Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153DOSSIERUne leçon de domestication par Vi...

DOSSIER

Une leçon de domestication par Vincent et Boyer-Fonfrède (1795-1797) : pédagogie et zooagogie au cœur du projet républicain du Directoire

Malik Mellah
p. 55-74

Résumés

L’ambition de cet article est de lire le célèbre tableau La Leçon de labourage de Vincent comme une manière opportuniste ou sincère par l’industriel Boyer-Fonfrède de s’emparer de la promotion « thermidorienne » des sciences de l’homme et de l’agriculture afin de contribuer à la construction d’un nouvel ordre social et politique. Il s’agit également d’en faire le point de départ d’une réflexion sur la mobilisation des figures de la domestication et sur ce que peut être une écologie républicaine directoriale.

Haut de page

Texte intégral

1On trouve dans l’Histoire de la Révolution française de Jules Michelet un intéressant passage, rarement commenté. Bon connaisseur des sources, le déjà historien des animaux décèle sans l’expliciter l’irruption de la crainte d’un dérèglement du processus de civilisation. Il est question de la « désorganisation apparente de la France » au début de l’hiver 1792, prélude aux luttes fratricides et aux grands déchaînements de férocité :

  • 1 Jules Michelet, Histoire de la Révolution française, Livre IX, Chapitre II, Paris, Chamerot, 1850 ; (...)

« Les animaux, dociles, font tout comme les hommes ; intelligents imitateurs, ils ont l’air de comprendre parfaitement que tout est changé ; ils vont, ils se confient aux libertés de la nature, ils font tout doucement, eux aussi, leur 92. La démocratie animale, envahissante, insatiable, franchit les clôtures, les fossés. Le bœuf broute gravement la haie seigneuriale. La chèvre, plus hardie, pousse ses reconnaissances au sein des forêts séculaires ; sans pitié, sa dent niveleuse blesse à mort l’arbre féodal. »1

  • 2 Il faudrait sans doute intégrer la question des « délits ruraux » et des « méfaits agricoles » dans (...)
  • 3 Jean-Luc Chappey, Pierre Serna et Camille Noûs, « L’invention du Barbare sauvage et du Sauvage barb (...)
  • 4 Jean-Luc Chappey, Pierre Serna et Camille Noûs, op. cit.
  • 5 Bronislaw Baczko, Comment sortir de la Terreur. Thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, 1989.
  • 6 Grégoire, Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage d (...)

2Avec les bêtes comme avec les hommes, il est nécessaire de repenser l’équation complexe qui fonde l’ordre social. Un arrangement ancien entre l’humain et la nature prend fin avec la disparition de la monarchie et de la féodalité2. Avec la vision rétrospective des espèces dociles devenues prédatrices, l’irruption du monde sauvage hante les élites, révolutionnaires comme contre-révolutionnaires3. S’il faut exclure les vandales bipèdes ou quadrupèdes du champ politique et des labours, il faut en même temps construire la République avec un peuple émancipé et des finages bouleversés4. Pour le meilleur, mais aussi pour le pire : pour une partie des hommes de la Convention, les excès révolutionnaires se sont accompagnés de formes de dépravation des mœurs, de perversion de la raison ou de retour du sauvage. La « terreur » est associée à la violence et au dérèglement5. Les révoltes du printemps 1795 sont vues par eux comme des déchaînements barbares qui rappellent la nécessité de juguler les errements. Il faut actualiser cette interrogation sur l’homme et sur la nature qui avait déjà irrigué la pensée des Lumières. L’abbé Grégoire peut affirmer, dans son rapport de prairial an II sur l’universalisation de l’usage du français, que « les deux sciences les plus utiles et les plus négligées sont la culture de l’homme et celle de la terre. […] L’homme sauvage n’est, pour ainsi dire, qu’ébauché ; en Europe, l’homme civilisé est pire, il est dégradé6 ». Il établit explicitement la nécessité d’interroger la construction politique comme un arrangement écologique : un état de l’utilisation de la nature, mais aussi un moyen de penser la civilisation et ses degrés.

3C’est dans ce contexte qu’est conçue puis réalisée La Leçon de labourage de François-André Vincent. L’ambition de cette étude est, d’une part, de lire l’œuvre comme une manière de s’emparer de la promotion « thermidorienne » de ces deux « sciences utiles et négligées » de l’homme et de l’agriculture afin de contribuer à la construction d’un nouvel ordre politique et, d’autre part, de réfléchir à la mobilisation des figures de la domestication.

Figure 1 : La Leçon de labourage, François-André Vincent, 1798, musée des Beaux-Arts de Bordeaux.

Se représenter en élite domesticatrice et en instituteur du peuple

  • 7 Malik Mellah, « Réparer les fléaux de la nature et les crimes de la politique. Les enjeux vétérinai (...)
  • 8 Déborah Cohen, «  Vivre comme des chiens ? La vie animale comme modèle et anti-modèle, après l'an I
  • 9 Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et Civilisation. Une histoire politique de Victor de l’Aveyron, Paris, (...)

4L’idée d’une double réparation de la nature et de la société semble s’affirmer au sein des élites thermidoriennes7. La violence organisée des foules ou l’agitation des ouvriers dévoilent un espace d’indétermination politique où ce qui est construit comme la bestialité des uns et l’animalité des autres doit être contenu, puis refoulé8. La distinction entre une élite civilisatrice et un peuple à éduquer devient un des fondements de la culture et de la pratique politique9.

Une esthétique thermidorienne ou l’économie rurale dévoilée

  • 10 Charles Blanc, Histoire des peintres de toutes les écoles. École française, T. III, Paris, Jules Re (...)
  • 11 Pierre Serna, Comme des bêtes. Histoire politique de l’animal en Révolution (1750-1840), Paris, Fay (...)

5C’est dans ce contexte qu’au lendemain de Thermidor, le marchand et négociant d’origine bordelaise, François-Bernard Boyer-Fonfrède (1767-1845), commande à François-André Vincent (1746-1816), une série de tableaux devant former une galerie privée consacrée aux arts, aux sciences, au commerce et à l’agriculture. De cette collection ne voit le jour qu’une seule toile appelée, selon les commentateurs, L’Agriculture, La Leçon d’agriculture ou La Leçon de labourage. L’œuvre, assez célèbre, fait l’objet de nombreux commentaires. Son esthétique et sa polysémie sont bien dans le goût des anthologies : le second 19e siècle y voit « une peinture agricole et sensible, tout à fait dans le goût Louis XVI10 ». Notre époque y lit tantôt une scène de genre, un portrait de groupe (celui d’une famille) et désormais, préoccupation environnementale avançant, une étude animalière. Or, comme l’a justement relevé Pierre Serna, le tableau de Vincent contient bien davantage qu’une scène pastorale ou qu’une allégorie champêtre : il exhibe un véritable programme politique11.

