Navigation – Plan du site

AccueilNuméros153DOSSIERGarde, gardiens, animaux et visit...

DOSSIER

Garde, gardiens, animaux et visiteurs : les enjeux de l’ordre public à la ménagerie du Muséum d’histoire naturelle de Paris sous l’administration de Frédéric Cuvier (1803-1838)

Anne-Louise Le Cossec
p. 75-92

Résumés

Indispensable pour répondre aux ambitions multiples qui ont accompagné sa formation, qu’elles soient savantes, économiques ou civiques, l’ordre public à la ménagerie du Muséum d’histoire naturelle de Paris est, selon l’administration et notamment Frédéric Cuvier, garde de la ménagerie, mis à mal par l’attitude des gardiens dans le premier tiers du 19e siècle. Dans une certaine mesure, l’administration semble rechercher, parallèlement à la domestication des animaux, celle de son personnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Richard W. Burckhardt, « La Ménagerie et la vie du Muséum », dans Claude Blanckaert, Claudine Cohen (...)
  • 3 Pierre Serna, Comme des bêtes. Histoire politique de l’animal en Révolution (1750-1840), Paris, Fay (...)
  • 4 Emma C. Spary, Le Jardin d’utopie. L’histoire naturelle en France de l’Ancien Régime à la Révolutio (...)

1Lorsque Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, intendant du Jardin des plantes depuis 1792, exprime son désir de la création d’une ménagerie au sein de l’institution, il n’en fait pas un unique lieu d’édification du savoir, mais tente de mettre en évidence les multiples rôles qu’elle pourrait remplir au sein de la société au moment où les bouleversements politiques semblent rendre possible l’avènement d’une nouvelle communauté, celle des citoyens éclairés par l’observation de la nature. L’un des professeurs-administrateurs du Muséum, Bernard Germain Étienne de la Ville-sur-Illon, comte de Lacépède, reprend cette idée dans différents écrits qu’il publie entre 1795 et 1801, voyant dans la ménagerie le moyen d’élever la moralité du peuple, tandis que le savoir qui s’y construirait à travers les expériences d’acclimatement et de naturalisation des animaux devrait permettre de développer l’agriculture et l’économie du pays2. Il voit dans la forme des ménageries des marqueurs de civilisation et fait le portrait d’une ménagerie républicaine où l’observation d’animaux libres et paisibles rejaillirait sur le comportement des citoyens, d’autant qu’au lendemain de la Terreur, le discours sur la bestialité du peuple, dont il faut pacifier les mœurs, imprègne les élites3. Le projet de ménagerie s’inscrit donc pleinement dans la présentation du Muséum comme « un modèle d’harmonie sociale et d’utilité nationale » en l’an III4.

  • 5 Yves Laissus, Jean-Jacques Petter, Les Animaux du Muséum, 1793-1993, Paris, Imprimerie nationale, 1 (...)
  • 6 Richard W. Burckhardt, op. cit., p. 481-508.

2Il faut attendre le 16 mai 1794 pour que la ménagerie voie officiellement le jour, à la suite d’une décision du conseil général de la Commune de Paris décidant du transfert des animaux montrés dans les rues de la capitale, en raison du désordre qu’ils suscitaient, à l’ancien Jardin des plantes. Témoignant de la soudaineté de la décision, les professeurs-administrateurs engagent comme soigneurs les anciens propriétaires des animaux, qui sont placés dans leur cage sous les arcades des galeries5. Les conditions de vie des animaux sont mauvaises au cours de ces premières années : les fonds nécessaires à la réalisation de logements adaptés aux animaux, tant du point de vue des conditions climatiques que de la salubrité, continuent de se faire attendre tandis que le public souhaite voir des animaux non au repos mais en action, n’hésitant pas pour cela à leur lancer des pierres6.

  • 7 AN. AJ/15/105, 29 frimaire an XII.
  • 8 Emma C. Spary, op. cit., p. 141 et 151.

3La ménagerie connaît un nouveau développement au tournant de 1803 et 1804 avec la création d’une fonction de garde de la ménagerie et le début des travaux visant à construire des infrastructures dédiées. À cette occasion, les dimensions savante, économique et sociale portées par Lacépède sont remises en avant, ainsi que l’illustre le règlement relatif à une nouvelle fonction. Les seize articles qui définissent le statut et les missions du nouvel administrateur placé sous l’autorité du professeur de zoologie des quadrupèdes et des oiseaux, Étienne Geoffroy-Saint-Hilaire, fixent en quelque sorte la hiérarchie de ces enjeux et leur lien étroit7. L’article 1 énonce que « l’officier dont l’emploi relatif à la surveillance des gardiens des animaux […] portera le nom de garde de la ménagerie ». Il est complété par l’article 5 : « sa surveillance aura pour objet la bonne santé des animaux et le maintien du bon ordre lorsque le public sera introduit auprès d’eux », tandis que le dernier rappelle qu’il doit être présent en permanence à la ménagerie, qui est ouverte quotidiennement au public. L’objectif d’ordre est donc placé en premier, l’utilité savante et économique en découlant. Ce sont les articles 10 à 13 qui la définissent, autour de « l’acclimatement et la naturalisation d’espèces étrangères (…) pour l’économie rurale ou domestique », « les expériences » pensées par les professeurs ainsi que « l’étude des mœurs ». L’acclimatement et la naturalisation des espèces renvoient à l’introduction d’animaux étrangers et à leur progressive adaptation à un environnement différent de celui d’où ils ont été extraits. La réussite de cette entreprise doit être assurée par leur capacité à se reproduire et à donner naissance à des races perfectionnées à partir de la modification de leurs propriétés naturelles. Ces nouvelles races sont au service de l’économie rurale, en fournissant davantage de laine ou en tant que force de traction. Elles sont précieuses à l’économie domestique en améliorant la vie quotidienne des paysans. La ménagerie devient dans ce cadre un lieu « utile » et non plus un simple lieu d’exposition d’espèces exotiques témoignant de la richesse de la nature. Dans cet espace, l’étude des mœurs renvoie à l’observation de leurs comportements, de leurs actions, de manière à en obtenir une connaissance permettant potentiellement à l’homme d’agir sur les animaux, en lien avec l’objectif de cette domestication des espèces8. Il faut cependant remarquer que si le public est admis à la ménagerie, ce sont bien les enjeux scientifiques et économiques qui sont mis en avant. L’ouverture au public renvoie moins à la construction d’une citoyenneté, par l’intermédiaire du spectacle édifiant d’animaux en apparence libres et paisibles, qu’au maintien d’un ordre public indispensable à la poursuite des objectifs énoncés dans le règlement.

