Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154DOSSIERAnton Nilsson et l’écho d’une bom...

DOSSIER

Anton Nilsson et l’écho d’une bombe. Malmö, 1908-1917

Lars Berggren et Roger Johansson
Traduction de Olivier Maheo
p. 31-43

Résumés

Anton Nilsson (1887-1989) est l’une des plus célèbres figures du mouvement ouvrier suédois, un militant de premier plan élevé au statut d’icône. Membre du Mouvement des jeunes socialistes dans la ville ouvrière de Malmö, il place une bombe sur le navire Amalthea, qui abritait 73 briseurs de grève anglais, dans le cadre d’un vaste conflit du travail impliquant les dockers des ports suédois. Il est condamné à mort, mais à la suite de nombreuses protestations, y compris internationales, sa peine est commuée en prison à vie. En 1917, après les troubles de la « révolution des pommes de terre » et l’élection du premier gouvernement social-démocrate/libéral, il est libéré à la faveur d’une amnistie. À la veille de la Saint-Jean 1919, Anton Nilsson décroche un permis international de piloter des avions et rejoint le jeune État soviétique, où il devient pilote dans l’Armée rouge. Toute sa vie il est resté un militant et, centenaire, il participait encore à la manifestation du 1er mai à Stockholm, où il s’était installé et où il est enterré.

Haut de page

Texte intégral

Une bombe explose

  • 1 Selon le rapport de police cité plus avant, ils étaient 73. Yngve Tidman, Spräng Amalthea ! Arbete, (...)

1« Dans la nuit du 11 au 12 juillet 1908, Malmö est secouée par une explosion, qui non seulement fait trembler les vitres de la ville, mais suscite aussi la peur, surtout chez les bourgeois, déjà effrayés par les grèves en cours et ce qu’ils perçoivent comme la menace d’une prise de pouvoir par les socialistes. Selon certains témoins, l’explosion “a été entendue comme un tonnerre fort et sourd jusqu’à Lund”. La détonation provenait d’un attentat à la bombe contre la goélette Amalthea, amarrée au quai est du bassin des chantiers navals dans le port de Malmö. Le navire appartenait au négociant en bateaux J. Lundberg et abritait 81 briseurs de grève, qui y avaient été amenés d’Angleterre durant le conflit des dockers en 1907 et 1908. »1

2C’est ainsi que le journaliste Yngve Tidman ouvre sa thèse de doctorat sur les grèves et les briseurs de grève dans les ports du nord-ouest de l’Europe. L’attentat a fait couler beaucoup d’encre, notamment parce qu’il a fait un mort et plusieurs blessés. Ses auteurs étaient Anton Nilsson, Algot Rosberg et Alfred Sten. Tidman poursuit son récit en s’appuyant sur celui que Nilsson en a donné des années plus tard :

  • 2 Arbetet, 29 juin 1908.
  • 3 Anton Nilson, Från Amalthea till ryska revolutionen, Arbetarrörelsens arkiv i Landskrona (D’Amalthe (...)

3« Par une belle et lumineuse soirée d’été, fin juin ou début juillet [...], écrit-il, un grand nombre de personnes s’étaient rassemblées sur le quai de Varvsbassängen à Malmö pour voir le navire Amalthea, qui abritait 73 briseurs de grève anglais. Anton Nilsson parle de deux mille personnes, alors que le rapport de police et un article contemporain du journal Arbetet indiquent qu’il n’y avait que quinze à vingt personnes sur le quai2. Les briseurs de grève anglais se tenaient sur le pont de l’Amalthea, le long de la balustrade. Le silence était interrompu de temps en temps, selon Nilsson, par de grands rires des hommes du navire, qui “avaient l’air insolents et provocateurs”.3

4« Soudain, trois coups de feu ont été tirés par les Anglais sur les wagons situés entre eux et nous [...] Les trois auteurs de ces coups de feu ont été poursuivis – et acquittés par le tribunal communal de Malmö.

  • 4 Ibid. p. 63.

5J’ai réalisé alors que les Anglais devaient quitter le pays. Ils devaient recevoir un avertissement sans ambiguïté, dont ils devraient tenir compte. Nous allions placer une bombe sur le navire des briseurs de grève. »4

  • 5 Anton Nilson, Dömd till döden för Amalthea (Condamné à mort pour Amalthea), Stockholm, Albert Bonni (...)

6Selon cette autobiographie, c’est donc à ce moment précis qu’Anton Nilsson prit la décision fatidique qui résonne encore plus de cent ans après l’explosion. Deux autres membres du Club des jeunes socialistes de Malmö, Algot Rosberg et Alfred Stern, furent plus tard mis au courant de ce projet d’une bombe qui ferait fuir les Anglais une fois pour toutes5.

7Nous pouvons également dater la fusillade le 26 juin grâce aux notes contenues dans le journal des rapports de la police :

  • 6 Centralpolisens anteckningar, 26 juin 1908, Malmö Stadsarkiv (Notes de la police centrale, 26 juin (...)

8« En raison du fait qu’il a été porté à l’attention de la police centrale que l’un des Anglais à bord du navire Amalthea, amarré dans le bassin du chantier naval, a tiré un coup de revolver la nuit dernière vers 11 heures sur Beijersgatan, une enquête a été menée et il est apparu que le subordonné anglais Henry Colling, né le 13 novembre 1884 et résidant à Londres, était le tireur... »6

  • 7 Roger Johansson, Kampen om historien – Ådalen 1931 – Sociala konflikter, historiemedvetande och his (...)
  • 8 Voir par exemple Arbetet, 29 juin 1908.

