Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153LIVRES LUSPhilippe Apeloig, Enfants de Pari...

LIVRES LUS

Philippe Apeloig, Enfants de Paris, 1939-1945

Paris, Gallimard, 2018, 1120 p.
Pascal Guillot
Référence(s) :

Philippe Apeloig, Enfants de Paris, 1939-1945, Paris, Gallimard, 2018, 1120 p.

Texte intégral

1Entre typographie et mémoire vive

  • 1 Philippe Apeloig s’est fait connaître surtout du grand public par l’affiche de l’exposition Chicago (...)

2C’est un monument de papier, véritable pavé de plus de 1000 pages, qui s’impose par son volume et son poids, que nous livre le graphiste, affichiste et typographe Philippe Apeloig1, convoquant à la fois l’histoire et la création.

3Le grand-père de Philippe Apeloig, originaire de Pologne, du sud de Varsovie, fuyant les pogroms et la misère, s’installe en 1930 à Paris dans le 11e arrondissement et exerce le métier d’ébéniste. « Comment convoquer mon histoire léguée par mes grands-parents et mes parents pour en faire une création ?» s’interroge l’auteur dans son introduction (p. 41). Le déclic de ce livre a lieu en novembre 2004 : sa mère fait apposer dans le village de Châteaumeillant, dans le Cher, une plaque commémorative pour remercier les habitants d’avoir fait œuvre de « désobéissance civile » en ayant caché ses parents et une quarantaine de familles juives pendant l’Occupation. Cet événement déclenche l’envie du graphiste d’imaginer un autre type d’objet de création, imprimé cette fois, sorte de rempart contre l’oubli. The Wall, le mémorial des soldats tués pendant la guerre du Vietnam, œuvre conceptuelle de Land Art de Maya Lin, qui a vu le jour en 1992 à Washington, ainsi que les Papers Missing sur lesquels étaient inscrits les noms des disparus, collés sur les murs après les attentats du 11 septembre 2001, traces de mémoire, signes de vie qui nous accompagnent, servent aussi de référence à Apeloig, qui a vécu et enseigné aux États-Unis.

  • 2 Philippe Apeloig, dans Une journée particulière, émission de Zoé Varier sur France Inter, 9 mai 202 (...)

4Citadin, attentif aux signes de la ville, Apeloig mène un véritable travail d’enquête, entre jeu de piste et traque, avec ses jeunes assistants. Munis d’échelles, d’escabeaux, de matériel photographique et de panneaux réflecteurs ou opaques, d’éclairages pour repérer ces « traces qui passent inaperçues » dans le paysage parisien, parfois dans des endroits incongrus comme les égouts ou les couloirs du métro, ils les photographient. Signes de mémoire que le livre de Pierre Nora n’a singulièrement ni recensés ni commentés, les quelque 1 500 plaques de Paris relatives à la période 1939-1945, probablement en partie en raison de leur relative invisibilité, sont parfois accompagnées d’un anneau en vue de les fleurir, le 8 mai, le 16 juillet ou le 25 août. Il s’agit précisément d’ouvrir le regard sur ces « petits éclats de mémoire ». Les plaques deviennent « comme des pansements, comme si elles soignaient des plaies2 ». Elles ne se restreignent pas à la communauté juive, mais concernent aussi bien des anonymes que des gens célèbres (comme Vercors ou Robert Desnos), des victimes de la guerre, de l’Occupation et des combats de la Libération, des communistes, des travailleuses et travailleurs, des policiers, des postiers, des agents du réseau métropolitain, des gendarmes, des Justes et des enfants, tous très jeunes, entre 15 et 22 ans, d’où le titre de l’ouvrage.

5L’ouvrage est structuré par la géographie parisienne, créant un parcours dans la capitale. Apeloig suit l’escargot des arrondissements parisiens, mais des noms de quartier subsistent délibérément. Chaque arrondissement est incarné par un établissement scolaire sur lequel la mairie de Paris a rappelé le nom des enfants juifs raflés le 16 juillet 1942. À la fin de l’ouvrage, on trouve aussi la liste des plaques posées par les Associations pour la mémoire des enfants juifs déportés (AMEJD) ainsi que celle des plaques disparues.