4Suivant la perspective adoptée par Pierre Serna dans son histoire politique des animaux, éclairant au prisme des bouleversements politiques suscités par la Révolution française, dans un jeu de miroir, les regards portés sur les animaux et sur les hommes par les détenteurs du pouvoir politique et du savoir officiel, il s’agit donc d’interroger l’évolution de ce projet, celui d’un lieu où, en parallèle de la construction d’un savoir sur les animaux, le peuple devait recevoir une éducation morale grâce à leur observation. Que devient cette ambition à une période où le spectre d’une république démocratique ne cesse de s’éloigner, de la fin du Consulat à la monarchie de Juillet, correspondant donc à l’administration du garde de la ménagerie ?

Des désordres récurrents

5La vie quotidienne à la ménagerie, telle qu’elle se présente dans les sources, met à rude épreuve l’ordre public du fait de la rencontre de ces divers acteurs. Le jour même de l’adoption du projet relatif à la création du garde de la ménagerie, Geoffroy-Saint-Hilaire interpelle les professeurs afin qu’ils confirment la destitution de Félix Cassal, responsable d’un duel qui l’a opposé à Guichenot, employé de la ménagerie :

  • 9 AN. AJ/15/105, 29 frimaire an XII.

« […] si vous vous rappelez les autres délits qui lui ont été imputés et que dans mon dernier rapport j’ai cherché à atténuer le plus possible, vous vous verrez, dis-je, contraints à user à l’égard de Félix Cassal de la voie de rigueur que vous avez en main, la destitution : quoique provoquer une pareille mesure soit toujours un devoir bien pénible à remplir, je le fais aujourd’hui. »9

  • 10 Violette Pouillard, En captivité. Politiques humaines et vies animales dans les jardins zoologiques (...)
  • 11 AN. AJ/15/105, 29 frimaire an XII.
  • 12 AN. AJ/15/105, 6 nivôse an XII.

6Félix Cassal est alors gardien des animaux féroces. C’est une personnalité importante de la ménagerie, comme en témoigne une gravure de Jean-Baptiste Huet où il est représenté portant un lionceau aux côtés des lions Marc et Constantine, rapportés d’Afrique du Nord en 1798. Cette même année, il apparaît dans un guide pour enfant de la ménagerie comme un modèle de sensibilité à l’égard des animaux10. Le professeur de zoologie des mammifères, qui a en charge la ménagerie, doit prévenir les désordres, mais ses fonctions d’enseignement et de recherche ne lui permettent vraisemblablement pas d’y parvenir, aussi la nomination d’une personne présente en permanence paraît-t-elle nécessaire. Cette décision ne concerne pas seulement les hommes, mais également les animaux avec qui ils entretiennent des relations quotidiennes. Suivant Geoffroy-Saint-Hilaire, le garde de la ménagerie doit idéalement être « médecin d’animaux, naturaliste habile et […] versé dans la connoissance de l’administration11 ». À l’assemblée des professeurs, le 29 frimaire an XII, il évoque les différents candidats et justifie le refus de choisir un vétérinaire qui « ne se croirait engagé qu’à des visites de médecin, lorsque nous avons besoin d’un administrateur, qui fut sans cesse occupé d’une surveillance très active ». Il faut donc un naturaliste : « avec le tems et des observations fréquemment répétées, un naturaliste laborieux […] acquiert les connoissances nécessaires pour diriger le traitement à faire aux animaux malades ». C’est finalement Frédéric Cuvier, frère du professeur d’anatomie comparée Georges Cuvier, qui obtient le poste nouvellement créé, quelques jours après l’adoption du règlement qui fixe ses missions, le 6 nivôse an XII12.

Figure 1 : portrait de Frédéric Cuvier par Ambroise Tardieu, sans date. Source : collections du Muséum national d’Histoire naturelle, PO249.

  • 13 Il publie un article avec Jean-Baptiste Biot sur la pile voltaïque : Annales de chimie ou Recueil d (...)
  • 14 Dorinda Outram, Georges Cuvier. Vocation, science and authority in post-revolutionnary France, Manc (...)

7Disposant d’une formation d’horloger, il en abandonne la carrière et arrive à Paris autour de 1799, menant dès lors différentes missions au sein du réseau de patronage de Georges Cuvier, témoignant alors d’une appétence particulière pour la physique et la chimie13. Dans une institution qui fonctionne selon une logique de patronage en partie familiale14, sa nomination n’est pas complètement surprenante. S’il ne peut pas mettre en avant une grande expérience au contact des animaux, c’est sous le rapport des relations humaines qu’il mériterait cette place :

  • 15 AN. AJ/15/105, 29 frimaire an XII.

« sa modestie l’a mis dans le cas de faire croire qu’il ne s’occupoit que de la science de la chimie […] Il a quelqu’habitude de la comptabilité, et sçait manier les hommes quoiqu’en les traitant avec douceur. Je me plais à lui rendre cette justice. […] il est parfaitement au courant des devoirs qu’il auroit à remplir si vous lui accordiez vos suffrages. »15

  • 16 Richard W. Burckhardt, op. cit.

8Il insiste donc sur ces qualités diplomatiques plutôt que sur la connaissance des animaux dont il aura la charge, puisqu’il n’est pas le candidat le plus qualifié en cette matière, ce qui confirme l’importance de la surveillance et de la direction du personnel de la ménagerie dans la fonction à laquelle il est promis. Pour autant, il développe, durant la trentaine d’années qu’il passe à la ménagerie, un savoir sur les animaux fondé sur l’observation fine de leurs comportements, dont il cherche à comprendre l’origine16.

  • 17 AN. AJ/15/105, 4 pluviôse an XII.
  • 18 La mention de ces incidents remonte lors des séances hebdomadaires de l’assemblée des professeurs. (...)
  • 19 AN. AJ/15/114, 15 décembre 1813.

