Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154DOSSIERIntroduction : Travailleurs de la...

DOSSIER

Introduction : Travailleurs de la mer

John Barzman
p. 11-30

Texte intégral

  • 1 Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer, Paris, Lacroix, Verboekhoven et Cie (1866, 1ère édition).
  • 2 Olivier Maheo et Laurence Montel ont contribué à ce dossier.

1Quelle satisfaction que d’emprunter à Victor Hugo le titre de ce dossier1. Il évoquait ainsi le peuple laborieux des côtes : pêcheurs, marins, portefaix. C’est à un rappel semblable de l’importance du travail maritime et portuaire que ce dossier souhaite contribuer2.

2Le thème des Rendez-vous de l’histoire (RVH) de Blois 2022 porte sur « La Mer ». La conférence inaugurale sera présentée par Alain Cabantous, annoncé comme spécialiste d’histoire maritime, sociale et culturelle3. Les nombreux ateliers seront sans nul doute prolongés par la recherche au cours des prochaines années. En effet la politique maritime des États, l’exploitation des ressources marines en tout genre, les enjeux écologiques des océans, les flux d’échanges humains et commerciaux font de la mer une thématique incontournable.

3Ce dossier vise modestement à proposer quelques recherches nouvelles sur le monde du travail dans le milieu constitué par la mer, les ports et les littoraux, afin de rappeler à quel point les grandes constructions humaines dans ces domaines reposent sur le travail d’êtres conscients, capables de réfléchir, de s’organiser et même d’infléchir les grands choix de société.

  • 4 La BNF répertorie Le Laboureur de la mer : tribune libre des personnels navigants maritimes, Fédéra (...)

4Notre introduction au dossier vise à situer ces études dans le champ plus vaste de la recherche historique et de ses différents courants. Loin d’être exhaustive, elle procède par l’évocation de quelques titres et débats jugés significatifs dans l’univers constamment renouvelé de la recherche. Nous esquisserons d’abord les relations entre l’histoire maritime et l’histoire sociale, pour nous concentrer dans un deuxième temps sur quelques tendances de l’histoire de ceux qu’on a appelés « les laboureurs de la mer4 » et conclure par la contextualisation des sept articles de ce numéro.

Histoire maritime et histoire sociale

5Posons d’abord quelques repères sur les structures de l’histoire maritime, ses aires d’investigation privilégiées et ses contacts avec l’histoire sociale et ouvrière.

Convergences et institutions

  • 5 Marcel Van der Linden, « Notes from an Outsider », dans Paul Van Royen, Jaap Bruijn, Jan Lucassen ( (...)

6C’est en 1997 que l’historien néerlandais Marcel Van der Linden constate un « rapprochement remarquable et très méritoire [...] entre les historiens maritimistes et ceux des mondes du travail », les historiens maritimistes prêtant une attention croissante « aux aspects sociaux de la vie des navigateurs » et les historiens du travail commençant « à considérer les marins comme appartenant à la classe ouvrière5 ».

7Longtemps, en effet, histoire maritime et histoire sociale ont marché séparément, même si évidemment cette séparation n’a jamais été totale. En France, comme dans certains autres pays, sans que ce soit une généralité absolue, l’histoire maritime a été longtemps très militaire. Mais l’histoire de la marine n’a pas occulté absolument tout questionnement social dès lors qu’étaient abordées, par exemple, l’histoire du recrutement, celle des épidémies ou bien encore celle de la compréhension des milieux dans lesquels elle intervenait. De son côté, l’histoire ouvrière, dans sa tradition marxiste notamment, a eu l’ambition de connaître aussi complètement que possible l’industrie et les milieux dans lesquels travaillent, vivent et luttent les salariés et leurs familles, c’est-à-dire, dans le cas qui nous intéresse ici, la navigation, la pêche, la construction navale, les villes portuaires et les espaces littoraux.

8Il n’en reste pas moins que les domaines traditionnels de l’histoire maritime ont d’abord été ceux des marines militaires et de la navigation, de la construction des navires, des entreprises marchandes et des échanges commerciaux. Dans le sillage de l’œuvre de François Braudel sur la Méditerranée se sont ajoutées l’étude des interactions civilisationnelles par la mer, puis celles des villes portuaires, des équipages et des équipements à terre.

  • 6 Alain Cabantous, « Histoire maritime ou histoire sociale ? L’approche des gens de mer », dans Drass (...)

9Selon les traditions historiographiques nationales, les transitions historiographiques de l’histoire maritime ont été précoces ou tardives, plus ou moins larges et fructueuses. À propos de cette confluence « de l’histoire maritime classique (l’histoire militaire, des stratégies, des officiers de la marine de guerre, l’histoire des institutions et d’autres encore) et [de] l’histoire économique des ports, trafics et négociants, sous l’influence de Fernand Braudel (voir la collection « Trafics et Ports » du SEVPEN) », Alain Cabantous remarque par exemple un retard espagnol : « L’historiographie espagnole a connu une tendance semblable mais probablement moins marquée en raison d’un décalage chronologique de la recherche6 ». En France, en revanche, le mouvement a été plus précoce, les maritimistes français ayant joué un rôle clé dans la naissance de la Commission internationale d’histoire maritime (CIHM).

10Prenant la suite de la Commission pour l’étude des voyages et des grandes découvertes, la CIHM a été fondée en 1960, comme l’une des branches du Comité international des sciences historiques (CISH), né en 1926, refondé en 1947, membre fondateur de l’UNESCO, à laquelle il est aujourd’hui rattaché. Depuis lors, la CIHM confie aux gouvernements des États membres la désignation des délégations nationales à ses congrès quinquennaux. Elle a été un cadre propice à l’épanouissement d’une histoire maritime très influencée par les travaux de Fernand Braudel, donc tendant vers l’histoire économique et sociale.

  • 7 Le GIS HSM regroupe des unités de recherche, principalement françaises, sous l’égide du CNRS. Confo (...)

11En France, l’émanation de la CIHM est la Société française d’histoire maritime (SFHM), héritière de la Commission française d’histoire maritime, sous-commission nationale de la CIHM. Elle publie depuis 1980 la Chronique d’histoire maritime, rejointe depuis 1997 par la Revue d’histoire maritime, Outre-Mers et Le Chasse-Marée complétant le tableau des revues françaises spécialisées, avec des études, la première sur l’histoire coloniale et postcoloniale, la seconde sur les navires, la pêche, la plaisance et le local. Les limites de ces structures ont conduit des chercheurs à fonder en 2005 le Groupement dintérêt scientifique (GIS) d’histoire maritime, devenu en 2015 le GIS d’histoire et sciences de la mer7.

  • 8 Voir par exemple Frank Broeze, Graham Henderson, Western Australians & the sea : Our maritime herit (...)

12En 1986 d’autre part, au niveau international, des historiens économistes ont fondé à Berne, au terme d’une session consacrée à l’histoire des industries du transport maritime aux 19e et 20e siècles, lors du 9e Congrès international d’histoire économique, l’IMEHA (International Maritime Economic History Association/Association internationale d’histoire économique maritime), devenue en 1997 l’IMHA (International Maritime History Association/Association internationale d’histoire maritime). Le but visé était de donner davantage de poids à l’histoire contemporaine dans le domaine du maritime, dans ses dimensions économique et sociale, et à l’apport des autres sciences sociales. Nettement plus active que le CIHM, cette structure associative souple publie depuis 1989 la revue qui fait aujourd’hui autorité dans le champ, l’International Journal of Maritime History, et organise des congrès très ouverts. C’est en particulier dans ce cadre que s’est réalisé le rapprochement entre histoire maritime et histoire sociale. Au niveau international, l’un de ses précurseurs a notamment été Franck Broeze, d’ailleurs membre fondateur de l’IMEHA, avec des travaux sur les villes portuaires d’Asie, les nations insulaires et l’action collective des travailleurs maritimes et portuaires, dans une perspective de comparaison internationale8.