9Il semble évident qu’au moins certains des briseurs de grève de Malmö étaient armés. Ce n’était pas inhabituel, que ce soit à cette époque ou par la suite7. Quelques jours auparavant, des coups de feu avaient été tirés depuis un autre navire amarré dans le port, et les journaux avaient rapporté des incidents avec des briseurs de grève anglais armés à Göteborg8.

Le contexte du conflit

  • 9 Le compte rendu le plus complet du conflit dans le port de Malmö en 1908 est la thèse de doctorat d (...)

10Le contexte dans lequel s’inscrit cette violence est la convergence de trois conflits dans le port de Malmö au cours de l’été 1908 : ils coïncident en partie, en dépit de chronologies légèrement différentes9.

  • 10 Axel Uhlén, Facklig kamp i Malmö under sju decennier (Sept décennies de lutte syndicale à Malmö), M (...)

11Les employeurs tentent alors d’ajouter un paragraphe à l’article 23 dans les statuts de la SAF (l’organisation patronale suédoise). Il s’agit de déterminer qui a le droit de diriger et de distribuer le travail. Pour la plupart des travailleurs du port, il s’agit d’une question cruciale. Le contrôle des embauches et celui du roulement équitable des emplois entre tous sont un enjeu de pouvoir décisif. Les dockers refusent absolument l’application de ce paragraphe 23, qu’ils trouvent odieux, constituant une menace directe pour les sociétés coopératives des dockers et un préalable nécessaire à « la conquête du monopole d’embauche sur le port par les sociétés privées », écrit l’ancien rédacteur Axel Uhlen10.

  • 11 Carl Johan Björklund, Dömda till döden. Amaltheadramat (Condamné à mort. Le drame de l’Amalthea), S (...)
  • 12 Yngve Tidman, op. cit., p. 221.

12Plusieurs conflits acharnés ont lieu à Norrlandshamnarna et à Norrköping, où des briseurs de grève sont utilisés pour rompre le blocus des dockers. Ces conflits s’étendent rapidement à d’autres ports du pays, parce que le syndicat des travailleurs des transports décide de bloquer les navires des compagnies maritimes ayant utilisé des briseurs de grève. La situation est particulièrement difficile à Norrköping, où des briseurs de grève anglais ont agressé et poignardé deux travailleurs11. Les événements sont suivis grâce aux reportages quotidiens des journaux de Norrköping, depuis leur arrivée et leur hébergement à bord du brise-glace allemand Poseidon jusqu’à leur départ. Presque tous les jours, les journaux de Norrköping relatent divers actes criminels, souvent très graves, commis par des briseurs de grève. La nouvelle s’est ainsi répandue dans tout le pays12.

13De son côté, la presse ouvrière rapporte quotidiennement des agressions et des violences policières, notamment dans le cadre du conflit portuaire de Göteborg. Ces informations circulent dans la presse ouvrière de différentes régions du pays, si bien que l’indignation et la colère s’accroissent. Yngve Tidman cite l’appel lancé par Sigfrid Hansson dans le journal social-démocrate de Göteborg Ny Tid (Temps nouveaux) :

  • 13 Ny Tid (Temps Nouveaux), 30 juin 1908, par Yngve Tidman, Spräng Amalthea. Arbete, facklig kamp och (...)

14« Un homme âgé, qui traversait la rue mais était gêné par les encombrements, a reçu un tel coup que l’arrière de sa tête en a été inondé de sang. Un ouvrier a eu une main fendue par un coup de sabre. Un autre s’est retrouvé avec une longue blessure béante de la joue jusqu’au menton. Deux autres ont dû se rendre à l’hôpital Sahlgrenska pour y recevoir des soins. »13

  • 14 Yngve Tidman, op. cit.
  • 15 Ibid., p. 104 sq.
  • 16 Axel Uhlén, op. cit., p. 252. La Scanie est une province de l’extrême-sud de la Suède, dont la plus (...)

15Le conflit de Malmö est un épisode d’un affrontement incessant et commun à tous les ports européens dans lesquels les employeurs organisaient à grande échelle le trafic maritime avec des briseurs de grève envoyés d’Angleterre vers les ports européens14. À cette fin, les employeurs avaient formé The Shipping Federation, une organisation européenne de briseurs de grève15. Les sociétés d’arrimage utilisaient souvent des navires désaffectés pour loger les briseurs de grève. Cela ne valait pas seulement à Malmö, à bord du vieux voilier Amalthea, mais aussi dans d’autres ports de Scanie comme Helsingborg, Trelleborg et Landskrona16.

16Le conflit de Malmö s’inscrit aussi dans une succession de confrontations qui aboutissent à l’énorme affrontement de l’année suivante. Le déroulement des événements lors de la grève générale de 1909 est à mettre en miroir avec le conflit du port de Malmö de 1908. Dans cette période mouvementée, tous les conflits s’entremêlent.

Trois jeunes hommes à Malmö, en 1908

  • 17 Lars Berggren & Mats Greiff, Från sillamarknad till SAAB-fabrik (Du marché aux harengs à l’usine SA (...)
  • 18 Lars Berggren & Roger Johansson, « August Palm – historien om agitatorn som förändrade Sverige », S (...)
  • 19 Lars Berggren & Mats Greiff, op. cit., p. 33.