9Cependant son arrivée ne règle pas tous les problèmes et Frédéric Cuvier fait remonter régulièrement les désordres qui se produisent à la ménagerie. Les archives de l’assemblée hebdomadaire des professeurs en témoignent. Quelques semaines après sa nomination, il rapporte la « haine » de plusieurs employés envers le gardien nommé Antoine en raison de son comportement, mentionnant plus particulièrement la « mésintelligence » entre ce dernier et un autre employé nommé Joubert17. Les incidents qui remontent à l’assemblée, sur la période où Frédéric Cuvier y évolue, concernent des blessures subies par des gardiens ou des visiteurs du fait des animaux de la ménagerie ou de l’entrée de chiens, les dommages causés par des animaux de la ménagerie, l’attitude immorale d’employés ou bien encore des plaintes relatives aux odeurs générées par la ménagerie sur le voisinage18. L’enjeu relève bien de l’ordre public, puisqu’occasionnellement les archives révèlent que la préfecture de police ou le ministre de l’Intérieur envoient des courriers demandant des comptes à la direction du Muséum. Ayant en charge le personnel, il revient au garde de la ménagerie d’y répondre, anticipant même souvent la demande, de peur que la rumeur ne déforme les faits avec une rapidité propre à un lieu qui accueille un public friand d’incidents impliquant des animaux exotiques. En 1813, un homme chargé de la sentinelle près de la fosse aux ours est retrouvé mort après avoir voulu récupérer ce qu’il croyait être une pièce de cinq francs au milieu de la nuit. Il est mutilé au point « que même la région intérieure des cuisses était entièrement désorganisée, & toutes les parties molles de la jambe gauche étoient détruites avec dénudation des deux os, ainsi que la région plantaire droite avec déchirement des parties musculaires et tendineuses ». L’assemblée des professeurs en informe le ministre de l’Intérieur ainsi que les journaux, au prétexte de « les prémunir contre toute relation ou tout bruit contraire à la vérité19 ». Un ours est à nouveau au cœur d’un incident le 12 septembre 1820 : « l’ours laissé libre dans l’une des cours inférieures […] vient encore de dévorer un malheureux qui s’est jetté ou laissé tomber de la terasse ».

Figure 2 : la fosse aux ours (Jardin des plantes), 1842. Source : collections du Muséum national d’Histoire naturelle, IC 288.

  • 20 Ibid., 19 septembre 1820.
  • 21 AN. AJ/15/641-642, 22 février 1831.
  • 22 Ibid., 13 mars 1832.

10Le préfet de police demande des mesures de sécurisation, signalant que certes l’homme tué s’est volontairement jeté dans la fosse, mais « il peut arriver que par imprudence des curieux s’avancent beaucoup trop sur les parapets et tombent20 ». En 1831, alors que la ménagerie reçoit la demande d’achat de deux ours, Frédéric Cuvier propose de céder l’ours « qui met chaque jour en danger la vie des gardiens21 ». Mais c’est bien un problème matériel qui met en jeu l’ordre public ici, le garde en a bien conscience, réclamant régulièrement des travaux pour sécuriser les fosses, comme au printemps 1832 lorsqu’il écrit qu’« il serait également urgent de replacer des dalles sur la muraille des fosses des ours, du coté de la ménagerie ; celles qui y étaient sont tout à fait usées et la muraille est prête à se démolir sous les pieds des curieux22 ».

11Pour autant, le garde de la ménagerie impute souvent la faute des désordres aux gardiens. Ainsi le 6 mars 1816, il témoigne d’un accident dans la loge de l’éléphant :

  • 23 AN. AJ/15/612-613, 6 mars 1816.

« il y a environ un mois qu’un particulier se présenta pour voir l’Eléphant, Antoine entre dans l’écurie de l’animal et y laisse entrer ce particulier avec lui. L’Elephant frappe l’étranger, le renverse à dix pas et ce malheureux ne retourne dans sa famille que pour se mettre dans son lit et y rendre l’âme. S’il faut absolument que la cupidité d’Antoine s’exerce, il seroit à desirer du moins que ce ne fut au dépend de la vie de personne ! »23

  • 24 Gustave Loisel, « Histoire de la Ménagerie du Muséum », Revue scientifique, août 1911, p. 272.
  • 25 AN. AJ/15/612-613, 17 avril 1816.

12En avril, il demande l’ouverture quotidienne de la ménagerie, jusqu’alors limitée à trois jours par semaine, afin « de mettre un terme au trafic scandaleux des garcons les jours où la menagerie devroit rester fermée ». Depuis le 20 thermidor an XII, quatre jours étaient en effet fermés au public, seuls les élèves du Muséum et les artistes pouvant y être admis24. Il demande également la mise au point de pancartes prévenant le public. Les gardiens se voient alors empêchés d’introduire quiconque dans les parcs et loges sans ordre exprès de l’administration25. Soutenu par Geoffroy-Saint-Hilaire, l’assemblée valide cette demande la semaine suivante.

13À l’été 1821, c’est cette fois une anguille électrique qui est l’objet de l’attraction, bien que Frédéric Cuvier assure avoir donné l’ordre de la soustraire au public afin qu’elle « ne fut exposée à aucune expérience ». L’anguille meurt d’une blessure au cou, quatre jours après une expérience menée par un médecin accompagné de Geoffroy-Saint-Hilaire. Entre-temps, Richard, gardien des animaux féroces, l’avait présentée à plusieurs personnes qui « se sont fait électriser par elle au mépris des ordres reçus » et sans que Rousseau, gardien également, s’y oppose, « quoiqu’il eût été spécialement chargé de répondre de tout ce qui pouvoit arriver dans la partie de la ménagerie qui leur est confiée à tous les deux ». Frédéric Cuvier ne semble donc pas parvenir à contrôler les gardiens, ce qui l’amène à proposer des sanctions officielles :

  • 26 AN. AJ/15/620-621, 4 septembre 1821.

« la désobéissance de ce gardien a été si formelle, et les conséquences de ce mépris des ordres les plus positifs seroient si graves, et pour la conservation des animaux, et pour les vues particulières qui pourraient avoir fait donner ces ordres, que je me fais un devoir de vous la dénoncer afin que vous ou l’administration fassiez intervenir votre autorité pour la punir. »26

  • 27 Pierre Serna, Comme des bêtes, op. cit., p. 83 et 137.