  • 12 Samuel Guicheteau, op. cit., p. 164.

6La Leçon de labourage n’est pas pleinement compréhensible sans l’évocation du traumatisme collectif, mais aussi personnel des années 1792-1794. Boyer-Fonfrède appartient à une catégorie d’entrepreneurs qui entend saisir les possibilités engendrées par la Révolution française. Au printemps 1791, il profite de la redistribution de la propriété ecclésiastique et de la fin des privilèges. Contre la promesse de donner du travail à quelques milliers d’ouvriers, il fonde une manufacture textile à Toulouse dans d’anciens bâtiments religieux12. Il rassemble des fonds, des machines et des techniciens. Parmi ses associés ou collaborateurs, certains apportent des procédés anglais, jalousement gardés, qui doivent être la clé de la réussite de ces nouveaux établissements.

  • 13 Denis Woronoff, Histoire de l’industrie française du XVIe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1994 ; (...)

7Toutefois, les espoirs de Boyer-Fonfrède se heurtent à différentes crises. Après l’entrée en guerre contre l’Espagne (février 1793), une partie des bâtiments est réquisitionnée, des constructions techniques sont enlevées ou détruites. L’approvisionnement en matière première est difficile. Les problèmes les plus importants concernent la main-d’œuvre. La pénurie de main-d’œuvre qui freine le développement économique à la fin du 18e siècle s’accentue encore13. Des conflits éclatent dans un contexte chauffé à blanc. On pointe des pratiques indélicates derrière les secrets industriels ; on met en accusation la politique salariale. Des techniciens anglais sont détenus, plusieurs ouvriers qualifiés font défection, puis passent à la concurrence. La levée militaire enlève bon nombre des plus jeunes travailleurs.

8Les événements politiques atteignent personnellement Boyer-Fonfrède. Son frère, député girondin, est guillotiné à l’automne 1793. Lui-même est notamment l’objet de soupçons d’accaparement. Il expliquera par la suite ces accusations par son attachement aux principes qui ont vu naître la Révolution et par son horreur des excès révolutionnaires.

  • 14 Denis Woronoff, La République bourgeoise, de Thermidor à Brumaire, 1794-1799, Paris, Seuil, (1ère é (...)
  • 15 Henri Causse, « Un industriel toulousain au temps de la Révolution et de l’Empire : François-Bernar (...)

9L’après-Thermidor, perçu à la hauteur de Boyer-Fonfrède, apparaît comme un appareil complexe, entre positionnement conservateur pour gérer sans trop de remous les héritages de l’an II et affirmations républicaines, sans doute sincères. Au sortir des crises de l’an II, les élites doivent œuvrer à établir ou à soutenir un nouvel ordre social et politique, pour réagir à toutes les propositions nées de la synthèse entre des aspirations démocratiques nouvelles et des attitudes issues d’une économie morale plus ancienne. Ces propositions ont été au cœur des revendications salariales et de ce qui est considéré comme de la désobéissance. L’agitation ouvrière, les craintes liées à la mécanisation et toutes les formes de résistance se prolongent au-delà de Thermidor. Elles renvoient à ce que Denis Woronoff qualifie de « guérilla permanente », à ce que Jeff Horn caractérise pour sa part d’« autre grande peur » qui traverse alors la France14. Tout cela constitue une forme de menace par le bas qui perdure, une entrave à l’expansion des projets de Boyer-Fonfrède15.

  • 16 Annie Jourdan, « Politique artistique et révolution française (1789-1800) : la régénération des art (...)
  • 17 Général Pommereul, op. cit., p. 247.
  • 18 Anne Lafont, « À la recherche d’une iconographie “incroyable” et “merveilleuse” : les panneaux déco (...)
  • 19 Cité dans Pierre Serna, Comme des bêtes…, op. cit., p. 188.

10Il faut inventer une nouvelle utopie permettant de construire la société en revenant notamment aux principes fondateurs de la République. Entre utopie et réaction, il s’ouvre un espace pour de nouvelles stratégies politiques et discursives, parmi lesquelles des images telles que la Leçon doivent trouver leur place16. Comme l’affirme le général Pommereul, « il faut que les arts prêchent la morale par leur œuvre, qu’ils entretiennent et élèvent l’esprit public, qu’ils donnent à la fois du plaisir et d’utiles leçons17 ». Évident dans la commande publique, cet effet moral est aussi à considérer dans l’espace domestique de l’hôtel particulier, à l’intersection des sphères privée et publique. Anne Lafont a bien montré comment les ensembles décoratifs destinés aux appartements privés des financiers, des industriels et plus généralement des élites qui émergent sous le Directoire ressortissent d’une iconographie politique autant que de l’étalage d’un luxe ostentatoire18. La Leçon relève d’un idéal social et d’une déclamation personnelle. Le peintre lui-même s’emploie à nous le révéler : « pénétré de cette vérité que l’Agriculture est la base de la prospérité des États, le peintre a présenté un père de famille qui, accompagné de sa femme et de sa jeune fille, vient visiter le laboureur au milieu de ses travaux. Il lui rend hommage en assistant à la leçon qu’il a prié de donner à son fils, dont il regarderait l’éducation comme imparfaite sans cette connaissance19 ». Le tableau est destiné aux regards de cette élite locale qui doit accompagner et pour le moins soutenir les ambitions de Boyer-Fonfrède. La Leçon offre les différentes dimensions de la stature du citoyen-notable-entrepreneur Boyer-Fonfrède qui se fait représenter : son attachement aux valeurs familiales et bourgeoises, son rôle d’instituteur des plus faibles et son statut valorisé de propriétaire terrien, acheteur de domaines en différents départements. La terre rassure : elle dit l’assise financière et stabilise les fortunes. Dans la période du Directoire, le gouvernement des meilleurs est aussi celui d’une élite ancrée dans un terroir, celui des hommes qui sont de quelque part. La terre ne dit pas seulement l’aisance ou l’éligibilité. Elle est l’opposée de la licence urbaine.

  • 20 Jean-Luc Chappey, « Révolution, régénération, civilisation : enjeux culturels des dynamiques politi (...)

11Les hôtels particuliers de l’élite des propriétaires et de la frange savante et entreprenante de la société nouvelle sont des lieux qui doivent dire autant que fonder la notabilité, l’appartenance à une élite économique mais aussi « civilisatrice20 ». Souvent adossés au salon auquel ils donnent accès, ces espaces accueillent solliciteurs aussi bien qu’amis et, selon l’influence de l’hôte, toutes sortes de gens plus ou moins en vue qui veulent faire société aussi bien que carrière. Le choix des œuvres constituant l’ornementation de la pièce est souvent le fait du riche propriétaire, qui se fait collectionneur par goût ou par intérêt.

  • 21 Melvin Allen Edelstein, La Feuille villageoise, communication et modernisation dans les régions rur (...)