17Anton Nilsson, comme tant d’autres à cette époque, est originaire de la campagne. Au tournant du siècle, Malmö connaît un développement et une expansion considérables. Le nombre d’habitants s’élève de 38 000 en 1880 à un peu plus de 110 000 en 1920. De nouveaux quartiers ouvriers apparaissent, en particulier au sud et à l’est de la ville. Le surpeuplement est aigu et les conditions de logement sont souvent catastrophiques17. Une classe ouvrière émerge ainsi que des syndicats, dont certains ont été fondés dès les années 1880. En novembre 1881, August Palm, un tailleur socialiste, donne sa première conférence publique sur le socialisme18. Plusieurs grands entrepreneurs, comme August Schmitz de la Malmö Yllefabrik, ont développé une profonde aversion à l’encontre du mouvement syndical19. Telle est l’atmosphère à Malmö au tournant du siècle.

  • 20 Anton Nilson, op. cit., p. 100 sq. et p. 51 sq. À propos de Möllevången, voir Peter Billing & Mikae (...)
  • 21 Centralpolisens anteckningar, 20 juillet 1908, Malmö Stadsarkiv. Voir aussi Ronny Ambjörnsson, Den (...)

18Anton Nilsson arrive de Kristianstad, où il a appris par la rumeur qu’il y avait du travail à Malmö. Il s’installe chez la famille Persson, près du quartier ouvrier de Möllevångstorget20. Dans son autobiographie, il revient souvent sur ses origines, dans une famille de paysans relativement aisés avec une figure paternelle dure et intraitable, mais aussi une mère aimante et compréhensive. Les trois jeunes, Anton Nilsson, Algot Rosberg et Alfred Stern, sont membres, comme tant d’autres jeunes travailleurs radicaux, des Amis de la sobriété21. Le club de la Jeunesse socialiste, l’affiliation syndicale et l’association de tempérance Verdandi fonctionnent comme des lieux de rencontre naturels, mais ils constituent également un espace de débat idéologique.

  • 22 Centralpolisens anteckningar, 20 juli 1908, Malmö Stadsarkivet ; Anton Nilson, op. cit., p. 77.
  • 23 Carl Johan Björklund, op. cit., p. 152.

19Au cours de l’hiver 1908, les « jeunes socialistes » les plus radicaux de Malmö forment le Club des jeunes socialistes du Nord22. Algot Rosberg en est le premier président. Stern avait rejoint le Club des jeunes socialistes en 1905, et c’est là que les trois jeunes hommes avaient fait connaissance23. Ce n’était pas particulièrement surprenant non plus, car les clubs politiques de jeunes, avec leurs réunions, leurs excursions et leurs fêtes, étaient des lieux de rencontre naturels pour tous les jeunes ouvriers en ville. Si vous vous rendiez à la Maison du peuple (Folkets Hus), au Parc du peuple (Folkets park) ou au désormais classique Café Utposten, vous rencontriez des personnes qui partageaient vos idées.

  • 24 Ibid.

20Anton Nilsson raconte sa première rencontre avec le mouvement des Jeunes socialistes un dimanche matin de l’été 1906. Alors qu’il se promène sur Skolgatan, près de Möllevången et de la Maison du peuple, on lui propose d’acheter le journal des Jeunes socialistes, Brand, pour la somme de cinq öre. Cependant, il hésite quelque peu, car il a entendu dire que les Jeunes socialistes tiennent leurs réunions nus, hommes et femmes en rangs serrés, à même le sol de la Maison du peuple24. Le prude Anton ne voulait vraiment pas être mêlé à ça !

Anton Nilsson en 1908. (avec l'aimable autorisation des Arbetarrörelsens arkiv in Landskrona, archives du mouvement ouvrier à Landskrona)

Qui étaient ces jeunes socialistes ?

  • 25 Axel Danielsson, “Anarki eller socialism”. Urval av Axel Danielssons skrifter (“Anarchie ou sociali (...)
  • 26 Lennart K Persson, Syndikalismen i Sverige, 1903-1922 (Le Syndicalisme en Suède, 1903-1922), Stockh (...)
  • 27 Ibid., p. 39 sq. Pour un exemple de l’action de l’IWW, voir l’article de Peter Cole dans ce dossier (...)
  • 28 Paul Avrich, The Haymarket Tragedy (La Tragédie de Haymarket), Princeton, Princeton University Pres (...)