14Les ambitions affichées par l’administration lors de la création de la fonction de garde de la ménagerie sont donc fragilisées, loin de l’utopie imaginée par Bernardin de Saint-Pierre ou du portrait qu’en dressait Lacépède : la ménagerie est un lieu de vie d’une communauté d’acteurs, parcourue des mêmes tensions qui s’observent dans le reste de la société où des ambitions divergentes se rencontrent. La volonté de construire un savoir sur les animaux de la part de Frédéric Cuvier se heurte ainsi parfois à la nécessité de maintenir l’ordre, ou au désir des visiteurs d’observer au plus près les animaux « féroces ». C’est pourquoi les règlements se succèdent, le Muséum devenant porteur dans le premier tiers du 19e siècle d’un enjeu éducatif en termes de discipline pour le public, à qui il est par exemple rappelé qu’il ne doit pas nourrir les animaux27. De même s’agit-il pour Frédéric Cuvier de faire œuvre de pédagogie pour faire comprendre la fragilité des animaux face au comportement dangereux du public qui n’en a pas nécessairement toujours conscience. La question des gardiens se pose de façon différente et leur attitude semble se comprendre au regard d’une condition économique précaire.

La pauvreté à l’origine des désordres

  • 28 AN. AJ/15/641-642, 20 septembre 1831. Traitement des garçons de la Ménagerie (années 1822-1831).
  • 29 Idem.
  • 30 AN. AJ/15/599-600, 20 avril 1808.
  • 31 Nicole et Jean Dhombres, Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France. 1793-1824, (...)

15L’institution compte une douzaine d’employés, regroupés dans la catégorie de « garçons de la ménagerie » dans les archives, dont le nombre et l’identité varienté peu dans la trentaine d’années où Frédéric Cuvier y officie. Les postes occupés ne sont pas toujours les mêmes, car les gardiens peuvent passer d’un emploi à un autre en fonction des besoins, sachant que la dépense totale représentée pour la ménagerie oscille entre 9 et 12 000 francs dans les années 182028. Il peut s’agir de nourrir les animaux, de nettoyer les loges ou les parcs, de conduire les voitures, de surveiller les entrées, etc. Dans les années 1820-1830, les employés touchent annuellement autour de 1 000 francs d’appointements ou 732 francs de salaire en fonction de leur statut29, quand Frédéric Cuvier touche 2 000 francs à son arrivée30 et un professeur 2 500 francs31 – ces derniers bénéficiant aussi d’un logement, auquel s’ajoutent des revenus tirés de leur activité savante, éditoriale, voire politique. Enfin les employés peuvent obtenir des gratifications.

16La recherche de gains est donc l’une des causes cachées de la plupart des incidents à la ménagerie, le public cherchant à corrompre les gardiens pour se rapprocher des animaux. En 1814, Frédéric Cuvier regrette la « cupidité » d’Antoine, tandis que le 1er mai 1827 il développe plus largement sur celle des gardiens :

  • 32 AN. AJ/15/633-634, 1er mai 1827.

« sans cesse préoccupés par le desir d’un lucre illégitime, par les mesures qu’ils doivent prendre pour n’être pas surpris, & pour profiter de toutes les occasions, ils ne s’occupent des animaux que secondairement, & négligent une foule de précautions que leur intelligence leur suggérerait, & que chaque instant peut faire varier, s’ils ne s’occupaient pas d’autres choses. »32

  • 33 AN. AJ/15/108, 23 décembre 1807.
  • 34 Ibid. 6 janvier 1808. AN. AJ/15/109, 6 juillet 1808. Louzardi est l’un des premiers gardiens avec F (...)

17Plusieurs incidents se produisent en effet alors que des gardiens ont introduit des visiteurs hors des jours ou horaires autorisés contre de l’argent. Ce point témoigne des difficultés économiques qui concernent le personnel de la ménagerie et dont les archives nous donnent une connaissance directe. Elles émanent de l’assemblée des professeurs qui statue sur les demandes d’aides qui apparaissent régulièrement dans la première moitié du 19e siècle. Elles sont formulées sous la forme de sollicitations pour des augmentations, des logements ou encore des emplois pour des proches, confirmant qu’une logique familiale régit les emplois à la ménagerie comme au Muséum. Les sources font ainsi apparaître les sollicitations des familles Louzardi, Auguste et Tardy entre les années 1803 et 1838, ce qui justifie les expressions de « Louzardi père », « Auguste fils » mais aussi « Tardy femme » dans les documents. La charge de famille est ainsi utilisée comme argument par les employés pour obtenir une aide. À la fin de l’année 1807, c’est en rappelant le décès de leur mère que Bernard Louzardi fils réclame une augmentation tandis que son frère Joseph sollicite un emploi33. Quelques jours plus tard, c’est cette fois le père, l’un des plus anciens gardiens de la ménagerie, qui demande une gratification pour son fils travaillant au laboratoire de zoologie, rappelant qu’il est veuf et père de six enfants, avant de demander à nouveau un emploi pour son aîné, Joseph, en juillet34. Cependant les fonds du Muséum sont limités, aussi les emplois sont-ils rarement créés. En témoigne le nombre relativement stable des postes d’employés sur la période concernée, voire au contraire supprimés à la mort d’un employé quand sa charge paraît pouvoir être reportée sur un autre déjà en activité.

  • 35 AN. AJ/15/609, 7 décembre 1814.
  • 36 Ibid. 6 juillet 1814. AJ/15/613, 31 juillet 1816 ; AJ/15/615-616, 25 février 1818.

18L’emploi des enfants apparaît à son tour comme une opportunité pour l’administration, en raison du faible coût de cette main-d’œuvre. En 1814, se plaignant d’Antoine, Frédéric Cuvier propose par exemple de le remplacer par le fils d’Auguste, âgé de 12 ans, qui s’occupe déjà du service de la pompe. Son traitement « pourra être très modique pendant longtemps » et il « pourra cependant faire le travail que les autres garçons de la ménagerie ne peuvent point faire35 ». Auguste ne touche en fait aucune somme puisque le 6 juillet 1814 Frédéric Cuvier demande une gratification, expliquant qu’il travaille gratuitement. Ce n’est qu’à l’été 1816 qu’il obtient un traitement de 12, puis 15 sols par jour « comme celui des autres enfants occupés au jardin », Frédéric Cuvier précisant à cette occasion que ses parents sont chargés de famille et que le traitement du père est très modique36.

  • 37 AN. AJ/15/108, 24 décembre 1807 ; AN. AJ/15/109, 1er février 1809 ; AJ/15/110, 21 mars 1810 ; AJ/15 (...)
  • 38 AN. AJ/15/112, 10 juillet 1811.
  • 39 AN. AJ/15/11, 22 janvier 1812 ; AJ/15/647-648, 21 février et 11 mars 1834.