12Par sa polysémie, l’œuvre permet le dévoilement progressif d’un discours politique qui se veut républicain modéré. Scène pastorale ou affirmation politique se fondent en effet dans l’économie rurale que cette image illustre. Le syntagme « économie rurale » est de plus en plus employé au lendemain de Thermidor pour désigner une proposition politique spécifique. Ce qui a pu être d’abord un répertoire d’actions et de catégories d’analyse né dans les années 1780 est devenu une idéologie de substitution, un mot d’ordre et un moyen d’action concret. Insistons sur ce dernier adjectif. Préparée aussi par le ministère Roland dès 1792, on assiste à partir de la seconde partie de 1794 et jusqu’à 1799 à la floraison inédite d’une économie politique qui cherche à fonder avec l’agriculture un nouveau type de relations entre le commerce, les arts et techniques et la République21.

  • 22 James Livesey, Making Democracy in the French Revolution, Cambridge, Massachussetts, and London, En (...)

13L’économie rurale ouvre les horizons et les possibilités de la régénération par l’agriculture, car elle correspond à l’action conjointe des Lumières et du gouvernement républicain. L’agriculture, vertueuse, utile et profitable, devient l’activité parfaite pour une république moderne, apaisée et prospère. Une sorte de patriotisme agraire se répand dans l’espace politique, formant comme une alternative au désillusionnement progressif du jacobinisme après Thermidor22.

  • 23 Eschasseriaux aîné, Opinion sur la nécessité et les moyens de régénérer promptement l’agriculture, (...)

14Cette économie rurale, c’est aussi une part importante des débats sur l’éducation comme fondement du lien social. Les mots, forts et répétés, de l’abbé Grégoire ou d’Eschasseriaux inondent le débat politique : « Le jour que vous avez déclaré la France républicaine, vous avez proclamé par-là l’adoption solennelle de cet art [l’agriculture] qui fait les républicains : c’est aujourd’hui que vous devez vous en montrer les pères, et commencer à acquitter les obligations que vous avez contractées envers lui23 ». La commande de Boyer-Fonfrède est aussi une manière de souligner l’importance du premier des arts : La Leçon d’agriculture est un titre qui fait sens.

  • 24 Grégoire, « De l’amélioration de l’agriculture en France », Journal d’agriculture et d’économie rur (...)

15Boyer-Fonfrède obéit, au moins par l’image, au souhait formulé par l’abbé Grégoire, qui avait ardemment rappelé la nécessité que « pour accélérer ce moment, il faut diriger et encourager les travaux du laboureur24 ». Le propriétaire est l’aiguillon de la régénération de l’agriculture, et par là de tout l’ordre social. Tout dans ce tableau, rapporté à l’économie rurale du Directoire, éloigne de la naïveté ou du caractère incongru qu’ont voulu y voir trop de commentateurs.

Une leçon de labourage pour les capitalistes de salon et les enfants ouvriers ?

  • 25 Jean-Pierre Jessenne (dir.), Vers un ordre bourgeois. Révolution française et changement social, Re (...)
  • 26 Jean-Luc Chappey, « Du peuple enfant au peuple malheureux. Questions sur les mutations des dominati (...)

16Le tableau porte un autre des fondements du projet républicain post-thermidorien : l’impératif pédagogique. Boyer-Fonfrède veut participer à un processus de disciplinarisation des ouvriers en même temps que de civilisation du peuple républicain. Il veut en faire le fondement de sa réussite économique. La commande du tableau renvoie à un jeu subtil. À la recherche de capitaux et de soutien, Boyer doit renforcer son inscription dans l’élite civilisatrice des propriétaires. À la recherche d’une main-d’œuvre efficace, rentable et docile, il doit contribuer à la pacification des comportements et à l’intégration de nouvelles hiérarchies selon l’utilité commune. La Leçon de labourage est une œuvre dont les ressorts puisent au cœur de la pensée thermidorienne, qui montre comment l’idée d’un pouvoir doux, cette grande utopie libérale des Lumières, se trouve recyclée dans la construction d’une nation laborieuse et commerciale. Le bon patron, comme le bon souverain, est celui qui, refusant de brusquer ou d’user de la contrainte, veut agir par et sur la sensibilité, et par la raison. Les lois ne suffisant pas à l’équilibre politique et social, l’éducation est un enjeu d’autant plus important. La question est largement investie par le « laboratoire politique » du gouvernement révolutionnaire. Or, Thermidor a constitué une coupure politique, culturelle et sociale. L’abandon des principes d’obligation scolaire ou de gratuité de l’école, qui avaient marqué les propositions en 1792-1793, n’en est qu’un aspect. Les termes du débat et les propositions se modifient au gré de la combinaison des variables politiques et sociales. Ici, la peur du peuple et des mouvements populaires accompagne un processus d’affirmation de valeurs dites « bourgeoises »25. Il faut tout à la fois pacifier les comportements de ce peuple devenu dangereux et faire valoir la perfectibilité de l’humanité. La promotion du bon père de famille et des bonnes mœurs familiales accompagne l’abandon d’une éducation commune dans des établissements étatiques. La distinction entre un peuple à civiliser et une élite civilisatrice est au cœur du tableau aussi bien que de la trajectoire personnelle de Boyer-Fonfrède26.

  • 27 Pierre Guillaume, « Le travail des enfants trouvés à Bordeaux dans la première moitié du XIXe siècl (...)

17Au moment où, au sortir de l’an II, il relance ses affaires industrielles et commande le tableau à Vincent, Boyer-Fonfrède use de ses réseaux et de son prestige d’entrepreneur novateur pour régler ses problèmes de ressources humaines : il veut utiliser les orphelins des hospices. Sans appui familial, ces enfants seraient d’autant plus faciles à discipliner. Sans fortune et sans revenu autre que la charité publique, cette main-d’œuvre pousserait à une modération salariale étendue à tous. Mais Boyer n’est pas seul sur ce marché de la misère. D’autres manufacturiers, notamment bordelais, s’intéressent à la même main-d’œuvre. Il se heurte aussi à des obstacles qui relèvent des mentalités aussi bien que de pratiques anciennes. Au travail industriel, les administrations locales préfèrent le placement dans des familles rurales, un mode de gestion qui a le mérite d’éloigner les jeunes hommes des villes et de fournir des bras aux campagnes27. On comprend enfin ce que cette demande porterait de déséquilibre sur le marché du travail au détriment des ouvriers.

  • 28 Henri Causse, op. cit., p. 125.

18Le recours à la rhétorique politique de l’économie rurale est précieux : en l’an V (1797), les demandes sont entendues et Boyer obtient la permission d’employer 500 enfants provenant des hospices des environs de Toulouse28. Les nécessités industrielles et le turn-over obligent l’entrepreneur à renouveler sa demande, sans toutefois trouver systématiquement une réponse aussi bienveillante. Il faut alors s’adresser directement aux familles indigentes, qui lui délèguent leur autorité. En contrepartie de la mise à disposition des enfants, de leur travail sans limitation ou réglementation, notre entrepreneur promet la possibilité d’apprendre différents métiers dans une « école gratuite d’industrie » : la mécanique, le travail du bois ou du métal. Cette institution demeure sous l’Empire, recevant 100 garçons et 100 filles âgés d’au moins 9 ans.