21La Première Internationale avait en son temps péri en raison des contradictions entre les marxistes et les anarchistes, et c’est une autre bataille idéologique qui se poursuit au sein du jeune Parti social-démocrate suédois. Le congrès du parti en 1891 est marqué, entre autres, par des discussions sur les relations entre la social-démocratie et l’anarchisme, ainsi que sur l’emploi de la violence et du parlementarisme25. En 1897, l’Union de la jeunesse socialiste est créée au sein du Parti social-démocrate. Cette union prône la grève générale comme moyen d’imposer le suffrage universel. Au cours des premières années du 20e siècle, la lutte contre le militarisme devient un thème important et, deux ans plus tard, le syndicat s’est encore radicalisé sur cette question. Lors d’un congrès en 1903, une petite partie s’en est détachée pour former l’Union de la jeunesse sociale-démocrate (SDU)26. Dans les années qui suivent, l’Union de la jeunesse socialiste se développe et prend une orientation de plus en plus proche du syndicalisme révolutionnaire. Le syndicat américain International Workers of the World (IWW) est notamment l’une de ses sources d’inspiration27. La recherche historique, notamment nord-américaine, considère aujourd’hui que les mouvements dits « anarchistes » pouvaient en fait être composés d’un mélange d’anarchistes, de syndicalistes révolutionnaires, d’anarcho-syndicalistes et de marxistes. On a noté par exemple comment, dans les années 1880, il y avait un écart important au sein de l’influent mouvement anarchiste de Chicago entre sa rhétorique politique et sa pratique. Ce constat a conduit les chercheurs à réévaluer sa nature multidimensionnelle28. En Suède en 1908, de jeunes socialistes de premier plan sont expulsés du Parti social-démocrate et forment un nouveau Parti des jeunes socialistes.

22Rétrospectivement, Anton Nilsson explique ce qu’il entendait par « propagande par le fait » et action directe :

  • 29 Anton Nilson, op. cit., p. 99.

23« Pour moi, il était important, je tiens à le souligner une fois de plus, non pas de commettre des actes de terrorisme, mais de mettre en mouvement toute la classe ouvrière. Nous étions fatigués de parler, nous voulions de l’action plutôt que des belles paroles. »29

La bombe

  • 30 Centralpolisens anteckningar, 20 juli 1908, Malmö Stadsarkiv.
  • 31 Tilläggsrapport, Centralpolisens anteckningar, 21 juillet 1908, Malmö Stadsarkiv, (Rapport suppléme (...)
  • 32 Centralpolisens anteckningar, 20 juli 1908, Malmö Stadsarkiv.
  • 33 Idem.
  • 34 Anton Nilson, op. cit., p. 106 sq.
  • 35 Centralpolisens anteckningar, 21 juli 1908, Malmö Stadsarkiv.

24Dans la soirée du 11 juillet 1908, quatre jeunes gens se rendent sur la tombe du père de Rosberg et déterrent deux kilos de dynamite volée qui y avaient été cachés. Selon le rapport de police, la dynamite était placée avec un briquet dans une boîte en fer blanc de deux décimètres de long et d’un décimètre et demi de haut, avec des trous pour la mèche30. Une proposition visant à charger la bombe avec de la ferraille pour obtenir un effet plus puissant avait été discutée et rejetée31. Le rapport de police montre que les trois hommes ont quitté l’appartement de Rosberg à 11 heures, après que sa petite amie Natalia Malmström leur a offert un café. Ensuite, ils se sont rendus sur le pont ferroviaire de Gamla Limhamnsstationen et ils y ont caché la bombe entre des traverses de chemin de fer, en attendant que Nilsson revienne en bateau32. À une heure du matin, ce dernier arrive tranquillement sous le pont. Rosberg et Stern récupèrent la bombe, puis le voyage en bateau se poursuit vers le bassin du chantier naval33. Ils suivent le quai sud devant Valskvarnen puis vers le navire-logement Amalthea, où dorment les briseurs de grève. Mais la barque progresse de plus en plus lentement. Il apparaît qu’elle fuit beaucoup, prend l’eau, or il n’y a rien pour écoper. Il est aussi plus difficile que prévu de placer la bombe dans l’écoutille du cargo34. Le bateau à rames gîte fortement et il faut quelques minutes avant de pouvoir placer cette bombe à environ deux mètres et demi au-dessus de la ligne de flottaison. Finalement, Nilsson allume la mèche à l’aide d’une cigarette et, sa mission accomplie, récupère son vélo qu’il avait auparavant caché35.

La piste policière

25Le 18 septembre, le tribunal de première instance rend sa décision. Ce qui suit est une citation du dossier de la cour :

  • 36 La perte de la « confiance publique » ou disgrâce publique, signifiait la privation du droit de vot (...)
  • 37 Rådstugorätten den 18 september 1908, Dombok, Rådhusrätten i Malmö, Malmö Stadsarkiv, A 1 DA:61-62.

26« Anton Nilsson (...) est condamné à mort et à la disgrâce civique durant le reste de sa vie36, Algot Valentin Rosberg est condamné (...) à mort et à la disgrâce publique durant le reste de sa vie, Algot Adolf Stern est condamné (...) à la prison à vie et à la disgrâce publique durant le reste de sa vie. »37

  • 38 Depuis 1866, la Suède est dotée d’un Parlement bicaméral ; la première chambre est élue au suffrage (...)
  • 39 Kjell Åke Modéer, « Amalthea-attentatet 1908. Några rättshistoriska aspekter på ett brottmål » (L’a (...)

27Le Code de procédure judiciaire prévoit à cette époque que la peine de mort doit être soumise à une juridiction supérieure avant d’être exécutée. La cour d’appel de Skåne et Blekinge, précisément cette juridiction supérieure, rend un nouvel arrêt en octobre, qui confirme ce jugement. En raison des condamnations à mort de Nilsson et Rosberg, les sentences sont examinées par la Cour suprême. Le 11 janvier 1909, Nilsson est condamné à mort et Rosberg à la prison à vie. À la fin du mois de janvier, Nilsson dépose une demande de grâce. Une pétition en sa faveur, signée par 94 membres de la seconde chambre du Parlement suédois38, apporte à cette enquête un appui conséquent. La question de la grâce est étudiée le 9 février par la Cour suprême, qui ne s’estime pas compétente pour examiner le cas. Mais un vaste mouvement de protestation contre les condamnations à mort prend forme et menace de déboucher sur des manifestations plus violentes. Le roi tranche avant que la situation ne dégénère. Lors d’une réunion avec son gouvernement, tous les ministres approuvent la grâce. Anton Nilsson voit ainsi sa peine commuée en prison à vie39.