19La pauvreté des employés les incite aussi à demander un logement au sein de la ménagerie. Les places étant limitées, c’est souvent la mort d’un gardien ou la libération de locaux dans le cadre de l’agrandissement de la ménagerie qui donnent lieu à des courriers insistants à destination de l’assemblée des professeurs. Les archives présentent ainsi plusieurs sollicitations de Perrin à partir de 1807, relayées par Frédéric Cuvier. Il obtient un premier logement, mais le juge trop petit, précisant que ses enfants dorment dans des tiroirs faute de place37. L’assemblée lui accorde un logement plus grand à l’été 1810, mais précise qu’il en sera expulsé sans indemnité si la maison doit être détruite dans le cadre de travaux à la ménagerie38. Enfin, les sollicitations concernent parfois des emplois indirects, ne dépendant pas nécessairement de la ménagerie mais relevant de l’espace du Jardin des plantes, concernant généralement les femmes ou les filles des employés. Ainsi, Leblanc demande que sa femme puisse vendre des fruits dans la cour du cabinet d’histoire naturelle, la fille de Roux demande à vendre des gâteaux, une requête transmise à la reine et que leur renvoie le ministre de l’Intérieur, tandis que Ferret demande que sa femme s’installe dans les cabanes près des singes, ayant un père et une mère septuagénaire à charge39.

  • 40 Violette Pouillard, op. cit., p. 126-179. Richard W. Burckhardt, op. cit., p. 501.
  • 41 AN. AJ/15/603, 17 et 24 janvier 1810.
  • 42 AN. AJ/15/112, 26 décembre 1811.
  • 43 AN. AJ/15/607-608, 22 décembre 1813.
  • 44 AN. AJ/15/114, 22 décembre 1814 ; AJ/15/115, 22 février 1815.
  • 45 AN. AJ/15/108, 15 octobre 1807.
  • 46 AN. AJ/15/113, 21 avril 1813.
  • 47 AN. AJ/15/114, 4 août 1813.
  • 48 AN. AJ/15/126, 20 septembre 1825.
  • 49 Catherine Duprat, Usages et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social (...)

20Une société d’employés et de journaliers en difficulté économique se dessine ainsi, expliquant sans doute en partie les désordres qui mettent en difficulté l’étude des animaux40. L’administration peut donc espérer agir sur le facteur humain, et le faire selon une logique communautaire propre à l’institution, suivant une forme de paternalisme qui consiste à octroyer des aides diverses en réponse aux sollicitations des employés, qui s’accompagne d’une recherche d’obéissance visible dans les plaintes de Frédéric Cuvier. Le cas de Nivet l’illustre bien. En 1810, Geoffroy-Saint-Hilaire rappelle qu’il s’agit d’un « vieux domestique qui cherchait un peu moins de fatigue » lorsqu’il arriva au Muséum. Après avoir été successivement conducteur de la voiture du jardin, puis de la ménagerie, il remplit diverses tâches dont l’aide dans la distribution des vivres et le nettoyage des parcs et loges. Ayant subi une grave blessure causée par un dromadaire, il est devenu infirme et son remplacement apparaît indispensable. Le professeur précise toutefois qu’il y aurait « de l’inhumanité et de l’injustice, de quoi l’administration est incapable, de le renvoyer, parce qu’il a cessé d’être utile par une semblable cause41 ». Cependant, Nivet continue officiellement d’y travailler mais, semble-t-il, sans y accomplir aucun travail, Frédéric Cuvier assurant en 1813 que « les 800 francs qu’il reçoit ne servent qu’à satisfaire son ivrognerie ». Aussi l’administration lui demande-t-elle de quitter son logement42. Geoffroy-Saint-Hilaire propose, à la suite de Frédéric Cuvier, de le considérer à la retraite et de lui donner un franc par jour pour qu’il puisse se nourrir43. À la fin de l’année 1814, l’administration s’occupe de son placement à l’hospice et c’est Bicêtre qu’il rejoint l’année suivante44. Ainsi, la qualité toute relative de son travail fourni et son comportement jugé amoral, qui remettent en cause l’ordre à la ménagerie et au Muséum, lui valent des reproches mais n’empêchent pas l’aide de l’administration. Cette aide demeure valable pour les employés comme pour leur famille, à l’image des Louzardi qui font l’objet d’une attention soutenue. L’un des fils obtient une recommandation pour obtenir une place à l’École des arts et métiers45, un autre trouve un appui pour demander une exemption à la conscription au motif de l’aide qu’il apporte à son père et à la présence de deux autres frères à l’armée46. À la mort de leur père, deux des fils obtiennent une aide de 150 francs par an jusqu’à leurs 18 ans47, tandis que la veuve de Louis Richard obtient le versement de trois mois de salaire et la promesse de faire « tout ce qui sera juste et possible48 ». Ainsi, les désordres causés en partie par la situation des gardiens nécessitent une intervention de l’administration du Muséum suivant une logique qu’on pourrait qualifier de philanthropique au sens où ces aides peuvent apparaître comme un moyen de s’attaquer à l’une des causes des problèmes sociaux49.

Domesticabilité des animaux et éducabilité des hommes

  • 50 Richard W. Burckhardt, op. cit. ; Frédéric Cuvier, « Observations sur le chien des habitans de la N (...)

21Frédéric Cuvier apparaît dans ce cadre particulièrement intéressant. À la ménagerie, il tente d’élaborer une « science des actions animales » de manière à déterminer les possibilités et les moyens d’influer sur le comportement des animaux en vue de leur domestication. Celle-ci doit selon lui tenir compte du degré de sociabilité des animaux, condition indispensable à la domestication, et de la distinction entre l’instinct et l’habitude de chaque espèce, le premier relevant du caractère invariable de leur comportement, la seconde de ce qui est modifiable et qui dépend de leur degré d’intelligence. Si diverses publications lui permettent de faire connaître ses travaux, il cherche à en faire un savoir officiel et, dans les années 1830, il sollicite l’administration du Muséum pour obtenir une chaire « ayant pour objet la nature psychique des animaux et leur éducation50 ». Cette demande, formulée en juillet 1832, intervient donc près d’une trentaine d’années après son arrivée à la ménagerie.

  • 51 Jean-Luc Chappey, « Les Idéologues face au coup d’État du 18 brumaire an VIII. Des illusions aux dé (...)