19L’attention portée à la relation entre l’adulte/père et l’enfant/fils, que l’on retrouve sur le tableau, insiste sur ce transfert d’autorité du père à l’entrepreneur, devenu celui dont la mission est aussi de conduire la partie la plus indigente de la génération naissante vers les métiers utiles et le travail productif. La vocation pédagogique, civilisatrice de l’élite manufacturière urbaine s’accompagne de la consécration du travail productif, et notamment du travail de la terre, jugé plus formateur que le labeur industriel. L’impératif pédagogique et moral est associé à la nécessité d’intégrer et d’assimiler des groupes d’individus parmi les plus faibles au sens propre, qui sont considérés comme des enfants au sein de la nation républicaine : les orphelins, les fils et filles des familles indigentes, mais aussi toute une population de femmes et d’hommes encore jeunes, déracinés et sans ancrage dans les sociétés urbaines en expansion.

  • 29 Cette clause est néanmoins refusée par le ministre de l’Intérieur. Henri Causse, op. cit., p. 125.

20Autant que le labourage, c’est l’idéal de travail productif et de disciplinarisation qui est souligné. On comprend l’habileté de la commande d’un industriel qui, dans une forme de contradiction très révélatrice, donne à voir une activité productive moralement valorisée, tout en subordonnant l’emploi des indigents et l’ouverture d’une école à la possibilité de soustraire ses ateliers aux regards extérieurs et au contrôle29.

Une zooagogie30 au cœur de la pensée républicaine

  • 30 Nous empruntons le terme « zooagogie » au zootechnicien Paul Dechambre, professeur à l’école vétéri (...)
  • 31 Il s’agit de prendre au mot les agronomes et les vétérinaires de la période, qui parlent de « l’édu (...)
  • 32 Paul Dechambre, op  cit., p. 364-366.

21Pour construire la République comme réalité viable, les élites thermidoriennes s’emploient à soutenir un espace intellectuel et politique qui associerait, dans une économie de la production vertueuse, les maillons d’une chaîne qui débute avec le travail de la terre et l’instruction d’un peuple enfant. Le projet politique républicain se veut aussi une dynamique permettant de passer à un mode nouveau de gouvernement du nombre et de la vitalité par les voies enseignées par les sciences directoriales de l’homme et de l’économie rurale. L’impératif pédagogique se double de la promotion d’un corpus zooagogique31, qui doit tout à la fois rompre avec les idées de Descartes, valoriser toutes les théories – de Condillac à Daubenton – qui reconnaissent à l’animal de l’instinct et de l’intelligence, vaincre les arriérations pour diffuser les lumières agronomiques. Il s’agit, par cette zooagogie républicaine – l’économie rurale vétérinaire – de développer toutes les potentialités animales induites par la civilisation, la perfectibilité et la docilité. Il faut bien la différencier de celle de Paul Dechambre au début du 20e siècle, pour qui « par le dressage l’homme substitue sa volonté à la volonté de l’animal32 ».

Donner à voir

  • 33 « La commission d’agriculture et des arts, aux habitans des campagnes », Feuille du Cultivateur, n° (...)

22Boyer-Fonfrède et Vincent savent que l’économie rurale n’est pas simplement une rhétorique : c’est une vision. En témoigne l’adresse de la Commission d’agriculture et des arts aux habitants des campagnes, les appelant à multiplier les troupeaux (1794) : « C’est alors que, couvertes de nombreux troupeaux, les campagnes offriront un tableau aussi animé que riche et varié ; […] libres et heureux, les hommes ne craindront plus de multiplier33 ».

23Le tableau de Vincent mobilise des images qui sont au cœur de la construction du nouvel ordre politique républicain. Le contexte qui porte la création de l’œuvre est celui de la grande fête de l’agriculture comme soutien d’un pacte social et politique. Célébrant, en de multiples communes, les campagnes et leurs laborieux habitants, la cérémonie rapproche les cœurs et les esprits urbains des moissons et du travail rural :

  • 34 Sur la Fête de l’Agriculture, s.l., 1797, imprimé de 8 pages, en ligne sur Google books : <https:// (...)

« Oui, tout, dans la fête de l’Agriculture, les champs couverts de riches moissons, les animaux dociles à la voix de l’homme et qui partagent si heureusement ses travaux, la charrue qui fend le sein de la terre et que nos magistrats s’honorent d’environner, tout ce qui frappe nos yeux dans cette enceinte, et notre pensée qui aime à en franchir les limites pour se promener dans les riches campagnes, tout fait tressaillir notre âme. »34

  • 35 « La charrue sera précédée d’un groupe de vingt-quatre laboureurs choisis parmi les plus anciens du (...)
  • 36 Programme de la fête de l’agriculture pour les grandes communes qui renferment plusieurs Municipali (...)

24Ces festivités républicaines proposent une symbolique très concrète qui inonde la Leçon : des hommes vertueux (« le président proclamera les noms des deux laboureurs qui, par leur intelligence, leur bonne conduite et leur activité, auront plus particulièrement mérité d’être proposés pour modèles »), des paysans, accompagnés de femmes et d’enfants, sont mis en avant. Ils doivent devenir des modèles35. L’exhibition d’instruments sert un discours concret signifiant l’entrée dans une république pacifique et prospère (« les laboureurs s’avanceront vers les deux détachements des Citoyens armés et, à un signal donné, ils feront l’échange des ustensiles du labourage contre les fusils36 »). Enfin, les animaux investissent l’espace et font entrer le vivant au cœur de la célébration :

  • 37 M. Peltier, Paris pendant l’année 1796, op. cit., p. 491.

« À quelques pas devant l’autel de la patrie, on placera une charrue, ornée de feuillages et de fleurs et attelée de bœufs ou chevaux. Dans les communes où on pourra se procurer un char, il suivra la charrue et sera surmonté d’une statue de la Liberté, tenant d’une main une corne d’abondance et montrant, de l’autre, les ustensiles du labourage entassés sur le devant du char. »37

Figure 2 : Journal d’agriculture et de prospérité publique (1793), n° 2.

Figure 3 : Journal d’agriculture et de prospérité publique publié par les membres du comité central du ministère de l’Intérieur, n° 1, l’an II de la République.

25Relèvent également de cet imaginaire les deux gravures (figures 2 et 3) parues dans le Journal d’agriculture et de prospérité publique, des productions iconographiques très rares dans les imprimés agronomiques soucieux d’économie et de réalisme. On y trouve un caractère complexe, fait d’emprunts, de réemplois et de mise en relation.

