gauche que le SPD) ? Et jusqu’où concéder pour éviter une république des soviets à l’allemande ? Du côté des insurgés, les questions sont tout aussi pressantes : comment la mutinerie des marins de Kiel dans tel bateau peut-elle faire tache d’huile dans un autre vaisseau et comment convaincre les marins qui restent réticents ? Faudra-t-il créer une panne de courant massive à Berlin dans la centrale électrique de Rummelsburg en refusant d’alimenter les gigantesques machines à vapeur ? Pour les politiques et syndicalistes aguerris, comment mener l’emballement du mouvement ? Quelle traduction politique lui donner ? Comment faire se dérouler les manifestations en évitant que les soldats des garnisons ne tirent sur le peuple, comme ils l’ont fait en 1848 et en 1916, mais se perçoivent comme leurs frères ?

5Plievier utilise néanmoins la forme de la fiction pour rendre le vécu des familles allemandes à la fin de la guerre, dès le deuxième chapitre, après avoir consacré le premier aux débats entre le général Ludendorff et le secrétaire d’État social-démocrate Scheidemann : pour la population, misère extrême par manque aigu de nourriture, queues interminables pour avoir de l’ersatz de nourriture (quand c’est encore disponible), mort d’enfants en bas âge du fait de conditions sanitaires déplorables, disparition à la guerre des jeunes hommes, y compris des pères de famille... Rien de cela n’est abstrait, car nous suivons le vécu de la couturière Trude Müller, contrainte de conduire son enfant à l’hôpital alors qu’il a attrapé une pneumonie et qu’elle est sans nouvelles de son jeune mari parti à la guerre. De là, on passe au vécu de l’ouvrier Lange dans l’usine AEG et à ses questionnements sur l’action politique et syndicale à tenir : ses camarades discutent des concessions trop importantes faites par le syndicat, qui n’a rien obtenu en termes de durée du travail, de salaire horaire ni de droit de grève. « À quoi sert la cotisation syndicale ? », se demandent certains. Les débats entre les diverses tendances du SPD sont présentés, devant des ouvriers de Daimler et Stock, qui évaluent leurs chances de réussir à « retourner » les casernes. Les marins révolutionnaires de Kiel sont présentés, dans la rade de Schillig, 4 escadres et 30 000 hommes, et finissent par refuser d’appareiller, sachant trop bien qu’il s’agit de repartir dans un combat perdant : on neutralise les officiers, on refuse d’alimenter les chaufferies des moteurs pour les vaisseaux. La répression jette nombre d’entre eux aux arrêts et en prison. Des rassemblements se font néanmoins, on libère les prisonniers en suivant le personnage de Bonczyk. Les casernes sont solidaires ; l’amiral Souchon est obligé de téléphoner à Berlin pour signaler les insoumissions. Le député modéré socialiste Noske évite le bain de sang que souhaitait le secrétaire d’État Erzberger, qui prônait la répression pour arrêter la révolution. Les mutins traversent le pays et répandent l’idée de conseils d’ouvriers et de soldats à travers Hambourg, Hanovre, Brême, puis ils démettent le duc de Braunschweig. De grandes villes sont contrôlées par des conseils de soldats. Finalement, c’est à Berlin même que les manifestants défilent, formant une vague de plus en plus massive et impossible à endiguer. Des délégués révolutionnaires prennent la tête de certains cortèges, tandis qu’au contraire, pour le peuple qui a réussi à pénétrer à l’intérieur du Reichstag, le mot d’ordre répété « d’union » (entre le SPD prêt aux concessions avec le pouvoir et l’aile gauche de l’USPD) est repris par une foule désirant être libérée de la guerre et du système hiérarchique, mais n’ayant pas de connaissances politiques : elle ignore qu’elle risque de voir ses revendications étouffées. Certains délégués, grands orateurs de la révolution, ne parviennent pas à temps, arrêtés par la police ou freinés par l’absence de trains. Des tracts rédigés par les Indépendants (de l’USPD, Barth et d’autres) sont distribués dans tout Berlin, appelant au soulèvement. Dans le plus grand désordre sont réunis des soldats, des marins et des ouvriers, qui adoubent le représentant SPD, Friedrich Ebert, ignorant qu’il est très en deçà de leurs demandes. Dans le camp d’en face, le secrétaire de la chancellerie Wahnschaffe, Von Prittwittz, secrétaire particulier de l’empereur, ainsi que Max de Bade, son cousin, conseiller politique et négociateur avec Wilson, ont du mal à convaincre l’empereur d’abdiquer. L’amiral Groener, cependant, craint que les social-démocrates ne maîtrisent plus les masses à Berlin et que celles-ci ne se contentent pas d’exiger l’abdication de l’empereur, mais veuillent une véritable révolution et remettent en cause la propriété. Le pouvoir est ainsi obligé de pactiser avec les députés social-démocrates Ebert, Scheideman, dont il espère qu’ils seront en mesure de calmer les foules. Ebert accepte ainsi de devenir chancelier et essaie d’éviter le bain de sang, en prétendant être capable de maîtriser la rue. Les dernières pages du livre sont tout aussi haletantes et rendent les débats perceptibles par l’usage du point de vue interne projeté dans les pensées des divers partis et protagonistes en présence. Scheideman, sans en prévenir Ebert, proclame la République. Le 9 novembre, Ebert annonce être chancelier, vouloir former un gouvernement et accepte que les officiers fassent tout pour combattre le bolchevisme. Le même jour, vers 16 heures, Karl Liebknecht hisse le drapeau rouge sur le château royal de Berlin en proclamant la « République socialiste libre d’Allemagne ». La confusion règne entre les multiples voies/voix du SPD.

6Ainsi, ce livre est non seulement une aide précieuse pour comprendre le devenir du mouvement révolutionnaire en Allemagne, mais aussi un roman rempli de suspense, où la pensée politique et historique se bâtit à partir de la revendication multiforme qui traversait un pays cherchant à remettre en cause son organisation hiérarchique, en revendiquant paix, pain, démocratie, sortie de la misère, reconnaissance et égalité des êtres humains. L’histoire de la révolution allemande ici n’est pas totale (puisqu’elle ne traite pas de la république proclamée de Bavière, ni de la suite tragique des événements de janvier conduisant à la mort de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg), mais elle est une présentation détaillée, haletante et précise des événements révolutionnaires à un moment où le sort des Allemands est en jeu. De là se réfléchissent les périodes prérévolutionnaires et leurs devenirs ouverts. L’ouvrage offre un moment fort de lecture et de réflexion, qu’on ne quitte qu’à regret.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Bloch, « Theodor Plievier, L’Empereur partit, les généraux restèrent : un roman allemand »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 14 août 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/19007 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.19007

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search