La réaction et un mouvement mondial pour l’amnistie

  • 40 Sydsvenska Dagbladet, 13 juillet 1908.

28Dans la presse bourgeoise, la visite du roi Gustav V le 13 juillet à l’hôpital général, où sont soignés les briseurs de grève anglais blessés, a été largement rapportée. Le médecin en chef Bauer et ses consorts attendaient la délégation royale avec le comte Tage Thott, le comte Claes Lewenhaupt et l’adjudant capitaine Lundberg. Un journal rapporte comment le roi « a rendu visite à chaque lit, a parlé en anglais avec les patients, les a réconfortés et encouragés. Il était visible que sa gentillesse simple, sincère et purement humaine leur apportait une satisfaction réconfortante, un espoir accru et du courage40 ».

  • 41 Sydsvenska Dagbladet, 17 juillet 1908.

29Un autre événement qui a fait l’objet des gros titres est le transport des cendres de Wallace Deighton Close, un Anglais de 34 ans, vers le port de Malmö, afin qu’elles soient rapatriées au Royaume-Uni, à Hull. Les journaux racontent également comment les 63 autres Anglais ont été escortés le 16 juillet par la police jusqu’au navire Union, où ils ont « exprimé leur joie d’être autorisés à quitter Malmö par une grande acclamation quand le bateau à vapeur a appareillé41 ».

  • 42 Carl Johan Björklund, op. cit., p. 185.
  • 43 Ibid., p. 212 ; Yngve Tidman, op. cit., p. 17.
  • 44 Yngve Tidman, op. cit., p. 17. Björklund propose le chiffre de 143 660, alors que Tidman écrit 129  (...)
  • 45 Carl Johan Björklund, op. cit., p. 217.

30Un vaste mouvement pour l’amnistie prend rapidement forme. « Le premier à élever la voix et à réclamer la liberté pour les hommes de l’Amalthea fut August Palm », le fondateur du mouvement socialiste en Suède, écrit Carl Johan Björklund dans le récit qu’il a consacré aux événements de Malmö à l’occasion de leur cinquantième anniversaire. Knut Wicksell, un professeur d’économie qui habite Lund, apparaît comme l’un des porte-parole les plus infatigables de ce mouvement pour l’amnistie42. Des comités pour la libération des hommes d’Amalthea se forment dans tout le pays. Depuis le début, en 1912, et pendant les cinq années qui suivent jusqu’à leur libération en 1917, environ 1 650 réunions sont organisées avec près d’un demi-million de participants43. Différents comités recueillent 134 660 signatures pour cette libération et, aux États-Unis, 600 réunions de travailleurs ont été organisées avec 120 000 participants44. Plusieurs des militants, dont Knut Wicksell, sont condamnés à la prison45.

31Lorsque le gouvernement de coalition libérale et sociale-démocrate prend ses fonctions en octobre 1917, dans la foulée des protestations massives contre la vie chère connues sous le nom de « révolution des pommes de terre », l’une de ses premières mesures est d’accorder une amnistie à Anton Nilsson et Algot Rosberg. Leur libération est presque aussi spectaculaire qu’a pu l’être l’explosion de la bombe neuf ans plus tôt.

  • 46 Anton Nilson, op. cit., p. 116 et p. 227.

32La libération d’Anton Nilsson est la plus dramatique. Il raconte comment la prison de Härnösand a été fortifiée avec des mitrailleuses et une force militaire de 200 hommes les jours précédant le 1er mai 1917. À l’extérieur, des plans ont été élaborés pour prendre d’assaut la prison. À la demande du gouverneur d’Ångermanland, le Premier ministre a demandé au député social-démocrate de gauche Ivar Wennerström de se rendre à Härnösand pour tenter de calmer les esprits46.

  • 47 Ibid., p. 116 et p. 239.

33Pour éviter les manifestations et les réunions liées à cette libération, qui doit intervenir quatre mois après son annonce, Anton Nilsson est transporté dans le plus grand secret du nord de la Suède à Långholmen à Stockholm. C’est là qu’il reçoit la nouvelle de l’amnistie. Comme ultime précaution, il est mis dans un train de nuit de Stockholm à Malmö47.

34Des réunions sont organisées dans tout le pays pour soutenir les libérés. Un télégramme du président de l’Union suédoise des travailleurs des transports, Charles Lindley, leur est remis lors de la réunion de bienvenue dans la grande salle de Folkets Hus (la Maison du peuple) à Stockholm :

  • 48 Charles Lindley deviendra président de la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) (...)