26Notons que dans la première gravure (figure 2), les montagnes qui constituent l’horizon ont à peu de chose près la même forme que dans la Leçon de labourage. Elles sont renvoyées dans le même arrière-plan vaporeux. Comme dans le tableau, le laboureur, sa charrue et surtout l’attelage bovin accaparent le regard, rejetant les autres expressions du vivant et de la production dans une périphérie très riche sur le plan sémantique, car rassemblant pratiquement un idéal de république ancrée localement et presque autarcique : la république au finage.

27Nombreuses sont aussi les liaisons avec la gravure montrant Cincinnatus en modèle républicain (figure 3) : la forme de la bâtisse enchevêtrée dans le végétal, la présence des ruches, des animaux de basse-cour, l’exhibition d’outils agricoles, rappellent la première gravure qui prolonge le tableau. Tout fait système. Au travers des trois images, nous retrouvons trois cadrages différents de la même réalité. La première gravure (figure 2) constitue le plan le plus large, celui qui offre le plus l’idée de la profondeur et de la richesse de la chaîne de savoirs de l’économie rurale républicaine. Dans cette association picturale, comme dans la littérature agronomique, le maillon central est constitué par la capacité à domestiquer l’animal au service du premier des arts.

28Le bon père, la bonne épouse, les bons enfants avec leurs animaux deviennent les modèles d’une économie domestique mise en espace et en image. Ils manifestent un cercle familial élargi devenu unité de base de l’économie politique républicaine. Dans ces lois du foyer qui deviennent aussi les principes d’une morale publique, la question des bonnes mœurs saisit l’éducation, la conservation et la multiplication d’animaux qui, parce qu’ils sont domestiques, contredisent l’anarchie qui avait sévi jusqu’à Thermidor et annoncent la fertilité.

Faire refluer le sauvage

  • 38 Cité dans Pierre Serna, Comme des bêtes…, op. cit., p. 189.
  • 39 Joseph-André Brun, Science de l’organisation sociale, démontrée dans ses premiers élémens, à Versai (...)
  • 40 Pierre-Charles Lévesque, « Considérations sur l’homme observé dans la vie sauvage, dans la vie past (...)
  • 41 Sur la Fête de l’Agriculture, op. cit.

29La Leçon d’agriculture peut aussi être comprise comme le moyen d’accéder à un degré supérieur de la civilisation par le perfectionnement de l’économie rurale, c’est-à-dire par l’expression savante de la capacité à domestiquer le végétal ou l’animal. La compréhension du tableau s’enrichit de la politique de réduction du sauvage. « C’est le triomphe de l’agriculture, celui qui conduit les hommes par la main et, de degré en degré, de la constitution agreste à la constitution politique38 ». Dans la continuité de Condorcet, nombreux sont les savants du Directoire qui exposent l’importance de l’agriculture dans le processus de civilisation, dynamique que la jeune république couronne et prolonge. Chez Joseph-André Brun, la maîtrise de l’agriculture permet l’accession au septième des dix degrés qui comportent son échelle39. Dans un mémoire lu en ventôse an IV à la classe des sciences morales et politiques de l’Institut, Pierre-Charles Lévesque énonce que « s’il s’imagine de cultiver autour de sa cabane quelques plantes nutritives qui suppléeront au produit de la chasse, [l’homme] est sur le passage de la vie sauvage à la vie policée40 ». Le propos ne diffère pas des discours tenus lors des fêtes républicaines : « Sans l’agriculture, l’homme, réduit aux proportions spontanées de la terre, n’eût été presque en rien supérieur aux animaux, il n’eût été en quelque façon qu’une bête féroce de plus41 ».

30Comme l’image de Cincinnatus (figure 3) ou le frontispice de la publication agronomique (figure 1), le tableau agit comme l’inscription explicite de la France post-thermidorienne dans un processus de civilisation. L’ouvrier féroce, le militant sanguinaire, l’esclave armé, tous transformés en homme-tigre, ne constituent qu’une partie des représentations et des interrogations sur la part animale de l’homme et de la société. Le désordre des terroirs ou l’ensauvagement des finages à partir de l’été 1792, décrits par Jules Michelet, sont parmi les motifs de l’animalisation de la politique au lendemain de Thermidor. Cette part a son opposé ou remède : le catalogue d’images rassurantes d’un ordre rétabli que prétendent fixer la Leçon, les gravures des publications agronomiques ou les nombreuses proclamations des Comité et Commission d’agriculture et des arts.

  • 42 Emma Spary, Le Jardin d’Utopie. L’histoire naturelle en France de l’Ancien Régime à la Révolution, (...)
  • 43 Déborah Cohen, « Vivre comme des chiens… », op. cit., p. 66.
  • 44 Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et civilisation…, op. cit.
  • 45 Jean-Luc Chappey, La Société des observateurs de l’homme (1799-1804), Paris, Société des études rob (...)

31Cette campagne propre et active, bienséante et ordonnée que promeut la Leçon, c’est moins une réalité visible en 1795 qu’une nouvelle étape dans la construction de la République comme processus de civilisation. À rebours des utopies philosophiques ou littéraires mobilisées par le mouvement populaire, les agronomes ou les naturalistes évoquent une situation écologique et sociale idéale à portée de main ou de charrue42. L’œuvre de Vincent active la nécessité d’une « nature policée, réglée […] pour qui la référence animale est celle d’un animal domestique ou de basse-cour43 ». L’assise rurale de la France républicaine se dit dans une société active et apaisée, dont les socs, les serpes ou les faux étendent le domestiqué sur le sauvage, qu’il soit végétal, animal ou humain. Lorsque la société policée découvre dans les bosquets ou les écarts encerclés par l’avancée des terroirs un enfant sauvage, elle travaille à la façon de le civiliser44. Les travaux des vétérinaires, des naturalistes ou des médecins s’additionnent dans une vaste réflexion sur ce que la République est capable d’intégrer dans une véritable écologie politique vertueuse. Cette période voit la promesse des conquêtes agronomiques interagir avec les propositions d’extension de la capacité humaine à domestiquer de nouvelles espèces animales ou à intégrer la variété de l’espèce humaine dans une grande dynamique de civilisation, qui passe aussi par la « colonisation nouvelle » ou la construction de savoirs anthropologiques45. La science de la culture de la terre se lie à celle de l’homme dans le jeu d’une écologie politique républicaine.

La valorisation de la domesticité utile

  • 46 Déborah Cohen, « Vivre comme des chiens… », op. cit.
  • 47 La Décade philosophique et littéraire, tome quatrième, Paris, au Bureau de la Décade, an III, p. 15 (...)
  • 48 Malik Mellah, « Baquets, salons et écuries. Du compagnon animal en révolution », AHRF, 377, 2014, p (...)