  • 9 Ce laboratoire est lUMR IDEES, CNRS 6266/Université du Havre. Ma communication à Rotterdam a été p (...)

13Une précision autobiographique est peut-être utile ici. Moi-même, alors plutôt spécialiste de l’histoire sociale, me suis trouvé confronté à l’évolution de l’histoire maritime et portuaire lors de mon élection en 1993 à l’université du Havre, ville portuaire, dans un laboratoire dont les axes centraux étaient les transports, l’international, le maritime et le portuaire. C’est ainsi que j’ai rejoint l’IMHA à son congrès d’Amsterdam-Rotterdam (1996)9.

14Au point de vue linguistique, le français, qui avait à l’origine une large place dans la CIHM et dans l’IMHA, a graduellement cédé le terrain à l’anglais, selon un mouvement général au niveau international. Sur le plan des thématiques, par-delà une première extension à l’histoire économique braudélienne, puis à la Business History (notamment par l’histoire des grandes compagnies), l’histoire maritime s’est élargie vers de vastes horizons sociaux et culturels. Elle traite de sujets également approfondis par d’autres sciences humaines, sociales, voire physiques (comme la biologie ou l’hydrographie). Les historiens maritimistes dialoguent en outre avec leurs collègues géographes, juristes, anthropologues, sociologues, économistes, politologues et littéraires.

Domaines

15Les remarques qui suivent sur les spécialités de l’histoire maritime s’appuient sur mon suivi de ces évolutions depuis 1995 et sur mes observations des échanges qui ont animé le 8e Congrès international d’histoire maritime, organisé par l’IMHA à Porto (Portugal) du 27 juin au 2 juillet 2022. Elles identifient des faisceaux d’axes de recherche, anciens comme nouveaux, présents au sein de l’histoire maritime, en offrant quelques exemples d’études qui, sans être forcément systématiquement très connues, sont représentatives des thématiques privilégiées. Le lecteur constatera un biais en faveur de l’époque contemporaine et des choix en rapport avec ma sensibilité historique, tempérés toutefois par la volonté de dresser un panorama large et objectif.

16Pour ce qui est de la France, les trente dernières années ont été jalonnées par une succession de synthèses historiographiques, chacune amenant des débats. Signalons celles d’Hervé Coutau-Bégarié (1997), Olivier Pétré-Grenouilleau (2001), Alain Cabantous (2007) et la tentative d’introduire une certaine forme d’histoire maritime dans les écoles par la proposition d’un guide pédagogique (2018)

  • 10 Hervé Coutau-Bégarié, L’Histoire maritime en France, Paris, Revue maritime (1ère éd.), 1995/Economi (...)

1710.

18Parmi les domaines qui ressortent de ces panoramas français, sept se distinguent nettement. Certains correspondent à des courants internationaux qui comportent une forte dose d’histoire sociale et culturelle :

  • 11 Edern Olivier-Jegat, Océans et marine française en paix, missions et stations navales (1763-1792), (...)

191) L’histoire navale, principalement dans ses dimensions militaire et stratégique, forme un noyau dur et ancien toujours actif, soutenu par des institutions telles que le Service historique de la défense et l’Académie de marine, des relais politiques et un renouvellement notable de ses méthodes. Citons par exemple une thèse sur la marine royale à l’époque moderne et un article sur le budget de la Marine sous la Restauration11.

  • 12 Voir Julien Charnay, Libanais et Syriens dans l’Empire. Migrations transnationales en situation col (...)

202) La marine militaire et la marine marchande française étant toutes deux très liées aux colonies, protectorats et zones d’influence, il n’est pas étonnant que l’histoire coloniale et postcoloniale ait trouvé sa place dans l’histoire maritime. Outre-Mers, revue d’histoire succède à une lignée de périodiques consacrés à ce sujet. Parmi les nouveautés, signalons l’approche transnationale qui étudie les relations entre différents empires coloniaux maritimes12.

213) L’histoire économique maritime s’est intéressée aux grands armateurs et négociants, à la construction navale, à l’aménagement des ports et de leur arrière-pays, à la politique maritime des gouvernements, au recrutement de la main-d’œuvre (Inscription maritime), à l’ingénierie et à l’innovation navale, aux industries connexes (réparations, conserveries, tourisme), aux flux des échanges commerciaux, aux petites entreprises et coopératives caractéristiques de la pêche et du cabotage.

  • 13 Antoine Resche, L’Exploitation de la ligne de l’Atlantique Nord par les compagnies françaises et br (...)

22C’est à partir de ces thématiques que des convergences avec l’histoire sociale et culturelle se sont imposées, avec des études quantitatives sur les équipages, la polyactivité littorale, la traite des esclaves, les salaires, le syndicalisme. Citons une thèse qui compare les approches française et britannique dans la course au Ruban bleu transatlantique, et un réseau d’études comparées internationales de la transition « De la voile à la vapeur en Méditerranée » (de l’Ukraine au Portugal) qui comporte de nombreuses analyses de populations ouvrières en Espagne, en Italie, en Grèce et ailleurs13.

  • 14 Rila Mukherjee (Université Hyderabad), « India and the Indian Ocean World : From the Earliest times (...)
  • 15 Voir par exemple « The Great Lakes Maritime History Project » ou le « Séminaire Penser le Maritime (...)

234) La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, de Fernand Braudel, a lancé une lignée d’études historiques des échanges entre civilisations par la mer. Ce courant s’est développé plus nettement en dehors de la France que dans l’Hexagone. Ainsi, au congrès de Porto de l’IMHA, Rila Mukherjee a prononcé un des discours d’accueil sous le titre « L’Inde dans le monde de l’océan Indien, des temps les plus anciens à 1800 », centré sur les échanges culturels et matériels entre les rivages de cette vaste étendue d’eau14. La recherche d’autres « Méditerranées » a produit de nombreuses hypothèses liant les pays riverains d’un même réseau d’échanges maritimes (l’Atlantique, l’Atlantique Nord, la mer du Nord, la Baltique, les Grands Lacs américains, la mer de Chine du Sud, le golfe du Mexique et les Caraïbes)15. Ce domaine contient évidemment une très large dose d’histoire sociale et culturelle touchant à toutes les périodes de l’histoire, et se prolonge par des réflexions sur les anticipations et les effets de la mondialisation.

  • 16 Mark Mazower, Salonica, City of Ghosts : Christians, Muslims and Jews, 1450-1950, New York, Harper, (...)
  • 17 Après une première réflexion théorique de Josef W. Konvitz, « The Crises of Atlantic Port Cities, 1 (...)