6Certaines d’entre elles, par leur forme, leur support, leur alphabet (français, arabe, yiddish, hébreu…) ou leur typographie, ne laissent pas notre regard indifférent. Ainsi, l’unique plaque ronde de la capitale sur cette période, rue Saint-Honoré, rend hommage, en anglais, avec un magnifique lettrage aéré doré, à des aviateurs britanniques qui se sont écrasés sur les grands magasins du Louvre en 1943. Apeloig nous sensibilise à la qualité esthétique de ces plaques, qui constituent de véritables créations typographiques. On observe une richesse du vocabulaire graphique, des formes originales. On peut être attentif à la lettre elle-même : ombre et lumière, plein et vide, art du dessin, des combinaisons infinies. Pour Apeloig, les lettres dansent en quelque sorte. En revanche, selon lui, les plaques récentes, d’un « style administratif », sont « bavardes et sans âme », ne résultent d’aucune recherche plastique et typographique. Dans son texte introductif « La mémoire de la mémoire », qui se lit avec un si grand plaisir, le graphiste revient sur son parcours, mais surtout nous familiarise avec le vocabulaire si particulier de la typographie, entre « chasse » et « polices », entre « chemin de fer » et drapeau ».

7Aussi, un texte extrêmement stimulant, « Voir et écouter les murs » de Danièle Cohn, met en relief ce que ce travail représente du point de vue esthétique et philosophique.

8En tout cas, ce travail d’Apeloig est avant tout graphique, visuel, artistique. L’ouvrage lui-même est certes sobre par sa couverture, mais d’une grande élégance avec ses pages de garde bleues au début et rouges à la fin, qui figurent le drapeau tricolore avec le blanc de la tranche des pages et les marque-pages. Pour mettre en appétit le lecteur, des pages d’ouverture et de clôture du livre montrent des caractères typographiques en gros plan, permettant de nous rendre sensibles non seulement aux lettres, mais aussi à la ponctuation, aux chiffres et à d’autres signes. Ce choix accentue la dimension artistique du livre, qui est ainsi davantage qu’un livre d’histoire. Il s’agit d’un livre d’art par le choix du papier, de la typographie, le design de la couverture, le cadrage des photos, la qualité de la reproduction des images et la qualité d’impression.

9Le graphiste est le véritable chef d’orchestre : il touche à tous les supports, il est sur tous les fronts. Il nous permet de cultiver notre regard et parfois de nous bouleverser. Ces plaques sont aussi des sources d’inspiration pour les graphistes d’aujourd’hui.

10Toutefois, singulièrement, la Mairie de Paris n’a aucunement contribué, sous quelque forme que ce soit, à la publication de l’ouvrage. Cela semble étonnant étant donné l’objet du livre, mais révèle aussi précisément la frilosité et la faible considération de nombreuses collectivités locales pour ce type de démarche. En fait, l’engagement des éditions Gallimard ne suffit pas à faire naître un ouvrage dont la conception coûte fort cher. Seul a pu le permettre le mécénat d’un certain nombre d’acteurs privés, dont Pierre Bergé, la Compagnie de Phalsbourg, la Fondation Rothschild et la Fondation Drahi, mais aussi le soutien d’autres acteurs de la vie économique, politique et sociale, comme la Fondation pour la mémoire de la Shoah, la SNCF ou le Parti communiste français. Notons enfin une belle initiative de Monum qui vulgarise cette quête : à l’occasion des Journées du patrimoine en septembre 2021, de nuit, Apeloig a projeté ses photographies de plaques en grand format sur les façades extérieures du Panthéon.

Haut de page

Notes

1 Philippe Apeloig s’est fait connaître surtout du grand public par l’affiche de l’exposition Chicago, naissance d’une métropole, qui a eu lieu au Musée d’Orsay en 1987 ; il a créé les identités visuelles de nombreuses institutions culturelles. Le Musée des arts décoratifs de Paris (MAD) lui a consacré en 2013 une exposition rétrospective, Typorama.

2 Philippe Apeloig, dans Une journée particulière, émission de Zoé Varier sur France Inter, 9 mai 2021. Pour prolonger la découverte de l’univers visuel et de l’histoire familiale du graphiste, on peut écouter aussi La Leçon de choses, émission de Sophie Bober sur France Culture, 10 février 2019, ainsi que la stimulante rencontre « Histoire des plaques commémoratives » du 14 mars 2019 avec notamment Philippe Apeloig, animée par Philippe Trétiak au Mémorial de la Shoah.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Guillot, « Philippe Apeloig, Enfants de Paris, 1939-1945 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 14 août 2022, consulté le 24 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/19020 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.19020

Haut de page

Auteur

Pascal Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search