35« Messieurs Algot Rosberg et Anton Nilsson (Stern avait été libéré quelques mois auparavant), le conseil d’administration de l’Union suédoise des travailleurs des transports veut par la présente exprimer sa joie de voir que nos aspirations ont finalement été couronnées de succès par votre libération. Il souhaite en même temps exprimer sa sympathie pour les souffrances que vous avez dû endurer à la suite de votre intervention dans notre grande bataille de 1908. »48

Amalthea, le départ des briseurs de grève et la grève générale en Suède (1909)

  • 49 Roger Johansson et Kerstin Martinsdotter, « Amalthea 1908 och den brittiska strejkbrytaren som glöm (...)

36L’année suivante, en 1909, la question des transferts de briseurs de grève en provenance d’Angleterre est remise à l’ordre du jour par la « Grande grève », c’est-à-dire une grève générale, dans toute la Suède49. Dans les procès-verbaux du mouvement syndical anglais, le Trade Union Congress, on peut suivre la discussion sur « Les briseurs de grève dans les conflits du travail à l’étranger ». Dans une déclaration, ces actes sont replacés dans un contexte plus large et le congrès s’adresse aux Anglais qui envisagent de s’engager dans

  • 50 Report of Proceedings, TUC (Trades Union Congress), 7-12 september1908, édité par W.C. Steadman, M. (...)

37« ...des syndicats cosmopolites pour s’immiscer dans les conflits de travail étrangers, estimant qu’une telle initiative est délibérément soutenue par des coalitions capitalistes sans scrupules pour générer et encourager le ressentiment entre les travailleurs des différents pays, et ainsi contrecarrer la tendance universelle des travailleurs de par le monde à la camaraderie et à l’entraide dans toutes les questions qui touchent leur bien-être universel. »50

  • 51 Ibid., p. 157.

38« ...Il était impossible de trouver des mots assez forts pour condamner ceux de leurs compatriotes qui avaient vendu leur humanité de cette manière. »51

  • 52 Report of Proceedings, TUC, 6-11 september 1909, édité par W.C. Steadman, M.P. secretary, p. 146 sq

39Charles Lindley, le président de l’Union suédoise des travailleurs des transports, également membre du Parlement, y représente la Confédération suédoise des syndicats (LO) et se voit accorder un large temps de parole lors de ce congrès52.

40Nous n’avons pas eu l’occasion de parcourir l’ensemble de la presse syndicale en Angleterre, mais l’événement semble bien connu et lié à la grève générale de l’année qui a suivi l’attentat. À titre d’exemple, The Labour Leader écrit en août :

  • 53 The Labour Leader, 20 août 1909.

41« Une cinquantaine de dockers britanniques avaient déjà été débarqués à Göteborg, mais ils ont été de nouveau réexpédiés à la suite de l’indignation générale provoquée en Suède. Les blacklegs (jaunes) britanniques ont déjà été importés une première fois en Suède, et ils devraient bien se rappeler avec quel résultat. »53

42Le journal socialiste The Clarion adresse une invitation similaire aux éventuels candidats à ce type d’action :

  • 54 The Clarion, 13 août 1909.

43« ... nous accueillons avec satisfaction l’annonce suivante du Board of Trade : “Le Board of Trade a appris d’une source autorisée la proposition d’introduire des ouvriers britanniques en Suède comme briseurs de grève. Le Board désire avertir toutes les personnes concernées du danger qu’il y a à se rendre en Suède dans ce but !” Si, en dépit de cet avertissement, des Anglais se rendent en Suède pour voler leurs camarades, ils mériteront assurément tout ce qui leur arrivera. »54

Un épilogue

  • 55 En 1977, la société éditrice de musique Amalthea est fondée à Malmö. « La maison de disques a été b (...)

44Il y eut diverses interprétations et explications immédiates de l’attentat d’Amalthea, selon les courants qui traversaient le mouvement ouvrier, mais aussi de la part des courants critiques de la bourgeoisie. Rétrospectivement, les événements du port de Malmö prennent leur place dans le passé d’une société de classe injuste, dont les trois jeunes socialistes ont été les victimes. Dans nos débats contemporains, les événements d’Amalthea sont interprétés dans le contexte d’une économie néolibérale et mondialisée qui connaît l’importation de main-d’œuvre et le dumping salarial. Mais cette bombe a également été replacée dans les discussions plus contemporaines qui ont suivi le 11 septembre 2001. Ces exemples montrent comment l’explosion dans le port de Malmö est sans cesse chargée de sens nouveaux par la mémoire historique55.

Une photographie d’Anton Nilsson âgé. Né en 1887, il est décédé en 1989, à l'âge de 101 ans. Toute sa vie durant, il est demeuré actif au sein du mouvement ouvrier et reste une figure populaire en Suède. (Photographie avec l’aimable autorisation des Arbetarrörelsens arkiv in Landskrona, archives du mouvement ouvrier à Landskrona)

Haut de page

Notes

1 Selon le rapport de police cité plus avant, ils étaient 73. Yngve Tidman, Spräng Amalthea ! Arbete, facklig kamp och strejkbryteri i nordvästeuropeiska hamnar 1870-1914 (Coulons l’Amalthea ! Travail, conflits du travail et briseurs de grève dans les ports du nord-ouest de l’Europe 1870-1914), Lund, Lund University Press, 1998, p. 9. Lors de leur première occurrence nous proposons la traduction des titres des ouvrages cités (NdT). La citation concernant la détonation entendue à Lund provient des mémoires d’Anton Nilsson.