22En parallèle de son activité de garde de la ménagerie, il remplit plusieurs missions d’inspection dans le domaine de l’instruction publique, d’abord dans l’académie de Paris, puis comme membre de diverses sociétés, dont celle pour l’instruction primaire aux côtés de personnalités comme Joseph-Marie de Gérando, l’un des acteurs importants de la promotion de l’enseignement mutuel et philanthrope. Or, l’enjeu éducatif, particulièrement concernant l’instruction primaire, se trouve à l’époque directement lié à la question sociale, s’agissant par là de définir le rôle de chacun dans la société. La question de l’éducation est donc centrale dans toutes ses fonctions, aussi non seulement pouvons-nous supposer que les contacts réguliers entre Frédéric Cuvier et les gardiens de la ménagerie ainsi que leur famille ont pu nourrir sa réflexion en ce domaine, mais nous faisons aussi l’hypothèse d’une porosité entre son travail sur les animaux, plus particulièrement autour de la domesticité, et la construction d’une réflexion sur l’éducation du « peuple » relativement aux buts et moyens que l’instruction doit se fixer : la normalisation des comportements. Celle-ci doit assurer le bon fonctionnement de la société, le peuple devant être éduqué dans la perspective de la place qui lui sera assignée et permettre ainsi l’harmonie du corps social, suivant la vision de savants comme le physiologiste Pierre-Jean-Georges Cabanis, qui envisage la société comme un corps dont le bon fonctionnement doit venir de l’harmonie de ses parties51. De la même façon, par la connaissance des animaux, il doit être possible de façonner leurs comportements au profit de l’homme.

  • 52 Frédéric Cuvier, « Essai sur la domesticité des mammifères, précédé de considérations sur les diver (...)

23Pour domestiquer les animaux, Frédéric Cuvier indique qu’il faut agir sur leurs besoins : « l’animal peut être amené à la domesticité par la séduction qu’autant qu’on agit sur ses besoins, pour les satisfaire ou les affaiblir ». Ce n’est qu’une fois cette étape franchie que l’autorité humaine peut s’exprimer52. Or, ce lien fait entre la satisfaction des besoins et l’autorité se pose également parmi le personnel de la ménagerie, les gardiens agissant avant tout en vue de la satisfaction de leurs besoins personnels, proches en cela des animaux :

  • 53 AN/15/609, 25 mai 1814.

« des hommes aussi malheureusement nés, sous tous les rapports, doivent être les jouets des plus grossières passions et commettre, si on les abandonne à eux mêmes, les fautes les plus graves. C’est ce qu’ils ont fait, et cela parce que jusqu’à présent on n’a pris aucune mesure suffisante pour réprimer les vices essentiels à des hommes qui ne peuvent avoir d’autre objet, dans leurs actions, que leur bien être du moment. »53

24C’est donc leur environnement qui expliquerait leurs comportements déviants, sur lesquel il faut agir. Ainsi, on peut comprendre les aides fournies par l’administration et l’appui que Frédéric Cuvier apporte aux demandes des employés, malgré les nombreux reproches qu’il leur fait.

25Mais l’indigence n’est pas la seule cause du problème, elle en entraîne un autre :

  • 54 Ibid.

« le mal croît dans la même proportion que l’autorité diminue, et l’autorité qui ne se montre pas se conserve encore mieux que celle qu’on brave. […] Ce vice, un des plus graves de ceux qui peuvent exister en administration, vient de ce qu’on n’a jamais fixé d’une manière juste et précise la hiérarchie des pouvoirs qui doivent concourir à l’exécution des règlements de la Ménagerie. En tout lieu, la première règle de cette hiérarchie, c’est que chaque subordonné ne reçoive d’ordre que de son chef immédiat, qui est responsable de l’exécution de cet ordre. Sans elle il ne peut plus y avoir d’harmonie dans une administration, les pouvoirs se heurtent, ceux qui sont intéressés au désordre augmentent le trouble, et personne n’obéit par ce que tout le monde commande. »54

26On devine dans ces lignes les oppositions auxquelles le garde de la ménagerie doit faire face et qui remettent en cause son autorité. Ce type de désordre s’observe aussi chez les animaux :

  • 55 Frédéric Cuvier, « De la sociabilité des animaux », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, tome 1 (...)

« l’autorité naît de la force et se conserve par la confiance, jusqu’à ce que des passions plus puissantes que cet instinct viennent la ravir à celui qui la possède ; dans cette alternative de guerre et de paix évoluent les sociétés d’animaux ; elles détruisent quand le sentiment de conservation pour chaque individu est devenu plus fort que celui de sociabilité. »55

  • 56 Il présente ce texte comme le fruit d’un travail mené en 1811 avec d’autres inspecteurs de l’académ (...)

27Dans une société qui, à la faveur de la Révolution, a vu les rapports sociaux traditionnels bousculés, y compris dans le monde savant, il s’agit donc de rétablir l’autorité et avec elle l’ordre public, mais d’une façon pérenne. En effet, à la différence des animaux, Frédéric Cuvier voit la possibilité d’en appeler à ce qui marque la distinction absolue entre les hommes et les animaux, la raison dont découle la morale. Dans un texte intitulé Projet d’organisation pour les écoles primaires56, il écrit :

  • 57 Frédéric Cuvier, Projet d’organisation pour les écoles primaires, 1815.

« Une instruction primaire dirigée vers le bien aurait sur le bonheur de la société une influence beaucoup plus étendue qu’aucune autre institution. C’est par elle seule en effet qu’on peut exercer sur la masse d’un peuple une action assez étendue pour la prémunir par de bonnes pensées et par de bonnes habitudes contre les instigations des méchants et contre les erreurs de son propre jugement : car tant qu’un peuple ne sera pas élevé dans les idées de justice, de charité et d’amour pour ses semblables que donne la religion, et dans un respect profond pour ses magistrats et pour ses lois, il sera toujours prêt à servir le premier ambitieux qui saura le flatter et à tourner contre son gouvernement des passions qui n’auraient dû s’exalter que pour le défendre. »57

  • 58 Caroline Fayolle, « Gérando et l’éducation du peuple. Rationaliser le savoir pédagogique pour moral (...)
  • 59 AN. AJ/15/615-616, 25 février 1818.