32Poussant davantage la lecture politique, il nous faut relever l’absence d’une des formes évidentes de la domesticité. Que ce soit dans le tableau de Vincent ou dans les deux gravures des publications agronomiques, il n’y a pas de chien. D’une part, comme l’a souligné Deborah Cohen, le rejet du « cynisme » rejoint la crainte de la « canaille » en tant que motif politique actif46. Jean-Baptiste Say s’en fait l’écho dans La Décade en l’an III : il dénonce derrière « la manie des animaux inutiles » la prolifération des chiens dans la société47. Dans les courriers envoyés aux vétérinaires d’Alfort, les demandes concernant les chiens se font plus rares sous la République48. Difficile en effet d’exposer à des techniciens qui incarnent la politique de l’animal utile les effets d’une protection mal motivée.

Développer les facultés physiques, intellectuelles et morales

  • 49 François-Xavier Lanthenas, Bases fondamentales de l’Instruction publique et de toute constitution l (...)

33La Leçon de Vincent énonce la dimension politique de l’environnement dans ce moment de construction de l’ordre républicain. La lutte pour les paysages ou par les paysages, ainsi que les efforts pour accroître la production et la circulation des ressources naturelles, constituent les aspects environnementaux évidents d’une écologie politique. Pour transformer la société, il faut comprendre les relations réciproques entre société humaine et milieu naturel. Comme l’affirme en vendémiaire an III François-Xavier Lanthenas (1754-1799), la république doit être fondée sur « une réforme totale de nos habitudes ; ce sont des mœurs nouvelles, des mœurs qui accordent, autant que cela se peut, la nature et l’état social49 ».

  • 50 Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris, Agasse, 1795, p. (...)

34La présence animale reflète la croyance dans la capacité de l’organisation sociale et politique régénérée à accroître les facultés physiques et sans doute morales et intellectuelles. La vue des solides bovins de la Leçon semble faire écho à l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain de Condorcet, qui écrit : « les facultés physiques, la force, l’adresse, la finesse des sens ne sont-elles pas au nombre de ces qualités, dont le perfectionnement individuel peut se transmettre ? L’observation des diverses races d’animaux domestiques doit nous porter à le croire50 ». Dans le tableau, la forme évidente du gouvernement républicain de la nature se révèle dans le développement de l’économie rurale, dans sa dimension vétérinaire depuis le perfectionnement des races jusqu’à l’instruction de ceux qui les utilisent. La Leçon de labourage n’est pas l’initiation à l’art de retourner la terre : elle est zooagogie et pédagogie réunies. L’extension de la capacité humaine passe par le travail, mais aussi par des exigences de douceur des mœurs, de hiérarchie bien entendue et de comportement policé. À la base de l’édifice se trouve la valorisation des vertus domestiques comme premier fondement de tous les arts et des institutions sociales. Celles-ci doivent s’appliquer aux animaux. La littérature agronomique issue de l’économie rurale du Directoire fourmille de références à ces vertus domestiques.

35La place de la dimension animale est l’objet d’une réflexion spécifique dont il nous reste des traces dans les études préparatoires qui nous sont parvenues.

Figure 4 : François-André Vincent (1746-1816), La Leçon d’agriculture (étude préparatoire). Plume et encre brune, lavis brun sur traits de sanguine.

Figure 5 : François-André Vincent (1746-1816), La Leçon d’agriculture (étude préparatoire). Plume et encre brune, lavis brun sur traits de sanguine.

  • 51 Louis-François Jauffret, Dictionnaire étymologique de la langue française à l’usage de la jeunesse, (...)
  • 52 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.
  • 53 Grégoire, Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir le patois…, op. cit., p. 4.

36Davantage que la première (figure 4), la deuxième étude (figure 5), dont la structure est finalement retenue, renvoie à cette éducation de l’individu vertueux, éduqué aux mœurs de la république. La présence beaucoup plus importante de la femme et de la jeune fille proclame la promotion du cercle familial comme unité de base de la république. Elle s’oppose aussi à la solitude du cynique. Il y a ensuite la gestuelle des personnages : au père pointant le laboureur s’oppose le laboureur pointant l’attelage bovin aussi certainement qu’il indique le sens des sillons. L’index tendu fait plus qu’établir un lien entre le groupe des humains et l’attelage animal, plus que matérialiser l’acte pédagogique. Il renvoie à un mot clé : la docilité. Est en effet docile celui qui est « susceptible d’instruction, mot à mot qui suit les documents qu’on lui donne. Document signifie leçon. Il vient du mot docere, enseigner, venant de ducere, conduire, dont la racine est dux, celui qui montre avec le doigt51 ». La docilité s’applique aussi bien aux hommes qu’aux animaux domestiques. Elle introduit l’idée d’une échelle ou d’une grille qui justifie aussi bien la promotion d’une élite que l’extension du cercle de la citoyenneté, autant la valorisation des animaux paisibles et utiles que l’exclusion d’une partie de la population. La docilité n’est pas seulement le résultat d’un processus long de disciplinarisation. Elle est le moyen de fonder un ordre social sur les mœurs52. Elle est le levier qui élève ou rabaisse. Si le sauvage est celui qu’on ne peut instruire ou conduire, « aux vrais républicains, il suffit de montrer le bien ; on est dispensé de leur commander53 ». Entre le domestiqué et le domesticateur, entre le peuple à civiliser et l’élite civilisatrice, il s’établit une gradation, en fonction de la docilité supposée des êtres, c’est-à-dire de la part de la perfectibilité humaine ou de la nature fixe des animaux, part mobilisable grâce aux possibilités techniques, institutionnelles ou morales. La troisième différence concerne les animaux. La seconde étude dévoile davantage la puissante musculature des bêtes et leur imposant arrière-train. On y voit la force de traction, on y devine l’engrais, on y ressent la viande. On y perçoit aussi l’effet puissant de la domesticité et du maillon vétérinaire de l’économie rurale.

  • 54 Nouveau cours complet d’agriculture théorique et pratique, t. I., à Paris, chez Deterville, 1809, p (...)

37Une dernière différence se cache, pourtant elle fait sens. Il s’agit de l’absence de pointe à l’aiguillon. De manière encore plus prononcée sur l’œuvre achevée, l’aiguillon que transmet le laboureur à l’enfant ne possède pas cet élément pointu qui blesse les bêtes aussi bien que la morale. Dans la littérature agronomique du Directoire, elle dit la férocité du paysan. « Je voudrois donc que les bouviers renonçassent à mettre une pointe de fer à leur aiguillon, ou n’en fassent que le moins usage possible, et ce pour leur intérêt même54 ». Le peintre et son commanditaire semblent devancer ces lignes écrites par Bosc pour son Cours complet d’agriculture compilant le savoir de l’économie rurale républicaine.