245) L’histoire maritime a toujours accordé une place importante aux ports, au point qu’on parle parfois d’histoire maritime et portuaire. Ces histoires de villes portuaires combinent des approches maritimistes, urbaines et sociales, sans oublier l’histoire « générale », évidente lorsqu’on pense à l’histoire Venise, Amsterdam, New York ou Singapour. Les monographies font parfois la part belle aux patriciats et aux aménagements urbains, mais c’est souvent dans leurs pages qu’on trouve les études les plus détaillées des populations de marins, pêcheurs, journaliers des quais, de leurs familles et de leurs pratiques. Citons un succès de librairie en anglais sur la ville portuaire de Salonique, un ouvrage collectif récent sur l’un des grands ports français, et un article à fort contenu politique et stratégique16. L’étude des villes portuaires a atteint une certaine maturité historiographique avec des tentatives de retrouver des configurations économiques et des morphologies urbaines successives17.

256) On peut distinguer un champ centré sur la culture, les représentations, les identités maritimes et portuaires, auquel se rattache l’histoire des musées maritimes. On y inclut l’étude des autobiographies, des romans, des films, des œuvres d’art (peintures, sculptures) dans lesquels la thématique maritime occupe une grande place. Il existe par exemple un réseau des historiens des musées maritimes de la mer du Nord18. Alain Cabantous a cherché à enraciner l’étude des identités maritimes dans les réalités objectives dans un ouvrage de 199519. La recherche sur les mémoires, les patrimoines et les identités portuaires et maritimes des villes côtières représente une thématique en plein essor chez les géographes, les historiens, les sociologues et les aménageurs20.

  • 21 Marcus Rediker propose un bilan provisoire des débats dans « Afterword : Reflections on the Motley (...)

267) Enfin, un courant d’histoire sociale, ouvrière et syndicale en liaison avec l’histoire maritime et portuaire continue de s’enrichir depuis une trentaine d’années. Ses adeptes ajoutent aux travaux sur les arsenaux, les entreprises, les échanges commerciaux, des développements sur la main-d’œuvre, les métiers, les usages, la formation, les parcours de vie, les syndicats, les migrations, la législation sociale, nationale et internationale. On en trouve quelques exemples dans ce dossier. La numérisation des archives maritimes permet des approches plus quantitatives. L’irruption la plus remarquée de cette thématique dans l’histoire maritime est celle de l’étude des mutineries et autres révoltes dans les villes côtières, lancée par Marcus Rediker et reprise ou modulée par d’autres historiens. L’explication de ces événements n’est possible qu’avec des recherches sérieuses sur les populations concernées et l’évolution de leur action collective21.

Quelques repères historiographiques sur les marins, dockers et milieux associés

27Nous proposons de nous concentrer maintenant sur l’histoire sociale, en particulier celle des mondes du travail maritime et portuaire.

Vers une histoire sociale des mers, villes portuaires et franges littorales

  • 22 Voir le dialogue entre historiens, géographes (à propos notamment de lanarchiste Élisée Reclus) et (...)
  • 23 Question dans Vincent Guigueno, « Le rivage des ingénieurs », Le Mouvement social, 2002/3 (no 200), (...)
  • 24 Alain Cabantous, Les Populations maritimes de la mer du Nord et de la Manche orientale (vers 1660-1 (...)

28La discipline historique, telle qu’elle a évolué depuis deux siècles, reste fortement marquée par le cadre de l’État-nation et une recherche de la causalité dans la succession des événements. Il n’est donc pas étonnant que les démarches sur les caractères communs des milieux maritimes, souvent transnationaux, viennent souvent de la géographie, de l’anthropologie ou de la sociologie22. Notons toutefois l’intéressante question d’un historien des transports : pourquoi les grandes synthèses d’histoire sociale sur la France urbaine et la France rurale n’ont-elles pas été suivies par une histoire de la France littorale et maritime23 ? Le lecteur dispose cependant de monographies sur des espaces géographiques précis à une période donnée, souvent des villes portuaires, qui documentent les transformations de ces sociétés24.

29Dans ce cadre plus large d’une histoire sociale, nous avons distingué trois « mondes du travail » qui ont un lien direct avec l’histoire maritime : ceux des navires, des ports, et des industries manufacturières liées à la mer. Mais auparavant, il n’est pas inutile de rappeler comment l’intérêt du public et de la recherche pour ces milieux a souvent été stimulé par des œuvres culturelles.

  • 25 On trouve un aperçu de la réflexion sur ce thème dans la littérature américaine, dans Douglas Wixso (...)
  • 26 Kobayashi Takiji, Le Bateau-Usine, 1929, traduit en français en 2009. Il est transformé en manga, K (...)
  • 27 Amistad, film américain de Steven Spielberg (1997), est un puissant plaidoyer contre lesclavage. S (...)

30La littérature, le cinéma, les arts plastiques évoquent souvent ces milieux, parfois avec un succès retentissant. Nous ne donnons ici qu’un échantillon suggestif. Beaucoup de critiques littéraires considèrent le roman d’Herman Melville, Moby Dick (1851), qui décrit les émois de l’équipage multinational d’un navire baleinier américain, comme une analyse de la transition de l’atelier artisanal à l’usine dans les années 183025. Quatre-vingts ans plus tard, un écrivain japonais reprend le thème du bateau-usine dans la veine du roman réaliste social26. Le rapprochement entre l’histoire ouvrière (qui traite des mutineries homologuées) et l’histoire de l’esclavage (qui décrit la résistance sourde ou ouverte à bord des navires et dans les plantations), souhaité par de nombreux historiens, s’est exprimé autour des débats sur le film Amistad (1997), à propos d’une révolte à bord d’un navire négrier en 183927.

31Le récit des mutineries de toute sorte popularise l’idée de révolte. Depuis l’autobiographie du capitaine du navire britannique Bounty, très vendue en son temps (1790), reprise par Jules Verne en 1879, au film dans lequel Marlon Brando incarne Christian Fletcher, le chef des mutins (1962), les mutineries sont un thème à succès28. Sergueï Eisenstein dramatise le ralliement des marins de la flotte russe à la révolution de 1905, au large d’Odessa, dans Le Cuirassé Potemkine (1925). Sur un sujet proche, en 2016, une exposition retraçait la révolte des marins de la flotte française de la mer Noire (1918) en solidarité avec la révolution soviétique29.

  • 30 Philippe Huet, Les Quais de la colère, Paris, Albin Michel, 2005.
  • 31 Ousmane Sembene, Le Docker noir, Paris, Debresse, 1956 ; On the Waterfront (Sur les quais), film am(...)
  • 32 Voir Nicolas Eprendre, « Gaston Prunier, paysages urbains et industriels », dans Emmanuelle Delapie (...)
  • 33 La centralité de la sculpture Le Débardeur du port d’Anvers, érigée sur la place principale d’Anver (...)

32Les dockers trouvent aussi une place dans la littérature, le cinéma, la peinture et la sculpture. Ousmane Sembene raconte son parcours sur les quais de Marseille dans les années 1950. Très récemment, un romancier a dramatisé l’affaire Jules Durand, docker havrais injustement condamné à mort en 191030. Les années de la guerre froide forment l’arrière-plan du film d’Elia Kazan, Sur les quais (1954). Le célèbre cinéaste britannique Ken Loach nous offre deux films sur les dockers de Liverpool, l’un sur leur grève offensive et victorieuse de 1969, l’autre sur leur résistance acharnée mais malheureuse contre les réformes néolibérales de 199531. Dans les arts plastiques, un peintre français, Gaston Prunier, a représenté le travail des dockers et leurs grèves, de même qu’Antoine Serra plus récemment. Raoul Dufy a fait un détour par la peinture des charbonniers du Havre, avant de revenir à ses tableaux colorés et gais32. Deux sculptures, l’une par le Belge Constantin Meunier devant l’hôtel de ville d’Anvers, l’autre par Mari Andriessen, place Daniel Jonas Meijer à Amsterdam, rendent hommage aux dockers33.