2 Arbetet, 29 juin 1908.

3 Anton Nilson, Från Amalthea till ryska revolutionen, Arbetarrörelsens arkiv i Landskrona (D’Amalthea à la révolution russe, Archives du mouvement ouvrier à Landskrona), Stockholm, 1980, p. 62.

4 Ibid. p. 63.

5 Anton Nilson, Dömd till döden för Amalthea (Condamné à mort pour Amalthea), Stockholm, Albert Bonniers förlag, 1962, p. 100 sq. ; Yngve Tidman, op. cit., p. 11.

6 Centralpolisens anteckningar, 26 juin 1908, Malmö Stadsarkiv (Notes de la police centrale, 26 juin 1908, Archives municipales de Malmö).

7 Roger Johansson, Kampen om historien – Ådalen 1931 – Sociala konflikter, historiemedvetande och historiebruk 1931-2000 (La lutte pour l’histoire  Ådalen 1931  Les conflits sociaux, la conscience historique et l’utilisation de l’histoire, 1931-2000), Stockholm, 2001 ; Johansson Roger, « Folkhemmets tröskel », Socialt och politiskt våld. Perspektiv på svensk historia (« L’entrée de la Maison du peuple ». Violence sociale et politique. Perspectives sur l’histoire de la Suède), Lund, Österberg Eva (red.), 2002.

8 Voir par exemple Arbetet, 29 juin 1908.

9 Le compte rendu le plus complet du conflit dans le port de Malmö en 1908 est la thèse de doctorat d’Yngve Tidman, Spräng Amalthea…, op. cit. Voir aussi Bernt Schiller, Storstrejken 1909. Förhistoria och orsaker (La Grande grève de 1909. Génèse et causes), Göteborg, Akademiförlaget, p. 73 sq.

10 Axel Uhlén, Facklig kamp i Malmö under sju decennier (Sept décennies de lutte syndicale à Malmö), Malmö, Tryckeri AB framtiden, p. 249.

11 Carl Johan Björklund, Dömda till döden. Amaltheadramat (Condamné à mort. Le drame de l’Amalthea), Stockholm, Tidens förlag, 1958 p. 15 sq.

12 Yngve Tidman, op. cit., p. 221.

13 Ny Tid (Temps Nouveaux), 30 juin 1908, par Yngve Tidman, Spräng Amalthea. Arbete, facklig kamp och strejkbryteri i nordvästeuropeiska hamnar 1870-1914, Lund, Lund University Press, 1998, p. 228.

14 Yngve Tidman, op. cit.

15 Ibid., p. 104 sq.

16 Axel Uhlén, op. cit., p. 252. La Scanie est une province de l’extrême-sud de la Suède, dont la plus grande ville est Malmö (NdT).

17 Lars Berggren & Mats Greiff, Från sillamarknad till SAAB-fabrik (Du marché aux harengs à l’usine SAAB), Södra Sandby, Mendocino, 1992 p. 25 sq.

18 Lars Berggren & Roger Johansson, « August Palm – historien om agitatorn som förändrade Sverige », Stockholm, ABF, 2006., (« August Palm  l’histoire de l’agitateur qui a changé la Suède ») ; Lars Berggren, Göran Greider, Roger Johansson (red.), Hvad vilja Socialdemokraterna ? – August Palm (« Que veulent les sociaux-démocrates ? », discours d’August Palm, en 1881), Stockholm, ABF, 2006.

19 Lars Berggren & Mats Greiff, op. cit., p. 33.

20 Anton Nilson, op. cit., p. 100 sq. et p. 51 sq. À propos de Möllevången, voir Peter Billing & Mikael Stigendal, Hegemonins decennier. Lärdomar från Malmö om den svenska modellen (Des décennies d’hégémonie. Leçons de Malmö sur le modèle suédois), Malmö, Möllevångens samhällsanalys, 1994.

21 Centralpolisens anteckningar, 20 juillet 1908, Malmö Stadsarkiv. Voir aussi Ronny Ambjörnsson, Den skötsamme arbetare. Idéer och ideal i ett norrländskt sågverkssamhälle, 1880-1930, (Idées et idéaux dans une société nordique de scieurs de bois, 1880-1930) Stockholm, Carlsson, 1988 ; Fredrik Egefur i “Gå framåt du unga, du kämpande skara… Ett forsknings-pm om den ungsocialistiska rörelsen betraktad utifrån de diskursiva begreppen ungdom och handling” (« “Allez de l’avant, vous les jeunes, vous les combattants...”, Mémoire de recherche sur le mouvement socialiste des jeunes considéré à partir des concepts discursifs de “jeunesse” et d’“action” »), Magisteruppsats, Historiska institutionen i Lund 2005.

22 Centralpolisens anteckningar, 20 juli 1908, Malmö Stadsarkivet ; Anton Nilson, op. cit., p. 77.

23 Carl Johan Björklund, op. cit., p. 152.

24 Ibid.

25 Axel Danielsson, “Anarki eller socialism”. Urval av Axel Danielssons skrifter (“Anarchie ou socialisme”. Sélection d’écrits d’Axel Danielsson), Malmö, Framtidens Bokförlag, 1908, p. 573.

26 Lennart K Persson, Syndikalismen i Sverige, 1903-1922 (Le Syndicalisme en Suède, 1903-1922), Stockholmn Federativs förlag, 1975, p. 38.

