Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153LIVRES LUSJonathan M. Metzl, Étouffer la ré...

LIVRES LUS

Jonathan M. Metzl, Étouffer la révolte. La psychiatrie contre les Civil Rights, une histoire du contrôle social

Paris, Autrement, 2020, 400 p.
Olivier Maheo
Référence(s) :

Jonathan M. Metzl, Étouffer la révolte. La psychiatrie contre les Civil Rights, une histoire du contrôle social, Paris, Autrement, 2020, 400 p.

Texte intégral

  • 1 The Protest Psychosis : how Schizophrenia became a Black Disease, Boston, Beacon Press, 2010.

1Dans cet ouvrage, Jonathan M. Metzl, psychiatre et professeur à l’université Vanderbilt, dans le Tennessee, démontre comment le diagnostic de la schizophrénie s’est trouvé durant les années 1950-1960 associé aux Africains-Américains. Les mobilisations noires et toutes les formes de révolte contre l’ordre racial ont été décrites comme le produit de désordres psychologiques, et le sens donné à la schizophrénie a lui-même changé. Le titre original, The Protest Psychosis, reprend le terme par lequel deux psychiatres new-yorkais avaient désigné la radicalisation politique durant l’ère du Black Power1. Cette association de la révolte des hommes africains-américains avec la schizophrénie n’est pas le fait d’une intention raciste de certains médecins : elle illustre comment le sens même d’un diagnostic peut se transformer radicalement en fonction des évolutions sociales.

2Metzl décrit la manière dont les catégories de désordres psychiatriques ont évolué depuis le 19e siècle. Ainsi la schizophrénie était considérée, jusqu’aux années 1950, comme associée aux femmes blanches de la classe moyenne et caractérisée par ce que nous nommerions aujourd’hui un état dépressif, qui ne constituait donc pas une menace à l’ordre social. Metzl démontre comment les mobilisations noires, à partir des années 1950-1960, ont conduit à « psychiatriser » la révolte africaine-américaine et plus particulièrement celle des hommes, dont les positions politiques sont rapidement assimilées à des symptômes délirants, transformant la perception de la schizophrénie en une « maladie noire », associée à la supposée hostilité et à l’esprit rebelle des hommes africains-américains à partir du mouvement pour les droits civiques et plus encore avec les années du Black Power.

  • 2 Il s’agit du Ionia State Hospital for the Criminally Insane in Ionia.
  • 3 Loi de 1963 : Community Mental Health Act.

3L’auteur appuie sa démonstration sur les archives d’une institution psychiatrique, l’hôpital de Ionia, dans le Michigan, l’un des « asiles psychiatriques les plus tristement célèbres des États-Unis » (p. 42)2. Il s’interroge sur un angle mort du processus de « désinstitutionalisation », mouvement qui revendiquait la libération des malades souvent maltraités dans les hôpitaux et dont une victoire majeure fut la loi de 1963 sur les centres communautaires de santé mentale, pour un accueil en soins externes3. Le chercheur constate comment à Ionia, alors que le nombre de patients diminue continuellement, le nombre d’hommes noirs internés ne cesse d’augmenter dans la même période.

  • 4 Le soulignement en italique a été choisi par J.M. Metzl.

4L’ouvrage progresse au travers de six parties, avec une succession de cas de cinq patients qui illustrent les traits dominants de la période étudiée. Il ne s’agit pas de nier la réalité de la maladie mentale, mais de démontrer comment les diagnostics et la psychiatrie elle-même dépendent des perceptions de leur époque. Comme Metzl le démontre, « la psychiatrie s’est positionnée en tant qu’autorité contribuant à donner un certain sens à la crise provoquée par les hommes noirs en colère lors du mouvement des droits civiques » (p. 200)4. Le langage utilisé par les médecins est clairement biaisé et reflète leur perception des démonstrations de fierté et de dignité interprétées comme des signes d’agressivité et d’arrogance de la part des hommes noirs. Dans la sixième et dernière partie, la transformation de l’hôpital en prison après 1977 souligne les similarités et la continuité dans la perception des détenus noirs avec celle des patients noirs.