À bord des navires

33Le premier des « mondes du travail » maritimes étudiés par les historiens sociaux est celui des équipages, marins, capitaines, mécaniciens, agents du service général, pêcheurs, mousses, femmes de marins, galériens, esclaves. Les régimes de propriété et d’exploitation des navires sont très divers, de la barque possédée par un pêcheur, exploitée par lui-même et sa famille, au vraquier propriété d’une société anonyme, loué à une autre société et manœuvré par des salariés embauchés au départ de la traversée ou lors d’une escale, de la rémunération par division du butin (pirates, corsaires) au travail forcé (galériens condamnés), du salaire à la traversée au salaire augmenté du pourboire ou de profits pour services rendus (transport de colis, contrebandes). La vie de travail du marin au long cours est partagée entre les traversées et les séjours dans le port d’attache, qui peut être éloigné de son véritable domicile familial situé à l’intérieur des terres, ou dans une escale. Les navigateurs retrouvent parfois un petit cercle de connaissances dans les hôtels ou cafés où ils débarquent. Certains marins étaient paysans avant leur engagement et le redeviennent quand il touche à sa fin.

34Ces milieux très variés ne pourraient exister sans un minimum de culture, d’usages et d’espoirs communs. De ces valeurs partagées naissent des contestations de décisions jugées contraires à l’usage, des protestations contre l’arbitraire et le système de rémunération. Les historiens sociaux à la recherche des premières formes d’action collective, voire d’organisation de groupes salariés, se penchent depuis longtemps sur ces concentrations de travailleurs démunis de tout bien à bord des navires. En français, le mot « grève » trouverait son origine dans les rassemblements de travailleurs des métiers place de Grève à Paris (aujourd’hui place de l’Hôtel-de-Ville) afin de s’entendre sur un tarif à revendiquer auprès de leurs employeurs : parmi ces métiers, les travailleurs de la navigation et de la manutention sur la Seine sont nombreux. En anglais, le mot « strike » viendrait d’une grève des marins de Londres en 1768.

  • 34 Rediker, « Afterword… », voir note 21.
  • 35 Karel Davids, « Seamen’s Organizations and Social Protest in Europe, c. 1300-1825 », International (...)
  • 36 Steven Pfaff, Michael Hechter, The Genesis of Rebellion. Governance, Grievance, and Mutiny in the A (...)

35Du point de vue de l’histoire du développement d’une conscience de classe chez les salariés, les navires offrent un exemple de concentration de prolétaires, au sens originel du terme, avant la machine à vapeur et avant l’usine. C’est un des enjeux des discussions entre historiens sociaux depuis une cinquantaine d’années. Marcus Rediker récapitule ce débat dans une synthèse de 2019 déjà citée34. Dès 1994, la question a été posée de l’origine du syndicalisme marin au sein des organisations permanentes de marins35. Les méthodes quantitatives permettent de recenser et de comparer les incidents de voyage, les procès et les jugements qui se rapportent au personnel de la marine marchande et militaire sur de longues périodes. En 2021, deux politologues pensent pouvoir distinguer la genèse de l’esprit de révolte dans les mutineries de l’ère de la voile36.

  • 37 Romain Grancher, « Le pouvoir au travail. Contrat, contrainte et association dans le monde de la pê(...)

36Dans un tout autre esprit, une recherche sur les conditions de travail des pêcheurs de Dieppe sous l’Ancien Régime évoque des problèmes semblables37.

  • 38 Ronan Viaud, Le Syndicalisme maritime français. Les organisations, les hommes, les luttes (1890-195 (...)

37Citons enfin des travaux sur le syndicalisme maritime (tel l’ouvrage de Ronan Viaud, auteur d’un article de ce dossier) et sur l’interpénétration des réseaux syndicaux et politiques entre les deux guerres mondiales. Il existe aussi une synthèse sur les conditions de travail et le syndicalisme international des marins par Leon Fink38.

  • 39 Bob Reinalda, The International Transportworkers Federation, 1914-1945 : The Edo Fimmen era, Amster (...)
  • 40 Matt Perry, « Les mutineries de la mer Noire : 1919 et les origines du Parti communiste français »,(...)
  • 41 Pour lauteur de cette introduction, ce livre est un exemple de linteraction entre autobiographie, (...)

38Durant le premier 20e siècle, les vols réguliers de l’aviation commerciale étaient encore peu fréquents et les lignes maritimes, cargos et paquebots, étaient l’un des meilleurs moyens pour les militants plus ou moins clandestins de se déplacer et diffuser leur littérature, à condition d’avoir des relais dans les ports d’escale. Ces pratiques concernent les mouvements communistes, anticolonialistes, antifascistes et d’opposition aux régimes autoritaires, quels qu’ils soient. Une des organisations étudiées dans ce dossier, l’ITF (Fédération internationale des travailleurs des transports), était parfaitement légale dans certains pays, mais à peine tolérée ou illégale dans d’autres. Son action antifasciste est décrite par Bob Reinalda39. Du côté communiste, d’abord à partir de Hambourg, puis de centres reliés à Moscou, des organisations communistes ou alliées ont trouvé des soutiens et des militants dans les équipages des navires de différentes marines marchandes. Signalons aussi les réseaux syndicaux et/ou politiques panafricains et panpacifiques, encore peu étudiés. Citons par ailleurs les recherches sur ce processus qui mêle militantisme communiste et syndical pour les marins français en 1919, pour la solidarité avec l’Espagne républicaine en 1936, et pour l’action antifasciste40. Un récit romancé et passionnant publié en France en 1947 sous le titre Sans patrie ni frontière et le nom de plume Jan Valtin évoque cette période, non sans soulever une grande polémique41.

Dans les ports

  • 42 Clark Kerr, Abraham Siegel, « The Inter-Industry Propensity to Strike : an International Comparison (...)
  • 43 Sam Davies, Colin J. Davis, David De Vries, Lex Heerma van Voss, Lidewj Hesselink, Klaus Weinhauer (...)
  • 44 John Barzman, Christian Borde, Robert Cherny, William Kenefick, Arnaud Le Marchand, Michel Pigenet, (...)
  • 45 Jean Domenechino, Jean-Marie Guillon, Les Dockers : le port autonome de Marseille. Histoire des hom (...)
  • 46 Ainsi Tapio Bergholm, Kari Teräs, « Female Dockers in Finland, c. 1900-1975 : Gender and Change on (...)
  • 47 En sciences politiques, Antonina Gentile, Historical varieties of labor contention and hegemony in (...)
  • 48 Jean Domenichino, Jean-Marie Guillon, Robert Mencherini (dir.), Dockers de la Méditerranée à la mer (...)