Conclusion

38Que montre en définitive le tableau de Vincent à l’historien soucieux de faire de sa discipline une science du présent ? D’abord la nécessité de réinvestir Thermidor et le Directoire, qui peuvent être associés à un véritable laboratoire d’expériences politiques ou sociales par lesquelles une nouvelle forme de gouvernement du vivant a pu être dessinée. Une élite « raisonnable », appuyée par une classe enrichie de laboureurs et de propriétaires, apporterait à un peuple enfant les possibilités d’extension de la capacité humaine à domestiquer la nature ou à éloigner le sauvage pour finalement prolonger le processus de civilisation, en jouant des deux leviers immédiatement mobilisables que sont la perfectibilité humaine et la docilité des animaux domestiques.

  • 55 Jean-Pierre Jessenne (dir.), Vers un ordre bourgeois…, op. cit, en particulier Philippe Minard, « L (...)

39Au travers de la personnalité et des ambitions du commanditaire du tableau, il faut aussi lire l’opportunisme d’une partie des élites promptes à confisquer à leur profit les principes, mais aussi les formes et les subtilités de la grande mobilisation physiologique, en accablant toujours plus la frange fragile qui met en branle l’attelage : le goujat ou le charretier, ceux que le 19e siècle pointera sans cesse du doigt pour leur impéritie ou leur brutalité. Ainsi se construisent certaines des attitudes de cette « nouvelle » classe bourgeoise qui domine le 19e siècle : la peur sociale de l’indocilité, l’exhibition de sa capacité à établir un ordre ou à conserver le contrôle de la terre et de ses travailleurs55.

40En traçant subtilement les contours d’une écologie politique directoriale avec ses ambiguïtés, La Leçon d’agriculture nous rappelle enfin la possibilité de penser la modernité politique avec les animaux.

Haut de page

Notes

1 Jules Michelet, Histoire de la Révolution française, Livre IX, Chapitre II, Paris, Chamerot, 1850 ; Paule Petitier et Élisabeth Plas (dir.), Jules Michelet et la démocratie naturelle, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2021.

2 Il faudrait sans doute intégrer la question des « délits ruraux » et des « méfaits agricoles » dans cette perspective, en reprenant l’enquête fouillée d’Octave Festy, Les Délits ruraux et leur répression sous la Révolution et le Consulat. Étude d’histoire économique, Paris, Librairie Marcel Rivière et Cie, 1956.

3 Jean-Luc Chappey, Pierre Serna et Camille Noûs, « L’invention du Barbare sauvage et du Sauvage barbare : un coup d’État sémantique contre la Révolution », Dix-huitième siècle, vol. 52, n° 1, 2020, p. 199-219.

4 Jean-Luc Chappey, Pierre Serna et Camille Noûs, op. cit.

5 Bronislaw Baczko, Comment sortir de la Terreur. Thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, 1989.

6 Grégoire, Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française, Imprimerie nationale, 1794, p. 4.

7 Malik Mellah, « Réparer les fléaux de la nature et les crimes de la politique. Les enjeux vétérinaires sont des enjeux politiques (1792-1795) », dans Jérôme Lamy et Romain Roy (dir.), Pour une anthropologie historique de la nature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 211-224.

8 Déborah Cohen, «  Vivre comme des chiens ? La vie animale comme modèle et anti-modèle, après l'an II

9 Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et Civilisation. Une histoire politique de Victor de l’Aveyron, Paris, Fayard, 2017.

10 Charles Blanc, Histoire des peintres de toutes les écoles. École française, T. III, Paris, Jules Renouard, 1863, p. 35.

11 Pierre Serna, Comme des bêtes. Histoire politique de l’animal en Révolution (1750-1840), Paris, Fayard, 2017, p. 189.

12 Samuel Guicheteau, op. cit., p. 164.

13 Denis Woronoff, Histoire de l’industrie française du XVIe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1994 ; Samuel Guicheteau, op. cit.

14 Denis Woronoff, La République bourgeoise, de Thermidor à Brumaire, 1794-1799, Paris, Seuil, (1ère édition 1972), 2004 ; Jeff Horn, The Path Not Taken, French Industrialization in the Age of Revolution, 1750-1830, Cambridge, Massachussetts, London, England, The MIT Press, 2006.

15 Henri Causse, « Un industriel toulousain au temps de la Révolution et de l’Empire : François-Bernard Boyer-Fonfrède », Annales du Midi, 1957, 69-38, p. 125.

16 Annie Jourdan, « Politique artistique et révolution française (1789-1800) : la régénération des arts : un échec ? », AHRF, 309, 1997, p. 401-421 ; Georges-Marie Raymond, De la peinture considérée dans ses effets sur les hommes en général et de son influence sur les mœurs et le gouvernement des peuples, Paris, Charles Pougens, an VII ; Général Pommereul, « Des institutions propres à encourager et perfectionner les beaux-arts en France », dans De l’art de voir dans les beaux-arts, Paris, chez Bernard, an VI.

17 Général Pommereul, op. cit., p. 247.

18 Anne Lafont, « À la recherche d’une iconographie “incroyable” et “merveilleuse” : les panneaux décoratifs sous le Directoire », AHRF, 340, 2005, p. 5-21.

19 Cité dans Pierre Serna, Comme des bêtes…, op. cit., p. 188.

20 Jean-Luc Chappey, « Révolution, régénération, civilisation : enjeux culturels des dynamiques politiques », dans Pour quoi faire la Révolution, Marseille, Agone, 2012, p. 115-148.

21 Melvin Allen Edelstein, La Feuille villageoise, communication et modernisation dans les régions rurales pendant la Révolution, Paris, Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution française, Mémoires et Documents, XXXIV, Bibliothèque nationale, 1977 ; Octave Festy, « L’agriculture pendant la Révolution française : les journaux d’agriculture et le progrès agricole (1789-an VIII) », Revue d’histoire économique et sociales, vol. 28, n° 2 (1950), p. 148-168 ; Malik Mellah, « Nourrir et diffuser les “Lumières agronomiques”  : Jean-Baptiste Dubois et la Feuille du cultivateur (1788-1802) », Histoire & Sociétés Rurales, vol. 52, n° 2, 2019, p. 103-134.

22 James Livesey, Making Democracy in the French Revolution, Cambridge, Massachussetts, and London, England, Harvard University Press, 2001.

23 Eschasseriaux aîné, Opinion sur la nécessité et les moyens de régénérer promptement l’agriculture, imprimé par ordre de la Convention nationale, Paris, Imprimerie nationale, brumaire an III, p. 2.

24 Grégoire, « De l’amélioration de l’agriculture en France », Journal d’agriculture et d’économie rurale par Borrelly, tome I, Paris, Imprimerie du journal d’agriculture, l’an 3 de la République, p. 213.

25 Jean-Pierre Jessenne (dir.), Vers un ordre bourgeois. Révolution française et changement social, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, publié sur OpenEdition Books, février 2015.