  • 5 William Edward Burghardt Du Bois, The Souls of Black Folk, Chicago, A.C. McClurg & C°, 1903, p.  3. (...)

5Metzl nous invite, au-delà du lien immédiat avec les pratiques des psychiatres, à analyser la façon dont la culture populaire américaine incluait un usage très large du terme de schizophrénie, dont le sens évolue en amont des évolutions des catégorisations définies par les psychiatres. Il rappelle à ce propos comment la notion de « double conscience », proposée par William E.B. Du Bois, contenait déjà cette analyse d’un dilemme identitaire entre américanité et africanité, qui pouvait être interprété comme un terrain schizophrénique5. Cette piste culturelle est fructueuse, cependant cette brève partie se limite à quelques références littéraires et musicales et requerrait de nombreuses autres sources que celles exploitées par Metzl et un autre livre.

6Certains rappels historiques sont particulièrement éclairants, ainsi le débat médical qui, au 19e siècle, opposa Emil Kraepelin, qui avait défini les symptômes d’une dementia praecox et en cherchait l’origine dans la physiologie, à Paul Eugen Bleuler qui, au début du 20e siècle, sous l’influence de la psychanalyse, la redéfinit en inventant le terme de schizophrénie. De même, Metzl montre comment, au fil des publications des nomenclatures psychiatriques, avec à partir de 1951 le fameux Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, plus connu sous l’abréviation DSM, les mêmes symptômes peuvent donner lieu à des interprétations très différentes. Le DSM II, en 1968, bien qu’il apportât de nombreux progrès, opérait comme un texte implicitement raciste lorsqu’il s’agissait de la schizophrénie. Metzl révèle à partir de ses archives certains faits marquants, ainsi la manière dont de nombreux dossiers psychiatriques de patients noirs ont été corrigés durant les années 1960, passant de « troubles de la personnalité » à diverses formes de schizophrénie (p. 176).

  • 6 Delphine Peiretti-Courtis, Corps noirs et médecins blancs. La fabrique du préjugé racial, XIXe-XXe  (...)

7Étouffer la révolte s’inscrit ainsi dans le chantier en développement des recherches sur la racialisation de la médecine, auquel la publication de Corps noirs et médecins blancs vient d’apporter une contribution importante, à laquelle il faudra bientôt ajouter cette année la publication de la thèse d’Élodie Edwards-Grossi6. Metzl exploite de très riches dossiers médicaux et propose une méthodologie de classement rigoureuse, et cela sans rendre la lecture aride et difficile puisqu’il nous présente aussi avec beaucoup d’empathie différents patients souvent victimes des préjugés de leur temps, dont les cas attachants rendent la portée critique de l’ouvrage plus efficace.

Haut de page

Notes

1 The Protest Psychosis : how Schizophrenia became a Black Disease, Boston, Beacon Press, 2010.

2 Il s’agit du Ionia State Hospital for the Criminally Insane in Ionia.

3 Loi de 1963 : Community Mental Health Act.

4 Le soulignement en italique a été choisi par J.M. Metzl.

5 William Edward Burghardt Du Bois, The Souls of Black Folk, Chicago, A.C. McClurg & C°, 1903, p.  3. Dans Les Âmes du peuple noir (1903), Du Bois établit les liens entre culture et résistance et montre comment la culture noire exprime une crise identitaire, un dilemme entre américanité et africanité qu’il définit comme une « double conscience ».

6 Delphine Peiretti-Courtis, Corps noirs et médecins blancs. La fabrique du préjugé racial, XIXe-XXe siècles, Paris, La Découverte, 2021 ; Élodie Edwards-Grossi, Bad Brains. La psychiatrie et la lutte des Noirs américains pour la justice raciale, XXe-XXIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 292 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Maheo, « Jonathan M. Metzl, Étouffer la révolte. La psychiatrie contre les Civil Rights, une histoire du contrôle social »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 14 août 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/19030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.19030

Haut de page

Auteur

Olivier Maheo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search