28Frédéric Cuvier se place donc ici dans un projet de réforme de l’instruction qui promeut une éducation « morale », suivant Joseph-Marie de Gérando, partant du principe que la corruption morale provient de la pauvreté et de l’ignorance et que l’école doit apporter à l’enfant le respect de l’ordre et du travail, qu’il transmettra ensuite au sein du foyer58. Aussi Frédéric Cuvier place-t-il davantage d’espoirs dans les jeunes gardiens que dans les anciens, qui lui paraissent incorrigibles, à l’image de Nivet et d’Antoine. À ceux-ci s’oppose l’image encourageante d’Auguste fils : « docile, zélé & très intelligent : je ne doute pas que quelque jour il ne fasse un très bon garçon de Ménagerie59 ».

Conclusion

  • 60 Quentin Deluermoz et François Jarrige, « Introduction. Écrire l’histoire avec les animaux », Revue (...)
  • 61 Frédéric Cuvier, « Examen de quelques observations de M. Dugald-Stewart, qui tendent à détruire l’a (...)

29Poser la question de l’ordre public à la ménagerie permet ainsi de voir à quel point ce lieu a pu servir de laboratoire de réflexion, non seulement sur les animaux qui sont au cœur du travail de Frédéric Cuvier, mais aussi sur les hommes. La microsociété de la ménagerie, constituée des gardiens et du public et des animaux, a pu nourrir une réflexion plus large sur une réforme de l’instruction primaire à destination du peuple, appuyant l’idée que dès le 19e siècle « l’étude des animaux dépasse la question animale au sens strict pour poser des questions théoriques décisives, puisque le regard porté sur les animaux a toujours des implications sur la manière de concevoir l’homme60 ». Ainsi, de la même manière que les animaux sont capables de contracter des habitudes pouvant se transmettre par la génération, l’homme peut, grâce à son intelligence qui le rend plus susceptible de contracter des habitudes, évoluer de manière positive et accepter la place qui lui a été assignée et qui conditionne l’ordre social. Pour autant, cela n’implique pas chez Frédéric Cuvier une assimilation entre l’homme et l’animal et c’est justement cela qui doit renforcer cette relation d’autorité, donc l’ordre : « la ligne de démarcation est établie entre eux de la manière la plus absolue ; quel que soit le principe qu’on admette pour cause des actions des uns, il ne pourra jamais être confondu avec le principe des actions des autres ; en un mot, si l’homme n’est pas sur la terre le seul être intelligent, il est incontestablement le seul être moral ». Et c’est au nom de sa moralité qu’il est appelé à respecter l’ordre social61.

  • 62 James C. Scott, Homo Domesticus. Une histoire profonde des premiers États, Paris, La Découverte, 20 (...)

30Suivant la réflexion de James C. Scott, il est alors possible de se demander si, derrière la question de l’éducabilité du peuple, il n’y pas celle de la domesticabilité, la possibilité de sa domestication : satisfaire les besoins pour mieux maintenir l’autorité et normaliser les comportements. Alors que la Révolution française a été une période de remise en cause des rapports sociaux en proclamant l’égalité des droits, il s’agit en effet pour l’État monarchique, dans la continuité du Directoire, de réaffirmer la légitimité de l’inégalité, économique, sociale et politique, comme garante de l’ordre public. Le peuple devra alors rester à la place qui lui a été assignée, docile et utile comme un animal domestique62.

Haut de page

Notes

2 Richard W. Burckhardt, « La Ménagerie et la vie du Muséum », dans Claude Blanckaert, Claudine Cohen, Pietro Corsi et Jean-Louis Fischer, Le Muséum au premier siècle de son histoire, Paris, Publications du MHN, 1997, p. 481-508.

3 Pierre Serna, Comme des bêtes. Histoire politique de l’animal en Révolution (1750-1840), Paris, Fayard, 2017, p. 74 et 97-99.

4 Emma C. Spary, Le Jardin d’utopie. L’histoire naturelle en France de l’Ancien Régime à la Révolution, Paris, Publications scientifiques du MHN, 2005, p. 28.

5 Yves Laissus, Jean-Jacques Petter, Les Animaux du Muséum, 1793-1993, Paris, Imprimerie nationale, 1993, p. 85-86.

6 Richard W. Burckhardt, op. cit., p. 481-508.

7 AN. AJ/15/105, 29 frimaire an XII.

8 Emma C. Spary, op. cit., p. 141 et 151.

9 AN. AJ/15/105, 29 frimaire an XII.

10 Violette Pouillard, En captivité. Politiques humaines et vies animales dans les jardins zoologiques du XIXe siècle à nos jours (Ménagerie du Jardin des plantes, zoos de Londres et Anvers), thèse soutenue sous la direction d’Éric Baratay, Université Jean Moulin et Chloé Deligne, Université libre de Bruxelles, 2015, p. 126-179 ; Richard W. Burckhardt, op. cit., p. 192.

11 AN. AJ/15/105, 29 frimaire an XII.

12 AN. AJ/15/105, 6 nivôse an XII.

13 Il publie un article avec Jean-Baptiste Biot sur la pile voltaïque : Annales de chimie ou Recueil de mémoires concernant la chimie et les arts qui en dépendent, et spécialement la pharmacie, 30 messidor an IX, tome 39, Paris, Fuchs, an IX, p. 242 à 250.

14 Dorinda Outram, Georges Cuvier. Vocation, science and authority in post-revolutionnary France, Manchester University Press, 1984, chapitre VIII.

15 AN. AJ/15/105, 29 frimaire an XII.

16 Richard W. Burckhardt, op. cit.

17 AN. AJ/15/105, 4 pluviôse an XII.

18 La mention de ces incidents remonte lors des séances hebdomadaires de l’assemblée des professeurs. AN/AJ/15/591 à 656, Minutes des procès-verbaux des assemblées de professeurs, an XII-1838.

19 AN. AJ/15/114, 15 décembre 1813.

20 Ibid., 19 septembre 1820.

21 AN. AJ/15/641-642, 22 février 1831.

22 Ibid., 13 mars 1832.

23 AN. AJ/15/612-613, 6 mars 1816.

24 Gustave Loisel, « Histoire de la Ménagerie du Muséum », Revue scientifique, août 1911, p. 272.

25 AN. AJ/15/612-613, 17 avril 1816.

26 AN. AJ/15/620-621, 4 septembre 1821.

27 Pierre Serna, Comme des bêtes, op. cit., p. 83 et 137.

28 AN. AJ/15/641-642, 20 septembre 1831. Traitement des garçons de la Ménagerie (années 1822-1831).

29 Idem.

30 AN. AJ/15/599-600, 20 avril 1808.

31 Nicole et Jean Dhombres, Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France. 1793-1824, Paris, Payot, 1989, p. 195.