39Le second « monde du travail » qui nous intéresse ici est celui de la manutention portuaire, pour lequel le vocable de docker s’est graduellement imposé. Il existe une longue tradition d’études économiques et sociologiques autour de la question de savoir si les dockers sont plus combatifs que d’autres secteurs ouvriers du fait qu’ils formeraient « une masse isolée ». En 1954, Clark Kerr et Abraham Siegel tirent leurs exemples des grands ports de commerce des pays économiquement développés entre 1900 et 197042. Pour tenter d’élargir l’échantillon et la période étudiée, une équipe internationale s’est réunie sous l’égide de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam pour étudier vingt-cinq ports, de seize pays (y compris d’Afrique et d’Asie), de 1790 à 197043. Sept historiens ont évalué l’ouvrage comparatif lors d’une table ronde tenue en mai 200144. Une impulsion a ainsi été donnée, et depuis lors les études de cas et les discussions se sont multipliées. Citons entre autres des recherches sur Marseille, Barcelone et Dakar45. Ces travaux abordent le monde portuaire à travers divers angles d’approche tels que la question des femmes ou celle du métier de docker46. Certains étudient les répertoires des formes d’action47. Enfin, nous disposons maintenant de recueils d’études des dockers dans différents ports et pays, et même d’une tentative d’encyclopédie des dockers, en portugais48.

  • 49 Holger Weiss, The Global Radical Waterfront : The International Propaganda Committee of Transport W (...)

40De même qu’avec les marins, la question du mélange des genres politiques et syndicaux s’est posée avec les dockers, pour l’Internationale des marins et dockers49.

Manufactures et services des villes portuaires

41La construction navale et les arsenaux sont inclus de longue date dans l’histoire maritime. Les ports approvisionnent diverses productions liées à la mer : conserveries et salaisons de poisson, ravitaillement des navires, « usines les pieds dans l’eau », transformation de produits importés. Toutes ces professions plus ou moins maritimes, plus ou moins portuaires, s’ajoutent aux marins et dockers pour donner naissance à un petit peuple des villes portuaires. Entre 1917 et 1927, une série de ces villes connaissent des grèves générales ou des insurrections : Petrograd, Stockholm, Barcelone, Kiel, Hambourg, Seattle, Shanghai et Hong Kong, pour ne nommer que les plus connues. Ces « révolutions en grappes » suggèrent que des conditions semblables et des relations régulières ont pu influencer ces événements.

  • 50 Voir John Barzman, Dockers, métallos, ménagères : mouvements sociaux et cultures militantes au Havr (...)

42On célèbre cet été le centième anniversaire de la grève du Havre de 1922, qui fut d’abord une longue grève des métallurgistes de la construction navale, rejointe par les autres corporations de la ville, avant tout par les dockers50. L’article sur les sardinières de Douarnenez, dans la rubrique « Chantiers » de ce numéro, relève de ce monde du travail maritime élargi des villes portuaires.

Notre dossier et ses sept articles

43Ce champ international de la recherche est donc bien riche et vivant, et à l’occasion des RVH d’octobre 2022 sur « La Mer », les Cahiers d’histoire ont voulu apporter des contributions récentes éclairant les mondes du travail : ce dossier comporte six articles, plus cette introduction. Par ailleurs, le même numéro inclut un huitième texte sur Douarnenez.

44Ces travaux couvrent essentiellement la période contemporaine, choix qui découle plus du hasard des opportunités que d’une volonté méthodologique. Du point de vue des spécialités que nous avons ébauchées plus haut, trois articles abordent les marins, et trois les dockers. Un autre porte sur les industries connexes, et notre introduction propose un aperçu historiographique. Nous sommes heureux que la méthode biographique, chère entre autres aux lecteurs du Dictionnaire Maitron, soit illustrée par trois écrits, l’un sur le Suédois Anton Nilsson, l’autre sur l’Américain Ben Fletcher, le dernier sur le Français Charles Marck. Six auteurs partent de l’action collective des travailleurs (grève, syndicats, engagements) et un septième, des usages dans la situation présente d’une désorganisation syndicale partielle.

45Le premier article, de Lars Berggren et Roger Johansson, concerne une grande figure du mouvement ouvrier suédois, Anton Nilsson. Lars Berggren est professeur d’histoire à l’université de Lund ; Roger Johansson à l’université de Malmö, où il est directeur de l’Institut d’histoire de la ville de Malmö. Le protagoniste de l’événement n’est pas à strictement parler un docker. Il s’agit d’un jeune socialiste qui a soutenu leur grève, mais son nom reste associé à ce mouvement qui a pris de l’ampleur au cours des huit années suivantes, dans un contexte contestataire plus global, avec notamment la vague gréviste de 1909-1911 au Royaume-Uni. Déjà rendu célèbre par son attentat et le procès autour de la grève des dockers, Anton Nilsson le devient plus encore lors de sa libération de prison et de son amnistie en 1917. Il participe à la révolution russe comme aviateur, puis mène l’agitation en faveur du Parti communiste suédois, sans taire ses désaccords avec Staline. Il reste actif jusqu’à sa mort, à 101 ans. Cet article est un véritable coup de semonce, qui nous invite à nous intéresser au mouvement ouvrier suédois, encore trop oublié en France, et à l’importance des mouvements sociaux portuaires.

  • 51 Peter Cole, David Struthers, Kenyon Zimmer (éd.), Wobblies of the World : A Global History of the I (...)

46Peter Cole est un historien américain en poste à la Western Illinois University, à Macomb. Ses écrits documentent les nombreux liens qui unissent le très précoce et souvent puissant mouvement syndical américain sous toutes ses formes (Knights of Labor – KoL , American Federation of Labor – AFL , Industrial Workers of the World – IWW , Congress of Industrial Organizations – CIO , puis AFL-CIO) au mouvement pour l’égalité des Africains-Américains. Il a dirigé le recueil collectif Wobblies of the World : A Global History of the IWW, paru à Londres en 2017, proposé en français en 2021 aux éditions Hors d’atteinte sous le titre Solidarité forever51. Son article éclaire un moment d’unité et de radicalité du syndicalisme américain, celui du monde du travail portuaire ; il s’agit de montrer jusqu’où ce mouvement peut aller, y compris dans sa dimension sociale et politique, quand la conjoncture et les facteurs humains sont favorables.

47Laurence Montel est maître de conférences en histoire à l’université de Poitiers, spécialiste de la criminalité, de la police et de la justice dans les villes portuaires. Elle nous livre ici son compte rendu de la nouvelle édition commentée des mémoires du dirigeant syndical havrais, Charles Marck, Sur les routes que j’ai parcourues, mises en forme par Michel Pigenet. Ses années formatrices sont passées dans la marine marchande et sur le port du Havre, comme marin, puis docker. C’est en cette capacité qu’il a été élu à la direction de la Bourse du travail du Havre, qu’il accueillit le congrès de la Fédération nationale des ports et docks de la CGT, passa un an à Londres pour œuvrer à la construction de la Fédération internationale des travailleurs du transport (ITF) et qu’il a été élu trésorier de la CGT. Le parcours de Charles Marck montre l’intégration du mouvement docker dans le mouvement ouvrier national français, et sa recherche constante de liens internationaux.

  • 52 Ronan Viaud, Le Syndicalisme maritime français…, op. cit.

48Avec l’article de Ronan Viaud, nous abordons le monde du travail de la navigation. Il a publié sa thèse sous le titre Le Syndicalisme maritime français. Les organisations, les hommes, les luttes (1890-1950)52. L’auteur est président du Centre d’histoire du travail de Nantes, fondé en 1980, et membre du réseau international Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale (CODHOS). Son article explique les différentes phases de l’action syndicale, tributaire de la situation de la marine marchande française, elle-même dépendante de l’organisation des grandes alliances armatoriales mondiales. L’affaiblissement du syndicalisme maritime français est à mettre en relation avec les phénomènes décrits par ailleurs dans l’article d’Arnaud Le Marchand.