27 Ibid., p. 39 sq. Pour un exemple de l’action de l’IWW, voir l’article de Peter Cole dans ce dossier (NDLR).

28 Paul Avrich, The Haymarket Tragedy (La Tragédie de Haymarket), Princeton, Princeton University Press, 1984 ; Eric L Hirsch, Urban Revolt Ethnic Politics in the Nineteenth-Century Chicago Labor Market (Révolte urbaine, politique ethnique sur le marché du travail de Chicago au XIXe siècle), Berkeley, University of California press, 1990 ; David Henry, The History of the Haymarket Affair. A study in the American Social-Revolutionary and Labor Movements (L’Histoire de Haymarket. Une étude sur les mouvements sociaux-révolutionnaires et ouvriers américains), New York, Farrar & Rinehart, INC. publishers, 1936.

29 Anton Nilson, op. cit., p. 99.

30 Centralpolisens anteckningar, 20 juli 1908, Malmö Stadsarkiv.

31 Tilläggsrapport, Centralpolisens anteckningar, 21 juillet 1908, Malmö Stadsarkiv, (Rapport supplémentaire, notes de la police centrale, Archives municipales de Malmö).

32 Centralpolisens anteckningar, 20 juli 1908, Malmö Stadsarkiv.

33 Idem.

34 Anton Nilson, op. cit., p. 106 sq.

35 Centralpolisens anteckningar, 21 juli 1908, Malmö Stadsarkiv.

36 La perte de la « confiance publique » ou disgrâce publique, signifiait la privation du droit de vote, celle de la capacité de témoigner en justice et l’impossibilité d’obtenir un emploi qui exigeait une « bonne moralité », ce qui était le cas de nombreux emplois publics (NdT).

37 Rådstugorätten den 18 september 1908, Dombok, Rådhusrätten i Malmö, Malmö Stadsarkiv, A 1 DA:61-62.

38 Depuis 1866, la Suède est dotée d’un Parlement bicaméral ; la première chambre est élue au suffrage indirect et la deuxième chambre au suffrage universel direct.

39 Kjell Åke Modéer, « Amalthea-attentatet 1908. Några rättshistoriska aspekter på ett brottmål » (L’attentat d’Amalthea en 1908. Quelques aspects juridiques historiques d’une affaire pénale), Elbogen, 1978.

40 Sydsvenska Dagbladet, 13 juillet 1908.

41 Sydsvenska Dagbladet, 17 juillet 1908.

42 Carl Johan Björklund, op. cit., p. 185.

43 Ibid., p. 212 ; Yngve Tidman, op. cit., p. 17.

44 Yngve Tidman, op. cit., p. 17. Björklund propose le chiffre de 143 660, alors que Tidman écrit 129 362.

45 Carl Johan Björklund, op. cit., p. 217.

46 Anton Nilson, op. cit., p. 116 et p. 227.

47 Ibid., p. 116 et p. 239.

48 Charles Lindley deviendra président de la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) de 1933 à 1946. Il a contribué à la constitution du Syndicat des travailleurs des transports suédois sur le modèle de l’ITF, regroupant marins, dockers, cheminots, traminots et autres. Sur le devenir de l’ITF, voir l’article de Kevin Crochemore dans ce numéro (NDLR).

49 Roger Johansson et Kerstin Martinsdotter, « Amalthea 1908 och den brittiska strejkbrytaren som glömdes bort » (« Amalthea 1908 et le briseur de grève britannique oublié »), Elbogen, Malmö kulturhistoriska förening, 2010.

50 Report of Proceedings, TUC (Trades Union Congress), 7-12 september1908, édité par W.C. Steadman, M.P. secretary, p. 156, TUC Archives, London Metropolitan University.

51 Ibid., p. 157.

52 Report of Proceedings, TUC, 6-11 september 1909, édité par W.C. Steadman, M.P. secretary, p. 146 sq.

53 The Labour Leader, 20 août 1909.

54 The Clarion, 13 août 1909.

55 En 1977, la société éditrice de musique Amalthea est fondée à Malmö. « La maison de disques a été baptisée Amalthea, du nom du bateau briseur de grève qu’Anton Nilsson a fait exploser dans le port de Malmö », Bengt Eriksson & Magnus Gertten, Skånes rockhistoria, 1957-1977, Lund, Box Music Production AB, p. 153.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Anton Nilsson en 1908. (avec l'aimable autorisation des Arbetarrörelsens arkiv in Landskrona, archives du mouvement ouvrier à Landskrona)
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/19575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Une photographie d’Anton Nilsson âgé. Né en 1887, il est décédé en 1989, à l'âge de 101 ans. Toute sa vie durant, il est demeuré actif au sein du mouvement ouvrier et reste une figure populaire en Suède. (Photographie avec l’aimable autorisation des Arbetarrörelsens arkiv in Landskrona, archives du mouvement ouvrier à Landskrona)
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/19575/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lars Berggren et Roger Johansson, « Anton Nilsson et l’écho d’une bombe. Malmö, 1908-1917 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 154 | 2022, 31-43.

Référence électronique

Lars Berggren et Roger Johansson, « Anton Nilsson et l’écho d’une bombe. Malmö, 1908-1917 »Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 154 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/19575 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.19575

Haut de page

Auteurs

Lars Berggren

Professeur émérite d’histoire, université de Lund, Suède

Roger Johansson

Professeur émérite d’histoire, université de Malmö, Suède, et professeur de sciences de l’éducation, université de Lund, Suède

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search