26 Jean-Luc Chappey, « Du peuple enfant au peuple malheureux. Questions sur les mutations des dominations sociales et politiques entre la république thermidorienne et l’Empire », La Révolution française [En ligne], n° 9, 2015, mis en ligne le 16 novembre 2015. URL : <http://journals.openedition.org/lrf/1402>.

27 Pierre Guillaume, « Le travail des enfants trouvés à Bordeaux dans la première moitié du XIXe siècle », dans Roland Caty (dir.), Enfants au travail : Attitudes des élites en Europe occidentale et méditerranéenne aux XIXe et XXe siècles, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2002, p. 109-122.

28 Henri Causse, op. cit., p. 125.

29 Cette clause est néanmoins refusée par le ministre de l’Intérieur. Henri Causse, op. cit., p. 125.

30 Nous empruntons le terme « zooagogie » au zootechnicien Paul Dechambre, professeur à l’école vétérinaire d’Alfort : « Par le dressage, l’homme substitue sa volonté à la volonté de l’animal. On a nommé encore le dressage zooagogie, par analogie avec le terme de pédagogie ». Paul Dechambre, Traité de zootechnie, t. I, deuxième édition, Paris, Charles Amat, Asselin & Houzeau, 1911, p. 364.

31 Il s’agit de prendre au mot les agronomes et les vétérinaires de la période, qui parlent de « l’éducation des animaux » en l’associant à la transformation des mœurs humaines par la pédagogie. Paul Dechambre, op. cit., p. 364-366.

32 Paul Dechambre, op  cit., p. 364-366.

33 « La commission d’agriculture et des arts, aux habitans des campagnes », Feuille du Cultivateur, n° 33, septidi 17 prairial an 2 (5 juin 1794).

34 Sur la Fête de l’Agriculture, s.l., 1797, imprimé de 8 pages, en ligne sur Google books : <https://books.google.fr/books?id=f5lcAAAAcAAJ&pg=PA8&dq=fête+de+l%27agriculture&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiA8e2On_rjAhWG4IUKHfjjBI0Q6AEILzAB#v=onepage&q&f=false>.

35 « La charrue sera précédée d’un groupe de vingt-quatre laboureurs choisis parmi les plus anciens du canton, et recommandables par la constance et les succès de leurs travaux, ils seront précédés de leurs femmes et de leurs enfants », M. Peltier, Paris pendant l’année 1796, Vol. VII, Londres, Imprimerie de Baylis, 1796, n° LX, 2 juillet, p. 491.

36 Programme de la fête de l’agriculture pour les grandes communes qui renferment plusieurs Municipalités, Paris, Imprimerie nationale.

37 M. Peltier, Paris pendant l’année 1796, op. cit., p. 491.

38 Cité dans Pierre Serna, Comme des bêtes…, op. cit., p. 189.

39 Joseph-André Brun, Science de l’organisation sociale, démontrée dans ses premiers élémens, à Versailles de l’imprimerie de Locard fils, à Paris chez Cerioux et chez Moutardier, an VII, p. 8-10.

40 Pierre-Charles Lévesque, « Considérations sur l’homme observé dans la vie sauvage, dans la vie pastorale et dans la vie policée, lu le 2 ventôse an 4 », Mémoires de l’Institut national des sciences et arts, pour l’an IV de la République. Sciences morales et politiques, T. I, Paris, Baudouin, thermidor an VI, p. 219.

41 Sur la Fête de l’Agriculture, op. cit.

42 Emma Spary, Le Jardin d’Utopie. L’histoire naturelle en France de l’Ancien Régime à la Révolution, Paris, Publications scientifiques du Muséum d’histoire naturelle, 2005, p. 185.

43 Déborah Cohen, « Vivre comme des chiens… », op. cit., p. 66.

44 Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et civilisation…, op. cit.

45 Jean-Luc Chappey, La Société des observateurs de l’homme (1799-1804), Paris, Société des études robespierristes, 2002 ; Bernard Gainot, « La Décade et la “colonisation nouvelle” », AHRF, 339, 2005, p. 99-116.

46 Déborah Cohen, « Vivre comme des chiens… », op. cit.

47 La Décade philosophique et littéraire, tome quatrième, Paris, au Bureau de la Décade, an III, p. 158-162.

48 Malik Mellah, « Baquets, salons et écuries. Du compagnon animal en révolution », AHRF, 377, 2014, p. 81-107.

49 François-Xavier Lanthenas, Bases fondamentales de l’Instruction publique et de toute constitution libre, ou moyens de lier l’opinion publique, la morale, l’éducation, l’enseignement, l’instruction, les fêtes, la propagation des lumières, et le progrès de toutes les connaissances, au Gouvernement national républicain, seconde édition, Paris, chez les Marchands de nouveautés et chez l’auteur, vendémiaire an III.

50 Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris, Agasse, 1795, p. 361.

51 Louis-François Jauffret, Dictionnaire étymologique de la langue française à l’usage de la jeunesse, T. I, à Paris, chez A.J. Dugour et Durant, an VII, p. 185.

52 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

53 Grégoire, Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir le patois…, op. cit., p. 4.

54 Nouveau cours complet d’agriculture théorique et pratique, t. I., à Paris, chez Deterville, 1809, p. 176.

55 Jean-Pierre Jessenne (dir.), Vers un ordre bourgeois…, op. cit, en particulier Philippe Minard, « L’héritage historiographique », p. 21-35 ; Christophe Traïni, La Cause animale (1820-1980) Essai de sociologie historique, Paris, PUF, 2011, p. 40-41.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La Leçon de labourage, François-André Vincent, 1798, musée des Beaux-Arts de Bordeaux.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/19165/img-1.gif
Fichier image/gif, 6,2M
Légende Figure 2 : Journal d’agriculture et de prospérité publique (1793), n° 2.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/19165/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Figure 3 : Journal d’agriculture et de prospérité publique publié par les membres du comité central du ministère de l’Intérieur, n° 1, l’an II de la République.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/19165/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Figure 4 : François-André Vincent (1746-1816), La Leçon d’agriculture (étude préparatoire). Plume et encre brune, lavis brun sur traits de sanguine.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/19165/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Figure 5 : François-André Vincent (1746-1816), La Leçon d’agriculture (étude préparatoire). Plume et encre brune, lavis brun sur traits de sanguine.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/19165/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malik Mellah, « Une leçon de domestication par Vincent et Boyer-Fonfrède (1795-1797) : pédagogie et zooagogie au cœur du projet républicain du Directoire »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 153 | 2022, 55-74.

Référence électronique

Malik Mellah, « Une leçon de domestication par Vincent et Boyer-Fonfrède (1795-1797) : pédagogie et zooagogie au cœur du projet républicain du Directoire »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 01 août 2022, consulté le 24 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/19165 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.19165

Haut de page

Auteur

Malik Mellah

IHMC-Collège des études mondiales FMSH Paris

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search