49Kevin Crochemore est l’auteur d’une thèse de sciences politiques et d’histoire (Université libre de Bruxelles et Université du Havre) en 2014, Syndicalisme international et régionalisation du monde : l’ITF face à la construction de l'Europe (1943 à nos jours) : l’exemple des sections marins et dockers. Il y décrit les dilemmes de l’ITF au cours des trente dernières années. Fondée en 1896, cette organisation, l’ITF, se retrouve en filigrane dans presque tous nos articles : le défenseur suédois d’Anton Nilsson, le syndicaliste marin Charles Lindley, en fut le président de 1933 à 1946 ; l’IWW évoquée par Peter Cole a directement influencé l’aile militante des fondateurs de l’ITF autour de Tom Mann, avec qui Charles Marck a collaboré à Londres ; les syndicats maritimes et portuaires français ont entretenu des rapports complexes avec l’ITF au fil des fusions et recompositions du 20e siècle ; l’intervention du syndicalisme international dans l’embauche des marins, évoquée par Arnaud Le Marchand, est notamment celle de l’European Transport Workers Federation (ETF), émanation de l’ITF.

  • 53 Emmanuel Comte, « Xénophobie en mer. Marins français contre étrangers dans la Communauté européenne (...)

50Arnaud Le Marchand est maître de conférences en économie et habilité en sociologie à l’université Le Havre-Normandie, spécialiste des marchés du travail non conventionnels (le bazar, le marché noir, la « foule » des quais, les « coins de rue » pour embauche de journaliers, l’emploi temporaire des « gens du voyage »). Son étude sur l’embauche et les conditions de travail des marins est à mettre en relation avec la segmentation du marché des marins décrite par Emmanuel Comte pour une période un peu antérieure53. Elle apporte des éléments concrets sur le processus de transition de l’Europe centrale et orientale du bloc soviétique au capitalisme néolibéral de l’Union européenne et de ses voisins.

51Enfin, dans la rubrique « Chantiers », Théo Bernard nous livre un article au sujet des conserveries de poisson. Il pose clairement la question du lien entre le syndical et le politique, particulièrement sensible dans l’entre-deux-guerres, on l’a vu plus haut dans cette introduction, dans le domaine des « travailleurs de la mer ». L’attraction de larges milieux sociaux au mot d’ordre des « soviets » et à des organismes comme l’Internationale des marins et dockers (IMD), affiliée à l’Internationale syndicale rouge (ISR ou Profintern), proche de l’Internationale communiste (IC ou Komintern), apparaît dans ce cas, non pas comme le résultat d’une manipulation ou d’une « greffe » russe sur un mouvement social indigène français, mais lié à la nature même du mouvement à la base, mouvant, hybride. Cette mouvance a été « travaillée » par toutes sortes d’agents et d’espions au service de différents États, notamment l’Union soviétique, mais aussi l’Allemagne nazie ou des officines britanniques, françaises, italiennes ou japonaises. De ce fait, nous disposons parfois d’archives détaillées des services spéciaux, mais cela ne modifie en rien l’analyse de ces mouvements sociaux hybrides.

52Sept articles passionnants qui nous donnent à réfléchir sur la convergence entre histoire sociale et histoire maritime, décrite à grands traits dans cette introduction.

Haut de page

Notes

1 Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer, Paris, Lacroix, Verboekhoven et Cie (1866, 1ère édition).

2 Olivier Maheo et Laurence Montel ont contribué à ce dossier.

3 Voir en ligne : <https://rdv-histoire.com/actualites/alain-cabantous-prononcera-la-conference-inaugurale-de-cette-25eme-edition>.

4 La BNF répertorie Le Laboureur de la mer : tribune libre des personnels navigants maritimes, Fédération nationale des laboureurs de la mer, de Bordeaux et Marseille, 1927-1928. Le terme a parfois été utilisé pour désigner un groupe dépassant les différentes catégories de navigants, incluant par exemple ceux qui vivent de la mer dans les ports et les littoraux.

5 Marcel Van der Linden, « Notes from an Outsider », dans Paul Van Royen, Jaap Bruijn, Jan Lucassen (dir.), Those Emblems of Hell ? : European Sailors and the Maritime Labour Market, 1570-1870, St. John’s (Nfld), International Maritime Economic History Association/Research in Maritime History, 1997, n° 13, p. 349-362 (traduit par John Barzman).

6 Alain Cabantous, « Histoire maritime ou histoire sociale ? L’approche des gens de mer », dans Drassana : Revista del Museu Marítim, 2007, n° 15.

7 Le GIS HSM regroupe des unités de recherche, principalement françaises, sous l’égide du CNRS. Conformément à la politique engagée ces dernières années par cet organisme de tutelle, il sest ouvert aux sciences dites « dures ». En ligne : <http://www.histoire-maritime.org/>. Cette politique se poursuit au sein du grand organisme de recherche qui a récemment appuyé la constitution dun GDR « Océan et Mers » (Groupement de recherche OMER), cf. <https://www.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/gdr-omer-le-cnrs-est-le-premier-organisme-de-recherche-sur-les-mers-et-oceans-au-monde>.

8 Voir par exemple Frank Broeze, Graham Henderson, Western Australians & the sea : Our maritime heritage, Perth, Western Australian Museum, 1986 ; Brides of the sea : port cities of Asia from the 16th-20th centuries, Kensington, New South Wales University Press, 1989 ; « Militancy and Pragmatism : An International Perspective on Maritime Labour, 1870-1914 », International Review of Social History, 1991, vol. 36, n° 2, p. 165-200. Voir la rubrique « History » du site de lIMHA pour ses congrès.

9 Ce laboratoire est lUMR IDEES, CNRS 6266/Université du Havre. Ma communication à Rotterdam a été publiée : John Barzman, « Labour Relations in the Port of Le Havre 1928-1947 », International Journal of Maritime History, 1997, vol. 9, n° 2.

10 Hervé Coutau-Bégarié, L’Histoire maritime en France, Paris, Revue maritime (1ère éd.), 1995/Economica (2e éd.), 1997 ; Olivier Pétré-Grenouilleau, « L’histoire maritime en France : du bilan aux perspectives ? », Histoire, économie et société, 2001, 20ᵉ année, n° 1 ; Alain Cabantous, op. cit. ; Pourquoi enseigner l’histoire maritime en France au XXIe siècle ?, Paris, SPM/Collection de la SFHM, 2018, 78 p. (avec notamment une intervention de Tristan Lecoq).

11 Edern Olivier-Jegat, Océans et marine française en paix, missions et stations navales (1763-1792), thèse, université Bretagne-Sud, 2020 ; Gaëtan Obéissart, « Une marine militaire pour quoi faire ? Ce quen disent les députés de la Restauration à la tribune du Palais-Bourbon », Chronique d’histoire maritime, juin 2019, n° 86.

12 Voir Julien Charnay, Libanais et Syriens dans l’Empire. Migrations transnationales en situation coloniale et d’indépendance : Liban, Syrie-A.O.F., années 1890-1960, thèse, université Paris Nanterre, 2021.