32 AN. AJ/15/633-634, 1er mai 1827.

33 AN. AJ/15/108, 23 décembre 1807.

34 Ibid. 6 janvier 1808. AN. AJ/15/109, 6 juillet 1808. Louzardi est l’un des premiers gardiens avec Félix Cassal et Thompson, voir Gustave Loisel, Histoire des Ménagerie de l’Antiquité à nos jours, 3, Époque contemporaine (XIXe et XXe siècle), Paris, Doin et fils, 1912, p. 131.

35 AN. AJ/15/609, 7 décembre 1814.

36 Ibid. 6 juillet 1814. AJ/15/613, 31 juillet 1816 ; AJ/15/615-616, 25 février 1818.

37 AN. AJ/15/108, 24 décembre 1807 ; AN. AJ/15/109, 1er février 1809 ; AJ/15/110, 21 mars 1810 ; AJ/15/111, 4 juillet et 1er août 1810.

38 AN. AJ/15/112, 10 juillet 1811.

39 AN. AJ/15/11, 22 janvier 1812 ; AJ/15/647-648, 21 février et 11 mars 1834.

40 Violette Pouillard, op. cit., p. 126-179. Richard W. Burckhardt, op. cit., p. 501.

41 AN. AJ/15/603, 17 et 24 janvier 1810.

42 AN. AJ/15/112, 26 décembre 1811.

43 AN. AJ/15/607-608, 22 décembre 1813.

44 AN. AJ/15/114, 22 décembre 1814 ; AJ/15/115, 22 février 1815.

45 AN. AJ/15/108, 15 octobre 1807.

46 AN. AJ/15/113, 21 avril 1813.

47 AN. AJ/15/114, 4 août 1813.

48 AN. AJ/15/126, 20 septembre 1825.

49 Catherine Duprat, Usages et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social à Paris au cours du premier XIXe siècle, Paris, Comité d’histoire de la Sécurité sociale, 1988, 2 volumes, 1394 p.

50 Richard W. Burckhardt, op. cit. ; Frédéric Cuvier, « Observations sur le chien des habitans de la Nouvelle Hollande, précédées de quelques réflexions sur les facultés morales des animaux », Annales du Muséum d’histoire naturelle, tome 11, 1808, p. 458-476 ; Idem, « De la sociabilité des animaux » et « Essai sur la domesticité des mammifères, précédé de considérations sur les divers états d’animaux, dans lesquels il nous est possible d’étudier leurs actions », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, tome 13, 1825, p. 1-27 et p. 406-455 ; Bibliothèque de la Sorbonne, MSVC 223 / 1438, Lettre de Frédéric Cuvier à Victor Cousin, 28 septembre 1832.

51 Jean-Luc Chappey, « Les Idéologues face au coup d’État du 18 brumaire an VIII. Des illusions aux désillusions », Politix, vol. 14, n° 56, quatrième trimestre 2001, « Inconstances politiques », p. 60.

52 Frédéric Cuvier, « Essai sur la domesticité des mammifères, précédé de considérations sur les divers état d’animaux, dans lesquels il nous est possible d’étudier leurs actions », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, tome 13, Belin, 1825.

53 AN/15/609, 25 mai 1814.

54 Ibid.

55 Frédéric Cuvier, « De la sociabilité des animaux », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, tome 13, Belin, 1825.

56 Il présente ce texte comme le fruit d’un travail mené en 1811 avec d’autres inspecteurs de l’académie de Paris et qu’il a poursuivi par la suite.

57 Frédéric Cuvier, Projet d’organisation pour les écoles primaires, 1815.

58 Caroline Fayolle, « Gérando et l’éducation du peuple. Rationaliser le savoir pédagogique pour moraliser les pauvres », dans Jean-Luc Chappey, Carole Christen, Igor Moullier, Joseph-Marie de Gérando (1772-1842). Connaître et réformer la société, Rennes, PUR, 2014, p. 195-206. Voir aussi les autres contributions dans cet ouvrage, dont celle de Corinne Doria, « Gérando et Royer-Collard : règlementation de l’enseignement et normalisation sociale », p. 207-218 ; Matthieu Brejon de Lavergnée, « La nébuleuse philanthropique, Gérando et les catholiques sociaux », p. 233-247.

59 AN. AJ/15/615-616, 25 février 1818.

60 Quentin Deluermoz et François Jarrige, « Introduction. Écrire l’histoire avec les animaux », Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 54, 2017, p. 16, mis en ligne le 1er juillet 2019, consulté le 23 septembre 2020. URL : <http://journals.openedition.org/rh19/5180> ; DOI : <https://doi.org/10.4000/rh19.5180>.

61 Frédéric Cuvier, « Examen de quelques observations de M. Dugald-Stewart, qui tendent à détruire l’analogie des phénomènes de l’instinct avec ceux de l’habitude », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, chez Belin, 1823, p. 260.

62 James C. Scott, Homo Domesticus. Une histoire profonde des premiers États, Paris, La Découverte, 2019, p. 241-249.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : portrait de Frédéric Cuvier par Ambroise Tardieu, sans date. Source : collections du Muséum national d’Histoire naturelle, PO249.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/19227/img-1.png
Fichier image/png, 616k
Légende Figure 2 : la fosse aux ours (Jardin des plantes), 1842. Source : collections du Muséum national d’Histoire naturelle, IC 288.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/19227/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Louise Le Cossec, « Garde, gardiens, animaux et visiteurs : les enjeux de l’ordre public à la ménagerie du Muséum d’histoire naturelle de Paris sous l’administration de Frédéric Cuvier (1803-1838) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 153 | 2022, 75-92.

Référence électronique

Anne-Louise Le Cossec, « Garde, gardiens, animaux et visiteurs : les enjeux de l’ordre public à la ménagerie du Muséum d’histoire naturelle de Paris sous l’administration de Frédéric Cuvier (1803-1838) »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 153 | 2022, mis en ligne le 01 août 2022, consulté le 24 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/19227 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.19227

Haut de page

Auteur

Anne-Louise Le Cossec

Doctorante (IHMC-Paris-1 Panthéon-Sorbonne)

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search