13 Antoine Resche, L’Exploitation de la ligne de l’Atlantique Nord par les compagnies françaises et britanniques (1890-1940), thèse, Nantes Université, 2013 ; aide du European Research Council (ERC) au projet (lancement 2016) Seafaring Lives in Transition. Mediterranean Maritime Labour and Transport during Globalization, 1850s-1920s, cf. Apostolos Dellis (Institute for Mediterranean Studies/FORTH, Greece), « Seafaring Lives at the crossroads of Mediterranean maritime history », International Journal of Maritime History, 2020, vol. 32, n° 2.

14 Rila Mukherjee (Université Hyderabad), « India and the Indian Ocean World : From the Earliest times to 1800 », keynote address, 8th IMHA Congress, Porto, 1er juillet 2022.

15 Voir par exemple « The Great Lakes Maritime History Project » ou le « Séminaire Penser le Maritime. Les 4 Méditerranées” : de la Baltique aux Antilles » organisé le 14 mai 2020 à luniversité du Havre-Normandie par Jean-François Klein, Thomas Vaisset et Éric Saunier.

16 Mark Mazower, Salonica, City of Ghosts : Christians, Muslims and Jews, 1450-1950, New York, Harper, 2005 ; Éric Saunier et John Barzman (dir.), Histoire du Havre, Toulouse, Privat, 2017 ; Brigitte Le Normand et Sarah Lemmen, « Ports in state socialism, or why the Cold War matters to maritime history », International Journal of Maritime History, 2021, vol. 33, n° 1.

17 Après une première réflexion théorique de Josef W. Konvitz, « The Crises of Atlantic Port Cities, 1880 to 1920 », Comparative Studies in Society and History, 1994, vol. 36, n° 2, p. 293-318, signalons Sylviane Llinares, Guy Saupin, Ports nouveaux : Création et renaissance du XVe au XXIe siècle, Rennes, PUR, 2020 ; Ana María Rivera Medina (dir.), Ports in the Medieval European Atlantic : Shipping, Transport and Labour, Martlesham (UK), Boydell, 2021. Lasse Heerten annonce un projet de recherche destiné à faire le point : « Mooring Mobilities, Fixing Flows : Towards a Global Urban History of Port Cities in the Age of Steam », Journal of Historical Sociology, vol. 34, n° 2, p. 350-374.

18 Voir le site <https://www.dsm.museum/en/research-and-science/cooperative-research/northern-sea-maritime-museums-network>.

19 Alain Cabantous, Les Citoyens du large. Les identités maritimes en France (XVIIe-XIXe siècle), Paris, Aubier, 1995.

20 Parmi les premières tentatives de synthèse, Françoise Péron (dir.), Le Patrimoine maritime. Construire, transmettre, utiliser, symboliser les héritages maritimes européens, Rennes, PUR, 2002.

21 Marcus Rediker propose un bilan provisoire des débats dans « Afterword : Reflections on the Motley Crew as Port City Proletariat » [Postface : réflexions sur la bande hétéroclite comme prolétariat de la ville portuaire], International Review of Social History, 2019, vol. 64, no S27 Special Issue « Free and Unfree Labor in Atlantic and Indian Ocean Port Cities (Seventeenth-Nineteenth Centuries) », p. 255-262. À noter, dans la même veine, Alain Cabantous, avec la participation de Gilbert Buti, Les Mutins de la mer. Rébellions maritimes et portuaires en Europe occidentale (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Éditions du Cerf, 2022.

22 Voir le dialogue entre historiens, géographes (à propos notamment de lanarchiste Élisée Reclus) et autres chercheurs, dans Nathalie Richard, Renaud Morieux, Alain Cabantous, Jean-Luc Chappey, Francois Walter (dir.), Mer et montagne dans la culture européenne (XVIe-XIXe siècle), Rennes, PUR, 2011 ; notamment le chapitre de Federico Ferretti, « Lidentité géographique de lEurope. Mer et montagne dans la Nouvelle Géographie universelle (1876-1894) d’Élisée Reclus ».

23 Question dans Vincent Guigueno, « Le rivage des ingénieurs », Le Mouvement social, 2002/3 (no 200), p. 147-152, en référence à Georges Duby et Armand Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, 4 tomes, Paris, Seuil, 1975-1976, et Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, 5 tomes, Paris, Seuil, 1980-1985.

24 Alain Cabantous, Les Populations maritimes de la mer du Nord et de la Manche orientale (vers 1660-1793) : essai d’histoire sociale comparative, thèse, 1987. Le sort des compagnies de manutention portuaires à Marseille en 1944, qui ont été réquisitionnées en grande partie à linitiative de leurs salariés, est détaillé dans le cadre de lhistoire dune ville portuaire : Robert Mencherini, La Libération et les entreprises sous gestion ouvrière, Marseille, 1944-1948, Paris, LHarmattan, 1994.

25 On trouve un aperçu de la réflexion sur ce thème dans la littérature américaine, dans Douglas Wixson, « Work : Alienating or Transforming ? », Against the Current, 46, September/October 1993. Le thème avait été traité notamment par C. L. R. James, Mariners, Renegades and Castaways : The Story of Herman Melville and the World We Live In, New York, 1953, puis David S. Herreshoff, Labor into Art : The Theme of Work in Nineteenth-Century American Literature, Detroit, Wayne State University Press, 1991, qui accorde une large place à l’analyse de Moby Dick.

26 Kobayashi Takiji, Le Bateau-Usine, 1929, traduit en français en 2009. Il est transformé en manga, Kanikosen, en 2006.

27 Amistad, film américain de Steven Spielberg (1997), est un puissant plaidoyer contre lesclavage. Ses inexactitudes historiques ont fait lobjet de nombreux débats. Signalons lintervention de Marcus Rediker, qui voit dans l’épisode une confirmation de ses thèses sur les origines des révoltes dans lAtlantique de cette époque, avec son film documentaire Ghosts of the Amistad (2015).

28 William Bligh, A Narrative Of The Mutiny, On Board His Majesty’s Ship Bounty ; And The Subsequent Voyage Of Part Of The Crew, In The Ship’s Boat, London, Nichol, 1790 ; Jules Verne, Les Révoltés de la Bounty, Paris, Hetzel, 1879 ; Mutiny on the Bounty, film américain réalisé par Lewis Milestone, 1962.

29 Texte de Claude Pennetier, voir <http://chs.huma-num.fr/exhibits/show/marty-et-les-brigades-internat/marty/les-mutins-de-la-mer-noire>.

30 Philippe Huet, Les Quais de la colère, Paris, Albin Michel, 2005.

31 Ousmane Sembene, Le Docker noir, Paris, Debresse, 1956 ; On the Waterfront (Sur les quais), film américain dElia Kazan (1954), avec Marlon Brando partagé entre la loyauté à son frère, dirigeant syndical docker corrompu, et lamitié dun prêtre lui conseillant de dénoncer son frère ; de Ken Loach, Big Flame (1969), et Flickering Flame (1995).

32 Voir Nicolas Eprendre, « Gaston Prunier, paysages urbains et industriels », dans Emmanuelle Delapierre et Bertrand Tillier (dir.), Les Villes ardentes, 1870-1914. Art, travail, révoltes, Caen, MBA/Snoeck, 2020 ; Annette Haudiquet, « Fin de journée au Havre, une œuvre manifeste de Raoul Dufy », dans John Barzman et Jean-Pierre Castelain (dir.), Jules Durand : un crime social et judiciaire, Paris, UH-AJD/LHarmattan, 2015 ; Les Couleurs de l’engagement, 1920-1950, autour d’Antoine Serra, Musée d’histoire de Marseille, 2006.

33 La centralité de la sculpture Le Débardeur du port d’Anvers, érigée sur la place principale d’Anvers, réalisée par Constantin Meunier, artiste très connu, est considérée comme la reconnaissance de la contribution de ce groupe social à la prospérité de la ville. La statue du Docker à Amsterdam commémore la grève générale de février 1941, à laquelle participèrent des dockers, contre la déportation des juifs de cette ville.

34 Rediker, « Afterword… », voir note 21.

35 Karel Davids, « Seamen’s Organizations and Social Protest in Europe, c. 1300-1825 », International Review of Social History, 1994, vol. 39 (S2), p. 145-169.

36 Steven Pfaff, Michael Hechter, The Genesis of Rebellion. Governance, Grievance, and Mutiny in the Age of Sail, Cambridge, Cambridge University Press, 2021.

37 Romain Grancher, « Le pouvoir au travail. Contrat, contrainte et association dans le monde de la pêche (Dieppe, XVIIIe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 2019, t. 131, n° 1, p. 53-64.

38 Ronan Viaud, Le Syndicalisme maritime français. Les organisations, les hommes, les luttes (1890-1950), Rennes, PUR, 2005 ; Leon Fink, Sweatshops at Sea. Merchant Seamen in the World’s First Globalized Industry, from 1812 to the Present, Chapel Hil, University North Carolina Press, 2011.

39 Bob Reinalda, The International Transportworkers Federation, 1914-1945 : The Edo Fimmen era, Amsterdam, Aksant, 1997.

40 Matt Perry, « Les mutineries de la mer Noire : 1919 et les origines du Parti communiste français », Le Mouvement social, 2020/3, n° 272, p. 109-128 ; Gilles Hertzog, Dominique Grisoni, Les Brigades de la mer, Paris, Grasset, 1979 ; Constance Margain, L’Internationale des gens de la mer (1930-1937) : activités, parcours militants et résistance au nazisme d’un syndicat communiste de marins et dockers, thèse, Université Le Havre-Normandie, 2015.

41 Pour lauteur de cette introduction, ce livre est un exemple de linteraction entre autobiographie, roman et recherche historique à propos dun phénomène dhistoire sociale considérable. Dautres y voient surtout intrigues, assassinats, espionnages, services secrets et main de Moscou, tel Guillaume Bourgeois, « Sans patrie ni frontières de Jan Valtin : l’affaire de presse et le secret bien gardé des services spéciaux », Le Temps des médias, 2011/1, n° 16, p. 19 à 51.

42 Clark Kerr, Abraham Siegel, « The Inter-Industry Propensity to Strike : an International Comparison », dans Arthur Kornhauser, Robert Dublin, Arthur M. Ross (dir.), Industrial Conflict, New York, Mac Graw Hill, 1954.

43 Sam Davies, Colin J. Davis, David De Vries, Lex Heerma van Voss, Lidewj Hesselink, Klaus Weinhauer (dir.), Dock Workers. International Explorations in Comparative Labour History, 1790-1970, Farnham (UK), Ashgate, 2000.

44 John Barzman, Christian Borde, Robert Cherny, William Kenefick, Arnaud Le Marchand, Michel Pigenet, Peter Turnbull, « Comparaisons internationales : à propos du livre Dock Workers (2000). Table Ronde », dans Anne-Lise Piétri-Lévy, John Barzman, Éric Barré (dir.), Environnements portuaires, Rouen, PURH, 2003. Voir aussi Michel Pigenet, « Les dockers. Retour sur le long processus de construction d’une identité collective en France, XIXe-XXe siècles », Genèses, 2001/1, n° 42.

45 Jean Domenechino, Jean-Marie Guillon, Les Dockers : le port autonome de Marseille. Histoire des hommes, Marseille, Laffitte, 2001 ; Jordi Ibarz, Brendan Von Briesen, « From Corporations to Companies : The Development of Capitalism in Maritime Cargo Handling in the Port of Barcelona (ca. 1760-1873) », International Labor and Working-Class History, July 2022, article issu en partie de la thèse de Brendan Von Briesen, Service-sector Guilds and the Challenge of Liberalization : The organization of maritime-cargo handling in Barcelona, c.1760-1840, Universitat de Barcelona, 2017 ; Daniel Castillo Hidalgo, Puerto de Dakar, puerta de África Occidental. Una Historia Económica de Senegal (1857-1957), 2016 ; et bientôt John Barzman, Les Dockers du Havre, de la révolution à nos jours, en cours de publication aux Presses universitaires de Rouen et du Havre.

46 Ainsi Tapio Bergholm, Kari Teräs, « Female Dockers in Finland, c. 1900-1975 : Gender and Change on the Finnish Waterfront », International Journal of Maritime History, 1999, vol. 11, 2 ; Michel Pigenet, « À propos des représentations et des rapports sociaux sexués : identité professionnelle et masculinité chez les dockers français (XIXe-XXe siècles) », Le Mouvement social, 2002/1, no 198.

47 En sciences politiques, Antonina Gentile, Historical varieties of labor contention and hegemony in transnational docker campaigns, thèse, Johns Hopkins University, 2010 ; thématique qu’on retrouve en sociologie dans Caitlin Fox-Hodess, Dockworkers of the World Unite : Worker Power and Trade Union Strategy in a Global Economy, thèse, University California Berkeley, 2018.

48 Jean Domenichino, Jean-Marie Guillon, Robert Mencherini (dir.), Dockers de la Méditerranée à la mer du Nord. Des quais et des hommes dans l’Histoire, Aix-en-Provence, Edisud, 1999 ; Raquel Varela, « Dont Fuck My Job ». As lutas dos Estivadores. Uma Perspetiva Global, Lisbonne, Edições Humus, 2019.

49 Holger Weiss, The Global Radical Waterfront : The International Propaganda Committee of Transport Workers and the International of Seamen and Harbour Workers, 1921-1937, Leiden, Brill, 2022.

50 Voir John Barzman, Dockers, métallos, ménagères : mouvements sociaux et cultures militantes au Havre, 1912-1923, cinquième partie : « La grève générale de 1922 », Rouen, PURH, 1997.

51 Peter Cole, David Struthers, Kenyon Zimmer (éd.), Wobblies of the World : A Global History of the IWW, Londres, Pluto Press, 2017, 320 p. ; en français : Peter Cole, David Struthers et Kenyon Zimmer (dir.), Solidarité forever. Histoire globale du syndicat Industrial Workers of the World, Marseille, Hors d’atteinte, 2021, 480 p.

52 Ronan Viaud, Le Syndicalisme maritime français…, op. cit.

53 Emmanuel Comte, « Xénophobie en mer. Marins français contre étrangers dans la Communauté européenne (1971-1975) », Le Mouvement social, 2018/3, n° 264.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

John Barzman, « Introduction : Travailleurs de la mer »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 154 | 2022, 11-30.

Référence électronique

John Barzman, « Introduction : Travailleurs de la mer »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 154 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/19519 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.19519

Haut de page

Auteur

John Barzman

Université Le Havre-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search